Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 josef von sternberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: josef von sternberg   Mer 14 Aoû 2013, 05:30

Shangaï gesture 1941
 
Sternberg  nous plonge au cœur de Shanghai, ville de tous les vices et « moderne Tour de Babel ». Si The Shanghai Gesture réunit certaines idées chères au cinéaste – la déchéance de l’homme, la dépravation et la perversion – la beauté de ce film mésestimé réside surtout dans son atmosphère fascinante, trouble, cousue de non-dits et dessinée par une série de personnages énigmatiques
Dans de Vienne à Shangaï chez Flammarion, Sternberg   raconte comment il a découvert la ville et  le bâtiment de six étages qui en fait un microcosme troublant, un enfer qui engloutit ceux qui s'y présentent. C'est le cas de Poppy incarnée par Gene Tierney
 
 
Elle y trouve un destin au sein de l'empire du Mal. Le film est magnifique dans ses plans rapprochés et surtout ses vues d'ensemble. Les travellings donnent le vertige  et font explorer ce monde pervers où les femmes jouent un rôle prédominant, mais en représailles des humiliations subies.
 
Pour moi c'est une découverte, un film qui réserve des surprises jusqu'à la fin. Une oeuvre sulfureuse et raffinée,
 
 
"Mother" Gin Sling (Ona Munson) en divinité maléfique.
 
critique complète d'un chef-d'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: josef von sternberg   Sam 17 Aoû 2013, 11:31

du personnage d'andrei Makine L'impératrice rouge avec Marlène dietrich
 
Catherine II de Russie.
 
- quelle différence entre l'ingénue du début
 
 
et la femme avisée, forte et séductrice dans l'exercice du pouvoir ! une éclosion après des periodes de soumission à une mère autoritaire et à une belle-mère despotique, voire tyrannique. c'est dans ce deuxième  stade qu'on trouve  marlène dietrich dans toute sa puissance.
 
sternberg ne flatte pas les Russes : dès le début, on voit l'usage de tortures et châtiments ; lepeuple est crédule et arrièré, l'analphabétisme omniprésent, le prince débile et cruel, tout pour plaire !
 
Sternberg sait suggérer l'érotisme de Catherine avec ce filet qui apparait deux fois : d'abord soulevé par une épée, puis dans une séance d'adultère "libertin", mot revenu à la mode :-)
 
 
On est loin du personnage d'andrei Makine
 
J'ai retrouvé le cineaste qui aime les foules denses, comme dans shanghai gesture , et les figurines contrefaîtes, témoins d' une cour fruste, et de pratiques bizarres, du ressort de la magie et du malefice.
 
Le film est soumis  au temps, avec  les cloches récurrentes, les jacquemarts, peut-être pour suggérer que Catherine attend son heure.
 
une critique détaillée
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: josef von sternberg   Lun 26 Aoû 2013, 05:39

j'ai vu l'ange bleu, ce qui clôt mon cycle Von sternberg du moins avec les DVd disponibles.

le film date de 1930, avec Marlène dietriche evidemment qui inaugure ses attitudes provocantes dans le film Cabaret


Le film commence en montrant le personnage caricatural du professeur Rath.

L'action se situe en Allemagne en 1925. Le professeur Immanuel Rath enseigne la littérature anglaise dans le lycée d'une petite ville. Il mène une existence routinière et conforme aux conventions. Vieux célibataire endurci, il est aussi détesté par ses élèves, qui l'appellent professor Unrat ; Unrat signifiant déchet en allemand. L'enseignant découvre que certains de ses élèves se rendent le soir dans un cabaret de mauvaise réputation nommé l'Ange Bleu. Il va sur place pour surprendre ses élèves et les ramener dans le droit chemin.

les aspects comiques, "un peu" appuyés du début, laissent place à une ironie plus fine lorsque l'idylle se noue entre le professeur et la danseuse/chanteuse du cabaret. La fin devient carrément pathétique, passion/calvaire d'un être déchu, par sa faute, et sous l'emprise d'une séductrice fatale.

Une scène qui restera en mémoire : celle où Rath enfile les bas de Marlène, symbole plusieurs fois présent dans les films de Von Sternberg.

une critique complète.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: josef von sternberg   Lun 26 Aoû 2013, 05:50

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: josef von sternberg   

Revenir en haut Aller en bas
 
josef von sternberg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui a élu Josef Ratzinger?
» Recherche texte de Sternberg (je crois ?)...
» Recherche nouvelle de Sternberg
» je recherche "la photo" de Sternberg (fantastique)
» Décès d'un Abbé..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: