Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Leonardo Padura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
maïa
pilier
avatar

Nombre de messages : 3761
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Leonardo Padura   Mer 11 Oct 2006, 11:58

Auteur cubain, né en 1955, publié chez Métailié, excellente maison d'édition, surtout dans sa collection "noir"...

A lire toutes affaires cessantes Laughing la tétralogie "Les Quatre saisons" (Passé parfait, Vents de Carême, Electre à la Havane et L'Automne à Cuba)

Le héros récurrent, Mario Conde est flic et dépressif. Toutes ses histoires d'amour tournent mal, il cultive la nostalgie dans un pays ubuesque (Castro n'est jamais nommé, mais implicitement omniprésent) mais aussi l'amitié, particulièrement celles de son pote d'enfance, Carlos le Flaco qui végète dans un fauteuil roulant depuis qu'une balle, en Angola, lui a détruit la colonne vertébrale... et de la mère de ce dernier, Josefina, qui leur cuisine des petits plats sublimes...
Dit comme ça, ce pourrait être banal, mais la force de Padura est à la fois dans une écriture magnifique et dans une dualité vie privée-enquête qui font du personnage récurrent un vrai héros de littérature et un être qui se et nous questionne sur la condition humaine, sur l'amour, sur la mort...

Padura le dit d'ailleurs : Mario Conde est une métaphore...

J'envie Swallow qui peut les lire dans la version originale ! Mon espagnol est trop sommaire... Wink Mais la traduction semble très bonne.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Mer 11 Oct 2006, 14:04

moi j'ai lu Leonardo Padura, Mort d'un Chinois à la Havane, Suites éditions Métailié.

Citation :
"Derrière l'aventure policière qui entraine Mario Conde, on trouve l'histoire [...] des Chinois qui sont venus à Cuba, semblables à d'autres émigrants économiques. La solitude et le déracinement sont [...] le sujet de cette histoire",
previent l'auteur.

Au-delà des apparences que chacun connaît, dont ces petites recettes qui titillent nos papilles, l'enquête sur un meurtre dans le quartier chinois est l'occasion pour le lecteur de découvrir des croyances, des pratiques, et les liens d'amitié qui se nouent entre anciens compagnons d'infortune. Parfums, saveurs, et enigme appartiennent à un monde secret, que Mario Conde le flic aux états d'âme, aborde avec hésitations et pudeur.

"
Citation :
Le Conde se sentit perdu dans un monde à côté duquel il avait toujours vécu mais dont il avait été infiniment éloigné. Ces religions, éternellement stigmatisées par les esclavagistes qui les jugeaient heretiques et barbares, puis par les bourgeois qui y voyaient des affaires de nègres sales et stupides [...] prenaient aux yeux de Mario Conde le charme de la résistance."

En 95 pages, une incursion dans un monde cosmopolite qu'on regarde autrement. Du beau travail.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Dim 17 Déc 2006, 09:04

« Les brumes du passé », de Leonardo Padura, traduit de l'espagnol (Cuba) par Elena Zayas chez Métaillé.

Conde rachete des livres précieux qu'il revend au plus offrant. Il trouve le bon filon...

Une question le taraude : pourquoi Violeta del Rio, est-elle morte ? Cette belle chanteuse de flamanco se serait-elle suicidée ?
Autant d'ombres et de brumes à dissiper...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Lun 18 Aoû 2008, 16:32

Leonardo Padura, les brumes du passé, chez Metailié.

Mario Conde a quitté la police et se retrouve acheteur et revendeur de livres à La Havane. Il tombe sur un vrai filon : la bibliothèque des Montes de Oca, pleine de livres précieux et d’éditions rares.

Un pressentiment lui annonce, à juste titre, qu’il met les pieds dans une drôle d’histoire.

C’est à la fois un roman noir, et bien plus qu’un roman noir. Par le truchement d’un vieil article, Conde suit la trace d’une merveilleuse chanteuse de boléro au destin tragique, sous le régime corrompu de Battista. En même temps, il découvre la misère actuelle des bas quartiers, et la déchéance de toute une population.

Citation :

« La vie passait à côté de nous, dit le Conde, et pour nous protéger on nous a mis des œillères, comme aux mulets. Nous avons tout juste le droit de regarder devant et de marcher vers l’avenir lumineux qui nous attendait à la fin de l’histoire et, bien entendu, nous ne pouvions pas nous fatiguer en route.

Le seul problème c’est que l’avenir était encore très loin , le chemin montait et il était plein de sacrifices d’interdictions, de refus, de privations. Plus on avançait, plus la côte était raide et plus s’éloignait l’avenir lumineux qui, en plus, a fini par s’éteindre. Ce salopard s’est retrouvé en panne d’essence. »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Lun 18 Aoû 2008, 16:33

Leonardo Padura, les brumes du passé, chez Metailié.

Le livre séduit avec sa voix prenante comme celle de la chanteuse Violeta del Rio, surgissant du passé.

La description des quartiers mal famés de La Havane, comme celle plus brillante des années 1950, est magnifiquement rendue par l’auteur, dans ce récit où se rejoignent savamment l’enquête de Mario Conde et une correspondance amoureuse qu’on découvre progressivement.

Les humeurs noires de l’enquêteur imprègnent l’histoire et lui donnent une saveur très originale de blues désenchanté.

Citation :
« Le quota de douleurs qui avait affecté son corps et son âme avait été dépassé depuis avec les expériences hallucinantes vécues au cours de ces derniers jours et il avait besoin de l’oubli comme d’un baume réparateur. »

Un grain.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Mar 19 Aoû 2008, 07:18

La postface de brumes du passé laisse entendre, ce que je pressentais : que les livres dont il est question dans la bibiliothèque des Montes de Oca - un vrai personnage central de ce livre, sont des titres authentiques.

Mario Conde raconte la naissance de sa passion pour les livres p 160 sq

Citation :
"Sa curiosité innée lui avait faire le premier pas décidé vers la bibliophilie quand, après lalecture dans un état d'extase émotionnelle du comte de Montecristo, voulant connaître le destin final d'Edmond et de Mercédes, il était parti à la chasse du deuxième acte de cette fabuleuse aventure..."

Par ailleurs Mario Conde emprunte des traits de caractère ou d'humeur à leonardo Padura :

Citation :
Mes excuses, pour lui avoir fait supporter lectures, dépressions, et doutes, àmon épouse (bien que je préfère dire : à ma femme) Lucia Lopez Coll, ma première lectrice, pour qui l'écris toujours avec amour et fragilité.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Mar 19 Aoû 2008, 16:29

Les boleros sont-ils aussi tristes que Padura le dit ?

Me recordards
cuando en la tarde muera el sol.
tu me llamards
en las horas secretas
de tu sensibilidad.
te arrepentiras
de lo cruel que tu fuiste com mi
amor,
se lamentards,
pero sera muy tarde
para volver.
Te perseguiran
los recuerdos divinos del ayer,
te atormentard
in consciencia infeliz

Me recordards
dondequiera que escuches mi cancion,
porque al fin fui yo
quien te enseno todo... todo...
lo que sabes del amor


quitte-moi, traduction française page 114 du livre Razz

Tu te souviendras de moi
Quand le soir meurt le soleil
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Lun 01 Sep 2008, 04:49

- de quelles "lettres" parles-tu ?

- as-tu entendu parler de la Mexicaine Nahui Olin ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Bernique
pilier


Nombre de messages : 2029
Localisation : complètement à l'Ouest
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Lun 01 Sep 2008, 20:02

J'ai lu Passé parfait il y a peu.



J'ai bien aimé ce personnage de flic qui peine un peu à faire face à ses contradictions.
Ce qui est étonnant dans l'écriture des sud américains, quel que soit le genre (Sepulveda, Allende, Carpentier), c'est l'amplitude de l'écriture, sa sensualité.
Peu de phrases minimales ( sujet/verbe, éventuellement complément). La phrase se déroule, mêlant passé et présent, souvenirs idéalisés et réalité peu reluisante.

Spoiler:
 


Et Tamara, la somptueuse Tamara ....

Spoiler:
 

Et la cuisine de Josefina ...

Ce Cubain a l'âme slave.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Mar 02 Sep 2008, 06:22

moi aussi j'aime beaucoup ces phrases qui traduisent une experience, et mêlent le passé et le présent, comme dans la conscience.

Toutefois, réserve mineure, j'aurais aimé que dans les brumes du passé, l'éditeur présente un texte moins compact, avec plus de marge, pour un meilleur confort de lecture
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Mar 01 Mar 2011, 06:56



L'homme qui aimait les chiens, Métailié, 667 pages

Le roman déploie trois récits entrelacés :

- la traque du gibier Trotski, que Padura se garde d'ériger en victime innocente ;

- le parcours du chasseur Mercader, de la guerre civile espagnole à son encombrante célébrité ;

- celui, immobile du narrateur cubain Iván, le seul personnage de fiction du roman, créé pour recueillir à La Havane - « avec dégoût et compassion » - les confidences de Mercader, l'homme qui aimait les chiens.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Jeu 24 Nov 2011, 06:36



Le prix Roger-Caillois 2011 de littérature latino-américaine a été décerné hier à l’écrivain et journaliste cubain Leonardo Padura, dont les romans policiers sont publiés chez Métailié

bonne idée cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 48
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Jeu 24 Nov 2011, 06:48

Les brumes du passé

livre sélectionné pour le prix du meilleur polar des lecteurs Points; et lu à ce titre...ou du moins tentative de lecture durant mes vacances.......sans grand succès.

Le prix a été obtenu par Cotton point, qui avait l'objet d'une lecture commune, ici même

Ce livre m’est assez vite tombé des mains, et est resté en friche durant 3 semaines…….chose anormale pour un polar !!! A l’évidence je ne goûte absolument pas à la lenteur et aux langueurs antillaises qui règnent dans ce roman.
C’est doucement le matin, pas trop vite l’après-midi, et au ralenti en soirée…..
C’est le 7 ème roman de la sélection 2011 que je lis, et le premier à me faire un effet aussi négatif. J’espère que les deux derniers seront à la hauteur de mes espérances.
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Leonardo Padura (CUBA) ---voir à la rubrique "Polar"   Lun 09 Jan 2012, 18:09

L’immeuble cubain, Leonardo Padura

Conde et Yoyi entrèrent dans l’immeuble et montèrent l’escalier. Une odeur d’humidité concentrée et d’urines fermentées les enveloppa ; malgré sa fatigue, Conde n’osa pas toucher la rampe crasseuse et s’éloigna du mur, le long duquel flottaient des dizaines de fils électriques effilochés menaçant en permanence de provoquer un court-circuit. Au premier étage, l’escalier conduisait à un étroit couloir sur lequel donnaient plusieurs portes, presque toutes ouvertes. Conde se pencha sur la balustrade métallique et observa la cour intérieure, où plusieurs hommes se partageaient l’espace autour d’une table de dominos, apparemment insensibles à la puanteur ambiante, décuplée par la proximité de l’enclos où dormaient deux porcs et de la cage où picoraient plusieurs poules faméliques. Près des hommes, sur les coins de la table, Conde vit des bouteilles de bière et des assiettes contenant les restes d’un repas.



- Apparemment, personne ne travaille ici, dit le Conde, presque pour lui-même.

- Tout le monde vit de la démerde, lui rappela Yoyi. Ceux-là jouent quelque chose aux dominos, c’est sûr. Mais chacun a sa spécialité : louer l’endroit, vendre des bières, préparer quelque chose à manger, vendre des cigarettes, élever des chiens de combat, louer sa chambre pour des passes, surveiller la police…



Les brumes du passé, Leonardo Padura (Points P2530)

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....


Dernière édition par Bill le Sam 07 Avr 2012, 16:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Lun 09 Jan 2012, 18:39

je ne sais si c'est voulu, cependant en espagnol le terme n'a pas le même sens...

Sinon voila un petit résumé :


La Havane, été 2003. Il y a 14 ans que l'inspecteur Mario Conde a quitté la police et pendant cette période il s'est passé beaucoup de choses à Cuba : l'économie et les mentalités ont été bouleversées. Maintenant le Conde gagne sa vie en faisant le commerce de livres anciens, puisque beaucoup de gens sont contraints de vendre leurs bibliothèques pour pouvoir manger. Il découvre par hasard une magnifique bibliothèque qui lui ouvre des perspectives financières éblouissantes pour lui et ses amis de toujours... Mais dans l'un des volumes il trouve une page de revue avec la photo de Violeta del Rio, une chanteuse de boléro des années 50, qui annonce qu'elle abandonne la chanson. Il se lance alors dans une enquête personnelle...

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Jeu 05 Avr 2012, 05:29




Adios Hemingway Editions Suites Métailié

Dans le jardin de la maison-musée d'Ernest Hemingway, on déterre un cadavre portant l'insigne du FBI. Ce cher Ernest serait-il l'assassin ? Pas facile d'enquêter après tant d'années, surtout sur un écrivain de cette stature, qui vous inspire des sentiments ambigus d'admiration et de haine. Mario Conde, l'ancien flic, prend son courage à deux mains et exhume le souvenir de ce monstre sacré, généreux, odieux, inoubliable.

Un livre à déguster en écoutant le Buena Vista Social Club avec un daiquiri à la main,
selon l'Express.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amanalat
neophyte
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 02/02/2012

MessageSujet: sacré livre !    Sam 07 Avr 2012, 14:50

Bonjour !


Ce livre a l'air excellent. Principalement grâce à cette jonction qui semble être faite entre la petite histoire (criminelle) et la grande histoire (du pays). Car Cuba est très certainement un pays fascinant, qui a presque provoqué la troisième guerre mondiale durant la crise des missiles, et qui continue d'être le pays de référence de certaines idéologies.

Je suis donc très tenté par ce bouquin ! D'autant que cette enquête "historique" (dans tous les sens du terme) s'avère passionnante !
Revenir en haut Aller en bas
http://amanalat.wordpress.com/
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Sam 07 Avr 2012, 16:53

Une interview de Leonardo Padura à Cuba :

C'est ici

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Ven 18 Jan 2013, 19:46

Introduction d'Electre à la Havane :

"Intrigué par la robe rouge du cadavre retrouvé dans le Bois de La Havane, Mario Conde, l’inspecteur chargé de l’enquête, rend visite à Marquès, metteur en scène de Electra Garrigo de Virgilio Pinera. Homosexuel exilé dans son propre pays, vivant au milieu de livres volés dans une maison en ruines, cultivé, intelligent et ironique, Marquès va lui faire découvrir un monde inconnu où chacun détient une vérité sur le mort et sur un passé que la Révolution veut effacer. Peu à peu, Mario Conde va perdre ses certitudes et chercher sa propre vérité dans un pays qui vit au rythme des pénuries et où, pour survivre, tous portent des masques. A travers une intrigue policière solide, Léonardo Padura crée un monde complexe, à la fois drôle et sombre, passionnant comme ces cubains nés dans la Révolution, qui vivent sans rêver d’exil et cherchent leur identité au sein du désastre."
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Sam 19 Jan 2013, 16:20

Les deux quartiers préférés de Leonardo Padura dans la proche banlieue de La Havane : Mantilla et La Vibora, quelques images sur ce lien :
photos des deux quartiers

Mantilla est le quartier où il fait vivre "El Conde"
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Sam 19 Jan 2013, 16:53

Un bon article sur Padura dans un blog : "Le Vent Sombre"

Blog le "vent sombre" ici
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Dim 20 Jan 2013, 00:03



Electre à la Havane

Premières impressions : le style est agréable et d'emblée on entre dans l'action, il en est ainsi de la bagarre dans le débit de boissons clandestin de Candito el Rojo
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: pad   Dim 20 Jan 2013, 07:12

Padura nous parle d'un bois de La Havane où le crime d'un travesti aurait eu lieu, il s'agit du "bosque de la havana" un endroit tres agréable de jour, lieu de rencontre des homosexuels le soir :



l'auteur parle d'un pont franchissant une rivière pour rejoindre "le bois de la havane", il doit s'agir du pont que les cubains appellent "le puente de hiero" qui rejoint effectivement le bosque, voici une vue du pont et de la rivière :

Revenir en haut Aller en bas
Sapho
pilier
avatar

Nombre de messages : 3529
Age : 71
Localisation : Brabant Wallon
Date d'inscription : 03/08/2012

MessageSujet: Re: Leonardo Padura   Dim 20 Jan 2013, 16:02

Merci pour tous ces renseignements CACTUS DUBITATIF, je participerai à la lecture commune de février d'ELECTRE.

ADIOS HEMINGWAY m'a bien plu. Comme lui, je trouve dur d'admirer quelqu'un et d'un autre côté lui en vouloir de ne pas être quelqu'un " de bien ".
Revenir en haut Aller en bas
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: pad   Mar 22 Jan 2013, 17:38

Le "paseo del Prado" à La Havane :




une vue ancienne :

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leonardo Padura   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leonardo Padura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» leonardo
» subvention leonardo et rectification sur année antérieure
» LEONARDO
» remise de regie virement pour projet leonardo
» Leonardo et CA ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: