Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mahmoud Darwich - [Palestine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Seb
pilier
avatar

Nombre de messages : 950
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Mer 16 Sep 2009, 19:29

rotko a écrit:
Actes Sud publie, le 3 juin, la première anthologie bilingue de ses œuvres parues entre 1992 à 2005.


clic !

Très belle édition bilingue (dommage que les textes arabes ne soient pas calligraphiés, mais c'était sans doute incompatible avec une édition de poche, aussi élégante soit-elle).
Le préfacier, Farouk Mardam-Bey (directeur des collections arabes chez Actes Sud et grand connaisseur de la littérature palestinienne) explique dans son introduction les choix difficiles qu'il a dû effectuer pour retenir dans l'oeuvre du grand poète les poèmes les plus marquants, ceux qui donnent une vision aussi étendue que possible de son oeuvre de la dernière période.

Par ailleurs, à noter qu'un débat a eu lieu parmi les proches amis de Darwich et intimes de son oeuvre pour savoir si l'on devait publier de manière posthume des poèmes qu'il avait commencés avant sa mort mais qu'il n'avait pas eu le temps de peaufiner.
On sait en effet que Darwich répugnait à laisser quiconque voir ses poèmes en chantier, insistant pour en préserver le secret jusqu'à ce que lui-même les juge en état d'être publiés.
Toutefois, se sachant malade et pressentant sans doute sa fin prochaine, il avait informé certains de ses amis de l'existence de ces poèmes, ce qui a pu être interprété comme une autorisation tacite de les porter à la connaissance du public.
Finalement son éditeur a décidé de les publier mais il s'est attiré certaines critiques dans la presse arabe qui l'ont accusé d'attenter (peut-être avec des visées mercantiles) à la réputation d'excellence du grand poète, les poèmes n'ayant pas, de l'avis de certains, la perfection du reste de sa poésie.

_________________
"Les écrivains brefs – phrases courtes, livres minces – ont aujourd’hui les faveurs du public qui, à n'en pas douter, les aimerait davantage encore s’ils n’écrivaient vraiment rien." (Eric Chevillard)
Revenir en haut Aller en bas
marrou
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 29
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Mer 16 Sep 2009, 23:20

C'est un sujet très intéréssant je vais essayer de l'élargir plus tard. En ce qui concerne Mahmoud et ses derniers poèmes, dans le monde arabe, le poète Riadh Al-Raiis a rassemblé ses poèmes dans un dernier recueil appelé Je ne veux pas que ce poème aura une fin au nom du dernier poème qu'il a écrit.
Mais il court sur les langues en monde arabe qu'il avait prévenu sa mort à cause d'un de ses derniers poèmes dans lequel il évoque la mort d'un cheval et le cheval bien sur le symbolise ici et il ne faut pas oublier qu'il a jadis utilisé le terme de cheval dans son poème Le cheval a tombé pour indiquer la mort des palastiniens alors le dernier cheval l'avait symbolisé peut-etre . en tout cas la litterature arabe a perdu l'un de ses meilleurs poetes dans cet epoque.
Revenir en haut Aller en bas
Constance
pilier


Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 01/10/2009

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Sam 14 Nov 2009, 08:10




Un jour je serai ce que je veux


Un jour je serai une idée qu’aucun glaive ne porte
A la terre désolée, aucun livre …
Une idée pareille à la pluie sur une montagne
Fendue par la pousse d’un brin d’herbe.
Et la force n’aura pas gagné,
Ni la justice fugitive.

Un jour je serai ce que je veux.

Un jour je serai oiseau et, de mon néant,
Je puiserai mon existence.
Chaque fois que mes ailes se consument,
je me rapproche de la vérité et je renais des cendres.
Je suis le dialogue des rêveurs.
J’ai renoncé à mon corps et à mon âme
Pour accomplir mon premier voyage au sens,
Mais il me consuma et disparut.
Je suis l’absence. Je suis le céleste
Pourchassé.

Un jour je serai ce que je veux.

Un jour je serais poète
Et l’eau se soumettra à ma clairvoyance.
Métaphore de la métaphore que ma langue
Car je ne dis ni n’indique
Un lieu. Et le lieu est mon péché et mon alibi.
Je suis de là-bas.
Mon ici bondit de mes pas vers mon imagination …
Je suis qui je fus, qui je serai
Et l’espace infini me façonne, puis me tue.


Mahmoud Darwich

(Extrait du poème Murale)

Toile "Libertad", d'Ahmed Ben Yessef
Revenir en haut Aller en bas
Seb
pilier
avatar

Nombre de messages : 950
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Sam 14 Nov 2009, 10:58

Constance a écrit:

Et l’espace infini me façonne, puis me tue.
Mahmoud Darwich
(Extrait du poème Murale)
Et nous ne nous en remettons pas... Sad pale

Merci Constance pour ce beau poème

_________________
"Les écrivains brefs – phrases courtes, livres minces – ont aujourd’hui les faveurs du public qui, à n'en pas douter, les aimerait davantage encore s’ils n’écrivaient vraiment rien." (Eric Chevillard)
Revenir en haut Aller en bas
Constance
pilier


Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 01/10/2009

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Jeu 19 Nov 2009, 14:52

Les poètes quittent nos rives, mais ils nous laissent leurs mots-trésors, Seb ...



Avec la coupe sertie d’azur,
Attends-la
Auprès du bassin, des fleurs du chèvrefeuille et du soir,
Attends-la
Avec la patience du cheval sellé pour les sentiers de montagne,
Attends-la
Avec le bon goût du prince raffiné et beau,
Attends-la
Avec sept coussins remplis de nuées légères,
Attends-la
Avec le feu de l’encens féminin partout,
Attends-la
Avec le parfum masculin du santal drapant le dos des chevaux,
Attends-la.
Et ne t’impatiente pas. Si elle arrivait après son heure,
Attends-la
Et si elle arrivait, avant,
Attends-la
Et n’effraye pas l’oiseau posé sur ses nattes,
Et attends-la
Qu’elle prenne place, apaisée, comme le jardin à sa pleine floraison,
Et attends-la
Qu’elle respire cet air étranger à son coeur,
Et attends-la
Qu’elle soulève sa robe, qu’apparaissent ses jambes, nuage après nuage,
Et attends-la
Et mène-la à une fenêtre, qu’elle voie une lune noyée dans le lait,
Et attends-la
Et offre-lui l’eau avant le vin et
Ne regarde pas la paire de perdrix sommeillant sur sa poitrine,
Et attends-la
Et comme si tu la délestais du fardeau de la rosée,
Effleure doucement sa main lorsque
Tu poseras la coupe sur le marbre,
Et attends-la
Et converse avec elle, comme la flûte avec la corde craintive du violon,
Comme si vous étiez les deux témoins de ce que vous réserve le lendemain,
Et attends-la
Et polis sa nuit, bague après bague,
Et attends-la
Jusqu’à ce que la nuit te dise :
Il ne reste plus que vous deux au monde.
Alors, porte-la avec douceur vers ta mort désirée

Et attends-la ...!

(in Le lit de l’étrangère)
Revenir en haut Aller en bas
Constance
pilier


Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 01/10/2009

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Ven 27 Nov 2009, 15:46




Elle, le soir


Elle est seule, le soir
et moi, comme elle, je suis seul ...
Entre moi et ses chandelles
dans le restaurant hivernal,
deux tables vides. (Rien ne trouble notre silence)
Elle ne me voit pas quand je la vois
cueillir une rose à sa poitrine.
Je ne la vois pas quand elle me voit
siroter un baiser de mon vin ...
Elle n’émiette pas son morceau de pain,
et moi, je ne renverse pas l’eau
sur la nappe en papier.
(Rien ne ternit notre sérénité)
Elle est seule et je suis seul
devant sa beauté. Je me dis :
Pourquoi cette fragilité ne nous unit-elle pas ?
Pourquoi ne puis-je goûter son vin ?
Elle ne me voit pas quand je la vois
décroiser les jambes ...
Et je ne la vois pas quand elle me voit
ôter mon manteau...
Rien ne la dérange en ma compagnie,
rien ne me dérange, nous sommes à présent
unis dans l’oubli ...
Notre dîner, chacun seul, fut appétissant,
la voix de la nuit était bleue.
Je n’étais pas seul, elle n’était pas seule.
Ensemble nous écoutions le cristal.
(Rien ne brise notre nuit)

Elle ne dit pas :
L’amour naît vivant
Et finit en idée.
Moi non plus, je ne dis pas :
L’amour a fini en idée.

Mais il en a tout l’air ...


(Extrait de "Ne t’excuse pas")

Toile "Table for one", de Jack Vettriano
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Lun 10 Mai 2010, 05:50


clic !


Ce recueil publié par Actes Sud résume toute sa vie. Il contient les poèmes récités par Mahmoud Darwich ou publiés dans des journaux avant sa disparition, et il est illustré par des images d’Ernest Pignon-Ernest.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amarande
pilier
avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Roulettes ultra-performantes
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Sam 12 Juin 2010, 07:43

Le Magazine littéraire a écrit:
Le 14 juin prochain, Bertrand Delanoë et Mahmoud Abbas, président de l’Autorité nationale palestinienne, inaugureront une place parisienne au nom de Mahmoud Darwich, «pour honorer l’œuvre de ce grand poète de Palestine», a annoncé la Ville de Paris. Elle se situera quai Malaquais dans le 6e arrondissement.


Citation :
Figure de proue de la poésie palestinienne, Mahmoud Darwich a beaucoup travaillé avec des musiciens pour accompagner ses textes, notamment le Trio Joubran, composé de trois frères joueurs de ‘oud, le luth traditionnel arabe. Ils donneront un concert suite à la cérémonie d’inauguration.

Décoré de l’ordre national du Mérite en 1993, du prix de la liberté culturelle de la Fondation Lannan en 2002 et du prix Prince Claus en 2004, il est reconnu comme une figure majeure de la littérature du XXe siècle pour son œuvre rendant hommage à sa terre et à son peuple.

Son dernier recueil, Le lanceur de dés et autres poèmes, est paru en France en 2010 aux éditions Actes Sud.


Source : le Magazine littéraire
Revenir en haut Aller en bas
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   Ven 19 Juil 2013, 09:24

Non, Mahmoud Darwich n’est pas mort puisque son œuvre lui survit, elle demeure et demeurera parmi nous pleine et entière, flamboyante et nostalgique, épique et savoureuse, romantique et corsée ; et que n’ai-je encore d’adjectifs en réserve pour tenter de dépeindre une poésie unique qui n’aura jamais de ressemblance : la voix de Darwich planera dans nos mémoires - surtout pour ceux qui étaient avec moi un certain soir d’octobre 2007 à l’Odéon - et ses vers cristalliseront l’épure dans nos yeux à chaque poème lu dans la réminiscence d’un homme en quête d’absolu.

Trois objets viennent appuyer cette vérité : le dernier livre publié du vivant de Mahmoud Darwich, qui rassemble une centaine de textes courts - en vers ou en prose - écrits au fil des jours et qui composent un journal sans plan ni restriction thématique, La Trace du papillon ; une anthologie bilingue qui retrace l’itinéraire poétique de Darwich depuis le début des années 1990 en regroupant des poèmes extraits des sept recueils dont chacun a été considéré à sa sortie comme un élément essentiel de l’histoire de la poésie arabe ; enfin, point d’orgue - et diable qu’on l’attendait depuis des années ! - un témoignage sonore, le récital de l’Odéon car, comme toute œuvre poétique orientale, la poésie de Darwich est avant tout musique, une œuvre écrite pour l’oralité et si sublimement magnifiée par la voix du poète qui savait psalmodier son œuvre comme personne... et admirablement lue par Didier Sandre, pour la version française. Une salle bondée de près de mille personnes, une ambiance de corrida parfois, de cathédrale à d’autres moments, ferveur et recueillement se jouaient de nos émois durant tout le récital : ce jour-là, Darwich récita une quinzaine de poèmes, extraits pour l’essentiel de ses deux derniers recueils, et sa voix portée par l’acoustique du lieu rythmait la mélodie des mots au son d’une voix chaude et envoûtante... Et quand le public n’en pouvait plus, que le cœur allait exploser, avec une infime délicatesse, le oud des frères Joubran venait rafraîchir les gorges dans des improvisations d’une rare justesse. L’instant était de grâce, la poésie cristalline de Darwich avait alors son écrin le temps d’une soirée, c’était le dimanche 7 octobre 2007...

Comme toujours, ce n’est qu’à la mort d’un homme que l’on comprend qu’il vient de se passer quelque chose, pas qu’il n’était, comme nous, qu’un mortel en attente du grand voyage, mais qu’il était l’un des élus qui pointent, toute leur vie durant, la direction à prendre, et que bien peu suivent. Mahmoud Darwich avait su imposer son détachement qui n’était pas de l’indifférence, son œil averti qui n’était jamais critique mais impitoyablement précis et qui influait sur son discours constructif et lucide qui n’avait que faire des idéaux politiques nauséabonds qui nuisent tant à la région. Et même s’il avait su galvaniser les foules, conquérir un public que certains voient déjà comme large, il est vrai, cependant, le grand public, comme on l’entend, est parfois resté à l’écart. Non pas en Orient où les récitals de Darwich déplaçaient des foules entières de plusieurs milliers de personnes - je me souviens de cette cité sportive, à Beyrouth, brûlant sous un soleil d’été qui n’épargnait aucun millimètre et dans une touffeur digne d’un four ébouillanté par une humidité complète - mais personne ne bougeait, personne ne respirait, surtout, personne n’aurait donné sa place ; plus de vingt mille personnes brûlées de soleil étaient au sommet de leur plaisir intellectuel - et physique aussi, j’ose le dire - à l’écoute du poète palestinien qui revenait au pays du cèdre après les tragédies de l’Histoire pour déclamer une poésie d’amour et d’éternité.





La Trace du papillon que publie, en français, à titre posthume, les éditions Actes Sud, est sans doute le seul livre qui pourrait résumer tous les autres ; comme un fait avéré du destin en marche, comme si Darwich sentait, savait la fin s’approcher et qu’il s’en jouait en écrivant une sorte de journal qui n’en est pas un, pas uniquement un ni même un recueil mais plutôt une synthèse, un carnet de croquis qui démonte les légendes et affirme l’œuvre et la démarche. Sincère, dévastatrice, prémonitoire, dénonciatrice et incantatrice aussi, sa parole libérée s’envole le temps d’un texte, poétique ou en prose, la forme ici n’a qu’une utilité pratique, car le message est tout : "La solitude est le propre de celui qui se prend en charge. Il écrit cette phrase, regarde le plafond et ajoute : Etre seul ... être capable d’être seul est une auto-éducation. Etre solitaire c’est choisir sa variété de douleur, s’exercer à conjuguer les verbes du cœur avec la liberté de l’autodidacte ... C’est comme être vide de son dehors, contraint à sauter en soi-même sans parachute."

Site officiel : mahmouddarwish.com
Site en français, avec de nombreux extraits :
mahmoud-darwich.chez-alice.fr

François Xavier
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mahmoud Darwich - [Palestine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mahmoud Darwich - [Palestine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Palestine, Mythe du moyen-orient
» MAHMOUD - le dernier spectacle de Dieudonné
» Origine du terme "Palestine".
» La palestine en voie de dévellopement déjà depuis trois ans, pour avantager les riches bien sur!!
» Palestine - Jérusalem, une terre sacrée - HASSAN IQUIOUSSEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Poésie ininterrompue-
Sauter vers: