Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Elisabeth Badinter et les femmes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Elisabeth Badinter et les femmes.   Sam 04 Fév 2006, 07:15

Elisabeth Badinter, XY de l'identité masculine, Odile Jacob 1992

Etre un homme authentique !

Devant les assauts des féministes et l'évolution de la société, l'identité masculine, bousculée, nécessite l'examen. E.Badinter commence avec ce livre une interrogation qu'elle poursuit avec d'autres ouvrages, autant dire une lecture enrichissante.

Traditionnellement on définit le garçon par des qualités négatives, comme le refus d'être un bébé, la séparation d'avec le monde féminin, et des critères sexuels bien sûr : il faut "en avoir" pour "être" un homme, un "vrai de vrai".

Mention des données biologiques et de l'évolution des chromosomes X et Y, étude des rites initiatiques de passage à l'âge adulte, brefs exposés des théories en vigueur sur les rôles respectifs du père et de la mère dans l'éducation, la philosophe examine ces domaines avec précision et clarté.

En résulte un livre qui permet à chacun de faire le point, sur lui-même et son héritage culturel. Les écrivains et les oeuvres sont vus sous un nouvel éclairage : on parle aussi bien de Philip Roth et d'Henry James que de films comme Terminator !
on apprend aussi que "La promenade au phare" étudiée par Bourdieu réserve des surprises.

Voilà donc un livre stimulant pour la réflexion ! il s'adresse aux esprits curieux comme aux mères et aux pères (!) soucieux d'assurer le bonheur de leur progéniture, et la sérénité de leur couple. Des enjeux importants, non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Sam 04 Fév 2006, 07:16

HOMOSEXUALITE

E.Badinter réfute, comme le fit Freud lui-même, l'idée que l'homosexualité pouvait être une déviance anormale ou une perversion. Elle rappelle l'éducation grecque fondée sur les rapports entre l'éraste et l'éromène, même si ces relations se muaient la plupart du temps en amitié dès les premiers poils de barbe de l'éromène.

Kinsey et ses collaborateurs ont prouvé que des tendances homo et hétérosexuelles existent chez la majorité des êtres humains, et que leurs proportions respectives varient depuis le penchant hétérosexuel exclusif (échelon 0 de l'echelle de gradation) jusqu'au penchant homosexuel exclusif (degré 6 de l'échelle).

Enfin les déviances délictuelles des homosexuels sont statistiquement moins fréquentes que chez les héterosexuels.

Une bibliographie abondante permet sur ce sujet de l'homosexualité de faire le point sur des questions comme le père homosexuel ou les stereotypes homosexuels, parfois aussi nocifs que les standards héterosexuels.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
sousmarin
pilier


Nombre de messages : 367
Localisation : Pays de Loire
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Sam 25 Nov 2006, 22:47

Elisabeth Badinter est plutôt gentille avec nous je trouve.
Sur le fond elle n’a pas tord, le « matraquage sexuel » est, dans énormément de cultures dont la notre, beaucoup trop présent mais sur la forme elle nous caresse un peu trop… Happy ...l’égo !

La société est faite par ses membres ! L’éducation est trop sexué, changeons la !
Et commençons par nous enlever l’agglomérat de préjugés que nous possédons tous sur le sujet.

Notre sexe ne caractérise que nos attributs sexuels dans l’espèce humaine, ni plus ni moins.
Pour être clair, ce qu’il y a en bas, en rien ce qu’il y a en haut. Après, si nous voulons nous laisser influencer…Bon d’accord, pour rester nuancé, il y a tout de même les hormones qui jouent sur nos comportements mais beaucoup moins que l’on veut bien le croire…il est tellement agréable d’avoir une excuse toute trouvée à portée de la main… Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Mer 25 Fév 2009, 06:21

C'est le moment de reactualiser le fil sur Badinter à propos d' isabelle alonso

Dans l'amour en plus elle a montré que le sentiment maternel n'était pas inné et acquis une fois pour toutes, mais se montrait différent selon les époques. Dans ce but elle a étudié les archives de Paris et de province où les enfants étaient envoyés en nourrice.

Les multiples accidents de transport témoignaient du peu de soin qu'on avait pour eux, et s'en séparer dans de telles conditions pour leur faire "goûter le bon air" equivalait de fit à une prise de risques importante.

De là à penser qu'entrait l'idée plus ou moins consciente de se debarrasser d'eux...

Petit, Balzac a très peu vu sa mère, deux ou trois fois avant 7 ans je crois.

Le sentiment maternel demande aussi des conditions de vie favorables. les gens des ONG disent avoir été surpris de voir des femmes sous alimentées s'emparer des rations destinées à leurs enfants.
Mieux nourries, en meilleure santé, leur comportement changeait, et elle devenaient attentives et affectueuses.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Mer 25 Fév 2009, 06:27

Dans les rapports hommes/femmes, Badinter prend à partie les feministes americaines, avec une certaine violence, disant qu'elles se trompent d'itinéraire en désignant le mâle comme l'unique adversaire.

sur ces sujets, il faudrait lire
Métaphysique des sexes : Masculin/Féminin aux sources du christianisme par Sylviane Agacinski (Points essais)
ou

Drame des sexes : Ibsen, Strindberg, Bergman
par Sylviane Agacinski au Seuil.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Mer 25 Fév 2009, 08:31

rotko a écrit:
Le sentiment maternel demande aussi des conditions de vie favorables. les gens des ONG disent avoir été surpris de voir des femmes sous alimentées s'emparer des rations destinées à leurs enfants.
Mieux nourries, en meilleure santé, leur comportement changeait, et elle devenaient attentives et affectueuses.

La remarque est intéressante car elle permet de faire sortir l'homme occidental (bien nourri...) de sa vision unilatérale et moralisatrice du monde.

Si on a FAIM, l'instinct prime. Qui peut condamner cela ? Le pansu vautré dans son confort...

Poussons plus loin : les bons sentiments (partage, compassion, empathie...) sont-ils l'apanage des civilisations riches ?

Autrement dit, comment perçoit-on "l'amour" (au sens large) quand on crève de maladie et de misère ?

Cette lumière a t-elle une chance d'éclairer un peu ?


Question
Revenir en haut Aller en bas
Monique Rannou
pilier
avatar

Nombre de messages : 670
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Jeu 05 Mar 2009, 13:00

sousmarin a écrit:
Notre sexe ne caractérise que nos attributs sexuels dans l’espèce humaine, ni plus ni moins.
Oh oui !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 06:49

Le Conflit, la femme et la mère. Flammarion

la philosophe dénonce l'insidieuse montée en puissance depuis les années 1980 d'une idéologie naturaliste qui, par son exaltation de la maternité et la pression qu'elle exerce sur les femmes, tend à les renvoyer à leur seule fonction de mère nourricière.

Citation :
"Le retour en force du naturalisme, remettant à l'honneur le concept bien usé d'instinct maternel et faisant l'éloge du masochisme et du sacrifice féminins, constitue le pire danger pour l'émancipation des femmes et l'égalité des sexes",

source : l'Express.

Mais la régression, qu'elle dénonce, on la voit dans tous les domaines !

Si on culpabilise les femmes qui n'allaitent pas,
si on ne leur donne pas plus de liberté sur le temps de travail,
si on écoute les religieux et ceux qui défendent les femmes voilées,

la place de la femme sera à la maison, et non à jouer un rôle social, donc à exercer son indépendance et son épanouissement dans tous les domaines.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Hexagone
pilier
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 46
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/11/2009

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 08:01

J'ai écouté cette femme hier sur France Inter. Pas très intéressante en somme. De grandes théories mais dans les faits rien. De la bourgeoisie qui aime prendre sa classe à contrepied. Une auditrice lui demandé si elle mettait en place dans les sociétés où elle était actionnaire les principes qu'elle revendique dans ses livres.

Réponse : " Je ne suis qu'actionnaire et n'ai pas de pouvoir de décision pour mettre en place mes principes " ( je résume). Facile, on botte en touche. Faite ce que je dis mais pas ce que fais. Cette classe soi- disant pensante a fait énormément de tort à la société, et nous ne faison que récolter les fruits de leurs impérities.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 08:24

Facile de discrediter une personne et une pensée avec une question-piège, malveillante et hors-sujet.

il se trouve que j'ai lu les livres de Badinter et qu'ils sont convaincants, car appuyés sur des faits et des études historiques.

Je t'accorde qu'elle a parfois eu la dent très dure contre des féministes americaines, mais je doute que tu sois dans leur sillage.

On ne règle pas le compte à une pensée en parlant d'une bourgeoise qui lutte contre sa classe, ou par un jugement expéditif.

je vais te donner un exemple à propos de l'instinct maternel, prétendument éternel et participant de l'essence de la femme.

Des humanitaires étaient en Somalie où regnait la famine : ils distribuaient de la nourriture aux femmes et aux enfants ; ils se sont aperçu que les mères s'accaparaient les parts destinées aux enfants.

Etaient-elles des monstres ? grand désarroi chez les humanitaires !

Puis, la situation redevenant vivable, les mères ont commencé à s'occuper de leurs enfants, à les nourrir, à les cajoler etc.
les humanitaires ont donc compris que l'amour maternel s'épanouit dans de bonnes conditions.

cet exemple n'était pas chez Badinter. Wink

je vais t'en donner un autre, pris chez Balzac.

Confié à une nourrice pendant son enfance, il dit n'avoir vu sa mère que 2 fois jusqu'à l'âge de sept ans.

Sa mère était-elle monstrueuse ? pas du tout, c'était une pratique courante à l'époque.
Enfant, Chateaubriand n'était pas à Combourg mais chez sa nourrice, à Plancoêt etc.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Marianne
pilier
avatar

Nombre de messages : 245
Age : 39
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 21/12/2009

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 08:52

rotko a écrit:

Mais la régression, qu'elle dénonce, on la voit dans tous les domaines !

Si on culpabilise les femmes qui n'allaitent pas,
si on ne leur donne pas plus de liberté sur le temps de travail,
si on écoute les religieux et ceux qui défendent les femmes voilées,

la place de la femme sera à la maison, et non à jouer un rôle social, donc à exercer son indépendance et son épanouissement dans tous les domaines.

C'est vrai, notre société est hyper exigeante avec les femmes, depuis la "libération" çàd l'accès au travail.

Pour être une femme active et accomplie, il faut bien réussir dans son job mais les exigences d'antan n'ont pas diminué, au contraire !
Tout en passant sa journée au travail, une femme se doit d'avoir aussi une vie de famille réussie, des enfants bien élevés, un couple qui fonctionne et une maison impeccablement tenue, savoir recevoir etc

Celles qui arrivent à tout concilier y parviennent en se faisant violence pour répondre aux standards de la société, en s'épuisant et elles se vengent sur les autres femmes, celles qui n'arrivent pas, en les méprisant tout en enviant celles qui assument de ne pas vouloir d'enfants, ou de ne pas travailler à temps plein, ou de rester célibataire.

Au travail, les femmes sont des hyènes entre elles, alors que leurs difficultés devraient les amener à se soutenir, au contraire.
Un jour, 2 collègues en congé de maternité sont venues montrer leur bébé et tout le monde s'est rassemblé dans le plus grand bureau, une tradition locale. Elles étaient à peine sorties que les critiques commençaient, les comparaisons entre les 2 bébés (l'un semblait plus fragile que l'autre), les insinuations sur sa mère qui n'était sans doute pas à la hauteur, son air fatigué etc
C'est comme ça partout, les échos sont partout pareil.

Celles qui laissent craquer un peu le vernis de la femme parfaite avouent à voix basse regretter d'avoir eu des enfants, car elles n'ont plus une seule minute à elle, plus aucun hobby, et pour peu qu'elles n'aiment pas leur travail, toute leur vie est devenue une corvée, entre le boulot et les tâches ménagères, même plus le temps de voir leur amies ou même de leur écrire un mail.

Et l'homme ? Cela lui semble encore naturel que la femme assume toutes les tâches ménagères même si elle travaille, toutes les études sur le temps consacré à l'entretien de la maison vont dans ce sens ... Alors elle s'épuisera pour qu'il ne l'abandonne pas si jamais il était insatisfait ...

Triste monde que le nôtre !
Revenir en haut Aller en bas
Hexagone
pilier
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 46
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/11/2009

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 19:38

Pour ma part j'en ai assez de ses donneurs de leçons qui ne vivent pas comme ils disent. Bien sur la situation de la femme n'est pas idéale, mais elle a quand même bien évolué. C'est le fond de commerce de ses moralisateurs qui agace. Point final pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 71
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 20:06

Hexagone, c'est sûr tu n'es pas une femme !
Sinon tu saurais combien il est lourd le poids de porter enfants,métier, mari, maison,pendant 20 ans......
Et tu ne dirais pas à la légère que
mais elle a quand même bien évolué.
Pas assez si on compare avec le mliieu du 20ème.
Evidemment, si tu te réfères aux années 1900, dans la campagne profonde, tu as raison....... bof
Revenir en haut Aller en bas
Hexagone
pilier
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 46
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/11/2009

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Fév 2010, 20:22

Exact je ne suis pas une femme et ai une grande estime pour elles. Jamais en ma compagnie une femme n'ouvre une porte, je fais les tâches ménagères sans sourciller. L'idée d'une femme battue me révulse au plus haut point. Mais je trouve que ces femmes qui se font le porte étendard du féminisme ont fait plus de mal que de bien. Il aurait fallut singulariser la femme au lieu d'imiter l'homme dans ce qu'il a de plus bête. Si boire, fumer, avoir une vie sexuelle libérée, faire des métiers de mec et le summum de la féminité, alors je dis dommage. Ces partisanes vont jusqu'à remettre en cause la maternité et parle d'esclavage en ce qui concerne l'allaitement. Au lieu de faire une taxe carbone, on ferait mieux de faire une taxe connerie, l'état français ne serait pas en déficit. Dont acte.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Sam 13 Fév 2010, 06:08

En quoi précisément la société doit-elle se plaindre de l'action des féministes en général et d'Elisabeth Badinter en particulier ?

Pour moi, le féminisme est synonyme d'égalité des chances pour les deux sexes - à cet égard, il s'agit simplement d'un prolongement de la démocratie. Le mot «féministe» ne prend une connotation politique que lorsque s'exercent des forces qui tendent à réduire l'égalité des chances pour les femmes ou à les discriminer - comme cela a été le cas en Occident pendant des siècles et comme c'est toujours le cas dans d'autres cultures.


dit ce petit article pour nourrir la réflexion. Wink

Citation :
il ne faut pas oublier que bon nombre des femmes «abandonnantes» sur lesquelles Badinter a disserté de manière très virulente, ces mères qui au XVIIIème siècle donnaient leurs enfants à de vagues nourrices, étaient éloignées de leur bébé juste après la naissance

C'est bien que l'auteur dise mal connaître "l'amour en plus" de Badinter. Je l'ai lu et il n'y a absolument pas de requisitoire contre les mères "abandonnantes".

Oui, un constat de la société à cette époque, appuyé sur des recherches dont la source est mentionnée.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 71
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Sam 13 Fév 2010, 21:00

Merci Rotko de remettre les choses en place avec les bons mots kado merci!!
Je me serais mise en Twisted Evil qu'Hexagone confonde "féminisme" au sens du 19 ème et égalité des chances.

Citation :
Si boire, fumer, avoir une vie sexuelle libérée, faire des métiers de mec et le summum de la féminité, alors je dis dommage.

Si c'est ça ton idée du féminisme...... non!

Le mien ce n'est pas seulement le partage des tâches ménagères, mais le salaire égal à travail égal, la reconnaissance de la maternité dans la vie active(eh oui!avoir des enfants coûte cher dans une carrière, et même la bloque souvent....je ne parle même pas de l'impact sur la retraite....)

Quant à faire des "métiers de mec" où est le problème ?
Revenir en haut Aller en bas
Hexagone
pilier
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 46
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/11/2009

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Dim 14 Fév 2010, 12:07

Pas de méprise, j'aime les femmes et leur souhaite tout le bonheur du monde. C'est juste que le badinter and co me passe par les trous de nez. Les donneurs de leçons me fatiguent.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Dim 14 Fév 2010, 17:15

Moins par provocation que pour alimenter honnêtement le fil, après avoir signalé un article hostile à Badinter, voici son texte dans le Monde.

quelques extraits

Les années 1970-1980 sont des années de conquête. Il y a alors un mouvement féministe assez uni et assez puissant, qui se fait entendre. Les femmes ont des ambitions personnelles, qu'elles n'entendent pas sacrifier entièrement au désir d'avoir des enfants. Elles ne sont pas décidées à céder sur l'un ou l'autre terrain.

Dans certains livres de l'époque, j'avais été frappée de la façon très libre dont des femmes anonymes clamaient leur ambivalence à l'égard de la maternité et leur ras-le-bol du modèle de la mère parfaite. Cette liberté s'est peu à peu éteinte. On en est venu à "l'enfant d'abord" : quand on fait un enfant, on lui doit tout.


Il y a, dans la société, une tendance à considérer comme anormales les femmes qui ne veulent pas d'enfant, à supposer par exemple qu'elles ont eu une enfance minée. Comme si celles qui font des enfants avaient toutes eu une enfance magnifique. Les femmes qui peuvent avoir des enfants et n'en veulent pas sont suspectes. Elles sont l'objet de pressions amicales, dont souvent celles de leurs parents qui "voudraient bien un petit-enfant".

Je pense que les femmes qui décident de ne pas avoir d'enfant réfléchissent plus à la question que celles qui font des enfants sans se demander pourquoi. On devrait leur en être reconnaissant. Je ne dis pas que ces choix sont purement rationnels. C'est très complexe. Mais je combats toutes les explications qui sont directement ou indirectement issues d'une problématique naturaliste.



et ceci qui me semble juste, au moins dans les pratiques :

quand j'entends madame Duflot dire que les hommes laveront les couches, je me demande dans quel monde elle vit. C'est une jeune femme, et elle fait de la politique, donc elle devrait savoir que l'étude de l'Institut national d'études démographiques (INED), "Population et société", de novembre 2009, a montré, sans discussion possible, qu'en France, à chaque fois qu'elle a un enfant supplémentaire, la femme travaille plus à la maison, et qu'elle assume toujours entre 80 à 90 % des charges.

Ce ne sont pas les hommes en rentrant du travail qui vont aller mettre ces couches souillées dans la machine à laver - qui dépense de l'énergie... Quelle inconscience à l'égard des tâches qui pèsent sur les femmes !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Dim 14 Fév 2010, 17:17

la conclusion de l'article :

Quant au féminisme, il est vraiment coupé en deux, et depuis les années 1980, le féminisme naturaliste, différentialiste, victimaire, s'est peu à peu imposé à la société occidentale.

Le thème de l'indépendance économique des femmes n'est plus tenu. Et le féminisme de conquête, celui qui défend l'égalité, est en sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Hexagone
pilier
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 46
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/11/2009

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Lun 15 Fév 2010, 16:40

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 19 Fév 2010, 06:09

Ce lien bloque l'ordinateur !

j'en donne un autre dans Le Monde où s'expriment de manière nuancée, Clémentine Autain, directrice du mensuel Regards

J'ai un point d'accord très fort avec Elisabeth Badinter : je suis hostile aux thèses essentialistes qui considèrent que les femmes ont, par nature, des qualités particulières. Ces considérations ont contribué, pendant des siècles, à enfermer les femmes dans leur rôle traditionnel, cantonné à la sphère privée. J'ai l'impression, comme elle, que cette idéologie revient en force : dans un monde bouleversé par la révolution féministe du XXe siècle, c'est parfois réconfortant de se couler dans les schémas anciens...

En revanche, on a l'impression, en lisant le livre, que la maternité est forcément synonyme d'aliénation et de privation de liberté, ce qui emprisonne les femmes dans une alternative impossible : le retour au foyer ou la grève des ventres.[...]
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 19 Fév 2010, 06:12

Dominique Méda, Directrice de recherches au Centre d'études de l'emploi,
"Je partage l'idée que, depuis une dizaine d'années, l'on assiste à une offensive qui défend la répartition traditionnelle des rôles féminin-masculin. Ces discours, qui émanent souvent de pédopsychiatres, de psychologues ou tout simplement d'auteurs masculins, sont sans doute une façon de résister aux avancées du féminisme, qui ont été réelles jusqu'à la fin des années 1980. Ils redoutent la fin de l'autorité, la confusion des rôles père-mère et l'indifférenciation hommes-femmes. Ces discours très normés sur le rôle des mères ont contribué à peser sur le travail des femmes et à culpabiliser les mères.

Car la maternité continue indiscutablement à peser sur l'emploi des femmes : lorsqu'ils sont seuls et sans enfants, les hommes et les femmes ont les mêmes taux d'emploi, alors qu'il y a plus de 20 % d'écart lorsqu'ils deviennent parents ! Qu'elles le veuillent ou non, l'arrivée d'un enfant handicape donc lourdement les femmes sur le marché du travail, et elles seules.[...]


On voit que le rôle d'une philosophe n'est pas de devenir maître à penser, mais de secouer les idées reçues.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Nov 2010, 10:06

Dans fausse route (1) (Odile Jacob) - et dans d’autres ouvrages, Elisabeth Badinter s’interroge - et nous interroge, sur la violence des femmes.

C ‘est salutaire parce que cette violence est, soit niée purement et simplement, soit considérée comme une réponse à celle des hommes, et par là même justifiée sans même être examinée.

Or en 2002 Badinter note la délinquance de plus en plus fréquente de bandes de filles, ce que confirment d’actuelles statistiques.(+ 97,5% entre 2004 et 2009).

Qu’on en finisse donc avec les affirmations catégoriques de Nancy Houston qui attribue la violence au seul phallus masculin, et à la déclaration de guerre de féministes exaltées qui voient dans le mâle le mal l’ennemi à abattre par tous les moyens.

Deux lectures récentes montrent des violences de femmes : dans l’immeuble Yacoubian, d'elaa el aswany, une jeune femme décide contre le gré de son amant d’avoir un enfant, elle joue et gagne, avant d’être impitoyablement agressée par son amant, avec la complicité active des imams et des hommes de sa propre famille.

Mais c’est surtout chez Emmanuel Dongala, avec photo de groupe au bord du fleuve qu’on voit une femme ouvrir les hostilités violentes contre des hommes qui les oppriment, et surtout chez des femmes de pouvoir, la femme du président et la ministre des droits de la femme, qui ont recours aux menaces, à l’emploi d’hommes de main et à des tentatives de corruption et de chantage.

(1) Chap. 2 omissions pp82-113.
Elle mentionne des études sur la participation des femmes aux génocides juifs et hutus vs tutsis, la violence quotidienne et les abus de pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Ven 12 Nov 2010, 11:11

Lacan parlait de la violence des mères, qui est plutôt une demande d'amour insatiable vis à vis de son enfant, comme d'un crocodile la gueule ouverte, et considérait que le rôle du psychanalyste était de mettre le bâton en travers de cette gueule pour la maintenir ouverte.

La violence des femmes est terrifiante, bien plus que celle des hommes, mais elle s'exprime de façon moins visible:
exigences d'amour absolu, guerre d'usure, diffamations, vexations, etc...

Comme toute violence elle abime d'abord celle/celles qui l'exercent tout autant que leurs victimes. C'est une violence le plus souvent inconsciente, parce qu'elle peut prendre le masque du dévouement, de l'amour, de la position de victime.

Je pense sur le plan littéraire, à Poil de carotte et Vipère au poing sur la violence maternelle, d'une certaine façon Mars de Zorn aussi: la violence sous le masque de la bonne éducation.
Revenir en haut Aller en bas
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 71
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   Mer 17 Nov 2010, 23:09

Les gars, arrêtez de dire du mal des femmes qui sont si douces et gentilles.....
Sinon je vous c... la g..... Razz

On sait bien que chez les mammifères les femelles sont plus agressives que les mâles surtout quand on touche à leur progéniture.

Ceci dit, leur relation avec la dite progéniture est aussi violente : elles doivent les amener à la vie adulte qui n'est pas "un long fleuve tranquille", donc les confronter avec le pire et non les envelopper dans du coton.

Les bonnes méres chassent leurs enfants quand ils sont aptes à se défendre.

Chez les humains cela semble passé de mode : dommage!
Pousser le petit hors du nid c'est l'aider à devenir adulte et n'empêche aucunement l'amour et/ou les coups de main ponctuels...
Je dis ça, je dis rien evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter et les femmes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisabeth Badinter et les femmes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter
» Article d'Elisabeth Badinter sur la burka
» Le pouvoir au féminin, Marie-Thérèse d'Autriche. De Elisabeth Badinter
» Charlie Hebdo Film "C'est dur d'être aimé par des cons" / documentaire sur le procès du journal en 2007
» Emission "La Grande Librairie", avec Elisabeth Badinter et Emmanuel de Waresquiel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Sciences humaines et documents-
Sauter vers: