Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nicloux, la religieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nicloux, la religieuse   Mer 20 Mar 2013, 06:16

La Religieuse, c'est l'histoire de Suzanne Simonin, jeune fille contrainte de prononcer ses vœux par une famille qui l'a enfermée au couvent sans se soucier de son avis.

Cette œuvre anticléricale fut portée à l'écran par Jacques Rivette dans un film à scandale en 1967 avant de connaître une nouvelle adaptation aujourd'hui sous la direction de Guilaume Nicloux (La Clef).

Le spectacle est épicé par la bonne idée d'avoir subverti la logique de la distribution des rôles : Louise Bourgoin incarne la mère supérieure rigoriste tandis qu'Isabelle Huppert prend l'habit de la sybarite.

article et video dans le Monde

voir aussi l'histoire et la portée de La religieuse de Diderot, qui est une analyse pénétrante du sentiment religieux et de l'enfermement. En parler exclusivement comme d'une oeuvre "anticléricale" est une déformation.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Nicloux, la religieuse   Mer 20 Mar 2013, 07:08

Citation :

voir aussi l'histoire et la portée de La religieuse de Diderot, qui est une analyse pénétrante du sentiment religieux et de l'enfermement. En parler exclusivement comme d'une oeuvre "anticléricale" est une déformation.
bien d'accord avec toi, ton Excellence, j'ai lu la religieuse de Diderot il y a longtemps, il est toujours dans ma bibliothèque. Je ne l'avais pas ressenti comme une oeuvre anti-cléricale ! et pourtant .....
Citation :
Le cas de Suzanne joue le rôle d’un récit exemplaire. Le lecteur y voit concentrés tous les éléments qui tendent à détruire l’image de la religion catholique dans une société où elle domine encore. En ce sens là, l’utilisation du registre pathétique, autour d’une figure éminemment christique, a pour objectif d’emporter l’adhésion du lecteur et de susciter, à la suite de sa révolte, son envie de réagir. Ce texte de Diderot est un texte de combat, de l’ordre du combat « contre l’Infâme » lancé par Voltaire au milieu des années 1750. Son caractère violemment pamphlétaire a tour à tour enthousiasmé et gêné, voire révolté. Il n’est guère mesuré et son caractère caricatural est patent. C’est un texte du dix-huitième siècle en ce sens-là aussi. On n’hésitait pas à forcer le trait parce que l’ennemi était tout-puissant. Voltaire lui-même a été considéré au XIXe siècle comme de mauvaise foi (voir à ce sujet les discussions littéraires avec Sainte-Beuve et Théophile Gautier racontées par les Goncourt dans leur Journal). Nul doute que Diderot, « ce charlatan éblouissant » comme dit Jules Barbey d’Aurevilly (Goethe et Diderot 1880) qui ne l’appréciait guère, aura fait beaucoup penser, contrairement à ce qu’en dit Émile Faguet en 1890 (« un romancier qu’on se rappelle avoir lu avec amusement, mais qui ne fait ni penser ni se souvenir »). Comme le dit fort justement, quoique avec un peu d’excès, Leonardo Sciascia en 1985 (« Un siècle éducateur » in Mots croisés traduit de l’italien) :

« Diderot est la clef du siècle. […] Il a inventé une profession, la plus libre qu’on puisse imaginer […] celle de l’intellectuel. »
il faudra que je le relise...
En "l'actualisant", on pourrait faire un parallèle avec la notion de "pouvoir" sous toutes ses formes ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Nicloux, la religieuse   Ven 22 Mar 2013, 19:30


La religieuse de Rivette apparaît même comme une oeuvre manifeste dans la lignée de la Nouvelle Vague (qu'il avait initiée avec son court Le coup du berger) en transformant cette chronique du XVIIIe siècle en un questionnement contemporain.

"Ce film n'attaque pas les religieuses, expliquera le réalisateur, il n'attaque même pas la religion. Il attaque une certaine société qui est celle du XVIIIe siècle, il s'attaque à un certain état de fait qui est, en principe, aujourd'hui totalement dépassé." Cette dernière formulation laissant à croire que c'est tout le contraire.

Guillaume Nicloux s'inscrit également dans l'universalité du propos de Diderot. Malgré une fin différente de celle de Rivette, où Suzanne finit par se suicider, il rattache son film à des questionnements très contemporains.

"Les sujets traités dans La religieuse sont des plus modernes. La révolte d'une jeune femme face à l'autorité, son combat sans relâche pour la liberté, le droit à la justice, le refus de se résigner, la lutte contre l'arbitraire." Reste à savoir si l'accueil qui sera réservé à son film suscitera le même scandale que pour celui de Rivette. À l'époque, les premiers à s'être insurgés et à avoir demandé la censure du film n'en avaient pas vu une image.



Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nicloux, la religieuse   Dim 24 Mar 2013, 18:25

la religieuse

Très beau film ! sobre, peu de paroles, (les films americains au bavardage incessant me hérissent ). Les lieux et les costumes de Nonnes, les céremonies, tout cela très beau. Mais on pénètre dans les coulisses...

Nicloux n'a pas forcé la dose par rapport à Diderot. La première supérieure y a un caractère moins accentué que dans le livre, la 3e c'est Huppert, dont on voit bien de quoi elle souffre.

Je ne voudrais pas trop en dire si on prend la religieuse en lecture commune pour Avril.

Pauline Etienne est une interprète sensible dont le visage expressif change au cours du film.

Elle subit les différents chantages, familiaux et conventuels, mais par d'habiles metaphores (Un crucifix dénudé), ou des transpositions (le prêtre qui paraissait raisonnable inflige à Suzane Simonin, la nonne, une penitence dans l'esprit des sévices en vigueur), le réalisateur montre, non l'esprit de couvents malsains, mais un malaise pesant sur l'esprit religieux par lui-même.

Le film suit l'oeuvre, sauf la fin, habilement retravaillée, qui allège le rôle du confesseur suspect, pour le fondre avec l'action du marquis de Croismare, l'ami de Diderot, à la naissance du projet d'écriture.
cf. le fil Diderot

Par curiosité, j'ai voulu voir ce qu'en dit La vie Catholique. qui offre une video !

Il y aurait là matière à échanges, ce qui se fera sans doute avec le livre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nicloux, la religieuse   Jeu 28 Mar 2013, 11:00

Au moment où il est question "officiellement" du "fétichisme du corps", je repense au film :

la novice a les cheveux coupés, la poitrine bandée, et je n'anticipe pas sur le traitement qu'elle subit avec la deuxième supérieure de couvent.

Toujours est-il que la pénitence, le jeûne, et la mortification font partie des "rituels" en usage dns les pratiques conventuelles, sinon catholiques.

La danse, le chant autre que religieux, ne sont pas vus d'un bon oeil et Marta Morazzani, dans la note secrète parle, documents cités en appendice, d'une défiance vis à vis du chant religieux.

j'engage vivement les grains à aller voir ce film, bien fait, qui recueille tous les suffrages.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Marie kiss la joue
Animation
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 30
Localisation : Rennes/Paris
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Nicloux, la religieuse   Mer 03 Avr 2013, 18:13

J'ai été le voir, j'avais beaucoup aimé le livre et puis Isabelle Huppert me fascine...et je n'ai pas été déçue ! Seules certaines scènes me laissent perplexes, j'ai eu du mal à y croire (notamment ls avances de la mère supérieure vis-à-vis de Suzanne). Mais les images sont magnifiques, le tout est très bien filmé.

_________________
Que voulez-vous que je vous dise de moi ? Je ne sais rien de moi ! Je ne sais même pas la date de ma mort.
(Borges)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicloux, la religieuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicloux, la religieuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mantis religiosa] Mante religieuse
» Mante religieuse
» Enseignement et solide education religieuse
» [Mantis religiosa] Mante religieuse en Alsace
» Liberté religieuse ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: