Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 James Ellroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Aède
pilier
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 46
Date d'inscription : 27/09/2008

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 27 Nov 2009, 11:30

Il se sera fait attendre American Madness lire
Revenir en haut Aller en bas
http://cyril.carau.outremonde.fr/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 25 Déc 2009, 17:34

Underworld USA, de James Ellroy, est le dernier volet de sa grande trilogie criminelle.

Citation :
En huit cents pages éblouissantes et cauchemardesques, il raconte l'Amérique des années 1960. C'est l'événement littéraire du début d'année.

dit bibliobs qui en donne un extrait.

Bientôt Le Prince nous en parlera et je lirai avec d'autant plus d'attention que... je ne connais pas Ellroy ! Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
jude
pilier
avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 25 Déc 2009, 18:22

Vu la jouissance qu'il y a à lire les deux premiers tomes, celui là pouvait se faire attendre c'est un plaisir de patienter !
J'espère qu'il va nous montrer J Edgar Hoover à quatre pattes devant un bel éphèbe qui sera (forcément) nervis de Howard Hughes (Le Prince comprendra...).
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Mer 13 Jan 2010, 20:03

«Underworld USA» de James Ellroy, traduit de l'américain par Jean-Paul Gratias, Rivages/Thriller.

le Figaro commente la lecture effectuée par Ellroy au théâtre du rond point;

Citation :
Sur près de huit cents pages complexes, frénétiques, Ellroy réussit l'impensable : ne jamais perdre en route le lecteur. Son style à nul autre pareil fait mouche : rythme infernal, phrases courtes, images chocs, restitution jubilatoire des langages argotiques et racistes de l'époque.

Ellroy choque, Ellroy dérange quand il fait œuvre d'historien et se met dans la peau de salauds. On n'imagine pas un romancier français oser la même chose sur la guerre d'Algérie, par exemple. La loi française le permettrait-elle ?

On est emporté, bousculé, effrayé par tant de puissance, de noirceur. On ressort essoré de cette lecture-là avec la certitude d'avoir croisé un ovni littéraire concocté par un virtuose du mal et un impitoyable destructeur de la mythologie américaine.

tout l'article
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Dim 17 Jan 2010, 08:22

Jean-Paul Gratias, traducteur d'Ellroy :
Citation :

Ses deux derniers livres font le volume de deux ou trois livres normaux ! Chacun m'a demandé sept mois de travail. Mais Underworld USA a été plus facile que le précédent, qui allait au maximum de l'épure. Les phrases faisaient deux ou trois mots. Là, c'est moins sec, c'est presque du Marcel Proust (rires). [...]

Avec Ellroy, la grande jouissance vient des dialogues : il est capable d'écrire des choses très fortes.

in Ouest-France.

Ellroy sur France-inter

.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
marxou
pilier
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 36
Localisation : europe
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 19 Fév 2010, 19:32

Je viens de rentrer dans son univers avec Dick Contino's Blues et j'avale actuellement Black Dahlia. Très plaisant à lire (alors que je ne suis absolument pas fan de polars), aucune trace d'ennui, des personnages denses, des intrigues complexes, mais est-ce de la grande littérature comme on le prétend aux USA ? J'en doute.
Revenir en haut Aller en bas
jude
pilier
avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 19 Fév 2010, 21:22

Disons qu'il est un digne héritier de Fante, Hammet, McBain, dans le désordre... Pour avoir été boulimique de son oeuvre à une époque, je peux dire en tout cas que c'est un homme hanté par son passé d'enfant meurtri, qui se laisse déborder par son style. Son écriture est de plus en plus saccadée, elle ne laisse presque plus place à l'intrigue, non plus qu'aux sentiments. Ce qui lui importe aujourd'hui, c'est la psyché humaine, du point de vue de l'Amérique Sanglante.
Mais son fait d'arme restera d'avoir presque démasqué le tueur du Dalhia vingt ans en avance, à travers son livre maintenant célèbre. Il y a aujourd'hui un grand site de vidéos en ligne qui propose une enquête très sérieuse en images de la personnalité du vrai tueur du Dalhia, démasqué par son propre fils flic au LAPD (mise en abîme de toute beauté), qui est lui-même ami d'Ellroy... Quand la littérature rejoint l'Histoire....
Revenir en haut Aller en bas
Aède
pilier
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 46
Date d'inscription : 27/09/2008

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 11 Mar 2010, 15:37

Je ne l'ai pas encore lu son dernier. Est-ce qu'au niveau du style on est plus proche de American tabloïd ? American death Trip ? ou White Jazz ?
Revenir en haut Aller en bas
http://cyril.carau.outremonde.fr/
Bambi_Slaughter
pilier
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 10 Juin 2010, 14:00

J'ai lu A cause la nuit, Le Dahlia noir et Le Grand Nulle Part. Coup de coeur pour ce dernier. Du polar comme je les aime.
Ayant préféré Le GNP au Dahlia Noir, je pense que L.A Confidential pourrait faire encore mieux.

Sinon, sa trilogie Underworld USA ne m'intéresse pas trop ...

Enfin, avec la trilogie Llyod Hopkins, le quatuor de Los Angeles, j'ai encore assez à lire ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://books2heaven.over-blog.com
jude
pilier
avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 10 Juin 2010, 14:05

Son dernier semble avoir été écrit en parallèle avec les autres, c'est une suite à la fois sur la forme que dans le fond... Ellroy affole encore plus la syntaxe que dans Tabloid et Death Trip, c'est parfois déroutant, même quand on est habitué.
La trilogie Underworld est l'apogée de l'obsession d'Ellroy pour la défunte Amérique de sa jeunesse.. A lire quand on a envie de connaître les pires défauts de figures mythiques comme JFK, Hoover, et surtout du LAPD, NYPD qui sont les véritables sujets de l'écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
styx
pilier


Nombre de messages : 40
Age : 45
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: James Ellroy   Lun 02 Aoû 2010, 16:31

Avant d'aborder cet auteur, j'avais au préalable lu dans la presse des articles élogieux, comme étant l'auteur de polar qu'il fallait lire.
Ne voulant pas commencer par un de ses romans qui avait été porté sur le grand écran, et ce afin d'être sur de ne pas être influencé parce que j'avais vu au ciné, mon choix s'est rapidement porté sur lune sanglante.
Je vous le dis tout de suite j'ai étais énormément déçu par ce bookin.
Je suis passé du rire (certains passages me sont apparus grotesques) à l'ennui le plus total. J'ai bien failli ne jamais finir ce roman, mais je me suis un peu forcé afin d'être le plus juste possible dans mon jugement.
Une fois le livre refermé la 1ere réflexion qui me vint à l'esprit fut " Encore bien que Ellroy est censé être l'auteur incontournable du polar, parce que sinon, qu'est-ce que ça serait"...

Je vais peut être vous apparaître dur, mais je trouve que J.Ellroy est quelque peu surestimé, en tout cas ce lune sanglante ne m'a pas donné l'envie de pousser plus loin dans l'oeuvre de Ellroy.
Revenir en haut Aller en bas
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 09 Sep 2010, 11:57

Pour moi, c'est contraire, Lune sanglante m'a donné envie de lire la suite, en l'occurrence A cause de la nuit.

On y retrouve Lloyd Hopkins, ses obsessions, son monde où tous les paumés se croisent (prostituées, camés, psychopathes, journaleux...), et l'atmosphère policière chère à Ellroy.

Je trouve l'histoire assez bien imaginée : un psychiatre manipule ses patients afin de leur faire dépasser leurs limites et assouvir ses penchants malsains. Mais le but principal est de retrouver dans son subconscient quel événement est à l'origine de son dérèglement mental et moral, qui à ses yeux ne peut passer que par une confrontation avec Lloyd Hopkins, génie pouvant rivaliser avec lui. Et je vous assure que l'événement en question, dévoilé à la fin, est vraiment dérangeant à la lecture.

Ellroy, une fois de plus, explore une ville, SA ville, et dévoile que sous son beau nom angélique se cache un véritable enfer où se côtoient toutes les perversions. Avec en plus un style une nouvelle fois brut et sans concession.

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Mer 29 Sep 2010, 04:34

je reposte ici ce qui est en début de fil, car certains n'ont pas encore donné leur avis

Citation :
James Ellroy, Lune sanglante, Rivages noirs.

Rose minitel et noir pompes funèbres.

La scène liminaire met tout de suite dans l’ambiance : Lloyd connaît son baptême, et les émeutes de Watts, le Ghetto noir de Los Angeles lui ouvrent un champ d’exercice infernal où il incarne un bon ange exterminateur.

Tel est Lloyd : traquant officiellement et dans la police le crime et les pervers, mais aussi établi à son compte, jouissant de cet enfer, en monstrueux protecteur de l’innocence.

Lune sanglante offre donc en crimes et en atrocités, un tableau urbain digne de Necropolis d’ Herbert Lieberman,

voila le bon côté (sic). Lloyd en criminel pervers n’est pas mal non plus.


j'ironisais aussi sur le "cerveau à déclics" qui permet au détective, à peu de frais, de trouver la bonne piste. J'avais oublié ma lecture, et j'ai retrouvé dès les premières pages les actes crapuleux. Je n'aipas eu envie de les lire une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: James Ellroy   Mer 29 Sep 2010, 07:08

Lune sanglante, un livre original pour moi – mais je ne suis pas spécialiste du polar ! – d’abord dans sa construction, puisque nous suivons en même temps le policier et l’assassin, ensuite dans cette poursuite du parallélisme puisque les deux « héros » cherchent à sauvegarder l’innocence, enfin dans son exploration des contradictions qui habitent l’homme et son absence de manichéisme (le policier n’est pas vraiment sympathique !). Je n’ai pas grand-chose à dire sur le style, assez dépouillé finalement, presque trop, mais adapté à l’histoire racontée.

Cependant, je n’ai pas envie de lire les deux romans suivants qui, paraît-il, complètent une trilogie. Ce genre de roman très noir, sans la moindre lueur, me déprime ! J’avoue aussi que l’abondance de scènes sanglantes m’a donné la nausée. Non décidément, je ne suis pas faite pour ce type de lecture !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Mer 29 Sep 2010, 09:34

j'aime bien les polars, les scènes"noires " ne me font pas peur chez Thompson par exemple, l'auteur de 1275 âmes, mais je n'ai pas accroché avec Ellroy, peut-être déçu après tous les éloges qui en sont faits.

Citation :
Lloyd s’assit dans sa voiture et rédigea une description, du bloc, et son regard ne manifesta qu’une fois une lueur d’intérêt -lorsqu’il remarqua un panneau de l’autre côté de la rue du 1167 Larrabee, « stationnement nocturne interdit ». Par deux fois ses rouages firent entendre un déclic. Il était au cœur du ghetto pédé. Son assassin, en toute probabilité, avait choisi Stimka pour l’emplacement de son domicile…[…]

Lloyd sourit et parcourut deux blocs en direction de la maison à ossatures de bois sur Westbourne Drive, là où Laurette Powell était morte […] un autre panneau « stationnement nocturne interdit », un autre déclic, celui-ci très étouffé


Dans le roman noir, comme dans le roman à énigme, je suis sourcilleux sur la vraisemblance de l'enquête : c'est-à-dire que l'intuition par déclics providentiels non fondés sur des indices rationnels me rebute. Pour moi une enquête doit être menée logiquement, même si elle n'est pas le centre du roman (qui peut déboucher sur une peinture sociale ou un récit d'humour).

Qu'on délaisse l'intrigue ne me dérange pas. C'est sans doute la fréquentation de sherlock holmes et d'Agatha Christie, même s'ils ont recours à des subtilités parfois peu crédibles, qui m'a donné ce travers. Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
marxou
pilier
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 36
Localisation : europe
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 30 Sep 2010, 13:45

rotko a écrit:
j'aime bien les polars, les scènes"noires " ne me font pas peur chez Thompson par exemple, l'auteur de 1275 âmes, mais je n'ai pas accroché avec Ellroy, peut-être déçu après tous les éloges qui en sont faits.

Citation :
Lloyd s’assit dans sa voiture et rédigea une description, du bloc, et son regard ne manifesta qu’une fois une lueur d’intérêt -lorsqu’il remarqua un panneau de l’autre côté de la rue du 1167 Larrabee, « stationnement nocturne interdit ». Par deux fois ses rouages firent entendre un déclic. Il était au cœur du ghetto pédé. Son assassin, en toute probabilité, avait choisi Stimka pour l’emplacement de son domicile…[…]

Lloyd sourit et parcourut deux blocs en direction de la maison à ossatures de bois sur Westbourne Drive, là où Laurette Powell était morte […] un autre panneau « stationnement nocturne interdit », un autre déclic, celui-ci très étouffé


Dans le roman noir, comme dans le roman à énigme, je suis sourcilleux sur la vraisemblance de l'enquête : c'est-à-dire que l'intuition par déclics providentiels non fondés sur des indices rationnels me rebute. Pour moi une enquête doit être menée logiquement, même si elle n'est pas le centre du roman (qui peut déboucher sur une peinture sociale ou un récit d'humour).

Qu'on délaisse l'intrigue ne me dérange pas. C'est sans doute la fréquentation de sherlock holmes et d'Agatha Christie, même s'ils ont recours à des subtilités parfois peu crédibles, qui m'a donné ce travers. Sad

Pour moi le recours à l'intuition est justement un des mérites d'Ellroy, il démonte par là les excès rationalistes de ses prédécesseurs. La plupart des enquêteurs affirment que pour faire ce métier, il faut surtout beaucoup de flair, plus que de la logique.
Revenir en haut Aller en bas
katie
Animation
avatar

Nombre de messages : 1264
Age : 58
Localisation : .... dans mes montagnes ....
Date d'inscription : 08/02/2008

MessageSujet: Re: James Ellroy   Dim 10 Oct 2010, 12:10

Moi qui aime les polars habituellement, Lune sanglante m'a sidérée par la violence qu'on trouve tout au long de ce livre bof : je n'y trouve absolument aucun intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 20 Jan 2011, 06:34



La Malédiction Hilliker, chez Rivages, est un récit autobiographique de James Ellroy tout entier centré sur son "obsession des femmes".

Ses amantes, ses épouses. Sa vie avec elles. Sa vie sans elles. Le sexe, l'écriture. Sa mère comme un rêve. Sa mère comme un cauchemar. Une pute, un ange. Comme toujours chez lui, l'immersion est totale. On voudrait lire "de loin", objectivement.[...] C'est un plongeon en eaux troubles dans l'esprit et le corps d'un homme. Déstabilisant et envoûtant

dit l'Express.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 28 Jan 2011, 11:00

Claude Mesplède, le pape du polar, et qui aime son surnom, l'auteur du dictionnaire bien connu, a commenté pour la Dépêche la venue en france de James Ellroy :

La dernière fois qu'il est venu à Toulouse, c'était en 2001 pour « American Death Trip ». Nous avions déjeuné ensemble et j'avais présenté le débat. Quand il est arrivé, il a fait comme à son habitude de la provocation. Avant la moindre question, il s'est livré à une logorrhée sur Jean-Paul Sartre, qu'il disait avoir rencontré récemment, ce qui était faux évidemment. Il aime faire le malin mais ensuite, il a été question de Kennedy, dont il évoquait l'assassinat dans son livre, et là son intervention a été impeccable, passionnante.

Le meilleur livre
Je ne sais pas si c'est son meilleur livre mais j'aime particulièrement Le Grand nulle part. Cela se passe à Hollywood. Il raconte comme le FBI traquait les militants communistes réunis dans des cellules infestées d'agents du FBI.

Los Angeles, ville hantée
Los Angeles revient dans presque tous ses livres. James Ellroy est fasciné par cette ville qu'il recrée dans ce qu'elle a de monstrueux, avec ses émeutes raciales, sa police corrompue. Ellroy se place toujours du côté de l'enfer. L'assassinat de sa mère est l'élément fondateur de son œuvre. En 1948, alors qu'il avait 9 ou 10 ans, il l'avait retrouvée découpée en morceaux. Et son père qui répétait : « Elle a eu ce qu'elle méritait : Ce n'était qu'une salope ! »

Les personnages : que des salauds
Il y en a un qui porte mon nom. Il a été dans tous les coups foireux, de l'OAS à la CIA en Amérique du Sud. Sa seule qualité est qu'il parle espagnol couramment. Ellroy mélange toujours personnages ayant existé et créatures de fiction. Son Hoover est assez chargé : homme machiavélique qui traque les homos ou les communistes au lieu de s'occuper de la mafia. Un de ses salauds inventés s'appelle Pete Bondurant. Flic briseur de grèves, il s'est spécialisé dans l'extorsion de fonds chez les homos. Son frère est l'avorteur des stars à Hollywood. Et les assassins sont aussi très réussis : le tueur au glouton lacère ses proies comme un animal sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: James Ellroy   Ven 28 Jan 2011, 11:07


cette présentation conforte ce que disait Prince récemment :

Citation :
je suis allé à une dédicace de... James Ellroy Bon, bah le type est aussi bizarre qu'on peut l'imaginer. C'est un peu un showman, qui demande haut et fort si quelqu'un a du crack ou de la coke pour tenir Bon, il gueulait aussi "vive le FN", mais je ne sais pas s'il connaît vraiment ou si c'est de la provoc' En tout cas, j'ai enfin vu un monstre sacré
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Lun 21 Mar 2011, 19:25

Un tueur sur la route

Attention, chef-d'œuvre! C'est pour moi le meilleur Ellroy que j'ai lu jusque-là.

Tout commence avec l'enfance de Martin Plunkett. Un père qui attend l'apocalypse nucléaire tant prédite par les autorités sous la guerre froide, et une mère complètement névrosée qui impose le silence à son fils. Silencieux à la maison comme à l'école, le petit Martin se crée un cinéma mental, où les images défilent. Le père s'en va, et la mère prend des cachets. Ces cachets, le jeune Martin les a remplacés par d'autres, et la mère se vide de son sang dans la baignoire. Martin, qui a en tête un personnage de BD, Super Saigneur, a l'idée de goûter le sang de sa mère mêlé à l'eau du bain.

Autant dire que Martin est dérangé, jusqu'au jour où il cambriole et se transforme en voyeur pervers, voulant voir des couples en train de faire l'amour pendant qu'il cambriole. Un jour, il touche l'homme, est arrêté et fait un an de prison. Dans le même bâtiment se trouve Charles Manson, duquel Plunkett se sent bien supérieur, ainsi que de tous les tueurs dont il lit l'histoire dans les magazines.

A sa sortie de prison, Martin se met à tuer, à la hache puis au pistolet, hanté par son besoin de meurtre. Il laisse des cadavres sur sa route, qu'il parcourt à bord de la Mortmobile. Il rencontre l'agent Ross Anderson, lui-même tueur en série : il viole et démembre des jeunes femmes. Anderson est admiratif de Plunkett, et les deux hommes échangent un baiser. Ce baiser va hanter Plunkett jusqu'à la fin du roman.


Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est le principe du livre, qui est en fait le récit que fait Plunkett une fois emprisonné. Celui-ci mélange récit à la première personne, articles de journaux et procès-verbaux policiers, faisant alterner subjectivité et objectivité. Ce livre est aussi la plongée dans le cerveau du tueur, mêlant obsessions, fantasmes, pulsions... On assiste à la naissance du monstre, à son activité macabre, le tout jusqu'au final tout bonnement sidérant. Le dernier paragraphe est absolument remarquable. Et une fois de plus, le style d'Ellroy fait mouche. Un très grand livre!!

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: James Ellroy   Mar 22 Mar 2011, 09:33

J'avais laissé tomber la lecture de James Ellroy dont j'ai lu Le dahlia noir, L.A Confidential et Ma part d'ombre ( celui que j'ai préféré ). Je crois que j'en ai eu assez d'en entendre parler partout dès qu'il sort un livre. col

Je vais sans doute la reprendre avec Un tueur sur la route, grâce à toi Prince. Tu sais défendre tes auteurs cheers
Revenir en haut Aller en bas
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Mar 22 Mar 2011, 10:18

Natalia a écrit:
Tu sais défendre tes auteurs cheers
Merci merci

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Sam 03 Aoû 2013, 15:05

je viens de terminer le dahlia noir
j'ai parcouru ce fil qui est assez difficile à suivre : il y a les livres et les films qui en sont tirés. Tantôt l'un parle d'un film et puis un autre enchaine sur le livre et c'est la foire d'embrouille !
Rotko, tu l'as lu finalement Le dahlia ? j'étais persuadée que tu l'avais conseillé...scratch 
Il m'a un peu angoissée, parfois. Je vais en parler plus tard, bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: James Ellroy   Jeu 29 Aoû 2013, 22:23

j'ai lu american tabloid en plusieurs fois : 745 pages.
comme beaucoup de gens, j'avais une certaine idée de John F. Kennedy. Et puis j'ai connu le rapport Warren, et certaines vérités... je me suis fait un raison. Après avoir lu ce pavé et les critiques de la presse lors de sa parution, je n'ai plus l'ombre d'un illusion !


Par Dinah Brand


"
On a découvert James Ellroy à travers Le dahlia noir. Il introduisait alors le terme de "serial killers", à une époque où ces tueurs restaient des événements de prétoire. Mais, déjà, son goût pour le désespoir horrifié laissait entendre le pire et le meilleur. Onze romans plus tard et une réputation qui n'est plus à faire, Ellroy revient avec un énorme bouquin de presque huit cents pages racontant très ouvertement la vie - et la mort - des Kennedy dans une Amérique qui ne sent pas toujours la rose. En fait, le romancier s'empare de toute l'histoire des Etats-Unis pour en faire une vaste fiction terriblement proche de la réalité.

Rien n'est faux, tout est vrai, ou le contraire. Et qu'importe. Il ne s'agit vraiment pas d'un document sur un pan de l'aventure américaine, plutôt d'une histoire, à peine fictive, qui met en scène des flics pourris, des mouchards, des véreux, ainsi que de fausses statues idéales, toute une frange de cette société qui pourtant domine la cité. Des maîtresses qui sortent par une porte, des mafiosi qui entrent par une autre. Allons, tout ceci n'est-il qu'un mythe démythifié ou un roman froidement historique?

La noirceur d'Ellroy est comme un puits sans fond; sa jubilation à traîner les hommes de pouvoir dans la fange dépasse l'entendement. Le résultat est brûlant, déroutant, palpitant, effroyablement crédible. Que dire de mieux vis-à-vis d'un auteur qui travailla quatre ans sur ce livre sinon qu'on a le sentiment qu'après American tabloïd, l'image de la famille Kennedy et de sa famille "spirituelle" risque d'en prendre un sacré coup

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/american-tabloid_798701.html#qVbEVhFL3qC2RrZ7.99 "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: James Ellroy   

Revenir en haut Aller en bas
 
James Ellroy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Militaire: Philip James Corso (lieutenant-colonel) (1915-1998)
» James Tobin
» La Prophétie des Andes (James Redfield)
» Le James Webb Space Telescope pourrait voir les océans des exoplanètes
» James Bond n'y est pour rien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: