Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Léo Ferré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bennett
pilier
avatar

Nombre de messages : 866
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Sam 06 Juin 2009, 07:00

Bernard Laviliers nous parle de Léo à la radio (france-inter).
Téléchargeable là:
dl.free.fr /mMvbfPmt

Catherine Sauvage aussi sur la radio suisse romande.
Téléchargeable là:
dl.free.fr /oHlMcJJA

Les fichiers resteront en ligne tant qu'il y aura au moins un téléchargement sur une période de 30 jours.
Revenir en haut Aller en bas
Furtif
pilier
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 56
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Mer 01 Juil 2009, 17:30

Une interprétation formidable et récente de Léo :

Mônica Passos : Avec le temps Le the standard, par la necplusultrate du Jazz-brésilien en France et pas seulement à mon avis....


Dernière édition par Furtif le Mer 12 Aoû 2009, 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
pilier


Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 12/06/2006

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Mer 01 Juil 2009, 23:16

Bennett a écrit:
Bernard Laviliers nous parle de Léo à la radio (france-inter).
Téléchargeable là:
dl.free.fr /mMvbfPmt
*

Très intéressant, je viens de découvrir ton message et belles interprétations. Merci ! Cela date de quand tu sais ? il y a un CD ? je crois... vais voir ça.

J'écouterai Catherine Sauvage plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Bennett
pilier
avatar

Nombre de messages : 866
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Jeu 02 Juil 2009, 06:41

Il semblerait qu'un dvd soit en vente:



"Ferré est l'un de mes "modèles en qualité", pour son sens de l'invective, sa marginalité, sa charge d'interprétation… Si je chante, c'est en partie grâce à lui. Ma mère écoutait souvent l'un de ses 25 centimètres: Léo Ferré chante Aragon. J'ai encore ce disque chez moi… Pendant longtemps, il n'a pas du tout été considéré comme interprète, à l'inverse de Brassens ou de Brel. Léo déroutait: il était un peu sulfureux, les gens trouvaient sa voix bizarre, son physique étrange, ses métaphores folles. En 1968-1970, lorsqu'il a rencontré la pop music et collaboré avec le groupe Zoo et les Moody Blues, il a jeté un pont vers les Doors, Patti Smith, Lou Reed, devenant une sorte de Rimbaud en musique, reconnu par tous …".


Bernard Lavilliers est intarissable depuis longtemps sur Léo Ferré. En quelques rencontres, sur la fin de la mythique carrière du chanteur monégasque, les deux hommes étaient devenus amis. Léo Ferré était fier de voir en Lavilliers sa propre relève sur une certaine idée de l'engagement en chansons. Depuis longtemps, Lavilliers reprenait des chansons de Léo. Il en a même " fixé " quelques-unes sur ses propres albums (" Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ", " Préface ") et a bien sûr participé à l'album hommage " Avec Léo ! " en 2003 en reprenant " La mémoire et la mer ". Il manquait " seulement " un vrai spectacle totalement dédié à la fraternité des deux artistes. " Lavilliers chante Ferré " fut donc mis en chantier en 2006. En un temps record, un pari quasi insensé pour Bernard qui sortait à peine de la tournée marathon de son album " Carnets de bord ". Un répertoire de plus de 25 titres, des concerts enregistrés avec un orchestre symphonique et près de 20 dates en France. En voici le témoignage.

Tracklisting du DVD :

La vie d’artiste ( Francis Claude – Léo Ferré / Léo Ferré)
Les poètes (Léo Ferré)
Merde à Vauban (Pierre Seghers / Léo Ferré)
La mélancolie (Léo Ferré)
Vingt ans (Léo Ferré)
Si tu t’en vas (Léo Ferré)
La maffia (Léo Ferré)
Le chien (Léo Ferré)
La « The Nana » (Léo Ferré)
Thank you Satan (Léo Ferré)
C’est extra (Léo Ferré)
Monsieur William (Jean-Roger Caussimon / Léo Ferré)
L’étrangère (Louis Aragon / Léo Ferré)
L’affiche rouge (Louis Aragon / Léo Ferré)
Préface (Léo Ferré)
La mémoire et la mer (Léo Ferré)
Les assis (Arthur Rimbaud / Léo Ferré)
O triste, triste était mon âme (Paul Verlaine / Léo Ferré)
Ame, te souvient-il ? (Paul Verlaine / Léo Ferré)
Les corbeaux (Arthur Rimbaud / Léo Ferré)
Avec le temps (Léo Ferré)
Le temps du tango (Jean-Roger Caussimon / Léo Ferré)
Comme à Ostende (Jean-Roger Caussimon / Léo Ferré)
Est-ce ainsi que les hommes vivent ? (Louis Aragon / Léo Ferré)
Je chante pour passer le temps (Louis Aragon / Léo Ferré)

Les bonus :

> Léo Ferré chante « La mémoire et la mer » (vidéo, extrait de l’émission « Album » 1991) – réalisé par Bruno Lejean
> « La mémoire et la mer » (vidéo, un court-métrage réalisé pendant l’enregistrement en studio de la chanson par Lavilliers en 2003) – réalisé par Xavier Fischer
> Bernard Lavilliers chante « La mémoire et la mer » (audio, extrait de l’album hommage « Avec Léo ! » 2003)
> « Richard », inédit audio

Un marchand
Revenir en haut Aller en bas
Kad
pilier
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 47
Localisation : Sur les rives de la Mediterranee...
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: "Cette blessure"   Jeu 02 Juil 2009, 15:20

Leo, c'est avant tout le poete de la douleur en musique...Il suffit de le lire....

Cette blessure
Où va ma lèvre à l'aube de l'amour
Où bat ta fièvre un peu comme un tambour
D'où part ta vigne en y pressant des doigts
D'où vient le cri le même chaque fois
Cette blessure d'où tu viens

Cette blessure
Qui se referme à l'orée de l'ennui
Comme une cicatrice de la nuit
Et qui n'en finit pas de se rouvrir
Sous des larmes qu'affile le désir

Cette blessure
Comme un soleil sur la mélancolie
Comme un jardin qu'on n'ouvre que la nuit
Comme un parfum qui traîne à la marée
Comme un sourire sur ma destinée
Cette blessure d'où je viens

Cette blessure
Drapée de soie sous son triangle noir
Où vont des géomètres de hasard
Bâtir de rien des chagrins assistés
En y creusant parfois pour le péché
Cette blessure d'où tu viens...
Revenir en haut Aller en bas
Toni
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 24/04/2010

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Mer 28 Avr 2010, 20:07

Un petit tour par la discothèque, ce soir je fais halte chez Léo, parce qu'il me semble bien que j'aime tous ses registres. Mais celle-ci reste pour moi la plus sensuelle des chansons d'amour, texte et musique confondus...
http://www.dailymotion.com/video/x3576k_leo-ferre-lamour-fou_music

L'amour fou

La mer en vous comme un cadeau
Et dans vos vagues enveloppée
Tandis que de vos doigts glacés
Vous m'inventez sur un seul mot
O Ma Frégate des hauts-fonds
Petite frangine du mal
Remettez-vous de la passion
Venez que je vous fasse mal
Je vous dirai des mots d'amour
Des mots de rien de tous les jours
Les mots du pire et du meilleur
Et puis des mots venus d'ailleurs
Je vous dirai que je t'aimais
Tu me diras que vous m'aimez
Vous me ferez ce que tu peux
Je vous dirai ce que tu veux
Je vous dirai ce que tu veux

Je vous aime d'amour

Si t'as seize ans et des poussières
A nous deux ça fait des années
Que je prépare ma galère
A te ramer à t'affoler
Voilà que tu cherches ton bien
Dans les vitrines de ma nuit
Achète-moi je ne vaux rien
Puisque l'amour n'a pas de prix
Comme une louve sous son loup
Quand je vous ferai des petits
Vous banderez vos yeux jaloux
Avec un loup de satin gris
Tout comme est gris le jour qui va
Petite sœur écoutez-moi
Comme un bateau entre mes doigts
Vous coulerez je vous le dois
Vous coulerez je vous le dois

Je vous aime d'amour

Si la mort avait ton regard
Je meurs ce soir sans regarder
Et te demanderai ma part
Au bord du vide et des baisers
L'amour ça ne meurt que la nuit
Alors habille-toi en moi
Avec un peu de rouge aussi
J'aurai ta mort entre mes bras
Lorsque vous me mettrez en croix
Dans votre forêt bien appris
Et que je boirai tout en bas
La sève tant et tant promise
Je vous engouffrerai de sang
Pendant que vous serez charmée
Et je vous donnerai l'enfant
Que vous n'avez jamais été
Que vous n'avez jamais été

Je vous aime d'amour
Revenir en haut Aller en bas
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 49
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Jeu 29 Avr 2010, 05:10

A ma grande surprise, j'ai pris un plaisir fou à chanter Léo avec ma chorale et son orchestre.En effet, il y a 2 ans, nous avons chanté, en présence de son épouse et de Mathieu son fils, La chanson du Mal aimé, le requiem, et en accompagnement: la chanson triste, l'oppression, et l'affiche rouge.
Un pur bonheur
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
cleo
pilier
avatar

Nombre de messages : 3890
Age : 34
Localisation : chez Jeanne........
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Dim 22 Aoû 2010, 19:05



...

_________________
"La vie est comme tout tableau: pour sembler belle, elle a besoin d'être vue à distance." Gustave Flaubert

« L'étonnement est à l'origine de la connaissance : celui qui cesse de s'étonner pourrait bien cesser de savoir » E.Gombrich
Revenir en haut Aller en bas
Drella
pilier
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Mar 31 Aoû 2010, 23:37

Ce que j'aime bien chez Ferre, c'est qu'il va au-dela de Ferre...il est Ferre, et il est Ferre interpretant les grands poetes...

Je recommande a tous ici, amateurs de Ferre, d'ecouter ses "Leo Ferre chante..." Baudelaire, Aragon, Verlaine et Rimbaud notamment...il y a aussi Apollinaire qui n'est pas delaisse...mais surtout les 4 premiers, des albums tellement beaux, tellement fantastiques, regorgeant de perles que l'on decouvre et redecouvre a chaque nouvelle ecoute, et ca fait plus de 4 ans que je les connais...

Leo Ferre c'est aussi ses textes, evidemment...La memoire et la mer, un chef-d'oeuvre d'une beaute terrible, et c'est aussi des longues proses, dont ma preferee reste "Il n'y a plus rien", avec des experimentations de forme et de sonorites extra, et tellement bien maitrisees...

Je posterai regulierement (probablement) sur ce sujet-la, car je le connais bien le Ferre, il m'a accompagne souvent, dans mes plus beaux et mes pires moments...

La memoire et la mer...



LA MÉMOIRE ET LA MER


La marée je l'ai dans le coeur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite soeur
De mon enfant et de mon cygne
Un bateau ça dépend comment
On l'arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années-lumière et j'en laisse
Je suis le fantôme Jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baisers
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts du sable de la terre

Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps-là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l'écume
Cette bave des chevaux ras
Au ras des rocs qui se consument
Ô l'ange des plaisirs perdus
Ô rumeurs d'une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu'un chagrin de ma solitude

Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le milieu mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfarent les cors
Pour le retour des camarades
Ô parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j'allais géométrisant
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans les draps d'aube fine
Je voyais un vitrail de plus

Et toi fille verte mon spleen

Les coquillages figurants
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu'on dirait l'Espagne livide
Dieu des granits ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s'immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu'on pressent
Quand on pressent l'entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue
Dans cette mer jamais étale
D'où nous remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l'arc copain où je m'aveugle
Ces mains qui me font du flafla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l'anathème
Comme l'ombre qui perd son temps
À dessiner mon théorème
Et sur mon maquillage roux
S'en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue aux musiques mortes
C'est fini la mer c'est fini
Sur la plage le sable bêle
Comme des moutons d'infini
Quand la mer bergère m'appelle


C'est aussi...la vie d'artiste...




La vie d'artiste

Je t'ai rencontrée par hasard,
Ici, ailleurs ou autre part,
Il se peut que tu t'en souviennes.
Sans se connaître on s'est aimés,
Et même si ce n'est pas vrai,
Il faut croire à l'histoire ancienne.
Je t'ai donné ce que j'avais
De quoi chanter, de quoi rêver.
Et tu croyais en ma bohème,
Mais, si tu pensais à vingt ans
Qu'on peut vivre de l'air du temps,
Ton point de vue n'est plus le même.

Cette fameuse fin du mois
Qui depuis qu'on est toi et moi,
Nous revient sept fois par semaine
Et nos soirées sans cinéma,
Et mon succès qui ne vient pas,
Et notre pitance incertaine.
Tu vois je n'ai rien oublié
Dans ce bilan triste à pleurer
Qui constate notre faillite.
Il te reste encore de beaux jours
Profites-en mon pauvre amour,
Les belles années passent vite.

Et maintenant tu vas partir,
Tous les deux nous allons vieillir
Chacun pour soi, comme c'est triste.
Tu peux remporter le phono,
Moi je conserve le piano,
Je continue ma vie d'artiste.
Plus tard sans trop savoir pourquoi
Un étranger, un maladroit,
Lisant mon nom sur une affiche
Te parlera de mes succès,
Mais un peu triste toi qui sais
Tu lui diras "que je m'en fiche...
Que je m'en fiche..."

Je reposterai bientot...il y en a tellement...
Revenir en haut Aller en bas
V.Alov
neophyte
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 25
Localisation : L'Azur de la Côte
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Le chien   Mer 24 Aoû 2011, 07:11

Alors que j'ai perdu un de mes chats aujourd'hui...
On est le 24 août.

*







Le chien

À mes oiseaux piaillant debout
Chinés sous les becs de la nuit
Avec leur crêpe de coutil
Et leur fourreau fleuri de trous
À mes compaings du pain rassis
À mes frangins de l'entre bise
À ceux qui gerçaient leur chemise
Au givre des pernods-minuit

A l'Araignée la toile au vent
A Biftec baron du homard
Et sa technique du caviar
Qui ressemblait à du hareng
A Bec d'Azur du pif comptant
Qui créchait côté de Sancerre
Sur les MIDNIGHT à moitié verre
Chez un bistre de ses clients

Aux spécialistes d'la scoumoune
Qui se sapaient de courants d'air
Et qui prenaient pour un steamer
La compagnie Blondit and Clowns
Aux pannes qui la langue au pas
En plein hiver mangeaient des nèfles
A ceux pour qui deux sous de trèfle
Ça valait une Craven A

A ceux-là je laisse la fleur
De mon désespoir en allé
Maintenant que je suis paré
Et que je vais chez le coiffeur
Pauvre mec mon pauvre Pierrot
Vois la lune qui te cafarde
Cette Américaine moucharde
Qu'ils ont vidée de ton pipeau

Ils t'ont pelé comme un mouton
Avec un ciseau à surtaxe
Progressivement contumax
Tu bêle à tout va la chanson
Et tu n'achètes plus que du vent
Encore que la nuit venue
Y a ta cavale dans la rue
Qui hennnit en te klaxonnant

Le Droit la Loi la Foi et Toi
Et une éponge de vin sur
Ton Beaujolais qui fait le mur
Et ta Pépée qui fait le toit
Et si vraiment Dieu existait
Comme le disait Bakounine
Ce Camarade Vitamine
Il faudrait s'en débarrasser

Tu traînes ton croco ridé
Cinquante berges dans les flancs
Et tes chiens qui mordent dedans
Le pot-au-rif de l'amitié
Un poète ça sent des pieds
On lave pas la poésie
Ça se défenestre et ça crie
Aux gens perdus des mots FERIES

Des mots oui des mots comme le Nouveau Monde
Des mots venus de l'autre côté clé la rive
Des mots tranquilles comme mon chien qui dort
Des mots chargés des lèvres constellées dans le dictionnaire des
constellations de mots
Et c'est le Bonnet Noir que nous mettrons sur le vocabulaire
Nous ferons un séminaire, particulier avec des grammairiens
particuliers aussi
Et chargés de mettre des perruques aux vieilles pouffiasses
Littéromanes

IL IMPORTE QUE LE MOT AMOUR soit rempli de mystère et non
de tabou, de péché, de vertu, de carnaval romain des draps cousus
dans le salace
Et dans l'objet de la policière voyance ou voyeurie
Nous mettrons de longs cheveux aux prêtres de la rue pour leur
apprendre à s'appeler dès lors monsieur l'abbé Rita Hayworth
monsieur l'abbé BB fricoti fricota et nous ferons des prières inversées
Et nous lancerons à la tête des gens des mots
SANS CULOTTE
SANS BANDE A CUL
Sans rien qui puisse jamais remettre en question
La vieille la très vieille et très ancienne et démodée querelle du
qu'en diront-ils
Et du je fais quand même mes cochoncetés en toute quiétude sous
prétexte qu'on m'a béni
Que j'ai signé chez monsieur le maire de mes deux mairies
ALORS QUE CES ENFANTS SONT TOUT SEULS DANS LES
RUES
ET S'INVENTENT LA VRAIE GALAXIE DE L'AMOUR
INSTANTANE
Alors que ces enfants dans la rue s'aiment et s'aimeront
Alors que cela est indéniable
Alors que cela est de toute évidence et de toute éternité
JE PARLE POUR DANS DIX SIECLES et je prends date
On peut me mettre en cabane
On peut me rire au nez ça dépend de quel rire
JE PROVOQUE-À L'AMOUR ET À L'INSURRECTION
YES! I AM UN IMMENSE PROVOCATEUR
Je vous l'ai dit

Des armes et des mots c'est pareil
Ça tue pareil
II faut tuer l'intelligence des mots anciens
Avec des mots tout relatifs, courbes, comme tu voudras

IL FAUT METTRE EUCLIDE DANS UNE POUBELLE

Mettez-vous le bien dans la courbure
C'est râpé vos trucs et manigances
Vos démocraties où il n'est pas question de monter à l'hôtel avec
une fille
Si elle ne vous est pas collée par la jurisprudence
C'est râpé Messieurs de la Romance
Nous, nous sommes pour un langage auquel vous n'entravez que
couic
NOUS SOMMES DES CHIENS et les chiens, quand ils sentent la
compagnie,
Ils se dérangent et on leur fout la paix
Nous voulons la Paix des Chiens
Nous sommes des chiens de " bonne volonté "
El nous ne sommes pas contre le fait qu'on laisse venir à nous
certaines chiennes
Puisqu'elles sont faites pour ça et pour nous

Nous aboyons avec des armes dans la gueule
Des armes blanches et noires comme des mots noirs et blancs
NOIRS COMME LA TERREUR QUE VOUS ASSUMEREZ
BLANCS COMME LA VIRGINITÉ QUE NOUS ASSUMONS
NOUS SOMMES DES CHIENS et les chiens, quand ils sentent la
compagnie,
II se dérangent, ils se décolliérisent
Et posent leur os comme on pose sa cigarette quand on a quelque
chose d'urgent à faire

Même et de préférence si l'urgence contient l'idée de vous foutre
sur la margoulette
Je n'écris pas comme de Gaulle ou comme Perse l
JE CAUSE et je GUEULE comme un chien

JE SUIS UN CHIEN
Revenir en haut Aller en bas
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Ven 10 Aoû 2012, 13:05



En forme de ballade (ballade des pendus)

Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !
Revenir en haut Aller en bas
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Sam 08 Sep 2012, 21:22

En faisant du ménage dans mes fichiers, je tombe sur cette liste sympa tirée du CD Avec Léo paru en 2003, et l'envie me vient de vous la faire partager.

La solitude, par Tue-Loup.
Mon camarade, par Dominique A.
Comme à Ostende, par Arno.
L'or et la paille, par Les faux bijoux.
20 ans, par Zebda.

Et le meilleur pour la fin, Thank you satan, par Dionysos :



Un peu plus tard, Des armes, par Noir Désir :

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Sam 08 Sep 2012, 21:27

rho merci j'adore zebda, tue-loup et arno Les faux bijoux je ne connais pas encore mais grâce à toi je vais combler ma lacune merci

par contre je ne supporte pad Dionysos et encore moins la reprise de Thank you satan ....pour moi ils l'ont bousillée col
Revenir en haut Aller en bas
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Sam 08 Sep 2012, 21:32

Natalia a écrit:
Les faux bijoux je ne connais pas encore mais grâce à toi je vais combler ma lacune

Je ne connaissais pas non plus et ne connais d'ailleurs pas plus. col

Natalia a écrit:
par contre je ne supporte pad Dionysos et encore moins la reprise de Thank you satan ....pour moi ils l'ont bousillée
Comme quoi, les goûts et les couleurs... Mais avec ce groupe, je ne suis probablement pas objective. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Sam 08 Sep 2012, 21:55

Les anarchistes par Mama Béa Tékielski

je suis complètement accro à cette chanteuse que j'ai vu sur scène lorsque j'avais 14 ans mais qui hélas ne chante plus
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Léo Ferré   Sam 15 Juin 2013, 11:35

S'il faut tirer par tous les bouts
Copains tirons les quat' cents coups

Sonner à la porte du Diable
Comme on sonnerait le pasteur
Etre le treizième à sa table
Même si ça doit porter bonheur
Ouvrir le bottin des misères
Á la page quatre-vingt-neuf
Dire à Monsieur de Robespierre
Faîtes-nous des habits tout neufs
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Léo Ferré   

Revenir en haut Aller en bas
 
Léo Ferré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Documentaire sur Léo Ferré
» Léo Ferré
» Le réseau ferroviaire français et européen : 1900 - horizon 2015
» La musique dans la rue ?
» La vague française de 1954:6 SEPTEMBRE 1954, ORIGNY, AISNE:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: MUSIQUE :: GDS* a sa Musique-
Sauter vers: