Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Orson Welles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Orson Welles   Jeu 04 Juin 2009, 18:39

Les frères Lumière ont inventé le cinématographe, Orson Welles a créé le cinéma. C'est un peu ma manière de voir ce réalisateur, qui a quasiment tout inventé dans son Citizen Kane (1941). D'ailleurs, ce film a obtenu la récompense ultime, puisqu'il a été élu "Meilleur film de tous les temps" par le British Film Institute et l'American Film Institute!!! J'allais oublier l'Oscar du meilleur scénario original en 1942.

Le synopsis est assez simple à la base, les éditions Montparnasse le résumant ainsi :

Citation :
Le milliardaire Charles Foster Kane, magnat de la presse, vient de mourir dans sa fabuleuse propriété de Xanadu en prononçant un seul mot, « Rosebud ».

A partir de cette histoire assez simple, Welles va tisser une toile remarquable. Les événements sont en fait racontés par des témoins ayant connu le magnat de la presse, et Welles fabrique le plus grand film de l'histoire avec une profondeur de champ inégalée, le cadrage est remarquable, Welles joue à la perfection et dresse un portrait cynique de son époque : la politique, la presse, le pouvoir... Welles pose aussi les bases du héros qui s'éloigne du monde, reclus dans sa propriété du Xanadu, abandonné par tous à cause de son nihilisme. Tout commence et se termine par cette "Rosebud", sorte de clé de voûte du film.

Ce chef-d'œuvre est disponible en DVD aux éditions Montparnasse pour la modique somme de 13€. A posséder d'urgence!!!



Dernière édition par Prince d'Aquitaine le Jeu 04 Juin 2009, 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jude
pilier
avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Orson Welles   Jeu 04 Juin 2009, 19:06

Toute la filmographie d'Orson Welles, qui n'a fait qu'explorer et réinventer les techniques cinématographiques d'aujourd'hui et de demain.. Exemple le plus flagrant de l'apport de Citizen : Panic Room de David Fincher, avec les plans en contre-plongée ascendants des escaliers au début du film....
Welles qui fut si incompris, qui a épousé une starlette et en a fait une icône hollywoodienne (Rita Hayworth), qui est mort seul et incompris... The real american Dream
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Orson Welles   Ven 05 Juin 2009, 05:25

Citizen Kane est effectivement un très grand film, avec sans doute des données intimes comme le laisse entendre Jude.

j'ai apprécié entre autres le contraste entre le début tonitruant du film sur la vie publique du milliardaire Kane, et ces images d ela fin qui reflètent la blessure intime, le secret bien gardé.

Parmi les trouvailles de Welles, le travelling vertical qui montre la cantatrice sur scène, ravie de sa propre voix qui s'élève dans les plafonds où des machinistes font la grimace.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Marie kiss la joue
Animation
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 30
Localisation : Rennes/Paris
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Orson Welles   Ven 05 Juin 2009, 07:12

Je n'ai vu que le procès, qui était au programme du bac en term, avec le roman de Kafka. Je me souviens notamment de l'Adagio d'Albinioni, choisi comme bande-originale et qui accentuait encore un peu plus le caractère étrange (quel euphémisme...) du film. J'ai été soufflée par ce film, il correspondait vraiment à la façon dont je m'imaginais les bureaux dans lesquels K doit se rendre...

_________________
Que voulez-vous que je vous dise de moi ? Je ne sais rien de moi ! Je ne sais même pas la date de ma mort.
(Borges)
Revenir en haut Aller en bas
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Orson Welles   Sam 06 Juin 2009, 16:15

Oui, Le Procès est très déstabilisant, surtout au moyen des plans employés par Welles. Je posterai plus tard sur ce film Wink

Pour l'instant, j'ai envie de vous parler du film qui suivit Citizen Kane : The Magnificent Ambersons (en français La Splendeur des Amberson).

Synopsis (source Wikipédia)

Citation :
De retour dans sa ville natale après vingt ans d'absence, Eugène Morgan assiste à un bal donné par le riche clan des Amberson. Il y retrouve son amour de jeunesse, Isabel, qu'il aime toujours. Sa fille Lucy tombe amoureuse de George, le fils d'Isabel, mais la splendeur des Amberson n'est plus qu'une apparence...

Tourné en 1943, ce film est complètement déchiré par la RKO, qui choisit de couper plus de 40 min. du film car "il est très long et que ça ne plaira à personne". Malgré tout, Welles démontre une nouvelle fois sa virtuosité; il continue dans la lignée de Citizen Kane au niveau cinématographique, technique... Avec un scénario encore une fois très bien ficelé, Welles dresse le portrait de cette aristocratie locale en déclin face aux bouleversements de la société. Le héros, si tant est qu'il y en ait un, est en effet un ingénieur-inventeur automobile qui bouleverse la vie de cette vieille famille, qui explose à mesure que le temps passe. Cette brisure est aussi due au caractère du fils Amberson, George, fils jaloux, arrogant, qui empêche le remariage de sa mère avec Eugène, le "héros". Welles livre un nouveau bijou, peut-être au niveau de Citizen Kane, mais beaucoup moins connu. A noter qu'il s'agit d'une adaptation du livre du même nom de Booth Tarkington, prix Pulitzer 1919.

Une fois de plus, ce film est disponible en DVD aux éditions Montparnasse, toujours pour la modique somme de 13€.



Et comme pour Citizen Kane, l'exploitation commerciale se révèle être un désastre Shocked
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: la soif du mal   Lun 11 Juil 2011, 12:23



lundi 11 juillet

La soif du mal (ARTE) 20:40

d'Orson WELLES avec Charlton HESTON / Mike Vargas, Orson WELLES / Hank Quinlan, Janet LEIGH / Susan Vargas, Akim TAMIROFF / Joe Grandi, Marlene DIETRICH / Tana ou "Tanya".

A la frontière américano-mexicaine, Rudy Linnekar, un important homme d'affaires, et sa maîtresse sont tués par une bombe à retardement placée dans leur voiture. Pour l'enquête, deux policiers s'opposent : l'Américain Hank Quinlan, qui veut faire porter le chapeau à un innocent pour assurer sa gloire personnelle et le Mexicain Mike Vargas, qui vient d'épouser la ravissante Susan
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Orson Welles   Mar 12 Juil 2011, 04:48

Quelques analyses prises sur le net

Si la narration a le goût des films noirs en en pervertissant pourtant quelques points de détail (comme les rôles tenus par les personnages américains et mexicains et le montage parallèle effectué savamment entre Vargas et sa femme), le cinématographique ne surpasse que plus violemment toute l’histoire et donne à La Soif du Mal une profondeur métaphysique.

Chaque plan, chaque son, est également tourné vers la fantasmagorie et le réel s’étiole pour laisser grande place au cinéma. D’un noir et blanc travaillé en fonction du Mal et du Bien, façonné en ombres menaçantes et éclairages malveillants, à la bande sonore qui agrandit l’espace et donne de la profondeur à ces prises de vue filmées en grand angle, grand angle qui déforme les perspectives, en passant par les plongées et les contre-plongées qui désarçonnent les protagonistes, à cette caméra qui prend de haut la ville pour mieux l’explorer ou l’exploiter, aux plans-séquences, tous risqués, le film d’Orson Welles reste toujours en bonne place − ainsi le spécifient Georges Lucas, Peter Bogdanovitch, Robert Wise − dans les cours d’analyse filmique des écoles de cinéma.


sur cette page

un monde usé, pourrissant, parvenu au stade ultime de sa décomposition.

et l'incontournable cine club de Caen

Le film démarre comme du Hitchcock, fascine le spectateur par les images finales d'un paysage industriel où un personnage sordide plonge dans une mare croupissante.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Orson Welles   Mar 07 Aoû 2012, 09:13

analyse fouillée de Citizen Kane par le cine-club de Caen.

je ne l'ai pas vu hier soir, mais à chaque fois ce film révèle des surprises. A tel point que beaucoup de manuels ( André Bazin) se reportent à Citizen kane pour l'analyse du langage cinematographique : structure, travellings, plans etc.

voici un manuel interessant :


clic !

le classique des études cinématographiques. Traduit en onze langues, il offre aux étudiants et aux cinéphiles un panorama complet de l'esthétique du cinéma et de l'audiovisuel, sous tous ses aspects comme art, comme langage, comme écriture, comme récit et comme spectacle. Résolument interdisciplinaire, ce livre s'appuie sur l'histoire de l'art, la théorie littéraire, la sémiologie et la psychanalyse.
Il est conçu comme une introduction à ces disciplines et ne nécessite aucune connaissance spécialisée préalable
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Orson Welles   Mar 07 Aoû 2012, 09:15

à signaler chez omnibus


clic !

En 6 ans et 5 romans, H. G. Wells inventa la science-fiction en abordant ses archétypes (le voyage temporel, les savants fous, les extraterrestres, l'exploration spatiale). Il fut le premier à exploiter ces thèmes qui sont depuis devenus des standards de la littérature d'imagination. Avec la pièce radiophonique d'Orson Welles qui terrorisa les Etats-Unis en 1938.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Orson Welles   Ven 09 Aoû 2013, 05:25

Découverte en Italie d'un film d'Orson Welles, antérieur à "Citizen Kane" : too much Johnson

les bobines de ce film jamais monté ont été retrouvées dans un entrepôt de Pordenone, en Italie du Nord, ville où se tient chaque année un festival de films muets restaurés. Cette coïncidence a permis de sauver Too Much Johnson. L'association Cinemazero et la Cineteca del Friuli, qui organisent le festival, ont confié le métrage retrouvé à la George Eastman House, fondation américaine installée à Rochester (Connecticut) qui a supervisé la restauration du film.

quelques détails et videos.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orson Welles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orson Welles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La guerre des mondes: Les martiens d'Orson Welles le 30 octobre 1938
» Après Orson Welles:
» Pierre Lagrange, La guerre des mondes a-t-elle eu lieu?
» Cinema : la cinematheque idéale pour lyceens
» Première émission de radio du GRPA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: