Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Steven Spielberg.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Lun 04 Mar 2013, 21:53

C'est vrai que l'emphase était prisée, mais on s'est trouvé noyés dans des débats mettant en conflit des tendances à l'interieur des deux partis principaux (républicains et démocrates) où là fallait être historien de la démocratie américaine pour s'y retrouver... scratch

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....
Revenir en haut Aller en bas
cleo
pilier
avatar

Nombre de messages : 3890
Age : 34
Localisation : chez Jeanne........
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mar 05 Mar 2013, 06:08

J'en ai parlé autour de moi : tout le monde s'est endormi devant ce film, je pensais que c'était la fatigue pour moi mais autant de personnes qui s'endorment..... beau film mais un peu chiant dommage.

_________________
"La vie est comme tout tableau: pour sembler belle, elle a besoin d'être vue à distance." Gustave Flaubert

« L'étonnement est à l'origine de la connaissance : celui qui cesse de s'étonner pourrait bien cesser de savoir » E.Gombrich
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mar 05 Mar 2013, 06:25



Oui, une aventure de la démocratie, avec ses balbutiements, des voix achetées aussi. Pour un spectateur français, plus que des clivages démocrates/républicains d'ailleurs mis à mal, on voit plutôt le parti du mouvement avec ses audaces, et un parti conservateur, replié sur soi et craignant l'avenir.

Dans une perspective historique, purement française, on en tirerait une belle leçon d'instruction civique : Révolution/Restauration, partis du Mouvement et de l'Ordre, sans parler des idées populistes toujours agitées pour mener les gens là où on les veut.

Sapho a écrit:
Bon d'accord, beaucoup d'idées stéréotypées dans ce film mais voulu si l'on se remet dans l'esprit de l'époque. Pouvait-on" voir " autrement du temps de Lincoln?

Deux lectures du film : historique et d'une manière générale politique, et de l'autre, artistique :

beaucoup de théâtre et de coups de théâtre, avec des réactions unanimes sur des traits d'esprit, des répliques, des scènes privées, des scènes publiques... je crois qu'on dépasse l'emphase inhérente à ces moments clés de l'Histoire pour une conception americaine des débats filmés, comme dans les fameuses scènes de tribunal, avec avocats et jurés....

Un film hagiographique : Lincoln n'a pas de défauts humains, il montre à tous une grande compréhension, il meurt en martyr alors qu'il voulait se rendre à Jérusalem Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mar 05 Mar 2013, 06:38



Le réalisateur de Lincoln vient d'annoncer qu'il projetait de réaliser une série télévisée sur Napoléon.

Steven Spielberg, compte s'inspirer des longues et laborieuses recherches de Stanley Kubrick

L'attrait de Steven Spielberg pour le film historique et sa maestria en matière de réconstitution de batailles, laisse augurer du meilleur


dit l'Express. Dans Lincoln les premiers tableaux de corps à corps cherchant l'effet sans doute, annonçaient les monceaux de ruines et de cadavres de la fin : 600.000 morts annoncés dans le film.

Le bilan de la guerre de Sécession s'avère très lourd. Les combats ont au total mobilisé quatre millions de combattants. Ils ont fait 359.000 morts chez les vainqueurs nordistes et 258.000 «seulement» chez les Sudistes

Hérodote.

On déduirait de ce film une horreur américaine de la guerre... sur son territoire Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Razorbill
Animation


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mar 05 Mar 2013, 08:29

Le film est une course contre la montre pour abolir l'esclavage tout en stoppant la guerre de sécession, c'est cette mécanique qui est démontée tout au long du film, dont personnellement je deplore le manque d'action en dehors des joutes oratoires et des relations conjugales....Il ne manquerait en fait pas grand chose pour que ce film soit un monument du cinema....

_________________
Illusion......Tout n'est qu'illusion.....Adios....
Revenir en haut Aller en bas
pmh
pilier
avatar

Nombre de messages : 84
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/02/2013

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mar 05 Mar 2013, 08:36

Je ne connaissais pas le nouveau projet de Spielberg ; je trouve que c'est une bonne nouvelle. Kubrick était fasciné par le personnage de Napoléon -comme, d'ailleurs, l'acteur Jack Nicholson qui avait joué dans Shining !

A propos de l'important fonds de Kubrick, un article paru dans le Figaro en donne un aperçu :

http://www.lefigaro.fr/cinema/2009/10/26/03002-20091026ARTFIG00545-le-napoleon-reve-de-kubrick-.php
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mar 05 Mar 2013, 10:40

Pour Napoleon, on avait déjà un film de Bondartchouk guerre et paix

Selon le Livre Guiness des Records, la scène de la bataille de Borodino inclut environ 120 000 figurants/soldats, ce qui en fait l'une des scènes de bataille la plus grande jamais filmée. Beaucoup de musées participèrent, par leurs conseils, à la conception des costumes, ce qui en fait l'un des films les plus élaborés jamais conçu.

Dans la narration complexe de Tolstoï pour décrire l'invasion de la Russie par Napoléon, Bondartchouk a filmé quelques-unes des scènes de bataille les plus graphiques et les plus longues jamais vues auparavant, pour l'une d'elles, la scène dure 45 min. De ce fait, par réalisme, beaucoup de chevaux furent tués dans les scènes de guerre. Par conséquent, certaines villes américaines boycottèrent le film sous la pression de l'ASPCA.
.

Chez Spielberg et pour Lincoln, la démocratie, à ses débuts, ce sont uniquement les représentants des Etats. On ne voit ni le peuple, ni les noirs, à part quelques visages émus et reconnaissants. Smile

Il est pourtant vraisemblable qu'on devait en parler dans les foyers et dans des assemblées...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mer 13 Mar 2013, 06:00

Vu Lincoln hier soir

Ce n'est pas un film facile, à déconseiller pour ceux qui aiment l'action, tout se joue sur le langage, les discours, les regards.

Je dois dire que je ne connais l'histoire américaine que par la littérature, donc c'est un peu terra incognita, et je n'avais jamais entendu parler du vote de cet amendement et des circonstances qui l'ont entouré.

On voit la mécanique politique, ces retournements de veste pour obtenir une fonction, une réélection, ça ça n'a pas changé de nos jours.

Les ressorts personnels qui sous tendent les changements politiques: rêves de jeunesse, amours interdites, opportunismes... c'est aussi toujours d'actualité.

L'influence de la vie personnelle sur les décisions politiques, la femme de Lincoln semblent avoir été particulièrement difficile à vivre.

Le film est une illustrations de "la fin justifie les moyens" Pour éviter la division du pays, et abolir l'esclavage, Lincoln n'hésite pas à prolonger la guerre, sans se soucier de l'augmentation du nombre de morts, tout en interdisant à son fils de s'engager.

Il m'a manqué les implications économiques: de quel poids les industriels du nord ont-ils pesé dans le vote de cet amendement? Quel était l'objectif réel de l'abolition de l'esclavage: ruiner les planteurs du sud, faire migrer la main d’œuvre au nord?
Et quel était l'objectif de ce film en 2013? justifier la guerre en Irak? la réélection d'Obama? Un des arguments du film est : beaucoup d'hommes sont morts pour qu'on vote cet amendement, par respect pour eux et pour que leur sacrifice ne soit pas inutile, il faut abolir l'esclavage.

Bref, j'ai aimé ce film pour toutes ces questions, qu'il ne pose pas forcément, mais qui me donnent envie d'aller chercher des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Mer 13 Mar 2013, 06:10

beaucoup de films de Spielberg suscitent des questions, je crois qu'il en fait exprès ! siffle
Revenir en haut Aller en bas
Kafkasurlerivage
pilier
avatar

Nombre de messages : 321
Age : 49
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 08/09/2012

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Dim 17 Mar 2013, 13:41

Je ne l'ai pas du tout aimé, il est long et ennuyeux. Même si l'on aime les films historique, je le trouve raté complètement.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Ven 05 Juil 2013, 05:19

Plus de soixante-dix ans après l'adaptation de John Ford avec Henry Fonda, Steven Spielberg compte produire un remake du roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère.

Le roman de Steinbeck se déroule durant la Grande Dépression déclenchée par la crise économique de 1929. Une pauvre famille de métayers, les Joad, sont contraints de quitter leur cher Oklahoma à cause des difficultés économiques mais aussi de la sécheresse (les «dust bowl», ces tempêtes de sable qui ravagent la région des grandes plaines) et des bouleversements du monde agricole.

Les États-Unis connaissent à cette époque une crise majeure de surproduction et de paupérisation des agriculteurs. Les Joad font route vers la Californie, eldorado où le travail et l'argent ne manquent pas. Le livre dépeint la famine et l'extrême pauvreté de ces années-là.


L'adaptation des Raisins de la colère par John Ford avait obtenu sept nominations aux Oscars en 1940 et décroché deux statuettes dont celle du meilleur réalisateur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    Ven 05 Juil 2013, 05:51

Spielberg s'attaque à du lourd !!! mais.... il-peut-le-faire !cheese 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Steven Spielberg.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Steven Spielberg.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» (1982-2002) E.T. l'extra-terrestre (E.T. the extra-terrestrial) réalisé par Steven Spielberg
» Taken Episode 1
» Poltergeist - film maudit !
» Steven Spielberg a failli devenir scientologue
» La guerre des mondes de Steven Spielberg .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: