Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dennis Lehane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Nymphéa
pilier
avatar

Nombre de messages : 1480
Age : 64
Localisation : Nord
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Dim 22 Nov 2009, 12:17

"Shutter Island" , un film de Martin Scorsese avec Leonardo de Caprio sortira le 24 février 2010
Revenir en haut Aller en bas
vtarallo
pilier
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Shutter island   Sam 23 Jan 2010, 15:38

Pour ma part, j'attend de voir l'adaptation de "Shutter island" par Scorcese avec Di Caprio. Je suis souvent déçue par les films basés sur des livres. Il n'y a qu'à voir les désastreuses adaptations à l'écran des oeuvres pourtant excellentes de Jean-Christophe Grangé: "Les Rivières pourpres", "Le Concile de pierre", "L'Empire des loups". A quand "Le Serment des limbes"? Si le réalisateur réussit son coup, ça peut donner un film totalement effrayant avec quelques scènes dignes de "l'Exorciste". Ceux qui ont lu le bouquin comprendront...
Heureusement quelques adaptations sont restées dans les annales: "Les Liaisons dangereuses", "Vol au-dessus d'un nid de coucou", "Orange mécanique", pour ne citer qu'elles.
Revenir en haut Aller en bas
vtarallo
pilier
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Dim 24 Jan 2010, 10:37

Pour "Shutter Island", je ne suis pas du tout d'accord avec Maya quand elle dit qu'on se rend compte à la fin que l'histoire n'était pas crédible. Au contraire! On ne doute pas une seule seconde, avant la dernière partie du livre,
Spoiler:
 
même si des indices sont disséminés par-ci par-là, et qu'on sent confusémment que quelque chose ne tourne pas rond.

Quant à la fin et malgré les explications de Rotko, je pige pas une broque!!!
Revenir en haut Aller en bas
Simon BRODSKY
pilier
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 51
Localisation : Verneuil/Seine
Date d'inscription : 28/07/2010

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Ven 30 Juil 2010, 19:34

CORONADO- Dennis LEHANE

C'est un recueil de nouvelles. Je viens de lire la dernière pour commencer. C'est une pièce de théatre, pas trés longue, vachement bien fichue. Des personages flippants et attachant en même temps... Et puis, on est loin des polars avec le supergentil qui gagne tout le temps parce qu'il est le plus intelligent... On est dans le vrai, dans le gris, dans la crasse de l'âme humaine... Pour amateurs.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 28 Avr 2011, 06:26


Dennis Lehane publie le 4 mai un nouveau roman, Moonlight Mile, aux éditions Rivages.

On y retrouve le couple de détectives Patrick Kenzie / Angie Gennaro, et la suite de Gone, baby, gone. La petite Amanda McCready (16 ans) a disparu et Patrick Kenzie se lance à sa recherche. Kenzie et Gennaro sont quant à eux mariés et ont une petite fille…
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
caroline
pilier
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 21/06/2008

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 28 Avr 2011, 07:55


Et si j'ai bien compris ce que j'ai entendu, ce roman sera le premier à sortir en version numérique chez Rivages.
Revenir en haut Aller en bas
http://fonduaunoir44.blogspot.com/
Kervinia
pilier
avatar

Nombre de messages : 3822
Age : 29
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 07 Juil 2011, 11:07

Bon allez, c'est parti, je me lance !

**NE PAS LIRE LES SPOILS SI VOUS N'AVEZ PAS LU CE ROMAN**


Compte-rendu - partie 1

J'ai donc lu Gone baby gone, dans le cadre de la lecture commune de ce mois-ci. Ce que j'ai aimé, tout d'abord, c'est que, même si on sent l'empreinte américaine, il n'y a pas de manichéisme et les deux personnages principaux sont loin d'être présentés comme des surhommes.
C'est cette absence même de manichéisme qui contribue au malaise du lecteur, privé de repères rassurants. Pas de manichéisme, ça veut dire pas de solution parfaite. Bien sûr, vous me direz que Léon et Roberta Trett ne sont pas du côté blanc, mais s'il ne s'agissait que de ça... Léon et Roberta Trett sont comme rejetés en-dehors de l'humanité.

Spoiler:
 

Mais au-delà de ces rebuts de l'humanité, il y a tous ceux teintés d'un gris plus ou moins prononcé.

Spoiler:
 

Il résulte de cette absence de manichéisme comme une sensation d'absurdité chez les personnages. Parce que le monde n'est pas constitué que de blanc et de noir, parce que le monde n'est constitué que de gris et de noir, il semble dépourvu de sens. Une formule me semble résumer parfaitement la chose, et elle est de Broussard : "Tout déconne".

Spoiler:
 

Le constat est amère et la société américaine est loin d'être glorifiée...

[à suivre...]
Revenir en haut Aller en bas
Kervinia
pilier
avatar

Nombre de messages : 3822
Age : 29
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 07 Juil 2011, 11:44

Compte-rendu - partie 2

L'accent est bien mis sur le fait que le progrès scientifique et technologique ne va pas forcément de pair avec un progrès moral. Quelle société que celle où les gens sont obligés de fuir la réalité à travers la drogue ou la télévision ! Celle-ci ne cesse d'être fustigée dans le roman. Que l'on songe par exemple à la vision qu'il nous offre du journalisme télévisé :

Citation :
- Gert ? a repris Gordon Taylor.
- Oui, Gordon, a répondu l'intéressée, en portant la main à son oreille gauche. Gordon ?
- Gert ?
- Oui, Gordon. Je vous entends.
- Est-ce la mère de la petite fille que l'on aperçoit derrière vous ?
Le cameraman a zoomé sur l'entrée de l'immeuble, effectué la mise au point et cadré en gros plan Lionel et sa sœur. Celle-ci, bouche ouverte, pleurait à chaudes larmes tandis que sa tête faisait un étrange mouvement de haut en bas, comme si les muscles de sa nuque ne la soutenaient plus.
- Nous pensons qu'il s'agit effectivement de la mère d'Amanda, a répondu Gert, bien que rien ne nous permette de l'affirmer pour le moment.
Helene martelait de ses poings le torse de son frère quand, soudain, elle a soulevé les paupières. Un gémissement s'est échappé de ses lèvres, puis sa main gauche s'est élevée par-dessus l'épaule de Lionel, l'index dirigé vers un point hors du champ de la caméra. C'était à un effondrement en direct auquel nous assistions, à une intrusion cruelle dans l'intimité du chagrin.
- Elle a l'air bouleversé, a déclaré Gordon.
Quelle perspicacité ! me suis-je dit in petto.
- Tout à fait, a renchéri Tanya.
- Dans la mesure où le facteur temps est primordial dans cette affaire, est intervenue Gert, les policiers sont à l'affût de tout renseignement susceptible de les aider. Alors, si quelqu'un a vu la toute jeune Amanda...
- La toute jeune Amanda ? a lancé Angie en secouant la tête. Pff, évidemment ! A quatre ans, qu'est-ce qu'elle pourrait être d'autre ? Mûre ? Sage ?
[...]
- Gert ? a demandé Tanya. Avez-vous eu l'occasion de parler à la mère de l'enfant ?
Le brusque sourire contraint de la correspondante a dissimulé la fugace lueur de contrariété qui traversait son regard vide.
- Non, Tanya. Jusqu'à présent, la police ne nous a pas autorisés à franchir le périmètre de sécurité délimité par ce ruban jaune, là-bas derrière moi. Donc, je vous le répète, nous sommes dans l'incapacité de savoir si Helene McCready est bien cette femme en pleine crise de nerfs que vous distinguez devant l'immeuble.
- C'est tragique, a conclu Gordon au moment où Hélène s'effondrait de nouveau dans les bras de son frère en poussant un cri si terrible que Gert Broderick s'est raidie.
- Tragique en effet, a souligné Tanya.
[...]
Huit cassettes et quatre-vingt-dix minutes plus tard, nous n'avions toujours rien, hormis des crampes et une opinion encore plus désabusée du journalisme télévisé. A l'exception des différents angles de tournage, aucune caractéristique particulière ne permettait de distinguer les reportages.

Helene, accro à l'alcool, à la drogue et à la télévision, est celle qui incarne le mieux, dans le roman, ces gens qui se sont complètement coupés du monde et de la réalité.

Citation :
Tout en pressant l'épaule de sa sœur, Lionel a tenté à son tour d'attraper la main blessée.
Helene s'est violemment détournée de lui. Ce faisant, elle a perdu l'équilibre et s'est affalée sur le sol où elle est restée assise, sa main blessée ramenée contre elle, les yeux levés vers nous. Au moment où j'ai croisé son regard, je me suis rappelé lui avoir dit chez P'tit Dave qu'elle était idiote.
En vérité, elle n'était pas idiote, mais complètement anesthésiée - vis-à-vis du monde en général, du danger réel auquel sa fille avait été confrontée, et même des échardes de verre déchirant sa chair, ses tendons et ses artères.
Cependant, la douleur émergeait peu à peu. Enfin. Alors qu'Helene soutenait mon regard, j'ai vu ses yeux s'agrandir et s'éclaircir au moment où s'imposait à elle une brusque révélation. C'était un réveil atroce, une explosion nucléaire de lucidité dans ses prunelles, accompagnée par la prise de conscience soudaine de ce que sa négligence avait coûté à sa fille, des souffrances terribles qu'avait dû endurer la malheureuse enfant - autant de visions cauchemardesques enfoncées dans son petit crâne à coups de piston.

Spoiler:
 

[à suivre...]
Revenir en haut Aller en bas
Kervinia
pilier
avatar

Nombre de messages : 3822
Age : 29
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 07 Juil 2011, 11:47

Compte-rendu - partie 3

En dépit de tout cet aspect lugubre, l'auteur ne manque pas d'humour. Pour exemple :

Citation :
Le héros, Patrick Kenzie, est censé faire diversion. Pour cela, il s'est déguisé en clochard.

C'est fou ce que l'agent de sécurité à l'intérieur a eu l'air heureux de me voir.
Tout comme les trois personnes qui sont sorties de l'ascenseur et on fait un large détour sur le sol de marbre. J'ai reluqué sans vergogne les deux femmes du trio, souri en suivant des yeux le galbe de leurs jambes révélées par leurs tailleurs Anne Klein.
- Une pizza, poupées, ça vous tente ? ai-je lancé.
L'homme d'affaires a éloigné ses deux compagnes au moment où l'agent de sécurité me criait :
- Hé ! Hé, vous là-bas !
Lorsque je me suis tourné vers lui, il a quitté son beau bureau noir brillant en forme d'arc de cercle.
Après avoir poussé les femmes hors du bâtiment, l'homme d'affaires a sorti de sa poche un téléphone portable dont il a tiré l'antenne tout en poursuivant son chemin dans Washington Street.
- Soyez gentil, m'a enjoint l'agent de sécurité. Faites demi-tour et repartez en sens inverse. Maintenant. Allez, ouste.
J'ai oscillé devant lui et léché ma barbe, récoltant ainsi sur ma langue quelques petits bouts de coquille d’œuf que j'ai croqués en gardant la bouche ouverte.
Les pieds bien campés sur le marbre, mon vis-à-vis a déplacé une main vers sa matraque.
- Dégagez, m'a-t-il ordonné, comme s'il parlait à un chien.
- Mmm, ai-je grommelé en oscillant de plus belle.
Une sonnerie a retenti du côté des ascenseurs, annonçant que l'un d'eux avant atteint le rez-de-chaussée.
L'agent de sécurité a voulu m'attraper par le coude, mais j'ai pivoté brusquement et ses doigts se sont refermés sur le vide.
- Je voudrais vous montrer un truc, ai-je dit en fouillant ma poche.
Aussitôt, il a empoigné sa matraque.
- Hé ! Gardez les mains visibles...
- Oh, mon Dieu s'est exclamée l'une des personnes émergeant de l'ascenseur quand j'ai dégainé une banane pour la pointer sur le garde.
- Attention, il a une banane !
Cette voix-là venait de derrière moi. Angie.
C'était plus fort qu'elle, il fallait toujours qu'elle improvise. Elle était incapable de respecter le script.
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 14 Juil 2011, 18:03

Très intéressante, Kervinia, ton analyse de Gone, Baby, gone et je trouve tes extraits bien choisis.
Comme toi, j’ai apprécié que la vision des personnages ne soit pas manichéenne. Je ne lis pas beaucoup de romans policiers mais il me semble qu’en général justement, on a plutôt affaire à des personnages ou tout noirs ou tout blancs ! J’ai aussi aimé l’épilogue du roman dans lequel l’auteur propose une solution mais incite le lecteur à réfléchir à une situation difficile.
Cependant, j’ai trouvé la première partie vraiment longue et parfois ennuyeuse, malgré quelques passages réussis, en particulier ceux qui évoquent les attitudes de la mère d’Amanda. J’ai eu la sensation que l’histoire piétinait et que l’auteur avait peut-être du mal à la faire vraiment démarrer tout en faisant vivre et réagir le couple d’enquêteurs Patrick Kenzie / Angela Gennaro.
La deuxième partie est, à mon avis, bien meilleure, avec des rebondissements et une progression bien orchestrée jusqu’au dénouement original. Cela dit, je sais bien que c’est la loi du genre, mais quelle histoire noire ! Certaines scènes concernant les enfants sont difficiles à lire. Heureusement, et c’est un contrepoint très réussi, il y a la scène délicieuse au cours de laquelle Angie annonce qu’elle voudrait avoir un enfant.
Au total, ce qui m’a plu, ce sont les interrogations sur une société qui fonctionne mal, incapable de mettre hors d’état de nuire des truands qu’aucune horreur n’arrête, des parents indifférents et inconscients, et surtout sur la difficulté à rendre une justice qui en soit une, en particulier quand il s’agit de prendre en compte l’intérêt de l’enfant, son bonheur, son droit à grandir dans de bonnes conditions, à être aimé.
Autrement dit, ce qui m’a paru le plus achevé dans ce roman, c’est la manière de soulever des questions d’éthique, de montrer que certaines situations terribles sont le résultat prévisible de choix de société.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Mar 30 Aoû 2011, 08:56

Gone baby gone

Il est enfin temps que je mette un petit mot sur ce roman de Dennis Lehane que j'ai découvert à travers cette lecture commune. Ce roman m'a transportée car rien n'y paraît si simple. Comme vous le dites il n'y a pas de manichéisme et c'est ce qui donne ce sentiment d'être en équilibre ou prise entre deux feux. Je n'aurais pas mieux choisi les extraits et les analyses du livre sur ce sujet son très pertinentes.

Le personnage d'Hélène m'a fait frissonner, combien de personnes se sont engluées dans cette situation :alcool, télé, drogue ? Inquiétant constat.

Et que dire de la fin du roman qui pose un réel cas de conscience. Ça trotte dans la tête, ça secoue et ça devient même angoissant ...
Un bon roman noir, un état des lieux angoissant, et finalement ce vers quoi nos sociétés semblent se diriger à grands pas pale
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 28 Fév 2013, 09:19

shutter island
voir le résumé plus haut sur le fil.
Ce livre m'a angoissée, destabilisée, il reste dans ma tête et va surement y demeurer longtemps....
quitte à dire un gros mot ici Embarassed arrivée à la dernière page j'ai dit tout haut : "bah merde, alors !!!" et j'ai relu le dernier chapitre.
Tu n'es pas d'accord avec moi, ton Excellence ? quand je dis que chacun peut imaginer une fin différente... J'ai pensé qu'il n'était pas guéri, que bien qu'il ait semblé assumer son épouvantable histoire qui correspond d'ailleurs à ses rêves, il était retourné dans son déni. Il reste des questions en suspens, pourquoi ne l'ont ils pas lobotomisé ? pourquoi son psy endosse-t-il à nouveau le rôle de Chuck ? tout en semblant être de connivence avec le directeur et le médecin chef qui se promènent non loin d'eux ?
Tu as dit qu'il y avait "une clef". Alors s'il y en a vraiment une, je ne l'ai pas trouvée scratch
J'ai beau relire des passages, réfléchir, je ne vois pas.
Tu ne voudrais pas me donner ta réponse par MP, s'il te plait ?
Par ailleurs, l'intrigue est magistralement construite, l'ambiance, l'isolement, l'ouragan, la description précise des batiments, les personnages, tout converge pour faire monter l'angoisse. Le Dr Cawley est-il aussi lisse qu'il le fait croire ? le directeur est plus fou que ses pensionnaires, enfin, c'est Teddy qui le dit. Le déni appuyé par la construction d'une nouvelle personnalité psychotique est bien souvent au départ de la schizophrénie, mais dans la réalité, peut-on parvenir à nier complètement toute une tranche de sa vie ?
rhôôôô ! j'ai mal à la tête pale
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 28 Fév 2013, 10:28



Citation :
pensé qu'il n'était pas guéri, que bien qu'il ait semblé assumer son épouvantable histoire qui correspond d'ailleurs à ses rêves, il était retourné dans son déni

je crois que tu as bien compris l'histoire.

Pour le reste, ma lecture est déjà ancienne : tu poses des questions qu'il se posait lui-même, oubliant peut-être que le narrateur, c'est lui, et qu'on ne peut lui accorder une confiance totale.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Jeu 28 Fév 2013, 11:56

merci ton Excellence merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dennis Lehane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dennis Lehane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Après Steve JOBS, Dennis RITCHIE, l'autre génie en informatique également mort en octobre 2011
» Hommage à Dennis HOPPER
» Des traînés de missiles au crépuscule
» Photos
» Laïcité. Après le voile, la robe longue ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: