Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tarkovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Mer 29 Aoû 2012, 10:25

je vous suis à grand peine, mais j'ai aussi l'habitude, quand une référence ou une citation me semble essentielle, de creuser la difficulté pour éclairer le thème. Si vous voulez des comparaisons religieuses, j'essaie d'entrer par la porte latérale. Bon apm à vous.


bon, je réserve l'enfance d'ivan à ma mediathèque.

Trois films seraient disponibles. On prend tarkovsky pour le réalisateur du prochain bimestre ?(le temps que je termine Forman approche très vite.)


1 Le miroir = Zerkalo , [DVD] -- Andreï Tarkovski, réal.

2. Solaris = Soliaris , [DVD] -- Andreï Tarkovski, réal.

3. L'enfance d'Ivan , [DVD] -- Andreï Tarkovski, réal.





Dernière édition par rotko le Jeu 30 Aoû 2012, 07:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Tarkovski   Mer 29 Aoû 2012, 12:21

Lliam7 a écrit:
On pourrait dès lors penser que pour Tarkovsky, et cela peut s'expliquer par ce qu'il a écrit lui-même dans son essai, la réalité, les objets, la nature et aussi Dieu, doivent être nommé avec précision et le plus simplement possible (pour lui le langage est cinématographique) afin d'en approcher au maximum son universalité, "être la voix indéfinie de la nature", pour reprendre une de ses citations (qui concerne plus précisément la musique électronique).
C'est un point de vue qui se discute : la linguistique a beaucoup réfléchi et évolué ; elle s'est notamment délivrée du joug de l'Église et de la foi.

C'est pour cela qu'il me semble indispensable d'approfondir les références que donnent le réalisateur. Notamment lorsqu'il cite un évangélisateur et linguiste russe du 9e siècle. Comment se faire sa propre idée sans savoir de qui on parle ? Et comment réfléchir sans se faire ses propres hypothèses, avec ensuite le plaisir de les confronter à des recherches documentaires ou à des discussions avec d'autres ?

rotko a écrit:
On prend tarkovsky pour le réalisateur du prochain bimestre ?
Vu le succès de ces films, ce n'est pas gagné pour les avoir. Je tente !
Revenir en haut Aller en bas
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Tarkovski   Mer 29 Aoû 2012, 13:00

Un autre article intéressant, celui de Michel Estève, toujours pour l'Encyclopaedia universalis :

Citation :
Sept longs métrages auront suffi pour imposer Andrei Tarkovski comme l'un des plus importants cinéastes de notre temps. Par ses sujets, ses registres et ses styles, son œuvre, au premier abord, nous apparaît hétérogène. Quels liens nouer, en effet, entre la fresque historique d'Andrei Roublev, insérée dans une chronique de la Russie soumise au joug des Tartares à l'aube du xve siècle, et l'écriture brillante de L'Enfance d'Ivan où le réel s'unit indissociablement à l'imaginaire en une sorte de « surréalisme socialiste » – selon le mot de Sartre – pour dénoncer, au travers du portrait d'un enfant détruit par l'histoire, l'horreur de toute guerre ? Quels rapports établir entre l'inspiration autobiographique, la structure a-chronologique du Miroir, le récit métaphorique de Nostalghia, les registres proches de la science-fiction de [/i]Solaris[/i] ou de Stalker, et la parabole biblique suggérée par Le Sacrifice ? En réalité, Andrei Tarkovski nous propose une vision du monde qui, par-delà cette diversité, fonde l'unité et la cohérence d'une œuvre par essence poétique et contemplative.

(...) Andrei Roublev souligne avec une compassion infinie les souffrances (qu'on pense à la séquence de « la crucifixion ») du peuple russe de tous les temps, enraciné dans sa terre, sa glèbe, son argile, mais comme perdu dans l'immensité de l'espace et toujours victime d'un pouvoir par essence despotique. D'où la double composition du récit, à la fois horizontale (grand écran du Cinémascope, larges plans d'ensemble des paysages, jeu sur la profondeur de champ) et verticale (cadrages en plongées, mouvements de caméra à la grue, prises de vue aériennes).

(...) S'impose la présence récurrente de l'enfant qui assume dans le récit tarkovskien une fonction symbolique. La destruction – morale, puis physique – de l'enfance stigmatise l'horreur de la guerre.

(...) Andrei Roublev a exalté la puissance de vie et le don de création propres à l'enfance. Dans le célèbre épisode de « la cloche », le jeune fondeur, qui affirme détenir un secret familial, en mélangeant la terre et l'eau, en maîtrisant l'air et le feu, coule une cloche gigantesque dont le son témoigne d'une pureté exceptionnelle. Mais, au peintre d'icônes qui l'interroge, l'enfant avoue n'avoir été guidé que par son intuition et sa persévérance.

(...) Constatant, comme Bernanos, le fossé existant à notre époque entre l'essor des technologies et le recul des valeurs spirituelles, hostile, sur le plan idéologique, au matérialisme marxiste et, sur un registre esthétique, au « réalisme socialiste », Tarkovski tente de rendre à ses contemporains l'intuition du spirituel comme force de vie essentielle.

(...) Le montage tarkovskien, par essence poétique, s'appuie au contraire sur l'émotion et le lien narratif en affirmant la suprématie de la sensibilité et du temps. (...) « De la sculpture avec le temps comme matériau, voilà ce qu'est le montage, voilà ce qu'est la figure cinématographique. » Sculpter le temps, c'est sculpter le réel dans sa durée et permettre ainsi aux consciences de s'exprimer : d'où l'ampleur du récit, la lenteur des déplacements des personnages, la longueur des plans-séquences, souvent fixes. Mais l'écriture de l'auteur repose aussi sur l'alliance de la peinture et du cinéma (cadrages, couleurs...)...
Revenir en haut Aller en bas
Lliam7
pilier
avatar

Nombre de messages : 807
Age : 49
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/01/2012

MessageSujet: Re: Tarkovski   Mer 29 Aoû 2012, 13:25

Tarkovski était chrétien mais mis à part à la fin de sa vie, en Europe, on ne peut vraiment pas le rattacher à l'Eglise. Sa démarche comme expliquée plus haut était essentiellement poétique et philosophique. Le héros de ses films c'est l'Homme et non Dieu. Il ne parle de Dieu que dans les 10 dernières pages du "Temps scellé", mais toute son œuvre se questionne sur la place du spirituelle (l'attitude du scientifique dans "Stalker" est symptomatique). Le cinéaste russe était un homme exigeant, un artiste élitiste et difficile d'accès. On peut ne pas être d'accord avec la teneur de ses conclusions sur le Monde et l'Humanité, mais son œuvre est si subtile qu'elle permet de tirer des leçons sans en référer à Dieu. C'est ce que j'aime et qui me fascine chez lui. La poésie de son œuvre (le long plan sur la draisine dans "Stalker" ou le plan des algues en ouverture de "Solaris") me le fait rapprocher de Pasolini.
Pour les films, je vote pour mais bon, je les ai à la maison. D'ailleurs je souligne que l'un d'eux "Nosthalgia" est particulièrement beau. C'est celui que je préfère avec "Stalker". Un film sur l'exile et le désenchantement.
Revenir en haut Aller en bas
http://guiminclaude.wordpress.com/
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Tarkovski   Sam 08 Sep 2012, 11:22

Luca a écrit:
rotko a écrit:
On prend tarkovsky pour le réalisateur du prochain bimestre ?
Vu le succès de ces films, ce n'est pas gagné pour les avoir. Je tente !
Ce ne sera pas pour ce mois-ci dirait-on. Après plusieurs visites infructueuses à la médiathèque alors que L'Enfance d'Ivan était donné comme disponible (DVD introuvable, mais comme les visiteurs peuvent les emprunter pour visionnage intra muros...), il est maintenant sorti. Solaris sera de retour début octobre, ou alors il faut que j'aille à l'autre bout de Lyon (et j'ai pas envie). Et Le miroir est en retard, en retard, en retard. Pfff col
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Sam 08 Sep 2012, 11:56

moi je regarde sans tarder l'enfance d'ivan et j'ai d'autres films en vue. Promène-toi dans lyon, c'est une belle ville, avec la Saone, le Rhone, j'en oublie sûrement :fleur:
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Lun 10 Sep 2012, 12:46



L’enfance d’Ivan

1/3


Les deux Ivan

Tarkovski amorce et finit son film dans le soleil : au départ Ivan participe à une partie de cache-cache, suit le vol d’un papillon, sourit heureux près d’un puits avec sa mère. A la fin du film, il retrouvera sa compagne de jeu , courant avec elle dans de petites vagues, du moins dans une sorte de rêve car la réalité est bien différente.

En même temps qu’Ivan se penche au-dessus du puits pour en sonder les profondeurs et les mystères effrayants, Tarkovski plonge dans son personnage pour montrer le traumatisme originel, la mort maternelle qui sert de motivation au second Ivan, celui qui voit dans la guerre un terrain de jeu où se venger.

Le deuxième Ivan est brusque et résolu. La fraîcheur passée laisse place à son air buté, à ses incursions osées, en terrain ennemi. Là, les eaux sont glauques, les présences lourdes de menaces ou même, à l’intention des éclaireurs ennemis, promesses d’exécutions immédiates.

Quel contraste avec le camp ami, son feu réconfortant, l’eau pour le bain, les étreintes affectueuses des gradés et des autres. Pour mériter cela, sortes de retrouvailles minimales d’un passé, il faut porter la guerre sur l’autre rive.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Lun 10 Sep 2012, 12:49


clic !



clic !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Lun 10 Sep 2012, 17:42

Le spectacle de la guerre.

2/3

C’est bien entendu le spectacle de la guerre qui domine tout le film, d’un réalisme discret quand il s’agit des abris des soldats, plus accentué avec les voitures qui creusent des ornières dans la vase où elles s’embourbent.

Puis ce sont des visions expressionnistes : le paysage vu sous les ruines d’une charpente, ou la cabane délabrée d’un vieil homme devenu veuf : les portes gémissent en tournant sur leurs gonds, les bois crissent, comme en souffrance.


Dürer, dans l’album feuilleté par Ivan, présente une vision métaphysique du Mal qui semble triompher. Tableaux apocalyptiques, auxquels le bois de bouleaux sert de contrepoint

D’autres vues surprennent par une esthétique minimaliste : les îles perdues au milieu des marais font penser à des aquarelles de Dürer, ou à des estampes japonaises ; les roseaux deviennent de simples traits verticaux sur l'horizontale de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Mar 11 Sep 2012, 15:49



l'enfance d'Ivan

beauté/espoir.

3/3

Malgré le contexte, Tarkovski laisse respirer le lecteur et le sensibilise à la fois aux êtres et aux éléments. L'idylle dans les bouleaux met en scène Macha, jeune femme lieutenant de la Croix-rouge, fraîche comme pouvait l'être Ivan avant la guerre. Cet épisode est une sorte d'oasis dans la guerre, avec un lieu agréable, propice aux rencontres. Macha est attirante, et son camarade d'université se souvient d'elle, alors même qu'ils n'étaient pas proches à l'époque.

Autre moment paradoxal de beauté, le feu d'artifice dans les marais, quand bien même ces fusées servaient pour repérer d'éventuels intrus : l'effet lumineux demeure très agréable à regarder.

Enfin, à plusieurs reprises, Tarkovski se focalise sur un élément : c'est l'eau saumâtre du marais, qui court avec des irisations qu'on devine en transparence ; la camera en paraît fascinée.

Mon prochain Tarkovski : Solaris, d'après un roman de SF de Stanislas Lem, et grand prix du festival de Cannes 1972.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Ven 21 Sep 2012, 06:53

Solaris

c'est un film dès le début agréable à regarder, car on y retrouve les belles prises de vue de Tarkovski



dans la nature, en particulier les vues aquatiques, mais aussi des autoroutes, plus que les interieurs de la station orbitale dans laquelle le personnage principal nous emmène ensuite.

Le film est ambitieux et son propos demande des explications, même si le départ de l'histoire est relativement simple :

Depuis très longtemps déjà, les chercheurs scientifiques tentent, en vain, de percer le mystère de Solaris, la planète dont la surface est l'Océan.

Dans sa demeure, Kris Kelvin, savant psychologue vit avec son père, tante Anna et probablement la petite-fille de celle-ci. Il doit partir le lendemain sur Solaris mettre un terme à des recherches qui n'aboutissent pas

La suite du voyage et des peripéties sur le cine-club de Caen.

Pour une analyse plus fouillée, lire l'article de critikat, et si vous en voulez encore plus, rendez-vous sur cadrages.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Lun 01 Oct 2012, 04:21

le miroir

je l'ai regardé hier soir, et j'ai eu beaucoup de mal à y trouver les lignes directrices, le film passant d'une époque à une autre (différences de couleurs d'image) et d'un personnage à un autre, notamment.

le mieux est d'avoir recours au ciné-club de caen qui retrace le cours du film avant de se livrer à une analyse des symboles.

Le film se présente comme un vaste flux d'amour qui emporte tout, la vie difficile de la mère, les poèmes du père, les événements de l'époque, la culture de la renaissance, le vent de la forêt. La littérature occupe une place centrale. Les vers d'Arseni Tarkovski sont dits par lui-même. La première séquence fait allusion à Tchékhov (La salle 6 des internés).

Lisa trouve que Maroussia ressemble à la Marie des Possédés de Dostoïevski, la femme de Starvroguine : "Elle croit commander alors qu'elle est toujours battue. Toute sa vie elle demande de l'eau et des souliers". Lisa se déchaine contre Maroussia en disant sournoisement admirer la patience de son ancien mari qui serait parti devant son désir d'émancipation. Pouchkine enfin est convoqué pour définir le rôle historique de la Russie. La passion selon saint Jean de Bach est très présente, parfois interrompue par un air de Pergolèse ou de Purcell et ceux, plus inquiétants d'Eduard Artemiev.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Arundathi
pilier
avatar

Nombre de messages : 449
Age : 70
Localisation : Evian
Date d'inscription : 17/04/2011

MessageSujet: Re: Tarkovski   Sam 02 Fév 2013, 18:57

Je viens de découvrir "Stalker" ... J'ai été complètement immergé dans le film, cela est tellement hallucinant, provocant parfois, onirique également, j'aime ... J'avais adoré "Le sacrifice" ainsi que Solaris ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.suzannephilippe.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Tarkovski   Dim 03 Fév 2013, 07:14

Tiens-nous au courant. Tarkovki m'interesse - ainsi que Bela Tarr, et on doit avoir recours aux DVD si les salles ne projettent pas les films souhaités. Je peux avoir Andrei Roublev.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Maya
pilier
avatar

Nombre de messages : 4596
Age : 64
Localisation : Thrace
Date d'inscription : 16/07/2009

MessageSujet: Re: Tarkovski   Dim 03 Fév 2013, 20:18



Dernierement, j'ai revu son denier film, Sacrifice, un vrai fim testament.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tarkovski   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tarkovski
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ARTE: Space Tourists
» MBTI de réalisateurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: