Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 festival d' Avignon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Jeu 18 Juil 2013, 05:33


«Illumination(s)» met en scène neuf comédiens amateurs pour évoquer cinquante ans d'histoire franco-algérienne.

C'est l'histoire de Lakhdar. Un prénom pour trois hommes. Le premier a combattu la présence de la France en Algérie. Le second, son fils, a choisi d’y émigrer: au Val Fourré, l’emblématique cité de Mantes-la-Jolie qui, à sa construction, en 1959, concentrait tant d’espoir. Le troisième a vécu les émeutes de 2005, et ne sait parfois plus, de l’Algérie ou la France, quel est son pays.

Scènes-tableaux à l’esthétique soignée, adresses au public, projections vidéo (une installation du plasticien Nicolas Clauss ouvre la pièce), jeu de lumières, chants, danses (le twist!), poésie… Ce récit choral, brut et profondément émouvant que livre «Illumination(s)» est autant le sien que celui des neufs brillants interprètes, ses «experts de la jeunesse».

La guerre d’Algérie, la torture, «c’est l’histoire d’Ahmed, pas la nôtre», estime l’un d’entre eux à la sortie du spectacle. Plongée dans le silence, traversée de néons rouges, chorégraphiée au millimètre, la scène des émeutes de 2005 «a tout de suite beaucoup plu au groupe, parce qu’ils l’ont vécu», répond en écho Ahmed Madani. Avec eux, il dit avoir «joué au documentariste». «J’ai voulu les faire parler à l’endroit où on ne les entend pas: celui de leur histoire familiale».


tout l'article qui donne un aperçu du travail de jeunes comédiens du Val Fourré, spectacle qui aura certainement des répercussions en province.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Ven 19 Juil 2013, 05:01

souvenirs de spectateurs en Avignon, mis en scène par Jerôme bel avec danseurs et comédiens.
 
Chacun parle avec ses mots, souvent soignés comme dans ces copies que les premiers de la classe rédigent en tirant la langue. On rit beaucoup, on frissonne aussi. On rit parce que les confessions égratignent sans complaisance le mythe de la Cour. Le théâtre se redéfinit comme catalyseur des passions les plus diverses, pas seulement la très convoitée catharsis. Les exaspérations, les scandales, les fautes de goût, l'ennui éprouvé sont aussi souvent cités que les surprises et les émerveillements. La candeur des amateurs agit comme du poil à gratter.
 
tout l'article

Retransmission sur France 2, le 19, à 22 heures.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Lun 22 Juil 2013, 04:22

festival têtes de jazz en Avignon.

Le duo Rémi Charmasson (guitare) et Claude Tchamitchian (contrebasse), puis l'orchestre de poche du Tomassenko Trio, le quintet Papanosh, le trio de la saxophoniste Céline Bonacina, ont déjà fait salle comble. Des ciné-concerts à l'Utopia sont organisés à 10 h 30 : l'occasion de (re)voir Metropolis (1927), de Fritz Lang, en version restaurée, mis en musique par Actuel Remix.

Pour restituer l'expressionnisme du film, le groupe a remixé la musique de Ritchie Hawtin, figure de la scène électro, avec l'œuvre de Iannis Xenakis, compositeur de musique contemporaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Lun 22 Juil 2013, 04:38


Krzysztof Warlikowski. Kabaret

4 heures 45 ! , trop ambitieux (la montée du nazisme, les attentats du 11 Septembre, la Pologne d’aujourd’hui, le sexe, le sadomasochisme, la mort), trop bourré de références cinématographiques et surtout littéraires (John Van Druten, Christopher Isherwood, Jonathan Littell, John Cameron Mitchell, John Maxwell Coetzee),

selon Libé.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Lun 22 Juil 2013, 05:06

Kabaret

La représentation est brillante, provocatrice, grinçante, noire, pleine de fracas et de vacarme. Et très féroce et drôle. Mais il y a aussi de la passion, de la tendresse, de l'amour, de la compassion.

Le metteur en scène s'est inspiré, comme souvent, de textes venus d'horizons très différents, de films parfois. Ici, sont convoquées ses lectures de I am a camera de John van Druten, scénariste hollywoodien (1901-1957), de Adieu à Berlin de Christopher Isherwood, l'inspirateur de Cabaret, des Bienveillantes de Jonathan Littell, lequel l'avait déjà soutenu dans A(P)ollonia en 2009. J.-M. Coetzee est présent aussi par deux livres Michael K, sa vie, son temps et L'Age de fer. Warlikowski utilise aussi le film Shortbus de John Cameron Mitchell, ce qui nous vaut une débauche de scènes sexuelles violentes.


selon le Figaro.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Jeu 25 Juil 2013, 04:37



hate radio

Enfermés dans un studio aux murs de verre, trois animateurs et un D-J font leur métier avec l'entrain, l'insolence et la liberté de journalistes comme les autres. Mais leur propos, incitation à la haine raciale et au massacre des "cafards", ne sera que trop entendue. (Ils seront d'ailleurs condamnés par le tribunal pénal international, ou en fuite)

Deux heures durant, après le témoignage de victimes et d'acteurs de cette période (dont l'un dit par la comédienne Nancy Nkusi, elle-même rescapée de la tuerie), le spectateur, casques aux oreilles, se trouve à la fois à la place de l'auditeur de l'époque et à celle du citoyen d'aujourd'hui. Des images mentales défilent, hallucinantes, tant le hiatus est grand entre les propos et le cadre excitant de la vie d'une radio.


voir le fil Hatzfeld.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: festival d' Avignon   Jeu 25 Juil 2013, 05:13



Voyage à travers la nuit (Reise durch die Nacht)
d'après le texte de Friederike Mayröcker

l'avis de l'Express

De retour, peut-être, de l’enterrement de son père, une femme compulse des papiers, des photos et se trouve assaillie par des bribes de souvenirs d’enfance qu’elle croyait à jamais perdus.

Ce long voyage à la nuit de son être se transforme en une agonie solitaire dans ce train de nuit. Il débouchera sur la fin des mensonges et sur une autre vie.

Tout se passe donc dans un train dont les locomotives s’allongent sur le plateau, tandis que le spectateur aperçoit les voyageurs évoluant dans leurs cabines. Des caméras plongent à vue dans l’univers de chacun, grossi sur un écran où des morceaux de visages, des chairs blafardes et des yeux trop grands vivent leur vie, démesurément dilatée. Le personnage principal pense et ses pensées nous parviennent par le truchement d’une comédienne lisant le texte ‘(d’après une oeuvre de Frederike Mayröcker) dans un studio d’enregistrement.

Ce phénomène de distanciation et de loupe permet au spectateur de trouver sa place dans l’histoire et de se l’approprier sans jamais la confondre avec celle de l’héroïne. De cela naît une émotion puissante, jointe au sentiment d’avoir touché la vie jusqu’à l’os et d’en être changé, si peu que ce soit.


le figaro

un spectacle bref (une heure quinze), très tenu et convaincant.

Six comédiens, et parfois pour un personnage de complément, ce sont aussi ceux qui filment en direct et qui sont en tout six également en tout.
Leo Warner est le directeur de l'image.

C'est très bien joué, très bien cadré, très bien découpé et l'on va de la scène en direct -souvent peu visible puisque cela se passe à l'intérieur du train- aux scènes filmées. On scrute les visages, on voit de près les interprètes, on est dans la tête de la narratrice.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: festival d' Avignon   

Revenir en haut Aller en bas
 
festival d' Avignon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Festival d'Avignon menace de déménager si le FN l'emporte
» Festival d'Avignon: impressions et compte-rendus
» Festival d'Avignon
» Blasphème au festival d'Avignon
» Festival du bien être à Avignon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Scènes et tréteaux-
Sauter vers: