Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anise Stoltz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Anise Stoltz   Mar 16 Juil 2013, 13:03





La poésie adoucirait-elle la chose au monde la plus répandue – le désespoir ? Une grande dame « à court de prières », Anise Koltz la rend intelligible au cœur et en fait tout à la fois une œuvre, un souverain antidote – et un lieu de naissance.

Si Anise Koltz use de mots, c’est bien pour créer ce lieu inaliénable où, portés à l’incandescence, ils révèlent leur lumière crue – celle qui se dépose sur nos jours avec le geste qui déplace les lignes et tourne les pages comme pour éclairer une plénitude gagnée sur l’absurde :

Si les mots refusent
De céder à l’écriture
Ils se transforment
En pierres
Se retournant
Contre moi

Mais les mots ont cédé pour devenir sous sa plume presque doux au toucher – n’étaient cette densité propre,  cet « infracassable noyau de nuit » dont parlait André Breton et sa « fleur insécable » qui lèvent le vocable avant son sens au fil de ces 134 pièces poétiques finement ciselées jusqu’au bord du vertige… Peut-on se heurter (jusqu’à s’en faire mal…) à cette qualité de douceur qui nous touche dans son sobre bonheur d’expression - et qui nous confronte si suavement à nos limites plus ou moins reconnues, accompagnées ou non vers la découverte de la « secrète symétrie du monde » ?
Petite-nièce du couple Mayrisch de Saint-Hubert qui fut précurseur de l’unification européenne , Anise Kolz, née à Luxembourg-Eich, publie ses premiers recueils en allemand, dans le coin de création qui lui est échu : Spuren nach innen (1960) et Steine und Vögel (1964). Là où est la langue, la poésie fait advenir la parole qui ouvre le monde et la musique qui le fait tourner – sans se confondre avec lui qui tourne sans raison et sans savoir autour de quoi :

Un mot
Peut signifier le monde
Sans être le monde

Il n’est que signe
Sonorité

Le mot n’éclaircit pas
Ne signifie rien en soi

Le poème le fait exister

Dans le sillage de son illustre famille, elle crée avec son mari René Koltz, directeur de la Santé publique du Grand-Duché (mort prématurément, des suites des tortures que lui avaient infligées les nazis, il hante certains poèmes), les Biennales de Mondorf qui se prolongent au travers des manifestations organisées par l’Académie européenne de Poésie qu’elle préside. Progressivement, elle passe au français – allant jusqu’à abandonner sa première langue littéraire, comme le rappelle son éditeur, Gérard Pfister, qui met à notre portée cet art poétique lancé avec un ineffable sens de la vague dans l’interrogation de l’impossible – jusqu’à se suspendre au bord extrême du langage pour lui faire rendre sens et clarté par la grâce d’une « nouvelle fréquence sans mots » :

Je ne possède rien –

Je suis pleine de néant
Vide comme le ciel

Ne m’appelez pas

Chaque fois
Que mon nom est prononcé
Il perd
De sa substance

Ne possédant rien et n’ayant de prise sur le rien qui fait tourner le monde sans raison, la poétesse se saisit de l’absolu, qu’elle exprime en vertigineuses combinaisons et condensations arrachées à la langue commune pour faire advenir le miracle du verbe qui célèbre – quand bien même célèbrerait-il cette impuissance émerveillée à se saisir de ce qui est ou de ce qui doit être, pourvu que ça se mette à parler et chanter dans l’évidence comblée d’un dire à jamais indélébile :

Ne traversez pas
Mes anciens jours
Ils ne m’appartiennent plus

Je versais le temps
D’une cruche
Que ma mère avait troquée
Chez un brocanteur
Contre la robe délavée
De mon enfance
C’est ainsi que la parole commence, que le langage s’émeut et que le monde s’ébranle vers sa vérité révélée…



Anise Koltz, Soleils chauves, Arfuyen, mai 2012, 150 p
Revenir en haut Aller en bas
 
Anise Stoltz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Poésie ininterrompue-
Sauter vers: