Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Emmanuel Carrère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mag à l'eau
pilier
avatar

Nombre de messages : 467
Age : 52
Date d'inscription : 14/05/2010

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 14 Mai 2010, 18:20

Je viens juste de terminer la lecture de D'autres la vie que la mienne. J'ai énormément apprécié ce récit.

Certes l'ensemble est un peu décousu, certes Carrère est un peu le personnage central de ce livre, mais ce qu'il dit de lui résonne en moi.

Et puis il y a les autres, leurs vies, les drames qui les touchent ou les ont touchés et j'apprécie comment Carrère le retranscrit. Sans faux semblants et avec talent.

J'ai trouvé passionnante la partie sur le surendettement, parce qu'on y comprend pourquoi Étienne dit "nous avons été de grands juges", et qu'on voit de l'intérieur ce qui vu de l'extérieur pourrait paraître bien fade (le travail de 2 juges d'instance).

J'avais beaucoup aimé La moustache et La classe de neige (et un autre me semble-t-il, mais ma mémoire me fait défaut). Un roman russe m'était tombé hélas tombé des mains et je suis heureuse de retrouver un Carrère qui m'enchante.

Je ne comprends pas les critiques faites sur son incapacité à écrire de la fiction. C'était quoi sinon de la fiction, les 2 romans que j'ai cités ci-dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 14 Mai 2010, 18:47

La classe de neige est liée à l'affaire Roman dont il parle dans l'Adversaire et repose donc sur un socle réel (# fictif).

cette remarque faite, je repose ta question...

Mag à l'eau a écrit:
Je ne comprends pas les critiques faites sur son incapacité à écrire de la fiction. C'était quoi sinon de la fiction, les 2 romans que j'ai cités ci-dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 14 Mai 2010, 19:04

Emmanuel Carrère au debut de l'adversaire situe le contexte et explique pourquoi la classe de neige a été ecrite en premier. Lis l'adversaire, la postface en particulier contient des éléments très interessants sur l'aveuglement public Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Mag à l'eau
pilier
avatar

Nombre de messages : 467
Age : 52
Date d'inscription : 14/05/2010

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 14 Mai 2010, 19:18

Je n'ai pas très bien compris le "je repose ta question". Apparemment donc La classe de neige n'est pas une fiction mais La moustache si. Alors que veux-tu dire ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Mer 26 Mai 2010, 05:01

D'abord romancier reconnu, auteur entre autres de La Moustache (POL, 1986) ou La Classe de neige (POL, 1995, prix Femina), il se tourne au début des années 2000 vers le récit et l'enquête avec L'Adversaire (POL, 2000), d'après l'affaire Jean-Claude Romand.

"Tout commence avec L'Adversaire (POL, 2000), et sa rencontre avec Jean-Claude Romand. Sans jamais prendre en charge la version des faits du condamné à la perpétuité - "les règles étaient claires entre nous, je ne le faisais pas parler, c'était moi qui racontais une histoire" -, l'écrivain se cherche en vain une légitimité. "D'un point de vue légal, c'était facile, l'affaire était publique et jugée : j'avais le droit d'écrire ce que je voulais sous réserve de ne pas être diffamatoire. En revanche, d'un point de vue humain..."

Encore aujourd'hui, Emmanuel Carrère cherche ses mots pour définir un malaise très particulier : "Je n'avais aucun mandat de la société pour m'occuper de Jean-Claude Romand. Un magistrat, un psychiatre fait son travail, moi, je n'étais autorisé que par moi-même."

Face à quelqu'un qui a mené une vie "effrayante", plongé dans "l'abîme", il se demande comment s'y prendre, à quel moment faire preuve de tact. "Il y a une telle inégalité des situations que c'en est troublant." L'écrivain ne révèle rien de plus que ce que le procès à déjà rendu public, et pourtant il ne peut pas s'empêcher "de penser, à chaque phrase, à la manière dont l'autre va le prendre".

Progressivement, le malaise qu'il éprouve se transforme et change d'objet, car, au fil de l'écriture, il se demande ce que cela veut dire d'être fasciné par une histoire aussi "abominable" : "Qu'est-ce que cela disait de moi ?" En soupirant, il admet que la rédaction de L'Adversaire fut longue et rongée par une très grande culpabilité."

[...] il donne le livre à lire à Jean-Claude Romand, mais en l'avertissant qu'il ne changera rien. "Je voulais surtout qu'il s'y prépare, je devinais que le livre allait avoir un certain retentissement."

Dans lemonde des livres du 21 mai, Emmanuel Carrère parle de sa volonté de ne pas blesser les gens, sorte d'auto-censure qu'il applique toujours.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Mer 26 Mai 2010, 05:04

Exception pour Un roman russe (POL, 2007),

"C'est un livre unique que je serais étonné de refaire. Je raconte des choses très personnelles, notamment sur ma mère et sur Sophie, la femme dont j'étais alors amoureux."

Les circonstances de l'écriture le poussent à transgresser les règles d'égards et de tact qu'il s'est précédemment fixées : "A ce moment-là, j'allais extrêmement mal, j'avais l'impression que ce livre serait le dernier que je ferais. C'est très emphatique de le dire comme cela, mais c'était ainsi : je crèverai, mais j'aurai craché quelque chose !"

Si l'écrivain n'a aucun regret d'avoir écrit ce livre, il admet en revanche les "dommages collatéraux". Il ne doute pas un instant d'avoir profondément blessé sa mère et son ancienne compagne. Une règle de non-agression existe en ce qui concerne les personnes, il en est certain, et elle est parfaitement valable : il l'a tout simplement transgressée.

Aujourd'hui, il ne réécrirait pas Un roman russe, il n'aurait pas ce même sentiment "de violence et de désespoir". A l'époque, "j'essayais de me sauver en me mettant en danger. Et en mettant en danger les autres aussi, par la même occasion. Mais, de cela, j'avais décidé de me moquer".


Il justifie un peu bizarrement son egocentrisme

De manière générale, il constate qu'il se met de plus en plus souvent au coeur de ses romans, alors qu'il n'en est pas le centre. Il y voit une forme d'"humilité", une façon de dire "qu'il ne s'agit que de moi, de mon récit".
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
marxou
pilier
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 36
Localisation : europe
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Lun 28 Juin 2010, 13:32

J'ai décidément plus de mal avec ses romans que ses autres textes (celui sur Philip K. Dick et L'Adversaire). Après La Classe de neige (le film de Claude Miller me paraît bien plus réussi), nouvelle déception avec La moustache (et cette fois je n'avais pas vu le film), une bonne idée qui s'enlise hélas très vite, puis du remplissage. Manquerait-il d'imagination ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Lun 28 Juin 2010, 17:13

Si j'en crois mes informateurs, Marxou, tu serais sévère pour Carrère Smile

Je défends la classe de neige et l'Adversaire. Dans ce dernier, j'ai surtout apprécié la fin, avec les "bonnes âmes" toujours prêtes à voir de bonnes intentions et de la sainteté dans un monde de brutes.

Je le dis brutalement, mais Emmanuel Carrère rapporte seulement les attitudes - qui parlent d'elles mêmes ;je vise la visiteuse de prison : au lecteur d'en tirer la leçon.

Carrère se montre donc discret et percutant, ce qui est un beau mérite littéraire.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
marxou
pilier
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 36
Localisation : europe
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 23 Juil 2010, 13:26

Euh, j'ai justement laissé entendre que j'avais aimé L'Adversaire, qui pour moi n'est pas un roman. Pour le reste c'est forcément subjectif mais je trouve toujours un peu triste de se lancer des grands mots (La Littérature) à la figure en guise d'argumentation. Smile Ceci dit je reconnais ne pas toujours (euphémisme) être pondéré dans mes jugements.
Revenir en haut Aller en bas
Hexagone
pilier
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 46
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/11/2009

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Dim 28 Nov 2010, 12:02

Je viens de terminer " D'autres vies que la mienne" , tout simplement beau. Pas de voyeurisme, de la simplicité, de l'authenticité dans le récit. L'auteur se place à bonne distance des sujets et ne s'immisce pas dans ce qui fait la nature des êtres. Ils accompagnent au delà des rivages de la vie, la famille et les défunts. De grands moments qui laissent pantois surtout quand on connait ce dont l'auteur s'est emparé. Une tâche qu'il remplit dignement

. La différence de lecture peut se faire si l'on est touché par le fléau du cancer ou de la mort. Pour ma part je n'y ai vu aucun voyeurisme, je ne me suis jamais cru dans une émission de télé-réalité, mais dans la réalité. Pas de complaisance et surtout un livre qui révèle la grande dignité de certains hommes et femmes face à la mort. Un livre sur la vie, sur la joie, en tout cas pour moi, pas un livre sur la mort.

Une belle découverte.
Revenir en haut Aller en bas
marxou
pilier
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 36
Localisation : europe
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Jeu 16 Déc 2010, 19:18

Je viens de relire Je suis vivant et vous êtes morts, consacré à l'auteur de SF P. K. Dick. Très souvent hilarant, même si cela est dû à la personnalité même de Dick, qui croyait parfois à ce qu'il écrivait (par exemple, que l'Empire romain n'a jamais cessé d'exister et que ce que nous vivons comme la modernité n'est qu'une illusion; heureusement, la destitution de Nixon allait permettre de révéler la réalité). Les amphétamines qu'il avalait à la pelle n'étaient sans doute pas étrangères à ces visions, mais à sa décharge il faut reconnaître qu'il lui est arrivé de vivre des moments étonnants. Par exemple, un jour il a une révélation, une information venue d'on ne sait quel ailleurs : son fils, qui se plaint depuis quelques jours, a une hernie inguinale. Or le médecin qui n'avait rien trouvé jusque-là confirme ce "diagnostic" et son fils est guéri.

Comme d'autres romanciers, il lui est aussi arrivé de relater en détails dans ses romans des faits qui allaient réellement lui arriver quelques semaines plus tard.

Génie de la parano, il disait depuis toujours que le FBI le surveillait et viendrait un jour fouiller sa maison. Lorsqu'il se fait réellement cambrioler, il exulte : "Je ne suis donc pas paranoïaque". Une historiette inventée par Dick et contée par Carrère donne la mesure de cette forme raffinée de folie. Un homme va chez son médecin et lui dit : Docteur, je crois que quelqu'un mélange à mes aliments un produit destiné à me rendre paranoïaque. Sur cet aspect de sa personnalité, il faut absolument lire son roman Substance Mort, ou regarder son excellente adaptation, A scanner darkly.

Ce que je regrette un peu dans ce livre, c'est que Carrère veuille sans arrêt nous rassurer sur sa propre santé mentale, ce qui explique qu'il prenne souvent Dick de haut avec ses certitudes morales, sa bien-pensance. Du coup, il passe parfois à côté de son sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Papivore
neophyte
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 42
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Dim 06 Fév 2011, 05:49


D'Emmanuel Carrère, j'ai lu 'Un roman russe' et 'D'autres vies que la mienne', et contrairement à la plupart d'entre vous, oui, pour 'Un roman russe', je crie au génie!

J'ai été littéralement bouleversée par ce bouquin, que j'ai lu en une seule journée d'été sur ma terrasse et qui m'a hantée de nombreuses semaines.

Cela sonne toujours juste, c'est sans complaisance, c'est percutant.

Aussi, quand on m'a offert 'D'autres vies que la mienne', j'ai vraiment attendu le moment pour l'ouvrir ; je m'attendais à une nouvelle 'claque', je voulais être prête à la recevoir...



Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 02 Sep 2011, 05:44

Son livre Limonov fait un tabac. En voici quelques extraits :

« Je suis un soldat »

Les choses ont commencé à prendre un tour bizarre quand le communisme s'est effondré.Tout le monde s'en réjouissait sauf lui, quin'avait plus du tout l'air de plaisanter en réclamant pour Gorbatchev le peloton d'exécution. Il s'est mis à disparaître pour delongs voyages dans les Balkans, où on adécouvert avec horreur qu'il faisait la guerreau côté des troupes serbes - autant dire, à nos yeux, des nazis ou des génocidaires hutus.

On l'a vu, dans un documentaire de la BBC, mitrailler Sarajevo assiégée sous l'œil bienveillant de Radovan Karadzic, leader des Serbes de Bosnie et criminel de guerre avéré. Après ces exploits, il est retourné en Russie où il a créé un parti politique portant le nom engageant de Parti national-bolchevik. Des reportages, quelquefois,montraient des jeunes gens au crâne rasé,


in l'article de bibliobs.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
IzaBzh
pilier
avatar

Nombre de messages : 1193
Age : 52
Localisation : Yonne
Date d'inscription : 02/06/2010

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Ven 02 Sep 2011, 08:02

Revenir en haut Aller en bas
http://avel-iza.blogspot.com
marxou
pilier
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 36
Localisation : europe
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Jeu 22 Sep 2011, 14:37

marxou a écrit:
J'ai décidément plus de mal avec ses romans que ses autres textes (celui sur Philip K. Dick et L'Adversaire). Après La Classe de neige (le film de Claude Miller me paraît bien plus réussi), nouvelle déception avec La moustache (et cette fois je n'avais pas vu le film), une bonne idée qui s'enlise hélas très vite, puis du remplissage. Manquerait-il d'imagination ?

Je note immodestement que ma remarque n'était pas nécessairement fausse, lui-même semble en avoir pris son parti, et ne publie plus que des récits.
Revenir en haut Aller en bas
Kernok
neophyte
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Mer 04 Jan 2012, 18:40


Limonov - Emmanuel Carrère

Bonjour,

Je ne suis pas venue sur Grain de Sel depuis un très long bout de temps mais je commence à ressentir le besoin de partager sur mes lectures, alors me voici ! respect

Je viens de terminer le dernier livre d'Emmanuel Carrère "Limonov" et après avoir fouillé un p'tit peu, je n'ai pas trouvé de sujet à ce propos, dites-moi si je me trompe ! D'ailleurs, suis-je dans la bonne rubrique pour parler de ça?

Je l'ai lu tout d'abord dans le cadre de mes études car certains articles politiques russes parlaient de Limonov et je ne le connaissais pas du tout. J'ai été attirée par les critiques du bouquin qui disaient "Vous ne saurez jamais s'il faut l'apprécier ou le détester.", avec tout de même un peu de scepticisme car il est rare de se retrouver dans les critiques, surtout quand elle annonce des sensations fortes comme celle-ci !

Au début, je l'ai lu comme un document historique, en prenant note des détails, des évènements pour les mettre ensuite avec les quelques connaissances que je possédais sur la Russie. Puis, petit à petit, j'ai été littéralement happée par cette vie tumultueuse, d'une logique qui n'appartient qu'à certains hommes que je ne rencontrerai sans doute jamais. En effet, le biographe présente l'état d'esprit dans lequel se place un homme qui, par rage, par haine, par frustration et par amour aussi d'une certaine manière se demande s'il tue ou non son employeur, quelqu'un qui dit comprendre ces fous qui tirent sur des foules entières. J'ai trouvé cela étonnant, ce livre m'a permis d'entrevoir la folie de certains hommes. On suit sa vie et sa maturité, comme il passe de la jouissance par la mort et le sexe à celle de la réflexion intellectuelle, comment tout cela évolue. Il est vrai qu'on reste béat devant une vie si pleine de mouvement et d'engagement mais qu'il est tout de même difficile d'être d'accord avec ses revendications et certains des actes qu'il a commis.

J'ai été refroidie tout de même par les passages où le biographe évoque sa propre vie, je trouvais la mise en parallèle avec sa propre vie déplacée car mal placée.

J'espère lire un jour les différentes auto-biographies de l'auteur, surtout les dernières, moins grinçantes, je ne sais pas si je pourrais lire ses premières ....



Revenir en haut Aller en bas
Nestor
Admin
avatar

Nombre de messages : 1576
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Mer 04 Jan 2012, 19:49



j'ai de lui un roman russe que je n'ai pas lu. J'en suis resté aux premières oeuvres et je ne suis pas a priori tenté par limonov vu ce que j'ai pu lire du personnage.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net
Kernok
neophyte
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Jeu 05 Jan 2012, 11:39

Bonjour,

Tout d'abord merci aux administrateurs d'avoir replacé mon sujet dans la bonne catégorie Smile

Le passage posté fait peur mais la biographie permet de tempérer ces mythes morbides. Evidemment, c'est une horreur, mais je pense qu'il est important de prendre du recul pour mesurer le plus justement possible son implication lors de ces évènements.

Je ne dis pas du tout que c'est faux, et je ne le défends pas non plus une seconde, je cherche simplement à dire que c'est une interprétation de certains faits et qu'il est important de se nourrir de plusieurs sources pour cerner le réel enjeux. Evidemment cet homme a fait des choses horribles, pour lesquelles il serait sans aucun doute nécessaire qu'il soit jugé.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Jeu 05 Jan 2012, 11:45

Kernok a écrit:
Mince, j'ai l'impression que le message posté avant le mien à disparu !

tout est ici page précédente, je ne vois rien de moins qu'hier soir.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Dim 18 Mar 2012, 05:18

Prilepine, un personnage de Limonov, en conversation avec Carrère :
Citation :
La Russie a "la tête à l'envers"!

Romancier, journaliste, positionné anti-Poutine, Prilepine a plutôt un physique en rapport avec l'image que les Occidentaux ont d'un soldat en Tchétchénie - ce qu'il fut, engagé dans les forces spéciales de Russie, en 96 et 99. Interrogé sur cet engagement par Carrère, Prilepine explique que la terre russe était sacrée et, comme telle, ne devait pas être divisée. De retour à la vie civile et travaillant comme journaliste, il a compris que finalement la Russie n'a rien à offrir à quiconque. Aujourd'hui, libéraux et nationalistes ont inversé leurs positions.

Carrère : "
Citation :
Prilepine était un jeune patriote qui faisait en quelque sorte une guerre coloniale, les lignes de clivage bougent, c'est chaotique, passionnant et on n'y comprend pas grand chose et c'est ça qui est passionnant, de comprendre des petits bouts par-ci, par-là! La Russie est passionnante à observer et raconter".

Les deux écrivains s'interrogent sur la Russie de Poutine comme matériau pour la littérature et divergent. Prilepine affirme très fort que "la politique en Russie est aujourd'hui une blague et Poutine une caricature". "Ecrire un grand roman épique à l'heure actuelle ne serait pas intéressant car les personnages n'appartiendraient pas à la grande histoire : qui se souviendrait dans 10 ans de Medvedev?" "On n'a pas la sensation d'une grande époque, tout cela n'est que vanité!". Et il ajoute: "Poutine ne m'inspire pas, l'époque, oui! Que Poutine soit oublié de tous"!


l'article entier in l'Express.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Jeu 02 Aoû 2012, 11:22

roman russe

1/3

Citation :
"j'ai apporté à Moscou mon dossier de notes sur mon grand père et je me propose d'écrire une sorte de rapport sur ce que je sais de sa vie, d'aligner des dates, des conjectures, de recopier des extraits de correspondance et, en parallèle de raconter l'histoire du Hongrois; tout cela en russe."

Voilà les deux axes du livre :

- le Hongrois, ou le dernier prisonnier de guerre gardé en Russie dans un hopital de psy, alors qu'il n'était sans doute pas plus dérangé mentalement que moi. C'est un secret de cet hopital qui invente une histoire officielle, à laquelle il est difficile de croire.

- le grand père, c'est celui de l'auteur, objet d'une dissimulation familiale : il a disparu de la circulation à la Liberation, sans dout en raison de compromissions avec l'occupant allemand.

Citation :
Les pères ont mangé des raisins verts et ce sont les fils qui ont mal aux dents

l'auteur parle de lui, du secret familial comme du secret politique, son malaise à éclaircir les affaires, avec des petits détours sur ses amours, son enfance, ses actuels projets de documentaire ou d'écriture.

le livre est donc "en train de se faire", selon les humeurs de l'auteur, attentif à lui-même, intéressant parfois, cabotin et desagréable à d'autres moments ; je poursuis ma lecture, vu que j'en suis a la moitié (187/400). (à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Sam 04 Aoû 2012, 09:27

roman russe

2/3

En correlation avec les deux thèmes, le fil des "amours d'une blonde" de Emmanuel carrère, à l'arrière plan au départ, vient ensuite sur l'avant scène avec une lettre d'amour, à vrai dire un peu leste, publiée dans le Monde et dont l'auteur espérait le plus grand bien.

L'affaire ne tourne pas comme escompté, et on découvre un amant malheureux, malmené, mal récompensé de ses efforts, ce qui déconcerte, désole, afflige ou fait rire selon les tempéraments, et le degré d'affinités avec le personnage.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   Dim 05 Aoû 2012, 19:46



Roman russe

3/3

Au final, les trois fils se rassemblent ! Le Hongrois et l’hôpital psychiatrique, le grand père disparu/ dissimulé/oublié, la Blonde-Femme de sa vie dans une liaison orageuse et tourmentée.

Emmanuel Carrère ne dit pas ce qu’il est advenu de son film, achevé sur un drame horrible. Est-il passé à la télévision, racontant la vie misérable de Kotelnitch ?

On a vu l’aventure d’un homme et d’un livre. Le premier sait trouver des accents de sincérité dans une démarche qui inclut rouerie, désir de savoir, et de le faire savoir. Souffrances héritées, souffrances ressenties et produites, il semble bien que l’auteur s’en délivre sur autrui, dans de passages directs où il prend à partie la personne incriminée et aimée/détestée. Les amours se paient cher, et le solde des comptes fait mal aux partenaires. Je suis étonné que les précédents lecteurs ne parlent pas, ou si peu de l’épisode amoureux. Ils expédient l’affaire; A mes yeux les dialogues et tourments (subis, infligés) au moment de la rupture sont les plus intéressants du roman.

Des trois histoires, c’est la rupture des amours qui s’avère la plus éprouvante : accusations, soupçons, cruautés, harcèlements, manèges divers, Carrère est destructeur, suffisamment content de l’être aussi, pour porter ses coups sur la place publique.

On doit donc s’attendre à tout. Pas sûr que les protagonistes y aient vu la puissance maléfique des déclarations et révélations. Leurs rôles de mère et de compagnes consistait à être sacrifiées sur l’autel de la Création Littéraire, - ou de l’Égocentrisme, objets de culte pour Carrère.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: emmanuel Carrère page 4   Mer 27 Fév 2013, 15:17

Rotko: tu sais que je lis tout, de Enard tu m'as envoyer à Emmanuel Carrère et j'ai trouvè un fascinant commentaire sur son livre prix Renaudot "Limonov" Sur la Russie aussi et il me semble très important. On dit ( décharger sur Ebook) je peux le faire?
le résumé:
Prix Renaudot 2011

résumé du livre
' Limonov n'est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l'underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d'un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l'immense bordel de l'après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d'un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement. C'est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d'aventures. C'est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. '
Revenir en haut Aller en bas
Astazie
pilier
avatar

Nombre de messages : 711
Age : 63
Localisation : ouest
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Carrère, Emmanuel   Mer 27 Mar 2013, 18:31

Emmanuel Carrère est un écrivain, scénariste et réalisateur français né le 9 décembre 1957 à Paris.
Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris.
Il est le fils de Louis Carrère et de la soviétologue et académicienne Hélène Carrère d'Encausse, et le frère de Nathalie Carrère et de Marina Carrère d'Encausse.
Il commence comme critique de cinéma pour Positif et Télérama. Son premier livre, Werner Herzog, paraît en 1982. Il publie son premier roman L'Amie du jaguar en 1983 chez Flammarion. Le suivant, Bravoure, sort un an après chez POL, éditeur à qui il confiera tous ses autres ouvrages par la suite.
En 2009, il publie D'autres vies que la mienne, qui recueille l'histoire de plusieurs personnes qui ont croisé sa vie et sont marquées par la maladie, le handicap ou le deuil. Ici, alors qu'il avait dans plusieurs de ses autres œuvres parlé surtout de lui (La Classe de neige, Un roman russe, et plus tard même dans Limonov), il se fait le modeste scribe de « vies minuscules » (pour reprendre l'expression de Pierre Michon), décryptant dans l'ensemble du récit les étapes de l'ouverture à l'autre1.
En 2010, il est membre du jury des longs-métrages du Festival de Cannes, présidé par Tim Burton.
En 2011, il reçoit le Prix Renaudot pour sa biographie romancée de l'écrivain, dissident et homme politique russe Édouard Limonov, avec lequel il a vécu pendant trois semaines à Moscou pendant la préparation du livre. Il est difficile de définir si le livre est un roman, une biographie ou un essai, car, si Limonov est bien le héros du livre, Carrère attache une très grande place à l'analyse de la littérature russe, ainsi que de l'histoire de l'URSS et de la Russie post-URSS. Ce sera un des grands succès commerciaux de la rentrée littéraire 2011.




Que savais-je de cet homme, nommé Limonov ?
Je ne connaissais pas sa vie, je le savais russe. C'est sous la plume de Emmanuel Carrère que j'ai découvert, le personnage de Limonov, non seulement l' homme, mais la Russie. je dois dire que si je n' avais pas été "obligée" de le lire, je n'aurai jamais ouvert ce livre.

Qui est donc Limonov, un homme politique, instable, qui va quitter la Russie et partir s'installer à New York. Il rêve d'être célèbre, il vit sa bohème. Il écrit des livres, qui seront reconnus. Mais Limonov veut autre chose, il retourne en Russie. Il est fasciné par les armes à feu, il crée un mouvement bolchevique.
Emmanuel Carrère raconte l'histoire de cet homme, mais aussi notre propre Histoire à nous tous depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Finalement, ma lecture fut agréable, et Emmanuel Carrère nous a montré les contradictions que l'on peut rencontrer chez chacun de nous.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emmanuel Carrère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emmanuel Carrère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'adversaire de E. Carrère en 1ère ?
» Le Royaume, Emmanuel Carrère, la Foi et Medjugorje ? (Vidéo)
» Neuvaine à l’ENFANT JESUS : EMMANUEL AVEC NOUS !
» Sr Emmanuelle et ses secrets d'optimisme,et, Sr. Emmanuel sur "La télé"
» Emmanuel Kant (1784), Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: