Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jean Sénac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Jean Sénac   Dim 06 Mai 2007, 15:15

Jean Sénac (1927-1973)

- Il intrigue certes par une vie peu banale : enfant sans père, il affirme son droit de vivre librement sa sexualité minoritaire et le droit du peuple algérien à disposer de lui-même.

Bientôt ses espoirs en une Algérie démocratique et respectueuse des différences s'évanouissent ; brimades, calomnies, intimidations voudraient éloigner du sol algérien cet infidèle "gaouri".

Il meurt poignardé, destin pressenti et qui semble accuser le pouvoir politique de Boumedienne.

- Mais il stupéfie par une oeuvre abondante qui se réclame autant du classicisme baudelairien, du flamboiement de René Char que de la poesie érotique traditionnelle d'Abou-Nowas.

Il se fait le chantre du "corpoème" comme l'indiquent "les poémes iliaques" composées sur la lyre de hanches adolescentes.

les Oeuvres poétiques de Jean Sénac sont publiées chez Actes Sud.


Oeuvres poétiques de Jean Sénac publié par Actes Sud.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Dim 06 Mai 2007, 15:17

Jean Sénac

J'écris mes poèmes sur ta bouche.
Ils sont navigateurs sur l'espace gonflé. Parfois ils touchent terre, ils me reconnaissent.
Emerveillé, je les recopie.

D'autres fois, lorsque tu m'aimes,
Ils s'épanouissent, ils saignent, ils chantent.
Je n'en finis plus de m'aimer sur tes levres.
O territoire de ma chance !
Matinées !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Dim 06 Mai 2007, 15:17

Au fond de chaque amour des cancrelats sommeillent.
Sont-ce des cancrelats, mon coeur, ou des abeilles ?
Et lentement, tandis qu'en amande les yeux
S'éternisent, dans le désir, le bruit soigneux
De la noire légion dévore nos oreilles.

Rien n'y fait, nos soupirs ni nos gémissements
Ni le lin délirant dont nous vêtons nos contes,
Rien, et quand la beauté nous attache et nous ment
Les cancrelats sont là qui nous troublent et montent
Avec notre bonheur et son double, la honte.[...]

Si chanter mon amour c'est aimer ma patrie,
Je suis un combattant qui ne se renie pas.
Je porte au coeur son nom comme un bouquet d'orties,
Je partage son lit et marche de son pas.

Sur les plages l'été camoufle la misère,
Et tant d'estomacs creux que le soleil bronza
Dans la ville le soir entrelace au lierre
Le chardon de douleur, cet unique repas. [...]
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Dim 06 Mai 2007, 15:18

Quelqu'un

Le bruit des pages tournées...
Non, c'est un rêve.

Entre deux portes l'air...
Non (reprends ta lecture).

Cette paille qui tremble sous le toît...
Rentre tes mains. Réchauffe-les.

Ce bruit...
C'est un réveil.
Cet autre...
Le cheval.

La nuit coule, froide, blanche,
entre l'oreille et le coeur.


13 décembre 1960 3h15 du matin.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Dim 06 Mai 2007, 15:19

Le titre poemes iliaques trouve sa justification dans le premier poème de ce recueil :

Citation :
Iliaque
Parce que là où est ta lyre
Là est mon poème,
Et mon soleil,
Immense comme une main.


Pour définir l'écriture de Jean Sénac, j'emprunte le
premier vers de Signes

Une écriture de sexe, d'opale miellée, flamboyante...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Dim 06 Mai 2007, 15:26

Jean Sénac : Jean l’Algérien, Sénac l’algérois.

Citation :
«Camus a préféré sa mère à la justice ; Sénac a opté pour la justice » retient le poète algérien Ali-Khodja qui prépare une biographie de Sénac.
«Il est le poète qui a osé écrire un jour sous Boumédienne un poème intitulé "Couscous au sperme» se souvient l’ancien correspondant du Monde à Alger J.P Peroncel-Hugoz, persuadé du caractère politique de son assassinat en août 1973 à Alger.

Pour Leïla Derradji, qui fut sa collègue à Radio Alger-Chaîne 3, il restera le poète de l’ivresse de l’indépendance algérienne et des rêves socialistes, le Sénac de «Tu es belle comme un comité de gestion». Sénac le natif de Béni-Saf ; Sénac l’ami de Char et de Camus, Sénac l’Algérien…

le site de france culture donne une abondante bibliographie. Voici quelques titres pour ses oeuvres :

Jean SÉNAC, Œuvres poétiques, préf. René de Ceccatty, postf. Hamid Nacer-Khodja, Arles, Actes Sud, 1999.
Jean SÉNAC, Avant-corps, Poèmes illiaques, Divan du noun, Paris, Gallimard, « Blanche », 1968.
Jean SÉNAC, Visages d'Algérie : écrits sur l'art, textes réunis par Hamid Nacer-Khodja, préf. Guy Dugas, Paris, Paris- Méditerranée, 2002.
Jean SÉNAC, Jean PÉLÉGRI, Les deux Jean : Jean Sénac, l'homme soleil, Jean Pélégri, l'homme caillou, textes réunis et présentés par Dominique Le Boucher, Clapiers, Chèvre-feuille étoilée, 2002.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
POETAC
neophyte
avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/09/2010

MessageSujet: JEAN SENAC SUBLIME ET ETERNEL!   Sam 04 Sep 2010, 09:43

Plusieurs manières d’aborder la vie
Les yeux fermés
La main sur le revolver
Ou une main sur sa queue avec le sourire d’un ange
Plusieurs manières d’aborder la vie
Le dos courbé
Des larmes plein la soupe du soir
Ou des regrets comme de lointaines sorties d’autoroute
Chacun sa voie
Chacun son fil du rasoir
Chacun ses putes et ses haines
Elle n’avait pas pourtant de quoi affoler les foules
Des cheveux teints autant de fois que d’amants
Des seins usés par des mains malades
Une bouche déformée par des centaines de « oui »
Un cul qui raconte de longues histoires
Je n’aimais pas comment remuaient ses cheveux dans le vent
Ni son côté refroidi
Ni les plis de sa mini-jupe et de sa peau
Plusieurs manières d’aborder les femmes
Leur raconter Dieu au milieu du sel
Les larmes des fontaines
Ou les perles au fond du bleu
Plusieurs manières d’aborder les femmes
Les travailler jusqu’aux rebords de l’âme
Souffler du feu au milieu de leurs atomes
Leur donner des regrets par milliers
J’avais besoin d’oxygène
De lumières
Et de pôles
J’ai envoyé mon liquide au milieu de ses déceptions
Je serrais les dents
Plusieurs manières d’aborder la vie
Accrocher une femme au bout de sa lance
Trembler de tout
Et bouleverser ce monde une seconde.


Pour toi
Pour ton souvenir
Pour tes émotions
POETAC
Revenir en haut Aller en bas
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Jeu 15 Aoû 2013, 17:08

Le dernier poème de Jean Sénac

Il ne s'est pas enfermé pour écrire
son poème a flairé le danger
lui a laissé la porte ouverte
Pas de poème sans risque
Sa barbe lissait le pubis
de la page transparente
et ses lèvres murmuraient
la sourate du pardon
Il dessina d'abord un soleil
un petit rond d'écolier
affublé de rayons démesure
La nuit criait au viol
Alger buvait à mort
entre hommes
Puis il tailla son crayon
ou se taillada une veine
mais j'imagine
qu'il écrivit au rouge
sans ratures
les fragments que voici:

« Naufrage des doigts
sculptés dans le silence
D'autres suffocations montent
du goulot amer du dire
Tous ces riens vomis sur le parvis du poème

Les mots ne manquent pas

plutôt
le vouloir dire
À quoi bon
à quoi mauvais?
La douleur
seule

Le poème qui ne veut pas naître a ses raisons

Surtout
ne pas mendier
à la porte du silence
mais le gérer
comme un grand texte

C'est nous
qui avons vieilli
pas le monde
J'ai mangé
l'une après l'autre
mes petites illusions
Quant aux grandes
je me les garde
pour qu'elles éclairent durablement
ma sépulture
tels des joyaux
Pourquoi je me sens coupable
quand le bonheur m'envahit ?
Heureusement qu'il y a la mer
bleu-gris de son vert gorgé de mouettes
une barque jubilant on ne sait
au fond de l'eau ou dans l'ourlet des nuages
Heureusement qu'il y a ce large
retenant le souffle de la terre
et le vent coulis ondoyant de frondaisons câlines
Heureusement que l'homme peut se voir
sourire à son lointain sosie
autrement que dans les miroirs

Rien de ce que j'ai appris
ne m'a servi
à déchirer l'hymen de tes yeux
arbre serein de sève pérenne
qui m'irriguera encore
quand ma bouche s'éteindra dans les sables

Je suis né
pour aimer
la haine m'est étrangère
Les peuples heureux
n'ont pas de poésie »
La porte s'est refermée
L'ombre sans odeur
apparut sur le seuil
Le couteau a fendu le soleil en deux
avant de pénétrer
dans l'enceinte sacrée
du souffle
Sénac avait levé la tête
il regardait dans les yeux
riait
comme il en avait l'habitude
en tendant au premier venu
son dernier poème

Abdellatif Laâbi
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean Sénac   Ven 13 Sep 2013, 06:45




Citation :
« L’Algérie va tous nous crever »,


griffonne Sénac sur un coin de papier. Il demande, à trois reprises, à incorporer les rangs de la guérilla mais le FLN lui fait savoir que ses écrits valent mieux qu’un fusil. L’intransigeance de Sénac provoque l’ire du père des Justes, qui refuse d’entendre parler d’indépendance nationale et s’interdit de légitimer, d’une façon ou d’une autre, la violence aveugle : Camus prône une fédération, sur le modèle suisse, afin de supprimer l’ordre colonial tout en permettant à l’Algérie de rester liée à la France.

Sénac l’accuse d’avoir la main qui tremble et lui reproche de faire le jeu des autorités coloniales : le poète n’entrevoit d’avenir qu’à la condition d’édifier un nouvel espace étatique, totalement autonome de la puissance occupante, qui garantirait égalité et justice à tous ses citoyens – arabes, berbères, kabyles, juifs et européens. Et si Sénac n’ignore rien des atrocités commises par le FLN (et qu’il condamne tout ce qui déshonore les « valeurs spirituelles » de la lutte pour l’indépendance), il estime que le temps n’est pas à quelque funeste comptabilité (toute guerre, infâme par essence, écorche et crucifie les innocents) mais à la cessation des hostilités


un article copieux sur Jean Sénac
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Sénac   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Sénac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La géographie culturelle selon Dominique Crozat et Jean-Paul Volle (Montpellier III)
» Pastiche de fables de Jean de La Fontaine.
» L`Apocalypse de Jean est un texte difficile a décoder!
» Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney Curé d'Ars et commentaire du jour "Femme, ta foi est grande"
» JUNOT Jean Andoche - Général d'Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Poésie ininterrompue-
Sauter vers: