Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'or, la myrrhe et l'encens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: L'or, la myrrhe et l'encens    Mar 01 Jan 2013, 19:26

Bientot nous feterons les mages venus d'orient , mais quel est la vraie signification des présent offerts?

La connaissez vous? ajoutez d'autres symboles si vous en connaissez.


Avec l'oliban,la Myrrhe est l'un des aromates les plus connus de la tradition judéo-chrétienne.
Elle provient de plusieurs espèces d'arbrisseaux dont le plus commun est le balsamier,balsomodendron myrrha,originaire d'Arabie.Très recherché par les anciens,elle entrait jadis dans la plupart des parfums et de certains médicaments
.Elle était également un signe de richesse et de prodigalité et on l'employait enfin dans les principaux rites d'embaumement.

La Bible y fait de fréquente allusions.Ainsi,le livre de l'Exode précise qu'elle entrait dans la composition des huiles sacrées (dont elle augmentait du reste les propriétés réceptives).L'Eternel affirme à ce titre : "procure toi aussi des aromates de première qualité :de la myrrhe fluide: cinq cents sicles;du cinnamone aromatique :la moitié,soit deux cent cinquante; du roseau aromatique :deux cent cinquante;de la casse:cinq cents,en sicles du sanctuaire,avec du vin d'huile d'olive et tu en fera l'huile d'onction sainte.Tu en oindra la tente de la rencontre,l'arche de la charte,la table et tous ses accessoires...".

De même,l'Evangile selon Mathieu y fait également allusion :"ils entrèrent dans la maison,virent le petit enfant avec Marie,sa mère,se prosternèrent et l'adorère;ils ouvrirent ensuite leur trésor et lui offrirent en présent de l'or (symbole de l'esprit),de l'encens (symbole du corps),et de la myrrhe (symbole de l'âme) ".


Plutarque déclare à ce propos,qu'elle "dissout et dissipe les exhalaisons grossières et impures qui se condensent autour de nous

"En réalité,elle agit puissamment sur les énergies négatives issues de l'activité du psychisme humain."

Est-ce la raison pour laquelle les huiles essentielles sont de mode? cat
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Mar 01 Jan 2013, 20:13

merci Soussou merci
Revenir en haut Aller en bas
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Sam 05 Jan 2013, 13:21


Un beau conte!


Une légende venant on ne sait d’où raconte qu’un quatrième Roi mage s’était rendu à la crèche pour voir l’Enfant-Jésus. Il arrivait de l’extrémité du pays des Gaules, d’un endroit nommé Pelloc’hoaz.

Le roi de Pelloc’hoaz avait reçu en rêve la nouvelle de l’arrivée sur terre du Roi des Rois et qu’une étoile brillante le guiderait jusqu’à Lui. Dès le lendemain, il se mit en route, apportant avec lui trois perles extrêmement rares, qu’il tenait de ses ancêtres.

La première perle brillait comme du nacre rose et portait les couleurs douces du lever du soleil. Sa forme rappelait celle d’un cœur. Le roi de Pelloc’hoaz tenait à l’offrir au Seigneur comme porte-bonheur.

La seconde perle, de couleur verte, rappelait la campagne et la beauté de la nature. Le roi tenait à l’offrir au Divin Enfant car il s’y reflétait les splendeurs du monde et l’amour du Créateur pour tout ce qui vit.

La troisième perle, de couleur blanche, était plutôt transparente comme le cristal. Elle diffusait tellement de lumière qu’elle éclairait tout ce qui l’entoure. Avec elle, on recevait en pensée le conseil à proposer, la solution depuis longtemps recherchée, le chemin à prendre. Avec cette perle, la vie se simplifiait ainsi que les rapports entre les gens. Pour le roi de Pelloc’hoaz, elle symbolisait l’intelligence et la sagesse de l’esprit.

La légende raconte qu’après un voyage long et ardu, le roi arrivait enfin dans la région où se trouvait la grotte, quand il rencontra des soldats d’Hérode à qui il dut céder la perle rose pour éviter que des nourrissons mâles ne soient tués. Un peu plus loin, pour sauver la vie d’un pauvre hère accusé à tort, il se défit de la perle verte. Il ne lui restait plus que la perle blanche pour éclairer son chemin.

Il arrivait à destination lorsqu’une mère éplorée appela à l’aide car on venait chercher son seul fils, qui venait de voler un pain pour leur permettre de survivre. Le roi de Pelloc’hoaz paya la rançon avec la perle blanche.

Quand il se présenta sans aucun cadeau devant l’Enfant-Jésus, le roi était très triste. Le nourrisson ouvrit sa petite main et les trois perles qui y étaient déposées brillaient de mille feux. Il entendit alors une voix intérieure parler à son cœur : « Tu vois, ton offrande, je l’ai bien reçue ».
Happy


Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Sam 05 Jan 2013, 16:03

la myrrhe m'a toujour sposé problème, merci Soussou de fournir des données !

je suis allé sur un site très catholique pour avoir d'autres informations spirituelles, et voici ce que cela donne

La myrrhe

Citation :
La MYRRHE, (du grec murrha, de muron, parfum) était le parfum dont on se servait en Orient pour embaumer les morts. Mêlée à du vin, elle constituait un breuvage narcotique qu'on offrait aux criminels pour amortir le sentiment de la douleur.

La myrrhe est donc le symbole de la souffrance et de la mort.

La myrrhe offerte à l'humanité de Jésus, en prévision de sa mort pour nos péchés, nous rappelle la nécessité de la mortification : notre pauvre nature humaine déviée par le péché aura toujours besoin d'être corrigée, redressée, "mortifiée".

Ce parfum au goût amer, qui a la propriété de préserver les corps des morts de la corruption, est le symbole de la pureté, de la chasteté.

Dans une perspective de réparation et d'union aux souffrances de Jésus, nos enfants pourront apprendre la patience dans les difficultés et à offrir à Jésus leurs sacrifices et leurs renoncements.

on retrouve bien les thèmes catholiques dans cette interprétation.


Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Sam 05 Jan 2013, 16:33

Plutarque disait donc vrai! cat
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Lun 07 Jan 2013, 12:22




L'Adoration des mages par Andrea Mantegna (Isola di Carturo, vers 1431 - Mantoue 1506), vers 1495-1500.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Sapho
pilier
avatar

Nombre de messages : 3529
Age : 71
Localisation : Brabant Wallon
Date d'inscription : 03/08/2012

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Lun 07 Jan 2013, 13:57

EXTRAIT DES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY





Revenir en haut Aller en bas
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    Lun 07 Jan 2013, 14:53

On distingue surtout deux sortes de Myrrhe : 1. Myrrhe Hérabol ou Myrrhe des Somalis, de qualité supérieure, récoltée en Afrique (pays des Somalis).
2. Myrrhe Fadhli ou Myrrhe du Yémen, asiatique, venant de l’Arabie méridionale, que les collecteurs trient en deux catégories : la première (Fadhli), composée de petits morceaux lisses, non pulvérulents, pas veinés, plus appréciée, la seconde en morceaux plus gros, rouge-brun foncé, non veinés, à surface pulvérulente et forte odeur aromatique plutôt désagréable ; elle vient de Mukalla et de là, à Bombay ou Aden.

La Myrrhe au Yémen et dans la région Rarement récolté dans ce pays, (encore moins que l’Encens), la myrrhe yéménite est en fait de la myrrhe somalienne. Il existe depuis de nombreuses années un véritable marché protégé qui est dirigé, au Yémen par... des femmes somaliennes, qui sont en fait, des djiboutiennes, qui au souk de Sanaa comme à Taîz ou à Aden, parlent très bien le français. Dans tout le Yémen, lors des cérémonies de mariage ou à l’occasion des grandes fêtes, il est de coutume que les femmes se parfument le corps et les jambes en plaçant un encensoir sous leur jupe. Le prix de la Myrrhe est très élevé, comme celui de l’encens.



L’Antiquité, la myrrhe et l’encens : Les Egyptiens se fournissent sur place... La tradition commerçante de l’Arabie remonte à des temps très lointains. On sait que les Egyptiens font mention du royaume d’Arabie, (et celui de Pount, qu’on situe dans l’actuelle Corne de l’Afrique). cette région lui fournissait nombre de marchandises précieuses comme les aromates, l’Encens et la Myrrhe. L’histoire a retenue la reine Egytienne Hatshepsout (1490-1469 avant J.-C.) qui est représentée sous une fausse barbe. Ayant des difficultés d’approvisionnement et voulant déjà se fournir directement, elle lança une vaste expédition de cinq navires qui ramena entre autre de la résine de Myrrhe et de l’arbre à Encens, au nombre de trente, qu’elle fit pousser dans l’enceinte du temple thébain de Deir al-Bahari (vallée des Rois). Les bas-reliefs qui se situent derrière la colonnade de la partie Est du temple funéraire qu’elle se fit construire au temps de son vivant retrace les étapes de cette expédition et les arbres


la fève paienne

Dans la Rome antique, les rôles des esclaves et des maitres étaient inversés le temps des festivités des Saturnales célébrant Saturne, le dieu du temps.

Dans un morceau de gâteau, les nouveaux puissants cachaient une fève afin de désigner leur roi. Celui qui découvrait la graine cachée obtenait, pour une journée, les pleins pouvoirs. Souvent, son maître se vengeait une fois les festivités terminées. Au 19è siècle, les figurines de porcelaines allaient remplacer les fèves.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'or, la myrrhe et l'encens    

Revenir en haut Aller en bas
 
L'or, la myrrhe et l'encens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myrrhe
» La Myrrhe
» Les Rois Mages et les trois voies spirituelles
» Tout ce qu'il faut savoir à propos des pellicules
» Dossier: le kyphi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Sciences humaines et documents-
Sauter vers: