Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Karine Tuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Lun 20 Jan 2014, 11:36

j'ai pensé rapidement que c'était ironique. Pour singer certains auteurs friands de cette pratique. Mais je peux me tromper. En tout cas, certains m'ont bien amusée.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Lun 20 Jan 2014, 11:42

frederic Dupont et Louis minard, 35 ans, étaient iinscrits sur des sites de rencontre sous les noms de john Lewis et Ben cooper.

Citation :
oui, Gourmet foods, fine wines, food hampers and delicious gifts from award winning food store Lewis & Cooper

il y a des jeux de mots , derrière.

quant à sophia Werther p.39 qui aurait diné avec woody allen "en se faisant passer pour une productrice tchèque", ça sent fortement le canular  cheese 
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Lun 20 Jan 2014, 16:38

Faudrait penser à donner vos impressions sur le livre. je suis le dernier à l'ouvrir, les contributions ne sont pas assez nombreuses. vous avez peur ou quoi ?
je suis à la page 208, et je m'amuse plus qu'au début, où, sans doute en raison de ma lecture tardive, nocturne, j'étais un peu débordé par le flux d'informations.

Maintenant je vois un auteur qui s'amuse avec les codes sociaux, notamment par un style qui percute, ce qui repeint des murs bien fréquentés.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mar 21 Jan 2014, 07:24

Rotko a écrit:
Maintenant je vois un auteur qui s'amuse avec les codes sociaux, notamment par un style qui percute, ce qui repeint des murs bien fréquentés.


oui, c'est bien mon avis, j'ai admiré sa dextérité, son franc parler, les vérités qu'elle assène, mine de rien. Les monologues intérieurs apportent un éclairage genre "spot" sur le ressenti des protagonistes. J'aime beaucoup ta phrase : ce qui repeint des murs bien fréquentés.
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mar 21 Jan 2014, 19:02

Je suis à la p. 234 de L'invention de nos vies. Pour le moment, je suis un peu décontenancée par ce roman. J'ai eu du mal avec les premières pages qui m'ont paru touffues, compactes (pas d'alinéas), avec de longues phrases, une ponctuation abondante et bizarre. J'ai été très vite indisposée par les notes en bas de page qui interrompent la lecture sans que je perçoive ce qu'elles apportent au texte ; maintenant, je les laisse carrément de côté tant le procédé m'agace !

Peu à peu cependant, les thèmes abordés m'ont paru très intéressants et traités de façon originale à travers l'étrange trio des protagonistes principaux. La thématique du mensonge se diversifie en ramifications complexes sur l’identité, le racisme, les conditions de la réussite sociale mais aussi le statut de la femme et son rôle, le jeu amoureux, la solitude, l’engrenage lié à la tromperie… Notre société moderne se trouve ainsi analysée avec précision et l’auteur trouve le ton juste à travers un style incisif qui, à mon avis, pourrait se satisfaire de la ponctuation classique ! Les personnages semblent de plus en plus complexes, pas du tout manichéens, ce qui était un risque, je crois. J’attends la suite avec curiosité…

Au fait Ysandre, à propos de ta remarque :
Citation :

il est fait état de sa cicatrice au cou au début du livre, avec des explications pseudo psychologiques, une symbolique sous entendant son caractère profond. Mais il n'en est plus jamais question dans le reste du livre. Je n'ai toujours pas compris ce que l'auteur a voulu faire en incluant ces quelques lignes au départ.
tu as dû laisser échapper qu’il en est question à nouveau et de façon très explicite quand   Samir raconte à Nina d’où vient cette cicatrice (p. 214), précisant  « C’est la première fois que j’en parle à quelqu’un » et concluant qu’il est devenu avocat pénaliste « pour ne plus jamais [se] retrouver dans une situation où les victimes ne sont plus protégées et où leurs bourreaux restent impunis. » Comme le dit Christine, on peut penser que cette cicatrice le renvoie aussi à son passé qu’il ne peut donc pas totalement renier. Je verrai si ensuite il en est à nouveau question ou pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mar 21 Jan 2014, 19:21

oui, il sera fait allusion à cette cicatrice plus tard, mais seulement sous la forme d'une question.

je partage l'opinion de Nicyrle, le début me paraît regorger d'informations, je me suis perdu dans les Samuel, et j'ai vraiment été accroché quand Samir reçoit des nouvelles, inattendues, de Nora.

Au départ je trouvais le style "journalistique". Pourtant, et j'y reviendrai, c'est le style avec ses accumulations de mots, ses phrases qui bousculent, qui fait passer sur des clichés, et emporte le lecteur dans l'élan. D'ordinaire, j'aime bien le style sobre, là c'est étourdissant, mais on suit.

je me suis posé la question des notes en bas de page, maintenant je m'y fais, c'est une pratique ludique,(idem pour les /, les mots en gros caractères, les réflexions en italiques, les listes, les appels au lecteur ou prises à témoin) elle tombe bien ou à plat, c'est selon. En revanche je reviendrai sur des allusions plus ou moins cachées à des personnes réelles.

il me reste une centaine de pages, il y a eu des coups de théâtre, on les sentit venir, mais pas sous cette forme, à moins que j'ai manqué de flair. Un roman inhabituel, mais prenant.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mar 21 Jan 2014, 20:05

oui, je sais Manic, et je me doutais que quelqu'un m'en ferait la remarque, mais j'ai eu la flemme d'expliquer que cette deuxième allusion ne m'avait rien apporté de neuf !
ses monologues intérieurs sont bien plus explicites quant à son mal être.
j'ai adhéré/collé à ce roman. J'ai trouvé son style atypique, le rythme entraine le lecteur, qu'il le veuille ou non. Oui, mon Excellence, tu as raison, elle est dans "l'élan" ! et elle emporte ceux qui là lisent.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 09:01

L'invention de nos vies

1/3

je n'ai pas encore terminé le roman mais c'est "tout comme", et je ne vais pas dévoiler l'intrigue, prendre le risque de frustrer Ode qui prend le train à la station départ.

L'intrigue : Karin Tuil sait bien la mener, elle a soigné son exposition ( un peu longue), et une fois le convoi lancé, on avance rapidement : montage alterné entre New-York et Paris, entre ceux de là-bas et ceux d'ici, entre l'avocat plein aux as et le jeune écrivain qui s'éveille, réussit, parade et fait l'objet d'attaques.

L'auteur "en a sous le pied" : il aurait pu faire intervenir un beau-père soupçonneux, il met en scène un demi-frère jaloux, hostile et imprévisible. On pense à Patricia Highsmith, au climat policier où l'individu-épingle représente une menace, celle de faire éclater le ballon, soit l'identité "inventée" de l'avocat.

On attend, avec une victime supposée, avec ses proches, en lecteur que l'auteur ne tient pas au courant, met devant des faits dont l'explication viendra plus tard. Du policier on passera au thriller.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 12:57

tu as un don, mon Excellence, je ne veux pas te flatter, mais quand tu as envie que tes Grains lisent un livre, tu mets le paquet !!! respect 
je ne saurais faire ça comme toi et je suis admirative. (ceci dit sans lèche bottisme, tu me connais....)
Revenir en haut Aller en bas
Christine13
pilier
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 14:38

Heureuse que ce livre vous ait plu…

Il est effectivement très dense, très riche. C’est pourquoi je ne comprends pas certains effets de style inutiles, comme, l’avez-vous remarqué
.................... cette femme en retrait

l’apparition d’un mot, comme mithridatisation, trop scientifique dans un tel texte…

Que l’auteur se soit inspirée de l’affaire DSK, nous l’avons bien compris. A-t-elle repris le « troussage de domestique » pour faire un clin d’œil à JFK (Jean François Kahn) ? et est-ce une pointe d’humour d’avoir donné le nom de Diallo à l’un des personnages en note de bas de page, p125 ?

Ma note de bas de page préférée : P127 « Cette femme, c’est Maria Milosz, et sa vie mérie plus qu’une note de bas de page »

Un thème qui m’a plu, le fantasme de revoir un ex ? qui n’y pense pas ?

Et la question des liens du sang, ne peut-on rompre les liens du sang ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 16:30

L'invention de nos vies

2/3

L'inspiration du réel

Comme l'a dit Christine, on reste proche de personnalités connues, ce qui éveille des souvenirs et fait de nous des convaincus. Avec le père de Samuel, c'est benny levy

Il aurait dû devenir une des figures du roman national. Son nom aurait pu symboliser la sortie de l'aspiration révolutionnaire dans les années 1970, moment clé de l'histoire politique française. Un homme qui est passé de l'agitation gauchiste à l'antimarxisme, de la création de «Libération» à la défense du judaïsme, c'est Cohn-Bendit, BHL, July et Finkielkraut réunis dans un seul corps !

et on voit dès le début l'ombre de DSK, avec des phrases clés :

p. 342
Citation :
un jour une femme portera  plante contre moi et dira que je l’ai violée dans un parking. Elle le fera pour de l’argent.

En avril, DSK avait eu plusieurs déjeuners à Paris avec des journalistes de trois rédactions classées à gauche, Libération, le Nouvel Observateur et Marianne, et avait imaginé auprès des premiers le scénario d'«une femme [qu'il aurait] violée dans un parking et à qui on promettrait 500 000 ou un million d'euros pour inventer une telle histoire...»

puis des situations et images connues de tous !

On voit aussi des histoires connues, à la limite du cliché, les Juifs New-Yorkais tout puissants dans le monde des avocats, le suspect maghrébin, le voyou de la cité, le parcours du jihadiste de banlieue, l'entrainement pakistanais, la paranoia américaine etc.

Christine mentionne aussi les thèmes d'actualité, le tout puissant qui perd pied, l'effet balançoire, ou roue de la fortune



Quand l'un monte au sommet, l'autre descend en enfer, le contact avec l'ex, toujours aimé, en dépit des années qui passent et des aleas.

Des "standards" auxquels on cède parce que le style est rapide, et que les scènes sont vécues de l'intérieur dans un contexte dramatique.

La "mithridatisation" qui tracasse Christine ne m'a pas surpris. Quant aux questions des "liens du sang"et de" l' impossible oubli des origines", à moins que ce soit sa dissimulation, c'est bien au coeur du livre, et en chacun de nous.

Nicyrle a bien montré le thème du mensonge : il est omniprésent dans l'intrigue et les piques de l'auteur qui juxtapose immediatement des déclarations enflammées à la femme convoitée, et l'assurance d'un attachement indéfectible à la légitime, un discours extérieur, et une remarque privée contradictoires.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 18:06

Rotko a écrit:
On voit aussi des histoires connues, à la limite du cliché, les Juifs New-Yorkais tout puissants dans le monde des avocats, le suspect maghrébin, le voyou de la cité, le parcours du jihadiste de banlieue, l'entrainement pakistanais, la paranoia américaine etc.

j'ai eu l'impression qu'elle se servait de tout ça comme de tremplin pour développer son histoire. Ce n'était que prétexte à mettre en place des idées plus abouties.

même en s'appuyant sur ces bases simplistes, ces clichés (ils n'en sont pas toujours, d'ailleurs ! l'actualité nous l'apprend) elle parvient à monter un édifice qui tient debout.
J'ai admiré, comme je l'ai dit dans mon compte rendu, son habileté à réunir plusieurs travers de notre époque dans un seul bouquin.
Je n'ai pas pris de notes (une fois de plus !) et je me gronde vertement ! colere  je suis indécrottable ! Embarassed 
Revenir en haut Aller en bas
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 58
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 18:44

J'ai lu ce livre en octobre : je me souviens d'une lecture haletante et d'un style qui emporte le lecteur et l'assomme (au sens propre)
J'en suis sortie "sonnée" sans avoir appris grand chose et sans avoir été émue mais quel stress pour un roman qui n'est pas un policier !
J'ai tiqué sur le personnage du beau-père : peu crédible, trop peu spouçonneux, et les allusions  à l'affaire DSK m'ont agaçée de même que l'irruption à la fin du roman de l'Etat américain tout puissant.
Une histoire bien menée mais dans un environnement de réalité pesant.
Ensuite je ne me suis pas précipitée sur les précédents livres de Karine Tuil et je n'ai pas eu envie d'en savoir plus sur aucun  des sujets abordés
Je ne crois pas que je lirai son  prochain livre.
 col
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 22 Jan 2014, 22:23

J’aime bien ton analyse, Rotko.  Je suis presque à la fin de ce roman dont je trouve la seconde moitié meilleure que la première, malgré l’abondance de clichés  dans les situations mises en scène (les riches avocats juifs, la mise en condition du futur jihadiste, les méthodes musclées des polices secrètes, etc.), peut-être parce que l’auteur arrive malgré tout à éviter l’excès et passe très vite à d’autres sujets en multipliant les rebondissements. Paradoxalement d’ailleurs, à force d’attendre ces épisodes prévisibles, le lecteur se satisfait de les trouver au fil des pages !

Reste pour moi, et de plus en plus, que l’intérêt principal de ce roman est bien dans le développement du thème du mensonge, son engrenage et ses conséquences forcément dramatiques.
Citation :
Avec le mensonge on peut aller très loin, mais on ne peut jamais en revenir.

Je partage le point de vue de Mona, parlant d’  « une histoire bien menée mais dans un environnement de réalité pesant. ». Comme elle, j’ai tiqué sur les invraisemblances liées au beau-père. Dans le déroulement de l’intrigue, c’est à mes yeux une faiblesse : on a peine à croire qu’aucune enquête sérieuse n’ait été demandée par Rahm Berg et que lui comme sa fille se soient contentés de vagues informations concernant celui qui allait entrer dans leur puissante famille. Tout ce qui concerne Samuel, écrivain raté qui trouve l’inspiration grâce à la drogue et à l’alcool (autre cliché !) et connaît brusquement la gloire et tout aussi vite sombre à nouveau dans l’échec, m’a également paru tiré par les cheveux et les considérations développées sur le thème de l’écriture et de l’édition m’ont donné l'impression de sonner faux.
Je n’ai pas encore lu le dénouement et je l’attends avec curiosité !

Karine Tuil avait été sélectionnée pour le Goncourt avec ce roman. J’estime personnellement qu’il est très loin de valoir celui qui fut couronné, Au revoir là-haut, beaucoup plus abouti à tous égards.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 06:21

Oui, il ne vaut pas au revoir là-haut,mais il a son "petit succès" : la liste de réservations était pleine pour le premier exemplaire de ma médiathèque, je guette le second qui "venait d'arriver"; A peine équipé, il était  réservé, plus de place pour moi. Dans une autre bibliothèque, j'ai dû l'attendre, il était sorti et je l'ai eu sur réservation.

J'ai eu vent d'un club de lecteurs (en fait des femmes cultivées, portées sur les bons livres et dégustation de bons vins, à chaque séance) qui avait choisi ce titre pour leur rendez-vous mensuel.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 07:32

il est vrai que je m'étais étonnée, sans m'y arrêter, que le très puissant beau-père qui n'aimait pas son gendre, n'ait pas fouillé davantage dans son passé. Il en avait les moyens...
l'ampleur de la tâche que s'est imposée l'auteur en intégrant tant de facteurs divers dans son roman, l'a sans douté dépassée ?.....Il n'en reste pas moins que sans être un chef d'oeuvre, pour moi, c'est un bon roman.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 07:47


rotko a écrit:
On voit aussi des histoires connues, à la limite du cliché, les Juifs New-Yorkais tout puissants dans le monde des avocats, le suspect maghrébin, le voyou de la cité, le parcours du jihadiste de banlieue, l'entrainement pakistanais, la paranoia américaine etc.

prendre tous ces éléments pour des clichés me semble un peu "facile", ce sont des réalités actuelles, non ? des infos récentes sur deux ados devenus jihadistes qui se sont enfuis en Syrie pour rejoindre les troupes de "la guerre sainte", c'est du réel, pas un cliché ! la paranoïa américaine depuis le "11 septembre" est aussi une réalité.
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 74
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 09:07

En tout cas, c'est un roman qui "accroche", vous avez raison, Rotko et Ysandre. Je reconnais volontiers que, passées les premières pages, j'ai eu envie de continuer pour savoir comment les choses allaient tourner !

Pour les clichés qui renvoient à une authentique réalité, c'est vrai aussi, ce que je constate - et qui me dérange un peu (un peu seulement car, comme je l'explique plus haut, K. Tuil évite l'insistance lourde), c'est que l'utilisation, sous forme d'accumulation, de plusieurs de ces événements devient en soi un cliché. Ce sont des aspects de ce genre qui me font considérer ce roman comme une lecture plutôt intéressante, sans plus, mais c'est déjà ça, j'en conviens !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 12:08

L'invention de nos vies

3/3

Une écriture convaincante

L'atout de Karin Tuil, c'est une écriture rapide, on ne s'attarde pas sur les épisodes, ils s'enchaînent illico presto, sans qu'on ait besoin de s'interroger sur les personnages, ou la vraisemblance -voire l'habileté de quelques démarches du protagoniste principal.

Quelle erreur de laisser une femme seule dans un appartement, pour l'avoir constamment à sa disposition. Une erreur de débutant.

quelle erreur de se confier entièrement à Pierre Lévy dans une entretien qui ne peut que lui déplaire...

Mais "fouette cocher !", on passe à autre chose, c'est un bon rythme qui prend le lecteur au dépourvu.

Karin Tuil prend aussi ses distances avec les codes des best-sellers du genre : c'est à quoi visent les notes en bas de page, un clin d'oeil ludique au lecteur.

Remarquer d'ailleurs que dans les moments les plus dramatiques, on abandonne cette pratique.

alors ? on peaufine les séquences comme l'article du Times, socle de l'avenir.

Le pauvre Samuel est malheureux en amour ? on ne va pas se désoler pour ça, conjuguons en choeur (et en coeur) le verbe s'en remettre !

Je m’en remettrai
Tu t’en remettras
[...]
Ils s’en remettront


ce sera la tirade de ne...plus

Il ne lui achèterait plus

Il ne réussirait plus a la séduire Avec des mots rares. Il ne lui ferait plus de tours de passe passe, de magie, de manège. Il ne susciterait plus de commentaires enthousiastes
etc.

sur deux pages; L'insistance , elle est là, qui ne se répète pas  et décline les couplets.

Pour les scènes dramatiques, on sort les "effets spéciaux", l'auteur intervient, on excite le chien, on donne tout en direct, avec les cris en italiques

341 
Citation :
"déclinez votre identité, posez votre doigt là ; tenez cet écriteau entre vos mains, un peu plus haut, oui; au dessus du manteau, ne bougez plus, clic » tête de tueur ! Crapule ! Fouille au corps, cherchez bien, bien profond : »il cache quelque chose » salaud ! ordure ! Chien

on est à la fois la victime et le persécuteur, pas le temps de penser, de prendre du recul, emballez, c'est pesé cheese idem pour le lecteur.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 58
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 18:19

Ysandre a écrit:

des infos récentes sur deux ados devenus jihadistes qui se sont enfuis en Syrie pour rejoindre les troupes de "la guerre sainte", c'est du réel, pas un cliché ! la paranoïa américaine depuis le "11 septembre" est aussi une réalité.

Justement c'est ce que j'ai trouvé pesant, ce réel envahissant.
J'attends d'un roman qu'il me donne un autre regard sur la vie.
Pour la réalité brute j'ai le journal, la radio etc...
La thématique du mensonge et de l'imposture est le cœur de ce roman, elle est assez bien traitée mais si le fond est bon la forme me plait nettement moins.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 18:49

crime d'honneur d' Elif Shafak devrait te plaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 58
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Jeu 23 Jan 2014, 20:00

C'est prévu  Wink
Revenir en haut Aller en bas
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 74
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 05 Fév 2014, 10:48

bon je viens de recevoir "l'invention de nos vies"

je fais comme d'habitude, je ne lis rien de ce que vous avez écrit  tongue  et je me ferai mon idée moi-même. ensuite je vous lirai  
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
Christine13
pilier
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 05 Fév 2014, 10:53

Super Dara!
Revenir en haut Aller en bas
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 74
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Karine Tuil   Mer 05 Fév 2014, 10:55

merci christine 13 Happy Happy Happy 
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karine Tuil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Karine Tuil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Karine Bonnal
» karine et mathéo
» karine aprés la vie...
» Karine après la Vie
» Karine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: