Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 kim ki-young, la servante. (Corée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: kim ki-young, la servante. (Corée)   Mer 15 Aoû 2012, 06:31

La Servante (Hanyo)

film coréen de Kim, Ki-young

Une famille vient d’emménager dans une grande maison neuve. Afin de soulager son épouse qui souffre de fatigue, le père accepte d’accueillir une servante. Possédant un comportement ambigu, la nouvelle venue s’amuse à espionner les conversations ou à effrayer les enfants. Lorsqu’elle entame une liaison avec le chef de famille, le foyer tombe lentement sous l’emprise de la servante

présentation détaillée
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Kim Ki-Young : La servante   Sam 25 Aoû 2012, 15:32

La servante.

Je fais un copier-coller fainéant d'une critique que je trouve parfaite, même si elle oublie de dire que le film est visuellement très beau :

Citation :
Restauré en 2008 par la World Cinema Foundation de Martin Scorsese, La servante (1960), cinquième et plus célèbre film de Kim Ki-Young, s’apprête à ressortir dans les salles françaises en juillet.

Ce drame psychologique outré et virtuose décrit la trajectoire d'une famille bourgeoise, dont le petit théâtre bien rangé va virer au drame puis à la tragédie. Un professeur de piano provoque l'émoi chez ses élèves ouvrières. Lui, très pudibond, fait renvoyer l'une d'elle qui a eu le tort de lui avouer son désir. Désir interdit et rapport de classes, voilà déjà la dialectique du film mise en place. Lorsque l'un des élèves du protagoniste lui présente, à sa demande, une fille susceptible de devenir domestique dans sa maison, il est entraîné dans une chute interminable. La servante ne tarde pas à devenir sa maîtresse, et à menacer et manipuler toute la famille pour parvenir à ses fins. À partir de là, le film devient un étouffant huis clos où l'architecture de la maison est utilisée de façon brillante. Quand la servante monte et descend les escaliers, portant de la nourriture dont on ne sait pas si elle est empoisonnée ou non, on se croirait soudain chez Hitchcock (Psychose, Soupçons).

À l'image de son personnage éponyme, le film sombre peu à peu dans une folie et une rage à la fois fascinantes et harassantes. La tragédie se transforme finalement en farce macabre souvent à la limite du grotesque, pour le meilleur et pour le pire. Mais La servante tient d'un bout à l'autre par la force de la mise en scène brillante de Kim Ki-Young, qui entretient une atmosphère de trouble et de paranoïa ainsi qu'une certaine ambiguïté des personnages et de leurs sentiments, par exemple en cadrant l'homme de façon à ce qu'on ne sache jamais réellement s'il est en train d'agoniser ou de jouir.

Difficile de s'attacher à qui que ce soit dans La servante, entre un homme médiocre et veule, une femme faible et soumise, la servante folle à lier et des enfants oscillant entre l'insupportable et l'insignifiant. Pourtant, chaque personnage recèle une force et une beauté secrètes qui se révèlent petit à petit - notamment les femmes, l'une mère vertueuse, l'autre catin hystérique [je serais pour ma part beaucoup plus nuancée], toutes deux victimes d'une société corsetée où seul a droit de cité le souci de la réputation et de l'honneur. On s'interroge d'ailleurs au final sur le degré d'ironie du film vis-à-vis de son récit. Cette conclusion décalée qui nous sort subitement du récit pour le faire commenter par le protagoniste est-elle cynique, puritaine, subversive ? C'est dans cette ambiguïté même que réside la puissance inquiétante de ce film hallucinant.

Source : Goin' to the movies
Revenir en haut Aller en bas
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Sam 25 Aoû 2012, 16:54

Désolée pour le dérangement Rotko. J'ai fait une recherche avec kim, avec young, et pas trouvé le fil existant. col Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Sam 25 Aoû 2012, 17:01

pas grave, je me suis souvenu l'avoir mis dans qu'irez-vous voir au ciné ? mais il n'avait pas de fil specifique.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Lun 27 Aoû 2012, 05:16

J'ai vu deux des versions de la servante , celle de 1960 qui vient de sortir et la dernière de 2010 . Celle de 1960 est bien plus intéressante.
Dans la version de 1960, bien plus subtile que celle de 2010, trois femmes tombent amoureuses d’un professeur de piano, qui n’en demandait pas tant, mais qui ne se défend pas beaucoup non plus.
La première pousse la deuxième à déclarer sa flamme, celle-ci et rejetée et humiliée se donnera la mort, puis elle impose, en la soudoyant, une troisième, qui deviendra servante de cette famille. La servante poignardera la première amoureuse pour garder l’exclusivité des services du mari.
Dès le début, cette servante à la fois ingénue et perverse, donne le ton, en massacrant les rats dans la cuisine : le message est clair, le parasite, c’est elle maintenant, qui va peu à peu séduire le mari, terroriser la femme et les enfants, jouant du flacon de mort aux rats, toujours soigneusement rangé dans un placard de la cuisine, pour mettre en scène de faux, puis de vrais empoisonnements.
Une grande partie du film se joue dans l’escalier, symbole de l’ascension sociale désirée par l’épouse, dont la servante veut prendre la place. C’est aussi un lieu de mort : elle y perdra l’enfant qu’elle porte, assassinera le fils de la famille, y mourra aussi avec ce pauvre professeur de piano qui tentera de ramper jusqu’à sa femme légitime pour lui faire une dernière déclaration. Pas de chance, la femme ne voit rien, arrimée à sa machine à coudre sur laquelle elle travaille jour et nuit afin de gagner de quoi payer les factures.
Le ton est nettement mélodramatique, mais sans vision simpliste de la réalité : chacun a sa part de responsabilité, de lâcheté, de manipulation. Le film se termine par un gag, très inattendu, après une fin tragique.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Lun 27 Aoû 2012, 05:24

salut, Albert ! je ne sais pas si j'aurai l'occasion de voir ce film

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Lun 27 Aoû 2012, 07:20

Albert a écrit:
Une grande partie du film se joue dans l’escalier, symbole de l’ascension sociale désirée par l’épouse, dont la servante veut prendre la place. C’est aussi un lieu de mort : elle y perdra l’enfant qu’elle porte, assassinera le fils de la famille, y mourra aussi avec ce pauvre professeur de piano
Oui. Au début du film, le couple se félicite d'avoir enfin "une maison sur deux niveaux". Il semble que tous leurs sacrifices avaient pour but une telle acquisition. Pourtant, cette maison est terriblement étouffante, et l'escalier toujours inquiétant.
Ensuite, plusieurs fois, le mari et la femme regrettent : "sans cette maison, tout cela ne serait pas arrivé".

Quelle est cette version de 2010 dont tu parles, Albert ?
Revenir en haut Aller en bas
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Ven 31 Aoû 2012, 05:06

Désolé d'une réponse aussi tardive Luca...
La version de 2010 est celle de Sang Soo, the Housemaid.
La pensée est beaucoup plus binaire, sans la profondeur psychologique et symbolique de la version de 1960.
Je n'ai pas vu les deux autres versions de Kim Ki young (pas sorties en France??)
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Dim 17 Fév 2013, 17:03

j'ai vu la version de 2008, qui est la version initiale restaurée + une bobine de l'époque.

Bien sûr on ne peut pas tout dire sur ce film, en particulier mentionner la fin.

Tel quel, c'est un film où l'escalier joue un grand rôle. Albert en souligne une interprétation, je dirais aussi que la descente de l'escalier est synonyme de descente aux enfers et de mort programmée.

La femme, Mme Kim, se reproche son désir d'argent qui amène des contraintes matérielles avec la nouvelle maison.

Le film est très noir, et les placards, ouverts à la suite, 1er placard/ 2e placard/ 3e placard, créent un effet d'attente, voire d'anticipation : on sait avant les acteurs ce qui sera trouvé ou utilisé.

Le petit jeu de cordelettes au début du film, où chacun à la suite de l'autre, doit faire une autre figure, est bien à l'image du film. On part sur une piste, on débouche sur une autre, de même que la servante utilise le mensonge comme le vrai, pour manipuler les personnages.

J'ai pensé à Zola, et à la bête humaine, pour la violence et le désir de meurtre. Nous sommes là dans des situations, plus que dans des analyses psychologiques, et l'aspect excessif du film s'explique par les révélations finales...

On peut voir aussi dans le film un homme soumis aux chantages et pressions des femmes. Difficile pour lui d’y échapper, et s’il s’en sort, c’est avec un fort sentiment de culpabilité (depuis la mort de l’ouvrière > l’affaire d’adultère).
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   Dim 17 Fév 2013, 18:16



un huis-clos au caractère dramatique souligné, par la musique, la pluie, l'orage, le train qui passe etc

. La Servante, c'est cent dix minutes de concentré de désir destructeur, de haine de classe, de perversité, une image saisissante d'une société ravagée par la violence. Sans vouloir se risquer à la psychanalyse de toute une nation, les séquelles de la guerre ne sont pas étrangères au climat délétère qui règne de bout en bout.

analyse et videos dans Le Monde
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: kim ki-young, la servante. (Corée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
kim ki-young, la servante. (Corée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie corédemptrice
» Présentation de JP Petit au Colloque international de Corée
» chien en Corée
» Stopper la consommation de chiens en Corée du Sud
» Pyramide décorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: