Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une colonisation qui a laissé des traces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Aristarque
pilier
avatar

Nombre de messages : 1790
Localisation : Septimanie
Date d'inscription : 28/12/2005

MessageSujet: Une colonisation qui a laissé des traces   Lun 16 Jan 2006, 22:01

Les CROISADES vues par les ARABES Amin MAALOUF
J'ai Lu n° 1916

L'auteur est reconnu comme un spécialiste du monde Arabe. A la lecture de cette étude historique nous ne pouvons qu'en être convaincus.
Que sont les CROISADES, pour la majorité d'entre nous ? L'épopée d'une foule d'illuminés qui exhortés par le moine Pierre L'Hermite, puis au fil des décennies par divers papes, partirent en 8 expéditions étalées de 1106 à 1291 "délivrer" le tombeau du Christ, vers cette Palestine mythique et lointaine, et gagner ainsi le pardon de leurs péchés. Et s'enrichir à l'occasion, en s'appropriant les richesses des Infidèles après les avoir massacrés, ou réduits en esclavage.
On ne nous a appris que ce que les "envahisseurs" ont bien voulu raconter.
Mais qu'en pensaient les Arabes, leurs historiens et chroniqueurs ?...Maalouf tente de combler cette lacune. Et nous étonne par l'abondance de ses citations.
A noter qu'il ne fait référence à des témoins "Franj" (francs) , que pour donner plus de vraisemblance aux faits qui pourraient nous sembler faux ou outranciers dans leur horreur macabre: des actes de cannibalisme, après la prise de Maara en janvier 1099. Une lettre des chefs croisés au pape l'informe :"qu'une terrible famine assaillit l'armée......et la mit dans la cruelle nécessité de se nourrir des cadavres des Sarrasins". Raoul de Caen chroniqueur rapporte:" à Maara, les nôtres faisaient bouillir des païens adultes dans des marmites; ils fixaient les enfants sur des broches et les dévoraient grillés"......Albert d'Aix, qui a participé personnellement à cette bataille écrit:" les nôtres ne répugnaient pas à manger non seulement les Turcs et les Sarrasins tués, mais aussi les chiens".......
Au fil du récit, nous retrouvons des personnages rendus immortels par cette insolite et tristement célèbre péripétie de notre histoire. Bohemond et Godefroi de Bouillon, Tancrède, Baudouin, Renaud de Châtillon "qui symbolisera, un jour, toute la malfaisance des Croisés", Louis IX qui n'a jamais vu Jérusalem, malgré sa sainteté, Richard Coeur de Lion "ce géant roux, prototype du chevalier belliqueux et frivole, dont la noblesse des idéaux cache mal la brutalité déroutante et la totale absence de scrupules"
Coté musulman, le roi Nourredin et son successeur Saladin ont la vedette parmi la nuée d'émirs, de sultans, de vizirs qui se succèdent à la tête des nombreux royaumes victimes des Croisades, et qui ne vaincront que lorsqu'ils seront réunis sous la férule d'un bizarre.
Pendant près de 200 ans, tout ce petit monde, s'étripe, tue, viole, pille, renie ses promesses, et les accords passés (parfois contre nature), et, écrit dans le sang et la misère, une sanglante page d'histoire qui aura des répercussions jusqu'à nos jours.
Ainsi que le constate l'auteur "à la veille du 3ème millénaire, les responsables politiques et religieux du monde Arabe se réfèrent constamment à Saladin, à la chute de Jérusalem et à sa reprise. Israël est assimilé, dans l'acception populaire comme dans certains discours officiels, à un nouvel Etat Croisé". Et que dire des USA de Busch actuellement ?.........
Notre spécialiste du monde Arabe conclut par cette phrase: " à la fois fasciné et effrayé par ces Franj qu'il a connus barbares, qu'il a vaincus, mais qui depuis ont réussi à dominer la Terre, le monde Arabe ne peut se résoudre à considérer les Croisades comme un simple épisode d'un passé révolu" .
A lire comme une curiosité, pour l’accepter peut-être comme un réquisitoire.
Revenir en haut Aller en bas
colbrune
pilier
avatar

Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Un colonisation qui a laissé des traces   Lun 16 Jan 2006, 23:19

Aristarque a écrit:
tout ce petit monde ... renie ses promesses, et les accords passés (parfois contre nature), et, écrit dans le sang et la misère, une sanglante page d'histoire qui aura des répercussions jusqu'à nos jours.
Sans remonter aussi loin dans le temps, on peut appliquer exactement les mêmes paroles suite à la Déclaration Balfour de ... 1917 ! Et toutes les autres qui s'en sont suivies...

On réitère donc sans cesse les mêmes erreurs ? On passe sa vie et les siècles à faire des déclarations et des promesses qui s'avèrent être intenables ? Et "on", qui est "on" dans l'histoire ? Ou dans l'Histoire ? Qui est "on" ?

Quelle misère !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Mar 17 Jan 2006, 10:50

Tous les colonisateurs se ressemblent, et il suffit de lire Multatuli, Max Havelaar, Actes Sud/babel, que je mets en litterature européenne pour s'en rendre compte. Au moins cet écrivain est-il etudié en Belgique neerlandophone ce qui situe bien le problème.

Un autre livre qui m'est cher est celui de Pram Ananta Toer, écrivain indonesien, plusieurs fois pressenti pour le Nobel et dont je mets un compte rendu du monde des hommes paru chez Rivages.

Pour répondre à Pierre Bachy sur le fil "Memorial" du forum histoire, il faudra bien qu'un jour ou l'autre ces histoires de Congo belge/ZaIre soient tirées au clair. La politique de l'autruche n'est pas une solution. On compte sur toi Pierre pour fouiner sur le sujet. Je ne connais sur le sujet que la pièce de Césaire "Une saison au Congo" (cf forum théâtre).

A entendre les critiques, ce n'est pas sa meilleure pièce, mais j'ai trouvé du plaisir à la lire.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Mer 18 Jan 2006, 07:10

On ne traite pas la colonisation par des déclarations fracassantes, en pratiquant la censure ou par des injonctions aux historiens, qui sont supposés connaître leur métier, mais en se documentant. L'initiative d'Alain Ruscio (1) est intéressante parce qu'il étudie les mentalités, ie les origines de "l'esprit colonial". Dans cette optique tout document est révélateur, depuis le best-seller jusqu'à l'affiche et la carte postale.

Ainsi la nouvelle d'Isabelle Eberhart "Yasmina" de 1902 et la "maitresse noire" 1928 de Louis-Charles Royer ont des intrigues voisines, même si le premier récit est un "pur joyau" et le second, une niaiserie coquine mal ficelée. Entendu, mais "Yasmina" paru en feuilleton dans "le progrès de l'Est" (Bône) fut quasiment ignoré tandis que le second atteignit 400 000 exemplaires. C'est dire l'intérêt et l'importance de documents même sans aucune valeur littéraire pour la connaissance des mentalités. (à suivre)

(1) Alain Ruscio, Regards coloniaux, éditions complexe,
2870275978,
historien, docteur-es-lettres a publié une douzaine d'ouvrages sur le colonialisme français, notamment avec Marc Ferro chez Robert Laffont.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Jeu 19 Jan 2006, 18:53

A l'origine de "l'esprit colonial", mais on y viendra avec des nuances, un regard de supériorité sur l'autre qui apparait dans des classifications hiérarchisées. Chaque scientifique a ses tiroirs :

Linné (systema naturae, édition 1758) avec des "types", où l'Européen bien loti est doté de traits relatifs à son physique et à ses moeurs :
"
Citation :
Blanc, sanguin, ardent ; cheveux blonds abondants ; yeux bleus, léger, fin ingénieux ; porte des vétements étroits ; est régi par les lois".
L'Africain, lui, n'est pas flatté :
Citation :
" Noir, indolent, de moeurs dissolues ; cheveux noirs, crêpus ; peau huileuse ; nez simien ; lêvres grosses : femmes ont le repli de la pudeur, des mamelles pendantes ; vagabond, paresseux , négligent ; s'enduit de graisse; est régi par l'arbitraire".

Broca, savant illustre au XIXe siècle - il découvrit l'importance de la 3é circonvolution cérébrale gauche du cerveau dite "circonvolution de Broca", dans l'acquisition et la pratique du langage, devient l'adepte de la craniologie. Il mesure notamment les crânes pour évaluer l'intelligence :

"
Citation :
En moyenne, la capacité crânienne chez les Européens est de 1560 cm3, chez les Asiatiques de 1510, chez les Noirs d'Océanie, de 1460, enfin chez les Noirs d'afrique, de 1405."

Conclusion de Broca :

"
Citation :
Tous les auteurs s'accordent à reconnaître que la région du crâne[...] est plus volumineuse dans les races caucasiques que dans les races inférieures".
(1861).
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Lun 23 Jan 2006, 06:39

A partir de ces données "scientifiques", il est facile à Gobineau, et à ses épigones, mais aussi à Renan, par exemple, de présenter une hiérarchie incontestable.

"
Citation :
La nature a fait une race d'ouvriers, c'est la race chinoise (...); une race de travailleurs de la terre, c'est le nègre (...) une race de maîtres et de soldats, c'est la race européenne ".
"Que chacun fasse ce pour quoi il est fait, et tout ira bien" (1871).

De cette supériorité posée en principe absolu, découlent deux théories : les polygénistes pensent qu'il y a une différence de nature ineffaçable entre les "indigènes" et les Blancs, et les polygénistes qui misent sur un rapprochement possible, à la longue, entre tous les humains. D'où le double visage de la colonisation dans ses objectifs et dans ses pratiques.

Si les Blancs ont des droits à faire valoir sur des inférieurs, la colonisation prendra le visage d'une croisade guerrière contre la barbarie, ou s'ils se sentent des devoirs, on aboutit à des missions plus ou moins humanistes et paternalistes.

Le colonialisme prend donc des visages multiples mais acceptés par tous. Au mieux, en suivant les principes des Lumières, on est anti-esclavagiste, mais on veut exporter le règne de la Raison, privilège de l'homme blanc.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Mar 24 Jan 2006, 11:50

Exemples typiques :

Victor Schoelcher qui après un long combat, a décrèté en 1848 l'abolition de l'esclavage aux colonies, est en 1889 le copresident du congrès colonial international avec Faidherbe le conquérant du Sénégal.

Jaurès en 1884 glorifie le rôle de la France coloniale "pure autant que grande, toute pénétrée de justice et de bonté" qui reçoit de partout gratitude et remerciements.

Et l'historien Henri-Irénée Marrou, adversaire de la guerre en Algérie, écrivait en 1958 :

"
Citation :
En même temps qu'elle soumettait et exploitait ses colonies, l'Europe se proclamait la protectrice, l'éducatrice, la tutrice de ces populations attardées sur la voie qui conduit à la Civilisation et dont la conquête la rendait désormais responsable".

Reste à savoir comment, toujours dans cet "esprit colonial", était perçu le colonisé.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Aristarque
pilier
avatar

Nombre de messages : 1790
Localisation : Septimanie
Date d'inscription : 28/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Mer 25 Jan 2006, 22:25

Les premiers colons en Algérie:

Lorsque le 23 octobre 1847 Abd-el-Kader rendit les armes devant le Duc d'Aumale, les militaires se rendirent compte que " La France à l'encontre de ses desseins primitifs, avait fait la conquête de l'Algérie...." Il fallait donc la "coloniser" Et adjoindre aux militaires des civils. Pour mener à bien le travail de « civilisation ».
La répression de 1848 envoie des déportés. C'est eux qui fondèrent la ville de Solférino. Puis, la Constituante, la même année, promet à chaque volontaire qui le désire, "une habitation et de 2 à 10 hectares de terrain à cultiver" Il y eut plus d'un millIer de candidats. Ils ont eu le temps de déchanter car partis en 1849, la première maison fut construite en 1954.
Entre-temps, « dans un pays plat, entouré de hauteurs lointaines, sans une habitation, sans un lopin de terres cultivé, couvert seulement d'une poignée de tentes militaires couleur de terre, rien qu'un espace nu et désert, ce qui était pour eux l'extrémité du monde, entre le ciel désert et la terre dangereuse", les "colons" durent lutter contre la précarité, les moustiques, la chaleur, la pluie, ( la pluie algérienne, énorme brutale, inépuisable ), l’insécurité, les épidémies »
En cette année 1849, le choléra cause une telle immortalité, qu’il disparaîtra presque autant d’immigrés qu’il en rentre.
Les médecins, militaires pour la plus part, à court de remèdes, avaient imaginé une thérapie pour le moins originale. Partant du principe qu’il fallait s’échauffer le sang pour lutter contre la contagion :
« Toutes les nuits, après le travail, les colons dansaient, entre deux enterrements, au son du violon. Avec la chaleur, les braves gens transpiraient tout ce qu’ils savaient, et l’épidémie s’est arrêtée !…Dans la nuit chaude et humide, entre les baraquements où dormaient les malades, le violoneux, assis sur une caisse, avec une lanterne près de lui autour de laquelle bourdonnaient les moustiques et les insectes, les conquérants en robe longue et en costume de drap dansaient, transpiraient gravement autour d’un grand feu de broussailles, pendant qu’aux quatre coins du campement la garde veillait pour défendre les assiégés contre les lions à crinière noire, les voleurs de bétail, les bandes arabes…. »
La colonisation, à la française, demandait parfois de lourds sacrifices à ceux et à celles qui tentaient l’aventure. Il est bon qu’on nous le rappelle et de le savoir pour pouvoir faire objectivement le bilan des résultats.
Les citations en italique sont empruntées au manuscrit intitulé « Le premier homme », l’œuvre à laquelle travaillait Albert Camus avant sa mort accidentelle du 4 janvier 1960. Edition de poche Folio.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Jeu 26 Jan 2006, 12:03

je ne connaissais pas ce texte d'albert Camus. tu as l chic; cher Aristarque pour fouiner partout :-)

Le livre de Ruscio fait l'inventaire des images du colonisé, et ce serait risible si on oubliait l'aspect humain : le fourbe, le cruel, l'anthropophage etc... les images du métis, de la femme indigène "torride", de l'émancipée qui retrouve sa sauvagerie dans une cérémonie de transe collective.

Sottises et fantasmes qui font ressortir par contraste les regards lucides de Jean de Léry, de Montaigne :
Citation :
"on appelle barbare, ce qui n'est pas de notre usage",
de Rousseau
Citation :
"Nous ne connaissons d'hommes que les Européens",
Rousseau que Claude Levi-Strauss appelle "son maître".

Les ethnologues remettent les pendules à l'heure : "
Citation :
Le barbare, c'est celui qui croit à la barbarie",
et Marcel Mauss
Citation :
" Parler de peuples incultes, "sans civilisation", c'est parler de choses qui n'existent pas".
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Ven 27 Jan 2006, 05:53

Voyons plutôt l'image de Joséphine Baker. Cf. lelivre d'Ean Wood : La Folie Joséphine Baker. Ed. Serpent à plumes,

http://www.beaute-noire.net/histoire/baker.htm

Cette danseuse noire née à Saint-Louis près du Mississipi, en 1906 cristallise l'image de l'indigène "universelle" ! on lui fait chanter "ma tonkinoise" (!) et on la fait danser avec une ceinture de bananes ! Les
Citation :
sous-entendus
sexuels sont ...visibles !

Au Tonkin je suis parti
Ah ! quel beau pays mesdames
C'est l'Paradis des petites femmes
Elles sont belles et fidèles
Et je suis devenu l'chéri
D'une petit femme du pays
Qui s'appelle Mélaoli

Je suis gobé d'une petite
C'est une Anna, c'est une Anna, une Annamite
Elle est vive, elle est charmante
C'est comme un z'oiseau qui chante
Je l'appelle ma p'tite bourgeoise
Ma Tonkiki, ma Tonkiki, ma Tonkinoise
Y en a d'autres qui m'font les doux yeux
Mais c'est elle que j'aime le mieux

L'soir on cause
Des tas d'choses
Avant de se mettre au pieu
J'apprends la géographie
D'la Chine et d'la Mandchourie
Les frontières, les rivières
Le Fleuve Jaune et le Fleuve Bleu
Y a même l'Amour c'est curieux
Qu'arrose l'Empire du Milieu


Très gentille, c'est la fille
D'un mandarin très fameux
C'est pour ça qu'sur sa poitrine
Elle a deux p'tites mandarines
Peu gourmande, elle ne demande
Quand nous mangeons tous les deux
Qu'une banane c'est peu couteux
Moi j'y en donne autant qu'elle veut
.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Sam 28 Jan 2006, 07:34

On serait tenté de croire à une arrogance française qui s'ingénie à trouver des inférieurs : on caricature le Noir avec les affiches Banania, on se moque des Bretons (notamment) avec Bécassine, les coutumes locales sont tournées en dérision, les langues locales et régionales sont proscrites; leslieux-mêmes de leur vie sont francisés...

Comme le dit Albert Memmi, la France, fille ainée de l'Eglise et/ou berceau des Lumières, ne doute pas de sa mission : l'une christianise à tout va avec le Cardinal Lavigerie, l'autre affiche les droits de l'homme... qu'elle oublie sur le terrain. Croisade guerrière contre la barbarie ou mission civilisatrice censée éveiller aux lumières de la Raison. C'est le "même carnaval des Vampires" selon Myriam Mokkedem.

Sans doute y eut-il des humanistes sincères parmi les prêtres et les enseignants, des médecins comme Pierre Nicol de l'institut Pasteur de Tunis, des hommes respectables comme Paul Mus (1) en Extrême Orient, et l'orientaliste chrétien Louis Massignon pour le Maghreb. Mais ce sont là des cas individuels.

(1) Paul Mus, membre de l’Ecole Française d’Extrême-Orient, un des plus grands spécialistes des religions sud-est asiatiques dans le monde. Favorable à une politique de décolonisation, il est l'auteurd'un livre remarquable sur le Vietnam en guerre : Viêt-Nam, sociologie d'une guerre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
colbrune
pilier
avatar

Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Sam 28 Jan 2006, 08:57

rotko a écrit:
le "même carnaval des Vampires" selon Malika Mokeddem

Cette expression "carnaval des vampires", je la garde, enfin elle ne me lache plus.

Même chose pour ce passage où elle explique qu'elle se sent apatride sauf pour la langue.

Des images fortes, marquantes, fructueuses dans la réflexion sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
coline
pilier


Nombre de messages : 3986
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Sam 28 Jan 2006, 18:46

Je choisis de placer ici l'information plutôt que dans le forum "écrans":

D'après Télérama, un excellent documentaire programmé sur ARTE, le mercredi 1er février à 20h4O:
Les Trois Couleursde l'Empire.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Dim 29 Jan 2006, 08:54

Toujours dans cet "esprit colonial", et sur" l'attitude envers le colonisé" ou le subordonné, deux témoins au-dessus de tout soupçon : Albert Camus.et Emmanuel Roblès

Albert Camus semble ne pas accorder un regard aux autochtones dans la Peste et dans l'Etranger.

Dans la Peste, on parle seulement des Européens, à croire que les victimes locales n'existent pas. Seul moment d'exception, un regard échangé entre Rieux et un enfant anonyme. Précisement cet anonymat de l'indigène, on le voit dans l'Etranger où tous les protagonistes ont un nom ou un prénom, sauf l'Arabe assassiné.

Emmanuel Roblès raconte dans "Saison violente" comment sa mère, faute de ressources financières suffisantes, était obligée de travailler comme femme de ménage chez des compatriotes européens. Enfant, il a vu sa mère accroupie passant la serpillère sur le sol, et le patron renversant délibérement le seau d'eau.

Voila pourquoi Roblès declare dans "les hauteurs de la ville que "
Citation :
la patrie doit être l'endroit où on n'inflige ni ne subit l'humiliation".
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Lun 30 Jan 2006, 10:22

L'ouvrage d'Alain Ruscio,"regards coloniaux ou le Credo de l'homme blanc", aux éditions complexe, montre une belle ouverture d'esprit, comme en témoigne la préface confiée à Albert Memmi. Celui-ci aurait souhaité un historique de la colonisation, ce qui n'est pas l'objet de l'ouvrage, ni... de ce fil.

Albert Memmi est l'auteur de 25 ouvrages dont "Portrait du colonisé, portrait du colonisateur", Gallimard 1957 (Folio 97) "Le racisme", (Folio 41), et plus récemment du "Portrait du décolonisé arabo-musulman et de quelques autres" (Gallimard), ouvrages qui s'appuient sur une expérience vécue pour élaborer une définition des concepts.

Loin d'adopter des idées toutes faites, il montre l'échec de la décolonisation, et, laïc convaincu, déplore que dans les pays arabes, il n'y ait pas une séparation nette entre les activités politiques, intellectuelles, scientifiques et les croyances religieuses..

Mais il précise aussitôt
Citation :
" Ce n'est évidemment pas contre l'islam qu'il faut se dresser, [mais] contre ceux qui en font une doctrine politique".

Voir son entretien dans L'Express du 14/06/2004 visible ici
http://www.lexpress.fr/info/monde/dossier/mondearabe/dossier.asp?ida=428178
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Dim 05 Fév 2006, 06:12

"
Citation :
Entre colonisateur et colonisé, il n'y a de place que pour la corvée, l'intimidation, la pression, la police, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrées, des masses avilies.
"Aucun contact humain, mais des rapports de domination et de soumission qui transforment l'homme colonisateur en pion, en adjudant, en garde-chiourne, en chicote et l'homme indigène en instrument de production".

AIMÉ CÉSAIRE, DISCOURS sur le COLONIALISME, en 1950

"
Citation :
Nous sommes ceux que l'on déposséda, que l'on frappa, que l'on mutila ; ceux que l'on tutoyait, ceux à qui l'on crachait au visage. Boys cuisine, boys chambres, boys, comme vous dîtes, lavadères, nous fûmes un peuple de boys, un peuple de oui-bwana, et qui doutait que l'homme pût ne pas être l'homme, n'avait qu'à nous regarder.
Sire, toute souffrance qui se pouvait souffrir, nous l'avons soufferte. toute humiliation qui se pouvait boire, nous l'avons bue !"

Aimé Césaire in Une saison au Congo, Acte 1 scène 6.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
troglodyte
pilier
avatar

Nombre de messages : 1058
Age : 47
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Dim 12 Fév 2006, 14:01

Dans les notes de "A l'ombre des jeunes filles en fleurs", Folio classique n°1946, j'ai trouvé ceci :
Citation :
En 1883, on "montra" des Cinghalais et des Araucaniens au jardin d'Acclimatation. Il est vrai que l'Exposition coloniale de 1889 développa ce genre de spectacles d'un goût douteux. Une partie de l'Esplanade des Invalides était occupée par des villages sénégalais, alfourou, pahouin, indien, etc. Cette même année, ce sont les cosaques que les Parisiens pouvaient contempler au jardin d'Acclimatation.
Et dans le dictionnaire :
Citation :
Jardin d'Acclimatation, jardin établi en 1860 au bois de Boulogne (Paris) ; créé pour l'exposition de plantes et d'animaux exotiques, il est devenu un parc d'attractions.
Revenir en haut Aller en bas
Calou
pilier


Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Dim 12 Fév 2006, 22:57

Extrait d'une interview du Nouvel Obs avec Duong Thu Huong (l'inflexible et magnifique écrivain vietnamienne):

Que pensez-vous des débats actuels en France, sur le passé, sur la colonisation ?

C'est inutile ! Ce qui est passé est passé. Mais l'histoire se forme toujours comme ça ! Les Chinois ont été les envahisseurs envers les Vietnamiens, les Français ont été les envahisseurs envers les Vietnamiens, mais les Vietnamiens ont été les envahisseurs envers les Cambodgiens, et envers les Cham. Nous autres contemporains ne sommes pas responsables de ce qui s'est passé avant nous. Pourquoi creuser pour exhumer un cadavre bien enterré ? C'est beaucoup de temps perdu. Peut-être suis-je trop franche. Mais je ne suis pas un homme politique. Ma lutte pour la démocratie est une lutte gratuite, désintéressée. Il se trouve que je n'ai pas besoin de plaire. Je suis libre.
Revenir en haut Aller en bas
http://prso.wanadoo.fr/calounet
Calou
pilier


Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Dim 12 Fév 2006, 22:58

Erratum: sur Libé du 9 février 2006.
Revenir en haut Aller en bas
http://prso.wanadoo.fr/calounet
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Lun 13 Fév 2006, 07:09

Citation :
C'est inutile ! Ce qui est passé est passé, que du temps perdu !

Voilà l'Histoire enterrée, les génocides oubliés et pardonnés, selon la logique du "Tout recommence comme avant" ou du "Rien de nouveau sous le soleil". J'oublie et me pardonne toutes mes offenses. Vive Ponce-Pilate ! dormez ! tout va bien...Ne tirons rien au clair, fermons les yeux et les oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Calou
pilier


Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Lun 13 Fév 2006, 07:46

Absolument pas cher Rotko, mais la lutte de survie au quotidien est bien plus importante à ses yeux que de ressasser le passé.
Revenir en haut Aller en bas
http://prso.wanadoo.fr/calounet
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Jeu 23 Fév 2006, 12:31

On me signale un petit ouvrage intéressant :
Linguistique et colonialisme Petit traité de glottophagie
Louis-Jean Calvet Petite Bibl.payot, numéro 419

Citation :
Ce livre montre comment l'étude des langues a toujours proposé une certaine vision des communautés linguistiques et de leurs rapports, et comment cette vision a pu être utilisée pour justifier l'entreprise coloniale. En un sens, la linguistique a été longtemps une manière de nier la langue des autres peuples, cette négation, avec d'autres, constituant le fondement idéologique de notre " supériorité " - celle de l'Occident chrétien - sur les peuples " exotiques " que nous allions asservir. Le phénomène n'a pas disparu avec la " décolonisation ". Louis-Jean Calvet le montre à travers un certain nombre de comportements, non seulement outre-mer, mais à l'intérieur même de l'hexagone où les langues régionales demeurent les victimes d'un impérialisme linguistique dont l'un masques les plus récents est peut-être celui de la francophonie
.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
colbrune
pilier
avatar

Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Jeu 23 Fév 2006, 12:47

Passionnant sujet que celui qui étudie les mots en usage formant un terreau idéal à l'émergence et l'essor d'une idéologie.

Sur un tout autre terrain, c'est Viktor Klemperer, Lingua Tertii Imperii que j'ai trouvé passionnant http://akrieg.club.fr/crKlemperer96.html
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Jeu 23 Fév 2006, 12:53

bonne pioche ! effectivement ! sur ce sujet de langue terreau idéal à l'émergence et l'essor d'une idéologie.

Citation :
Victor Klemperer observe la mise en place de la LTI, la «langue du Troisième Reich», sa montée en puissance, et son durcissement désespéré à partir de 1943, lorsque la bataille de Stalingrad fait de l'armée d'un Reich qui devait durer mille ans l'armée la plus misérable. La LTI, écrit Klemperer, est une langue dont la «pauvreté» est la «qualité foncière» (p. 43). Les mots y sont martelés. A la date du 28 juillet 1933, il note : «La répétition constante semble être un effet de style capital dans leur langue» (p. 58). Tout en elle «devait être harangue, sommation, galvanisation» (p. 47).
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   Ven 24 Fév 2006, 13:41

Dans « Cinéma, une vision de l’histoire », Marc Ferro consacre une partie au « cinéma colonial, au cinéma anti-colonialiste et au cinéma des colonisés ».
Pour le cinéma colonial : Trois succès de l’avant -guerre : le grand jeu 1934 de Jacques Feyder, La bandera 1935 de julien Duvivier, Pépé le Moko 1936 de julien Duvivier.

Citation :
Ce qui frappe dans ces films sur l’Algérie et le Maroc, c’est qu’on n’y voit guère d’Arabes. La Casbah et le Rif servent seulement de décor. L’indigène n’existe pas.
cf. Le Bled de Jean Renoir 1929, à tel point que son rôle est joué par un Européen

- Ou s’il est
Citation :
présent mais pas visible dans ces films dont les héros sont des militaires : il devient un « salopard » qui perturbe l’ordre instauré par la colonisation.

Citation :
Dans Pépé le Moko, l’Arabe occidentalisé a tous les traits négatifs que l’antisémite attribue aux Juifs, comme l’a bien vu l’historien Pierre Sorlin.

Ce beau livre paru en 2003 aux éditions du Chêne comporte d’autres études comme l’histoire des Etats-Unis au cinéma.
Textes brefs et éclairants, analyses de films, images superbes.


Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une colonisation qui a laissé des traces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une colonisation qui a laissé des traces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les astronautes des missions Apollo ont laissé des traces sur la Lune (images)
» (1971) Delphos un ovni laisse des traces (création d'un dossier en français)
» L´eau en bouteille laissée dans votre voiture est très dangereuse !
» Traces
» ils m'ont volé mon sac et ont laissé les livres !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Sciences humaines et documents-
Sauter vers: