Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Brigitte Giraud

Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Brigitte Giraud   Jeu 19 Juil 2007, 05:18


clic !


L'amour est très surestimé est le recueil de nouvelles qui la lance sur le devant de la scène.

J'ai lu j'apprends chez Stock.

Si les premières pages traînent un peu les pieds, on suit cette autofiction avec plaisir et émotion dès la fin de l'ecole primaire. Les drames de l'ecole sont bien analysés, sobrement, dans toute leur cruauté ordinaire.

Citation :

Elle ne lâche pas prise, continue de projeter la tête contre le tableau. La femme et l'enfant nous tournent presque le dos mais nous apercevons par intermittence, le visage dégoulinant et implorant de Maryse et c'est cette image qui se fixe, l'image de Maryse, donc de nous-mêmes, soumises à la toute puissance dévastatrice des adultes. c'est le visage de Maryse qui s'incruste dans nos mémoires, pleine de morve et de larmes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Jeu 19 Juil 2007, 05:23

La méchanceté à l'oeuvre pervertit ceux qui la regardent :

Citation :
Nous sommes les témoins obligés et ressentons ce que nul n'accepte de ressentir : nous sommes excitées à la vue de la souffrance de Maryse Blacher. Madame Durel nous a mis de son côté et nous nous en voulons, sans le savoir, nous nous faisons horreur. Nous nous détestons de n'avoir pu enrayer le processus. Nous détestons notre condition d'enfant. Nous apprenons la perversion. Nous apprenons le piège, le bourreau et la victime. Nous apprenons de quoi l'homme est capable.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Jeu 19 Juil 2007, 09:44

L'amour est très surestimé

Onze très courtes nouvelles, chacune évoquant une situation de désamour du point de vue féminin : soit que la femme n'aime plus, soit qu'elle ne se sente plus aimée ou délaissée, qu'elle soit en deuil, abandonnée ou en cours de séparation...
Deux nouvelles mettent en scène les répercussions du désamour sur la progéniture du couple qui se défait...
Une autre évoque L'été de l'attente, quand l'amour-passion détruit physiquement l'aimée: Marie Trintignant dans le coma sous les coups de son compagnon Bertrant Cantat

Ce sont des monologues intérieurs à très grande puissance évocatrice....
L'amour heureux n'est évoqué que parce qu'il n'est plus....

Trop court, trop facile...
A force de raccourcir, l'évocation se transforme en exercice de style à la Queneau avec clichés et caricatures... dommage Sad
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Jeu 19 Juil 2007, 09:58

C'était donc le livre qui était très surestimé ? Razz

Dans j'apprends, je trouve des moments heureux de lecture, tel ce passage, en apparence banal, mais qui traduit bien, me semble-t-il, le désarroi d'un élève à la rentrée de sixième.

Citation :
Mes classeurs sont parfaitement tenus. J'aime perforer les feuilles et coller des oeillets. Chaque cours nécessite un petit bricolage. Chaque professeur a ses exigences, ses obsessions. Écrire les titres en rouge. Écrire à l'encre bleue. souligner à la règle. Encadrer. Faire des paragraphes. Sauter une ligne. Petit un,petite deux. Grand A, grand B.

Certains professeurs nous donnent des polycopiés. Ils doivent être collés, jamais agrafés. Ils doivent être collés verticalement, jamais pliés en deux. Par pitié,ne jamais plier les polycopiés. De grâce pas de stylo-billes. chaque professeur a ses hantises, ses cauchemars. Chaque professeur pense que sa méthode est la meilleure. Chaque professeur a raison.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Jeu 19 Juil 2007, 12:58

rotko a écrit:
C'était donc le livre qui était très surestimé ? Razz

Ce n'est que mon avis....
Pour être honnête, la deuxième nouvelle, consacrée à Marie Trintignant et à Bertrand Cantat, m'a irritée et j'ai eu du mal à être neutre pour les suivantes....

Si le livre n'avait pas été conseillé par ma librairie, je ne l'aurais pas emprunté n'ayant jamais accroché aux précédents de Brigitte Giraud, il s'est avéré que je l'ai quand même lu et fini (92 pages, c'est du vite fait), sans désintérêt donc....au contraire même.
C'est à la réflexion que tout m'est apparu surfait et restrictif....
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Jeu 19 Juil 2007, 13:12

mona a écrit:
Pour être honnête, la deuxième nouvelle, consacrée à Marie Trintignant et à Bertrand Cantat, m'a irritée

Sujet qui déclenche des passions partout ! faudra que je lise cette nouvelle !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Ven 03 Aoû 2007, 19:06

Pour l'instant je n'ai eu vent que de la première histoire de L'amour est très surestimé, qui s'appelle... la fin de l'histoire ; L'auteur essaie de définir le détail qui déclenche le sentiment du "tout est fini entre nous", le détail qui tue !
Citation :

Il faut vous décider, ça devient agaçant

Puis la rupture déclenche la reconstitution du cheminement vers le désastre, la recherche du ou de la coupable, la volonté de se reconstruire.

Sur ce thème, on peut lire la séparation de Dan Franck qui a eu le prix Renaudot en 1991.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Ven 03 Aoû 2007, 19:23

Brigitte Giraud s'occupe activement du festival du livre de Bron, dns la région lyonnaise. on en a parlé, et le thème en mars était les relations hommes-femmes.

Bref, on a l'impression de tourner un peu en rond ?

ce que j'ai beaucoup aimé dans j'apprends, c'est la fameuse scène de l'enfant prise en tenailles en Cm2 entre l'instit et sa mère.

Ces pages étaient bienvenues. Le reste ne m'a pas enthousiasmé.

J'apprends vient de paraître en livre de poche
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Mer 31 Aoû 2011, 11:00


clic !

Pas d'inquiétude, chez stock 272 p.

j'ai peur que l'éditeur en dise trop...

Au lieu d’aménager la maison qu’il vient juste de faire construire, le narrateur de Pas d’inquiétude va être contraint de prendre un long congé pour rester près de son fils malade et s’installe avec lui dans un tête à tête fait de gestes et d’actes inédits chaque jour réinventés.

[spoiler]Homme au foyer malgré lui, il s’éloigne de l’imprimerie où il travaille et de Manu, l’ami indispensable, et glisse dans une vie domestique et invisible, pendant que sa femme, récemment embauchée dans une PME, ne peut se permettre aucune absence et n’a d’autre alternative que se dévouer à son poste.
Cette famille ordinaire perd petit à petit ses relations sociales et ses repères, happée par la logique de la maladie qui donne soudain un autre sens à son existence, fait voler en éclat la place de chacun, celle des parents autant que celle de Lisa, la grande soeur, et voit la vie des autres se dérouler à l’extérieur, soudain irréelle et inaccessible.

Le jour où les collègues de l’imprimerie donnent chacun de leurs congés pour permettre au père de renouveler les journées qu’il consacre à Mehdi, cet élan de solidarité radical et inattendu bouleverse codes et habitudes, et se pose alors, de manière plus forte encore, la question de l’équilibre entre sphère sociale et sphère familiale.
Tout finit par se nouer autour de ce nouveau temps imparti, inespéré mais qui agit comme un piège
. [spoiler]

Brigitte Giraud était ce midi sur france-culture (émission la grande table) et elle a fort bien parlé de son livre et de l'expérience qu'il relate. C'était réfléchi, pertinent, et intéressant à écouter. Bravo !

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Christine13
pilier
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: La chambre des parents de Brigitte Giraud   Sam 28 Déc 2013, 22:51

La chambre des parents

Un livre court très bien écrit... j'ai particulièrement apprécié les passages sur la "vie" en prison...

Je reviendrai. Je garerai la voiture en haut de l'impasse.  Je regarderai la maison. Douze ans. Douze ans que je n'aurai plus mis les pieds dans cet endroit. J'avais eu envie de devenir quelqu'un de normal. Et à présent  que la voie était libre, j'avais compris que je n'étais capable de rien. Ni boulot, ni petite bonne femme, ni colonies de vacances pour les mômes. Une chose était encore possible : m'en revenir auprès de ma mère vieillissante, usée par la vie et le chagrin. Ma mère, le seul être au monde qui m'ouvrira encore sa porte parce qu'elle sait pourquoi j'ai tué Papa.

http://livre.fnac.com/a2602683/Brigitte-Giraud-La-chambre-des-parents#ficheResume
Revenir en haut Aller en bas
Christine13
pilier
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: Une année étrangère de Brigitte GIraud   Sam 28 Déc 2013, 22:56

Tiens tiens, petit carnet en main, je me souviens maintenant avoir également lu

Une année étrangère 158 pages
Editeur : Editions 84, livre de poche.

Pour s'éloigner de sa famille, Laura part en Allemagne, en tant que jeune fille fille au pair dans une famille. Un livre d'apprentissage sur la tentative d'échapper à son histoire, sur la diificulté d'être soi-même quand on ne maîtrise pas les nuances d'une langue étrangère. Justesse pour cette exploration de l'intime.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Dim 29 Déc 2013, 06:16


240 p chez Stock.

Avoir un corps est la trajectoire d’une enfant qui devient fille, puis femme, racontée du point de vue du corps, une traversée de l’existence, véritable aventure au quotidien où il est question d’éducation, de pudeur, de séduction, d’équilibre, d’amour, de sensualité, de travail, de maternité, d’ivresse, de deuil et de métamorphoses.

L’écriture au réalisme vibrant, sensible et souvent drôle, interroge ce corps qui échappe parfois, qui ravit ou qui trahit. Un roman qui rappelle que la tête et le corps entretiennent un dialogue des plus serrés, des plus énigmatiques


c'est de celui-là que j'ai entendu parler, je crois qu'il figurait dans une liste d'attente pour les prix. Nul doute qu'il intéresse les femmes en premier lieu, les hommes ensuite, certainement.

Merci d'voir réanimé opportunément ce fil, Christine.

Des plaques rouges se répandent, qui brûlent, enflamment la peau, rampent jusque sur mes joues. Je suis un homard trempé dans l'eau bouillante, qui hurle en dedans, incapable de mouvoir ses membres. Je ne respire qu'au prix d'un effort terrible, je cherche l'air qui viendra adoucir le feu dans ma gorge. J'entends le mot scarlatine. J'entends ma mère qui va et vient, je perçois quand elle s'assied au bord du lit et pose un gant de toilette mouillé sur mon front. La fièvre est au point le plus haut, par moments c'est tout noir. Mon père commente la progression de l'infection et ne cache pas son inquiétude. Il bouge en contre-plongée au-dessus de mon lit et ne jure que par la pénicilline.

Quand l'infirmière arrive, mes parents me transportent sur le canapé du salon.


Le corps est sur la sellette par les temps qui courent, ce n'est pas les lecteurs de Pennac qui me diront le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 115
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   Dim 29 Déc 2013, 06:42


Rotko a écrit:
Le corps est sur la sellette par les temps qui courent, ce n'est pas les lecteurs de Pennac qui me diront le contraire.
bien trop sur la sellette, d'ailleurs ! il est même à la Une de tous les journaux, il prend sans cesse de l'importance avec les nouvelles techniques chirurgicales, et ce roman ne peut être que le bienvenu, s'il rétablit un peu le lien entre "le corps" et l'esprit. Le "paraitre" gagne petit à petit sur le reste ! affraid 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brigitte Giraud   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brigitte Giraud
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le site de la Fondation Brigitte Bardot
» Brigitte Bardot : le végétarisme est un choix cohérent
» Ste Brigitte de Suede sur l'Antéchrist
» Prophétie de sainte Brigitte de Suede
» SAINTE BRIGITTE de SUÈDE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: