Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'art et la drogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 11:16

Quoi que l'on puisse penser de cette démarche et de la drogue, il faut reconnaître qu'elle a permis aux artistes de donner naissance à des merveilles.

De Baudelaire à Michaux en passant par Thomas de Quincey, Cocteau ou encore Rimbaud, on ne compte plus ceux qui l'ont prônée, utilisée, voire ceux qui s'y sont perdus.

Pourquoi ?

On trouve majoritairement trois cas de figure:

1/ Une souffrance personnelle profonde qui mène à la toxicomanie, ce qui rejaillit sur les productions artistiques.

2/ L'expérience de la drogue, parfois aussi de la désintoxication, dont on rend compte.

3/ "L'expérience d'un buveur d'eau", pour reprendre l'expression de Michaux: une tentative de dépassement de soi, de ses limites, de son carcan humain, pour aller au-delà et atteindre l'inaccessible.

Ce dernier cas est d'ailleurs récurrent chez les surréalistes.

A noter aussi que l'on retrouve souvent, dans les oeuvres produites sous l'effet de la drogue, l'idée de l'extase et de la chute. A ce sujet, on peut se rappeler "La chambre double" de Baudelaire, ou encore "L'insoumis" de Michaux. L'évolution de l'écrit rend compte de celle de la drogue dans le corps. Il y a donc la montée extatique, puis la chute, le retour dans le réel et "ses étroites limites".

Qu'en pensez-vous ? Quelle est votre opinion à ce sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 11:54

d'abord un préambule : inutile de croire que la drogue mettra le génie à portée de la main :

Citation :
Pour juger les merveilles de l’opium, il serait absurde d’en référer à un marchand de bœufs ; car celui-ci ne rêvera que bœufs et pâturages

Baudelaire in l'homme dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Firenze
pilier
avatar

Nombre de messages : 346
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 12:15

Je pense qu'un rapprochement entre Michaux et Baudelaire sur ce sujet est à modérer ; Michaux était un consommateur fini, Baudelaire plutôt un observateur, presque clinique (les expériences personnelles restant les plus fiables pour parler d'un sujet comme celui de la drogue).

Passé cela, je n'ai pas d'opinion en particulier sur le sujet, je ne sais pas si on peut en avoir un réellement, sur la question du lien qui lie la drogue à l'inspiration. Il existe, mais n'est évidemment pas une formalité ; cela est entendu. Plus que la question de la drogue dans le processus de création, je pense que c'est celle de l'origine de la création. La drogue n'est finalement qu'un moyen comme un autre de l'atteindre, certes plus dangereuse et "concrète" que des pensées psychédéliques, des sensations extrêmes qui seraient issues "naturellement" d'un certain environnement psychique...
Revenir en haut Aller en bas
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 12:40

Je ne suis pas vraiment d'accord, Firenze. Michaux était tout sauf un toxicomane fini et invétéré, au contraire. Son approche de la drogue était très froide, très méthodique, très encadrée, c'était véritablement une expérience.

Ce qui en le rend pas si éloigné de Baudelaire sur ce point, même si je n'ai jamais cherché à établir un autre lien que celui de l'usage de la drogue, quel que soit cet usage.

J'aime bien ta citation, Rotko. Elle soulève un point intéressant, développé par Firenze. L'art ne naît pas de la drogue car celle-ci ne crée pas le talent, de toute évidence. Mais peut-elle permettre ou non le dépassement recherché, et a-t-elle rempli les fonctions qu'on pouvait lui assigner?
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
Firenze
pilier
avatar

Nombre de messages : 346
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 12:45

Peut-être alors est-ce un ressenti du peu que j'en connais, sur l'aspect d' "addict", mais il était quand même plus dépendant que Baudelaire - ce qui n'est pas très "dur" - qui expérimentait plus qu'il ne consommait...
Revenir en haut Aller en bas
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 18:16

Au fait, Rotko, j'y pense maintenant, mais Michaux a repris la phrase de Baudelaire, en disant: "Un boucher qui se drogue fait des rêves de boucher."

J'aime davantage, ceci étant, cette réflexion: "Tout est drogue à qui choisit pour y vivre l'autre côté."
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 18:19

ça me donne envie de relire de Quincey et ses confessions d'un mangeur d'opium

il avait des visions effrayantes, ça m'avait perturbé (sans substances).
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
M.854
pilier
avatar

Nombre de messages : 389
Localisation : Pavillon treize
Date d'inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 18:20

rotko a écrit:
d'abord un préambule : inutile de croire que la drogue mettra le génie à portée de la main :

Entièrement d'accord. Comme croire que picoler vous donnera le talent d'Hemingway ! siffle
Revenir en haut Aller en bas
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 18:49

Je l'avais commencé, ce livre, mais je n'ai pas réussi à dépasser les premières pages. J'ai trouvé le style très lourd et trop dense. bof

Vaut-il le coup que je m'y replonge ?
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 19:12

Attends que je le reprenne. je crois que la première traduction fut de Musset,
La traduction fut confiée à Musset, qui, tout admirateur de De Quincey qu'il était, en prit à ses aises avec le texte. Il a tout bonnement réécrit plusieurs épisodes de la vie du "mangeur d'opium"
Spoiler:
 

dans Les Paradis artificiels de Baudelaire sur le texte initial de Thomas de Quincey, on souligne souvent la suppression de plusieurs digressions de l'auteur anglais.

il existe actuellement dans la collection l'imaginaire chez Gallimard.

je le relirai chez Aubier en bilingue.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Sam 31 Jan 2009, 23:25

Je le savais que j'avais raison de me méfier de Musset. Razz

Mon édition est celle de Gallimard, je viens de vérifier.

En tout cas, tiens-nous au courant de tes avis lors de ta relecture ! Je verrai alors si ça me donne envie de retenter ou pas...

Les Paradis artificiels, il faudra que je les relise, par contre.
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Dim 01 Fév 2009, 08:13

Lîlâ a écrit:

Les Paradis artificiels, il faudra que je les relise, par contre.

Commençons donc par Baudelaire Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Dim 01 Fév 2009, 09:50

J'approuve, ça m'inspire plus et c'est plus court. Razz

Je m'y (re)mets dès que possible.
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
Moon
Animation
avatar

Nombre de messages : 8306
Age : 27
Localisation : Seattle
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Dim 01 Fév 2009, 10:53

La chambre double de Baudelaire évoque précisement le retour au réel après la drogue.

Citation :
Une chambre qui ressemble à une rêverie, une chambre véritablement spirituelle, où l'atmosphère stagnante est légèregment teintée de rose et de bleu.
L'âme y prend un bain de paresse, aromatisé par le regret et le désir. - C'est quelque chose de crépusculaire, de bleuâtre et de rosâtre; un rêve de volupté pendant une éclipse.
Les meubles ont des ormes allongées, prostrées, alanguies. Les meubles ont l'air de rêver; on les dirait doués d'une vie somnambulique, comme le végétal et le minéral. Les étoffes parlent une langue muette, comme les fleurs, comme les ciels, comme les soleils couchants.
Sur les murs nulle abomination artisique. Relativement au rêve pur, à l'impression non analysée, l'art défini, l'art positif est un blasphème. Ici, tout a la suffisante clarté et la délicieuse obscurité de l'harmonie. Une senteur infinitésimale du choix le plus exquis, à laquelle se mêle une très-légère humidité, nage dans cette atmosphère, où l'esprit sommeillant est bercé par des sensations de serre chaude.
La mousseline pleut abondamment devant les fenêtres et devant le lit; elle s'épanche en cascades neigeuses. Sur ce lit est couchée l'Idole, la souveraine des rêves. Mais comment est-elle ici ? Qui l'a amenée ? quel pouvoir magique l'a installée sur ce trône de rêverie et de volupté ?
Qu'importe ? la voilà ! je la reconnais.
Voilà bien ces yeux dont la flamme traverse le crépuscule; ces subtiles et terribles mirettes, que je reconnais à leur effrayante malice ! Elles attirent, elles subjuguent, elles dévorent le regard de l'imprudent qui les contemple. Je les ai souvent étudiées, ces étoiles noires qui commandent la curiosité et l'admiration.
A quel démon bienveillant dois-je d'être ainsi entouré de mystère, de silence, de paix et de parfums ? O béatitude! ce que nous nommons généralement la vie, même dans son expansion la plus heureuse, n'a rien de commun avec cette vie suprême dont j'ai maintenant connaissance et que je savoure minute par minute, seconde par seconde !
Non ! il n'est plus de minutes, il n'est plus de secondes ! Le temps a disparu; c'est l'Éternité qui règne, une éternité de délices !
Mais un coup terrible, lourd, a retenti à la porte, et, comme dans les rêves infernaux, il m'a semblé que je recevais un coup de pioche dans l'estomac.
Et puis un Spectre est entré. C'est un huissier qui vient me torturer au nom de la loi; und infâme concubine qui vient crier misère et ajouter les trivialités de sa vie aux douleurs de la mienne; ou bien le saute-ruisseau d'un directeur de journal qui réclame la suite du manuscrit.
La chambre paradisiaque, l'idole, la souveraine des rêves, la Sylpide, comme disait le grand René, toute cette magie a disparu au coup brutal frappé par le Spectre.
Horreur ! je me souviens ! je me souviens ! Oui ! ce taudis, ce séjour de l'éternel ennui, est bien le mien. Voii les meubles sots, poudreux, écornés; la cheminée sans flamme et sans braise, souillée de crachats: les tristes fenêtres où la plue a tracé des sillons dans la poussière; les manuscrits, raturés ou incomplets; l'almanach où le crayon a marqué les dates sinistres !
Et ce parfum d'un autre monde, dont je m'enivrais avec une sensibilité perfectionnée, hélas! il est remplacé par une fétide odeur de tabac mêlée à je ne sais quelle nauséabonde moisissure. On respire ici maintenat le ranci de la désolation.
Dans ce monde étroid, mais si plein de dégoût, un seul objet connu me sourit: la fiole de laudanum; une vieille et terrible amie; comme toutes les amies, hélas! féconde en caresses et en traîtrises.
Oh ! oui ! le Temps a reparu; le Temps règne en souverain maintenant; et avec les hideux vieillard est revenu tout son démoniaque cortège de Souvenirs, de Cauchemars, de Colères et de Névroses.
Je vous assure que les secondes maintenant sont fortement et solennellement accentuées, et chacune, en jaillissant de la pendule, dit: -- «Je suis la Vie, l'insupportable, l'implacable Vie! »
Il n'y a qu'une second dans la vie humaine qui ait mission d'annoncer une bonne nouvelle, la bonne nouvelle qui a cause à chacun une inexplicable peur.
Oui ! le Temps règne; il a repris sa brutale dictature. Et il me pousse, comme si j'étais un boeuf, avec son double aiguillon. -- «Et hue donc ! bourrique! Sue donc, esclave! Vis donc, damné !»

Nous sommes bien d'accord la drogue ne suffit pour faire de la poésie. C'est le poète qui sublime l'expérience en mettant les mots justes sur des sensations.
Revenir en haut Aller en bas
http://lumiereaout.canalblog.com/
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Dim 01 Fév 2009, 11:51

Erf. Tu m'as devancée, Moon, je m'apprêtais à le poster.

Autre phrase intéressante de Michaux, qui correspond à ce que nous disions précédemment.

"[…] je mets en garde contre toute explication mescalinienne.

La mescaline n’a fait que cueillir quelque chose qui était prêt".

A noter aussi, le texte "Expérience de la folie", écrit sous mescaline...sauf que Michaux, par erreur, a pris une dose largement supérieure à ce qu'il aurait dû prendre. Et il s'est senti sombrer.

Ce texte est un peu long pour être livré ici, mais il est très troublant tant il porte bien son titre...

Il a été publié dans Misérable miracle.
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
Anharmo
pilier
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 17/03/2008

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Dim 01 Fév 2009, 16:37

La drogue ouvre effectivement des canaux de pensées, d'inspirations, de visions... A qui en a (je parle des canaux)....
C'est plus rapide, surement plus toxique, de même qu'un mal profond ou qu'une euphorie. Cela peut aider à épanouir certanes perceptions ou guider une plongée dont on a parfois besoin pour créer.

Je passerai sur la l'aspect négatif - il est suffisamment distillé (du moins en France) -, l'inadaptation avec la pensée de l'huissier et du medecin sont aussi là pour nous le rappeler.
Revenir en haut Aller en bas
Anharmo
pilier
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 17/03/2008

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Dim 01 Fév 2009, 16:41

Dans les années 60, Ken Kesey - auteur entre autres de Vol au dessus d'un nid de coucou - et sa joyeuse bande des Merry Prankers avaient dans l'idée de créer esthétiquement et musicalement les sensations pocurées par le LSD. Si vous le trouvez, Acid Test nous en relate les péripéties.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Lun 02 Fév 2009, 16:38

je poursuis dans le sens d'Anharmo avec quelques poèmes qui pourraient retracer une trajectoire ascendante, acmé, puis chute comme avec une prise de stupéfiants.

on peut imaginer d'autres explications, je n'impose rien.

Baudelaire : rêve parisien

Rimbaud : Aube

Michaux, mais là c'est explicite avec le jardin exalté
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: drogues douces   Jeu 29 Juil 2010, 04:48



Citation :
La consommation de drogues inquiète le monde de l'entreprise. Selon plusieurs études, 15 à 20 %des accidents du travail, de l'absentéisme et des conflits seraient liés à des addictions.

Citation :
D'après l'Observatoire français des drogues et toxicomanies, 550 000 personnes, entre 12 et 75 ans, en prennent chaque jour. La cocaïne, elle, « est banalisée chez les cadres. Le travail ordinaire est devenu du sport de haut niveau », indique le professeur Dominique Penneau-Fontbonne, du service d'addictologie du CHU d'Angers.

Citation :
« C'est un problème de société, de mal-être global. Des préados de 12-13 ans fument du cannabis. Une habitude qu'ils gardent à leur entrée sur le marché de l'emploi », observe Didier Plassart, directeur régional du travail des Pays de la Loire.

Il me semble que les Français sont aussi les plus grands utilisateurs de médicaments psychotropes ou du moins de très gros consommateurs.

A quand les tests pour dépister les "dopés" chez les automobilistes et les "travailleurs" ?
En fait dans les entreprises, pourvu que le travail est fait... mais s'il y a risque d'accident, on n'y coupera pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Ven 12 Nov 2010, 06:59

la prise de stupéfiants hallucinogènes remonte à 400 av. J.-C., jusqu'aux allusions dans Alice au Pays des merveilles, avec la chenille fumant on ne saura jamais trop quoi La collection n'a vraiment aucune visée pédagogique ni moralisatrice : tout y est neutrement dévoilé, et à chacun reviendra de se faire une opinion.

À Londres, la Wellcome Collection vient d'ouvrir une exposition présentant les relations entre drogues et culture. Loin de juger, cette présentation expose et montre des faits, plutôt sur fond de curiosité. On y retrouve évidemment les dessins d'Henri Michaux, fait sous mescal, mais également les textes de Baudelaire sur le haschich et les paradis artificiels
.


clic !

Doctor and Mrs Syntax with a party of friends, experimenting with laughing gas.

le site de l'exposition comporte des illustrations. Le tout est en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Ven 12 Nov 2010, 09:23

Dans la biographie de Beauvoir que je peine à lire.... j'ai appris que Sartre avait voulu faire l'expérience de la mescaline. Apparemment, ça ne lui avait pas réussi, le résultat étant des épisodes hallucinatoires qui ont duré assez longtemps après la prise de drogues.

Un des risques de la prise de drogue, me semble être, qu'elle peut servir de révélateur à des problèmes psychiques sous jacents, alors que la personne était restée dans la norme jusque là.

Est ce que la prise de substances désinhibitrices favorise la création?? pas sûr.... la création suppose une maîtrise des productions. J'ai un peu l'impression que les artistes qui se sont essayés aux drogues et à l'alcool ont créé malgré cela plutôt que grâce à..
Mais après tout, comme je n'ai pas fait l'expérience moi même, je ne suis peut être pas la bonne personne pour en parler!
Revenir en haut Aller en bas
troglodyte
pilier
avatar

Nombre de messages : 1058
Age : 47
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Ven 12 Nov 2010, 16:05

Juste pour dire que le titre L'art et la drogue est une belle contrepèterie.
Revenir en haut Aller en bas
Aphrodite
pilier
avatar

Nombre de messages : 1643
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Ven 12 Nov 2010, 16:17

Exact. Je n'avais même pas remarqué de prime abord.

Pour en revenir au sujet initial, beaucoup d'auteurs ont écrit sous l'effet de la drogue.
Déjà Verlaine au 19ème siècle prenait de l'absinthe. Peut-être que cela ouvre les vannes de la pensée.

Je pense aussi à un livre d'Aldoux Huxley, un scientifique, "Les portes de la perception"; livre qui a été écrit sous l'effet de la drogue.

Actuellement, des auteurs comme V. Despentes ou M. Houellebecq ont également recours à ces substances.
Il y a en évidemment d'autres qui font moins parler d'eux...
Revenir en haut Aller en bas
troglodyte
pilier
avatar

Nombre de messages : 1058
Age : 47
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Ven 12 Nov 2010, 16:43

En lisant L'herbe du diable et la petite fumée on apprend que des Indiens d'Amérique du Sud décorent leurs maisons de formes géométriques qui'ils voient lors de leurs scéances de prise collective de substances psychotropes. Ils vivent dans une société basée sur le voyage psychédélique, au rebours de cette France réactionnaire où la main gantée du policier intrusif, au petit matin, vient plaquer la joue du consommateur sur le trottoir glacial, au son lugubre des aboiements des bergers allemands, qui se conjuguent avec l'effet stromboscopique du gyrophare intransigeant, direction la pénombre humide et malodorante de la salle de garde à vue.

Revenir en haut Aller en bas
Aphrodite
pilier
avatar

Nombre de messages : 1643
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: L'art et la drogue   Ven 12 Nov 2010, 16:45

Intéressant ! Je le note pour une de mes prochaines lecture ! Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'art et la drogue   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art et la drogue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Intentions de prière du Pape : pour les victimes de la drogue
» La drogue
» Afghanistan, aux sources de la drogue
» Site Internet pour les accros à la drogue
» le retour de la drogue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Sciences humaines et documents-
Sauter vers: