Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exposition "Humaine" Marc Pataut

Aller en bas 
AuteurMessage
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Exposition "Humaine" Marc Pataut   Dim 17 Mar 2013, 21:47

Avec l’exposition « Humaine », de Marc Pataut, aujourd’hui déployée sur les murs du Centre d’art du Point du Jour à Cherbourg, nous plongeons dans la photographie profonde.

http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/styles/asset_img_full/public/assets/image/2013/03/marc_pataut_10597_12386_0.jpg

Marc Pataut est un photographe préoccupé par les situations où des femmes et des hommes luttent, se maintiennent comme ils le peuvent à la surface sociale. Ici, nous avons déjà rendu compte de son séjour auprès d’adolescentes en souffrance anorexique.

« Humaine » est la réalisation d’un projet parti d’une commande artistique (Photographie et Territoire) passée au photographe en 2008 par le Centre régional de la photographie Nord-Pas-de-Calais à Marc Pataut.

Établi à Douchy-les-Mines, cette petite structure , fragile, dirigée par Pia Viewing est essentielle dans le maintien en France d’une activité de photographie sociale, signifiant, ici, une photographie « d’observation, sinon de description, des faits de société ».

Le travail de commande durera trois ans avec pour périmètre la ville de Douchy. Il se déroulera principalement autour de trois femmes.

Sa méthode ?

« Il n’y a pas de méthode. Il y a du temps passé et de l’immersion, qui correspond à une espèce de folie ».

Photographier le territoire, mais lequel ?

http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/styles/asset_img_half/public/assets/image/2013/03/marc_pataut_10366_12327_0.jpg

Douchy se situe dans cet ex-bassin minier où l’histoire industrielle s’est arrêtée il y a trente ans.

Marc Pataut n’est pas étranger à ce territoire. Quelques années avant, il a étudié, dans la cité voisine de Sallaumines, comment répondre par des images aux paysages et aux hommes blessés durablement par une suite de chocs :

« Coup d’arrêt brutal dans la vie économique d’une région ; fin annoncée d’une culture séculaire ; point d’impact d’une mutation mondiale.
La blessure comme un moment de repli sur soi, de concentration sur l’essence vitale, de culture intérieure.


Sylvie Dureuil, Douchy-les-Mines (Marc Pataut)
Conscience lancinante de la douleur, balancement entre l’espoir et l’abandon. Le paysage de la mine : blessure noire dans la nature, rappel omniprésent de la vie des mineurs sous la terre ; l’âpreté de cette vie, son souvenir obsédant ».

Entre Sallaumines et sa voisine Douchy, il y a des différences dans les fractures.

A Sallaumines, on peut rencontrer encore des mineurs étant les derniers à être descendus dans la mine.

A Douchy la mine « appartient à une histoire plus reculée dans le temps ». Marc Pataut :

« A Douchy , le rapport au présent n’est plus le même. Nous sommes dans un no man’s land, une période où la question de l’avenir est devenue étrange ».

Dans le no man’s land, les femmes font réseau

Le lieu est également étrange. Véronique Nahoum-Grappe, est anthropologue, chercheuse au centre Edgar-Morin (EHESS-CNRS). Elle accompagne le photographe dans ses rencontres préalables aux photos.

« Il n’y a pas de centre, ou un, mort. Il n’y a pas de place publique dans l’espace public. Ici, l’espace public est vide ».

Dans cet étrange sans centre, ce sont les femmes qui s’y retrouvent le mieux.
Véronique Nahoum-Grappe :

« Les femmes sont les seules personnes qui parcourent cet espace à pied : elles vont chercher les enfants à l’école, font les courses, se rendent dans les différents endroits où elles ont des heures de travail (des ménages n.d.l.r).

http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/styles/asset_img_half/public/assets/image/2013/03/marc_pataut_10310_12287_0.jpg

Marie-Jo Noclain, Douchy-les-Mines (Marc Pataut)
Toutes celles que nous avons vues font des kilomètres à pied ».

Ce constat conduit le photographe à penser que ce ne sont pas les paysages fait de fragments incohérents (« des routes s’arrêtent , des pavillons poussent partout ») qui peuvent transmettent la continuité et la compréhension de l’histoire de ce territoire ; ce sont les femmes qui par leur circulation et la parole, « font réseau », restituent la densité du passé et du présent, du social et de la société. Du temps.

Trois femmes, trois ans, trois portraits

Elles sont venues à lui et non le contraire. Elles ont voulues leur portrait. Le processus qui s’engage alors pour la réalisation de ces portraits est long et en dit long sur le fond d’où le portrait émerge.

C’est d’abord l’amitié, l’échange, le photographe instaure un rapport individuel avec chacune. Des paroles naissent pour « fixer le présent de l’identité » : histoires de vies , du corps, quotidien, enfants, bonheurs et malheurs. Cela donne une consistance aux photos. Cela ne suffit pas. Il faut une épaisseur.


Vue du mur de portraits des trois femmes composé de planches-contacts des séances photos (Photo Sabrina Lesert)
En élargissant le cadre à d’autres raisons, plus politiques et artistiques, Marc Pataut expérimente de nouvelles visibilités pour des invisibles, sauf par stéréotypes (l’ouvrière-du-Nord-en situation-de-précarité).

Le livre de Pierre Rosanvallon , « Le peuple introuvable » est à son chevet : la question de « la possibilité contemporaine d’une réactualisation de l’image du peuple » obsède ces portraits.
Pataut a toujours avec lui une boîte à outils de référence artistiques : Josef Albers, Robert Adams, John Coplans, Walker Evans...


Marguerite VI, 1945 (Henri Matisse)
Pour Sylvie Dureuil, Marie-Jo Noclain et Fred Kabla, l’influence viendra de Julia Margaret Cameron. Enfin, Matisse, et son dessin de Marguerite, en son Musée de Cateau Cambrésis a servi de fil rouge à toutes les réflexions du groupe sur le but esthétique et affectif du projet.
http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/styles/asset_img_half/public/assets/image/2013/03/justif12003.jpg
Il a donc fallu trois ans pour faire trois portraits exposés en solitaire et en mur d’image composé de planches contact correspondant aux séances de portraits menées avec les trois modèles.

Il faut trois ans pour faire un portrait ?

Marc Pataut :

« Oui, je peux passer trois ans de ma vie pour faire un portrait : c’est même souhaitable ».

INFOS PRATIQUES
Exposition "Humaine" Marc Pataut
Le Point du Jour - Centre d'art Éditeur 109, avenue de Paris 50100 Cherbourg-Octeville t. 33 (0)2 33 22 99 23 / f. 33 (0)2 33 22 96 66,Mercredi, jeudi et vendredi, de 14h à 18h Samedi et dimanche, de 14h à 19h, jusqu'au 19 mai
Très complet livre-catalogue « Humaine » , textes de Jean-François Chevrier, Véronique Nahoum-Grappe, Philippe Roussin, Pia Viewing. Éditions le PointduJour/CRP 39€.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Exposition "Humaine" Marc Pataut   Lun 18 Mar 2013, 05:58


Marc Pataut se définit comme artiste photographe. Depuis plus de vingt ans, il intervient sur des territoires « de handicaps, de paroles empêchées, d’échecs ou d’exclusions, de souffrances.

Voici comment Marc Pataut intervient sur des adolescents hospitalisés (beaucoup pour troubles du comportement alimentaire et d’autres pour troubles psychologiques) : d'autres photos sur ce site.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
 
Exposition "Humaine" Marc Pataut
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition de la Sainte Tunique : 500 000 visiteurs attendus à Trèves
» Saint-Marc-sur-Mer (Loire-Atlantique) 7 à 10 points lumineux rouges
» Mgr Marc Ouellet serait appelé au Vatican...
» l'animalité humaine
» [Blog, Liens & Droit Héraldique] Le site de Marc Baronnet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: IMAGES :: Photographies-
Sauter vers: