Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Laurent Gaudé

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 17 Sep 2008, 10:09

Ah non, aucune rancune, surtout que je rêve d'être un homme.
Pas la prochaine incarnation, où avec Marie Chevalier, nous serons taureaux, mais l'incarnation d'encore après, je serai un mec !
Un vrai, un dur.

Un cogneur. Mad


Laughing
Revenir en haut Aller en bas
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 14 Oct 2008, 16:20

La Porte des Enfers
Premier pararaphe :
Citation :
Je me suis longtemps appelé Filippo Scalfaro. Aujourd'hui, je reprends mon nom et le dis en entier : Filippo Scalfaro de Nittis. Depuis ce matin, au lever du jour, je suis plus vieux que mon père. Je me tiens debout dans la cuisine, face à la fenêtre. J'attends que le café finisse de passer. Le ventre me fait mal. C'était à prévoir. La journée sera dure aujourd'hui. Je me suis préparé un café au goût amer qui me tiendra de longues heures. Je vais avoir besoin de cela. À l'instant où le café commence à siffler, un avion décolle de l'aéroport de Capodichino et fait trembler l'air. Je le vois s'élever au dessus des immeubles. Un grand ventre plat de métal. Je me demande si l'avion va s'effondrer sur les milliers d'habitants qu'il survole, mais non, il s'extrait de sa propre lourdeur. Je coupe le feu de la gazinière. Je me passe de l'eau sur le visage. Mon père. Je pense à lui. ce jour est le sien. Mon père - dont je parviens à peine à me rappeler le visage. Sa voix s'est effacée. Il me semble parfois me souvenir de quelques expressions - mais sont-ce vraiment les siennes ou les ai-je reconstruites, après toutes ces années, pour meubler le vide de son absence ? Au fond, je ne le connais qu'en me contemplant dans la glace. Il doit bien y avoir quelque chose de lui, là, dans la forme de mes yeux ou le dessin de mes pommettes. À partir d'aujourd'hui, je vais voir le visage qu'il aurait eu s'il lui avait été donné de vieillir. Je porte mon père en moi. Ce matin, aux aurores, je l'ai senti monter sur mes épaules comme un enfant. Il compte sur moi dorénavant. Tout va avoir lieu aujourd'hui. J'y travaille depuis si longtemps.


C'est mon premier "Gaudé"
Une fable tragique, palpitante et presque légère compte tenu du sujet... excellemment servie par une écriture sobre aux registres variés cheers
Les personnages sont parfois caricaturaux (notamment "les" femmes) mais avec douceur ... comme un jeu
ce livre est pour moi un hymne à l'amour
aux liens d'amitié, de fraternité...
Une fin émouvante qui efface les objections sur le fond telles que

Spoiler:
 

Un grain pour la sélection 2008/2009
Revenir en haut Aller en bas
Pélisse
neophyte
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 32
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Dim 02 Nov 2008, 19:40

J'avais commencé à lire Laurent Gaudé, il y a quelques années avec La mort du roi Tsongor.


Dernièrement, j'ai dévoré Eldorado et Le Soleil des Scorta.

Bien que traitant de choses très différentes, je ne peux pas dire lequel des ces 3 livres, j'ai préféré car, à chaque fois, j'ai été bluffée par le style, le décor, l'histoire.

Laurent Gaudé est l'un de mes auteurs fétiches, on ne peut rester insensible à son style I love you

Maintenant, je voudrais lire Cris (je n'ai vu personne en parler...) et Dans la nuit mozambique

Quelqu'un ici a t-il lu Cris (qui traitent me semble t-il des soldats dans les tranchées) ?

J'ai un peu peur d'être déçue après avoir lu les autres romans scratch

Et pour le nouveau, j'attends qu'il sorte en poche^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.memepapeur.fr
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 76
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Sam 23 Mai 2009, 22:00

Je reviens sur La Porte des Enfers , livre que j'ai terminé récemment.

Je ne suis pas sûre que la postface « J’ai écrit ce livre pour mes morts… » se justifie pleinement. J’aurais même tendance à la trouver de trop.

J’ai vu dans ce livre un conte fantastique qui fait écho aux grands mythes du passé, en particulier celui d’Orphée, puisque le père va aux Enfers pour reprendre son fils à la Mort. Dans une Naples à la fois moderne et éternelle où se côtoient le meilleur et le pire de l’humanité, Laurent Gaudé met ses personnages en scène d’une façon théâtrale (il se veut d’ailleurs auteur de théâtre d’abord et ce n’est donc pas un hasard). L’alternance est partout, subtilement exploitée : dans le temps puisque d’un chapitre à l’autre, on passe de 2002 à 1980, dans le passage de l’ombre à la lumière, de la vengeance au pardon, de la souffrance atroce à l’espoir le plus fou. J’ai beaucoup aimé cette façon de montrer que nos morts continuent de vivre en nous en influençant nos décisions, et « nous façonnent », que chacun d’eux emporte un peu de notre propre vie en disparaissant.

Moon trouvait l’intrigue peu réaliste et disait qu’on avait du mal à y croire. Je pense que ce roman n’est pas à prendre sous cet angle-là. Ne faut-il pas jouer le jeu du mythe ou de la fable ? Je trouve que Laurent Gaudé excelle à montrer la force de l’amour pour dépasser la fin inexorable qui attend chaque être humain, à mettre en scène dans une belle allégorie l’arrachement d'un être cher au néant de la mort . De même dans le pathos qu’a perçu Moon, je vois plutôt une sorte de chant de la douleur magnifié par un vocabulaire et un rythme qui lui donnent de la puissance. Et dans les portraits que Mona qualifie d’ un peu caricaturaux, il me semble que l’auteur a campé des types humains propres à servir le mythe justement. C’est cet ensemble très cohérent qui me plaît bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
IzaBzh
pilier
avatar

Nombre de messages : 1193
Age : 53
Localisation : Yonne
Date d'inscription : 02/06/2010

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Sam 27 Nov 2010, 13:37

Je m'aperçois que personne ne semble avoir lu son dernier roman, "Ouragan" ? J'en ai lu les deux tiers, mais contrairement aux critiques unanimement enthousiastes, il ne m'emballe pas plus que ça (à part le portrait de Joséphine)...
Revenir en haut Aller en bas
http://avel-iza.blogspot.com
IzaBzh
pilier
avatar

Nombre de messages : 1193
Age : 53
Localisation : Yonne
Date d'inscription : 02/06/2010

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 01 Déc 2010, 10:34

"Ouragan" de Laurent Gaudé (Actes Sud, 2010)

"Au coeur de la tempête qui dévaste la Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure. Un saisissant choral romanesque qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort, la plainte des sacrifiés, le chant des rescapés."

J'attendais peut-être beaucoup de ce roman, les émissions de radio, les critiques dithyrambiques, le prix, etc. En fait, je l'ai lu avec une certaine distance, j'ai eu du mal à y entrer. Trop de personnages, qui pour cette raison ne sont pas aussi fouillés qu'ils l'auraient mérité ? Le pasteur cinglé qui ressemble trop à un cliché ? Rose n'a pas l'air de savoir ce qu'elle veut et on met du temps avant de se douter du pourquoi ? Sauter d'un personnage à d'autres au cours de la même page, voire même carrément de la même phrase (et là, on relit pour voir si on ne s'est pas trompé quelque part, mais non !), c'est fastidieux à la longue.
Par contre, mais quel par contre, il y a Joséphine. Alors là, chapeau, voilà un personnage de roman absolument formidable. Elle est fière, elle est forte, digne, majestueuse, Joséphine, cette femme en colère, en guerre, est la raison pour laquelle je ne regrette pas d'avoir ouvert ce livre.
Une collègue à laquelle j'avais demandé son avis sur Ouragan m'a affirmé que c'était "le moins bon de Gaudé, il faut lire les autres !".


Dernière édition par IzaBzh le Mer 01 Déc 2010, 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://avel-iza.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 01 Déc 2010, 10:41

je rappelle les bruits entendus :

Eldorado chez Actes sud, un récit qui parle des gens du Sud voguant vers l'Europe/ Eldorado, n'avait pas fait l'unanimité à son avantage, ce qui m'avait dissuadé de le lire. Mais si vous avez un avis différent, exprimez-le, "sans crainte" Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 50
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Lun 23 Mai 2011, 19:14

Ouragan

Je me souviens avoir apprécié Eldorado sans que pour autant il m’en reste beaucoup de souvenir. Néanmoins j’attendais avec une certaine fièvre un autre Gaudé. Mon attente était –elle trop forte, ou bien le style Gaudé n’a pas ma préférence ? Le fait est qu’Ouragan refermé, je reste avec une certaine indifférence. Je ne me suis jamais sentie investie par cette lecture, jamais absorbée .Je l’ai suivie d’assez loin, pas vraiment concernée.

Ce roman est un kaléidoscope, une polyphonie. Douze chapitres le composent. Chaque chapitre mêle les voix d’une demi-douzaine de personnages que l’on a parfois du mal à situer, et à remettre en place. L’auteur passe, en permanence d’un personnage ou d’un groupe de personnage à l’autre dans chacun des chapitres ; et à mesure que les choses avancent ces passages se font de plus en plus courts. C’est un des aspects qui m’a gênée, et qui, sans aucun doute a contribué, de ma part à une retenue, et m’a pas permise de rentrer pleinement dans l’histoire.
Paradoxalement, l’histoire est intéressante. Nous sommes à la Nouvelle-Orléans, alors menacé par le cyclone Katrina. Laurent Gaudé met en valeur les exclus, les minorités, les pauvres, les laissés pour compte, et fait parler ces personnages là, ceux qui d’ordinaire n’ont pas la parole. Il y dénonce le sort de la communauté noire qui a le plus souffert de ce cyclone.
Parmi ces personnages, il y a Josephine, la vieille négresse (elle se définie ainsi), fière rebelle, têtue comme un mulet, résignée et révoltée à la fois, un rien provocatrice. C’est celle dont la voix est la plus forte dans ce roman ; elle y est plus présente…agaçante aussi parfois… « Moi Josephine Linc.Steelson….. » se plait-elle à répéter tout au long du livre…
Laurent Gaudé est assez bien parvenu à restituer l’ambiance noire, humide, et angoissante qui plane tout du long.
« Moi Josephine Linc.Steelson, pauvre régresse au milieu de la tempête, je sais que la nature va parler. Je vais être minuscule, mais j’ai hâte, car il y a de la noblesse à éprouver son insignifiance, de la noblesse à savoir qu’un coup de vent peut balayer nos vies et ne rien laisser derrière nous, pas même le vague souvenir d’une petite existence. »


Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 14 Sep 2011, 10:03


Les oliviers du Négus chez Actes sud mêlent trois époques différentes :

- celle de Frédéric II (1194-1250) qui hérita de la Sicile et entretenait d’excellents rapports avec L’orient musulman ; enterré à Palerme.

- celle du Négus Menelik Ier, qui infligea aux troupes coloniales de Baratieri la défaite d'Adoua le 1er mars 1896.

- celle du Negus Hailé Selassié, agressé par Mussolini dans une guerre coloniale honteuse où tous les moyens (armes chimiques etc) furent utilisés contre la population par les forces italiennes.

A cette dernière époque se rattache le personnage central du récit, surnommé Zio-Négus, déserteur de la guerre contre l’Éthiopie (1935-1936), traumatisé par cette guerre, devenu un antifasciste déclaré, et mis au ban de son village.

Le narrateur raconte comment il fit la connaissance du vieillard Zio-Négus, et il entremêle dans son texte de ce qu’il ressent et ce que lui raconte le vieil homme avant de mourir, avec son expérience de soldat malgré lui et ses « visions historiques ».

De tout cela se souviennent les oliviers, doués d’une vraie présence dans ce récit.

Le texte est travaillé, bien écrit, avec un soin particulier pour les « clausules » (dernière phrase d’un chapitre ou d’un passage).

Toutefois l’entrelacs des époques temporelles, s’il est mené avec virtuosité, rend le texte d’un accès difficile, à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 21 Sep 2011, 05:36

Dans la nuit Mozambique, de Laurent Gaudé. J'ai Lu, 250 p.,

"Laurent Gaudé réussit à donner une force et une profondeur à ses récits. L'auteur excelle dans les portraits : ils ne sont jamais faits d'un seul bloc, il cherche à rendre la complexité de l'être humain. C'est souvent sombre, mais cela n'empêche pas de lire des pages lumineuses, comme cette histoire d'amour dans le petit texte titré Gramercy Park Hotel ou cette nouvelle emplie à la fois de cruauté mais aussi de nostalgie et d'amitié que l'on découvre dans La Nuit Mozambique."

écrit le Figaro.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Lun 07 Nov 2011, 10:08



Je finirai à terre, chez Actes Sud.

Cette courte nouvelle montre bien les qualités de Laurent Gaudé conteur. D’ailleurs le récit oscille entre le réalisme et le fantastique, pris en relais par deux narrateurs, l’un soldat de 14-18, l’autre un fermier non loin du front, et à qui le soldat doit livrer le message d’un mourant.

Le premier tableau présente la guerre, perçue par des bruits d’obus de plus en plus proches. Tableau dramatique, dont le pire est à attendre.

Quant au récit du vieillard, il entraîne vers un fantastique à la Maupassant, et on peut le voir à deux niveaux : une allégorie qui se rapprocherait du douanier Rousseau, et une expérience éprouvante, et très contagieuse : elle envahit le premier narrateur, et conduit à la scène finale, quasi apocalyptique.



clic !

Quant au lecteur, il est embarqué par les récits emboîtés de deux conteurs mis en scène par l’auteur cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: laurent Gaudé- page3   Lun 07 Nov 2011, 19:21

Bonjour: j'ai lu tout le fil, un auteur remarquable qui connaît l'art de raconter; je n'avais lu que "le soleil des Scorta" et j'avais été conquise, l'histoire me fait évoquer le souvenir de Giono: Je lirai prochainement" Je finirai à tere".
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 08 Nov 2011, 06:31


Citation :
l'histoire me fait évoquer le souvenir de Giono

j'ai eu la même impression, surtout dans l'oeuvre que tu cites.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Lauret Gaudé   Ven 25 Nov 2011, 15:15

Je finirai à terre

Laurent Gaudé

J’avais beaucoup aimé “Le soleil des Scorta » et me voilà avec un tout petit livre qui en dit le suffisant pour en être conquis. J’y ai trouvé des souvenirs de Giono et son amour pour la terre, des descriptions sur le paysage magnifiques, et soudainement le récit prend la voie du fantastique et de la crainte.

Dans le fond de ma mémoire, j’y trouve les fantasmes d’un Maupassant, avec ses contes de terreur, il y a même de la place pour le « Golem « fait aussi avec de la boue : et le protagoniste, sur le point de mourir, manifeste sa volonté de servir à son pays encore, même s’il finira à terre.

Cette terre est le vrai protagoniste du récit, il nous plonge dans la fierté paysanne, d’êtres ancrés à ses racines.

Mon avis, un petit bijou.
Revenir en haut Aller en bas
Rechab
pilier
avatar

Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 27/04/2012

MessageSujet: Ouragan et Eldorado   Sam 28 Avr 2012, 19:13

Je n'ai lu que ces deux ouvrages de L G, , en lisant vos critiques, vous êtes assez mitigés, moi j'ai trouvé ça très fort, en particulier "Ouragan"...

Eldorado, est plus une relation de faits actuels ( hélas), sur l'émigration, l'exil, la perte d'identité: et donc a un "découpage" de plusieurs histoires, un peu artificiel, mais l'ensemble est quand même remarquablement mené, et je vous invite, pour ceux qui voudraient en prendre connaissance à lire des extraits:

j'ai posté trois extraits de ses romans:

Ouragan extrait 1http://re-ecrit.blogspot.fr/2011/05/ouragan-laurent-gaude.html
extrait 2: http://re-ecrit.blogspot.fr/2011/06/ouragan-laurent-gaude-2.html

et pour Eldorado :http://ecritscrisdotcom.wordpress.com/2012/04/16/laurent-gaude-eldorado-petit-extrait/[b]
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 12 Sep 2012, 05:13

Pour seul cortège de Laurent Gaudé 176 p Actes Sud.

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre. Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille

l'avis de Ouest-France

"Laurent Gaudé avait déjà plongé dans l’Antiquité avec succès. La mort du roi Tsongor avait obtenu le Goncourt des lycéens en 2002. Mais, cette fois, il s’agissait d’un personnage réel.
Citation :
« J’ai cru que ça allait être pareil. Alexandre est tellement loin et mythique qu’on peut y mettre ce qu’on veut, contrairement à Louis XIV ou de Gaulle. Ça redonne de la liberté. Mais, en cours de travail, ce fut difficile de tenir à distance la vraie histoire même si je n’ai pas fait un roman historique. Il a fallu trouver des failles, amener des personnages inventés pour avoir le décalage qui m’intéresse. »

[...]
L’autre qualité de Pour seul cortège est l’écriture. Elle est riche sans être prétentieuse et donne envie d’être lue à voix haute. "
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Marie kiss la joue
Animation
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 31
Localisation : Rennes/Paris
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Dim 26 Mai 2013, 15:37

Bien d'accord avec cette critique : l'écriture est très, très belle, soignée, riche, puissante, on sent que l'on avance en même temps que les héros. Le récit se compose de plusieurs voix, plusieurs points de vue qui se mêlent (petite préférence pour celui d'Alexandre). Pourtant ce n'était pas forcément gagné car le sujet, l'antiquité, ne me passionnent pas plus que ça, mais j'ai aimé Smile

_________________
Que voulez-vous que je vous dise de moi ? Je ne sais rien de moi ! Je ne sais même pas la date de ma mort.
(Borges)
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Dim 12 Jan 2014, 06:23


J’ai assisté avec un grand plaisir à une « lecture mise en scène » de Eldorado de Laurent Gaudé, par des comédiens de l’Astrolabe.

Il s’agissait d’extraits choisis pour mettre en relief plusieurs facettes de son écriture, avec des scènes d’action, des moments de poésie, et des séquences dramatiques.

On assiste aux aventures des candidats à l’immigration par l’intermédiaire des rencontres faites par un capitaine ou des moments de vie dans les ports ou sur l’île de Lampedusa.

Un fond musical discret accompagnait ces lectures, avec une chorégraphie.

Pour certains, la danse a nui à l’attention qu’ils voulaient porter au texte. En revanche j’ai apprécié cette prestation d’une danseuse (Vanessa Leprince) extrêmement souple, rapide, et très à l’aise dans toutes les figures.

Quel rapport entre ces extraits et cette chorégraphie ?

Peut-être la représentation d’un espoir, d’une libération cherchée et parfois obtenue au milieu de grandes difficultés.

En tout cas c’était pour le public une excellente occasion de voir la beauté de l’écriture de Laurent Gaudé, le talent des comédiens et la virtuosité de la danseuse.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Laurent Gaudé
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Cris de Laurent Gaudé
» Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?
» Lecture cursive première guerre mondiale, Cris de Laurent Gaudé ?
» Hyper...ball !!
» Lectures 3ème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: