Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Richard Ford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Richard Ford   Sam 22 Nov 2008, 07:00

Une situation difficile chez l'Olivier.


clic !


Deux histoires pour connaître Richard Ford et mieux comprendre les relations de couples :

- Dans le Montana à la veille de Thanksgiving , Larry accompagne sa tante Doris, qui doit le conduire chez sa mère, à Seattle. Larry a dix-sept ans, Doris est jolie, elle s'arrête dans les bars et parle avec des inconnus. Elle ne fait pas toujours le bon choix, et Larry assiste à une drôle de séance.

- A Paris Charley Matthews, écrivain américain rend visite à son éditeur : il doit avec sa compagne attendre quelques jours pour rencontrer sa traductrice.

Richard Ford excelle à varier les tons : on passe du sérieux au loufoque, et du cocasse au tragique dans les relations humaines.

Le passage le mieux réussi à mon sens est l’aventure dans le Montana. L’épisode parisien, bien qu’il tourne par moments à la visite touristique, montre pourtant habilement le malaise et les malentendus dans le couple.

La lecture est facile et rapide, mais non sans intérêt, et je découvre avec plaisir Richard Ford.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Ford   Jeu 19 Sep 2013, 05:25



Canada, par Richard Ford, trad. de l'anglais (Etats-Unis), par Josée Kamoun. L'Olivier, 480 p

Un livre encensé par toute la presse.

l'article de l'express

Citation :
« Comment une vie bascule: Richard Ford explore en maître la frontière »

Richard Ford traque les moments de bascule. Plus que les défaites d'une vie, ce qui l'intéresse, ce sont les instants qui mènent à la sortie de route. Comment dérapons-nous? Le destin? Le fruit des rencontres?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Richard Ford   Jeu 19 Sep 2013, 05:51

intéressant ! moi non plus je ne connaissais pas cet auteur.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Ford   Sam 21 Sep 2013, 12:24

Ma mère, chez l'olivier. 74 p.

Citation :
A-t-on jamais une "relation" avec sa mère ? Non, je ne crois pas.
Ce petit opuscule est un acte d'amour, envers une personne ordinaire qui a vécu une vie ordinaire.
Petits boulots, déménagements, proximité et éloignement.

Quelque chose qui tient à l'essence de la vie ne se dit pas clairement à travers les mots. Il n'y apas assez demots. Il n'y a pas assez d'évènements. Il n'y a pas assez de mémoire pour rendre une vie de manière fidèle et exacte. En un sens, au cours de toutes ces années vécues séparément, ma mère et moi avons vécu l'un envers l'autre comme ces gens qui s'apprécient et aimeraient se voir davantage.

Pourtant cette présence réciproque (Elle était là, j'étais là) deviennent des éléments, des bribes de souvenirs qui nourrissent les romans de Richard Ford, avec des erreurs de parcours, des mots malheureux, une compréhension à partir de conversations banales.

Quand d'autres en font des "chateaux", l'auteur opte pour la sobriété et la simplicité du "manque d'argent, de la vie à la campagne, de l'absence d'éducation ou d'une connaisssance insuffisante de bien des choses".

On reparlera de l'auteur avec Canada. On verra ce qu'est devenu et imagine celui qui eut "des petits ennuis avec la justice" mais réussit "à éviter la prison".

Pas de quoi en faire un fromage, le meilleur sera à venir, et pour nous à découvrir. Attendons, confiants .
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Ford   Lun 07 Oct 2013, 18:26

l'entretien avec Richard Ford dans la grande librairie n'apportait pas grand chose à mon sens, sinon parler de l'histoire du livre, commencé 20 ans auparavant et repris. Le romancier se poserait la question de savoir "pourquoi nous dérapons", et nous laissons "séduire par des choses qui ne nous conviennent pas".
 
Tanguy Viel, dans une chronique du Monde des livres (13 septembre 2013), vantait la fluidité d'une langue qui, pour raconter l'histoire d'un enfant, sait être musicale, rassembler les éléments disparates d'une vie, pour atteindre à l'essentiel des choses. C'est du grand art que de savoir reflèter la pensée et l'itinéraire d'un jeune qui a vécu sans prendre de décision, ballotté par une vie que les adultes ont tracée pour lui.
 
les deux parties du livre ont chacune leur rythme et leur style, c'est voulu, car la vie, dit Richard Ford, est en elle-même discontinue.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Ford   Dim 27 Oct 2013, 06:12

Canada fait partie des finalistes du roman étranger pour le femina.
 
Canada, Richard Ford, l’Olivier
 
1/2
 
Tout se présente comme une autobiographie, un je narrateur, bien qu’on se doute de la fiction « à la mode de Dickens »..On sait dès le début que les parents  braquèrent une banque, ils n’en sont pas pour autant des gens qu’on accuse ou qu’on condamne pour une enfance perturbée.
 
« Mieux vaut considérer notre vie et les agissements qui y ont mis fin comme les deux faces d’une même médaille à observer dans son entier pour bien la comprendre, l’avers, normal, le revers, désastreux »
 
Aussi dans ce « récit de vie » fait-on la connaissance de la famille, des époux et de la sœur, puis du braquage fait par le couple « en toute innocence », et sans que l’enfant qui sera de fait abandonné, leur jette la pierre.
 
Au contraire, on le voit reconstituer, à partir de ses souvenirs, du journal de sa mère, et des articles de journaux, ce qui fut une erreur de parcours, menée sans maîtrise.
 
L’écrivain traite l’histoire avec la distance du passé, et les interrogations qui surgissent sur de pareils chemins de vie , le sien propre et celui de ses proches :
 
« Comment le couple a-t-il pu en arriver là ? » « L’affaire aurait-elle pu tourner autrement ? »
 
« Comment ai-je vécu, conscient ou à demi inconscient, cet épisode qui allait bouleverser ma vie ? »
 
A la fin de la première partie, chap 30 p.188, questions et réflexions demeurent :
 
Citation :
« j’ai laissé arrêter et emmener mes parents comme si cà ne me dérangeait pas »,
 
- réflexion jumelée avec
 
Citation :
« Nous les aimions tous les deux, cela dit. Il ne faudrait pas que ce point se perde dans le récit. Nous les avons toujours aimés. »


Dernière édition par rotko le Mar 29 Oct 2013, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Ford   Mar 29 Oct 2013, 09:19

Suite de la lecture de Canada.

L'auteur annonce la fin de la première partie dans le texte, mais ça ne correspond pas au découpage du livre. Pas grave puisqu'il maintient l'attention du lecteur !

en effet, il use très souvent de très courtes annonces de ce qui va suivre (des "prolepses", dans le vocabulaire de nicyrle), telles que " je ne devais plus jamais le revoir", ou" ne plus retourner dans cet endroit", ou je pris cette initiative "qui se termina en désastre". On vit donc dans le passé, le présent - et un pied dans l'avenir Smile 

L'attente se joue aussi au niveau des personnages : le narrateur s'interroge sur certains protagonistes, on sent bien qu'il en saura davantage plus tard : c'est Rastignac avec Vautrin, ou le narrateur de la Recherche avec Charlus.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Ford   Mar 29 Oct 2013, 19:17


Canada

2/2
Pas question de révéler la deuxième partie, sauf à dire qu’elle se lit facilement et tient en haleine le lecteur. Loin d’être plat,, le récit montre un adolescent , comme chez Dickens, incapable de comprendre les allusions voilées d’individus en positions difficile, censées lui ouvrir les yeux sur le monde

Qu’il s’agisse de son père ou de Remlinger, les adultes ont l’art de prendre des initiatives douteuses, voire criminelles, d’abuser autrui par des masques, de ne pas savoir se tirer des mauvais pas et de mettre ainsi en danger ceux dont ils ont la charge, au moins morale.

La solution serait donc la fuite, à condition de savoir la mener à bien, c’est-à-dire de ne pas être faible comme la mère, de garder une prudence dont la sœur était dépourvue, et de trouver la bonne attitude comme Dell en fin de parcours.

Il est vrai qu’un épilogue apaisé passionne moins que les épisodes tourmentés où le lecteur voit plus loin que le fragile héros ; mais si ce dernier n’avait « aucune prise sur ce qui lui arrivait », l’auteur - ou le narrateur devenu maître de son destin, revendique la maîtrise de raconter deux expériences traumatiques différentes, en citant à trois reprises la devise de Ruskin « hiérarchiser, garder la juste mesure des choses, assembler des éléments disparates pour les intégrer en un tout où le bien ait sa place ».

On voit que la position esthétique l’emporte sur une vision étroitement morale, ce qui serait le fin mot d’un récit qui, sans vraiment innover, rappelle Dickens - comparaison non dépréciative, il faut le dire.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Richard Ford   

Revenir en haut Aller en bas
 
Richard Ford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Isidore Evêque et docteur de l'Eglise, commentaire du jour "L'homme crut à la parole que Jésus lui avait dite"
» AV : stores enrouleurs occultants
» Fan de Voitures d'exeptions ?
» En préparation pour le Nouvel Ordre Mondial – des citations
» Sommes nous les seuls dans l'Espace ? ... à ne pas savoir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Littérature américaine-
Sauter vers: