Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maylis de Kerangal

Aller en bas 
AuteurMessage
caroline
pilier
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 21/06/2008

MessageSujet: Maylis de Kerangal   Lun 13 Oct 2008, 12:28



Sylvestre Opéra ? Mais c’est pas un nom de flic de roman policier ça. Quoi ? En plus son patron est surnommé le Jockey ? Il mène une grosse enquête au moins ? Non... on entend juste parler d’un nourrisson dans une poubelle et d’un trafic de drogue ? Mais il occupe son temps à quoi ce flic, des mots croisés ? Comment ça il observe le bord de mer aux jumelles ? Ce livre, là, ce serait pas une connerie ?
Ah non, y’a des gars et des filles descendus des quartiers Nord pour bronzer et faire des plongeons du haut de la corniche Kennedy. Bien, bien ça, des racailles étrangères qui agressent les braves gens et font du trafic ! Non ? Ils ont juste l’insolence de la jeunesse ? Je vous en filerai moi de l’insolence.
Mais ne m’en dites pas plus je crois avoir compris, on nous sert le couplet misérabiliste. Poétique ? Ah. Si je me souviens de mes 16 ans ? Euh... dites voir c’est quoi le titre de votre bouquin là ?

Voilà, c'est mon énorme coup de coeur du mois, de l'année avec Damasio. Un style d'écriture incroyable qui embarque dans cette histoire que je vous conseille de lire.
Revenir en haut Aller en bas
http://fonduaunoir44.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 13 Oct 2008, 15:27

je le note, 177 pages ; la "corniche Kennedy" est à Marseille. C'est pas loin, je le lirai.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 04 Fév 2009, 16:24

J’ai commencé le livre et j’aime bien ce style qui confère au groupe une existence collective : dans la même phrase on voit les rites de la bande de jeunes, leur vitalité exubérante, les sensations éprouvées, les commentaires dévalorisants de ceux qui les regardent, de haut, ou leurs propres paroles de frimeurs.

« 
Citation :
« Soudain les voilà qui se lèvent et changent de régime, quelque chose les accroche, un événement les excite, ils désertent l’aléatoire pour réagir au quart de tour, hop, debout éméchés, bruyants, le sang activé dans les artères fémorales, les poings serrés, ils montrent les dents et parfois on les voit même se poursuivre, s’insulter, se battre, singerie borderline violente, prête à mal tourner, quoi, qu’est-ce que t’as dit, hein qu’est-ce que t’as dit, tu me reparles comme ça et j't'éclate la gueule »
» 
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Ven 06 Fév 2009, 14:30

Un grand merci à Caroline pour avoir signalé ce livre que je recommande chaudement. I love you

Oui, le nom de l’auteur figurerait bien dans la collection Harlequin, mais le texte est d’une autre trempe !!

- l’écriture est soignée, et ramasse dans son enveloppe l’action, les paroles des personnages, et des bruits. Belle performance !

Ajoutons que tout est très visuel, si bien que le cadre de cette histoire, avec les différents promontoires sur la côte, et les jumelles de l’observateur surveillant la "corniche Kennedy" intègre notre cerveau, comme un paysage familier.

- l’histoire de ces plongeurs, à la fois frimeurs et intrépides, touchera particulièrement ceux qui savent que l’amour de la mer coexiste avec l’attrait du danger et une sourde crainte : celle-ci vous envahit quand l’obscurité fait disparaître vos repères habituels. Rien n’est sûr, et qui n’a jamais connu le courant qui vous aspire ne sentira pas les frissons des personnages.

- Ce livre devrait être lu par les adultes obsédés par une politique sécuritaire : elle altère les comportements et pousse aux défis de toute sorte !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
caroline
pilier
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 21/06/2008

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Sam 07 Fév 2009, 11:22

D'accord en tous points avec toi. En fait, il n'y a que la fin qui soit susceptible de désarçonner.
Revenir en haut Aller en bas
http://fonduaunoir44.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Ven 16 Juil 2010, 15:52

J'ai entendu l'auteur lire le début de son livre.

De la main gauche, elle situait les plans et arrière-plans, ce qui donne une vision spatiale de son incipit.

On la sent bien à la lecture "muette" où on est peut-être plus sensible aux différentes voix du début, celles des personnages divers qui regardent la scène.

Pendant que l'auteur lisait son texte, on voyait sur un écran des plongeons, extraits du documentaire les plongeurs d'Acapulco qu'on a vu intégralement après la lecture.

Voici la video de L'INA.

A remarquer que la première séquence du livre se termine sur le titre de ce documentaire. Wink

son prochain livre, à paraître en aôut : Naissance d’un pont. Il raconte la construction d’un pont suspendu dans une Californie imaginaire à partir des destins croisés d’une dizaine d’hommes et femmes, tous employés du gigantesque chantier. Un roman-fleuve, évidemment Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
trane
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 08/08/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mar 14 Sep 2010, 05:00

J'ai terminé Naissance d'un pont. Quelque peu déçu après des premiers chapitres splendides, l'histoire de la naissance de ce pont se perd dans le destin de plusieurs personnages participant à la construction du pont, mais celà reste superficiel, et toutes les histoires sont survolées sans être approfondies.

Belle écriture toutefois, un premier chapitre éblouissant, ainsi qu'un chapitre racontant l'histoire de la naissance de la ville imaginaire de Coca lui aussi très beau.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 22 Sep 2010, 14:03

trane a écrit:
des premiers chapitres splendides

Naissance d'un pont chez Verticales. 1/3

Le récit débute en effet au pas de charge, c’est la moderne épopée qui avance, avec des concepteurs "terriblement efficaces", mégalomaniaques pour tout dire, et dont le discours en lui-même engage l’avenir de la planète...

Pensez donc qu’

Citation :
un tiers des grues existant à la surface du globe est réquisitionné en ces lieux : une sur trois répète-t-il, une sur trois est ici, chez nous.

J'ai la voix de Maylis de Kerangal dans l'oreille, elle adore lire ses textes en agitant une main pour les énumérations; Voici l'homme de pouvoir :

Citation :
Désormais, il administre le territoire par oukase, circulant pas lents autour de l’immense maquette de la ville qu’il a fait installer au centre de son bureau -un général en campagne élaborant des stratégie, voilà à quoi il fait penser-, torse incliné penché sur son modèle réduit, mains croisées dans le dos, scrutant une portion de carton

puis soudain saisissant une baguette commandant une Internet City ici, une Media city là, un complexe commercial ici - labyrinthe de malles dallés de porphyre et enjolivés de fontaines et de kiosques à cappuccino-, un stade omnisport là, une patinoire en forme de soucoupe volante, un multiplex souterrain de cinquante salles, une piste cendrée sur le toit d’une barre d’immeuble, un casino sous une cloche de verre etc.

On n'est pas en Chine, mais à Coca, lieu mythique sans doute proche de l'Amazonie, c'est pas mal non plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Sylbao
pilier
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 29
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/08/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 22 Sep 2010, 15:30

Tout ce que j'ai vu de cette jeune femme jusque là, c'est qu'elle a posé sa main fraîche et rose sur celle du malicieux Jean d'O à la fin de La Grande Librairie... sors
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 27 Sep 2010, 17:43


Naissance d'un pont chez Verticales. 2/3


Plus que quelques pages, mais le sentiment d’avoir lu un bon livre avec naissance d’un pont.

- Pour la structure, car comme pour le pont, il faut une assise solide et ne rien laisser au hasard.

L’ouvrage a donc une charpente, et des bas-côtés dans le récit, on y trouve les précisions techniques du matériel et de l’humain, avec le souci de la documentation exacte. Maylis de kerangal sait imposer des scènes visuelles : dans la Corniche Kennedy elle utilisait le film mexicain des plongeurs, ici ce sont par exemple les célèbres photographies d’ouvriers déjeunant sur les pylônes qui donnent de la chair au récit.

- L’écriture, dense et sans relâchement, sait jouer des temps (le futur) et de montages alternés. Un cri « salaud, salaud ! » sert par exemple de trait d’union à deux scènes très différentes : car tout ici s’équilibre, comme les forces en présence dans un pont suspendu.

On a donc un bel « ouvrage » qui joue avec les notions d’espace-temps (avant/après, et d’une rive à l’autre), et qui montre la violente irruption de la modernité dans le paysage et dans le monde des hommes.

Pourquoi alors la lecture n’est-elle pas si aisée ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mar 28 Sep 2010, 10:42


Naissance d'un pont chez Verticales. 3/3


Pourquoi alors la lecture n’est-elle pas si aisée ?

Deux facteurs interviennent, à mon avis.

- Maylis de Kerangal a voulu couvrir tout ce qu’impliquait l’élaboration d’un gigantesque ouvrage technique, sous tous ses aspects.

Elle rejoint ainsi, avec une écriture plus soignée, ce qu’avait fait Michel Lebrun avec Géant (tout sur une grande surface) ou Autoroute, ( l’autoroute et ce qui s’y greffe, restoroutes etc.) le souci d’une vie exhaustive entourant une réalisation humaine.

- L’autre point est que le récit n’est jamais dupe : il use de l’ironie, si bien qu’on passe du récit d’action à un récit qui devient analyse du fait social :

Citation :
« Les Indiens quand même finissent par se montrer. Depuis le temps. […] On leur crie de rester où ils sont, de ne pas faire un pas, de ne pas faire un geste. Ils ne comprennent rien. On les aura prévenus. Des coups de feu claquent , des corps s’effondrent […] Après quoi on a peur : ils ne nous aiment pas, ils ont l’air cruels, ils mangent la chair humaine et boivent le sang chaud à même les carotides, le tuyau dégorgeant direct dans leur bouche bestiale. »

Ce qui n’empêchera pas les bons lecteurs de se pencher sur ce livre intéressant par ses belles qualités.



Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 13 Oct 2010, 14:31


Le Matricule des anges d’octobre consacre un dossier à Maylis de Kerangal.

D’abord son milieu familial havrais, et sa proximité familiale avec la mer, puisque les marins sont dans le lignage ; puis l’évolution idéologique et littéraire, le cursus universitaire et éditorial.

Un entretien éclaire plusieurs points importants de Naissance d’un pont : la documentation, faite de rencontres et de recherches : là une grève dans la construction du golden gate, un problème d’oiseaux raconté par un ingénieur de chez Vinci, des anecdotes et des intrigues secondaires. Un zeste d’ethnologie et d’architecture, sinon d’urbanisme, les sources sont multiples et complexes.

Pour l’auteur, l’œuvre est un résultat collectif de lectures et d’influences d’écriture, ce qui rend très hasardeuse l’argumentation de qui prétend écrire sans lire. Les phrases factuelles et les intrigues bien ficelées font place à une narration plus aérienne, qui conquiert sa liberté, comme le pont, son existence, indépendant de ses constructeurs.

Merci à mon informatrice.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Jeu 04 Nov 2010, 06:47



Maylis de Kerangal a obtenu le PrixMédicis, dès le premier tour de scrutin, pour «Naissance d'un pont» (Verticales),

Un prix mérité, selon moi qui ai bien aimé le livre. Je lirai bientôt Dans les rapides .

Le Havre, 1978. Elles sont trois amies : Lise, Nina et Marie, la narratrice. Lycée, garçons, aviron, la vie quotidienne. Un dimanche de pluie, elles font du stop, et dans la R16 surgit la voix de Debbie Harry, chanteuse de Blondie.

Une initiation musicale.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Alessandro
pilier
avatar

Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Jeu 11 Nov 2010, 23:13

Un grand coup de coeur pour moi aussi ! Un regard singulier et unique, une écriture presque physique, une grande originalité. Voilà, ça c'est vraiment de la littérature !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 20 Avr 2011, 12:35

Dans les rapides, chez Naïve.

1/2

Un groupe de trois filles du Havre découvre la musique rock avec Blondie, c’est l’occasion de se trouver un style, une porte vers les garçons, des voies d’avenir : on va s’éclater, finie la grisaille du Havre !

Pour bien apprécier ce récit, il faut connaître les groupes évoqués,

.

Maylis de Kérangal trouve dans certaines pages un rythme d’écriture qui correspond à la musique rock.
Ainsi pour le programme :

« À l’intérieur du groupe, affronter le pouvoir, se frotter aux questions qui s’imposent, se frotter aux questions de fric et d’organisation, ne pas abandonner ces territoires virils pour être la mignonne fofolle qui a la tête ailleurs, prendre part aux conflits, braver la violence. Travailler. Au-dehors, se donner en puissance, sentir le vent qui tourne, sentir que le disco va déferler sur la planète, ne pas en faire tout un plat, être opportuniste, un peu pute, s’écarter du sacré, balancer la mystique infléchir sa course. »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 20 Avr 2011, 12:40


Dans les rapides, chez Naïve.

2/2



Oser être soi !

Des qualités d’écriture pour parler de la recherche de la singularité, des escapade s en bande, des sorties au café, des rapports avec les parents qui veulent être au courant, et qui n’entravent rien.

Là, Maylis de Kerangal est à son meilleur, avec les mots précis, les rafales de sensations, ces mille détails concrets :

la chambre de l’adolescent, elle pue, on n’ose même plus y entrer, la distance entre les filles, variable, selon qu’elles sont dans la salle de bains ou dans la rue, l’écart entre la fille et le garçon, du début à la  « conclusion », et puis après. Wink




Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Ven 10 Juin 2011, 08:35

la couverture de Ni fleurs ni couronnes chez Verticales/phase 2 n'est pas terrible.

Mieux vaut ouvrir le livre Smile

Citation :
« Entre Cork et Kinsale, il y a le bourg de Belgooly en amont d’un bras de mer glacé ».

Premier tableau : l’Irlande des milieux pauvres, celle que fuient les frères aînés, comme le voit avec désappointement, Finbarr, 16 ans, qui, lui aussi, attend son tour.

Puis, le moment venu, sa fugue, on ne sait où elle le mènera mais on suit : Maylis de Kérangal n’est pas de celles qu’on quitte en chemin.

Direction la Côte, et plus précisément Queenstown, là où se font des rencontres de hasard, une fille, un bateau, le Lusitania.

En fait, le hasard était déjà en marche :

Citation :
« Au moment où le Lusitania arrive en vue côtes de Kinsale, Finbarr marche au sommet des falaises »
p.21

A Queenstown, avec le naufrage du Lusitania s’ouvrent « des opportunités » : les cadavres sont mis à prix !

Citation :
« Alors commença le grand ballet macabre Lamer au large de résonna de coups de rames frénétiques et de hurlements de victoire. Les populations des côtes armèrent une flotte miséreuse et servile qui les jours suivants se pressa sur les flots afin de retrouver les élégants cadavres du cadavre de la Cunard et de les ramener au pied des payeurs à moustaches ».

L’auteur nous tient par la construction, le style - elle excelle dans les divers incipit, et les surprises en bout de route. cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 68
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Ven 17 Fév 2012, 12:52


Tangente vers l'est, Maylis de Kerangal,
Gallimard collection minimales, 128 p.

Je viens de découvrir Maylis de Kerangal avec ce petit bijou qu'est son dernier livre qui atteint la perfection.
Elle avait reçu le prix Médicis pour son précédent roman Naissance d'un pont et vient de recevoir hier le prix Landerneau pour Tangente vers l'est.
( Ils ont un goût sûr à Landerneau car ce jury fut le premier à reconnaître le talent de Jérôme Ferrari avec Un dieu un animal !)

Vous ouvrez le livre et en 2 phrases vous savez que vous avez affaire à un écrivain . Je vous laisse juge :

Ceux-là viennent de Moscou et ils ne savent pas où ils vont. Ils sont nombreux, plus d'une centaine, des gars jeunes, blancs, pâles même, hâves et tondus, les bras veineux le regard qui piétine, le torse encagé dans un marcel kaki, futes camouflage et slips kangourous, la chaînette religieuse qui joue sur le poitrail, des gars en guise de parois dans les sas et les couloirs, des gars assis , debout, allongés sur les couchettes, laissant pendre leurs bras, laissant pendre leurs pieds, laissant pendre leur ennui résigné dans le vide, plus de quarante heures qu'ils sont là, à touche touche, coincés dans la latence du train, les conscrits.(...)


Suite de l'extrait , ainsi qu'un deuxième à la fin de la chronique de mon blog :
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/article-tangente-vers-l-est-de-maylis-de-kerangal-98885242.html

Plus un intéressant article qui parle très bien de ce livre et du contexte dans lequel il a été écrit :
http://blogs.rue89.com/balagan/2012/01/08/maylis-de-kerangal-et-daniele-sallenave-dans-le-transsiberien-pour-le-meilleur--0
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Sam 11 Jan 2014, 06:44

Réparer les vivants, par Maylis de Kerangal. Verticales, 288 p.,

5h50, Le Havre, un dimanche matin d'hiver, Simon, 20 ans, part surfer avec trois copains une jolie houle au large des Petites Dalles. Sur la route du retour, leur van percute un poteau. A 10h12, Pierre Révol, l'anesthésiste de garde, réceptionne Simon en coma aréactif. Lésions irréversibles. A ces mots, Marianne, la mère de Simon, transperce "la membrane fragile qui sépare les heureux des damnés".

Maylis de Kérangal fait l'unanimité sur le forum et ailleurs. Son passage récent sur France culture était décisif. Elle se voue à la littérature, semet dans des situations inédites, comment ne serait-elle pas convaincante, surtout avec son talent ?

A la Pitié-Salpêtrière, elle a assisté à une transplantation, menée par le professeur Pascal Leprince.

Citation :
« D'ordinaire, je suis assez lente, mais là le travail a été très intense. J'ai fini le livre en un an. Ça a été assez difficile. Le sujet est complexe, d'un point de vue moral, scientifique et légal, et je ne voulais pas dire d'âneries.»

Il faisait nuit. Quand je suis arrivée dans la salle d'opération, le corps était ouvert. Ils attendaient le cœur. On avait mis l'homme en circulation extracorporelle: une machine faisait circuler le sang et l'homme était relié à un gigantesque réseau de tuyaux étiquetés, avec un code couleur. Cet homme, c'était sa seconde greffe, son troisième cœur. L'équipe était très inquiète. Quand ils ont posé le cœur, ils l'ont électrochoqué, mais ce n'est pas comme un moteur, ça ne part pas tout de suite. Ils criaient: "Feu!", ce qui est complètement dingue. Puis tu vois l'organe se contracter, petit à petit, dans un silence de mort. Ça a été la nuit la plus intense de ma vie.

petit article de l'Express
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 17 Fév 2014, 06:47

je le lirai , il est encensé partout et le talent de l'auteur est reconnu, avec raison.

Après Naissance d'un pont, Maylis de Kérangal fait du coeur humain son héros, ce héros double qui concentre la vie et «la zone des affects, l'amour», comme une «boîte noire des sentiments». «C'est cette dimension symbolique là qui m'a tenue, qui a autorisé le roman», explique l'auteur.

Réparer les vivants s'est hissé en 4ème place des ventes.

La charge symbolique est forte, la plume lyrique, envoûtante, et à la fois, comme dans Naissance d'un pont, Prix Médicis en 2010, d'une précision fascinante. Elle l'est d'autant plus qu'au milieu médical, à la transplantation cardiaque, Maylis de Kérangal ne connaissait «vraiment rien» .Elle s'est documentée. Elle cite plusieurs entretiens avec un infirmier coordinateur de prélèvements d'organe, une visite à l'agence de la Biomédecine, une autre dans le service de la Pitié Salpétrière où se font 70 greffes de cœur par an.

rappelle 20 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 115
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 17 Fév 2014, 08:23

je note les deux, merci mon Excellence  merci 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maylis de Kerangal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Famille KERANGAL
» Je m'appelle Maïlys ...
» Prix du Livre Orange 2014 : départagez Maylis de Kérangal, Lola Lafon, Marc Lambron, Edouard Louis et Hubert Mingarelli
» Le roman idéal pour une 1ère STMG ?
» Que faire dans l'épreuve?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: