Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Virginie Despentes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 26 Sep 2010, 08:17

un texte de 2008 de virginie Despentes, sur la cocaïne Wink

Citation :
La cocaïne, ça fait juste des cons arrogants, bavards, très sûrs d’eux, agressifs, paranos, certainement pas géniaux (...).

C’est une drogue qui t’inclut dans la société, une drogue de Blanc, politiquement très marquée. A la base, c’est la drogue des publicitaires, et les pubards, c’est des crevards. Faut pas aller chercher plus loin, les gens de pub, de télé, de presse, de cinéma, les politiques prennent de la coke, ce n’est pas un hasard (...).

La cocaïne, pour tenir les gens, c’est super. Une fois qu’on est dans la cocaïne, tout ce qui compte c’est en racheter, donc on bossera dans n’importe quelle condition. On réfléchit moins, on bosse plus, on a besoin de plus d’argent. Moins de sommeil, beaucoup moins de réflexion, et plus aucune marge de rébellion, on va pas se rebeller alors qu’il te faut de la coke le lendemain. En plus, la coke brouille le jugement, donc si le chef a parlé, on va faire comme le chef a dit, parce que demain de toute façon il faut de la coke.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Aphrodite
pilier
avatar

Nombre de messages : 1643
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 26 Sep 2010, 10:31

Oui, je l'avais lu. Merci pour ce texte Rotko.
Je dirai la même chose de TOUTES les drogues dures. Cela étant dit la cocaine est sûrement la drogue la plus répandue dans le milieu du show-biz.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Jeu 25 Nov 2010, 09:51

J’attendrai que vous parliez d’Apocalypse Bébé. couverture jaune citron suractivé chez Grasset.

Le début commence comme un polar raconté par un dur :

l’entrevue chez le patron met le privé mal à l’aise, il (en fait, il, c’est elle, avec quelques attributs féminins glissés dans le style) a perdu la trace de l’adolescente qu’il/elle était chargée de surveiller. On a le droit à tous les détails, chez Virginie Despentes, l’action se déroule en temps direct,

Citation :
« je commande une bière au comptoir, j’aurais préféré un chocolat chaud parce qu’il fait froid dehors, mais j’ai rendez-vous avec la Hyène et je ne veux pas qu’elle me prenne pour une petite fille. Je ne bois pas souvent d’alcool dans les bars, ça me donne mal à la tête et je n’aime pas perdre le contrôle. On ne sait jamais ce dont on est capable, une fois désinhibée. »

On reste donc entre copines qui se font la conversation, on juge un mec sur la façon de taper à une porte :

Citation :
« il plie deux doigts et cogne le bois légèrement, sa façon de casser le poignet est élégante, une nonchalance sexy »


Suit la description de ce gars « qui plaît souvent aux filles mais qui affole surtout ses collègues masculins. Ils le prennent pour un dieu ».

Pas étonnant puisqu’

Citation :
’il fredonne « chérie, j’aime tes genoux ». Il marque le rythme en balançant les épaules et gigotant des hanches », sans sortir les mains de ses poches.

Je trouve un autre échantillon masculin p 24 avec des "anneaux gigantesques aux oreilles" et des "dents orange nicotine" affraid

Citation :
il se gratte le menton, la tête bien relevée, en un geste viril mais guère seyant….

Vous me raconterez la suite.

j'ai retenu les détails qui plaisent aux dames du Fémina.

mea culpa, elle a eu le renaudot.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: despentes   Sam 18 Déc 2010, 16:42



Crevette a écrit:
j'ai feuilleté Virginie Despentes (sa théorie King Kong) et ça m'a réveillée d'un coup !
Dis du bien de Virginie Despentes, ça équilibrera les clichés que j'ai trouvés dans le debut de son roman et qui m'ont fait décrocher.

J'aime les écritures denses, et elle délaie.

Mais d'autres grains ont des critères d'appréciation différents, tant mieux ! il nous faut être pluraliste, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: despentes   Sam 18 Déc 2010, 16:44

Oui, je veux bien en dire du bien : cette nana déménage !


Happy
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 19 Déc 2010, 10:21

Crevette a écrit:
Oui, je veux bien en dire du bien : cette nana déménage ! Happy

formule bien ambiguë ! ou elle est dingue ou elle bouscule. j'emprunte à Wodka cette appréciaition sur apocalypse bébé :

Citation :
une satire sociale piquante et drôle : l'auteure convoque les langages des ados, des fans de la toile, des branchés en tous genres ; certains passages méritent la lecture à voix haute : amateurs de "belle langue" s'abstenir!
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 19 Déc 2010, 10:35

Je peux difficilement juger sur un aperçu.

Mais j'ai compris qu'elle pulvérisait le monde aseptisé qu'on nous sert comme plat de résistance du matin au soir.

En cela, elle est bien utile.

Sur la forme, oui, c'est truculent.

Il y a de la révolte. Ca ne m'a pas plus choquée que ça.



Revenir en haut Aller en bas
Aphrodite
pilier
avatar

Nombre de messages : 1643
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 19 Déc 2010, 12:44

Il faut avouer que ses tics de langage quelque peu familier peuvent agacer au bout d'un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Sam 29 Jan 2011, 17:04

Bon, j'ai passé un moment à lire le fameux "Baise-moi".

Au bout d'une centaine de pages, j'ai tout plaqué.

Je comprends que la pornographie soit une métaphore comme une autre, un vecteur incarnant la misère, le non sens de la vie, l'absurdité des règles sociales, etc...

Mais jusqu'à l'overdose, ça rate son effet.

Je reconnais un souffle brutal, bestial et même désespéré dans son livre mais je ne suis pas dans l'admiration.

Disons que VD est nécessaire à notre époque.

--
Revenir en haut Aller en bas
encredelune
pilier
avatar

Nombre de messages : 172
Age : 33
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/12/2009

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Lun 07 Fév 2011, 20:23

J'ai lu "Apocalypse Bébé"... mon premier Despentes... mon dernier je pense aussi...

Je n'ai pas noté cette vulgarité dont vous parlez pour les autres titres que vous avez cités...
Par contre, j'ai trouvé le scénario plutôt bâclé... la fin du livre semble précipitée... des éléments qui m'apparaissent complètement dépourvus de sens...
La psychologie des personnages est franchement basique et sert à attaquer quelques bons petits sujets qui sont notés dans le premier lien de rue89 mis ci-dessus.
J'ai trouvé ça surfait et sans aucune profondeur...on reste trop en surface de la psycho, le fil conducteur du scénario est trop peu travaillé, trop peu suivi...elle part tout à coup en envolée alors qu'il reste juste 1/3 du livre pour finir très vite l'histoire de façon totalement ahurissante en amenant des éléments sans queue ni tête, destinés à boucler le tout...les liens entre les personnages sont complètement abracadabrantesques.
Sincèrement, j'ai trouvé ça sans saveur...malgré deux ou trois jolies phrases que j'ai annotées en marge du livre...

En gros, je me suis ennuyée pendant 2/3 du livre et le dernier 1/3 m'a semblé complètement bâclé et précipité...

Déception... col
Revenir en haut Aller en bas
besta
pilier
avatar

Nombre de messages : 2215
Age : 42
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mer 09 Fév 2011, 21:46

je viens de finir les chiennes savantes.
ça se laisse lire.
je ne me suis pas ennuyé pendant ce livre. c'est le seul roman que j'ai lu de Despentes mais je ne trouve pas qu'elle soit vulgaire à en avoir marre. bon quand elle y est, on va dans le trash!!
je trouve bien placé ses scènes violentes et je trouve même quelles aident à se mettre encore plus dans l'histoire et surtout à comprendre le côté glauque (ou pas) et étrange (ou pas) de la vie de Louise (l'héroïne).
Revenir en haut Aller en bas
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 71
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Fév 2011, 18:04

je reviens sur "Apocalypse bébé" dont il a été question précedemment.

Prendre ce livre comme un polar, non !

Une intrigue tout venant : Une pauvre petite fille riche et révoltée disparaît .

Un papa égoîste, une mère qui l'a abandonnée , une grand mère envahissante.

Une "prrvée" mollasse incapable d'initiative couplée pour l'enquête à la reine de la débrouille, dite "la hyène"

Spoiler:
 

Bref ,c'est cousu de fil blanc, et la fin est abracadabrante Rolling Eyes

Ce livre vaut surtout pour la satire sociale.
Virginie D.arrose large avec beaucoup d'humour :

Spoiler:
 

Style un peu lâche, souvent dilué, des personnages caricaturaux et sans consistance.

J'ai l'impression que l'intrigue et les personnages ont été rajoutés "à la va vite" afin d'enrober les pages satiriques aux fins de publication+ Question
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Fév 2011, 18:24


j'ai senti les mêmes défauts dès le début, si bien que j'ai vite arrêté les frais, sans attendre les pages corrosives que j'aurais sans doute appréciées.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 71
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Fév 2011, 18:52

Tu peux réessayer, en sautant les passages nuls lol!
Revenir en haut Aller en bas
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Fév 2011, 19:40

Bon, je vais être vacharde.

Mais :

un éditeur (...) prédisant qu'au train où ça allait, un jour les gens liraient des romans de jeunes filles détaillant l'état de leurs hémorroïdes.



que fait-elle avec son style trash, si non, effectivement, en rajouter pour qu'on en parle et que ça se vende ?



Au lieu des hémorroïdes, on a du sexe.


Revenir en haut Aller en bas
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 71
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Fév 2011, 20:15

Une page dans le livre dont il est question....;

Soit plutôt moins que dans la plupart des romans actuels cheese
Revenir en haut Aller en bas
Gorky
pilier
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/07/2009

MessageSujet: Avez-vous lu "Apocalypse bébé" ?   Mer 02 Mar 2011, 19:04


Avez-vous lu "Apocalypse bébé" ?

Moi, j'aime Virginie Despentes. Bon, je n'ai lu que "Apocalypse bébé". Si ces oeuvres sont inégales, je ne me prononcerai pas sur ses dernières.
Je vous fais un copié-collé de l'article de mon petit blog concernant ce livre :

"Je ne comprends pas la réputation sulfureuse dont il me semble me souvenir qu’on a affublé Virginie Despentes. Est-ce parce que l'on confond la vie et l'oeuvre, ou que c'est une femme qui parle un peu de sexe ? Dans « Apocalypse bébé » une seule scène pourrait être choquante pour les âmes sensibles, une partouse lesbienne assez peu ragoûtante, mais franchement, du point de vue de se qui peut choquer, Virginie Despentes, à côté de Houellebecq, c’est une rigolote. Dans « Les particules élémentaires » de Houellebecq, la scène ou un des héros, au chevet de sa mère mourante, la traite de vieille pute en la regardant dans les yeux et entame ensuite une séance de chant obscène en hurlant « la Mama » de Charles Aznavour est bien plus choquante, dans le sens de « traumatisante ».

C’est le premier livre de Despentes que je lisais. L’histoire est déprimante, personnellement je n’y crois pas trop, mais ça n’a pas vraiment d’importance car ce qui fait pour moi toute la saveur de ce livre c’est l’intelligence aigue et douloureuse qui se dégage de son écriture.

Quelques extraits :

Une bande d’informaticiens déjantés :

« Dans l’équipe de Rafik, en général, ils sont pour le libéralisme, ils sont joyeusement proaméricains et envisagent de devenir prochinois, et ils alignent tout ça sur le ton du gars qui n’a pas peur de se mettre à l’écart, qui n’a pas peur d’assumer ses opinions. Toujours du côté du pouvoir, ils ont l’impression d’être à l’avant-garde de la subversion […] Quand au courage de dire à voix haute ce que personne d’autre n’ose dire, ces jeunes gens ne peuvent même pas prononcer les mots « heures sups » quand ils passent trois nuits blanches d’affilée au rez-de-chaussée, et lorsqu’ils se font engueuler, la faible lueur de haine au fond de leurs yeux n’a de chance de se muer en grand incendie que le jour où la pyromanie sera inscrite au programme scolaire. »

Sur les riches :

« […] Le vrai luxe, n’en avoir jamais bavé, être ce dont on a l’air, quelqu’un à qui rien ne coûte, jamais, que la vie n’oserait même pas effleurer de peur de faire une rayure sur la carrosserie du bonheur. Être riche, c’est avoir confiance. Même à tort. Se sentir protégé. Le corps. Jamais mis en danger. Protégé par la maison, protégé par le nom, protégé par l’histoire, protégé par la police. Les accessoires, ça s’achète, ça se porte, on peut mentir avec. Mais la mémoire, elle, ne se change pas. »

Encore sur les riches :

« Et le peuple du 16e arrondissement n’a pas l’habitude qu’on lui parle comme ça. Ca ne lui plaît pas beaucoup. C’est pour ça qu’il dépense tant de fric à prendre des vacances en Russie, en Roumanie, en Thaïlande, contrairement à ce qu’on croit, ça n’est pas uniquement pour baiser des petits culs d’adolescents sans que ça se sache. Les français ont besoin de voir des pauvres qui ne les insultent pas. Ils savent que s’ils montent dans un bus blindé pour s’extasier sur les conditions de vie des pauvres dans leurs banlieues, ils vont se faire brûler le bus. Ca les met dans la détresse : toute cette pauvreté sur laquelle ils pourraient s’attendrir, lâcher une petite pièce et donner leurs vieilles fringues. Mais ces pauvres-là sont méchants. Ca complique les choses, pour la charité chrétienne. »

Sur une jeune femme :

« Elle parlait de sa mère morte dans des souffrances interminables, avec une froideur de jeunesse, quand on court encore assez vite pour distancer les émotions »

Sur le don :

« Voilà exactement ce dont je vous parle. Ce « pas très compliqué », chère enfant, est un casse-tête pour le commun des mortels. Le don n’est pas une plaisanterie. C’est un ordre de mission. Je vous conseille de l’assumer, en temps et en heure. »

Sur les parents qui laissent leurs enfants emmerder le monde en toute impunité :

« La plupart des touristes sont venus avec leur enfants, sans qu’on comprenne bien le plaisir qu’un gamin de trois ans pourrait ressentir dans ce genre d’endroit. Ils pleurent ou cavalent en pétant des trucs, sous l’œil attendri des mamans. Les enfants sont les vecteurs autorisés de la sociopathie des parents. Les adultes geignent en faisant mine d’être dépassés par la vitalité destroy des petits, mais on voit bien qu’ils jouissent d’enfin pouvoir emmerder le monde, en toute impunité, au travers de leur progéniture. Quelle haine du monde a bien pu les pousser à se dupliquer autant ?

L’histoire est celle-ci : Valentine, une ado « problèmes » petite fille riche paumée et distroy a disparu. Elle était surveillée depuis quelques mois par Lucie, une privée trentenaire mal dans sa peau, à la demande de la la grand-mère, richissime mégère et de son fils, écrivain ringard, superficiel et lâche.
Lucie est chargée de retrouver Valentine et, complètement paumée, à l’idée de faire appel aux services de « la hyène », une privée réputée, connue comme le loup blanc dans le milieu. Le vrai héros du livre, c’est la hyène, une femme de caractère, une lesbienne dragueuse, redoutable et affranchie.
La mère de la gamine qui ne l’a quasiment plus revue depuis sa naissance vit en Espagne et les deux privés suivent cette piste. Grace au réseau lesbien de la hyène, qui lui est également bien utile dans ses enquêtes, Lucie va trouver l’amour en la personne de Zoska, une polonaise.
Les deux femmes vont retrouver Valentine, mais bien sûr, ça finira mal. On s’en serait douté…

Je n’adhère pas à la fin, que je trouve complètement invraisemblable. Mais bon, le reste du temps on est assez passionné par l’histoire et l’on suit les dérives de la pauvre Valentine avec dégoût et pitié.
La Hyène prend toute la place et durant la majeure partie du livre, Valentine apparaît « en creux » : les protagonistes parlent d’elle, racontent des anecdotes à son sujet, on découvre avec consternation l’horrible vide affectif dans lequel évolue cette pauvre jeune fille qui a disparu et dont personne ne s’inquiète. A la fin du livre on se rend compte que personne ne connaissait Valentine.
Les personnages de Despentes font penser à une petite faune humaine. La hyène est bien sûr un grand prédateur, Lucie est quelque chose comme un petit lapin, certains sont des chiens, des cafards…Je verrais volontiers une adaptation en dessin animé avec des personnages à gueules animales, type destroy, genre « Fritz the cat ». Mais c’est moins triste que ça n’en a l’air, car son écriture est tellement vivante et intelligente qu’elle fait oublier que ce n’est pas bien joli tout ça. Mais on a l’impression, une fois le roman lu, qu’on a appris quelque chose sur le monde, et là, c’est rare.

Moi, quand je lis : « avec une froideur de jeunesse, quand on court encore assez vite pour distancer les émotions » ou : Le don n’est pas une plaisanterie. C’est un ordre de mission »,

je m’incline…. "

Pour moi, la seule vulgarité est celle de la bêtise et Virginie Despentes est terriblement intelligente. Que ce soit violent ou qu'il y ait des scènes de cul partout (ce qui n'est pas le cas dans "Apocalypse bébé", en tout cas pas plus que dans la moyenne des romans contemporains), je crois, je m'en contrefiche...
Revenir en haut Aller en bas
http://jepenseque.over-blog.net/
Aphrodite
pilier
avatar

Nombre de messages : 1643
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mer 02 Mar 2011, 19:24

Je n'en ai lu qu'un seul d'elle, je ne peux guère me prononcer.
J'en parle dans la rubrique qui lui est consacrée.
Etant curieuse, je lirai bien sûr un autre livre d'elle afin de me faire un jugement plus précis quant à la "vulgarité" présente dans ses romans.
Je ne reste jamais sur une première impression. Wink

Quant à la bêtise, pour moi, c'est d'avoir des jugements trop rapides. Nous devons savoir que nous ne savons rien. (Confere Platon).
Revenir en haut Aller en bas
besta
pilier
avatar

Nombre de messages : 2215
Age : 42
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mer 02 Mar 2011, 20:36

Pantagruelle a écrit:
Je n'en ai lu qu'un seul d'elle, je ne peux guère me prononcer.
J'en parle dans la rubrique qui lui est consacrée.
Etant curieuse, je lirai bien sûr un autre livre d'elle afin de me faire un jugement plus précis quant à la "vulgarité" présente dans ses romans.
Je ne reste jamais sur une première impression. Wink

Quant à la bêtise, pour moi, c'est d'avoir des jugements trop rapides. Nous devons savoir que nous ne savons rien. (Confere Platon).

je n'ai lu aussi qu'un livre de Despentes (les chiennes savantes) et j'ai trouvé sa vulgarité bien placée. je trouve même qu'elle donne de l'action, du rythme à son récit.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mer 02 Mar 2011, 21:39

Tu trouveras quelques avis sur ce fil de Virginie Despentes.

En ce qui me concerne j'apprécie le style concis et j'ai trouvé chez elle des longueurs et des clichés, pour Apocalypse bébé.

J'ai donc vite arrêté les frais. Je lirai en détail ton intervention qui témoigne d'une lecture attentive.

Bonne soirée, je rattacherai sans doute ce fil à celui de Virginie Despentes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: prostitution    Ven 02 Déc 2011, 17:09

KiNG KONG THEORIE

Quelques affaires récentes ont mis en lumière une certain "Dodo la saumure";

En fait je voulais avoir votre avis sur certains propos de Virginie Despentes

mais les commentaires n'avaient pas eu lieu, alors même que Virginie D, dans le lien ci-dessus, n'y allait pas par quatre chemins, ce qui faisait dire à un lecteur

Citation :
En fait Virginie Despentes aborde des sujets délicats ou litigieux, comme la prostitution, sous un angle non convenu.
Voilà pour moi l'interêt de prendre connaissance de ses livres, ce qui est un sérieux avantage par rapport à ceux qui écrivent correctement sans agiter une seule idée.

Un témoignage.

"L'accumulation prostitution, alcool, joints, j'ai eu mon trop-plein. Je devenais violente." Neuf mois passés dans une école maternelle l'ont rendue heureuse. "J'ai replongé quand j'ai su qu'ils n'avaient pas de poste pour moi à la rentrée. Mais depuis que je sais que je peux travailler dans un bel endroit, faire un travail valorisant même si je me suis prostituée, j'ai un regard bienveillant sur moi. Avant, je pleurais tous les jours, maintenant, je ne pleure plus. La dernière fois, c'était il y a un mois."

Tout l'article du Monde.
Virginie Despentes, .page trois


Et la prostitution ? là encore, Virginie Despentes ne délivre pas les cantiques connus Wink

Elle joue cartes sur tables : elle a fait le tapin occasionnellement , et c’était une sensation très agréable que d’attirer le regard et le désir des hommes :

Citation :
« J’étais jusqu’alors une meuf quasiment transparente, cheveux courts et baskets sales, brusquement je devenais une créature du vice. Trop classe. Ça faisait pense à Wonder Woman qui tournicote dans sa cabine téléphonique et en ressort en super héroïne, toute cette affaire, c’étai marrant ».

Alors pourquoi cette hostilité, cette vision dégradante de la prostitution ? voici la réponse avancée :

Citation :
« Difficile de ne pas penser que ce que les femmes respectables ne disent pas, quand elles se préoccupent du sort des putes, c’est qu’au fond elles en craignent la concurrence . Si le contrat prostitutionnel se banalise le contrat marital apparaît plus clairement comme ce qu’il est : un marché où la femme s’engage à effectuer un certain nombre de corvées assurant le confort de l’homme à des tarifs a défiant toute concurrence. Notamment les tâches sexuelles. »

Les clients ?

Des pervers, des brutaux, des obsédés, des éventreurs, entre serial baiseurs et serial killers ? Pas du tout !

Citation :
« Les clients étaient plutôt affables avec moi, attentifs, tendres. Beaucoup plus que dans la vraie vie, en fait. Si mes souvenirs sont justes, et je crois qu’ils le sont, ça n’ét leur agressivité qui était difficile à côtoyer ni leur mépris, ni rien de ce qu’ils aimaient, mais plutôt leurs solitudes leurs tristesses, leur peaux blanches, leur timidité malheureuse, ce qu’ils montraient de faille, sans fards, ce qu’ils montraient de leurs faiblesses.

Leur vieillesse, leur envie de chair fraîche contre leur corps de vieux. Leurs gros bides, petites bites, fesses flasques ou dents trop jaunes. C’était leur fragilité qui rendait le truc compliqué »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Sam 24 Mar 2012, 08:05



Virgine despentes : elle adapte à l'écran "Bye Bye Blondie". roman publié en 2004 chez Grasset.

Rétrospective et avis...mitigé : cliquez, c'est là !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 106
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mar 26 Juin 2012, 09:07

Tiens, je suis la parfaite complémentarité de tous les posts précédents : je n'ai lu que les premiers livres de Despentes, pas les derniers.
J'ai été accrochée par cette auteure dès son premier roman, Baise-moi, que j'ai adoré. Puis par les Chiennes Savantes et Les jolies choses (de loin mon préféré).

Un recueil de nouvelles aussi : Mordre au travers.
Évocations tranchantes d'un quotidien noir, de drames intimes ou de rêves inquiétants... Ces nouvelles disent violemment la Femme dans son désir ou son refus du désir, dans ses colères, ses hontes inavouées, ses excès d'amour ou sa folie meurtrière... La Femme blessée, humiliée ou bien vengeresse et autodestructrice. La Femme humaine... Trop humaine ?

J'aime beaucoup la dame en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
besta
pilier
avatar

Nombre de messages : 2215
Age : 42
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mar 26 Juin 2012, 09:46

j'ai aimé les chiennes savantes, je voulais en lire d'autres, et bien ça sera les jolies choses. merci Luca.
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 53
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mar 26 Juin 2012, 15:28

J'ai aussi beaucoup aimé Baise moi , toute la polémique autour du film était d'une hypocrisie Rolling Eyes
Pas lu Les jolies choses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Virginie Despentes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Virginie Despentes
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les chansons qui vous parlent...
» Moi je sais et vous? [tulipier de Virginie)
» Tulipier de Virginie
» Débat sur : Virginie Ghesquières
» GHESQUIERES, Virginie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: