Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Raymond Poisson dit Belleroche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Raymond Poisson dit Belleroche   Ven 29 Mar 2013, 12:23



Raymond Poisson, dit Belleroche
, est un acteur français du XVIIe siècle. Bien que son acte de baptême n’ait pas encore été retrouvé, toutes ses biographes s’accordent à dire que Raymond Poisson serait né « vers 1630 », suivant la version d'Henry Lyonnet. Seul Victor Fournel prétend qu’il serait né en 1633, mais sans nous donner ses sources. Il est mort à Paris le 9 ou le 10 mai 1690.

Il utilisera finalement peu le pseudonyme de Belleroche qu'il s'était choisi au départ, et on le trouve partout cité sous son véritable patronyme, Raymond Poisson, ou sous le nom de Crispin Ier, faisant référence au personnage qu'il joua le plus souvent et qu'il rendit célèbre.

Orphelin de bonne heure, il fut d'abord domestique du duc Charles III de Créquy, puis de son frère François mais, entraîné par le goût du théâtre, Belleroche quitte leur service vers 1650 pour s’enrôler dans une troupe de comédiens et aller jouer en province.

Remarqué par Louis XIV dans un de ses voyages, il intègre la troupe de l'Hôtel de Bourgogne en 1660, afin d'y jouer les premiers rôles comiques. Il y jouera sans discontinuer jusqu'à sa retraite à Pâques 1685.

C’est dans le rôle du valet Crispin que Poisson se distingua particulièrement. Il créa pratiquement ce type, lui donna son physique et le fit évoluer, tout au long de sa carrière, par son jeu et la personnalité qu’il lui conféra - grimaces, bredouillement, acrobaties. Le public aimait tant voir Poisson dans ce rôle qu’on vit ce personnage devenir de plus en plus souvent un premier rôle dans les comédies qui s’écrivirent dès le début des années 1660[1].

À partir des années 1670, Le nom de ce valet apparut même dans les titres des pièces[2].

Acteur comique également reconnu par ses pairs, ses talents d’improvisation lui permirent de jouer à plusieurs reprises aux côtés des farceurs italiens, notamment de Scaramouche et Arlequin en 1681.

Le 8 août 1680, quand le duc de Créqui rédige les ordres du roi pour la jonction des deux grandes troupes parisiennes, le nom de Poisson figure dans la liste établie par le roi. Il a donc une part de sociétaire dans la nouvelle Comédie-Française, née de la fusion de la troupe de l’Hôtel de Bourgogne et de celle du Guénégaud. Poisson y joue toujours des Crispins, que les auteurs ont fait vieillir avec lui, et il se partage les autres premiers rôles comiques avec Hauteroche, Raisin, très apprécié lui aussi, et les comédiens de l’ancienne troupe de Molière.

Belleroche est également l'auteur d'une dizaine de pièces de théâtre, publiées entre 1661 et 1681, et rassemblées en un volume d'œuvres en 1679, puis en deux volumes en 1687. On comprend à la lecture des neuf pièces qu’il a écrit qu’il ait été pour la postérité oublié au profit de Molière qui, en plus d’avoir eu comme lui le génie de la scène, eut celui de l’écriture. Cela dit, il ne manque pas de verve. Sa gaieté peut paraître grossière, sa versification faible et son style souvent trivial, mais ses pièces, qui sont véritablement celles d'un comédien-auteur, permettent de grandes possibilités de jeu et témoignent pour plusieurs d'entre elles des coulisses de la profession à cette époque.

Celle de ses pièces, qui obtint le plus de succès et resta assez longtemps au théâtre, a pour titre Le Baron de la Crasse (1662). Les autres sont Lubin ou le Sot vengé (1661) en vers de huit syllabes, Le Fou raisonnable (1664), L’Après-soupé des auberges (1665) qui fut l'une des premières pièces à jouer sur un comique de langage, avec de nombreux accents, identifiables à l'écrit, Les Faux Moscovites (1668), Le Poète basque (1668), excellente « comédie des comédiens » qui offre aux deux rôles principaux des possibilités de jeu rarement explorées, Les Femmes coquettes (1670), sa seule comédie en cinq acte, La Hollande malade (1672), Les Fous divertissants (1680).

Ses Œuvres ont été réunies à Paris, 1687 et 1743, 2 vol. in-12.

Belleroche est l'ancêtre de trois générations de comédiens. Son fils Paul Poisson s'illustra également dans les rôles de Crispin.


Raymond Poisson venait parfois à Bondy où il possédait une rente et une maison dans la censive des seigneurs de Bondy (ceux-ci furent le financier Jacques Bordier (1651-1660) puis la princesse Anne de Gonzague (1664-1685), tous deux propriétaires du château du Raincy la commune voisine). La maison de R. Poisson se trouvait dans la rue Saint-Denis, face à l’église. Il avait acquis cette maison en 1651 et il la conserva jusqu'en 1674.
Les références sur Raymond Poisson sont nombreuses dans diverses études notariales conservées aux Archives Nationales. On peut citer entre autres XLIV/74, XXXV/417, LXXXI/113, CXIII/121, regroupées dans l'ouvrage « 100 ans de recherches sur Molière – Jean Baptiste Poquelin », publié par Madeleine Connat, épouse Jurgens, et E. Maxfield-Miller. (René Connat, « Le comédien du roi Raymond Poisson », septembre 2006, bulletin n° 4 de l'association historique « Bondy, son chêne et ses racines », Square du 8 mai 1945, Bondy 93140").
Revenir en haut Aller en bas
 
Raymond Poisson dit Belleroche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poisson nouveau : loche de mer ?
» Pêcheurs de l'extrême du bar "Le poisson-roi".
» Raymond Panikkar, une christophanie pour notre temps
» Nouvelle espèce de poisson
» Le poisson devenu toxique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Scènes et tréteaux-
Sauter vers: