Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Valentine Goby

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Valentine Goby   Jeu 08 Nov 2007, 21:06

L'échappée


clic !


Première page :

"Madeleine grelotte. Elle souffle sur ses doigts. Une main après l'autre. Un froid mouillé s'engouffre sous sa jupe. Elle plaque sa jupe contre ses cuisses. Les arbres nus succèdent aux arbres nus, découpés sur le ciel gris-mauve. Elle fixe le ruban d'asphalte. Elle serre le châle sur sa poitrine."


Madeleine, 16 ans, quitte la ferme de ses parents chaque dimanche soir, enfourchant sa bicyclette, pour travailler à Rennes à l’hôtel des Ducs comme femme de chambre.
L'action se passe en 1940, l’hôtel est investi par les allemands, l’un d’entre eux, pianiste,
demande d’avoir Madeleine comme tourneuse de pages durant ses répétitions….
Assoiffée de vie, alourdie par un secret de famille qu’on lui cache, Madeleine tout d’abord séduite par la musique cédera au pianiste allemand.

Dans cette première partie (moitié du livre) Valentine Goby excelle dans l’évocation de l’époque, des lieux, des gens….Un style aux phrases brèves. Tout est action, mouvement avec de rares dialogues. Les sentiments de Madeleine se devinent….. De ces amours interdites naîtra une fille Anna, le secret de famille se dévoilera….
Revenir en haut Aller en bas
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Jeu 08 Nov 2007, 21:09

Deuxième partie : de quelques pages, consacrées à l’humiliation des femmes tondues.

Nous marchons, suivies par la foule, têtes rasées parmi les décombres de l’avenue Janvier, de la rue Saint-Hélier dévastée, criblée de béances et d’immeubles en ruine, pendant des semaines c’étaient des gravats enchevêtrés de poutres, de meubles brisés, chambres, cuisines, salles à manger réduites en poussière, éclats de verre, j’imagine que c’était comme ça, tissus déchirés, pêle-mêle de plâtre rose, bleu, mauve, brisures d’assiettes, jambes de poupées, tout est déblayé et vide maintenant, je trébuche sur des souvenirs que je n’ai pas, les bombardements ont eu lieu sans moi, j’étais terrée dans un couvent mais je sais tout, ils m’ont fait ce que la guerre leur a fait. J’avance dans le paysage désolé, anéantie au-dedans, de Rennes il ne reste plus grand-chose, ni de Rennes ni de moi, le sol se dérobe, il fait blanc tout d’un coup, tellement blanc, je tombe au fond de l’eau.

Un texte qui détonne avec la retenue de la première partie, il détermine la suite inexorablement…..

Troisième partie : Madeleine et Anna (rebaptisée Anne) quittent Rennes pour le sud de la France . S’ensuit une vie d’errance, le roman s’accélère, s’emballe jusqu’à l’âge adulte d’Anne.

Quatrième et dernière partie : l’auteur imagine trois suites à la vie de ce duo Madeleine-Anne et termine par un voyage en Allemagne que je vous laisse découvrir….
Revenir en haut Aller en bas
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Jeu 08 Nov 2007, 21:15

L'échappée

Très beau portrait d’une adolescente qui devient femme et mère par transgression et qui doit affronter la société pour vivre, aimer sa fille. Madeleine, courageuse assumera son destin, s’échappera du piège autant qu’elle le pourra.

J’ai préféré la première partie aux suivantes : plus sensible et dont la lenteur (toute relative !) est en accord avec l’émergence de cette relation interdite intimement liée à la musique.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Ven 09 Nov 2007, 06:29

l'echappée est le quatrième roman de vantine Goby, chez Gallimard
voici un de ses romans précédents, la note sensible


clic !


belle couverture Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Moon
Animation
avatar

Nombre de messages : 8306
Age : 28
Localisation : Seattle
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Ven 09 Nov 2007, 18:04

Tiens, elle me fait penser à quelqu'un... mais où est passée Nam ?
La couverture est de Van Hove.
Revenir en haut Aller en bas
http://lumiereaout.canalblog.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Dim 11 Nov 2007, 07:36

Valentine Goby est historienne; au cours de ses recherches elle découvre que Rennes a abrité les orchestres et chorales de la Radiodiffusion nationale pendant l'Occupation. Or Rennes était aussi sous une importante occupation allemande.

Elle lit La France virile,de Fabrice de Virgili, Petite bibliothèque Payot, et devant des photos de femmes tondues, élabore son projet
Citation :
« J'ai voulu écrire le roman qui aboutit à ces photos, et qui en sort. Est-il possible qu'il y ait quelque chose après cette violence-là ? »


clic !


Pour avoir couché avec l’ennemi, des femmes avaient été violemment punies, par des tontes publiques. Ce livre révèle pourtant que la moitié seulement de ces femmes avaient eu des relations sexuelles avec les Allemands ; les tontes s’étalèrent de 1943 à 1946, les autorités, après la Libération, « couvrirent » cette pratique ; 20 000 personnes environ furent touchées, de tous âges et de toutes professions, dans la France entière.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Dim 11 Nov 2007, 14:25

découvert sur ce blog , le poème de Paul Eluard

En ce temps-là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait les filles.
On alla même jusqu’à les tondre.

Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut
La malheureuse qui resta
Sur le pavé
La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d’enfant perdue
Découronnée défigurée
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés

Une fille faite pour un bouquet
Et couverte
Du noir crachat des ténèbres

Une fille galante
Comme une aurore de premier mai
La plus aimable bête

Souillée et qui n’a pas compris
Qu’elle est souillée
Une bête prise au piège
Des amateurs de beauté

Et ma mère la femme
Voudrait bien dorloter
Cette image idéale
De son malheur sur terre.

(1944, in Au rendez-vous allemand)
Revenir en haut Aller en bas
marie chevalier
pilier


Nombre de messages : 6350
Age : 117
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mar 07 Oct 2008, 12:31

Qui touche à mon corps je le tue
Valentine Goby

Trois destins :

Marie G . Faiseuse d’anges » dans sa cellule, condamnée à mort, l’une des dernières femmes guillotinées, qui attend …

Lucie L, femme avortée dans l’obscurité de sa chambre …

Et surtout Henri D. Le personnage le plus touchant à force d’être si mal d’être « le bourreau » mais qui assume, la sueur lui coulant le long du dos, ce macabre « boulot »

Ces trois personnages, qui pour des raisons différentes attendent le même matin …

Poignant récit, sobre et hélas trop vrai.


Dernière édition par marie chevalier le Dim 07 Déc 2008, 09:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Valentine Goby   Jeu 04 Déc 2008, 06:00

Qui touche à mon corps je le tue, paru chez Gallimard présente par tranches temporelles les moments précis d'une journée vécue par trois personnages.

En même temps, de manière sinueuse, mais sans nous dérouter, remontent à leur mémoire des fragments de leur passé. L'ensemble- que je n'ai pas encore fini, m'apparaît comme sombre.

A la source du roman la condamnation à mort d'une "faiseuse d'anges" en 1943.


clic !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Dim 07 Déc 2008, 08:11

le livre a inspiré une affaire de femmes de Chabrol.
Un film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert, François Cluzet, Marie Trintignant.

Citation :
Par solidarité en ce début de guerre, Marie (Isabelle Huppert), mère de famille d'une trentaine d'années, va aider sa voisine à se débarrasser d'un enfant non désiré. Bientôt, c'est l'engrenage.

Les "services" de Marie se rétribueront et deviendront son gagne-pain. Mais bientôt, Marie, la faiseuse d'anges est dénoncée. Sous Vichy, une dénonciation équivaut à une éxécution. Marie est arrêtée, condamnée. La France de Vichy est décidée à faire de ce cas un exemple. Elle sera la dernière femme exécutée en France.

Prix d'interprétation féminine pour Isabelle Huppert Venise 88.

je pensais à tort que la condamnation à mort avait été prononcée, mais non exécutée.
Or le 30 juillet 1943, Marie-Louise Giraud, accusée de 26 avortements, fut effectivement guillotinée.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
marie chevalier
pilier


Nombre de messages : 6350
Age : 117
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Dim 07 Déc 2008, 08:45

Un peu plus haut j'avais écrit cela:

Citation :
Marie G . Faiseuse d’anges » dans sa cellule, condamnée à mort, l’une des dernières femmes guillotinées qui attend

hélas elle l'a été ! et Benoite Groult en parle dans son roman "ainsi-soit-elle"

très beau film et très beau livre de Valentine et très beau plaidoyer pour les femmes de Benoite !
Revenir en haut Aller en bas
Nymphéa
pilier
avatar

Nombre de messages : 1480
Age : 65
Localisation : Nord
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: L'échapée   Mer 31 Déc 2008, 13:59

Je trouve un très beau livre et qui amène à se poser des questions, à vouloir en savoir plus sur le sujet.
En effet, la première partie décrit de façon sobre comment cette fille paysanne mais d'une riche sensibilité va se laisser séduire par le rêve de la beauté et de la musique, tomber en amour. "Tomber", car pour les autres c'est la honte et elle sera tondue: scène poignante et intense qui décrit bien la lâcheté des uns et comment on se donne bonne conscience en se déchargeant sur l'autre, le bouc émissaire, où notre héroïne laisse percevoir sa force et son courage. La suite évoque avec finesse et psychologie comment la mère élèvera sa fille et essaiera de la protéger des regards indiscrets, des questions malsaines, le poids du silence et des secrets, les relations entre elles deux et comment la fille finira par refuser le rôle de victime pour affirmer son altérité.
Ce livre me pose les questions de savoir qui étaient ces femmes tondues; que sont devenus leurs enfants et comment ont-ils vécu cette situation, victimes désignés d'un "crime"(?) qui n'est pas le leur.
Revenir en haut Aller en bas
marie chevalier
pilier


Nombre de messages : 6350
Age : 117
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mer 31 Déc 2008, 16:45

Sans te répondre vraiment car ce n'est pas un sujet simple, mais ma mère a eu une aventure avec un allemand pendant la guerre. Elle n'a pas été dénoncée mais tout l'entourage l'a lâchement et traîtreusement "eue" autrement.
Mon père était en Allemagne et j'étais en nourrice quelques heures par jour, le reste du temps dans l’appartement, seule.. C’était dans Paris. Les voisins ont porté plainte contre ma mère prétextant qu'elle me laissait toute seule toute la journée et que je hurlais. La police m'a emmenée à la DDASS, pendant que ma mère était à son travail. J'y suis restée 48 heures le temps qu'ils préviennent mon père revenu d’Allemagne mais lui non plus pas là, pour qu'il puisse venir me récupérer. Ma mère m'a laissée tomber pratiquement à partir de ce moment quand les "bonnes gens de la loi, sans procès, sans conseil de famille" ont jugé que je ne devais plus vivre chez mes parents, ( pas de bons exemples n'est-il pas vrai? - mon père s'était mis à boire en revenant en plus d’une mère P…) Ce sont les termes du compte-rendu de la réunion de police.
Donc tout cela non pas pour étaler ma vie, mais pour te dire que j'ai haï les voisins et je n'ai jamais jugé ma mère sur ce qu'elle avait fait mais je la hais de m'avoir ensuite abandonnée. Conclusion ces horreurs distillées par le voisinage peuvent faire beaucoup beaucoup de mal. Et j'aurai aimé connaître le glauque des ces quelques voisins qui ont appelé discrètement la police au lieu de me prendre quelques heures chez eux (ma mère travaillait ) pour que je ne pleure plus.

Toutes ces histoires me font penser u n peu à un film "Dupont Lajoie" dans le sens : réglements de compte au nom d'une morale plus pourrie que l'acte
Revenir en haut Aller en bas
Amarande
pilier
avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Roulettes ultra-performantes
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Jeu 10 Juin 2010, 12:46

J'ai commencé L'antilope blanche. J'abandonne p.56. Aucun intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 50
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mar 15 Juin 2010, 14:10

Mon avis sur Qui touche à mon corps je le tue

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune . Ma première réaction fut de ne pas vouloir le lire dans la mesure où le sujet ne m’inspirait pas du tout. Le hasard a voulu que mes yeux rencontrent ce livre…le sort en était jeté.
Hélas, ma première impression se confirmait assez rapidement ; avec bien du mal je parviens à venir à bout de cette lecture.

Le récit se déroule sur 24 heures, et a pour cadre 3 personnages dont les destins se croisent et s’entrecroisent. Lucie L. vient de se faire avorter et attend… ; Marie G faiseuse d’anges, est dans sa cellule, condamnée à mort, et attend, elle aussi…….. Henri D .actionne la guillotine à la prison, il attend l’aube…….

La lecture a été pour moi pénible, à la limite du supportable. Les propos sont d’une rare violence, et dureté. Certes, les 3 personnages ont des passés douloureux, semés d’embuches. Mais tout de même ; ce n’est pas une raison pour traiter l’avortement de cette manière là. Si la société a longtemps condamné celles et ceux qui transgressaient l’ordre établi, la maternité comme seul voie possible pour les femmes, si le sort réservé à celles qui à cette époque (la seconde guerre mondiale) avortaient ou se faisaient avorter était cruel, un peu de douceur dans ce monde de brutes n’aurait pas fait de mal.

La construction de ce roman, ne m’a pas plus conquise. J’ai trouvé les phrases longues, trop longues, au point parfois de manquer de souffle pour les lire jusqu’au bout.
Au fond, je n’ai rien compris à ce récit : ni le sens que l’auteur a voulu y donner, ni les raisons de cette violence. La seule chose que je parvienne à formuler, c’est de dire que cette lecture ne m’a pas plu. En revanche je suis incapable de déterminer la ou les émotions qu’elle m’a inspiré. Rarement une lecture aura été pour moi, à ce point un grand moment de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mar 15 Juin 2010, 14:31

Il est peut-être bon de se rappeler à quoi les femmes étaient réduites il y a une génération ou deux.

Qu'au XIX' siecle 15% des détenus étaient des femmes,

qu'actuellement elles sont seulement 3,4%,

et qu'elles étaient emprisonnées pour des histoires de sexe.

On leur faisait lire des histoires à l'eau de rose, et au moindre faux-pas...

Une peine capitale éxécutée pour avortement, alors que maintenant il se pratique à l'hopital et dans des conditions optimales, voila qui montre le chemin parcouru.

Cette évolution locale est toujours condamnée par les autorités religieuses qui préfèraient donc la situation précédente.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 50
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mar 15 Juin 2010, 18:29

rotko a écrit:
Il est peut-être bon de se rappeler à quoi les femmes étaient réduites il y a une génération ou deux.

Qu'au XIX' siecle 15% des détenus étaient des femmes,

qu'actuellement elles sont seulement 3,4%,

et qu'elles étaient emprisonnées pour des histoires de sexe.

On leur faisait lire des histoires à l'eau de rose, et au moindre faux-pas...

Une peine capitale éxécutée pour avortement, alors que maintenant il se pratique à l'hopital et dans des conditions optimales, voila qui montre le chemin parcouru.

Cette évolution locale est toujours condamnée par les autorités religieuses qui préfèraient donc la situation précédente.

Je suis tout à fait d'accord avec toi,; ce qui m'a bloquée dans ce livre , n'est pas le sujet, mais la manière de le traiter.
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Amarande
pilier
avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Roulettes ultra-performantes
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mar 15 Juin 2010, 22:12

rotko a écrit:
le livre a inspiré une affaire de femmes de Chabrol.

Mystère et boule de gomme, comment un roman de 2008 peut-il inspirer un film de 1988 ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mer 16 Juin 2010, 04:07

Tu as raison ! c'est donc l'histoire elle-même qui est à l'origine du film de Chabrol.

Si le livre ne convainc pas, c'est peut-être parce qu'il veut être comme une carte postale ancienne.
On la regarde, cela semble être artificiel, tellement c'est loin, avec les couleurs passées.

Les memoires d'Hadrien de Yourcenar ne donnent pas cette impression...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Astazie
pilier
avatar

Nombre de messages : 711
Age : 64
Localisation : ouest
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Dim 10 Fév 2013, 10:24

Banquises de Valentine Goby


Ce livre est un récit sur l' absence, sur la disparition d'un être cher. Où est-il ? A-t-il prémédité ce départ ?
Comment gérer l' absence ?

Qui est cette absente évoquée dans le livre ? Elle est Sarah, 22 ans partie après le décès brutal d'une amie . Ses parents et sa soeur, Lisa l' ont accompagnée à l' aéroport; direction , le Groenland. Sarah doit revenir quelques mois plus tard, mais au vol du retour , elle n'est pas là.
Là les parents commencent à s'inquiéter, ils n'ont reçu aucun appel téléphonique, aucun courrier de leur fille depuis son départ. Ils vont regarder tous les vols, demander des renseignements, l' attente débute.
Toujours attendre , un appel téléphonique qui ne viendra jamais. Etre à la maison, si jamais Sarah revenait.

" Qu’elle reste à l’appartement, elle, surtout ne pas sortir il faut quelqu’un près du téléphone, qu’elle commande une pizza si elle a faim mais vite, pas de conversation prolongée, laisser la ligne disponible."

Vivre, est-ce là vivre ? et Elsa, la seconde est oubliée. On ne vit que pour Sarah. On fête l' anniversaire de Sarah depuis 27 ans. On ne vend pas l' appartement au cas où ...elle réapparaitrait.Une Sarah disparue , mais qui est toujours omniprésente.

La vie de Lisa semble complètement invisible aux yeux de ses parents. Comment se construire sur l' absence d'une autre , s'identifier dans une telle situation ?

Valentine Goby alterne les passages de vie du père et de la mère. Elle laisse souvent la parole à Lisa. Le récit comporte des" flash-backs" sur la vie de Sarah, et des instants de vie d' Elsa.

Je me suis laissée porter par ce récit en demi-tons , qui alterne passé et présent. Banquises est un récit magnifique sur l’absence, sur la douleur de la perte quant celle-ci n’est pas totalement avérée, sur le deuil impossible.




Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Sam 26 Oct 2013, 10:22

oui, dans Banquises,livre de poche, c'est bien l'histoire d'un deuil personnel qui débouche sur l'impression mortelle d'une population du groenland qui disparaît en même temps que son territoire.
 
Pas très drôle, Valentine Goby, elle qui a vu aux Philippines les enfants des rues, dans le cadre d'actions humanitaires. cf Meduses chez Jerôme million. 40 pages.
 
 
Actes sud 224p.
 
 En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout...
 
Comment trouver des rescapés  parmi ces nouveau-nés placés dans des conditions épouvantables...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mer 06 Nov 2013, 07:57

Nous sommes en 1944 et Suzanne Langlois a été arrêtée par les allemands. Elle était résistante, faisait partie d’un réseau, et à ce titre sera déportée au camp de Ravensbrück, en Allemagne, où elle arrive au mois d’avril. Un camp de femmes, un camp de concentration où sont massées toutes les prisonnières politiques de différents pays: Pologne, Russie, France, Belgique… Un camp où se tient un »Krématorium » qui sera très utilisé. Un camp, aussi, où se tient une « Kinderzimmer », autrement dit une pouponnière.

Citation :
« C’est l’après-midi que Mila apprend pour les bébés. La prisonnière assistante du médecin se glisse au Block 11. Elle ne trahit pas Mila, accroche le regard de toutes les femmes. Elle parle vite, d’un souffle, elle dit qu’avant, un avant vague, non situé mais bien antérieur à son arrivée à elle en janvier 1944 avec le convoi des 27 000, on avortait les femmes jusqu’à huit mois, brûlant les foetus directement dans la chaudière.

Et même, des femmes sont mortes d’hémorragie, genoux et jambes liés par des cordes avec l’enfant resté dans le ventre. Ensuite, les femmes ont pu accoucher au camp mais on noyait l’enfant à la naissance sous les yeux de la mère. »
un point de vue et des extraits
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Diogène
pilier
avatar

Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 06/09/2012

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Mer 06 Nov 2013, 21:28

l'anticommunisme, la mégalomanie et le racisme aboutissent à la sélection génétique pratiquée dans le capitalisme, d'abord agricole, dès la fin du moyen-âge, puis pratiqué par les pays "développés"(Etats-unis,France Israel).

Encore ajourd'hui, les pauvres et le mineurs pauvres avortent d'eux-mêmes pour le travail, l'argent, le mauvais souvenir du père ou l'école ... Cette mutilation imposée est devenue "réfléchie" par la dislocation économique des familles ...
Sans avenir brillant, sur une Terre polluée et vendue, tous n'ont pas les moyens d'élever des gosses qui ont les moyens de sauvegarder leur intégrité ... car aujourd'hui, en 2013, des gens qui voient des chateaux et des ghettos à quelques kilomètres de distance savent que si vous n'avez pu protéger votre famille par une popriété our qu'elle se dégourdisse les jambes librement, un dandy de passage brisera plus facilement votre sommeil ...

Car pour comprendre ce que fait l'argent aux gens, tel un nazi, on peut se réferrer à Kali qui a quatre jambes et six bras pour protéger ceux qu'elle aime, et qui n'a qu'une tête pour interpréter qu'elle est particulière et ordinaire en même temps de dévoration de la fierté d'aimer ; dès la maturation sexuelle des pauvres et des ados qui se construisent souvent puissants, ils sentent kali les pénétrer ... en occident, combien de foetus morts chaque année ? On en fait des masques au placenta tellement les pauvres fournissent !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Jeu 07 Nov 2013, 06:25

Les enfants n'étaient-ils pas aussi l'assurance que les parents seraient ; dans leur vieillesse, l'objet de soins et de secours matériel ?


je voyais Kali comme destructrice, mais c'est seulement, je crois, un aspect de cette déesse paradoxale.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 115
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Valentine Goby   Jeu 07 Nov 2013, 07:38

citation a écrit:
On raconte aussi que pendant un âge sombre, un démon indestructible parcourait la Terre. Seule une figure féminine, regroupant les trois Forces Divines de Brahmâ, Vishnu et Shiva pourrait en venir à bout. Ce fut Durgâ, la Mère. Mère Kâlî est une incarnation de Mère Durgâ et de Mère Pârvatî, et toutes trois rassemblent la Force Féminine (Shakti) de Shiva. Vint un temps où les forces mauvaises étaient si puissantes sur Terre que Mère Durgâ ne put en venir à bout : c'est pourquoi Mère Kâlî vint à son tour. Kâlî Mâ détruisit tous les démons et elle dut boire tout leur sang pour nous sauver car si une seule goutte en était tombée au sol, les Démons se seraient multipliés. Mais sa Puissance était si grande que, simplement en posant son pied à terre, elle provoqua un tremblement de terre capable de ravager la Terre. C'est pourquoi Shiva se coucha sur le sol et qu'en voyant son visage divin, la Déesse se calma.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Valentine Goby   

Revenir en haut Aller en bas
 
Valentine Goby
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» présentation de valentine
» bon anniversaire lina et valentine
» les progres de Valentine
» Jean-Édouard Goby
» Meuble étrange : bouse/chantepleure ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: