Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Stephen Frears.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
queenieinlove
pilier
avatar

Nombre de messages : 682
Localisation : Black Hole
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Stephen Frears.   Mar 24 Oct 2006, 20:08

The Queen

Film réalisé par Stephen Frears.

allocine a écrit:

Dimanche 31 août 1997. La princesse Diana meurt des suites d'un accident de voiture survenu sous le pont de l'Alma à Paris. Si cette disparition plonge la planète dans la stupeur, elle provoque en Grande-Bretagne un désarroi sans précédent.
Alors qu'une vague d'émotion et de chagrin submerge le pays, Tony Blair, élu à une écrasante majorité au mois de mai précédent, sent instantanément que quelque chose est en train de se passer, comme si le pays tout entier avait perdu une soeur, une mère ou une fille.
Au château de Balmoral en Ecosse, Elizabeth II reste silencieuse, distante, apparemment indifférente.
Désemparée par la réaction des Britanniques, elle ne comprend pas l'onde de choc qui ébranle le pays. Pour Tony Blair, il appartient aux dirigeants de réconforter la nation meurtrie et il lui faut absolument trouver le moyen de rapprocher la reine de ses sujets éplorés.



Très étonnée par ce film. Après en avoir entendude belles critiques sur ce film, j'ai décidé d'accompagner un ami à une séance cet après-midi.
J'ai été globalement déçue par le film. Certes l'actrice principale joue à merveille les reines froides et retenues (m'enfin ce n'est pas ce qu'il y a de plus dur à jouer... à mon sens), mais le film entier repose sur cette atmosphère en demie teinte (si l'on excepte les grands moments larmoyants autour de l'accident de Diana et son enterrement : images d'archives).

Bref, je n'ai vraiment pas été convaincue. La reine est montrée avec un respect hallucinant, alors que je pensais que le film aller un peu écorcher la noblesse. Finalement il la comprend. Il justifie son acte et permet peut-être au peuple britannique de mieux comprendre sa reine mère, mais m'a laissé quelque peu indifférente.
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/sublimeacide/index.htm
swallow
pilier
avatar

Nombre de messages : 820
Localisation : Espagne
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Mar 24 Oct 2006, 21:07

Ah oui, Helen Mirren, 60 ans et toujours la classe....
Revenir en haut Aller en bas
troglodyte
pilier
avatar

Nombre de messages : 1058
Age : 47
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Mer 25 Oct 2006, 19:40

C'est vrai, elle est bonne.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Jeu 26 Oct 2006, 04:53

j'ai entendu des critiques parler du film. Ils soulignaient le traitement du thème du pouvoir, autrement dit de la stratégie de blair et de sa femme chérie (son prenom, je crois, même si l'orthographe n'est pas celle-ci) pour venir au secours de la monarchie, en difficulté dans cet épisode.

C'est donc une lecture particulière, supposant qu'on ait bien suivi l'affaire. Le film se situerait donc dans une ligne bien connue de shakespeare : les manoeuvres d'accession au pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
coline
pilier


Nombre de messages : 3986
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Sam 11 Nov 2006, 22:23

Je viens d'aller le voir...C'est un portrait plutôt à l'avantage de la reine. Il semble que Frears ait voulu mettre en évidence ses circonstances atténuantes...Le système duquel elle est prisonnière depuis toujours et qu'elle voit se lézarder.
Le Prince Philip parait beaucoup plus odieux, jusqu'à la caricature.
Blair est parfait: à l'écoute du peuple mais compréhensif avec sa Majesté...Habile conseiller...lui-même habilement conseillé...
Charles n'a qu'un rôle très secondaire.

Ce qui est effrayant c'est de voir comment on (médias, politiques) manipule, avec des expressions bien senties comme "Princesse du peuple" les sentiments de la population :on pleure Diana comme si elle était de la famille et l'on se met à haïr la reine devant sa froideur ...

Helen Mirren incarne à la perfection Elisabeth.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Mer 08 Avr 2009, 05:35

, Stephen Frears retrouve Michelle Pfeiffer et la France, avec une autre adaptation littéraire, Chéri, d'après Colette.

je dois le lire et voir le film, car un cinéma voisin a eu la bonne idée de s'associer avec la bibliotheque Colette pour programmer le film et organiser un petit débat suivi d'un pot !

je rends donc hommage à l'équipe de Saint Malo de Guersac (44) pour son dynamisme et ses idées lumineuses. cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Jeu 09 Avr 2009, 05:31

Chéri

Citation :
L'histoire d'amour sans avenir entre Léa, courtisane en fin de carrière, et Chéri, jeune homme oisif et capricieux de 19 ans. Décors somptueux, costumes d'un chic absolu, photographie ultrastylisée, Stephen Frears reconstitue avec raffinement un exaltant Paris de la Belle Epoque, tout en laissant échapper de cet écrin luxueux une mélancolie désenchantée, teintée de cynisme.


clic !


Chéri, ou la compression de deux romans de Colette (Chéri, 1920, et La Fin de Chéri, 1926). C’est-à-dire l’amour destructeur de l’ancienne courtisane Léa de Lonval (Michelle Pfeiffer) pour le jeune Fred Peloux surnommé "Chéri" (Rupert Friend),
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Jeu 09 Avr 2009, 06:07

jérome garcin dans bibliobs n'est pas tendre :

Citation :
c'est un bien mauvais service rendu au magnifique roman de Colette, cette comédie qui court vers la tragédie.Tout sonne faux, ici. Décors de Grévin, mobilier d'antiquaire, lumière d'aéroport, musique improbable -

le JDD s'enthousiasme,

Citation :
Michelle Pfeiffer illumine l'écran dans le rôle d'une professionnelle de l'amour qui se laisse prendre à son propre jeu, et Rupert Friend est un parfait mélange de passivité agaçante et de désarroi touchant. Une réflexion tout en finesse et en ironie sur le rapport à l'âge et au temps qui passe.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Bulma
pilier
avatar

Nombre de messages : 457
Age : 29
Localisation : somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Ven 17 Avr 2009, 19:31

Je viens d'aller le voir et j'ai adoré. Les costumes sont superbes, les décors également. Mais surtout, les interprétations de Michelle Pfeiffer et Rupert Friend sont très grandes.
J'ai vu que la critique, soit oubliait Friend et ne parlait que de Pfeiffer, soit le critiquait en le disant fade, et je trouve cela terriblement injuste. Son interprétation est poignante, à tel point que j'en ai pleuré, alors...
La musique d'Alexandre Desplat est superbe et compte beaucoup dans l'émotion. D'ailleurs, à ce propos, je lance une remarque à laquelle j'aimerais avoir des réponses ! Le thème du film Chéri m'a trotté dans la tête, et j'ai enfin compris qu'il s'agit du thème du film Ragtime de Milos Forman, composé par randy Newman, bien avant Desplat qui est né en 1961. Alors je suis attristée de constater qu'il s'agit d'un plagiat éhonté, car les notes sont absolument inchangées, il y a juste quelques instruments en plus. Si quelqu'un qui a vu Ragtime pouvait m'en parler....
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Sam 16 Mai 2009, 04:48

Citation :
J'ai vu que la critique, soit oubliait Friend et ne parlait que de Pfeiffer, soit le critiquait en le disant fade, et je trouve cela terriblement injuste. Son interprétation est poignante, à tel point que j'en ai pleuré

Friend, à mon sens, a perdu l'insolence du livre où il subit une évolution, à peine suggérée dans le film.

Chéri ne méritait pas à mon avis le dénigrement que lui ont administré certains critiques. Ce n'est pas non plus un chef d'œuvre car l'adaptation reste trop fidèle, un peu plate, grossissant ce que Colette avait fait tout en finesse et subtile méchanceté : ainsi le repas des anciennes cocottes de luxe devient, à l'image, un dîner de têtes, là où l'écrivain amusait le lecteur par un ton satirique et quelques piques bien envoyées.

On a dit que le film reposait sur l'adaptation de Chéri et de la fin de Chéri : en fait seules les 10 secondes finales font allusion à ce dernier roman avec un commentaire à voix off trop fort et inutile.

Michèle Pfeiffer, fausse cynique et vraie sentimentale, reste une bonne interprète de Léa, dans le décor un peu tapageur d'une femme entretenue, mais qui flatte l'œil du public. C'était la belle époque où sans doute conseillées par des tuyaux sur l'oreiller, ces dames faisaient de bonnes affaires en bourse.

Finalement on les voit travaillées par les mêmes soucis que bien des femmes : que faire de sa progéniture, et comment se préserver des atteintes de l'âge pour garder l'essentiel, "son capital de séduction". Happy il y a aussi les peines de coeur, des risques professionnels Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Mer 14 Juil 2010, 05:59



clic !

Ce film doux-amer n'en demeure pas moins une chronique inspirée et caustique sur la tyrannie de l'apparence et de la réussite, servie par une troupe d'acteurs taillés sur mesure.

écrit le Monde.

c'est aussi l'occasion pour qui ne l'aurait pas fait, de lire les romans graphiques de posy simmonds.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
zephyr
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Date d'inscription : 19/06/2010

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Lun 19 Juil 2010, 13:43

Je viens de voir Tamara Drewe, et j'ai été agréablement surpris. Les personnages sont des clichés mais que Frears parvient à rendre très réalistes. Et tout le film est une foule de péripéties folles autour d'un écrivain à succès mégalo, d'une ado passionnée, d'auteurs ratés, et d'un batteur de rock imbu de lui-même ... et j'en passe. On ne voit pas passer les deux heures que dure ce film excellent ! Je vous le recommande vraiment !
Revenir en haut Aller en bas
chantal
pilier


Nombre de messages : 82
Date d'inscription : 19/11/2010

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Ven 26 Nov 2010, 19:50

Ce soir j'enregistre un film de Stephen Frears en V.O. sous titré en néerlandais.
The hit (1984) avec John Hurt.

Dix ans après avoir dénoncé ses complices à la police, le gangster Willie Parker est enlevé, dans le village espagnol qui lui servait de refuge, par Braddock et Myron, deux tueurs à la solde de son ex-associé. La victime n'offre aucune résistance, mais traqués par la police, les tueurs à gages, le gangster et un otage, une jeune fille Maggie, sont entrainés dans une folle poursuite à travers l'Espagne... Braddock finit par tuer Willie Parker, il se débarasse également de Myron, tandis que Maggie est seulement assommée. C'est elle qui permettra à la police d'arrêter le tueur à la frontière
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Dim 14 Aoû 2011, 10:06

ce samedi 13 août, à 18h45, TCM diffuse les “Liaisons dangereuses” de Stephen Frears, avec Glenn Close et John Malkovich, réussissent à être aussi venimeuses que le roman de Choderlos de Laclos.

L'article de Telerama, avec des videos.

je serais moins enthousiaste que Télérama, parce que le double jeu de Malkovitch, arborant successivement des mines sentimentales puis cyniques, voire sadiques, face à la présidente de Trouvel, m'avait paru un peu laborieux à l'écran.

Faut admettre aussi que traduire ce double jeu n'est pas aisé : il faut jouer à la fois de manière convaincante pour la victime, et éclairer le public sur ses véritables intentions...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Stephen Frears   Lun 07 Nov 2011, 08:10

je n'ai pas vu le film, mais j'avais adoré le livre "Chéri" de Colette, j'étais très jeune quand je l'ai lu, et je n'ai pas dû tout appréhender... il faut que je le relise.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Stephen Frears   Sam 26 Nov 2011, 11:04

oui, je vais relire Chéri il m'est indispensable de me replonger dans un livre que j'avais lu trop jeune. Avec le temps... on appréhende mieux les choses, n'est-ce pas ?
Mais il n'en reste pas moins qu'avoir choisi Michelle Pfiffer m'apparait comme une erreur. J'hésite encore à voir ce film. Et puis, j'ai souvent été déçue de regarder sur écran ce que j'avais imaginé en lisant un livre... Je connaissais Colette par coeur, je lisais une revue littéraire qui parlait d'elle, je lisais ses livres, j'en étais imprégnée, sa poésie, sa sensualité, l'approche qu'elle avait (cynique) des autres, l'amour des animaux, sa connexion avec eux, les critiques qui pleuvaient sur elle parce qu'elle était tellement en avance sur son temps : une femme libre qui se riait des conservateurs, des vieilles confites dans la religion, rigides, sans ouverture sur le monde qui devenait...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Mer 01 Mai 2013, 05:28

the van


Le film débute comme chez Ken Loach : un ouvrier vient d'apprendre son licenciement, il se fait consoler par un de ses amis, au chômage depuis un "un bon bout de temps". Ensemble ils décident de rebondir, avec un camion qui servira des hamburgers frites - ou morues frites, dans les divers rassemblements populaires.

Il y a parfois de la verve, les acteurs sont très crédibles, le film ne manque pas de rythme, et on suit les différentes mésaventures des deux associés, jusqu'à ce que la situation commence à se gâter entre eux.

Evolution qui rappellerait la belle équipe de Julien Duvivier (1936), toutes proportions gardées.

Frears ne fait pas dans la dentelle, ses personnages sont plus vrais que nature, un brin vulgaires, et on rit plus d'eux qu'on ne rit avec eux. D'autant que le bon goût est bien malmené, avec certaines réflexions choquantes, ou des cuites de bistrot trop accentuées. Fournir des hamburgers à des excités des matchs de foot n'est pas de tout repos, pas plus que les fans de concerts de rock.

Les guitares de rock accompagnent le film de manière convaincante ; pour autant Frears, dans cette comédie, a la main lourde sur le comique, et son histoire est prévisible, à mon avis.

Frears reste le réalisateur choisi pour le mois de mai Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Lun 20 Mai 2013, 06:49


Mary Reilly

Julia Roberts: Mary Reilly, John Malkovich: Dr. Henry Jekyll / Edward Hyde, Glenn Close: Mrs. Farraday

La jeune Mary Reilly, rescapée d'une enfance terrible, est aujourd'hui servante dans une respectable demeure victorienne. Le maître de maison, le docteur Jekyll, est impressionné par les qualités humaines de la jeune femme. Touché par sa loyauté, il lui accorde peu à peu sa confiance. Le comportement parfois un peu étrange du docteur n'échappe pas à Mary. L'arrivée d'un mystérieux assistant, M. Hyde, ne fait que perturber la relation privilégiée entre Mary et son maître.

« Dans un décor à la fois luxueux et étouffant (...) Stephen Frears nous amène très insidieusement, très machiavéliquement, à la peur (...). L’angle du film, la discrète évocation des barrières de classe, la poésie des décors et des images font pardonner ce que le sujet ne pouvait éviter : le macabre, le sanglant, l’horreur. Dans le registre épouvante, un film... raffiné ».

In Les Echos.

Télérama fait la moue... j'ai trouvé un film très bien fait, avec chez les acteurs une grande économie de moyens. Même si on connaît l'histoire de Jeckill/Hyde, on ne décroche pas du film car les plongées dans les escaliers, les souterrains, les rues brumeuses de Londres, les lieux insolites et les situations inquiétantes nous tiennent en haleine.

Oui il y a de la cruauté dans ce film, puisque le maître joue sur les peurs avouées de la servante, il ya aussi de la souffrance, voir une recherche ou délectation dela souffrance -ressentie, infligée, contemplée, chez les deux / trois protagonistes.

Donc histoire bien menée, comédiens sobres dans leurs différents rôles, décors et prises de vue remarquables, c'est bien meilleur que The Van qui avait de gros effets. La visite des bas quartiers de Londres, en contraste avec l'interieur luxueux du Docteur fait une plongée dans l'enfer urbain.

Je suis certain que certaine scène du film fera pousser un cri de surprise et d'effroi ; mais aussi qu'à y repenser ce bon spectacle ne brade pas une histoire connue mais toujours inquiétante.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Lun 20 Mai 2013, 06:52

le film date de 1996

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Mer 08 Jan 2014, 06:19


« Philomena »

Film dramatique anglo-français de Stephen Frears avec Judi Dench, Steve Coogan, Sophie Kennedy Clark…

« Philomena », film surprenant, attachant et bouleversant tiré d’une histoire vraie*. Celle d’une vieille dame, Philomena, à la recherche d’un fils perdu depuis cinquante ans, et d’un journaliste, Martin Six-smith, désabusé par son métier, auquel elle raconte son incroyable histoire.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Stephen Frears.   Dim 02 Fév 2014, 16:53



« Philomena »

Film dramatique anglo-français de Stephen Frears avec Judi Dench, Steve Coogan, Sophie Kennedy Clark…

« Philomena », film surprenant, attachant et bouleversant tiré d’une histoire vraie*. Celle d’une vieille dame, Philomena, à la recherche d’un fils perdu depuis cinquante ans, et d’un journaliste, Martin Six-smith, désabusé par son métier, auquel elle raconte son incroyable histoire.


J'ai vu le film. Inutile d'appuyer sur quelques défauts, concentrons-nous sur l'histoire et la façon de raconter.

En gros, il y a deux façons : celle choisie par Frears, et celle de son personnage, le journaliste, qui, en réponse à une demande éditoriale, voudrait en faire un best seller autobiographique, avec pathos, fin heureuse ou tragédie totale.

Stephen Frears a privilégié les aspects humains, en particulier avec le personnage de la mère, déjà âgée, pleine de contradictions, qui change d'avis comme d'autres de décisions.

Elle est liseuse ou lectrice de romans feuilletons à l'eau de rose, qu'elle affectionne sans doute pour oublier la réalité des amours à problèmes ou sans lendemain. (ce qui serait une 3e façon de raconter le monde.

Frears choisit donc des personnages réels, "à secret" longtemps caché, prisonniers de tabous sociaux divers, difficiles à affronter.

Dans le cas de la mère, on pourrait parler "d'intoxication religieuse", sans que pour autant Stephen Frears force la note. Mais enfin L'Irlande est ce qu'elle est, et des catholiques rigides existent en France, même qu'ils n'hésitent pas à défiler pour affirmer des convictions ou règles de conduite qu'ils veulent imposer à autrui.

A quoi servent ces règles "morales" strictes, si elles font le malheur en brandissant les notions de "péché" et les sentiments de culpabilité ?

C'est en quoi le personnage de la mère nous émeut. Nous l'écoutons, la comprenons, et ne la jugeons pas, surtout nous ne la condamnons pas !!

En bref, un film à conseiller à tous ceux qui veulent ouvrir les yeux et ne pas fermer leurs coeurs.

je crains que télérama n'ait eu des réserves compte tenu de son orientation catholique générale.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stephen Frears.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stephen Frears.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Into the universe with Stephen Hawking
» STEPHEN HAWKING ET DIEU
» Stephen Hawking: Les hommes devraient éviter tout contact avec les extraterrestres.
» La vacuité par Stephen Batchelor
» Stephen King enseigné au lycée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: