Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alban Lefranc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Alban Lefranc   Ven 19 Juil 2013, 05:48





le ring invisible 170 p chez Verticales.

Mohamed Ali avant Mohamed Ali ou le récit des premiers pas et coups d'éclat du jeune Cassius Clay. Immergeant le lecteur dans l'Amérique des années 1950, l'ouvrage offre le portrait d'un enfant puis d'un adolescent timide jusqu'au mutisme, pénètre une conscience opaque et décrit la brutale métamorphose d'un introverti à l'heure où la boxe se joue sur un ring médiatique.

Alban Lefranc s'inspire de vies réelles qu'il interprète à sa façon, en mettant en relief un incident que son sujet a certainement connu. Dans le Ring invisible, il montre l'impact de lamort d'Emmett Till sur Cassius Clay, alors adolescent du même âge.

Emmett Louis « Bobo » Till (né le 25 juillet 1941 à Chicago, Illinois - décédé le 28 août 1955 à Money, Mississippi) est un adolescent afro-américain qui fut brutalement assassiné dans la région du delta du Mississippi aux États-Unis. Son meurtre fut l'un des principaux événements à l'origine de la création du Mouvement afro-américain des droits civiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Alban Lefranc   Ven 19 Juil 2013, 05:55

Lefranc est très attiré par l'oeuvre du cineaste allemand Fassbinder, sur lequel il a écrit

Fassbinder, la mort en fanfare par Lefranc , Alban
2012 Rivages

En 1982 à Munich, lors de la fête pour son 37e anniversaire, Rainer Werner Fassbinder se souvient de moments et de rencontres qui ont marqué sa vie et sa carrière de cinéaste.

Le cineaste avait noté les effets sur son corps et son couple de la véritable paranoia qui avait saisi l'Allemagne dans l'affaire de terrorisme d'Andreas Baader et ulrike Meinhof.

Lefranc est traducteur de titres allemands.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Alban Lefranc   Lun 26 Aoû 2013, 12:23

La boxe frappe fort en litterature : on a Alias Ali de Frédéric Roux dont j'ai entendu beaucoup de bien, par des canaux privés et le lien indiqué.

il y a aussi, les anges meurent de nos blessures (Julliard. 403 pages) de yasmina Khadra, mais je doute de le lire.

Le ring invisible séduit par son écriture : on y trouve un ton biblique, avec des évocations de Samson, l'épopée des grands boxeurs comme Joe Louis vécue à travers l'adoration des adolescents noirs, des accidents d'avion comme celui qui mit fin à la carrière de Cerdan.

L'histoire d'Emmett, une tragédie raciste, hante Cassius Clay par le souvenir de la réaction de son père à ce meurtre. Tout un imaginaire défile dans la tête de celui qui sera le grand Mohamed Ali : il aura de quoi penser pendant les combats qu'il n'a pas encore livrés, à ce stade de ma lecture.

Pour l'instant, le mieux serait de vous communiquer le début, aux allures de poème incantatoire :

Citation :
J'ai vu les plus grands boxeurs noirs défigurés par la honte, géants doux hagards pris de lenteur sénile, les bras troués par les fix, exhibés dans des talks-shows prime time, vendeurs de lessive ou de slips. J'ai vu les peaux étalées en gros plans sur des téléviseurs, les muscles fondus, la haine impuissante au fond des yeux.

J'ai vu la mise à mort minutieuse, les soubresauts de leur nom dans l'opinion publique. Tous, les soumis comme les séditieux, qu'ils aient brandi le poing ou la bannière étoilée au sommet des podiums, la rumeur a fini par les broyer, inexorablement.

J'ai vu les plus grands boxeurs noirs s'affronter pour les paris de leurs maîtres blancs, ramenés au statut des anciens esclaves, bafoués dans leurs droits les plus élementaires. Des champions comme Floyd Patterson, Sonny Liston ou même moi, après des triomphes sans appel...
Avec de tels débuts, on sait tenir des livres de qualité.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Alban Lefranc   Jeu 29 Aoû 2013, 06:13

le ring invisible 170 p chez Verticales.
 
On ne doit pas s’attendre à une relation épique des combats, la vue est plus synthétique, plus collective, comme, par certains côtés, chez Julie Otsuka
 
ce sont des narrateurs successifs, soit  un chroniqueur extérieur présentant Cassius « à 13 ans, à 15 ans, à 18 ans », parfois un Tu où  Cassius apostrophe  Emmett Till, plus souvent un ON ou un NOUS qui correspond aux jeunes Noirs, ou à la population blanche : on pénètre dans les mentalités, les regards, les fantasmes, les dégoûts, les espoirs…,
 
Le tout dans un style ample avec des reprises ( "il y a, on disait, on se demandait") qui fait surgir l’Amérique de l’époque, ses luttes  raciales, ses spectacles  en boucle  ( l’assassinat de Kennedy, les photos de Marylin, ou le visage hideux de Floyd Patterson : comment imaginer l’obscénité de ses lèvres  déformées sur celles d’une Blanche ?)
 
Citation :
« une forte odeur de foutre flottait autour du corps de Patterson . Et il faut se souvenir que les écrans étaient rares à l’époque, et rares les chattes en gros plans sur les rares écrans, et rares les culs pénétrés sur les rares écrans de l époque ».
 
A l’opposé, la figure « bien convenable » de Sonny Liston :
 
Citation :
« Liston devait rassurer les Blancs, la presse, les églises, les Noirs, les vieilles, les concierges et les pigeons ramiers; Liston  se serait accroché un nœud pap sur le gland et planté une bannière étoilée dans le cul si on le lui avait demandé. »
 
Imaginez alors l’effet de Cassius Clay devenu Mohammed Ali, « le plus grand histrion que la terre ait jamais porté », et citant Malcom X !
 
Alban Lefranc joue et gagne sur tous les  tableaux, de l’éloquence biblique des églises à la gouaille insolente des milieux populaires. Sans parler des aphorismes percutants :
 
Citation :
Trop d’amour, trop d’amour, rien ne tue tant un nègre que l’amour du blanc ;
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Alban Lefranc   Jeu 29 Aoû 2013, 08:15

Avec l'auteur, on pénètre donc dans les coulisses du spectacle et l'arrière-plan personnel de Cassius Clay qui met dans son punch, sa hargne et sa révolte !

Citation :
«Dans une soixantaine de minutes, mon ring invisible viendra coïncider avec le ring visible, avec le ring visible et vu par tous et reproduit à des millions d’exemplaires sur les écrans des spectateurs et dans les circuits privés des cinémas qui retransmettent le combat.»
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alban Lefranc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alban Lefranc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EXTRAITS DU LIVRE “COMBAT INTERIEUR” DE PIERRE ALBAN THOMAS
» Prière quotidienne, 22 juin, saint Alban (+287)
» De Lourdes à Medjugorje à pied : retour sur le long périple d'Alban Soullard
» Présentation des membres 2006-2007 !
» Se rebeller et sortir contre les gouverneurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: