Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Utopie
pilier


Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 12/06/2006

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Jeu 12 Mar 2009, 21:27

rotko a écrit:
vendredi 20 mars, en avant-première sur ARTE à à 20h45.

ce sera "La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld avec isabelle adjani prof dans un collège difficile. Décidement le sujet est d'actualité !

Je voulais le voir, j'ai vu des vidéos qui m'ont intéressée, j'aime bien Isabelle Adjani et le thème.

Utopie a écrit:
Ah oui L'autre me tenterait bien et La journée de la jupe aussi (un extrait ici !) et un autre là.

J'espère que je ne vais pas oublier hesit
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Ven 20 Mar 2009, 06:24

la journée de la jupe

Isabelle Adjani revientsur le grand écran.Un revolver à la main. Un traitement politiquement incorrect de la violence à l'école qui a séduit l'actrice.
Isabelle Adjani campe une enseignante.Humiliée par ses élèves elle finit par prendre sa classe en otage.

vendredi 20 mars, en avant-première sur ARTE à à 20h45.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Sam 21 Mar 2009, 23:25

Un film qui ne peut laisser indifférent car le sujet, devenu hélas presque banal, est habilement renouvelé par l’idée du prof preneur d’otages. Adjani est égale à elle-même, c’est-à-dire excellente. Le huis clos dans une salle de théâtre est une trouvaille et il y en a d’autres, comme le titre par exemple. Il me semble pourtant que l’accumulation des thèmes propres aux difficultés rencontrées dans un collège de banlieue est excessive et frôle parfois le cliché, à moins que ce ne soit voulu justement car la dérision côtoie le tragique à plusieurs reprises mais en ce cas, il me semble que ce n’est pas parfaitement maîtrisé. Les jeunes sont saisissants de vérité. En revanche, pour moi, le personnage du principal n’est pas crédible du tout. Enfin, j’ai regretté de perdre une partie des dialogues à cause de la prise de son mais c’est une remarque qu’on peut faire pour nombre de téléfilms et films actuels.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 22 Mar 2009, 06:32

Je n'ai pas vu le film, car j'étais absent.

Certains en profitent pour taper sur les "jeunes incultes" et voient dans la colère de la prof une "libération" !

Spoiler:
 

Pour un peu ils souhaiteraient une "bonne guerre" pour "corriger les esprits" et "dresser les corps".

. Je ne pense pas que le metteur en scène et l'interprète soient porteurs d'un tel "message" !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 22 Mar 2009, 22:08

rotko a écrit:
Je n'ai pas vu le film, car j'étais absent.

Certains en profitent pour taper sur les "jeunes incultes" et voient dans la colère de la prof une "libération" !

Spoiler:
 

Pour un peu ils souhaiteraient une "bonne guerre" pour "corriger les esprits" et "dresser les corps".

. Je ne pense pas que le metteur en scène et l'interprète soient porteurs d'un tel "message" !

Je ne le pense pas non plus ! Le prof qui explose nous offre l'image de ce qui pourrait arriver. C'est bien ce qui nous gêne et nous pousse à nous demander : qu'aurions-nous fait à sa place ? que pouvons-nous faire, nous les adultes, les parents, les profs, la société dans son ensemble, pour éviter que de pareilles situations ne deviennent réalité ?
Quant aux "adolescents incultes", il y a peut-être d'autres façons de les amener à découvrir Molière. Le "dressage" du corps comme de l'esprit n'est sûrement pas une bonne solution !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Lun 23 Mar 2009, 06:29

Rediffusion ce lundi 23 mars sur Arte à 14 h 45 ; c'est le moment de l'enregistrer !

Arte est très content.

Citation :
Merci aux 2 245 000 téléspectateurs qui ont suivi cette première diffusion.
Cette audience qui correspond à 9,6% de part de marché constitue le record de la chaîne, toutes cases confondues pour l'année en cours et se situe dans les records historiques pour Arte.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Utopie
pilier


Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 12/06/2006

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 29 Mar 2009, 00:00

Maëglin a écrit:

Quelqu'un a vu la journée de la jupe. Moi ça me fait un peu peur... J'ai peur d'arriver encore dans la caricature.

Je l'ai vu et apprécié, je ne l'ai pas trouvé caricatural, je suis même contente car il aborde un sujet sur lequel je me suis souvent étonnée "pourquoi il n'y a pas plus de pétage de cables" et je pense que le sujet pourrait s'adapter à beaucoup de situations.
La capacité de l'humain à supporter ou s'adapter, selon, me laisse toujours pensive.
Un petit coup de coeur supplémentaire car le film se passe dans une salle de théâtre, lieu où je travaillais au sein d'établissements scolaires, bon je n'ai jamais craqué mais c'est plausible.
Intéressant aussi pour le regard posé sur les femmes.
Adjani dans le rôle de la prof est bien, le jeu est juste.

Juste la fin m'a un peu semblé courte (?).
Revenir en haut Aller en bas
Bablier
pilier


Nombre de messages : 396
Age : 49
Localisation : Chiken McWrap City
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 29 Mar 2009, 08:18

Utopie a écrit:
Je l'ai vu et apprécié, je ne l'ai pas trouvé caricatural, je suis même contente car il aborde un sujet sur lequel je me suis souvent étonnée "pourquoi il n'y a pas plus de pétage de cables" et je pense que le sujet pourrait s'adapter à beaucoup de situations.
La capacité de l'humain à supporter ou s'adapter, selon, me laisse toujours pensive.
Un petit coup de coeur supplémentaire car le film se passe dans une salle de théâtre, lieu où je travaillais au sein d'établissements scolaires, bon je n'ai jamais craqué mais c'est plausible.
Intéressant aussi pour le regard posé sur les femmes.
Adjani dans le rôle de la prof est bien, le jeu est juste.

Juste la fin m'a un peu semblé courte (?).

Bon, alors ça me rassure un petit peu. J'irais peut-être le voir la semaine prochaine. Je ne doutais pas du jeu d'Isabelle Adjani, mais j'avais peur que le sujet du film force le scénario à être caricatural, force Adjani a se caricaturer dans un archétype de professeur, force enfin les jeunes à jouer l'image de la bonne racaille insolente...

Je vous en parlerai si je vais le voir. En tout cas, merci Utopie, je suis en parti rassuré. C'est bizarre comme on peut se faire des idées sur tout un film à partir de rien. Razz siffle
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
pilier
avatar

Nombre de messages : 31
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: la journée de la jupe   Dim 29 Mar 2009, 12:38

J'ai également vu le film qui ne me semble pas non plus caricatural:
ce qui s'y passe pourrait se produire dans beaucoup d'écoles
où les professeurs sont à bout. Isabelle Adjani est très
convaincante, comme d'habitude: elle s'implique à fond dans son
personnage... Je trouve simplement dommage que trop de
problèmes soient abordés en même temps ( par exemple les
difficultés de couple d'un des policiers...)
Par contre, la tension à l'intérieur du théâtre est palpable
et soutenue par le jeu remarquable de plusieurs des jeunes
interprêtes.
Ce qui m'a particulièrement interpellée, à la fin, c'est la réflexion
d'un des élèves ( "Vous auriez dû nous le dire") quand il se rend
compte que leur professeur est d'origine maghrébine comme lui...

Un film à voir, très certainement, et qui ne peut pas laisser
indifférent, dans le contexte "xénophobe" actuel...
Revenir en haut Aller en bas
Solweig
pilier
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 29 Mar 2009, 14:04

Je n'ai pas vu ce film, je ne sais pas si j'irai le voir. Une collègue l'a vu et m'a dit qu'apparemment, le temps de l'angélisme était terminé. Oui, peut-être que la prise de conscience se fait même dans un milieu qui se dit progressiste mais j'ai des doutes. Ma collègue y a retrouvé des situations, des propos que l'on connaît bien et pense que le réalisateur doit connaître le problème de l'intérieur, doit avoir quelqu'un de sa famille qui a connu cet enfer. On ne hurle peut-être pas dans le désert finalement.

Une collègue qui a enseigné il y a quinze ans à Garges-les-Gonesses m'a dit que nous vivions maintenant, dans notre petite ville de province ce qu'elle a vécu il y a quinze ans là-bas. Mais les banlieues qui craignent sont passées à un niveau supérieur maintenant.

Quant à savoir comment on fait pour tenir, c'est un grand mystère. J'ai cru que je n'arriverais pas à passer le mois d'octobre et nous sommes déjà fin mars. Je m'étonne et je m'impressionne. C'est terrifiant de voir comme une petite ville sympa avec des bons gamins dix ans auparavant a pu devenir un lieu où le sauvageon est roi. Il y a quelques années, des gens se sont installés. Ils ont élevé leurs fils comme des dieux vivants et mis le voile sur la tête de leur fille dès dix ans. Ca fait un drôle d'effet quand vous venez d'un milieu défavorisé et que vous avez trimé pour vous en sortir, pour acquérir un savoir de voir des garçons de 15 ou 16 ans incapables de supporter la moindre contrainte, d'accepter le moindre effort, ignorants et incapables de coudre deux idées, vous traiter, vous regarder, vous parler de manière à vous faire comprendre qu'au mieux, ils vous considèrent comme une femelle, au pire, comme une serpillère.

Enfin, ce n'est qu'un témoignage, assez vain au bout du compte, j'en ai conscience. Ces pauvres jeunes, il faut les plaindre et je suis une sale raciste. Raciste, ouais, la bombe du terrorisme pseudo intellectuel lâché de manière pavlovienne sur qui ne pense pas droit. Je n'avais jamais remarqué au fait que tant de Turcs avaient les yeux bleus et comme tous les gens qui ont les yeux bleus descendent, d'après je ne sais plus quel généticien, du même ancêtre ayant vécu il y a dix mille ans au bord de la mer Noire, il semblerait que bien des Turcs soient mes cousins. Enfin, tout cela pour dire que l'origine ethnique des gens, j'en ai rien à faire. Ceux qui s'installent dans ce pays peuvent bien être jaunes, verts, rouges ou gris, ça m'indiffère complètement. Ce n'est pas le problème. Et qu'on n'aille pas me dire "ouiii, les pauv' jeunes, il faut comprendre, ils ont du mal, ils viennent d'un milieu défavorisé, sans culture tout ça, tout ça". Moi aussi je viens d'un milieu défavorisé et sans culture. Les Yénishs, c'est le quart monde. Rien ne nous oblige à nous enfermer dans une mentalité de looser brutal ne se connaissant que des droits et ignorant ses devoirs. Rien ne nous oblige à être des barbares fainéants, la culture est offerte à tous dans ce pays. Je n'avais pas, contrairement à eux, de portable, de télé ni d'ordinateur dans ma chambre mais j'avais bien remarqué l'hospitalité des oeuvres. Pourtant, mes grands parents étaient aussi analphabètes que les leurs, mon père était ouvrier comme le leur. Quant à l'argument qui consiste à dire : 'il n'y a pas que les étrangers qui se comportent comme des sauvageons, il y a plein de petits Français aussi". Oui, c'est sûr, il n'y a pas de doute, des petits français mal élevés, ce n'est pas ce qui manque. On n'a donc pas besoin des populations que les dictatures des pays musulmans n'essaient pas de gérer. Ca, il n'y a pas de problème, l'intégration se fait... par le bas. Jessie James ne manque pas de Mammout ou de Suleyman avec qui taper le bordel. (Oui, oui... il y a des gens qui appellent leur gosse Jessie James...). Ce qui est marrant à ce sujet aussi, c'est que les profs au pedigree de gauche affiché pondent toujours des projets pour avoir les bonnes classes, les classes bilangues, europe, latin, les classes où on trouve le fils du vétérinaire à côté de la fille du pharmacien. En revanche, pour Jessie James et Mammout, ils n'ont jamais de projet. Ils préfèrent laisser ces élèves-là aux autres. Ca m'a toujours bien amusée. Il vaut mieux en rire.

On a fait une séance de conseils de vie scolaire en janvier. Le prof de Turc a assisté à la séance. Il a été effaré de voir que ces conseils concernaient essentiellement des Turcs. Il a été effaré de voir leurs moyennes proches du zéro, s'est inquiété parce qu'il est père et nous a demandé s'il y avait des Turcs qui travaillaient à l'école. Une collègue lui a dit "oh oui ! il y en a qui travaillent il y a X, Y, Z, A, B, C". Elle n'a cité que des filles... Pour être honnête, une fois, au lycée, j'ai eu un Turc qui bossait. Il était très bien, très ouvert, très intéressé. Comme il n'avait pas été élevé de manière à se considérer comme un mâle dominant, il ne rejetait pas la littérature (parce qu'il y a beaucoup de cela dans le rejet de la littérature).

Ce que je me demande aussi, c'est s'il y a encore des allocs après seize ans. Parce qu' on voit un phénomène assez nouveau : certains ont seize ans, ont cessé de faire le moindre effort dès le premier trimestre du CP : ont 0,5 ou 1 de moyenne générale, détestent l'école mais viennent tous les jours en classe, sans livre, sans classeur, juste pour faire acte de présence alors qu'ils pourraient aller bavarder au café du coin. Mais non, ils viennent en classe, indécrottables. Evidemment, au mieux ils discutent (bruyamment hein, il ne faut pas s'imaginer qu'ils vont faire des efforts pour parler à voix basse afin de permettre à ceux qui veulent suivre les cours de le faire, le respect d'autrui, c'est une notion qui leur est totalement étrangère, à ces pauv' petits coeurs), ou alors ils jouent avec leur console. On fait semblant de ne pas les voir, comme cela au moins ils nous fichent la paix. Au pire, ils jouent les gros bras, harcèlent plus faibles qu'eux, les provoquent, les agressent puis quand celui qui est ainsi quotidiennement maltraité se révolte, ils lâchent la bonde, sont violents et on essaie de faire en sorte qu'il n'y ait pas de blessés. On ressort de la séance en tremblant, les larmes aux yeux et on met quatre heures à s'en remettre. Au conseil de classe, la prof d'histoire apporte un éclairage historique à ce que l'on vit. Elle explique bien que ceux que les pseudo-progressistes s'acharnent à défendre sont des faibles qui s'en prennent à plus faibles qu'eux, que ce sont des suppôts de dictature. Je pense qu'elle doit bien connaître le sujet. Pour être honnête, parmi les suppôts de dictature, il y a Suleyman et il y a aussi Jessie James.

Enfin bref, comment fait-on pour tenir ? on se sait pas. J'ai lu dernièrement qu'on proposait aux profs 6000 euros pour s'installer dans le 93. 6000 euros pour l'enfer ? Les pouvoirs publics n'ont vraiment pas pris la mesure du problème. En Grande-Bretagne où il n'y a pas le système de mutations qu'il y a en France, ils ne trouvent personne pour faire cours à ces populations. Pourtant, des gens qui affiment "yaka yaka, ça doit être facile, fokon, fokon" devraient se précipiter pour aller enseigner à ces gens là. 6000 euros pour "yaka yaka, fokon fokon et ils lisent Molière", personne ne cracherait dessus... Toujours les mêmes becs enfarinés qui viennent faire les malins mais qui se débinent dès qu'il s'agit de nous montrer comment ils s'y prendraient.

La civilisation européenne se lézarde, discrètement, comme toutes celles qui se sont effondrées avant elles, quelques uns seulement en auront vu, connu et reconnu les prémices.

Enfin, quand on en vient à songer qu'il va bien falloir finir pas partir de chez soi, on se pose beaucoup de questions.

Mais pas de problème : Welcome...
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 29 Mar 2009, 14:34

Bravo Solweig : un véritable morceau de bravoure cheers

Va voir le film : je serais très curieuse de connaître ton opinion et beaucoup d'autres aussi, sûrement !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Monique Rannou
pilier
avatar

Nombre de messages : 670
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Dim 29 Mar 2009, 15:30

Utopie a écrit:
Je l'ai vu et apprécié, je ne l'ai pas trouvé caricatural,

Pour l'aspect caricatural qu'on lui reproche, je peux comprendre.
Il y a des portraits de profs qui le sont un brin (le démago de gauche !), et aussi les deux flics (le sensible vs le brutal).
C'est parfois un peu génant... mais ça permet des répliques bien trouvées donc...
Mais à partir du moment où le film se revendique comme une fiction et non un documentaire, ca passe.
C'est pareil, je ne vais pas développer, mais il y a tout de même une concentration d'histoires lourdes à porter dans la classe.
Mais je ne me permettrais pas de dire si oui, ou non, c'est possible.

J'ai regardé les critiques, elles sont plutôt mauvaises du côté de la presse ... avec certaines extrapolations qui me semblent bien tirées par les cheveux ...

Utopie a écrit:
je suis même contente car il aborde un sujet sur lequel je me suis souvent étonnée "pourquoi il n'y a pas plus de pétage de cables" et je pense que le sujet pourrait s'adapter à beaucoup de situations.

Avec un flingue, non, c'est sûr... mais les dépressions sont assez nombreuses...
Revenir en haut Aller en bas
Monique Rannou
pilier
avatar

Nombre de messages : 670
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Mar 31 Mar 2009, 09:21

Le film m'a fait faire des cauchemars.
Truc de ouf.

Le plus angoissant est le début du film où elle n'a aucune emprise,
est complètement transparente...

Un peu comme quand on fait des grands signe à une voiture qui ne nous voit pas.

Aaahhh !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Sam 27 Juin 2009, 05:44

l'autre journée de la jupe, c'est en bretagne

La réputation,court metrage de 5 minutes, joué par 12 lycéen(ne)s.
c'est l'histoire d'un flirt qui vire au cauchemar. Une lycéenne amoureuse cède au chantage affectif de son petit ami. À son insu, elle se retrouve filmée dans un moment intime. Et la vidéo circule sur les téléphones portables au lycée.
Citation :

La « Journée de la jupe » est née, en 2005, au lycée d'Étrelles (Ille-et-Vilaine). Elle est devenue un « Printemps » dans tout le département. D'année en année, les projets fleurissent pour faire échec aux préjugés. « On entend ' Un gars qui sort avec plusieurs filles, c'est un beau gosse'. Une fille qui agira de même sera traitée de pute. Une (mauvaise) réputation au lycée, c'est vite fait et ça dure" .
source Ouest-France.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
caroline
pilier
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 21/06/2008

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Sam 05 Déc 2009, 15:23



J'ai enfin regardé ce téléfilm tant commenté.
D'abord, des évidences : l'image est télévisuelle, donc sans style. Le film est assez court et rythmé, il se suit sans ennui. En fait, il m'a même semblé agréable, drôle, un peu tendu. Sur le coup. Ô bien sûr il y a quelques défauts, mais globalement je lui ai trouvé des éléments intéressants et Adjani m'a semblé incarner avec justesse cette prof qui craque, même si elle en fait parfois trop.

Sauf qu'en y réfléchissant et en discutant avec d'autres :

Les couacs : l'arrivée des flics dans ce bahut est grotesque, ça saute par-dessus les barrières du trottoir et bien sûr il y en a un gentil et un méchant. C'est drôle tellement c'est décalé. Sur ce point le film en fait des tonnes, mais dans un genre bien différent des films américains qui foutent la pression. En fait, dès que le point de vue se situe sur la négociation avec le RAID puis la ministre, on tombe dans la plus banale des comédies. Le film montre bien le ridicule de ce qui se passe dehors et les enjeux des tractations, mais en même temps le ridicule est aussi dans la façon dont c'est décrit.
Les acteurs font quasi tous série télé, et d'ailleurs ils en viennent tous plus ou moins si je ne me trompe pas. Berroyer dans ses premières paroles de proviseur a un jeu navrant. L'arrivée de la classe qui va être l'objet du film se passe elle aussi dans l'excès : il faut en cinq minutes poser la situation alors tous les élèves (qui ressemblent un peu à un panel IPSOS) se bousculent, s'insultent et s'engueulent, bousculent leur prof qui elle est dépassée. On a compris. Il faut planter un maximum de sujets en un minimum de temps, et c'est sans doute le problème de tout le film.

L'intéressant : la bêtise crasse et l'absence totale de réflexion des élèves, le dialogue impossible et leur misogynie. Le ping pong verbal entre Adjani qui pète les plombs et franchit les limites pour en imposer à sa classe est jubilatoire, forcément. Pas besoin d'être prof pour se mettre à sa place. L'Education Nationale est montrée comme passive, et la religion pose un problème.

Le problème : premier hic, quand Adjani leur sort qu'ils ne doivent pas être victimes, et que rien que pour les sacrifices consentis par leur famille, ils se doivent de réussir. En fait, une fois qu'on a pris plaisir à voir ce film commencent à apparaître ses limites (enfin, chez moi qui suit longue à la détente). Adjani veut secouer ses élèves, leur fait remarquer qu'ils doivent arrêter de se plaire dans le costard de victime que leur a taillé une partie de la société (politiques, médias, profs...) Seulement, son discours ne va pas plus loin, n'a pas plus d'envergure et de positionnement. Elle a fait le choix, à titre personnel, de se battre contre l'image imposée : elle ne veut pas s'en laisser imposer par la religion, elle ne veut pas s'en laisser imposer parce qu'elle est une femme. Elle n'est "que" prof de français (qui veut leur apprendre... Molière) dans une école laïque. Et ce qu'elle leur vend, c'est que la seule façon pour eux (Noirs et Arabes) de s'en sortir, c'est de réussir à l'école. Pas trop de diversité dans les possibilités d'épanouissement. Certes, c'est un film sur l'école, mais il aurait pu prendre un peu d'envergure.

À repenser au film avec du recul, il m'en reste en fait une sensation de portrait grossier, sans doute bien intentionné, qui provoque du débat mais prête également le flanc à de sévères critiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://fonduaunoir44.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Lun 01 Mar 2010, 06:37

Isabelle Adjani qui avait déjà remporté un César de la meilleure actrice en 1982 pour "Possession", en 1984 pour "L'Eté meurtrier", en 1989 pour "Camille Claudel" et en 1995 pour "La Reine Margot", a obtenu le César de la meilleure actrice pour "La Journée de la Jupe".

Elle y voit un hommage "au métier d'enseignant qui est un sacerdoce, un sacrifice au quotidien".

Je n'ai pas vu le film, il ne fait pas l'unanimité et le scénario me paraît rocambolesque... Caroline m'a paru en donner une analyse convanincante.

Auparavant, Adjani avait reçu le Brutus pour le même rôle, une "distinction" qui honore "les grands films très malades, les génies incompris, les nanars flamboyants, les interprètes (vraiment) dramatiques, les chefs-d'oeuvre périssables" ! evil
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Lun 06 Mai 2013, 05:24



j'ai enfin vu la journée de la jupe, et je ne suis pas enthousiaste. C'est caricatural, outrancier, et peu convaincant.

Prenons les personnages, "adultes responsables" comme on devrait en trouver, et comme il n'y en a pas :

un principal poltron qui se défile, des profs qui se font taper dessus sans rien dire : "on n 'était pas d'accord, c'est tout !", des chefs du raid avec états d'âme pour des raisons de coeur, un autre, trop baroudeur (oeil crevé) pour intervenir efficacement avec des adolescent(e)s.

Quant aux ados, le pistolet tourne dans toutes les mains, comportements hystériques en permanence.

Difficile de traiter des questions quand aussi mal posées.

Elles existent pourtant

- grossièreté des propos et des attitudes,

- classes multinationales et petits caïds + trafics en tous genres et violences sexuelles.

- Invocation à rebrousse-poils du racisme et des obligations religieuses

- attitudes et formation des enseignants et de leur hiérarchie

- contenu des enseignements etc..
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Lun 06 Mai 2013, 05:39

Citation :
Difficile de traiter des questions quand aussi mal posées.

Elles existent pourtant

- grossièreté des propos et des attitudes,

- classes multinationales et petits caïds + trafics en tous genres et violences sexuelles.

- Invocation à rebrousse-poils du racisme et des obligations religieuses

- attitudes et formation des enseignants et de leur hiérarchie

- contenu des enseignements etc..

bon, d'accord ! elles sont mal posées. Mais elles existent quand même. Ce film a le mérite de les poser, sans complaisance, sans trop de langue de bois. Ce film est dérangeants pour ceux qui ferment les yeux ou font du laxisme à outrance.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Lun 06 Mai 2013, 10:58



Je ne sais pas ce que j'aurais écrit au moment où tout le monde a vu le film, mais hier soir il m' a paru très dépassé. Faire un cours sur Molière, un revolver à la main, le texte à lire dans l'autre, tout cela pour leur apprendre que Jean Baptiste Poquelin était son nom ("répète ! quel était le nom de Molière !" x 3 ou 4) c'est du grotesque.

L'initiation au théâtre aussi.

alors on retrouve les bons réflexes : c'est la faute du laxisme, la faute des étrangers/délinquants. Le film dégage à mon avis des relents d'un Karsher qui n'a pas fait ses preuves, loin de là. je donne un exemple : Nantes est la ville où la délinquance est la plus croissante, c'est aussi des grandes villes celle qui compte le moins d'immigrés.

Evidemment que des propos grossiers et des coups ne sont pas admissibles, ni tolérables, ni excusables..

J'aurais envie de dire que ceux qui brandissent la répression à tout va ont souvent été sur le forum ceux qui posaient des problèmes, ne s'excusaient pas de leurs débordements, et jouaient ensuite les victimes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Christine13
pilier
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 28/12/2012

MessageSujet: L'école   Lun 06 Mai 2013, 11:06

Quelqu'un a-t-il écouté le grand entretien de Finkelkraut? Selon lui, l'école est morte...

http://www.franceinter.fr/emission-le-grand-entretien-alain-finkielkraut

J'aimerais bien avoir votre avis...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Lun 06 Mai 2013, 11:14

Merci Christine, j'ecouterai, et je ne serai sans doute pas le seul.

il est évident qu'enfermer des adolescents turbulents dans un local fermé pour des textes qui ne leur parlent pas entraîne des échecs, et des troubles.

J'ai changé d'avis sur la boxe, suite à des rencontres, des lectures et des témoignages. Ce sport demande une grande maîtrise de soi et une stratégie, qui clarifient la distinction entre comportements adaptés et inadaptés.

Une fois cette dépense physique assurée, l'esprit peut s'ouvrir à la réflexion comme à autrui, pour accéder à des voies culturelles.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Mar 07 Mai 2013, 05:15

ARTE focalise sur l'école et les classes difficiles, avec Entre les murs de Laurent Cantet, film mieux venu, à mon avis que la journée de la jupe. Ce sera mercredi soir 8 mai.

ces rediffusions sont interessantes car, la première émotion estompée, on garde plus de distance face aux films et aux thèmes abordés.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Mar 07 Mai 2013, 15:08

j'ai vu pour la seconde fois "la journée de la jupe" et ce film ne laisse pas indifférent. On a envie de baisser les bras mais non, il ne faut pas, il faut au contraire croire en un monde meilleur si nous le voulons tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Mar 07 Mai 2013, 15:13

rotko a écrit:


Je ne sais pas ce que j'aurais écrit au moment où tout le monde a vu le film, mais hier soir il m' a paru très dépassé. Faire un cours sur Molière, un revolver à la main, le texte à lire dans l'autre, tout cela pour leur apprendre que Jean Baptiste Poquelin était son nom ("répète ! quel était le nom de Molière !" x 3 ou 4) c'est du grotesque.

L'initiation au théâtre aussi.

alors on retrouve les bons réflexes : c'est la faute du laxisme, la faute des étrangers/délinquants. Le film dégage à mon avis des relents d'un Karsher qui n'a pas fait ses preuves, loin de là. je donne un exemple : Nantes est la ville où la délinquance est la plus croissante, c'est aussi des grandes villes celle qui compte le moins d'immigrés.

Evidemment que des propos grossiers et des coups ne sont pas admissibles, ni tolérables, ni excusables..

J'aurais envie de dire que ceux qui brandissent la répression à tout va ont souvent été sur le forum ceux qui posaient des problèmes, ne s'excusaient pas de leurs débordements, et jouaient ensuite les victimes.

Mais Rotko tout est justement dans ce que tu as trouvé dépassé: Molière avec un revolver à la main. c'est là où il y a interrogation, j'y vois moi, un espoir, car les gosses sont prêts à écouter! et puis cette prise de conscience quand même de ces gamines à l'enterrement. bref moi j'ai aimé qu'on montre effectivement autre chose que des classes toutes proprettes où tout va bien. les collèges ressemblent plus, actuellement, à ce que le film a montré, il ne faut pas se mettre d'oeillères. et Ysandre le dit, au moins on en parle !
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   Mar 07 Mai 2013, 15:29

j'ai préféré "Entre les murs" sur le même thème. Tu pourras le voir mercredi sur ARTE Smile


Ce que j'ai trouvé "dépassé" n'est pas le thème, mais la grosse fanfare pour le traiter...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Paul Lilenfeld, la journée de la jupe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Homélie du Pape Jean-Paul II, Béatification de Mère Teresa
» La géographie culturelle selon Dominique Crozat et Jean-Paul Volle (Montpellier III)
» Prière du médecin selon Jean-Paul II
» Le Pape Jean-Paul II croyait en GARABANDAL !!!!
» le chiffre 13 du regretté pape jean paul II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: