Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Camus, le premier homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Ven 14 Fév 2014, 10:36

Ce que tu relèves là, Rotko, est, à mes yeux, très important. La lucidité de Camus et sa volonté de ne pas esquiver les problèmes remonte très loin dans sa vie d’adulte et elle est intimement liée à son vécu d’enfant, à celui de ses parents et de tout son entourage familial.
Sur un autre fil dédié à Camus, il m’est arrivé d’évoquer les Chroniques algériennes, si riches et si instructives pour qui vent comprendre à la fois l’écrivain et le contexte historique. Cette « terre splendide et effrayante » (expression utilisée à la fin de la 2e partie du Premier homme), il la connaît bien, c’est « sa vraie patrie » (au sens étymologique de « terre de ses pères »). Mais il a senti très tôt le risque de fracture et il a lancé, dans ses articles, dès 1939, des avertissements qui n’ont pas été entendus ou ont été si mal compris qu’il finira par dire qu’il préfère choisir de se taire (ce qui sera retourné contre lui par ses adversaires !). Je cite :
Citation :
Ces textes résument la position d’un homme qui, placé très jeune devant la misère algérienne, a multiplié vainement les avertissements et qui, conscient depuis longtemps des responsabilités de son pays, ne peut approuver une politique de conservation  ou d’oppression en Algérie. Mais averti depuis longtemps des réalités algériennes, je ne puis non plus approuver une politique de démission qui abandonnerait le peuple arabe à une plus grande misère, arracherait de ses racines séculaires le peuple français d’Algérie et favoriserait seulement, sans profit pour personne, le nouvel impérialisme qui menace la liberté de la France et de l’Occident.Avant-propos daté de 1958
.

Il annonce ensuite sa décision de « ne plus participer aux incessantes polémiques » Il écrit plus loin, sans ambiguïté aucune :
Citation :
Le temps des colonialismes est fini. […] Je crois en Algérie à une politique de réparation, non à une politique d’expiation. [.] il n’y aura pas d’avenir qui ne rende justice en même temps aux deux communautés d’Algérie.

Vision utopiste, a-t-on dit. En 58, hélas sûrement. Mais, il y avait plus de vingt ans que Camus écrivait des « plaidoyers pour la misère arabe quand il était temps encore d’agir. », dénonçant, entre autres, dans un article audacieux et vibrant de 1939, la Misère de la Kabylie.
On voit bien dans Le premier homme que Camus enfant a perçu très tôt ces tensions latentes, annonciatrices du désastre. Bien plus tard, il regrettera amèrement que « [sa] voix n[n’ait] pas été mieux entendue » et déplorera « comme un malheur » que « les événements [lui aient] donné raison. »

Cependant, il faut une fois de plus revenir au premier chapitre du roman et percevoir qu’à travers ses pages transparaît l’idée chère à Camus jusqu’à la fin de sa vie qu’une fraternité entre Arabes et Français a été (et reste à ses yeux) spontanément possible. Kaddou, le conducteur arabe, qui est nommé lui aussi, offre un abri symbolique contre la pluie à Henri Cormery, le père, et « serrés sous le même sac » ils se tiennent épaule contre épaule. La fille de Kaddou et une Française mettent l’enfant au monde ensemble. Et c’est un Arabe sorti de l’ombre qui a guidé Henri à la recherche d’un médecin un peu plus tôt.

Ce mélange de lucidité, de déchirement, d’inquiétude mais aussi d’amour ou d’amitié est sensible dans l’ébauche du roman et on en retrouve des échos dans les compléments au manuscrit sur lesquels peut-être nous aurons l’occasion de revenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Ven 14 Fév 2014, 11:42

à le lire, je me dis qu'à travers ses propos, on pourrait parler d'un Camus visionnaire. Il avait un don d'observation fabuleux. Et encore plus qu'observer, il "ressentait".
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Ven 14 Fév 2014, 12:16

Oui, c'était un visionnaire, dans tous les sens du terme, je partage ton point de vue, Ysandre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus "le premier homme" page2J’avais toujours eue l’inquiét   Ven 14 Fév 2014, 23:44

J’avais toujours eue l’inquiétude de savoir l’attitude de Camus face au problème de l’Algérie. Je savais très bien le rôle qu’il a joué pour la France. Avec « le Premier Homme » on voit son humanisme et sa sensibilité, son rêve, jamais accompli d’une Algérie où les deux communautés vivraient en harmonie.
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Sam 15 Fév 2014, 09:02

Oui, Amadak, je voudrais qu'un jour tu puisses lire ce livre, il te plairait, j'en suis sûre.  kado
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Sam 15 Fév 2014, 20:30

A travers ce qu'il dit des arabes qu'il cotoie, on sent un peuple replié sur lui-même, avec un esprit "communautaire", c'est ce qui l'empêche sans doute de s'intégrer dans les pays occidentaux, ajouter à cela le racisme primaire de certains de ceux qui l'accueillent, et l'on retrouve tous les problèmes d'actualité.
Et puis, à l'époque, l'Algérie était colonisée, le peuple, opprimé. L'affabilité de certains colons, les liens qui pouvaient se nouer entre français et arabes, la gentillesse de ces derniers ne semblait pas "courantes".
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus le premier homme-page2   Sam 15 Fév 2014, 22:55

Ce livre me plairait sans doute, tu as raison Nicyrle, la question est de le trouver en Français. J'ajoute en même temps que des analyses comme les vôtres sont hors de la portée pour moi; je vous suis avec un grand plaisir. respect 
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 16 Fév 2014, 08:08

Si "esprit communautaire", il y a, c'est certainement chez les européens de toutes classes sociales, sans que pour autant ils se fréquentent entre eux, à fortune inégale. C'est visible dans les citations mises plus haut, et dans le livre Madame Arnoul.
de Jean Noel Pancrazi que je recommande.

La situation des habitants européens est fausse : ils sont dés étrangers sur ce sol, ils ne parlent pas la langue pour la plupart, et on ne trouve guère d'expressions arabes dans le texte, à la différence des expressions françaises dans la langue parlée et écrite des Algériens.

Ce serait d'ailleurs intéressant de recenser les mots arabes dans la langue française, de voir à quel registre ils appartiennent, et dans quels textes et contextes on les trouve.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 16 Fév 2014, 09:06

lorsque l'on va dans un pays étranger pour y vivre, n'est-il pas conseillé d'en apprendre la langue ?
par contre, les colonisateurs n'ont jamais fait l'effort de parler la langue des pays qu'ils envahissaient ! mauvaise pioche !!! ça les a surement desservis (bienfait pour eux !)
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 16 Fév 2014, 10:08

Encore une fois très tôt (1937), Camus a milité pour une culture méditerranéenne au sens le plus large. Il souhaitait une culture vivante tendant vers l’universalisme, qui se nourrisse de toutes les expressions méditerranéennes d’Afrique du Nord (à découvrir directement ou à travers des traductions) : grecques, italiennes, espagnoles, françaises et arabes.
Dans un hommage à son ami Roblès (paru dans une revue), il en appelle joliment à tous ses « frères de soleil ».
Dans une interview après le Nobel, il rappelle fièrement que s’est construite  « par la seule vertu d’un échange généreux et d’une vraie solidarité, une communauté d’écrivains algériens, français et arabes et kabyles. » Il cite Mouloud Feraoun, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib et Driss Chraïbi et affirme sa conviction que, malgré les déchirements du moment, « cela ne pourra être oublié. »
Roblès et Camus ont d’ailleurs aidé plusieurs des écrivains cités plus haut à être publiés dans des maisons d’éditions parisiennes.
Dans une note au Premier homme, Camus consigne un souvenir personnel et emploie des termes significatifs :
Citation :
Rencontre avec l’Arabe à Saint-Etienne. Et cette fraternité des deux exilés en France.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 16 Fév 2014, 10:10

rotko a écrit:
Ce serait d'ailleurs intéressant de recenser les mots arabes dans la langue française, de voir à quel registre ils appartiennent, et dans quels textes et contextes on les trouve.

Quand j’ai conçu mon dernier roman, j’ai fait une recherche concernant les apports de l’arabe dans la langue française. J’ai trouvé que plus de quatre cents mots, de la langue courante mais pas seulement, viennent de l’arabe parfois par le biais de l’espagnol; sans surprise, ils se retrouvent dans le vocabulaire de l’astronomie, des mathématiques, de la botanique, de la zoologie et de la cuisine…
Voir le très joli livre, illustré de calligraphies, d’Alain Rey, intitulé Le Voyage des Mots.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus le premier homme-page3la langue espagnole est semé de   Lun 17 Fév 2014, 14:13

la langue espagnole est semée de mots Arabes, depuis « le siècle d’Or et avant l’expulsion de 1492. Les communautés espagnoles, arabes et juives
vivaient sans problème. Et les Arabes ont laissé des traces indélébiles
Par exemple La lettre « J », le seul idiome qui la contient est l’espagnol, le Cante jondo, Ojalá qui veut dire Oh Alá. Ce « J » se prononce comme un « h »
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Lun 17 Fév 2014, 14:18

Amadak  merci biz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus page 3   Lun 17 Fév 2014, 14:23

j'ai oublié de dire que Ojalá veut dire Dieu le veuille"" OhAlá!.
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus page 3   Lun 17 Fév 2014, 23:34

Rotko, je me suis arrêtée sur Jean Noël Pancrazi et son livre Madame Arnoul.
L'effet de la guerre d'Algérie sur un petit enfant, sa déception, madame Arnoul,son refuge, avant la fuite précipitée. Il gardera les souvenirs,de ce qui était son petit paradis.
Tu as raison de le recommander, un bon livre que j'aimerais lire
Merci
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 23 Fév 2014, 10:10

Je ne sais où vous en êtes, les uns et les autres, de votre lecture du Premier homme, mais j’imagine que d’emblée vous vous êtes demandé qui est « ce premier homme ». Même en se contentant du manuscrit et des notes dont nous disposons, on devine que les sens à donner au titre sont multiples et il peut être intéressant de soulever la question.

Par ailleurs, je voudrais signaler aussi que, dans le projet de Camus, ce roman s’inscrivait en tête d’un nouveau cycle, venant après celui de l’absurde (Le mythe de Sisyphe) et celui de la révolte (Le mythe de Prométhée). Il l’aurait intitulé L’amour et le plaçait sous le signe du mythe de Némésis. Comme pour les deux premiers cycles, l’auteur comptait s’exprimer à travers trois modes d’écriture, le roman, le théâtre et l’essai. Lire Le premier homme en pensant à la grecque Némésis, « déesse de la mesure, fatale aux démesurés » ouvre des perspectives. À mon avis, elle est au cœur même du roman et invite à réfléchir à nouveau à la quête du père et au thème de la mère intimement lié à celui de la terre, ici l’Algérie.

Enfin, je me demandais si vous aviez remarqué l’expression « homme monstrueux » que Cormery emploie à la fin de la première partie pour parler de lui-même, expression qui fait écho à « monstre », mot qu'on trouve à plusieurs reprises dans les notes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 23 Fév 2014, 13:53

d'après ce que j'ai lu premier homme parce que "premier homme" de cette famille d'où le père est absent, mort. Mais ma lecture me donnera peut être d'autres perspectives ...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 23 Fév 2014, 14:05

En même temps on parle d' "innocence adamique"
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 23 Fév 2014, 14:06

Où en es-tu, Ysandre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 23 Fév 2014, 14:13

rotko a écrit:
En même temps on parle d' "innocence adamique"

Lors d'une interview de 1959, Camus dit qu'il avait envisagé de donner pour titre à son roman : Adam, en précisant :
Citation :
S'il avait été possible de donner à ce titre un sens mythique sinon mythologique. [...] En réalité chacun de nous, y compris moi, est d'une certaine façon un premier homme, l'Adam de sa propre histoire.

Cela prouve bien que Camus voulait donner une dimension mythique à son roman.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Dim 23 Fév 2014, 16:46

je ne me souviens plus de la page, Manic, je te dirai ça mardi. bye 
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus page 3   Lun 24 Fév 2014, 03:20

 cheers je continue, en relisant toutes les pages; Nicyrle nous offre une analyse érudite et lumineuse de ce livre,on ne se lasse pas,on connaìt mieux le Camus sensible qui parlait de ses amis Arabes" frères de soleil" précieuse expression.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Ven 28 Fév 2014, 08:30

Il est difficile pour un non-initié de se faire une idée précise de ce récit inachevé. Sans doute voit-on indiquées des "conduites qui seront expliquées plus tard", mais qu'en deviner ? je préfère en rester là pour ces textes qui expliquent la personnalité de Camus, avec en notes cette très belle lettre adressée au lendemain du Nobel à son instituteur Jean Germain.

Je vais jeter à nouveau un oeil sur l'Etranger, lecture depuis longtemps différée car je n'ai guère avec Meursault d'affinités de caractère  cheese 
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   Ven 28 Fév 2014, 10:05

Tu souhaites « en rester là », je peux le comprendre bien sûr. Toutefois, si tu reprends L’Etranger comme tu en as l’intention, peut-être ne le regarderas-tu pas de la même façon.

La lettre à l’instituteur est belle, sobre et digne. Avant de refermer Le premier homme, ne manque pas de lire dans les notes ce qui aurait, à coup sûr, été repris dans le roman et qui concerne la mère unie à la terre d’Algérie :

Citation :
Et il s’écria, regardant sa mère, et puis les autres :
“Rendez la terre. Donnez toute la terre aux pauvres, à ceux qui n’ont rien et qui sont si pauvres qu’ils n’ont même jamais désiré avoir et posséder, à ceux qui sont comme elle dans ce pays, l’immense troupe des misérables, la plupart arabes, et quelques-uns français et qui vivent ou survivent ici par obstination et endurance, dans le seul honneur qui vaille au monde, celui des pauvres, donnez-leur la terre comme on donne ce qui est sacré à ceux qui sont sacrés.”

Cet appel, empli de ferveur, unit la mère, la terre d’Algérie et tous ses habitants pauvres ; il renvoie à l’intime conviction de Camus qu’une cohabitation était possible, ce pour quoi il a milité très tôt, de façon pressante mais en vain, réalisant certainement à la fin de sa vie que c’était devenu impossible.
La suite de l’appel qui figure dans la note est aussi très émouvante :

Citation :
et moi, alors, pauvre à nouveau et enfin, jeté dans le pire exil à la pointe du monde, je sourirai et mourrai content, sachant que sont enfin réunis sous le soleil de ma naissance la terre que j’ai tant aimée et ceux et celle que j’ai révérés. (Alors le grand anonymat deviendra fécond et il me recouvrira aussi – je reviendrai dans ce pays.)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Camus le premier homme page4   Ven 28 Fév 2014, 16:47

Nicyrle, j’ai suivi avec énorme plaisir cette magnifique chronique sur Camus .Sa vie ses espoirs, pas accomplis, son amour pour sa terre et ses frères de soleil.
Avec tes pensées, tes citations, tu as rehaussé ce livre inachevé à sa juste valeur
Un grand merci merci 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Camus, le premier homme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Camus, le premier homme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sujet de brevet Camus,Le Premier Homme,cahier de grammaire,qui aurait la correction?
» URGENT : Le premier homme CAMUS
» Le premier homme contaminé par un virus informatique
» *** « Le premier Homme : JESUS. Le Maître. » ***
» Le premier homme sur la Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: