Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 David Peace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: David Peace   Mer 04 Oct 2006, 19:50

David Peace, 1977, Rivages/thriller.

Des hommes dépossédés.

Dire que l'intrigue est parfaitement claire serait mentir. D'autant qu'il aurait fallu commencer par 1974.
En l'état, deux fils directeurs : le sergent Bob Fraser poursuit la traque l'éventreur du Yorkshire, assassin pathologique de prostituées, le journaliste Jack Whitehead couvre l'affaire pour la presse.

Tous deux sont "hantés" par le passé qui fait irruption dans le présent, écriture en italique qui brouille tous les repères. Le Mal est partout, métaphysique avec les chiffres diaboliques 77, dans les cadavres mutilés des victimes ; à l'intérieur des êtres menés par des pulsions brutales, voire morbides. Les scénes de la violence ordinaire deviennent obsessionnelles. Partout du sang et du sperme, comment ne pas en étre éclaboussés ? c'est l'enfer des hommes avec manipulations, erreurs, fureurs et déceptions. Le règne de Léviathan.

Peace pratique une écriture rythmée : récit scandé par des extraits d'une émission radio intercactive, par des cauchemars récurrents, des scénes répétitives. On n'y peut rien, la machine infernale une fois lancée, rien ne l'arrête. Les hommes sont pris dans une gigantesque essoreuse qui les mêle et les broie.

La langue de Peace mêle invectives, cris, refrains, reprises, comme un poésie de rappeurs. L'inspiration est biblique, le souffle, apocalyptique : le péché est partout, le tueur tue les pêcheresses, ses poursuivants ne valent pas mieux que lui, et l'auteur nous plonge dans un monde assourdissant de bruit et de fureur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Mer 04 Oct 2006, 19:51

pourrait être du rap en littérature. Des conversations "pied au plancher" sans doute, mais surtout une scansion du texte avec des reprises et des variantes.

Exemple d'ossature visuelle et sonore pp 156-164

le narrateur s'apercoit de [1]la fuite de celle qu'il aime et [2] part à sa recherche.
(1]
Pour un Enfer [...]
Un enfer de feux d'artifice [...]
Dans un enfer de feux d'artifice, elle est partie .[...]
Dans un enfer de feux d'artifices, elle est partie et je suis seul. [...]
Dans un enfer de feux d'artifices, elle est partie et je suis seul dans la rue. [...]
Pour un enfer. [...]
(2]
En enfer dans une voiture volée.[...]
En enfer dans une voiture volée, tous les feux au rouge. [...]
En enfer dans une voiture volée, tous les feux au rouge, loin du monde . [...]
En enfer dans une voiture volée, tous les feux au rouge, loin du monde, loin de nous. [...]
En enfer.

A l'intérieur de ces reprises, d'autres thémes, et d'autres reprises. On a donc une langue rythmée par la violence des mots et des émotions. On peut en faire des collages. Dans le livre certaines listes obsessionnelles - les noms des personnes assassinées, sont collées aux murs. cf p 197, 198, p 282...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Mer 04 Oct 2006, 19:53

On sait qu'en Enfer une pendule egrène régulièrement la sentence irréversible des damnés : "Toujours / Jamais".

Chez Peace, on trouve, à plusieurs reprises, des versets de l'irréparable :

Citation :
"les plaies qui ne cesseront pas de saigner,
les hématomes qui ne guériront jamais"

Et la fureur se décline en litanies, par couplets réguliers.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Mer 04 Oct 2006, 19:54

A la fin du livre, on voit la solitude de Bob fraser, elle s'apparente à la déréliction.

Les appels au téléphone sont vains. Voici le dernier pp 338-339

J'appelai chez elle.
Pas de réponse.
Je raccrochai et rappelai.
Pas de réponse.
Je raccrochai et rappelai.
Pas de réponse
Je raccrochai et rappelai
Pas de réponse.
Je raccrochai.

Cet ultime appel fait suite aux essais avortés des p 320 p 323 p 327-328.

Rimbaud, Une saison en enfer
Mais pas une main amie ! et où puiser le secours ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
queenieinlove
pilier
avatar

Nombre de messages : 682
Localisation : Black Hole
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 05 Oct 2006, 06:26

alors là ça me fout le cul parterre ce genre d'écriture, faut que je trouve ce livre quelque part !
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/sublimeacide/index.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 05 Oct 2006, 08:36

Citation :
Avec 1974, David Peace, jeune prodige du thriller british, entame une série sur les grandes années du crime. Du jamais-lu

Citation :
David Peace a 34 ans, vit à Tokyo avec femme et enfants et a publié, en Grande-Bretagne, les trois premiers romans d'un ensemble intitulé «Red Riding Quartet». 1974 vient de paraître en France. Suivront 1977, 1980 et 1983.

Commence par le début: 1974 comme indiquéSur cet article
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
maïa
pilier
avatar

Nombre de messages : 3761
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 05 Oct 2006, 09:59

C 'est drôle, j'étais persuadée d'avoir déjà lancé un fil sur David Peace, mais bon ce devait être ailleurs... en d'autres temps Wink
Et il me semblait que rotko n'aimait pas, alors !!! J'ai la mémoire qui flanche lol!

Je suis une totale inconditionnelle. Il ne fait évidemment pas chercher dans la tétralogie (1974, 1977, 1980 et 1983) l'évolution linéaire du roman noir ou policier habituel. Toutes les réponses ne seront pas données au lecteur, Peace dit lui-même qu'il ne les avait pas forcément et qu'il laisse exprès des zones d'ombre pour accentuer notre malaise (et le sien, j'imagine).
Mais peu d'écrivains aujourd'hui possèdent un tel souffle. Son écriture est unique, incantatoire... Je dirais qu'on est plus dans le "tragique total" que dans le "noir". Les références bibliques n'ont rien de religieux, en fait. Elles annoncent simplement une apocalypse très humaine.
Cet été, j'ai lu le dernier paru : GB84, l'histoire des grandes grèves de mineurs sous Thatcher en 1984. Tout aussi fort. je tiens Peace pour un des grands romanciers contemporains, toutes catégories confondues...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 05 Oct 2006, 10:50

maïa a écrit:
C 'est drôle, j'étais persuadée d'avoir déjà lancé un fil sur David Peace, mais bon ce devait être ailleurs... en d'autres temps Wink
Et il me semblait que rotko n'aimait pas, alors !!! J'ai la mémoire qui flanche lol!

parfaitement !
tu as bien lancé ce sujet sur le forum - dont tu fus virée, mais je n'ai jamais dénigré cet auteur que tu m'as fait connaître, ainsi qu'à plusieurs d'entre nous.
Mon post la-dessus n'a pas varié et j'ai remis ce message à la suite des remarques d'alexhinat sur le slam.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
maïa
pilier
avatar

Nombre de messages : 3761
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 05 Oct 2006, 11:36

En fait, c'est justement Alexnihat qui n'aimait pas Peace, pas toi, rotko lol!

Quand je vous dis que je mélange tout... faudra que je demande à notre Aristarque de me faire aussi des béquilles de mémoire avec ses anciennes citations Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 05 Oct 2006, 15:47

Donc alexnihat n'avait pas reconnu le rythme du slam dans l'ecriture de Peace. Il nous dira sans doute pourquoi il n'appreciait pas Peace.

J'en profiterai pour lui glisser en douceur que Jack Kerouac a fait tout un livre de haikus Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
alexnihat
pilier
avatar

Nombre de messages : 320
Localisation : Somewhere, not here
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: David Peace   Sam 07 Oct 2006, 15:29

rotko a écrit:
Donc alexnihat n'avait pas reconnu le rythme du slam dans l'ecriture de Peace. Il nous dira sans doute pourquoi il n'appreciait pas Peace.

J'en profiterai pour lui glisser en douceur que Jack Kerouac a fait tout un livre de haikus Laughing

bon je lis qu'on parle de moi par ici ... xca fait plaisir !

en fait je n'ai pas accroché avec Peace car n'étant pas lecteur de polars, je ne pense pas avoir commencé avec le plus facile à lire ...

pour le slam effectivement me rythme ressemble beaucoup mais je pense que c'est u nlivre qui gagnerait à etre lu dans sa langue originale...

quand a Kérouac, effectivement il a ecrit de nombreux haikus..
rien a rajouter
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Sam 07 Oct 2006, 16:26

alexnihat

Citation :
quant à Kérouac, effectivement il a ecrit de nombreux haikus..
rien a rajouter

oui, en bilingue, il me semble, mais je n'ai pas trop apprécié les quelques haikus que j'ai lus. C'était en vitesse dans une maison de la presse, et je n'ai pas accroché.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 18 Jan 2008, 05:47

Tokyo année zéro de David Peace, traduit de l'anglais par Daniel Lemoine Rivages.

C'est premier volet d'une trilogie consacrée au Tokyo de l'après-guerre.

Peace se situe dans la lignée de James Ellroy : Au Quatuor de Los Angeles d'Ellroy il répond, par le Red Riding Quartet.

Citation :
Une œuvre hantée par des fantômes, des voix multiples, des âmes tourmentées, ponctuée de références religieuses.

Dans Tokyo annnée zéro, l'action se situe en 1946, dans sun mode où la mort et la peur rôdent, où la honte et l'amertume de la défaite rongent les esprits.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Tchipette
Animation
avatar

Nombre de messages : 3927
Age : 55
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 18 Jan 2008, 07:45

Cela fait un moment que je tourne autout du pot de Peace.
Je crois que je vais craquer...
A cause de vous hein evil evil
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Lun 03 Mar 2008, 07:02

David Peace consacre à son pays d'adoption un nouveau roman, Tokyo année zéro(Rivages). Le récit commence en été 1945, le jour de la capitulation du Japon.

Un univers de désolation et de morts multiples. Minami, l'inspecteur doit s'occuper d'une affaire de femme violée et tuée. Mais c'est dans son univers intérieur que tout se déglingue.

Selon mes sources, on retrouve une écriture-collage "d'imprécations et de mots mitraillés".
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Brume
pilier


Nombre de messages : 129
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: David Peace   Mer 04 Juin 2008, 06:37

Ca fait un bout de temps que j'ai envie de lire cet auteur...

Je suis tombée sur Tokyo année zéro à la biblio et je l'ai emprunté...
Je le commence tout juste.
Mes impressions très vite...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aufeminin.com/blog/galhadrhiele
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 15 Aoû 2008, 12:26

Dans un entretien au nouvel observateur, David Peace

résumait ainsi Tokyo année Zéro paru chez Rivages :

Citation :
Peu de temps après mon arrivée au Japon j'ai entendu parler de cette histoire aujourd'hui bien oubliée: celle d'un ancien soldat impérial qui avait été décoré pour avoir commis des meurtres et des viols en Chine et qui, une fois rentré à Tokyo, a continué à commettre les mêmes crimes jusqu'à ce qu'il soit arrêté et pendu.

il était conscient de la difficulté à saisir la mentalité japonaise pour l'insérer dans son roman :

Citation :
je suis fondamentalement le produit d'une culture chrétienne. Le thème de la rédemption est donc central dans la plupart de mes livres.

Mais j'ai lu beaucoup de romans, vu beaucoup de films japonais et découvert que, contrairement aux idées reçues, les Japonais ont effectivement une conscience, et le sens de la culpabilité.
Dans la culture japonaise, le respect des ancêtres défunts représente l'équivalent du concept de culpabilité dans la culture occidentale.

Il aborde le problème du Japon et de sa responsabilité face aux atrocités commises :

Citation :
On a forcé l'Allemagne à regarder en face la réalité de l'Holocauste. Les atrocités commises en Chine par les Japonais ont fait l'objet en 1946 de procès pour crimes de guerre, à l'issue desquels plusieurs généraux ont été pendus.

Mais il n'y a pas eu de travail de mémoire à l'échelle nationale...

On peut renvoyer sur ces sujets à Gen d'hiroshima et à l'album de Yung kyung-a, femmes de réconfort
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 05 Juin 2009, 11:39

1974


Ma première impression en lisant Peace : comment renchérir dans l’horreur pour vendre.

Eh oui !

Son bouquin est pour moi un catalogue d’atrocités méticuleusement décrites, histoire d’être sûr d’attirer les lecteurs avides de gore.

Je n’appelle pas ça du talent, mais du commerce.

La langue : jamais je n’ai lu autant de fois dans un livre les mots « merde » ou « putain ». Il se trouve qu’il y a d’autres façons de s’exprimer même quand le héros est un journaliste vulgaire, qui « chie », « pisse » et « baise ».

Sa seule qualité morale : ne pas être indifférent au malheur.

Peace a ses accros.

Je ne suis pas dedans et peine à finir.

Un polar en rap ? Oui, j'aime bien cette remarque. C'est haché, saccadé, trivial, voire bestial.

Ben, j'aime pas le rap... pale
Revenir en haut Aller en bas
jude
pilier
avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 05 Juin 2009, 13:46

Crevette a écrit:
1974



La langue : jamais je n’ai lu autant de fois dans un livre les mots « merde » ou « putain ». Il se trouve qu’il y a d’autres façons de s’exprimer même quand le héros est un journaliste vulgaire, qui « chie », « pisse » et « baise ».
Je te déconseille de lire La Geole de Hubert Selby alors...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 05 Juin 2009, 14:43

Rap ou pas rap, c'est un genre litteraire qui se rapproche de la harangue et de l'invective, avec une langue rythmée et des reprises de termes (anaphores paraît-il).
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 05 Juin 2009, 15:18

La Meute flaire la mort de Clare.
La Meute pense qu'il n'y a pas de cadavre.
La Meute pense qu'il n'y a pas d'informations.
La Meute flaire que l'affaire est morte.



C'est ça, une anaphore ?
Encore, celle-là, me plaît bien.

MAIS :

Merde, merde, merde.
La M1, direction Leeds.
Merde, merde, merde.
Grosses masses grises de ciel du samedi après-midi, virant à la nuit, de part et d'autre de moi.
Merde, merde, merde.
Cherchant des yeux la Rover de ce con de Jack Whitehead.
Merde, merde, merde.


Ben, là, il s'est pas foulé le gars...


scratch
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 05 Juin 2009, 15:31

un monologue tragique ? n'est ce pas un forme rugueuse du chant ?

que dis-tu quand tu te sens dans une impasse ?

vois les blasphèmes de Camille dans Horace appelant à la destruction de Rome, les eructations des Médée, Hermione et consoeurs, les imprécations tragiques

Spoiler:
 

il y a là de la jouissance !!


Dernière édition par rotko le Ven 05 Juin 2009, 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: David Peace   Ven 05 Juin 2009, 15:34

Honnêtement, ce qui me gêne, c'est le terme : merde.
Revenir en haut Aller en bas
Oscarchen
pilier
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 47
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: David Peace   Mer 10 Juin 2009, 21:19

Ca y est, j'ai fini la tétralogie du Yorkshire de David Peace (1974, 1977, 1980, 1983)

J'étais pressé de finir 1983 pour avoir enfin le fin mot de l'histoire, une explication limpide sur ce qui s'est passé durant ces neuf ans, sur qui tire les ficelle derrière tout cela.
Et hier je termine le livre et rien de tout cela. Pas d'explication limpide, veux-je dire. On comprend certains détails mais on n'a pas de conclusion qui éclaire toute l'affaire. Des tas de zones d'ombre persistent et des tas de questions restent sans réponses.

Alors, ma première réaction fut de rester sur ma faim. Je venais de lire 1300 pages d'une lecture éreintante qui me ballote de droite à gauche au milieu de la souffrance de plusieurs personnages ravagés par des secrets enfouis au fond d'eux-même, j'ai souffert avec eux tout ce temps, car comme eux, je veux savoir pourquoi il doivent autant morfler.
Et tout ce que j'obtiens en final c'est: une boite pleine de clés et des tas de portes devant moi!
A moi de me débrouiller avec cela!

Et puis j'y ai réfléchi, et j'ai reconstitué l'histoire. Du moins, ma version de l'histoire, ce que moi j'en ai compris, les motivations de chaque personnage et ce qui les a amené à agir de telle ou telle manière, et je me suis rendu compte à quel point cette oeuvre est brillante.
C'est du Lynch en littérature. Peace expose son histoire, il l'envoie en travers de la gueule du lecteur et il lui fait mal, en même temps, il l'accroche, impossible de laisser tomber sans savoir, mais à la fin, il nous laisse conclure. Lire Peace, c'est réfléchir (comme lire Umberto Eco).

Et que dire du style! Hallucinant! J'ai lu des critiques sur internet où bien des lecteurs étaient choqués par le langage (merde, putain qui reviennent sans cesse), ou par les répétitions incessantes (les personnages jettent sans cesse un regard sur leur montre, la scène de torture/interrogatoire au poste de police qui revient une ou deux fois par livre, toujours la même, seule la victime change), et je comprends ce qui les choque: C'est très douloureux à lire. Peace est sans aucune concession envers son lecteur, il le malmène sans cesse.
Je n'ai jamais lu un livre où l'histoire est racontée par plusieurs personnes, chacune présentant son point de vue à la première personne, chaque chapitre changeant de personnage. Là encore on doit à chaque fois faire un effort pour comprendre. Impossible de s'ennuyer en lisant cela. Soit on déteste, soit on adore.

J'ai adoré.

L'amie qui m'en a conseillé la lecture l'a fait suite à une discussion au sujet de James Ellroy. Elle m'a dit: "j'ai trouvé mieux qu'Ellroy, lis la tétralogie du Yorkshire de David Peace"
Et sur internet, ou par les critiques, Peace est souvent rapproché d'Ellroy..
A la suite de cette lecture, je trouve la comparaison avec Ellroy assez injustifiée. Ce n'est pas mieux qu'Ellroy, c'est différent. Plus noir sans doute (cela semblait impossible, pourtant), mais pas mieux. Ellroy utilise aussi les points de vue multiples dans ses livres (par exemple Ed Exley, Jack Vincennes et Bud dans LA confidential sont tous les 3 les personnages principaux), mais il les caractérise mieux. Chez Peace (dans cette oeuvre en tout cas), il sont tous "interchangables". Pas de différence fondamentale entre le regard qu'ils portent sur les choses et entre les comportements de Eddie Dunford et Jack Whitehead par exemple. Tous les personnages sont en souffrance et dissimulent (à eux-même) un secret indicible. Seul BJ sort du lot, mais comme il le dit à la fin, "il est celui qui s'est echappé". C'est le seul personnage qui n'est pas englué dans sa situation, il fuit et revient pour mettre un terme à tout cela en tuant "le loup".
Cette absence de caractérisation entre les personnages m'a un peu géné lors de la lecture, mais finalement, cela participe au style: la répétition et le martèlement qui contribuent au malaise du lecteur.

Cela m'a donné envie de relire Ellroy (pour comparer).

Et de lire d'autres livres de Peace. Car son écriture ne m'a pas laissé indifférent, loin s'en faut.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: David Peace   Jeu 11 Juin 2009, 05:07

Oscarchen a écrit:

Je n'ai jamais lu un livre où l'histoire est racontée par plusieurs personnes, chacune présentant son point de vue à la première personne, chaque chapitre changeant de personnage.

Voilà une recrue pour Faulkner cheers

bien ton message sur Peace !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: David Peace   

Revenir en haut Aller en bas
 
David Peace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» David [ECS]
» Medecines complémentaires->Vidéos David Servan-Schreiber
» Alexandra David-Néel: "J’ai vécu parmi les Dieux"
» L'Antéchrist sera ...selon David Wilkerson
» David, Jacques Louis Peintre Français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: