Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Laura Alcoba (Argentine-France)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba (Argentine-France)   Lun 22 Oct 2012, 18:06

Laura Alcoba littérature Hispanique/française.

Argentine qui écrit seulement en français, où elle vit dès l’age de 10 ans. Son histoire personnelle est comblée de souvenirs et fantômes. La déception de ses parents, jeune couple qui rêvait la révolution Castriste.

 Après la mort  du « CHË » Guevara en Bolivie  , leur retour dans une Argentine bouleversée  par une guerre  fraticide,les oblige à l’exil. C’est ce qu’elle raconte, dans son dernier livre « Les passagers de l’Anna C »,  récemment sorti et apprécié par la critique en Argentine. J’ajoute de ma part que  les Montoneros(guérilla) ses parents l’étaient, toute l’histoire, les morts ,les disparus, tout est balayé de nos jours, les Montoneros sont au pouvoir maintenant´

Manèges est encore  souvenirs d’enfance, et « Jardin Blanc » un roman merveilleux oú s’entrecroisent Rita Hayworth, le général Peron, une inconnue et le fantôme de Evita survole le roman.

Moi je ne la connaissais pas et  j'aimerai lire ses livres , elle écrit aussi sur le siècle d'or Espagnol.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Lun 22 Oct 2012, 18:50

Merci Amadak, pour ce texte dense et riche.

Etonnant effectivement qu'elle écrive seulement en français, je lirai jardin blanc dès qu'il sera disponible.

il faudra voir si on la garde en litterature hispanique ou française. J'attends d'avoir des élements.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba   Lun 22 Oct 2012, 19:05

pour Rotko, merci à toi; comme j'ai dit ne pas la connaître, mais sa personnalité est vraiment intéressante, comment dans un autre pays elle écrit dans une langue qui n'est pas la sienne, mais tous ses sujets sont de l'Argentine, dans tous ses livres, les souvenirs, restent vivants et elle sait les transmettre aux lecteurs.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Jeu 15 Nov 2012, 08:20



Laura Alcoba, et la lecture en Argentine.

Laura Alcoba est née en 1968 en Argentine. Pays qu’elle a quitté à l’âge de dix ans. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, elle enseigne à l’Université de Nanterre. Elle se consacre par ailleurs à l’écriture et à la traduction. En 2007, elle a publié un premier roman, Manèges, petite histoire argentine (éditions Gallimard) où elle évoquait un épisode de son enfance sous la dictature. Ce premier roman est traduit en espagnol, en anglais (sous le titre The Rabbit House), en allemand et en italien. Il a même fait l’objet d’une adaptation radiophonique sur la BBC en mai 2010.

En 2009, elle a publié Jardin Blanc, toujours aux éditions Gallimard, roman inspiré d’un épisode peu connu de la vie d’Ava Gardner et du Général Perón, à savoir leur bref voisinage à Madrid. Il a été publié en espagnol dans une traduction de Jorge Fondebrider, chez Edhasa. Son dernier roman Les passagers de l’Anna C, est sorti en 2012 chez Gallimard.


Hong Kong en Valois, dans Ça ne veut pas rien dire, meet, 2012
Les passagers de l’Anna C, Gallimard, 2012

Jardin blanc, Gallimard, 2009
Manèges, petite histoire argentine, Gallimard, 2007

En tant que traductrice :
Les Travaux du Royaume, de Yuri Herrera, Gallimard, 2012

source Meet.
j'ai prévu de lire Jardin blanc, Gallimard
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Sam 17 Nov 2012, 17:52

Des échanges avec Castagnet ont permis de jeter un oeil sur les lecteurs et éditeurs argentins.

Actuellement il y a un essor éditorial indépendant qui coincide avec un appétit de lecture unique au monde selon les intervenants qui ont souligné que des librairies restaient ouvertes jusqu'à minuit.

En gros on a distingué deux périodes fastes pour l'édition en espagnol : l'Argentine des années 30 qui a publié notamment 100 ans de solitude.; Vitalité qui a bénéficié des actions d'écrivains espagnols exilés pour des raisons politiques.

les années 1975 -1976 ont été décisives : 75, la mort de Franco; 76 le coup d'Etat argentin, et c'est le flux inverse qui s'opère, de l'Argentine vers l'Espagne : l'édition connaît la-bas des fusions au profit de grands groupes comme Mondadori et Planeta.

les auteurs ont parlé des lecteurs - et lectrices, argentins, comme curieux de tous les livres dans tous les domaines, donc d'une belle vitalité intellectuelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Dim 18 Nov 2012, 06:36


Souvent invitée comme auteur argentin, Laura Alcoba vit l'Argentine comme un pays fantôme qui hante son imaginaire d'écrivain. Elle assure des traductions en langue française, mais n'a pas fait celle de ses trois romans, bien qu'elle aime retrouver dans l'espagnol d'Argentine un phrasé qui correspond à son écriture.

parmi ses traductions :


cet auteur péruvien, qui traite " d’un voyage ou plutôt d’un double voyage : celui que fait un jeune journaliste jusqu’à une bourgade appelée Oreille-de-Chien, à plus de trois mille mètres sur la Cordillère des Andes, mais également celui, parallèle, qui le projette à l’intérieur de lui-même, vers les tréfonds de ses souvenirs. Nous sommes au Pérou, quelques années après la chute de Fujimori et la fin de la «guerre sale» entre le Sentier Lumineux et l’armée régulière péruvienne".

Laura Alcoba aime lire et relire ses titres préférés dans un cadre différent. Avec unepréférence avouée pour les filles du feu de Nerval, et Dit Nerval de Florence Delay, Grand Prix du roman de la Ville de Paris 1999.(132 p. Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba   Mar 20 Nov 2012, 15:13

Laura Alcoba

Jardin Blanc

Dans ce livre Laura Alcoba nous parle de l’exil. A Madrid dans un même immeuble habitent le Général Perón après le coup d´état qui l’a renversé du pouvoir en Argentine, au dessus vit en solitude Ava Garner qui n’aime que les fleurs blanches dans le jardin et au rez-de- chaussée habite Carmina une jeune fille qui est venue se blottir chez sa soeur Consuelo : quel secret cache-t-elle ?
L’auteure fait parler les trois personnages, Ava Gardner parle à Carmina, lui raconte son histoire de ex Diva du cinéma, sa gloire passée, ses maris,ses amants, elle ne vit que de souvenirs et de photos .Elle boit,ça lui fait du bien,Carmina écoute, elle vient la voir pour pallier sa solitude. Le monologue d’Ava Garner est écrit, sans points, sans majuscules, sans virgule tout à fait incohérent ce qui fait voir le début de sa maladie et fin de sa brillante carrière. Le Général Peron après un long périple dans plusieurs pays de l’Amérique latine, remémore aussi son glorieux passé, reçoit de nombreuses visites de l’Argentine où un jour il reviendra couronné de gloire.
La voix d’Evita lui parvient, cette femme qu’il avait tant aimé, morte depuis longtemps, son corps jamais rencontré, traînant qui sait oú- Elle lui parle, lui fait voir l’ingratitude de Franco, qui ne l’a jamais reçu, pire encore il l’ignore. Peron a encore l’espoir d’être reçu, les choses vont changer sans doute ; Il lui répond :
Citation :
Il ne faut pas trop dire Eva, suggérer simplement,c’est toujours dans le silence et le mystère qu’habitent les rêves du peuple ».
Dans son cahier intime Carmina parle pour soi-même, avoue son rendez-vous échu, ses longues heures d’attente sous le froid glacial, celui qui n’est pas venu. Consuelo se tait aussi ,mais elle soupçonne ce qui lui arrive. Elle doit partir, s’éloigner de tout son monde, brisée.
Où ira-t-elle Carmina ? nous ne le savons pas.

Un livre important, bien documenté, je le garde comme l’un de mes préférés et Laura Alcoba se révèle une auteure d’un grand talent.
Nb
Pour mes chers amis-es GDS* si vous voulez connaître toute l’histoire véridique du martyre de Evita, je vous suggère de lire du journaliste écrivain Rodolfo Walsh « Cette
Femme » Il est sur GDS* INOUBIABLE.

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Mar 20 Nov 2012, 17:32



Dans ce livre Laura Alcoba nous parle de l’exil. A Madrid dans un même immeuble habitent le Général Perón après le coup d´état qui l’a renversé du pouvoir en Argentine, au dessus vit en solitude Ava Garner qui n’aime que les fleurs blanches dans le jardin et au rez-de- chaussée habite Carmina une jeune fille qui est venue se blottir chez sa soeur Consuelo.

Voilà ce qu'il faut lire avant de commencer la lecture, sinon on sera déconcerté par les lieux (Madrid renvoie à Buenos aires) et les personnages (Mme Gardner c'est Ava G, Consuelo est une femme, L'illustrissime général qui refus les audiences est Franco, ce qu'on découvr par la suite,si comme moi, imprudent, on se lance dans la lecture sans préparation).

Je suppose, Amadak, que tu as lu le livre en espagnol ? Laura A. disait retrouver dans cette langue ce qu'elle voulait dire en français ; elle avait eu tendance à suivre de très près la traduction, jusqu'au moment où le traducteur avait réclamé son indépendance. Smile

Merci de me faciliter la lecture. je suis dedans actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba Laura Alcoba littérature Hispanique Argentine   Mar 20 Nov 2012, 18:55

pour Rotko, oui je l'ai lu en espagnol. Une traduction impeccable.
J'ai fait ce compte rendu à la hâte.j'aurais dû peut-être faire un raconto de l'histoire Argentine, personne n'est obligé de conaître, excusez moi. Comme je connais ça par coeur, je n'ai rien expliqué. Mais je suis sûre que Evita est bien connue dans le monde entier.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 115
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Mar 20 Nov 2012, 21:48

coucou, ma Lointaine !

Oui, j'ai beaucoup entendu parler d'Evita Peron, par ma maman d'abord, elle me disait qu'elle était belle et bonne pour les pauvres dans son pays (ce que nombre de personnes pensaient à cette époque) Et puis plus tard, j'ai lu un peu sur l'histoire de l'Argentine. Il faudrait que je trouve un bouquin d'un auteur "sérieux" qui m'éclaire sur le couple Peron.
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba Laura Alcoba littérature Hispanique Argentine   Mar 20 Nov 2012, 23:39

pour Ysandre: Evita est toujours vivante en Argentine et le fait d'être morte à 33 ans et son cadavre disparu et caché pour plus de 20 ans, a crée une légende à sa mémoire. Le pays etait partagé, ceux qui pleuraient, ceux qui criaient "vive le cancer.
L'ecrivain et renommé journaliste Tomas Eloy Martinez, a écrit plusieurs livres sur elle et son époque.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Mer 21 Nov 2012, 20:10

Amadak, je te suivrai sans tarder sur le jardin blanc, mais je suis très pris en ce moment. J'ai écouté Laura A. parler du paysage culturel en Argentine, et elle reconnaissait au lecteur argentin d'être très cosmopolite, ce qui n'est pas le cas du lecteur français moyen, je crois, fixé sur la litterature française, anglaise et americaine pour l'essentiel.

Un ami m'a raconté une conférence impromptue de Laura A. elle devait prendre la relève d'un écrivain prévu mais absent.

Ses parents très engagés politiquement ont dû partir en exil, le père a été emprisonné, ils se sont retrouvés à Cuba avec de faux papiers, si bien que Laura a été déclarée née à la havane, alors qu'elle a vu le jour en Argentine. J'ai regretté d'avoir raté cette conférence, mais je ne pouvais prévoir l'inattendu.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba Laura Alcoba littérature Hispanique Argentine   Mer 21 Nov 2012, 22:39

pour Rotko. pas de problème sur "jardin Blanc"j'ai dit l'essentiel, mais pour un lecteur Français le sujet ,les personnages historiques sont inconnus. Nous sommes un pays avec 200 ans d'histoire, une histoire qui a peu d'intérêt pour autrui.
On nous connaît grâce aux intellectuels brillants que nous avons et dont je suis fière. Chez nous, l'histoire de la France, est connue, Napoléon, De Gaulle etc...mais que savez vous du Général San Martin, le père de la Patrie, et d'autres!! à Paris je n'ai pas trouvé un seul journal Argentin er c'est naturel, le bout du bout du monde. bye
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Jeu 22 Nov 2012, 16:59

jardin blanc chez Gallimard.

Jardin blanc

J’ai parfois l’impression d’assister à un rêverie, celle d’une personne qui évoque des silhouettes disparues : est-ce Carmina qui recueille les diverses confidences ? Est-ce la romancière qui se retranche derrière Carmina et qui parle à des ombres du passé ?

Les prises de parole semblent naître inopinément, suite à une méditation ininterrompue, comme dans l’incipit :
« Et mademoiselle qui ne veut pas m’accompagner, non merci, Carmina, je ne t’ai jamais entendu dire autre chose, à croire que ce sont les seuls mots que tu connais… »

On passe d’un personnage à l’autre, dans la brume du souvenir, et dans le cadre d’une maison sans doute imaginaire où à chaque étage vit un personnage mythique, avec des correspondances discrètes Ava / Eva, Ava Gardner/ Évita Peron, deux femmes mythiques sur le déclin, voire qui parlent comme des revenantes (Eva Peron est morte depuis trois ans).

Des ombres devenues sans consistance, des corps qui furent l’objet de tant de soins, et qui semblent s’être dissous, n’avoir plus d’existence propre.

Pas plus que n’existe le général Peron que Franco ne veut pas recevoir, et qui ne garde du pouvoir qu’un vague souvenir, à tel point que lui-même ne le mentionne plus. A peine un étudiant et un jardinier lui donnent-ils ce titre de général qu’il ne mérite guère à s’occuper dérisoirement de deux caniches.

Pas plus que n’existe Ava Gardner, dans une demi ivresse constante, avec le souvenir de ses débuts et cette chute de cheval burlesque qui lui a abîmé le visage.

Pas plus que n’a existé Éva, sinon dans la mémoire de Peron, et surtout aux yeux de son embaumeur qui l’inspectait de son vivant pour en faire une momie au destin incertain : nul ne sait où se trouve la dépouille.

Reste le jardin blanc, ces fleurs blanches délicates et funèbres qui unissent tous les personnages, dans une tonalité mélancolique.

La seule absence qu’on regrette est sans doute l’amant disparu de Carmina, celui qui a donné un rendez-vous auquel il ne put se rendre, - et qu’on imagine victime d’une élimination discrète, comme tant d’autres opposants politiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 115
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Jeu 22 Nov 2012, 17:16

hum !... il est bien tentant ce livre
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Jeu 22 Nov 2012, 17:22

A regarder la liste des auteurs argentins - ou qui parlent de l'Argentine, on se dit qu'Amadak nous a sensibilisé au pays, au tango, aux écrivains.

Grand merci à elle d'avoir, de Buenos Aires, su en toute discrétion et amitié orienté nos centres d'interêt !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 115
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Jeu 22 Nov 2012, 17:30

oui ! alors, grand merci, ma Lointaine, pour tout l'or que tu nous donnes par tes connaissances et celles de ton pays;
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba   Ven 23 Nov 2012, 23:58

Un grand merci à vous mes chers amis. Rotko, tu me flattes, mon petit grain de sel pour mon pays et sa culture,si j'arrive à que vous le connaissiez. c'est le moins que je peux faire, et je vous suis reconnaissante de tout mon coeur, que les écrivains Argentins de tout les temps etles contemporains, Guillermo Martinez, Eduardo Berti,Laura Alcoba, bien qu'elle écrive en Français, le sang Argentin, circule dans ses veines et ses livres, qu'ils soient appréciés en France-
merci Ysandre, te lire est un bonheur pour moi. merci
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Sam 24 Nov 2012, 12:12


A propos de jardin blanc, un assentiment de Laura Alcoba.
Laura Alcoba a écrit:
Oui, c'est un peu une histoires de fantômes, tous les personnages le sont, quoique d'une forme différente
.

Comme elle était invitée à une réunion d'écrivains, elle a pondu un petit texte, Hong Kong en Valois, que j'envoie à Amadak. c'est très court, mais autant connaître le maximum d'un écrivain quand on l'apprécie, d'où mon envoi.

le thème en était
Citation :
Ca ne veut pas rien dire.

finale de la lettre du voyant de Rimbaud.

ces phrases à double négation sont toujours, quand opportunes, à creuser.

Laura Alcoba y parle d'un voyage à Hong Kong qui lui donne l'occasion de relire Nerval avec deux objets réels et symboliques : un réveil arrêté et une clé. On voit là des objets nervaliens !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba Laura Alcoba littérature Hispanique Argentine   Lun 26 Nov 2012, 14:49

Ça ne veut pas rien dire
Et pourtant je pense que ce petit récit nous dit beaucoup sur l’au teure, sa passion pour lire ailleurs des livres déjà lus, pour découvrir les secrets cachés entre les lignes.
Ce voyage à Hong-Kong, avec les « Chimères de Nerval » l’histoire du réveil Mao,et la pendule de Nerval, s’entrecroisent ;
Comme dans un rêve, en relisant « Sylvie », des coïncidences étranges d’heures et de minutes, la surprennent.
Dans peu de lignes nous assistons à son admiration pour « Le Ténébreux », sa nouvelle Sylvie, et en même temps l’irrémédiable déclin mental de Nerval, de ses multiples vies antérieures, qu’il dévoile à son ami Alexandre Dumas.
De ce voyage ,elle retourne,avec le réveil qui ne marque plus les heures et le livre dont la couverture, un tableau de Corot estompé,comme le paysage voilé de Hong-Kong,sous la brume.
Ces objets feront partie de ses souvenirs, comme un rêve.

Citation :
« Le rêve est une seconde vie » Nerval.
[]
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Lun 26 Nov 2012, 15:50


Tu en fais, Amadak, un compte rendu très complet et pertinent.

A mes yeux les deux objets, indépendamment de leur histoire respective, me paraissent bien aller avec une lecture de Nerval.

Un temps figé et la possibilité d'une clé pour déchiffrer les symboles et itineraires labyrinthiques de Nerval, qui reste mystérieux, sinon hermétique, sans pour autant cesser de nous parler.

Si quelqu'un d'autre veut les petits feuillets, je les envoie volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Laura Alcoba Laura Alcoba littérature Hispanique Argentine   Lun 26 Nov 2012, 16:58

important ce que tu dis sur la clé, je n'avais pas saisi cela, et j'avoue que je connaissais de Nerval, seulement ses merveilleux poèmes. Un esprit tourmenté et grâce à GDS* j'ai lu sa vie, ses oeuvres et sa fin. merci
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Pierre Sole
neophyte
avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: "Les Passagers de l'Anna C" récompensé en Argentine ?   Dim 17 Mar 2013, 14:37

Bonjour à tous,
Nouvelle venue parmi vous puisque c'est en cherchant des informations sur Laura Alcoba que j'ai découvert ce passionnant échange... je viens vous annoncer que la version traduite en Espagnol de ce dernier chef-d'oeuvre en date est en piste pour une récompense en Argentine, son pays d'origine, et plus précisément dans le cadre prestigieux de la Fête du Livre de Buenos Aires. Le vote, ouvert au public, est accessible jusqu'au 7 mai, ce qui nous laisse pas mal de temps pour mobiliser autour de nous en faveur de la cause de cette femme de lettres qui mériterait bien de recevoir ce "prix des lecteurs", et ce serait magnifique de se dire, si son livre sort vainqueur parmi les 20 proposés, que c'est un peu grâce à nous tous qui admirons ses écrits... La page est en Espagnol mais extrêmement facile à utiliser, point n'est besoin d'être hispanophone, ni même hispanisant, pour donner sa voix à ce beau récit biographique (pour ne pas oser tout à fait dire "auto-biographique")... Elle est ici:
http://www.el-libro.org.ar/internacional/culturales/premio-del-lector
Bien sûr il faudrait lire couramment la langue de Jorge Luís Borges pour prendre connaissance des 19 autres titres sélectionnés, mais... compte tenu de l'unanimité qui semble nous unir ici autour des "Passagers de l'Anna C", est-ce bien nécessaire ?
Alors bonne chance à Laura Alcoba et... bon vote à chacune et chacun !
Littérairement vôtre,
Marie-Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Dim 17 Mar 2013, 14:46

Pas banale, cette incitation à voter Wink pourquoi non ? en fait à part césar Aira, les autres auteurs nous sont inconnus, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   Mar 06 Aoû 2013, 05:38

Un avant-goût de la rentrée littéraire : « Le bleu des abeilles » de Laura Alcoba ( chez Gallimard, fin Août). Chronique touchante de la découverte de la France par une enfant émigrant d’Argentine.

La narratrice a une dizaine d’années lorsqu’elle parvient à quitter l’Argentine pour rejoindre sa mère, opposante à la dictature réfugiée en France. Son père est en prison à La Plata. Elle s’attend à découvrir Paris, la tour Eiffel et les quais de Seine qui égayaient ses cours de français. Mais Le Blanc-Mesnil, où elle atterrit, ressemble assez peu à l’image qu’elle s’était faite de son pays d’accueil.
Comme dans son premier livre, Manèges, Laura Alcoba décrit une réalité très dure avec le regard et la voix d’une enfant éblouie. La vie d’écolière, la découverte de la neige, la correspondance avec le père emprisonné, l’existence quotidienne dans la banlieue, l’apprentissage émerveillé de la langue française forment une chronique acidulée, joyeuse, profondément touchante.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laura Alcoba (Argentine-France)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Laura Alcoba (Argentine-France)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande de prière pour Laura
» Pour Sylvie la maman de Laura
» Pour Laura et sa petite maman
» NF Laura
» coucou je suis laura

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: