Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rabah Belamri [Algérie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Rabah Belamri [Algérie]   Mar 14 Mar 2006, 07:06



Chronique du temps de l’innocence chez Gallimard.

Un récit d'actualité

Au début, un drame : Badr et Boudour, le frère et la sœur, vont à l’école coranique, avec les présents de leur famille pour l’instituteur, et leurs bonnes intentions de bons élèves. C’est sans compter l’intolérance du maître religieux qui, pour une peccadille, leur refuse le droit d’entrer et les condamne pour impiété, eux et leur famille, au mépris des villageois.

L’écriture de Rabah Belamri, simple, voire dépouillée, retrace les émotions et événements de l’enfance. Les drames, les joies, les enchantements et les indignations parcourent ces pages, où les figures féminines sont particulièrement attachantes, car l’enfant pressent qu’elles sont ou seront mises sous tutelle.

Ces vignettes de l’Algérie coloniale s’épanouissent dans le récit comme un chant parfois timide dont on goûte progressivement la richesse des timbres. Conteur, romancier, poète, Rabah Belamri a des accents personnels qui éclairent notre actualité.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Sam 01 Sep 2007, 04:57

Regard blessé, chez Gallimard

Mars 1962, l'adolescent se rend à Alger: Hassan veut recouvrer la vue, et son pays, trouver le bonheur dans l'indépendance.

À mesure que se ferment les yeux sur le monde extérieur, reviennent les souvenirs, alternent l'imagination enfantine et les désirs adolescents. L'enfant, resté dans le monde des femmes, écoute leurs propos:

Citation :
«Hassan faisait semblant d'être absorbé par son travail. En fait rien ne lui échappait des propos échangés... Par moments sa mère (Fatima Zohra) l'observait à la dérobée. Non, il n'écoutait pas; il était tout entier à la fabrication de son arc.»

Suit le récit de la mort d'Abla, jeune femme assassinée :

Citation :
«On dit que son corps était devenu tout violet. Et tu sais, ils ne l'ont même pas lavée! Ils l'ont mise comme ça dans le linceul, comme ça; c'est un péché! Et puis ils ont dit aux gens: Abla est morte cette nuit. Elle a eu des coliques effroyables. Elle a dû manger une herbe vénéneuse.
-Dieu ait son âme!
Fatima Zohra tourna la tête vers son fils: il pleurait, son arc défait devant lui.».
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Sam 01 Sep 2007, 05:00

Regard blessé

Le romancier fait vivre le village torturé par sept années de guerre, et montre Alger qui fête l'indépendance; on fait son trou ou on règle ses comptes.
Dans ce drame historique, les tragédies individuelles sont rapportées sans pathos, comme vues par un regard naïf mais sans complaisance.

La peinture d'Alger en mars 1962 me rappelle le regard de Wajda sur Varsovie dans le film Cendres et diamants.

Drame individuel :

Hassan, incrédule, mais objet des préoccupations familiales, se prête à ses dépens aux recettes des charlatans qui prétendent le guérir d'un décollement de la rétine.

Citation :
«Il se sentait un peu responsable de la peine qu'il causait à ses parents avec ses yeux encore malades...»

Dans ce récit inspiré par sa vie même, le romancier ne montre nulle aigreur personnelle, mais une attention fraternelle à tous ceux que l'Histoire (avec sa grande H) broie sur son passage.

Ce livre avait obtenu le prix France-culture.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mer 12 Aoû 2009, 16:01

La revue AWAJ, cahier d'études berbères, consacre son numero 38 de juin 2009 au genre dans les litteratures postcoloniales feraoun, Mammeri, Belamri

Comprenez genre, non au sens littéraire, mais aux rapports hommes/femmes.

j'aurai l'occcasion d'y revenir puisque je relis femmes sans visage un roman de Rabah Belamri paru chez Gallimard.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Jeu 13 Aoû 2009, 17:51

Femmes sans visages, chez Gallimard.

Pour une fois je dirais qu’il est conseillé de regarder la quatrième de couverture pour une vue générale de l’histoire, avant de partir au plaisir de la découverte.

Le récit se développe en trois mouvements : Midi, Nuit, et Aube, où l’aventure actuelle du héros qui , traqué pour une affaire dont on saura le fin mot à la fin du livre, vit de souvenirs, de rêves. et d’attentes.

Une fois la trame bien comprise, on sait que Hab Hab Roummane, actuellement réfugié dans la vallée des grenadiers, y était déjà venu douze ou treize ans auparavant, pour exorciser des cauchemars nocturnes, très angoissants.

La mémoire fait resurgir le passé par bribes, et l’enfant « brodé d’écorchures », nourri de contes et de rêves, saisi de douleurs qu’il ressent et de malheurs qu’il devine, trouve dans des figures féminines la consolation et le réconfort dont il a soif.

Le récit multiplie les épisodes, mais ils sont savamment orchestrés pour le lecteur attentif, qui appréciera le récit du conteur :

Si le conte de la nuit est douloureux, parfois effrayant, la voix rassure, et le matin s’ouvre sur l’espérance.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Sam 15 Aoû 2009, 06:23

C'est pour les commodités du rangement que je mets Rabah Belamri en [Algérie]. Il se definissait lui-même comme écrivain français d'origine algérienne.

Si Rabah Belamri sait montrer l’intensité de la douleur, il sait aussi transmettre un sentiment de confiance et de bonheur, à mi chemin entre la veille et le sommeil,

Citation :
En rejoignant sa grand-mère, l’enfant se blottit contre sa cuisse et s’endormit. La nuit tomba. Le repas fut servi. Sa grand-mère voulait le réveiller. Il émit un son de protestation et demeura les paupières closes sur la lisière du sommeil, traversé par les bribes de conversation, les appels indistincts de la nuit, le bruit des cuillers dans le plat de bois, le souvenir brouillé des paroles et des versets entendus au bord de l’oued.

Puis l’enfant se sentit soulevé. Quelqu’un le prenait dans ses bras en murmurant des formules de protection. Il y avait u monde autour de lui, des pas, des chuchotements, des froufrous. Une présence amicale, mystérieuse, emplissait l’espace. L’enfant n’ouvrait pas les yeux, lové avec délice dans les bras qui le portaient.


J’aime aussi chez lui une sorte de foi et d’admiration dans les paysages de nuit étoilée :

Citation :
Le ciel avec ses astres et ses ailes d’ombre vint tout contre lui, porteur de sérénité, de sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Sam 02 Jan 2010, 08:58

Quand il fait un panorama de la littérature algérienne explorant l’enfance, depuis « le fils du pauvre » de Mouloud Feraoun (1950) publié au Seuil, jusqu’en 1980, - si on excepte Talismano, (1979) d’Abdelwahab Meddeb, où l’enfance est vue comme espace mythique, Seul « le village des asphodèles » d’ Ali Boumadhi chez Robert Laffont, peut être comparé au soleil sous le tamis (Publi-Sud), écrit Jean Déjeux


clic !

Rabah Belamri évoque à la fois son enfance et la vie de son village (Bougaâ, ex-La Fayette) juste avant l’Indépendance : les jeux des enfants, pas toujours angéliques, la pesanteur de l’opinion publique qui le force à ne plus partager les jeux des petites filles, et les féériques jeudis où arrivaient les guérisseurs et les conteurs, deux catégories à l’ imagination prodigieuse.

Citation :
« Ces jeudis hauts en couleurs ne résistèrent point l’épreuve de la guerre […] depuis ce jour [le premier attentat nationaliste contre deux collaborateurs notoires] les militaires renforcèrent le contrôle et les mesures d‘intimidation : obligation pour les étrangers de se prémunir d‘un laissez-passer, fouille des personnes et des bagages à l‘entrée du village, patrouilles sillonnant continuellement les rues, interpellant les suspects arrestations innombrables et disparitions.

C‘est ainsi que d‘un jeudi à l‘autre, la foule se raréfia et que disparurent tous ceux qui entretenaient l‘ambiance du souk : conteur public, méharistes, vendeur de thé à la menthe et tous les marchands itinérants, chacun emportant avec soi sa chanson, son bagou, sa rouerie, son mystère»
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mar 05 Jan 2010, 10:48

Le soleil sous le tamis donne des renseignements vivants sur l'enfance en Algérie, la société, ses permissions, habitudes, et tabous.

Ainsi les jeux, différents chez les garçons et les filles.

Citation :
« Certains de nos jeux étaient d’une brutalité inouïe ; par exemple la hambaria, un jeu de bergers où l’on bourrait de coups de poing et et d e pied le principal acteur contraint d’évoluer à quatre pattes, mais autorisé à envoyer à ses tourmenteurs de terribles ruades. Humm Addabad ( brouillard noir) était par contre un jeu paisible et plein de fantaisie…. »

Pauvres filles ! elles en bavent !

Citation :
« Nous nous excitions sur les filles, les harcelant de demandes de fornication à peine voilées, les poursuivant en vociférant pour leur faire peur et les importunant… »

ce que disait aussi Leila Sebbar dans je ne parle pas la langue de mon père (Julliard) et sans doute dans une enfance algérienne, paru chez Folio, d'autant plus qu'elle subissait les heurts des deux communautés.

Rabah Belamri illustre bien les explosions de joie de l’Aïd et l’hypocrisie du "baiser de pardon et de réconciliation"
Citation :
que le prophète, sage par nature, mais habile rassembleur d’hommes par calcul politique
avait institué.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mer 06 Jan 2010, 06:03


Le soleil sous le tamis
chez Publisud.

Rabah Belamri évoque aussi sa mère et derrière elle, toutes les femmes de sa génération qui ont été maltraitées dans leur jeunesse par des mariages arrangés.

ici, la future belle-mère vient juger la promise, encore une enfant.

Citation :
« Elle est un peu maigrichonne, a dit la future belle-mère en lui tâtant les avant-bras et les mollets mais dîtes-moi, sait-elle traire les biques; baratter le lait et tirer le beurre pétrit la galette et rouler le coucous ? le travail de la laine le possède-t-elle ? Et est-ce qu’elle a la langue bien pendue ? Et est-ce qu’elle est gourmande ? Je la veux travailleuse et exempte de vices. Si elle a des tendances malsaines je les lui ferai passer. Vous permettez ! »

Tout est fait au détriment de la jeune fille, et ce passage émouvant annonce les belles pages de Rabah Belamri.

Citation :
« Je t’imagine le jour de ton mariage, fille impubère, fruit vert que des dents carnassières s’apprêtent à déchirer au son du tam-tam creux et du baroud à blanc […]
On te badigeonna de henné le pieds et les mains ; on te souligna les sourcils de hourguis; on te passa les yeux à l’antimoine pour leur donner plus d’éclat ; on te mit un doute de carmin sur chaque joue, un doigt de rouge sur les lèvres ; on te tressa dans le dos de longues nattes nouées avec des rubans couleur de feu ; on te passa aux oreilles et aux poignets quelques bijoux de pacotille… »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
sarabennada
pilier


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Ven 05 Aoû 2011, 14:48

pour Le regard blessé

Rotko a ecrit :
Citation :
Le romancier fait vivre le village torturé par sept années de guerre, et montre Alger qui fête l'indépendance; on fait son trou ou on règle ses comptes.
Dans ce drame historique, les tragédies individuelles sont rapportées sans pathos, comme vues par un regard naïf mais sans complaisance

A travers cette fiction inspirée de faits autobiographiques et dans un style agréable et simple, l’auteur nous invite à assister au dernier souffle d’une guerre, sans foi ni loi, qui a sans nul doute, marqué son enfance.
Citation :
« On tirait des hauteurs de la ville sur les quartiers arabes. On mitraillait les camions pleins d’ouvriers, au retour des chantiers. On abattait les enfants qui continuaient à jouer sur les trottoirs. On torturait…On mettait le feu aux édifices publics. » P114

A l’hôpital Mustapha d’Alger où le jeune Hassan, personnage principal, devrait subir des soins ophtalmologiques, les malades, les blessés, les autres, civiles ou militaire remémorent des souvenirs douloureux :
Citation :
« Ils évoquaient quelques-unes des péripéties du long cauchemar d’où l’Algérie venait à peine d’émerger, un cauchemar dont ceux qui n’étaient pas au cœur de la brûlure ne pouvaient soupçonner toute l’horreur. »P135

La lecture du roman de Rabah Belamri nous révèle également, un malaise certain des premiers moments de l’indépendance, une société qui se débat, des comptes qui se règlent entre différentes factions, des promesses non tenues, des individus venus de nulle part réclamer rançons. Une période décisive de transfert de l’autorité de gestion d’un pays qui accède à sa liberté, non sans heurts.
Citation :
« Profitant de la confusion politique, les plus avisés conclurent les affaires de leur vie ; les uns mettant la main, au moyen d’actes notariés antidatés, sur des immeubles, des cinemas, des restaurants, des magasins, des fabriques et autres biens hativement cédés par les colons ; les autres…occupant d’autorité les places… » P138

Les malheurs d’un jeune garçon de 15 ans qui perdra la vue, plus par négligence en matière de soins que par absence de compétence médicale. L’analphabétisme de la société et le charlatanisme sont aussi pour beaucoup dans la cécité de ce jeune.
Citation :
« Le jour où ses deux cornes se toucheront, ton fils retrouvera la vue… » P202

Ce roman est un rappel aussi par les petites histoires collatérales, l’ambiance qui prévalait en ces temps et la désillusion de la population après l’indépendance.
Kourouma dans son livre "le soleil des indépendances" utilise le même procédé comme pour dire, il fallait se débarrasser d’un mal profond, la colonisation, qui a détruit les fondements d’une société millénaire mais au lieu de rebâtir, une nouvelle espèce de prédateur a pris le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Ven 05 Aoû 2011, 15:21

Très heureux que ce beau livre t'ait plu. Merci Sarabennada.

Effectivement, ce livre se nourrit de données autobiographiques, à une période où Rabah Belamri connaissait le poète Jean Sénac.

Rabah Belamri est mort le 28 septembre 1995, à l'âge de 48 ans.

On peut regretter que nombre d’Algériens ne connaissent pas Rabah Belamri. L'Algérie a cette manie, de tourner le dos à ses enfants trop intelligents, visionnaires ou à l’esprit revendicatif...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mar 13 Mar 2012, 17:28

rotko a écrit:
. L'Algérie a cette manie, de tourner le dos à ses enfants trop intelligents, visionnaires ou à l’esprit revendicatif...


Je pense rotko c'est parce qu'il fait du blaspheme que peut etre un nombre d'algerien ne le lit pas. J'ai pas lu quelquechose de lui mais d'apres ce fil il me semble que le blaspheme represente une grande partie de ses oeuvres et meme les oeuvres qu'il recommande (sa femme) le blaspheme n'y pas absent.Des gens vont voir ses ecrits comme du" blaspheme" d'autres vont les voir comme "une ouverture d'esprit" c'est toujours comme ca.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mar 13 Mar 2012, 19:06

Comme tu peux le voir sur ce fil, j'ai lu plusieurs de ses livres, et il ne pratique pas"le blasphème".

Par contre, il n'est pas un beni oui oui des traditions, notamment dans un de ses premiers livres (le soleil sous le tamis) où il raconte un mariage désastreux de sa mère.

C'est vrai aussi qu'il ne soutient pas l'integrisme dans chroniques du temps de l'innocence.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mar 13 Mar 2012, 19:29

si si il ya un peu du blaspheme dans ces citations tongue

oui "l'integrisme " c'est pas beau mais parfois ils vont tres loin

enfin des que je lirai quelquechose de lui je vais mieux comprendre son style, peut etre lire
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mer 14 Mar 2012, 05:59

Quel que soit le livre que tu choisiras, nos échangerons. Rabah Belamri est aussi un poète et un conteur. j'ai aussi ses recueils de contes de l'Est algerien.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Mer 14 Mar 2012, 14:24

ok rotko,merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Jeu 15 Mar 2012, 12:05

Cela nous permettra d'échanger sur le"blasphème" ou les réserves, notions très variables selon les sociétés et les circonstances. Ainsi le cas de

Citation :
Hamza Kashgari, né en 1989, a quitté l'Arabie saoudite le 6 février car il était menacé de mort après que des dignitaires religieux influents l'eurent accusé d'apostasie en raison de messages publiés par lui sur Twitter, qu'ils considéraient comme insultants envers le prophète Mahomet.

En Arabie saoudite, l'apostasie est passible de la peine de mort. Le 7 février, le roi de ce pays aurait ordonné à son ministère de l'Intérieur d'arrêter Hamza Kashgari et de l'amener à rendre compte de ses actes pour les déclarations qu'il avait faites. Hamza Kashgari est arrivé à Kuala-Lumpur le même jour et a été arrêté deux jours plus tard, alors qu'il tentait de poursuivre son voyage pour se rendre en Nouvelle-Zélande

le site d'amnesty.

Selon mes sources, il n'était nullement question d'apostasie, mais de remarques sur le Prophète.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Jeu 15 Mar 2012, 12:48

Quand j'ai dit "blaspheme" c'est pour qualifier son ecriture, etre contre ou etre pour ca depend mais je vais le lire et oui ca va nous permettra d'echanger sur les "reserves" peut etre j'ai mal utilise le terme.

et je ne sais pas cette histoire de Hamza mais je prefere d'etre toujours dans le cadre de la litterature et pas aborder des debats religieux inutiles selon moi.


Dernière édition par Ginchiyo le Jeu 15 Mar 2012, 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   Jeu 15 Mar 2012, 17:30

oui, tu as raison.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: rabah belamri   Ven 16 Mar 2012, 12:45

je lirai tout le fil, ses sujets m'intéressent, pas aujourd'hui, mais la semaine prochaine
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rabah Belamri [Algérie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rabah Belamri [Algérie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toute la vérité dans les événements d'Algérie - Egypte
» Algésiras, juillet 1801
» Facebook compte 1,2 million d’utilisateurs en Algérie
» info: Étudiants étrangers chrétiens en Algérie sommés de qui
» 1954: En été - Témoignage en visuel et en rêve - Port d'Alger - (Algérie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Afrique et Moyen Orient-
Sauter vers: