Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la vie scolaire, harcelement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: la vie scolaire, harcelement.   Mer 24 Déc 2008, 16:32

Il est bon d'y penser, à tous les niveaux comme le rappellent Les Mains gamines d'Emmanuelle Pagano ou la fureur de vivre (un film de 1955 avec james Dean et nathalie Wood)

Harcèlements à l’école, de Nicole Catheline, chez Albin Michel fait le point - autant que faire se peut, sur la « violence » à l’école. De nombreux pays usent de mots différents pour caractériser ces violences, et leur consacrent des études, ce qui n’est guère le cas en France.

Les medias parlent à satiété des violences graves (tabassage, agression au couteau, viol) qui sont rares, alors que les brimades, les injures, les rumeurs, les jeux dangereux avec victimes, (souvent filmés et relayés sur Internet) sont fréquents, et non sans conséquences sur ceux qui s’y livrent, quel que soit le rôle qu’ils y tiennent.

L’auteur démolit les barrières trop simplistes entre « agresseurs » et « victimes », tout en étudiant avec soin ces rôles, souvent alternatifs.

Il donne aussi des conseils pratiques aux adultes (professeurs et parents) pour examiner « humainement » - et non au vu des seuls résultats scolaires, la vie scolaire.

Citation :
« les adolescents sont d’abord sensibles au groupe, c'est à dire à la notion de camaraderie. La réussite scolaire est une attente d’adultes. »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Solweig
pilier
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Jeu 25 Déc 2008, 01:17

Hi hi hi, je crois bien que c'est la trêve des confiseurs.

sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny


balance balance balance balance balance balance balance balance balance balance balance balance balance balance

:fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower :fleur: flower

tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin tchin

content content content content content content content content content content content content content content content content content content content content content content
Revenir en haut Aller en bas
Solweig
pilier
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Jeu 25 Déc 2008, 01:34

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Jeu 25 Déc 2008, 07:14

rire tu as raison, et en même temps tu es en plein dans le sujet !

Spoiler:
 

bon Noel et bonnes vacances fou
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Ven 26 Déc 2008, 12:20

Citation :
« Quand une fois les disgrâces viennent assaillir quelqu' un, il semble qu’elles ne puissent pas finir ; elles sont comme les anneaux d’une chaîne et se suivent les unes les autres »
raconte Quevedo, dans son Histoire de Don Pablo de Ségovie . (chez Sillages)

Victime de « micro-violences » à répétition, appelées ici des disgrâces, le jeune en est perturbé et il lui arrive de retourner la violence contre autrui ou contre lui-même : agression violente,
- voire tuerie dans les cas exceptionnels à la Une des journaux, ou tentatives de suicides, tel est l’enchaînement qui guette autant la victime que l’agresseur lui-même.
A noter que les filles deviennent plus facilement dépressives dans ces situations.

Le caractère répétitif des brimades entraîne la honte ou l’érosion de l’estime de soi, un complexe de culpabilité et un silence souvent à l’origine de l’absentéisme scolaire.

Une étude du rectorat de Paris montre que les harcèlements divers ont touché 16% des décrocheurs. Au Japon, même phénomène pour un quart des élèves sujets à l’absentéisme.

Quant à ceux qui furent agresseurs, nombreux sont ceux qui ont par la suite des conduites antisociales, non dues à une méchanceté innée et foncière, mais touchés eux-mêmes par le traumatisme de ces situations malsaines.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Solweig
pilier
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Ven 26 Déc 2008, 15:28

La dernière phrase me confirme une chose : l'angélisme se traduit toujours par une utilisation tendancieuse du rapport cause/conséquence.

Et pourtant, je ne crois pas non plus que la méchanceté soit une fatalité. Mais il est vrai que ce n'est pas la même chose que de dire "La méchanceté n'est ni innée ni foncière" ou "la méchanceté n'existe pas".


Dernière édition par Solweig le Ven 26 Déc 2008, 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Ven 26 Déc 2008, 16:17

Solweig a écrit:
La dernière phrase me confirme une chose : l'angélisme se traduit toujours par une utilisation tendancieuse du rapport cause/conséquence.

c'est vrai que selon le type d'explications, on peut renverser l'ordre des termes.

Il est certes plus facile de trouver le déviant dès le plus jeune âge,car tout ce qui arrive par la suite se déduit automatiquement. Or la désignation du "coupable" répond à certaines variantes, que l'auteur examine à partir d'analyses de cas concrets.

On peut penser aussi qu'une étiquette apposée par un ou plusieurs adultes détenteurs d'autorité ou de compétence reconnue n'est pas sans répercussion profonde sur un enfant qui intègre le jugement porté.

L'avantage du livre est de montrer comment fonctionne, notamment, la pratique du bouc émissaire, chère à René Girard, et qu'on trouvera aussi bien chez les élèves que chez les profs.

dans j'apprends de Brigitte Giraud on lit une scène traumatisante, pas seulement pour la victime ou le harceleur, mais pour tous ceux qui y ont assisté passivement, voire en étant complices.

Ce fut d'ailleurs pour moi le seul intérêt du livre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Solweig
pilier
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Ven 26 Déc 2008, 16:36

T'inquiète, des scènes traumatisantes, j'en vis. Je n'ai pas tellement besoin qu'on me raconte. Le moindre mot, chez les ados à problèmes peut faire étincelle. Et le soir, quand je suis tranquille à la maison et que je corrige mes copies, ils utilisent les sujets de rédaction comme déversoir et me racontent le harcèlement qu'ils ont subi l'année précédente (quand ils ne me racontent pas comment ils ont retrouvé leur père pendu au bout d'une corde comme c'est le cas pour une gamine toute mignonne et toute calme que je n'aurais jamais imaginée avoir vécu cela à sept ans). En général, ce que les profs, les parents, les cpe et les chefs d'établissement essaient de faire, c'est que les non violents soient non violents pour deux, trois ou quatre. En général, on y arrive bien. Pour le reste, on n'est pas psychiatres. Ce n'est pas à nous de savoir quel secret de famille, quel deuil non digéré dans la famille ou que sais-je d'autre induit comme comportements. Et quand on se retrouve avec certains cas lourds, que par chance on arrive à rencontrer les parents et qu'on leur conseille avec autant de tact que possible de faire voir un psy à leur gosse, on est un peu atterrés quand ils nous répondent : "il est allé en voir un et le psy lui a répondu qu'il ne pouvait rien pour lui". Je ne sais pas si c'est vrai ; à la limite, ça ne m'étonnerait qu'à moitié. Quoiqu'il en soit, on retrouve ce jeune avec 20 autres jeunes à problèmes sur 25 et on doit leur apprendre l'accord du participe passé etc. Alors, les conseils de tel psy ou de tel autre, je veux bien, mais j'ai surtout envie de me mettre au fond de la classe et de les regarder faire. Ca m'intéresserait vraiment de voir comment ils se débrouillent.


Dernière édition par Solweig le Mar 30 Déc 2008, 01:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
plume
pilier
avatar

Nombre de messages : 117
Localisation : nord
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Ven 26 Déc 2008, 19:25

J'ai la chance d'avoir un directeur qui nous fait réflechir sur notre metier d' instit et les difficultés des élèves , leurs échecs, leur violence.. (sans exclure bien sûr ce qui relève de l 'élève), sur nos déviances éducatives et pédagogiques insconcientes ou niées

On travaille en collaboration avec une chouette psy, très humaine qui nous donne un éclairage sur la personnalité de chaque enfant son histoire familiale , ses souffrances , sa violence qui bien souvent prend racine dans la violence subie ou la dévalorisation par d'autres élèves , par des adultes , des enseignants qui n'en ont pas toujours conscience . Bien souvent aussi on constate qu'ils ont grandi dans un milieu déstructuré, sans règles, parfois témoins de violence familiales

Elle ne nous donne pas des solutions miracles , elle nous aide à comprendre à rectifier certaines attitudes éducatives c'est déjà pas si mal à mieux comprendre les causes du dégoût scolaire

Ce sont des élèves du primaire mais je veux croire qu'on peut encore modifier des comportements, même si pour beaucoup on n'a peu de prise sur si ce qui se joue dans les familles ..on essaye , on renonce pas .

Les gosses sont que des gosses ils sont ce qu'on a fait d'eux
La méchanceté la violence dans les gênes j'y crois pas trop .
On a une responsabilité collective adultes parents enseignants société
Revenir en haut Aller en bas
http://reveriesdelyse.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Lun 29 Déc 2008, 06:29

Citation :
« Au lycée d’Edward, Mather aurait été la victime idéale : petit, à peine un mètre soixante-cinq, avec de grosses lunettes sur un visage drolatique et informe, il était d’une intelligence et d’une loquacité exaspérantes »

Ian McEwan, sur la plage de Chesil, Gallimard, p 87

Fréquence des troubles mentaux chez les enfants âgés de 6 à 11 ans ( entre 7 et 25% dont 5% sont suffisamment sévères pour nécessiter des soins spécialisés. Il s'agirait donc d'une tranche d'âge difficile pour la vie en groupe ?

- 37% des garçons disent avoir été attaqués physiquement et 26%des filles ;
- 27% des garçons et 18% des filles disent avoir été rackettés ou qu’on leur a pris des affaires de force ;
- 40% des enfants disent avoir peur de se faire attaquer….

Résultats d'un enquête auprès d’un échantillon de 25000 enfants dans les académies de Marseille et de Nice.

Plus les établissements accueillent des élèves d’origine sociale défavorisée, et plus leur indice de climat scolaire est mauvais, plus les délits sont nombreux.

Citation :
Dans la Grande Bretagne d’aujourd’hui, le harcèlement constitue une forme subtile de racisme. Un quart des enfants issus d’une minorité ethnique ont été victimes de harcèlements contre 13% seulement des enfants « blancs » d’après un recensement de 2000. Depuis le 11 septembre un nombre croissant d’enfants sont harcelés à cause de leur religion.
30% des jeunes musulmans ont dit avoir subi des violences de la part d’autres élèves.

En France ? on n'en sait rien, puisqu'il n'y a pas d'enquête.

Officiellement, la tendance est à nier le problème du harcèlement, ou on conseille de faire examiner la victime. D'ailleurs il faut bien qu'elle apprenne la vie !!
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 30 Déc 2008, 07:19

plume a écrit:
J'ai la chance d'avoir un directeur qui nous fait réflechir sur notre metier d' instit et les difficultés des élèves , leurs échecs, leur violence.. (sans exclure bien sûr ce qui relève de l 'élève), sur nos déviances éducatives et pédagogiques insconcientes ou niées

Nicole Catheline parle aussi de pratiques critiquables : lire une mauvaise copie, laisser quelqu'un sècher au tableau etc. Il peut y avoir un bouc émissaire commun entre le profs et le groupe des éléves, tous deux pris par la peur d'un affrontement direct ;

A l'inverse, soucieux de valoriser un éléve tenu à part, l'enseignant le félicite pour un exposé dans ses cordes, ce qui conforte les autres dans une hostilité contre "l'intello".

Le directeur qui vient mettre de l'ordre dans une classe chahuteuse, en passant par-dessus la tête du prof malmené, ne lui rend pas service, dans la mesure où il le traite implicitement et publiquement d'incapable.
Ces problèmes sont délicats et, comme le dit Plume, l'intervention des conseils d'une psy se révèle bénéfique.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Sam 03 Jan 2009, 10:15

Nicole Catheline examine la diversité des cas, notamment la place de l’enfant dans la famille. Peut aussi bien être victime un enfant surprotégé, qu’un enfant dont les parents sont défaillants ou trop autoritaires.

Elle insiste sur les implications de la vie sociale de parents. Elle tend à recommander des activités extrascolaires qui mettent l’enfant au contact d’autres milieux.

Si le sujet de la maltraitance scolaire est peu abordé en France, du moins a-t-on des sites qui renseignent, et dont les témoignages vidéos montrent le désarroi des victimes.

C’est sur ce site.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Lun 07 Sep 2009, 16:35

le site de l'APHE, Association pour la prévention des phénomènes de harcèlement entre élèves,

cite trois récits qui montrent la dureté des mondes régis par les enfants :

Robert Musil Les désarrois de l'élève Törless

William Golding, Sa majesté des mouches

Bruce Lowery La cicatrice
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Gorky
pilier
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/07/2009

MessageSujet: Le harcèlement scolaire - souvenirs   Lun 07 Sep 2009, 17:21

Je ne sais pas si mon témoignage va ou non "tomber à côté". Je garde du milieu scolaire (et même universitaire sous une forme plus symbolique) le souvenir d'un milieu d'une extrême violence.
Les personnes qui ne connaissent pas la vie en entreprise peuvent peut-être penser que celle-ci est plus violente que la vie dans les écoles primaires et surtout les collèges. Il n'en est rien pour moi.
Dans une entreprise, il y a souvent une certaine " solidarité inconsciente de classe" entre les plus opprimés.
Ce n'est pas le cas dans les établissements scolaires.
J'ai été personnellement harcelée, mais non blessé physiquement. Aucun adulte n'est jamais intervenu dans l'établissement scolaire, si peu que ce soit. Mon crime était d'être "grosse" (et donc laide), d'être mutique, ne ne pas savoir me défendre.
Les mômes là-dedans (dans mon collège) étaient tous défavorisés et je n'échappais pas à la règle. Les agresseurs (c'est ainsi que je le vois, je peux me tromper) et les agressés sont deux aspects différents de la souffrance.
Quand on souffre, soit on retourne la violence contre soi (je me suis "scarifié" plus tard dans ma vie....) soit contre les autres. A quoi ça tient, je ne sais pas.
Je crois qu'une certaine violence à l'école a toujours été tolérée et non seulement sur les élèves...J'ai assisté, muette sur ma chaise, comme à mon habitude, quatre ans durant, au martyre quotidien de mon prof d'anglais... Je garde le souvenir d'un homme timide et anxieux, qui ne parvenait pas à "faire cours" même avec des "petits de sixième". Seul mon prof. de français de sixième avait eu le courage de nous, parler, à nous les élèves, de notre attitude ignoble avec ce jeune professeurs...enfin, de LEUR attitude ignoble avec ce jeune professeur d'anglais...
Quand les professeurs ne veulent même pas être solidaires avec un de leur collègue souffrant, je ne vois pas comment ils pourraient se préoccuper d'une petite jeune fille obèse de milieu ouvrier en échec scolaire....
C'est un peu décousu, mais je garde, quant à moi, le souvenir de "l'école" comme un lieu de violence qui a atteint son sommet en troisième, mais a commencé en primaire.
Bon, j'arrête là. Je ne sais même pas si je suis compréhensible...
Revenir en haut Aller en bas
http://jepenseque.over-blog.net/
cleo
pilier
avatar

Nombre de messages : 3890
Age : 34
Localisation : chez Jeanne........
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Lun 07 Sep 2009, 17:49

Si si c'est très compréhensible, Gorky. Smile Je pense que tu n'es malheureusement pas la seule à avoir subi des tensions à l'école. Ma mère m'avait raconté qu'elle avait entendu une histoire de racket à son école maternelle.... affraid

J'étais très introvertie au collège et je ne suivais pas la mode (je me voyais pas demander un pull à 500 francs, simplement pour avoir une marque affreuse au milieu!). Je restais dans mon coin. Je me fichais complètement d'être appréciée ou pas. Je me réfugiais dans les livres.
Oui, la violence est palpable à l'école. Je l'ai ressenti qu'au collège. Au collège, la différence est une source de conflit. Il faut suivre le troupeau.
J'ai passé de très bons moments au lycée et à la fac: rires, études passionnantes, bavardages avec amis et même avec les profs.

Je souviens aussi d'une prof qui n'arrivait pas à tenir sa classe. Un autre prof venait pour éviter l'émeute!
D'après un ami prof, il n'y a pas de solidarité de la hiérarchie envers les profs. Ils ne peuvent rien faire et doivent le plus souvent laisser passer dans la classe supérieure la plupart des élèves pour rester dans le quota.

_________________
"La vie est comme tout tableau: pour sembler belle, elle a besoin d'être vue à distance." Gustave Flaubert

« L'étonnement est à l'origine de la connaissance : celui qui cesse de s'étonner pourrait bien cesser de savoir » E.Gombrich
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Lun 07 Sep 2009, 18:01

On trouve un épisode de complot contre une élève dans j'apprends de brigitte giraud.

C'est à mes yeux le principal - sinon le seul, intérêt du livre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Gorky
pilier
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/07/2009

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Lun 07 Sep 2009, 21:10

Oui, il y a un grand malaise à l'école et il ne date pas d'hier (j'ai 50 ans et ma scolarité date vers 1975). Ces souvenirs m'ont fait remonter des émotions dont je ne soupçonnais pas la violence. Je suis allée sur le site de l'APHEE et je n'ai pas eu le coeur de regarder tout ça. Je ne m'étonne plus de ne pas me souvenir de ma scolarité !

Je n'ai aucune explication de ce phénomène. Il faudrait que j'aie la culture abyssale de Rotko et c'est pas gagné ! cheese

lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire! lire!
Revenir en haut Aller en bas
http://jepenseque.over-blog.net/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 29 Mar 2011, 05:44

Eric Debarbieux : "le harcèlement est un problème de santé publique".

Une enquête cana­dienne par exemple a démon­tré que près du quart des enfants absents chro­niques à l'école n'y venaient pas parce qu'ils avaient peur, essen­tiel­le­ment du har­cè­le­ment. Il y a donc un pro­blème de pré­ven­tion immé­diate pour éviter que les jeunes har­ce­lés ou har­ce­leurs ne soient pri­vés de sco­la­rité ou n'échouent. Et s'il ne faut pas y asso­cier toute la vio­lence, c'est un pro­blème de pré­ven­tion à long terme car le har­cè­le­ment est un pro­blème de santé publique.

En Finlande 2% des enfants sont har­ce­lés, en France les chiffres tour­ne­ront sans doute autour de 5 fois plus. En Angleterre, le har­cè­le­ment a été dimi­nué par 2 depuis qu'il y a eu des poli­tique publiques très volon­ta­ristes. Des opé­ra­tions en Pologne impor­tantes ont eu des effets immé­diats, en mobi­li­sant les médias.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Gorky
pilier
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/07/2009

MessageSujet: Les harcelés et les harceleurs, ce n'est pas la même chose !   Mar 29 Mar 2011, 06:11

Excuse moi, Rotko, mais en lisant ton message, mon sang n'a fait qu'un tour. D'ailleurs, je me sens tellement énervée que je doute de pouvoir m'exprimer clairement.
Nier qu'il y a des gosses qui sont des pervers est horriblement hypocrite et angélique. Oui, c'est ça :
-Les harcelés sont des gosses "gâtés" qui ne savent pas se défendre (c'est facile, quand tu es harcelé par un groupe sans pitié qui a la caution indifférente de tous les adultes qui t'entourent ! ).
-Les harceleurs sont de "pauvres gosses" malheureux chez eux.
Evidemment, il n'y a pas d'études sur le sujet...Mais, dans mon cas, mon père était alcoolique, ma mère et mon frère "harceleurs" eux-mêmes : j'étais "préparée" pour être une victime. Boulimique, mutique et d'une "intelligence" (d'après des tests) largement supérieure à la moyenne, j'étais déjà "dressée" dans ma famille pour être une victime.
Ce que je pense, moi, c'est que c'est souvent les harcelés qui ont AUSSI des problèmes à la maison. Mais ça, c'est une réalité trop cruelle pour qu'elle soit politiquement correcte. Il y a des gosses (dont j'étais) que personne ne veut défendre, tout simplement parce qu'ils sont destinés à être les "poubelles psychiques" des autres....
Ce qui n'est pas politiquement correct non plus de dire, c'est que le système scolaire actuel étant violent dans son essence, favorise les comportements de harcèlement. Quand les mômes pervers s'en prennent à un autre môme, ils n'emmerdent pas les profs et c'est ce qui compte, n'est-ce pas.
Lorsque que j'étais harcelée, JAMAIS un adulte n'a pris ma défense (bien au contraire). Il faut dire que, pour la plupart des gens, une fille d'ouvrier en échec scolaire, obèse, mutique, c'est UN BIDULE, pas un être humain et personne ne la plaint....
JE HAIS LE SYSTEME SCOLAIRE, qui a été une prison pour moi, un lieu de supplice.
Pour finir, tu crois peut-être "bien faire" (je rigole ! ! ), mais n'assimile jamais la victime et le bourreau.
Et : les bourreaux, ces pauvres bourreaux, ont sûrement eu une "enfance malheureuse" : s'ils ne l'avaient pas, cette enfance malheureuse, il faudrait se poser le problème du mal absolu (cf. Kant) et ça, je comprends: c'est difficile, c'est insupportable....
Les gens qui ont eu une enfance malheureuse sans développer de tendance sadiques, ce sont de pauvres cons qui ne méritent que de servir de paillasson aux autres...Ha bon ! Ce n'est pas ce que tu penses ? Consciemment, peut-être ....
Revenir en haut Aller en bas
http://jepenseque.over-blog.net/
Mile
Animation
avatar

Nombre de messages : 934
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 29 Mar 2011, 08:45

Gorky a écrit:
Evidemment, il n'y a pas d'études sur le sujet...

La victimologie a justement pour objet l'étude des causes menant à être une victime. J'y avais touché lors d'études criminologiques remontant maintenant à plus de quarante ans. Cette science en était alors à ses balbutiements mais on ne tranchait déjà plus en victimes et agresseurs. Toutes les gradations étaient admises d'un côté comme de l'autre. Dans ce domaine, comme dans beaucoup, on ne peut être manichéen.

Ceci dit, je ne mets nullement en cause les souffrances, physiques ou psychologiques, subies dans les cours d'école. Les élèves y sont d'une cruauté parfois saisissante. J'avais personnellement la chance d'être assez costaud et un peu fou (euphémisme), ce qui me permettait de tenir les emmerdeurs à distance. Mais certaines insultes restent encore autant de petites blessures.

Et, à l' époque, les baffes, coups de pied au cul, heures de colle, etc...dégringolaient à la vitesse "grand V".

_________________
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien.


http://monamilouisbertrand.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://monamilouisbertrand.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 29 Mar 2011, 09:50

Citation :
[rotko ]tu crois peut-être "bien faire" (je rigole ! ! ),

je suis désolé, Gorki, que mon post te fasse souvenir d'épisodes douloureux.
Pourquoi je me suis interessé au sujet ? sans doute parce qu'un éducateur avait parlé de l'enfance maltraitée à l'école.

Je me suis donc renseigné, et j'ai lu les livres dont je parle, j'en tire les traits dominants qui m'ont frappé, sans avoir aucun intérêt biographique ou culturel sur la question ;

sinon de tirer au clair ce dont on parle peu en France ; le dernier message, mis ce matin, parle d'une enquête officielle.

personnellement je n'ai pas d'avis sur la question, sauf ce que j'essaie de retirer de mon souci de documentation qui fait état d'enquêtes diverses,

et que je trouve utile d'en parler pour éviter ces situations traumatiques.


Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 29 Mar 2011, 10:41

D'après mes études personnelles (juste pragmatiques et donc non statistiques et non scientifiques) le harcèlement n'est pas l'exception , mais quasiment la règle, maintenant dans les cours d'écoles élémentaires et encore plus au collège.

Trop souvent les adultes ne s'en rendent pas compte, quand ils s'en rendent compte, ils sont très impuissants: ils peuvent parfois gérer ce qui se passe dans l'établissement, mais jamais ce qui se passe en dehors.

J'ai le souvenir par exemple d'une amie , prof de lettres dans un collège privé très chic, qui me racontait une histoire de racket avec trafic de drogue, qui se passait à l'endroit le plus sûr de l'établissement: sous les fenêtres de la directrice de cet établissement. Ils ont mis des mois à le savoir. Ensuite comme c'était un collège privé , ça s'est réglé très vite.

Dans les établissements publics, les enseignants sont encore plus impuissants, et il y a une banalisation de la violence dans la population, ajoutée aux délais d'intervention des services sociaux et judiciaires, qui garantit quasiment l'impunité aux agresseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Ivan K.
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 37
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 29 Mar 2011, 11:07

On retrouve du harcèlement partout, je l'ai vécu également, c'est effectivement terrible et destructeur. On se sent si peu protégé que l'on en vient à s'en croire coupable, car incapable de se défendre. On en vient presque à penser que l'on provoque ce genre de chose par le simple fait d'être soi.

Il y a un couple victime/bourreau, qu'il est difficile de briser. Je pense qu'il est possible de sortir de l'état de victime, mais que pour cela, il faut un changement d'environnement. On doit « armer »les enfants (émotionnellement et intellectuellement) pour qu'ils ne se retrouvent pas en état de victimes potentielles.

Cependant, je pense que notre société à tendance à encenser le bourreau. C'est particulièrement présent dans les médias, où ce qui fait exister, créer le buzz comme on dit, est généralement l'humiliation d'une personne par une autre. Il ne faut plus avoir raison dans le cadre d'un débat, mais « casser » l'autre.

A l'école, il me semble que l'on (le corps enseignant) a trop souvent tendance à encenser certaines attitudes, des stéréotypes sont mis plus en avant que d'autres. Le garçon, pour être reconnu, doit être un petit dur, se jetant avec cœur dans la compétition, égocentrique à la réplique facile. La fille sera perfide, comme doit l'être pour se défendre une petite fille, usant de la ruse mesquine pour s'affirmer. Elle passera pour une « chipie ». Ce sont peut être ces modèles que nous proposons qui sont, entre autre, sources de ces harcèlements.

Un autre livre où ce problème est présent, du moins dans la première partie, est Demian de Hermann Hesse.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Mar 29 Mar 2011, 14:00

Ivan K souligne avec raison une dérive fréquente :

Ivan K. a écrit:
Il ne faut plus avoir raison dans le cadre d'un débat, mais « casser » l'autre.

- c'est un point sur lequel GDS* se montre ferme et veut être compris : la discussion doit être un échange ouvert qui permet une meilleure connaissance du thème abordé.

- Vie scolaire : Un enfant sur dix est l'objet de violences à l'école :

L'étude a cherché à cerner d'une part les violences entre élèves: verbales (moqueries, rejet, racisme, insultes...), physiques (coups, bousculades, cheveux tirés...), violences «à connotation sexuelle» (voyeurisme dans les toilettes, déshabillage forcé, baiser forcé), violences «d'appropriation» (vols d'objets personnels, de matériel scolaire, du goûter, racket...) et enfin jeux dangereux (jeu du foulard...). A été d'autre part prise en compte la victimation par les adultes : sentiment de rejet de la part du maître, punitions corporelles.

Résultat, le taux d’élèves victimes de harcèlement physique est estimé à 10,1%, 71,8% des élèves interrogés n’étant pas victimes de violences et 18% l’étant occasionnellement. Pour les violences verbales, près de deux tiers des élèves (65%) se disent pas ou très peu concernés comme victimes, tandis que 14,4% le sont modérément ou fréquemment. Au total, 11,7% des élèves interrogés sont victimes de violences répétées à la fois physiques et verbales.


l'article de libération.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   Jeu 27 Déc 2012, 07:03

harcèlement scolaire.

Citation :
« Non mais tu voyais pas qu’on se foutait un peu de ta gueule ? »

un temoignage sur RUE 89.

En premier lieu, je veux dénoncer l’indifférence des autorités scolaires. Les professeurs, les pions, le CPE, si prompts à punir pour un bavardage ou une mauvaise note, deviennent étonnamment aveugles ou laxistes lorsqu’il s’agit de violence, un problème objectivement plus grave que ceux énoncés précédemment.

D’autre part, je veux dire l’inexactitude du stéréotype du cancre harceleur et issu des quartiers défavorisés. C’est de cette manière que les médias dépeignent le caïd des cours de récréation. Or, il y a des souffre-douleurs et des bourreaux dans chaque établissement scolaire, qu’il soit huppé ou mal famé.

Pour ma part, les petites terreurs que j’ai côtoyées étaient toutes de bons élèves, et avaient d’ailleurs en horreur les « racailles ». Mes bourreaux assistaient aux messes occasionnelles avec gaité...

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la vie scolaire, harcelement.   

Revenir en haut Aller en bas
 
la vie scolaire, harcelement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» menace de mort et harcelement
» Clash Boy, lutte contre le harcèlement scolaire
» Harcèlement scolaire : "tout un méca­nisme se met en place pour que la vic­time ne puisse pas s'en sor­tir seule".
» Harcèlement scolaire : le témoignage de Chimène Badi
» Harcèlement scolaire : le témoignage des parents d'Emilie dans La Croix.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Sciences humaines et documents-
Sauter vers: