Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rithy Panh et le Cambodge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Rithy Panh et le Cambodge.   Lun 02 Avr 2007, 05:01

« Le papier ne peut pas envelopper la braise » -
Le réalisateur cambodgien Rithy Pann explore le monde de la prostitution. au Cambodge.
Citation :
Parquées le jour, elles sortent la nuit pour gagner 10 dollars la passe (le plus souvent sans préservatif d'où de nombreux avortements et cas de sida). Les clients trouvés par leur « placeur », le maquereau local, sont particulièrement friands de jeunes vierges qu'ils payent 500 dollars.

Mais le pécule se trouve vite amputé du loyer, de l'argent envoyé à la famille et de l'achat de mâ, une amphétamine thaïlandaise qui permet d'atteindre le nirvana et l'oubli, l'espace d'un moment. Il leur reste souvent à peine un dollar de bénéfice sur les 80 que leur octroie la mère maquerelle chaque mois.
les Echos.

Le livre Le papier ne peut pas envelopper la braise, élaboré avec Louise Lorentz à partir des trois cents heures de rushes, est édité par Grasset.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Lun 02 Avr 2007, 05:01

Son premier film, « Le Passé imparfait » (1985), traite du Cambodge. A l'exception d'un portrait du cinéaste africain Souleymane Cissé, tous ses autres films traiteront du Cambodge :

« Site 2, aux abords des frontières » (1989), ou la vie dans les camps de réfugiés fuyant les Khmers

« Les Gens de la rizière » (1994),

« S21, la machine de mort khmère rouge » (2003) témoignage des victimes et des bourreaux d'un centre de torture de Pnomh Penh,

« Les Artistes du théâtre brûlé » (2005)...sur les artistes au cambodge : privés de théatre, il survivent en interpretant notamment des pièces pour touristes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Lun 02 Avr 2007, 11:33

Ce documentaire « Le papier ne peut pas envelopper la braise » est passé sur FR3 vendredi 30 mars à 23h 25

Selon le réalisateur, les femmes sont déracinées après avoir vécu dans les camps, ce sont « des filles aînées de famille ayant perdu leur terre et leur revenu. Elles sont victimes d’une société déstructurée. Pour manger, une aînée peut vendre sa soeur vierge à une maquerelle » etc. dit le commentateur du journal "le monde" qui regrette qu’une traduction orale en Français ait été exigée du cinéaste.

Quelqu'un l'a vu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Sam 26 Mai 2007, 18:11

prix france culture du cinema attribué à l'unanimité à Rithy Panh, cineaste cambodgien.

Il est récompensé "pour la force de son oeuvre et son engagement dans la présentation de la mémoire cinématographique du Cambodge",

Il a réalisé une dizaine de films, imprégnés de la mémoire du génocide cambodgien.
On a déja parlé de lui sur GDS* à propos de ce documentaire "Le papier ne peut pas envelopper la braise", où il parle de prostituées cambodgiennes qui vendent leur corps pour nourrir leurs familles mais sont en même temps rejetées par elles.
voir cet entretien .
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Sam 26 Mai 2007, 18:17

il a aussi réalisé les gens de la rizière , L'histoire d'une famille de paysans dont la vie est rythmee par la culture du riz.


clic !


Citation :
Le parti pris de simplicité rehausse la valeur symbolique que porte cette famille, figure allégorique des trois quarts de l'humanité, à l'avenir chaque fois remis en cause, et qui savent préserver leur dignité même dans les situations lamentables.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Ven 15 Juin 2007, 06:37

Rithy Panh & Louise Lorentz, « Le papier ne peut pas envelopper la braise » chez Grasset & Fasquelle


clic !


Venues de la campagne vendre Pnom Penh leur virginité, travaillant pour nourrir leur famille, étourdies par la drogue, elles résistent à la perte d'identité et de repères.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Mer 27 Juin 2007, 04:10

belle affiche pour Le marché annuel international du documentaire à La Rochelle, 26 au 29 juin.

clic !


J'ai l'impression que le documentaire a le vent en poupe, si j'en juge par mes propres decouvertes récentes : le marché de la faim, je chanterai pour toi, notre pain quotidien et le film d'Al Gore sur la planète.

le programme détaillé
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Jeu 05 Juil 2007, 04:30

La Courte Vie de José Antonio Gutierrez
Ce documentaire de Heidi Specogna a reçu le Prix du cinéma suisse 2007

le Guatémaltèque Antonio Gutierrez, première victime du côté américain lors du conflit irakien. Il s'était engagé dans l'armée des Etats-Unis après qu'on lui ait fait la promesse de lui fournir la nationalité américaine !


clic !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Ven 17 Oct 2008, 09:39

Un barrage contre le Pacifique :
de Rithy Panh
Avec: Astrid Berges-Frisbey, Vincent Grass, Lucy Harrison, Isabelle Huppert, Gaspard Ulliel, ...

Citation :
Indochine, 1931. Dans le Golfe du Siam, au bord de l'Océan Pacifique, une mère survit tant bien que mal avec ses deux enfants, Joseph (20 ans) et Suzanne (16 ans), qu'elle voit grandir et dont elle sait le départ inéluctable. Abusée par l'administration coloniale, elle a investi toutes ses économies dans une terre régulièrement inondée, donc incultivable. Se battant contre les bureaucrates corrompus qui l'ont escroquée, et qui menacent à présent de l'expulser, elle met toute son énergie dans un projet fou : construire un barrage contre la mer avec l'aide des paysans du village

le film sorti en avant-première, avec 6 mois d'avance, a été jugé la meilleure adaptation littéraire sur grand écran au 3e Festival "De la Page à l'Image". présidé par jean Becker au Croisic (44 490).

les autres films en lice étaient

Deux Jours à Tuer de Jean Becker
Le Crime est notre affaire de Pascal Thomas
Cliente de Josiane Balasko
Entre les Murs de Laurent Cantet
La Belle Personne de Christophe Honoré
La Possibilité d'une île de Michel Houellebecq .
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Dim 01 Fév 2009, 18:36

Barrage contre le Pacifique

Ca y est ! je l'ai vu ! et le spectacle est de bonne qualité, dirais-je, dans l'ensemble.

Ce qui me fait hésiter un tantinet : j'ai lu l'histoire il y a longtemps, et au fond toute cette histoire me paraît difficilement crédible;

Non que je mette en doute l'aventure même de Duras et de sa famille, mais un tel milieu colonial factice, cette entreprise folle (le titre le dit bien, qui peut barrer le Pacifique ? et pourtant la dernière image du film dit que c'était possible). On a du mal à croire à une telle bêtise de l'administration, une aussi maladroite attitude vis à vis des populations.

Rithy Panh n'a pas un regard ironique ou cinglant sur les colonisateurs. En cela il respecte peut-être le ton de Duras ?

Par contre l'amour du pays et des paysages se traduit par un souci esthétique qui contraste avec un traitement colonial qui ruine
le pays. Sous cet angle, les bruits de tonnerre et d'orages menaçants dans tout le film jouent bien leurs rôles.

L'Argent, la corruption, comment survivre, on n'est pas dans la bluette, et tous les regards sont "intéressés". C'est plus l'histoire qui le montre que le cinéaste, à mon avis.

Ce qui me chiffonne ? une musique sirupeuse qui accompagne en pemanence les scènes.
Je n'en ai pas vu l'intention, j'aurais aimé plus de mordant, et là je ne vise pas les chansons parisiennes présentes dans le livre et qui traduisent le désir d'aller vivre ailleurs, dans un paris mythique.

A part Huppert, Jo et Suzanne m'ont paru avoir un physique trop flatté, ce qui a accentué à mes yeux l'aspect artificiel.

Mais vous direz sans doute votre avis sur ce film que je ne regrette nullement d'avoir vu, depuis le temps que je l'atttendais !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Sam 14 Fév 2009, 08:10

personne pour parler de ce film ?

j'ai eu l' avis d'un proche qui avait beaucoup aimé le film. Quant au journal le Temps,

Citation :
le film de Rithy Panh est de toute évidence loin d’être un ratage. Au contraire, on y retrouve l’essentiel du récit de Duras, son âpreté et sa sensualité, ce mélange d’entêtement las et de jeunesse fougueuse, mais aussi un plus, certainement lié au regard «local» d’un cinéaste attiré par l’anticolonialisme virulent du roman.

Filmant quasiment sur les lieux réels de l’action, dans la plaine de Ream sur les bords du golfe du Siam, Rithy Panh (né en 1964) recrée son pays au début des années 1930 avec des moyens minimaux: à peine quelques voitures et costumes. Mais on y croit, tant l’ancrage réaliste, quasi documentaire, est fort.

Quant aux acteurs, ils sont idéalement choisis, de l’évidente Isabelle Huppert (qui a l’âge du rôle de la mère) aux magnifiques Gaspard Ulliel (en Joseph, son meilleur rôle depuis Les Egarés d’André Téchiné) et Astrid Bergès-Frisbey (une révélation en Suzanne, alter ego de Duras à 16 ans).

et la fin de l'article :
Citation :
Ici, le refus de tout sentimentalisme n’empêche pas un lyrisme discret, soutenu par la partition du fidèle Marc Marder

précisément c'est Marc Marder qui m'a irrité Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Nestor
Admin
avatar

Nombre de messages : 1576
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Lun 09 Jan 2012, 06:45

lundi 9 janvier sur France3 22h 55 : « Duch, le maître des forges de l'enfer », du réalisateur cambodgien Rithy Panh. On n'a jamais vu un bourreau parler avec autant de liberté, de quoi s'interroger sur la nature humaine, le pouvoir, la culpabilité, la justice.

« Duch », de son vrai nom Kaing Guek Eav, est sans doute le plus « célèbre » des Khmers rouges après les dirigeants comme Pol Pot, Ieng Sary ou Khieu Sampan.

« Duch » était le responsable de « S21 », le centre de torture et d'exécution de Pnom Penh où périrent plus de 12000 personnes dans la machine à tuer khmer rouge entre 1975 et 1979.


présentation et video sur Rue 89.

Ce documentaire présenté hors compétition lors du Festival de Cannes 2011, dresse un portrait intime et édifiant du Khmer rouge Duch, l'un des plus grands criminels de guerre encore en vie. Condamné à 35 ans de prison (dont il a fait appel) pour avoir dirigé le centre S21 de Phnom Penh entre 1975 et 1979, où plus de 13.000 hommes, femmes et enfants furent emprisonnés, torturés et exécutés, Kaing Guek Eav, dit «Duch «, fidèle lieutenant de Pol Pot, s'exprime devant la camera du cinéaste cambodgien Rithy Panh. Interrogé sur ses activités, il répond sans faux-fuyant.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Mer 11 Jan 2012, 06:09

Pour prolonger le remarquable documentaire de Rithy Panh, il faut absolument lire «l’Elimination», qu’il cosigne en janvier avec Christophe Bataille (Grasset), mais aussi

- «le Silence du bourreau» de François Bizot (Flammarion) ;

- «Kampuchéa» (Seuil) où Patrick Deville raconte avoir suivi le procès de Duch, qu'il présente sous les traits d’«un Cambodgien bien tranquille».


dit bibliobs.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Mar 17 Jan 2012, 06:36



Malgré le bilan annoncé en début de film : 1,8 million de morts, soit 1/4 de la population, c'est une impression d'incredulité qu'on ressent à écouter Dutch parler de son travail :

éduquer des "interrogateurs", de préférence des paysans totalement illettrés, et très dociles, pour torturer les prétendus coupables ou ennemis, décrètés arbitrairement par le Parti.

L'individu, la pensée individuelle ou le sentiment personnel, voilà l'ennemi, dit-il tout en regardant sans émotion apparente les photos de ses employés et de ses victimes.

L'homme n'a de valeur que comme instrument, et son éducation en ce sens commence dès l'enfance, avec le rabachement de slogans et des exercices pratiques.

le compte rendu de Dutch sur Bibliobs
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Mer 18 Jan 2012, 06:22

Un chapitre salutaire sur l'histoire du Cambodge

Duch, le maître des forges de l'enfer, de Rithy Panh

L'histoire: Entre 1975 et 1979, le régime Khmer rouge a causé la mort d'environ 1,8 million de personnes soit un quart de la population du Cambodge. Kaing Guek Eav dit Duch a commandé les camps M13 et S21. Il dévoile comment il estime avoir pleinement rempli sa mission d'extermination et les raisons qui l'ont conduit à commander ces machines de mort...

Ce qu'en dit L'Express: Panh filme sobre et direct. Fascinant et révoltant. Indispensable également...
Ce qu'en dit Studio Ciné Live: À la frontalité du récit de ces crimes répond une précision dans le travail du cadre et du montage. Exigence cinématographique rendant cette confession plus insoutenable encore


source l'Express.

ce film est à mettre en correspondance avec Cham et le film de Davy Chou.

Comme prévu je lirai bientôt Kampuchea de Patrick Deville..

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Jeu 19 Jan 2012, 06:36


Claude Lanzmann

Citation :
"On a toujours le choix de rester humain."

Cette expression "banalité du mal"est une sottise creuse. Non, le mal n'est pas banal. On le verra dans le film que je tournerai cet été, Eichmann n'était pas un homme banal. Duch n'est pas un homme banal.
Rithy Panh dit cela admirablement quand il parle de ces intellectuels qui prétendent qu'entre le mal et le bien, entre le bourreau et la victime, entre l'assassin et l'innocent, il n'y a pas plus que l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette.

Le postulat de la "banalité du mal" signifie que vous, moi, n'importe qui, pourrait commettre de tels crimes. Eh bien, non. Je ne ferai jamais ça, en aucune circonstance. Ni les nazis ni les Khmers rouges n'étaient des hommes ordinaires


Voila qui fait justice d'idées trop facilement reçues - et invoquées, du genre

" à cette époque, tout le monde était raciste ou antisémite",

ce n'est evidemment pas vrai.

un entretien avec Claude Lanzman
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Ven 03 Fév 2012, 06:39



Douch, chef de la prison de Phnom Penh sous le régime cambodgien des Khmers rouges, où quelque 15.000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées, a été condamné vendredi en appel à la perpétuité dans le premier verdict définitif du tribunal parrainé par l'Onu.

L'ex-chef de Tuol Sleng (ou S21), la prison centrale de la capitale entre 1975 et 1979, avait été condamné en première instance à 30 ans de prison en juillet 2010 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Mais la chambre de la cour suprême du tribunal a porté cette peine à «la prison à vie», estimant que le premier jugement n'était pas à la hauteur des crimes du tortionnaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Ven 02 Mar 2012, 11:21

Genève : Le Festival du film et forum international sur les droits humains a invité le réalisateur qui signe une fiction et un documentaire et vient aussi de publier son autobiographie

De 1975 à 1979, le régime de Pol Pot a causé 1,8 million de morts, soit au moins un quart de la population cambodgienne. Rithy Panh n’a guère cessé depuis plus de vingt ans de se confronter au drame qu’a connu son pays sous les Khmers rouges.

Le cinéaste est l’invité du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH).

Rithy Panh est un survivant du massacre et, depuis, il essaie de comprendre. Arrivé en France à 16 ans, en 1980, il est devenu cinéaste, et depuis 1989, de documentaire en fiction, il ausculte les mémoires, refuse le déni, interroge, remet les bourreaux en situation comme dans le documentaire S-21, la machine de mort khmère rouge (2003). En 2006 déjà, alors qu’il était invité au festival Visions du réel à Nyon, il confiait au Temps:

Citation :
«A présent, sans éviter à tout prix le thème du génocide, je pense que la meilleure façon pour moi de vaincre les Khmers rouges, c’est de devenir cinéaste tout court.»

Rithy Panh, avec Christophe Bataille, «L’Elimination», Grasset, 2012, 334 pages.

«Duch, le maître des forges de l’enfer», documentaire, 2011. Alhambra, di 4 mars à 14h
en présence du réalisateur.

Et Cinémas du Grütli, ma 6 à 21h
.
«Shiiku (Gibier d’élevage)», 2011. Cinémas du Grütli, di 4 à 20h30,
en présence du réalisateur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Dim 26 Mai 2013, 06:22


l'image manquante

En se tournant à nouveau vers ce passé qui le hante, revisité notamment dans S21, la machine de mort khmère rouge en 2002, Rithy Panh l'affronte pour la première fois sous un angle moins historique que personnel. Il recrée les images perdues d'un bonheur familial fugace, puis d'une longue tragédie, avec des figurines de terre cuite peintes, comme des santons qui les représentent, lui, les siens et tous ceux qui partagèrent leur sort.

Un procédé qui nous amène droit au cœur d'une force mystérieuse de l'enfance : un pouvoir d'échapper à la réalité la plus horrible, en se la représentant autrement. L'Image manquante est un grand film sur cette résistance spontanée, et miraculeuse, à travers tant d'épreuves, du gamin que fut Rithy Panh


voir la bande annonce.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Jeu 10 Oct 2013, 05:59


Une grande émotion saisit aussi le spectateur à la vision de L'Image manquante. Après beaucoup de films consacrés au sujet, dont S21, la machine de mort khmer rouge (2002) serait la pièce centrale, Rithy Panh fait ici surgir une parole intime, lui qui fut déporté enfant dans les camps de travail, où toute sa famille succomba.

Comme son titre l'indique, le film part à la recherche de l'image manquante du génocide. A défaut de la trouver, l'auteur la fabrique. Figurines d'argile, archives, musique, incrustations, texte d'une infinie beauté dit en voix off, tout est bon à Rithy Panh, dans cette lente et douloureuse remontée vers une enfance assujettie à la mort, pour évoquer ce qui ne peut se montrer
.

dit le Monde.

La voix off du réalisateur est très sobre, et les figurines expriment à la fois la beauté et l'amour perdus, comme le désespoir d'un "peuple travaillant à sa propre destruction".

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   Lun 18 Nov 2013, 19:07

Un soir après la guerre

Août 1992, Savannah, 28 ans, revient à Phnom Penh après quatre années passées à combattre les khmers rouges au nord du Cambodge. Comme tous ceux de sa génération, il n'a connu, depuis l'enfance, que la guerre, les camps, la famine et les massacres

présentation complète.

On n'ose parler de mélo, vu que le film est profondément ancré dans la réalité cambodgienne, même si certaines poses des acteurs ou situations du film y font penser.

La situation dans les villes : règne de l'argent, ce qui entraîne prostitution et métiers à risques comme boxeur, braqueur ou racketteur. La corruption est totale comme on le verra avec l'ascension de Mali, "le plus pourri de tous".

Les logements sont insalubres, précaires, à la merci d'expulsions.

L'actrice qui incarne Srey Poeuv, l'hôtesse de bar, présente de multiples facettes convaincantes, depuis la séductrice profesionnelle, jusqu'à l'amoureuse juvénile et passionnée. Tout le film repose sur un flashback de son amour pour Savannah, l'ancien maquisard engagé contre Pol Pot.

le film est violent, très prenant, et dans la volonté de vivre intensément un présent dangereux, fait penser à la vierge des tueurs de fernando vallejo

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rithy Panh et le Cambodge.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rithy Panh et le Cambodge.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bouddhisme au Cambodge
» CAMBODGE/VIETNAM : ALERTE OMS
» Une maladie tueuse d'enfants au Cambodge: et si c'était leurs vaccins?
» Une nouvelle espèce de lézard arc-en-ciel découverte au Cambodge
» Sauver les enfants du Cambodge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: