Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Michael Haneke, Caché, Amour...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mer 23 Avr 2008, 05:29

Haneke refait un de ses films funny games présenté en 1977 au festival de Cannes :

Le Funny Games actuel de Michael Haneke a été tourné avec Naomi Watts, Tim Roth, Michael Pitt

Citation :
Un jeune couple et leur fils arrivent dans leur résidence secondaire de Floride pour y passer l'été, aux côtés de leurs voisins qu'ils connaissent de longue date

Ils recoivent une visite et ne se doutent pas du calvaire qui les attend. Malgré son titre, le film se rattache aux films d'horreur, tout en dénonçant la violence dont on abreuve complaisamment les spectateurs.

Un pari audacieux.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mer 23 Avr 2008, 05:35

Funny Games.

Citation :
c’est un film méchant car il donne de la satisfaction à celui qui a du plaisir à consommer habituellement le spectacle de la terreur.

Mais soudain, le film va trop loin, sans alibi moral, et se retourne vers le spectateur. Qui se sent irrité par sa propre position. Il peut commencer à s’interroger sur ses habitudes.

Le film ne le conforte pas dans sa propre position de complice de cette terreur, mais le lui reproche. C’est en cela qu’il est méchant.

Haneke pour Libé.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Nestor
Admin
avatar

Nombre de messages : 1576
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mer 23 Avr 2008, 11:16

Funny Games

Citation :
Malgré son titre, le film se rattache aux films d'horreur

Allons donc ! Pfff !

le recevoir ainsi serait un contresens, puisque Haneke s'interroge sur la violence et l'horreur !

Dans le premier film, tourné en Autriche, et présenté à Cannes en 1997, il s'interrogeait sur les manières policées autrichiennes qui ont permis l'horreur nazie.

Dans le deuxième film, le remake fait en Amerique, où les films d'horreur sont nombreux comme Saw, qui requiert une sorte de complicité et de plaisir du spectateur, on pense à de vraies scènes de tortures comme celles d'Abou Graib.

le but de Haneke serait donc une critique filmée de la violence directement à ceux à qui elle était destinée : Ici le public américain, ou plutôt le public mondialisé, qui ne consomme que du gros cinéma américain.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net
Le mouton sauvage
pilier
avatar

Nombre de messages : 1680
Localisation : Au Sud de la Frontière, à l’Ouest du Soleil
Date d'inscription : 04/12/2007

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mar 06 Mai 2008, 11:46

Funny Games vs Funny Games US


Projection en simultané de Funny Games et Funny Games US au cinema Lux de Caen, mercredi à 21h.

Une initiative intéressante et plutôt alléchante que de présenter en même temps ces deux films puisque la version américaine est une copie conforme (au plan près) de la version autrichienne.

Deux projecteurs de 35 mm, une seule bande son fait d'un mixage de deux versions, le pari technique est là. Mais ce n'est pas une première puisque ce même cinéma avit tenté la même expérience avec le Psychose d'Hitchcock et le Psycho de Gus Van Sant...
Revenir en haut Aller en bas
http://blackwithblue.free.fr/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 25 Mai 2009, 11:14

c'est à mon sens une bonne récompense que le jury de Cannes a décerné à Michael Haneke.

restera à voir le film le ruban blanc, mais on peut déja se rejouir que ceux qui n'avaient pas aimé le film caché et qui traitaient ce film de "foutage de gueule" parce qu'ils ne l'avaient pas compris (je ne parle pas seulement de la fin qui, il est vrai, portait à discussion et à interrogations) soient officiellement démentis.

voici un aperçu du film le ruban blanc dans le figaro :

Citation :
Cette fois, Michael Haneke s'est inspiré de documents d'époque pour raconter les incidents qui troublent la vie d'un village dans l'Allemagne de 1913. Le titre, Le Ruban blanc, fait référence au morceau de tissu immaculé que le pasteur (Burghart Klaussner) fait porter à ses enfants pour leur rappeler « l'innocence et la pureté » qu'il attend d'eux…

Un câble tendu entre des arbres provoque une grave chute du médecin (Rainer Bock) qui rentrait chez lui sur son cheval au galop, puis l'enfant du baron (Ulrich Tukur) grand propriétaire foncier disparaît. On le retrouvera ligoté et battu. Des actes mystérieux et barbares qui « réveillent des peurs ancestrales » souligne le narrateur, l'instituteur du village, et que le cinéaste évoque avec une maîtrise, un radicalisme janséniste.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 17 Oct 2009, 05:01

sortie du ruban blanc

la vie d'un village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Seb
pilier
avatar

Nombre de messages : 950
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 17 Oct 2009, 05:49

Très bel extrait.
Bien que je ne sois habituellement pas très attiré par les films de Haneke, celui-là me semble intéressant, avec des accents un peu bergmaniens.

_________________
"Les écrivains brefs – phrases courtes, livres minces – ont aujourd’hui les faveurs du public qui, à n'en pas douter, les aimerait davantage encore s’ils n’écrivaient vraiment rien." (Eric Chevillard)
Revenir en haut Aller en bas
KomA
pilier
avatar

Nombre de messages : 130
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 26 Oct 2009, 00:20

Le Ruban Blanc est un film difficile à comprendre. Plutôt à cerner en fait.
On entre dans le quotidien d'un petit village d'agriculteurs du Nord de l'Allemagne en 1914, à la veille du déclenchement de la 1ere Guerre Mondiale.
Le film est une sorte de hui-clos ou les seuls intervenants sont les villageois, avec leurs secrets, leurs non-dits, leurs soupçons, leurs petites ou grandes vengeances.
Rattrapés par la guerre comme par un événement qui les dépassent, leurs vies semblent suivre leurs cours, au fur et à mesure de leurs problèmes quotidien, de manière un peu absurde par rapport aux événements extérieurs.
C'est également un genre de documentaire qui se veut assez précis sur le mode de vie rude, dans les principes de la religion, faits pour être transcrits, tel qu'il fut sûrement à cette époque.

L'utilisation du noir et blanc et la narration ajoute encore à l'aspect déconnecté de la réalité de la vie dans ce village, ou plutôt du fossé qu'il peut y avoir entre une réalité globale et la réalité de chacun, centrée sur sa vie, ses problèmes, ses convictions et ses objectifs.
Le cliché social me fait penser à Dogville.
Revenir en haut Aller en bas
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mar 27 Oct 2009, 14:56

LE RUBAN BLANC - Palme d'Or à Cannes 2009

Un village dans le nord de l'Allemagne, un ou deux ans avant que n'éclate la Première guerre mondiale. La guerre n'a pas encore éclaté, on apprend simplement que l'archiduc Machinchose a été assassiné à Sarajevo, puis la voix off du narrateur, à la fin du film, dit brièvement comment la vie a poursuivi son cours.

Un film "du bon vieux temps", une histoire "classique", on se croirait en plein dans un roman de Thomas Mann, d’autant plus que la voix du narrateur – l’instituteur devenu âgé, qui raconte ses souvenirs de ces quelques années ayant précédé la Première guerre mondiale – nous met vraiment dans l’ambiance du pavé de 600 pages.

La rigueur protestante pèse sur toutes les épaules. Les enfants sont menés à la baguette, la discipline ne tolère pas le moindre écart. D'étranges événements, de cruels incidents surviennent dans le village, sans que personne ne comprenne ni pourquoi ni surtout qui est derrière ces actes machiavéliques et gratuits. Le spectateur suit la vie de ce microcosme, cette société rigide et malsaine, même si en apparence, tout semble être correct et en ordre.

Dans ce village, avec son grand propriétaire, le pasteur luthérien, la sage-femme, le médecin, etc… tout devrait être parfaitement en ordre, comme à Wisteria Lane (Desperate Housewives), mais non : le Mal rôde. Je n’achète pas trop la thèse discipline => nazisme, avancée par de nombreux critiques, car autrefois, on disciplinait les enfants dans tous les pays (les mains des garçons attachées pour les protéger du péché, les coups de verge, etc…) et les enfants sont cruels, il suffit d’observer une cour de récré (on se moque de celui qui est différent, on arrache les ailes des mouches.…). Il est intéressant d’ailleurs que Haneke, Autrichien, ait placé son histoire en Allemagne. Ah oui, j’oubliais : il n’y a que les Allemands qui aient été nazis. Wink

Un article sur le film disait qu’il avait choisi le NB, car on visualise cette époque dans le style des photos noir et blanc. Si son film s’était déroulé au XVIIème siècle, il aurait utilisé les tons d’un tableau de Vermeer. Le film a été tourné en couleurs, mais la pellicule a été traitée en NB, car les pellicules NB actuelles sont trop ou pas assez sensibles (oublié lequel). Personnellement, ça ne m’a pas du tout gênée, j’ai trouvé que ça créait bien cette ambiance de rigueur protestante.

Quasiment pas de musique, si ce n’est la musique liée à la narration (la fête au village…). Rien au générique non plus.

J’ai été épatée par les faciès d’époque. Evidemment, les coiffures, les lunettes, les habits y contribuent énormément, mais je trouvais que les acteurs avaient tous des têtes comme sur les photos du début du XXème siècle. La jeune fiancée, Eva, était absolument craquante. Ce genre de comportement – un mélange de timidité et de franchise enfantine – n’existe tout simplement plus.

Bref, du tout grand cinéma ! En sortant du cinéma, j’étais tellement sous le coup de la baffe que je venais de me prendre que j’avais carrément de la peine à parler… Shocked Un film en tous points magnifique.
Et pas une seule fois, on n’entend dire Scheisse ! tongue





Citation :
Noir et blanc digne des grands maîtres

Haneke dévoile ici les mécanismes cachés d’une société ultrarépressive. Et comment une éducation trop rigide peut avoir des effets catastrophiques sur ceux et celles qui la subissent dès leur enfance.

En clair, il suggère que le fascisme ou le nazisme peuvent très bien prendre racine dans ce type de sociétés. Cela fait froid dans le dos, bien sûr. D’autant plus que le film ne s’assimile jamais à une démonstration.

Et même si Le ruban blanc est l’un des longs-métrages les moins durs de Haneke – rien de commun avec l’éprouvant Funny Games, dont le visionnement provoque presque un malaise – il demeure après coup l’un de ses plus aboutis et sans doute le plus beau. Superbement filmé, dans un noir et blanc digne des grands maîtres, mis en scène au cordeau, constamment étrange et passionnant, le film livre une analyse particulièrement complexe des mécanismes du mal et de son évolution. On en ressort troublé, dans le bon sens du terme.
Pascal Gavillet dans la Tribune de Genève, 21.10.2009


Dernière édition par Bridget Jones le Mar 27 Oct 2009, 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
leutchi
pilier
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 56
Localisation : Crolles (Grenoble)
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mar 27 Oct 2009, 15:44

Merci Bridget pour ta critique complète du film Cool J'hésitais un peu, craignant la violence pour la violence avec une justification tirée par les cheveux (encore de la violence:( ).
Mais Koma faisant référence à Dogville un film que j'adore (sublime Nicole), ça vaut peut-être bien le détour..

Juste en passant. Je me suis offert en DVD un film que je conseille à tous en ces périodes où l'homme passe souvent après l'argent, le pouvoir (liste non exhaustive) et où le cynisme risque de nous emporter, il s'agit d'HAPPY TIMES un film chinois de ZHANG YIMOU (épouses et concubines). Un film humaniste avec un grand H.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leutchi.fr
L'émane
pilier
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 25
Localisation : Angers
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Ven 30 Oct 2009, 20:24

Je n'ai pas aimé ce dernier film d'Haneke. Autant Funny games US, suggérait la violence et le sadisme avec un talent hors du commun, autant ce dernier film me semble d'un commun très ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
KomA
pilier
avatar

Nombre de messages : 130
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Ven 30 Oct 2009, 22:16

Il y a un point que je n'ai pas saisi dans le film, et dont parlent quasi toutes les critiques professionnelles que j'ai vues : les racines du nazisme.

Je suis le seul ?
Qui m'explique ?
Revenir en haut Aller en bas
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 31 Oct 2009, 09:28

En effet, ça semble être le propos du réalisateur: la discipline extrême pousse les gens à devenir nazis, selon l'idée qui veut que la violence appelle la violence (cf. l'encadré en-bas de mon message ci-dessus)

Mais moi non plus, je ne suis pas vraiment d'accord. Tout d'abord, à l'époque on disciplinait les enfants partout, dans tous les pays du monde (les internats anglais... Shocked ). Et puis, de nos jours où on est totalement laxiste avec les enfants, ils sont cruels et violents quand même (tabassages gratuit de passants, etc...)

Ca reste malgré tout un film magnifique, une description très minutieuse d'une époque révolue. J'ai adoré la pudeur de la relation entre l'instituteur et la nounou.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 31 Oct 2009, 09:39

les ravages d'une discipline excessive, c'est pourtant ce que montraient du doigt des artistes aussi différents que Robert Musil avec les désarrois de l'elève toerless, et Bergman qui, dans laterna magica, voyait dans son education rigide le terreau du fascisme.

L'actuel "laxisme" dont on fait grand bruit n'est pas responsable des comportements de voyous, qui viendraient plutôt, en grande partie selon moi, du malaise social et de ses conséquences annexes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 31 Oct 2009, 10:35

En fait, je ne parlais pas de ce genre de voyous.
En Suisse, nous avons des adolescents a priori "normaux, blancs" comme dirait Coluche, intégrés, Suisses, en formation, etc... qui soudainement se mettent à plusieurs pour tabasser qqn au hasard, juste pour le fun. Façon Orange Mécanique, en quelque sorte

Jeunes suisses à Munich
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
leutchi
pilier
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 56
Localisation : Crolles (Grenoble)
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 31 Oct 2009, 10:50

Je suis assez d'accord avec les propos de Bridget en précisant toutefois que si ce n'est pas les cadres rigides qui mènent aux fascismes de tous poils (il peut pousser à s'en extraire) c'est ce que l'on bourre dans les jeunes esprits à travers ces cadres rigides. C'est plus une affaire de contenu que de contenant. Même si taper sur les gosses est (heureusement) passé de mode.

Les écoles de l'intolérance et du rejet des différences sont toujours légion (politique ou religieux)

à l'opposé, les enfants/ados qui sombrent dans le grand n'importe quoi ont souvent manqué de cadre éducatif. Faute de cela, ils vont sauter au petit bonheur (malheur) sur le premier prêt-à-penser venu qui ne veut surtout pas de questionnement. Les fascismes se nourrissent de ce besoin (vital) de repères intangibles. C'est rassurant de suivre les troupeaux.

C'est d'une grande banalité, mais pour grandir on a besoin de se construire à partir de bases morales et sociales, de quoi se bâtir sa propre idée la vie et cheminer vers la véritable liberté, celle de penser.
Et pour faire le job, il y a les parents et l'école (en générale) mais je reconnais que ce n'est pas une mince affaire
geek

Bon, tout ça n'est peut-être pas très étayé...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leutchi.fr
Nymphéa
pilier
avatar

Nombre de messages : 1480
Age : 64
Localisation : Nord
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Dim 08 Nov 2009, 20:20

Le ruban blanc

Un très beau film.
Couleur sublime dans les noirs et blancs passés comme de vieilles photos.
Une histoire distillée subtilement qui nous montre comment la perversion du cadre éducatif peut aliéner l'esprit des enfants. Le contenu ET le contenant. Toutes les relations du film sont aussi de dominants à dominés.
Ce qui était courant dans la "Germanie" de l'époque et est différent encore des rapports sociaux des autres pays et de leur système éducatif. CF les romans des écrivains de langue allemande comme le signale Rotko.
Et c'est vrai que notre apparemment frêle instituteur et sa douce fiancée sont craquants. Mais n'est-il pas un peu lâche? Il a laissé faire...
Revenir en haut Aller en bas
Marie kiss la joue
Animation
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 30
Localisation : Rennes/Paris
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Mer 11 Nov 2009, 09:41

Je rejoins tout à fait ton avis, Nymphéa, ce film m'a vraiment plu, et c'est sûrement dû au noir et blanc, qui plonge tout de suite le spectateur dans une ambiance particulière (l'absence totale de musique y est pour beaucoup aussi). Même si c'est justement tout l'intérêt du film, j'aurais aimé connaître le dénouement de manière plus certaine, même si on s'en doute fortement...
Je trouve qu'il y a un petit côté Fritz Lang dans la manière de filmer les enfants notamment, surtout les scènes de violence. Le fait de s'en prendre à un jeune handicapé, en particulier, ne peut manquer de nous faire penser aux sévices qui leur seront infligés durant la seconde guerre...

_________________
Que voulez-vous que je vous dise de moi ? Je ne sais rien de moi ! Je ne sais même pas la date de ma mort.
(Borges)
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Dim 22 Nov 2009, 18:38

je rejoins tout ce que vous avez dit et fort bien étayé.

Ce film est remarquable, d'une beauté glaciale qui met mal à l'aise.

A noter dans des plans assez longs, au fond d'un chemin ou d'une perspective, une tour avec toît en triangle, référence nette à Auschwitz sans les voies de chemin de fer.


clic !


Une éducation et un système qui culpabilisent, châtient les péchés, entretiennent les perversités des adultes, et par suite les méchancetés des enfants, que ce soit sur des oiseaux ou des handicapés, considérés comme fruits de la faute.

Une inhumaine absence d'amour entre les adultes et les enfants : on exige d'eux une soumission totale et une obéissance aveugle. C'est poignant !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 23 Nov 2009, 07:14

J'ai aussi été frappé par la raideur et la rigidité des corps, chez les adultes mais aussi chez les enfants. Aucun contact de tendresse ou d'attouchement amical.

Y a-t-il une influence de la langue ? on la dit système de pensée, et dans le cas de l'allemand soucieuse d'un ordre strict... Quand arrive la gouvernante italienne des enfants du baron, on a l'impression que l'atmosphère s'allège, la permission d'aller jouer est accordée sous son influence, et la baronne elle-même de retour d'Italie se montre épanouie.

Il est vrai qu'elle y a fait une rencontre, comme elle le dira plus tard en s'insurgeant contre les brutalités érigées en système d'éducation.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Tisiphone
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 27
Localisation : Lyon.
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Sam 01 Mai 2010, 11:43

Je me permets de remonter ce topic des abîmes, pour avoir votre avis sur le film : La Pianiste de Haneke.

De mon côté, je trouve la performance de l'actrice Isabelle Huppert à en couper le souffle, les passages de musique minutieusement bien choisis, la force du silence très bien représentative de l'ascension de détresse des personnages, la relation sado-masochiste très bien tournée.

Au passage, je vous conseille fortement les lectures de Jelinek. Auteur avec une magnifique verve et des sujets très huilés.

Qu'en pensez- vous ?



clic !


clic !

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 21 Mai 2012, 05:45

Trois ans après la Palme d'or du Ruban blanc, Michael Haneke revient avec un beau film simple : Amour, avec Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant :

le grand cinéaste autrichien raconte une tragédie universelle : la vieillesse, la déchéance, la mort.

Georges (Jean-Louis Trintignant) et Anne (Emmanuelle Riva) ont 80 ans passés, et une longue vie de musique et d'amour derrière eux. Anne est d'abord frappée par une attaque qui la laisse paralysée du côté droit, et puis commence la lente dégradation...


Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 21 Mai 2012, 13:13

Désolé pour Caché je n'ai pas marché quitte à ne pas paraître intelligent si prendre ce film pour un chef d'oeuvre est être intelligent...Il ne se passe rien...Alors oui les évènements de 1961 OK, mais alors pourquoi ne pas faire un documentaire ou un film sur ce sujet...Là c'est lent et vide, dommage si je n'ai pas compris ce qu'il y avait à comprendre, il y avait peut être une autre manière...?

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 21 Mai 2012, 15:22

Bill; il faut savoir accepter de passer à côté d'une oeuvre, ça nous arrive à tous ; pas de quoi en faire un drame ni un complexede culpabilité, ce n'est pas une question d'intelligence.

On est en état de réceptivité ou pas. Si on savait vraiment en quoi cela consiste, on ferait un grand pas Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   Lun 21 Mai 2012, 15:25

c'est sur que avec ce film cela n'a pas fonctionné, à la fin j'ai eu l'impression d'avoir perdu mon temps, cela m'est déjà arrivé pour d'autres cependant, pas souvent....

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michael Haneke, Caché, Amour...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michael Haneke, Caché, Amour...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'amour caché
» Marcel Van, apôtre caché de l'Amour : un martyre du Vietnam
» hommage à Michael Jackson-
» OE théâtre (1e) : Musset : On ne badine pas avec l'amour (commentaire et LA)
» Parole d'Amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: