Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Martin Scorsese

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Martin Scorsese   Dim 03 Déc 2006, 18:08

Les Infiltrés film de Martin Scorsese, Avec Leonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson.

A Boston, la police veut mettre fin au règne de la pègre et cette lutte suppose qu’on infiltre le camp adverse avec un mouchard, « un rat » (en Français on dirait plutôt une « taupe ».). Mais chaque camp a la même idée, ce qui contraint les « rats » à jouer sur la corde raide. La situation de départ est nette, mais elle se complique .

Scorcese construit son intrigue avec rigueur et le spectateur s’y retrouve aussi bien - sinon mieux, que les agents doubles. On passe d’un camp à l’autre sans se mêler les pieds, et les péripéties nous tiennent en haleine dans chaque camp.

On serait donc parfaitement content si devant l’évidence d’un infiltré dans son gang, Costello (Nicholson), naguère si expéditif, ne différait pas une élimination devenue nécessaire. On comprend qu’il fait le jeu du metteur en scène qui veut des confrontations.

La fin du film traîne donc,(Au total 2h 30) avec des justifications inutiles sur la découverte de la taupe adverse. ..

Le film devient donc aussi compliqué que les rues de Boston, fait intervenir les touches secrètes des portables, les mots de passe des dossiers secrets d’ordinateurs, les rivalités amoureuses et professionnelles, la guerre des polices, la drogue, les micro-processeurs volés pour les Chinois…

Les coups de feu sont aussi nombreux que les grossièretés dans les dialogues. Reste le jeu des acteurs : Nicholson, d’abord cabotin, prend ensuite de l’ épaisseur, avec le côté démoniaque et épique d’un rôle d’opéra. La ressemblance entre Leonardo di Caprio et Matt Damon, gênante au départ, trouve sa justification et sert bien l’intrigue - à tous points de vue.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
swallow
pilier
avatar

Nombre de messages : 820
Localisation : Espagne
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Dim 03 Déc 2006, 22:35

Je suis d´accord avec ce que tu dis Rotko. Mais aimant être noyée, désorientée, j´ai bien aimé cette perte d´identité, de differences nettes entre maffieux et policiers.
J´apprecie être balottée de la sorte, l´espace d´un film, perdre mes pretentieux points de repère, et mon arrogante logique. Et puis Scorcese rejoint l´idée de la terrible parenté entre bien et mal. Comme dirait Christiane Singer " La frontière entre le bien et le mal passe entre les deux yeux de chaque être vivant". Avec toutes les balles qui transperçaient les boîtes craniennes, j´y pensais durant la projection. affraid
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Lun 04 Déc 2006, 05:38

Swallow disait
Citation :
j´ai bien aimé cette perte d´identité, de différences nettes entre maffieux et policiers

C'est en effet un des aspects essentiels du film; bien exprimé par Costello au debut du film quand il parle de l'homme devant un revolver : qu'il soit flic ou voyou n'a plus d'importance. Cette perte d'identité est materialisée par la présence d'une psy. On ne peut en dire plus sans nuire à l'intérêt du film et au personnage de Costello : une image m'a bien plu, celle de l'opéra où Costello est entre deux femmes comme entre deux tentations, à mener ensemble, successivement ou séparement ?

On pourrait ainsi parler de la double appartenance des infiltrés : par le père ou par le choix "père-sonnel" (c'était tentant !) ; existe aussi la tentation de remettre en cause la mission initiale de chacun et de passer à l'ennemi...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
queenieinlove
pilier
avatar

Nombre de messages : 682
Localisation : Black Hole
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Lun 04 Déc 2006, 10:41

c'est bien ce film qui est un remake de Infernal Affairs de Andrew Lau et Alan Mak ? Vous avez ce film avant de voir la reprise de Scorsese ?

je précise, je n'ai vu ni l'un ni l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/sublimeacide/index.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mar 05 Déc 2006, 10:19

oui, c'est la reprise d'un film coréen hong kongais infernal affairs mais je ne le connais pas.

synopsis

Ming est une taupe dans la police de Hong Kong, implantée là par les bons soins du patron de la triade. Yan est un policier infiltré dans la triade depuis dix ans. Son casier judiciaire bien alourdi par les années est là pour témoigner de sa réussite.
Parfaite symétrie des situations et des hommes : Ming et Yan sont également fatigués des rôles que leur font jouer, dans l'ombre, leurs patrons respectifs. Ming rêve de devenir un vrai policier. Yan est las de tuer au nom de la justice et voudrait pouvoir se retirer enfin.

voir les photos et la bande annonce. La comparaison doit être très interessante.


Dernière édition par le Lun 08 Jan 2007, 05:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
sousmarin
pilier


Nombre de messages : 367
Localisation : Pays de Loire
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mar 05 Déc 2006, 11:24

Le cinéma américain actuel semble manquer d’imaginaire et d’innovation scénique, contrairement aux séries qui possèdent, pour certaines d’entre elles tout du moins, un bon niveau qualitatif.
Je crois que toutes les qualités du film de Scorsese viennent du film coréen et le reste, qui alourdit l’ensemble, est la sauce hollywoodienne du moment…

D’ailleurs, Corée du sud, Hong Kong et Japon ont vus émerger de nombreux cinéastes talentueux ces derniers temps…souvent récupérés par Hollywood d’ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Helstrom
neophyte


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Dim 07 Jan 2007, 23:43

Je n'ai pas vu Les Infiltrés mais j'avais vu Infernal Affairs à sa sortie, et il m'avait enthousiasmé. Mais j'ai pu en discuter avec des personnes ayant vu les deux, et il semble en effet que la "première version" soit plus tonique, allant tout de suite à l'essentiel (et le film est tout simplement plus court, à peine plus d'une heure trente). J'ai trouvé que les caractères des deux taupes étaient suggérés plutôt sobrement, et que le scénario ne misait pas trop sur l'abondance de rebondissemements pour justifier son statut de polar. Donc bon point.

Deux petites précisions, cependant : Scorsese aurait choisi de réaliser son film à la lecture du scénario, sans avoir vu Infernal Affairs. Il en aurait évidemment connu l'existence, mais aurait choisi de ne pas le visionner pour ne pas faire d'interférences avec sa propre lecture des possibilités du scénario. Je n'ai pas pu vérifier cette information, mais je la tiens pour assez probable. D'autant que la mise en production de films à partir de scénarios "étrangers", déjà utilisés ou non, est une pratique courante à Hollywood, et... quasiment aussi ancienne que le système hollywoodien lui-même. Je ne pense donc pas que ce remake soit le signe d'une perte de vitalité du cinéma américain, même si celle-ci existe peut-être par ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Helstrom
neophyte


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Dim 07 Jan 2007, 23:45

Deuxièmement, Infernal Affairs est un film chinois (plus précisément hong-kongais), et dont l'action se déroule en Chine. Bon, ça n'est pas l'essentiel, mais on a souvent tendance à rendre coréen tout bon film asiatique dont on ne connaît pas la nationalité et qui n'a pas l'air japonais. Happy
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Lun 08 Jan 2007, 05:24

Merci, Helstrom pour ces precisions et cette rectification nécessaire.

Avoir vu les deux films doit te permettre de bien percevoir l'apport de chacun, et de comprendre comment fonctionne, d'une manière générale, Scorcese, si tu connais ses autres films.

je rectifie sur mon post Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
maïa
pilier
avatar

Nombre de messages : 3761
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mar 26 Juin 2007, 15:50

rotko a écrit:

La fin du film traîne donc,(Au total 2h 30) avec des justifications inutiles sur la découverte de la taupe adverse. ..

Le film devient donc aussi compliqué que les rues de Boston, fait intervenir les touches secrètes des portables, les mots de passe des dossiers secrets d’ordinateurs, les rivalités amoureuses et professionnelles, la guerre des polices, la drogue, les micro-processeurs volés pour les Chinois…

J'ai vu le DVD hier soir. Je ne partage pas ton avis, rotko evil
Je n'ai pas trouvé la fin trop longue, je n'ai pas vu passer le temps. Certes, le scénario fait intervenir des éléments sophistiqués de la communication moderne, dont les portables, omniprésents. Mais c'est bien un effet de réel, non ? J'ai trouvé le scénario diaboliquement bien conçu, jusqu'au bout, et je pense que tout est justifié parce qu'il est indispensable de démêler l'écheveau avant de conclure. De conclure dans l'horreur...
La ressemblance entre Damon et Di Caprio est évidemment une clé qui permet de comprendre la métaphore scorsesienne, résumée dès le début par Nicholson. Un inextricable ballet, pessimiste, désespéré, violent (et l'obscénité du langage est un élément du tout...) où la vision manichéenne du monde habituelle au cinéma américain (le bien triomphe du mal) devient une danse macabre entre le mal et le mal... Le thème du double, ici, ne laisse paradoxalement aucun choix...
Bref, moi, j'ai adoré ce film lol!
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mar 26 Juin 2007, 16:11

j'avais remarqué qu'un fichier avait été supprimé dans l'ordinateur et donc selon le "coupable" ne laissait aucune chance à l'autre de prouver son embauche. C'est oublier que tout laisse des traces sur un ordi.

Ceci dit, je suis content que tu aies apprécié le film.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Sam 09 Fév 2008, 05:33

Shine A Light, le nouveau long métrage de Scorsese, présenté au festival de Berlin, est consacré aux Stones dans leur concert du 31 octobre 2006 au Beacon Theatre.


clic !


Depuis 1962, l’atomique et indestructible Mick Jagger se déhanche, habite chaque chanson, se donne à fond ; « Shine a Light » dresse le portrait en action d'une bête de spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Shine a light ou les rolling stones.   Mar 15 Avr 2008, 04:38

"Shine a light", documentaire de Martin Scorsese (Etats-Unis,.
Scorsese capte une électrisante performance des Rolling Stones et montre des vieux lions abîmés par l'âge, mais toujours habités par le rock'n roll.

Martin Scorsese a voulu capter l'essence des Stones en concert. Le film se compose d'images captées lors de deux concerts donnés par les Stones en octobre 2006, pendant leur tournée mondiale "A Bigger Bang".

Pour les fans des rolling stones plus que pour les admirateurs de Scorcese, c'est l'avis général.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 24 Fév 2010, 12:31

L'adaptation de shutter Island par Scorcese divise les opinions.

A qui a-t-on affaire dans un asile de fous ? Même quand on y passe en visiteur, peut-on toujours dire qu'on n'y est pas à sa place ? C'est la question que pose « Shutter Island », le film de Martin Scorsese, adapté du polar de Dennis Lehane.

dixit bibliobs

A lire la presse, les inconditionnels de Di Caprio trouveront qu'il a mûri, les autres diront qu'il devient bouffi et entraîne Scorcese vers la facilité de l'embonpoint.

Sur "tout arrive", le ton était désabusé : un "salmigondis" qui fait intervenir les camps de la mort, Guantanamo, et les plaies d'enfance de Scorcese, avec différents traumatismes de la mort de proches mal vécue.

Je n'irai pas voir le film, car je suis sensible à l'argument avancé que rendre visibles des scènes mentales relève de grosses ficelles auxquelles ne se laissent prendre que les "bons publics" invétérés,

ceux que raillait Brassens dans sa chanson "les amoureux du bon public".

revenons à bibliobs

L'enfance sacrifiée, la communauté irlandaise du Massachusetts et les environnements poisseux sont les trois piliers de l'œuvre de Dennis Lehane. On les retrouve dans « Shutter Island », à des degrés divers. La violence faite aux enfants surgit là où on ne l'attend pas, dans le passé trouble du U.S. Marshall Teddy Daniels.

Chez Lehane, ces thèmes sont liées à son histoire, lui qui déclare qu'il a « grandi à un endroit où la violence existait. » Il est ensuite devenu conseiller thérapeutique auprès d'enfants victimes d'agressions. Il en a conçu ce genre d'obsession sociétale et morbide qui fait la fortune des machines à thrillers américaines...


Lire # voir...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Harelde
pilier
avatar

Nombre de messages : 7283
Age : 42
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 24 Fév 2010, 14:21

Shutter Island a été adapté au grand écran : le film de Martin Scorcèse sort aujourd'hui au cinéma. Avec Léonardo di Caprio et Ben Kingsley.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.corif.net/site/
Bulma
pilier
avatar

Nombre de messages : 457
Age : 29
Localisation : somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 24 Fév 2010, 21:11

Je suis allée le voir hier soir, et j'ai ADORE. Très beaux plans, pas de grosses ficelles, au contraire, S. montre les cauchemars du personnage et c'est très bien rendu esthétiquement, à la limite du surréalisme.
Di Caprio est magistral, il mériterait un oscar. Et pour une fois, c'est un film qui donne à réfléchir, complexe, où le spectateur est mis à contribution pour donner sa propre interprétation. C'est un film qui m'a fait penser à Vol au-dessus d'un nid de coucou, à Vertigo, à Dix petits nègres... Les films qui réfléchissent à la folie sont souvent captivants. C'est le cas de celui-ci pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
L'émane
pilier
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 25
Localisation : Angers
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 24 Fév 2010, 23:35

Je n'avais vu de Scorsese que Taxi Driver et les Affranchis.

Je viens de voir le nouveau Scorsese, et j'avoue que c'était captivant. Malgré que l'histoire manquait d'originalité, l'oeuvre a été filée avec professionnalisme. Les images de Dachau glacent déjà le sang ce qui rajoute à la dramatisation du film. Le coup final est fort, mais je n'en dis pas plus... (N'est ce pas, Bulma Razz ) On est encore choqué de ce qu'est capable de faire mères et maris.

Je suis resté collé sur mon fauteuil, les yeux rivés sur les images. Le film est réussi.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Jeu 25 Fév 2010, 05:46

Le Monde est de votre avis :

Shutter Island se révèle puissamment travaillé par ce qu'il advient de l'humanité à l'épreuve du nazisme. C'est la terrifiante duplicité du film, qui n'épargne surtout pas les Etats-Unis. C'est ce plan halluciné d'un couple sur lequel se met à pleuvoir une nuée de cendres.
Ce sont ces personnages qui disparaissent sans laisser de traces ou qui se désintègrent numériquement sous nous yeux. Ce sont ces fantômes des camps qui reviennent pour demander pourquoi on ne les a pas sauvés. Toutes choses qui font de Shutter Island un des films les plus sombres et les plus désespérés de Martin Scorcese.


Pour qui a lu le livre, les références aux camps de la mort paraîtront sans doute inattendues...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: "Shutter Island", Scorsese   Lun 08 Mar 2010, 18:52

Une nouvelle fois, Scorsese fait appel à DiCaprio pour jouer dans un de ses films.


Même si je n'ai pas besoin de présenter l'histoire du roman de Dennies Lehane, je vais quand même mettre le synopsis pour les membres qui n'ont pas suivi la lecture accompagnée (dont moi Embarassed).

Citation :
En 1954, le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule sont envoyés enquêter sur l'île de Shutter Island, dans un hôpital psychiatrique où sont internés de dangereux criminels. L'une des patientes, Rachel Solando, a inexplicablement disparu. Comment la meurtrière a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Œuvre cohérente d'une malade, ou cryptogramme ?

La première chose qui saute aux yeux est la réalisation virtuose de Scorsese, qui décidément fait honneur à sa réputation. On a aussi de très bonnes interprétations, que ce soit DiCaprio, Ruffalo, le grand Max Van Sydow et je dirais surtout Ben Kingsley, génial dans le rôle du psychiatre en chef de l'asile-prison.

Seulement, le dénouement ne s'avère pas une surprise... Dès la première scène du bateau, j'avais saisi la subtilité. Difficile de faire une critique sans dévoiler l'intrigue. Malgré tout, je peux dire que certaines scènes sont remarquables, que ce soit celles du passé du héros ou les labyrinthes de l'asile.

Donc c'est un film à voir, oui, mais l'intrique est trop basique pour en faire un film d'exception - l'absence de nominations aux Oscars le montre assez bien, je pense.

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
Marie kiss la joue
Animation
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 30
Localisation : Rennes/Paris
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 10 Mar 2010, 09:29

Je l'ai vu hier, j'ai adoré !! A chaque fois on se retrouve totalement dans le flou, les scènes, même les plus glauques, sont magnifiques, la musique sert parfaitement le tout...Et puis alors la fin ! Plusieurs fois, j'ai cru que le film était fini, et puis pas du tout, encore des ressorts insoupçonnés...Non vraiment, j'en suis ressortie ébahie. Et toute la réflexion sur la violence contenue en l'homme est fascinante...

_________________
Que voulez-vous que je vous dise de moi ? Je ne sais rien de moi ! Je ne sais même pas la date de ma mort.
(Borges)
Revenir en haut Aller en bas
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 10 Mar 2010, 09:57

Après en avoir discuté avec une amie qui a lu le livre, il est sûr que Scorsese a changé la fin du livre avec la phrase finale. Dommage car ça change tout...

Mon amie, ancienne prof de français, m'a dit qu'on ne retrouve pas dans le film la force narrative du livre, et que certains éléments très importants ont été gommés (j'ai lu que certains parlaient de la communauté irlandaise - absente du film).

Pour en revenir à l'intrigue "scotchante", j'avoue ne pas trop comprendre car j'avais deviné le principal dès la scène du paquet de cigarettes sur le bateau (soit la première scène siffle).

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
Marie kiss la joue
Animation
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 30
Localisation : Rennes/Paris
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 10 Mar 2010, 10:44

Euh dans ce cas, il faudra que tu m'expliques comment tu as deviné, parce que ça ne me paraît pas si limpide que ça Laughing scratch

_________________
Que voulez-vous que je vous dise de moi ? Je ne sais rien de moi ! Je ne sais même pas la date de ma mort.
(Borges)
Revenir en haut Aller en bas
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Jeu 11 Mar 2010, 09:20

Eh bien, dans les toilettes, DiCaprio se parle à lui-même face au miroir, ce qui dans un tel film laisse à penser à un dérangement psychologique (essaie-t-il de se convaincre?).

Et puis le paquet de cigarettes peut être interpréter comme une métaphore de la vérité. DiCaprio pensait l'avoir, mais il ne l'a pas, au contraire de son coéquipier (mais aussi...) qui lui donne.

Je vais peut-être un peu loin, mais dans un film aussi tordu, et avec un Scorsese aux manettes, on peut supposer que certaine image est dénotative mais aussi connotative Wink

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
Bulma
pilier
avatar

Nombre de messages : 457
Age : 29
Localisation : somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Jeu 11 Mar 2010, 10:55

Moi, j'aime beaucoup la phrase finale, car elle laisse libre cours à l'interprétation.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Jeu 11 Mar 2010, 11:57

oui, on en a déjà parlé, sans trop dévoiler la fin, et chacun en fait ce qu'il veut.
Pour moi, la phrase est claire, et pour prendre un exemple voisin, je dirais qu'après un diagnostic établissant un cas d'alcoolisme, la moindre phrase de l'interessé, faisant allusion à un "rafraichissement souhaité" ou à une "verre bienvenu", confirmerait sur le terrain l'alccolisme redhibitoire détecté col
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martin Scorsese   

Revenir en haut Aller en bas
 
Martin Scorsese
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Qui êtes-vous, vous les types 7?
» Lockheed Martin étudie un "Orion Astéroïde"
» PÈLERINAGE VIRTUEL AU TOMBEAU DE SAINT MARTIN DE TOURS
» Le bienheureux Louis Martin apparait à ...............
» Quelques détails sur Malachi Martin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: