Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Regis Jauffret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mer 24 Jan 2007, 06:05

Régis Jauffret

Microfictions Gallimard, on parle aussi d univers univers chez Verticales.
le matricule des anges lui ouvre ses colonnes.

j'ai entendu parler d'asiles de fous, et je n'avais pas aimé Régis Jauffret, Fragments de la vie des gens, chez Verticales.

Vous avez peut-être un avis sur l'auteur ?

il ne laisse pas indifférent, paraît-il. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
queenieinlove
pilier
avatar

Nombre de messages : 682
Localisation : Black Hole
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mer 24 Jan 2007, 08:39

rotko a écrit:
Régis Jauffret

on parle aussi d univers univers chez Verticales.

je l'ai commencé il y a des années. Jamais terminé, de temps en temps je m'y replonge. Une histoire qui se répète, qui recommence, qui se chevauche et s'entremêle.

une femme attend chez elle que son gigot cuise. Pendant ce temps elle s'imagine mille et une vies possibles. Des destins qui finissent dans le sang, la douleur, la haine, le mépris.

Une reflexion sur la solitude, l'ennui, la condition des femmes, et de l'homme aussi.
C'est très étrange, c'est un tourbillon. Peut-être qu'un jour je parviendrai à le terminer (l'ennui de cette femme est " contagieux", non pas que le livre ennuie mais il hébète)
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/sublimeacide/index.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mer 24 Jan 2007, 12:32

j'extrais ces interventions du fil "les connaissez-vous" puisque je pressens des avis différents, et des compléments à venir.

En général on dit de lui : Du vitriol, Mesdames, et à petites doses. Razz

J'ai donc vu qu'"asile de fous" était l'histoire d'une rupture. Le mari charge son père d'apprendre la bonne nouvelle à la future délaissée. Sympa.

"Histoire d'amour" fait aussi rêver : un prof d'anglais viole une jeune femme qui, finalement, retire sa plainte. Alors, il veut s'incruster. "Mais pourquoi pleure-t-elle tout le temps" ? se demande-t-il ...

Voilà mes impressions tirées des comptes rendus que j'ai pu lire ou entendre ici et là. N'hesitez pas à intervenir si vous trouvez ces propos tendancieux, ils le sont ! le seul que j'aie lu directement, de mes yeux, c'est : " Fragments de la vie des gens".


Dernière édition par le Sam 10 Fév 2007, 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mer 24 Jan 2007, 12:37

" Fragments de la vie des gens".

"Romans" avec un S, précise l'auteur. Des textes courts qui disent le dégoût.

1er fragment : l'épouse lasse d'avoir sur le ventre son époux poussif ! depuis 2 heures qu'il gigote en vain...

2e fragment : Lui, il s'ennuie à passer les vacances chez ses beaux-parents, il ne pense qu'à attirer sa femme dans la chambre à coucher.
3e fragment :
Citation :
"Elle en avait assez de ce type qui n'était jamais de bonne humeur. Il refusait d'aller à la plage, il disait qu'il n'aimait pas la mer. Il passait son temps à écouter la radio assis sur une chaise bancale, pourtant il s'avérait incapable de répondre quand on lui demandait des nouvelles de la météo.

Elle regrettait qu'il ne soit pas en train de mourir sur un lit d'hopital comme le mari de sa meilleure amie. Son décès l'en aurait débarrassée mieux qu'un divorce, elle se serait installée dans le deuil avec délices. Elle se serait trouvée si bien sans homme, qu'elle ne l'aurait jamais remplacé.
En attendant, il vivait encore..."

Je n'ai rien trouvé là qui me concerne, et si je connaissais des gens de la sorte, je prendrais aussitôt la porte. (rime involontaire).

J'ai donc quitté ce bouquin vite fait. Trop vite ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
queenieinlove
pilier
avatar

Nombre de messages : 682
Localisation : Black Hole
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mer 24 Jan 2007, 13:49

les personnages de Régis Jauffret (je fais un parallèle entre ma lecture d'univers, univers et les commentaires laissés par Rotko) ne sont pas sympathiques : hypocrites, de mauvaise foi, fainéants, planqués dans une léthargie quotidienne, semblants susceptibles d'attirer les mouches à merde plutôt que les fleurs de printemps.

Non ils sont pas agréables, le lecteur ne peut pas les aimer. Tout juste peut-on s'apercevoir que ça existe des gens imbuvables comme ça, que même parfois, on peut l'être aussi.
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/sublimeacide/index.htm
queenieinlove
pilier
avatar

Nombre de messages : 682
Localisation : Black Hole
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mer 24 Jan 2007, 13:57

Univers, univers

quelques extraits que j'ai pointé dans mon livre (toujours pas terminé, depuis deux ou trois ans)

Citation :
Il n'avait jamais pensé qu'à ses loisirs, son plaisir, solitaire, idiot, cette manie de tomber du ciel comme le Messie, et il avait fini par s'écraser sur un rocher comme une fiente. Elle aurait voulu qu'il soit toujours là-haut, qu'elle puisse le tirer à la carabine comme un oiseau. Elle aurait épargné le coeur, la tête, afin qu'il souffre plus longtemps, qu'il expie, qu'elle se sente enfin vengée de la vie épouvantable où il l'avait plongée cet après-midi là quand il s'était jeté dans le vide avec un parachute mal embouché. Elle aurait aimé qu'il se balance à jamais entre ciel et terre dans des douleurs qui lui feraient regretter son saut et la ribambelle de ses précédentes culbutes.


Citation :
Elle se mariera tard avec un barman rencontré dans un club de vacances, elle ne se reproduira pas afin de ne pas infliger son manque de grâce à de nouveaux spécimens. Quand tu mourras, en guise de profanation elle t'arrachera une paupière et la jettera dans le vide-ordures. Elle assistera à ton enterrement en mangeant des sucreries qu'elle tirera l'une après l'autre d'un bruyant sachet en papier kraft.


Citation :
Et Gisèle Mudot, Judith Belat, Véronique Carti, toutes ces filles dont au bout du compte la vie se terminera, tu pourrais bien être l'une d'entre elles prise au hasard. Que t'importe de devenir centenaire ou de périr à dix-sept ans dans une collision, ton destin n'a aucune valeur intrinsèque et il n'a d'importance pour toi que le temps de ton apparition.
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/sublimeacide/index.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 59
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Ven 26 Jan 2007, 20:53

Asile de fous

je l'ai lu il y a plus d'un an....que m'en reste-t-il ?
la rupture amoureuse n'est qu'un prétexte à la mise en scène d'une famille : elle et lui, lui et ses parents, elle et sa "belle-mère", elle et son "beau-père" et les "beaux parents" entre eux.... leurs relations "folles"

Vitriol ? oui, R Jauffret rejoint un peu Lydie Salvayre...mais en plus dense, plus cérébral....pas d'émotion, pas d'humour: assez froid mais décapant

J'avais aussi abandonné Univers, univers : impossible d'entrer dans l'histoire de cette femme...

Le premier chapitre d'Asile de fous m'a fait craindre le pire car le lecteur délire de concert avec une femme qui en veut aux hommes et à tous....J'ai continué voulant savoir comment le père avait pu annoncer la rupture ( pour une fois j'avais lu la 4ième de couverture !) et j'ai terminé en me disant que je devais relire le livre et prendre des notes :!:
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Sam 27 Jan 2007, 05:43

mona a écrit:
Asile de fous

j'ai terminé en me disant que je devais relire le livre et prendre des notes :!:

tu pratiques une attitude ouverte ! je veux bien prendre des notes pour des livres traitant de sujet ardus, mais ces tragicomédies familiales rentrent-elles dans ce domaine ?

à moins que tu ne veuilles, dans le récit, étudier la virtuosité de l'écrivain, pour des retournements de situation par exemple.

le mieux sera d'écouter des lecteurs de Régis Jauffret dont la notoriété s'accrôit :il est en vogue dans des journaux a priori sérieux.


Dernière édition par le Ven 02 Fév 2007, 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 59
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Ven 02 Fév 2007, 16:46

rotko a écrit:

à moins que tu ne veuilles, dans le récit, étudier la virtuosité de l'écrivain

oui, le défaut de lire en bibliothèque c'est que le livre déjà lu me manque : à certains moments j'aimerais m'y replonger.... plus qu'étudier c'est relire des passages....
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mar 29 Juil 2008, 05:03

le nouveau jauffret



Lacrimosa chez Gallimard

A l’occasion d’une dédicace au Salon du livre de Paris, Régis rencontre Charlotte, une journaliste radio qui lui donne ses coordonnées. Rapidement une relation amoureuse naît entre eux,

S'ensuit une correspondance qui plonge dans le malheur de vivre, à ce que j'ai compris.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Monique Rannou
pilier
avatar

Nombre de messages : 670
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Ven 02 Jan 2009, 11:51

Personne ne l'a lu ? Il est bonne place dans pas mal de Top Ten des bilan d'année 2008.
J'ai commencé (mais pas mal de livre en cours en ce moment, dont le fameux Pynchon)...
J'ai hâte d'en lire plus pour voir où il va nous mener.
Pour l'instant.. un seul mot : surprise !
(surtout après avoir lu "suicide" de Levé)
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Ven 02 Jan 2009, 12:01

Moi je l'ai lu, et je ne me suis pas du tout reconnu dans son livre fragments de la vie des gens ! je dois faire partie d'une autre classe, d'animaux, peut-être Razz

Tu as le champ libre pour parler de lui, car depuis cette lecture, je n'ai plus du tout envie de lire ses bouquins.

Mais ton don de persuasion peut faire des miracles...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Sam 06 Mar 2010, 06:34

Son nouveau roman, Sévère, s’inspire de l’affaire Edouard Stern, ce banquier milliardaire abattu de quatre balles en 2005 lors d’une séance sadomaso, retrouvé vêtu d’une combinaison en latex affraid .

Citation :
Cécile Brossard, sa maîtresse pendant quatre ans, a avoué le crime. Elle a été jugée en juin dernier et, hasard du calendrier, sortira de prison cette semaine, en même temps que le roman.

Les Innrocks..

Ce qui a provoqué ce livre, c’est l’article que j’ai dû écrire en juin 2009 pour Le Nouvel Obs. Je n’avais jamais assisté à un procès d’assises et j’ai été assez saisi : il y a un déballage absolu.

Quant à l’intérêt de l’histoire, je l’ai trouvé dans une perspective plus générale : essayer d’aller vers l’anecdote de la réalité, c’est-à-dire vers des faits qui ont pu avoir lieu.

C’est pourquoi j’ai commencé un livre sur l’affaire Fritzl (Josef Fritzl a séquestré et violé sa fille Elisabeth pendant vingt-quatre ans dans la cave de la maison familiale en Autriche ). J’aime l’idée de travailler avec des faits qui se sont produits


dit l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Constance
pilier


Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 01/10/2009

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Sam 06 Mar 2010, 16:58

Monique Rannou a écrit:
Personne ne l'a lu ? Il est bonne place dans pas mal de Top Ten des bilan d'année 2008.
J'ai commencé (mais pas mal de livre en cours en ce moment, dont le fameux Pynchon)...
J'ai hâte d'en lire plus pour voir où il va nous mener.
Pour l'instant.. un seul mot : surprise !
(surtout après avoir lu "suicide" de Levé)



J'ai découvert Régis Jauffret à travers "Lacrimosa" ... ce roman autobiographique se présente sous forme de correspondance épistolière entre la compagne de Jauffret (qui s'est suicidée) et lui-même qui tente de donner sa propre signification de cet acte, tout en dressant un portrait de "Charlotte" ... cependant, il n'est guère tendre avec lui-même, car il se présente tel un être veule et geignard, se laissant aller à des justifications vaseuses, afin de se défosser de toute responsabilité dans ce suicide ... tandis de "Charlotte", voix d'outre-tombe, le secoue, le ramène à la réalité tout en rétablissant la vérité ... les lettres de "Charlotte", portées par un humour souvent cynique sont un émouvant hymne à la vie ... hors un passage faisant appel au surréalisme qui, à mon sens, s'avérait inutile dans le traitement du sujet, j'ai beaucoup aimé ce roman ...

En revanche, le sujet de "Sévère" ne m'intéresse que très peu ... col
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Sam 06 Mar 2010, 17:07

Oui, j'ai entendu dire que lacrimosa occupe une place à part parmi ses écrits.

Si tu remontes le fil, tu verras que je n'apprécie guère Régis Jauffret, mais je sais aussi que des grains aiment le lire, et c'est leur droit ; voilà pourquoi je signale la parution de ses romans.

Sévère ne me tente pas. J'y retrouve son goût de l'excessif et du caricatural. Bref, il n'est pas mon genre Smile

- on me répondra qu'il s'inspire de faits divers réels.

- Sans doute, mais pourquoi m'interesserais-je dans un livre à ceux que j'evite soigneusement dans la vie ?
les sadiques dans les caves, et les sado-maso crapuleux ne me concernent pas, même en imagination.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Constance
pilier


Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 01/10/2009

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Sam 06 Mar 2010, 17:24

"Sévère" ne m'intéresse pas pour les mêmes raisons que toi, Rotko ... plutôt que dans un roman, le traitement de ce sujet aurait sa place dans une analyse psy ... Smile
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Sam 06 Mar 2010, 17:40

Ma brouille avec Jauffret remonte à Fragments de la vie des gens.
Je compatis peu aux malheurs de ceux qui passent tous les ans les vacances chez la belle-mère, et à ceux qui souffrent d'éjaculation précoce ou qui gigotent pendant deux heures pour un maigre résultat.

Une visite chez le docteur du coin ou chez un conseiller conjugal éviterait ce genre d'impairs.

De là à dire que les gens vivent ainsi, empêtrés dans des difficultés mesquines, c'est le propos de Jauffret, idem dans ses microfictions, à ce que j'ai compris.

Quant à Asile de fous j'ai cru comprendre que le mari chargeait son père d'annoncer une rupture à son épouse, ou quelque chose du genre.

Dans la famille branquignolle, on trouve de tout et le titre Asile de fousest alors bien choisi.

Toutefois l'auteur est encensé col scratch
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Jeu 10 Juin 2010, 19:45

Par curiosité j'ai voulu savoir ce que Jérôme Garcin (que je découvre avec les livres ont un visage, au Mercure de france) pouvait dire de Régis Jauffret.

Quatre pages (pp.186-190), c'est peu comparé aux éloges que font des internautes.

Garcin résume les titres sans commentaire, les trouvant sans doute suffisants à eux-mêmes :

Citation :
« on n’a pas oublié Histoire d’amour, dont le manuscrit fut refusé par les grades maisons d’édition, où un psychopathe doublé d’un violeur harcelait et martyrisait une jeune femme incapable de se défendre. Ni la très méthodique Clémence Picot, trente ans, toujours vierge et déjà vieille fille qui s’acharnait, afin de le supplicier, sur le petit garçon de sa voisine »

Il s'entretient quand même avec l'interessé sur sa façon d'ecrire : pourquoi utilise-t-il le "je" par exemple pour des personnages "un peu speciaux" ? la réponse, la voici :

Citation :
« il [Jauffret] trouve de la volupté à se glisser dans la peau des tyrans domestiques ; à rendre cohérents donc acceptables, leurs délires leur perversité,leur mythomanie. Aujourd’hui il prend même un malin plaisir à titrer Autobiographie la confession haletante d’un homme qui, sans cesser jamais de croire qu’il demeure un séducteur, viole, frappe, pille , insulte humilie, prostitue, abandonne ses conquêtes anonymes, innombrables et successives »

On ne sent pas chez Garcin un enthousiasme délirant, ce qui rejoint ce que j'avais pensé de fragments de la vie des gens.

Trouvons-nous une phrase positive ? oui, en fin de parcours. Difficile de donner au mot "talent" moins de relief qu'ici Razz

Citation :
« C’est vraiment, outre le talent, un des écrivains les plus singuliers d’aujourd’hui »

Passons donc tout de suite au dessert toc

« Jauffret s’invente des vies suffocantes, échafaude d’impeccables raisonnements de déséquilibré, s’échappe dans le conditionnel, prête à des gestes assassins et n’en finit pas d’augmenter la liste de ses victimes, au nombre desquelles le bourreau lui-même a aussi sa place. »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Célinou
pilier
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 07/06/2010

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Jeu 10 Juin 2010, 19:53

Je voulais me mettre à la littérature française. Histoire de voir. on m'a dit " Jauffret est reconnu ". alors j'ai pris son dernier, sévère... et quelle sévère déception !

Son style d'écriture est banal. Son histoire c'est du sexe et de la violence gratuite. Rien de plus, rien de moins. Une histoire sans aucun intérêt. J'ai arrêté à la page 100. Je suis pas prête d'en lire un autre de lui ...
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Lun 06 Sep 2010, 16:40

Et voilà ! Je débarque parmi vous, sans avoir rien lu de Jauffret avant Sévère. Et j'ai apprécié. Pourtant, ce genre d'histoire n'est pas ma tasse de thé ! Mais j'ai vu dans ce livre un vrai morceau de littérature et ce n'est pas si fréquent, surtout pour un texte qui s'inspire de très près d'un fait divers et d'un procès aussi retentissants.

Jauffret a fait précéder son roman d’un Préambule qui, dans un premier temps m’a surprise. L'auteur semble se justifier au cas où on lui reprocherait d’avoir fait d’une réalité qu'il ne précise pas ( l’assassinat du banquier Stern par sa maîtresse au cours d’ébats sadomasochistes) un roman. Comme il n’est pas le premier à avoir puisé dans les faits divers les plus horribles pour écrire et qu’il a même d’illustres prédecesseurs (Flaubert, Stendhal Capote et bien d’autres), j’ai trouvé sa démarche curieuse. Je me suis même demandé s’il ne cherchait pas à se couvrir au cas où il serait attaqué en justice. Après lecture intégrale du roman, je vois dans ce Préambule une sorte de Manifeste, très beau, qui me plaît bien : le créateur donne sa vision de la littérature dans ce qu’elle a de plus noble. Il a des formules magnifiques, comme :
Citation :
L’imagination est un outil de connaissance, elle regarde de loin, elle plonge dans les détails comme si elle voulait explorer les atomes, elle triture le réel, elle l’étire jusqu’à la rupture, elle l’emporte avec elle dans ses déductions remplies d’axiomes qui par nature ne seront jamais démontrés.
[…] la fiction ment. […]Elle est née de mauvaise foi, comme d’autres naissent bleus ou complètement idiots . D’ailleurs, elle est souvent bête. Quand la logique ralentit sa course, elle sait sauter l’intelligence comme un obstacle.
[ …] Dans ce livre, je m’enfonce dans un crime. Je le visite, je le photographie, je le filme, je l’enregistre, je le mixe, je le falsifie. Je suis romancier, je mens comme un meurtrier. […] la littérature est voyou. Elle avance, elle détruit.
[…] Personne n’est jamais mort dans un roman. Car personne n’est mort dedans. Les personnages sont des poupées remplies de mots, d’espaces, de virgules, à la peau de syntaxe. La mort les traverse de part en part, comme de l’air. Ils sont imaginaires, ils n’ont jamais existé. Ne croyez pas que cette histoire est réelle, c’est moi qui l’ai inventée. […] Ils seraient fous ceux qui se croiraient emprisonnés dans un livre.
Dès le début du livre (court : 160 pages), le personnage central, la meurtrière, EST un personnage de roman ; c’est difficile de dire pourquoi j’ai d’emblée eu cette certitude ; cela tient sans doute à l’écriture même, extrêmement dépouillée mais précise, presque percutante, sans mots de liaison. Le premier mot est « Je » et ce pronom ouvre presque toutes les phrases de la première page. Plus tard, elle se nommera elle-même Betty, tout en précisant très vite que ce n’est pas son vrai prénom. Quant au lecteur, il se souvient évidemment de Cécile Brossard, dont, pour des raisons évidentes, le nom n’apparaît nulle part, pas plus que celui d’Edouard Stern. C’est donc la meurtrière qui se raconte.

Je reparlerai ultérieurement de la construction habile de ce récit qui permet d’entrer dans la psychologie profonde de la meurtrière, comme dans celle de la victime, sans qu'il y ait, à aucun moment, jugement de la part de l'auteur.
Je rappelle au passage que R. Jauffret a été le chroniqueur du procès pour Le Nouvel Obs. Il était donc aux premières loges et a su en tirer parti. Apparemment, la publication de son roman ne fut pas aisée, plusieurs éditeurs ayant refusé de prendre le risque d’une polémique, voire plus grave. Je viens seulement de l’apprendre et j’aime autant n’en avoir rien su avant de découvrir le roman qui, pour moi, est excellent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Lun 06 Sep 2010, 17:37


Merci, Nicyrle, tu secoues le cocotier, c'est parfait.

Au passage je te suis sur l'utilisation du fait-divers que tu mentionnes, Giono par exemple fut chroniqueur judicaire dans l'affaire Dominici où trois campeurs avaient été assassinés
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Mar 07 Sep 2010, 21:50

Ainsi encouragée, je continue à "secouer le cocotier". Je reviens sur la construction du roman Sévère qui à mon sens est une grande réussite.

Dans le fond, l'auteur nous raconte, par la voix d’une femme, sa vérité qu’elle est seule à connaître. Son passé, parfois lointain quand il remonte à l’enfance, se mêle à celui qui concerne sa relation perverse avec son amant pour aboutir au meurtre et à sa fuite sans issue jusqu’en Australie ou à son présent de femme enfermée dans sa prison. Des allers-retours incessants font passer le lecteur d’une période à l’autre et cette construction habile permet à celle qui dit « je » de se comprendre elle-même et à ceux qui l’écoutent, c’est-à-dire les lecteurs, de percevoir sa complexité de femme entraînée dans une spirale malgré elle. Elle est prisonnière de la prison à laquelle la condamne la justice des hommes après avoir été prisonnière de ceux qui l’ont détruite peu à peu (sa mère, l’homme qui l’a violé enfant, son mari qui court après l’argent, son amant qui l’a subjuguée).

A travers le récit de la meurtrière se dessine un portrait tout aussi complexe de celui qui est mort. Il représente la toute puissance de l’argent, la domination absolue sur autrui et d’abord sur sa maîtresse, « sa secrétaire sexuelle » qui, à l’occasion, lui a servi de rabatteuse. Mais il est aussi un être faible, dominé par ses pulsions perverses, et de bourreau il devient victime dix fois, cent fois, jusqu’à l’exécution finale, demandé par lui-même selon celle qui parle. En somme, nous assistons à une sorte de jeu de rôles, mais qui a gagné ? La meurtrière dit :
Citation :
Pour moi, il est toujours là. […] Le soir dans ma cellule, je lui parle. Je ne crois pas aux revenants. En le tuant, je ne lui ai pas donné la vie éternelle. Mais je suis le tombeau où je l’ai enterré vivant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Jeu 04 Nov 2010, 11:57

Un nouveau Jauffret : Tibère et Marjorie au Seuil.

Selon la grande table sur France culture, c'est un "cauchemar pornographique", mais c'est aussi amusant car burlesque.

Va-t'en. Moi, je t'aime trop pour te quitter. Quand on aime trop, c'est comme une cuite. On ne tient plus debout, on ne peut même pas s'enfuir. On devrait changer nos noms, comme des bateaux qui changent de propriétaire. On ne sera plus ensemble, on ne sera plus les mêmes. On deviendra d'autres gens, ce serait une escroquerie de se faire appeler encore Tibère et Marjorie

dit l'éditeur.

Paraîtrait que les femmes ou refusent catégoriquement la bite ou en redemandent jusqu'à épuisement du sujet, ce qui n'arrange pas le couple...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Ven 26 Nov 2010, 09:12



Jauffret : Tibère et Marjorie

C'est dans la comédie légère que Régis Jauffret est le plus imparablement vicelard

Jauffret ... fidèle à ses marottes, mais avec cette fois, dans la représentation de la misère sexuelle, une insolente santé. On roule un joint dans du Balzac, édition Pléiade (plaisir de riche, les nécessiteux peuvent toujours tenter leur chance avec un «J'ai lu»), on se laisse aller à des pensées métaphysiques («les couilles sont des salopes»), on pratique le wine-testing avec le sperme du partenaire («pas du saint-émilion », dit Marjorie).

Bref, on prend son pied, d'autant que Jauffret, parfois, vous envoie au tapis avec des phrases qui font de lui peut-être le meilleur auteur français d'aujourd'hui :

Citation :
«Il ne méprisait personne, mais un rez-de-chaussée sera toujours un rez-de-chaussée dont la vue demeurera à jamais bornée par le mur d'en face. D'autres habitaient les étages élevés, jouissaient de larges fenêtres ouvertes sur la cité, et parfois même d'immenses terrasses d'où ils contemplaient si loin l'horizon qu'ils pouvaient distinguer la courbure de la terre.»

presentation sur bibliobs.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Regis Jauffret   Ven 10 Déc 2010, 08:04


Sévère

Régis Jauffret fait l’objet d’une assignation de la famille d’Edouard Stern, tué, le 28 février 2005, par Cécile Brossard - qui a été définitivement libérée le 10 novembre 2010.

Il est demandé, sept mois après sa publication, l’interdiction pure et simple de son roman, Sévère, inspiré par cette affaire, et paru aux Éditions du Seuil le 4 mars 2010.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regis Jauffret   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regis Jauffret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Corée du Nord, Inde, Pakistan...porteront la lourde croix! (N.-D. de la Paix à Pedro REGIS)
» @ "Sylvia Regis" Jésus confirme que le séisme au Japon est dû à la machine HAARP / John Leary
» Biographie de Pedro Regis, le messager de la Sainte Vierge !
» Les fausses apparitions a Anguera(Brésil):Pedro Régis
» Le coran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: