Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Patrick Deville

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Patrick Deville   Ven 04 Sep 2009, 06:46

Patrick Deville, longue vue, éditions de Minuit.

Où il est question
1) d’un ornithologue,
2) d’un motocycliste chargé de promener une jeune demoiselle,
- des après-midi du couple à la plage,
- et des divertissements d’une bande d’oisifs…

Le tout dans un pays non identifié, mais chaud, où les complets- vestons et les chapeaux en peau de serpent n’arrangent pas les choses…

Je commence ce « roman » et m’aperçois que Patrick Deville ne perd pas de temps avec des effets littéraires tels que description de paysages ou psychologie fouillée des personnages.

Le vélo fait
Citation :
grin grin (grincements réguliers de la bicyclette)
et les criquets,
Citation :
cric cric cric

D’ailleurs il quitte le motocycliste pour s’intéresser au devenir du paquet de cigarettes vide jeté sur la rue…
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Ven 04 Sep 2009, 06:49

Patrick Deville, longue vue, éditions de Minuit.

Voyons les personnages et leurs vocations personnelles :

Citation :
« Le professeur Körberg avait opté dès le début de la guerre pour l’ornithologie, et totalement délaissé le football. Les vingt années suivantes devaient lui donner raison : sa carrière d’ornithologue fut exemplaire, et l’équipe nationale autrichienne ne parvint qu’une fois en demi-finale de la Coupe du monde de football, et se fit éliminer par l’Allemagne, sur le score de six buts à un. »

Skoltz :
Citation :
« Après plusieurs années au séminaire, fin spécialiste de l’arianisme, il avait un jour poussé la porte d’un PMU, et parié une somme rondelette sur Satanic boy, dans la deuxième. Sa vocation s’était dissipée. Pendant deux ans, des gains modiques mais fréquents lui avaient permis de se consacrer à ses travaux personnels. »

Ajoutez à l‘ensemble des bizarreries et des jeux de mots, des épisodes loufoques sur l’ornithologue braquant sa longue vue sur des femmes ouvrant les volets,

et attendez-moi pour la suite. Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Ven 11 Sep 2009, 18:38

la longue vue éditions de minuit.

J’ai eu tort de faire une pause entre les parties de la longue vue de Patrick Deville.

Dans la suite, après la 1ère partie, j’ai retrouvé la fantaisie du début, et un fond d’histoire sentimentale que vous découvrirez par vous-mêmes.

Certes les rapports entre les personnages respectifs, comme le surgissement d’un « je » , peuvent désarçonner, je crois pourtant que cette narration désinvolte et ces personnages un peu extravagants montrent que Patrick Deville a lu Boris Vian et qu’il serait même un cousin par alliance.

Mon prochain Deville, car il faut planifier, sera Equatoria, paru au Seuil.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Mar 17 Nov 2009, 09:47

Equatoria au Seuil.

Qui aime les voyages et leurs relations appréciera Equatoria, intitulé roman, où l’auteur suit la piste de Savorgnan de Brazza en Afrique.

En chemin, il rencontre (air connu) Julien Viaud/Pierre loti, le Stanley de l’épisode Livingstone, quelques figures mythiques - puis oubliées, d’épisodes africains (Louis Schweitzer vs F. Louis Céline) …

et de ces fils divers, liés à l’actualité de ses découvertes, il tisse la trame d’un ouvrage qui tient des notes de voyage, de notes de lectures, et de collages d’articles de journaux…

Trouverai-je Albert Londres dans les parages ?

Je l’aime bien celui-là Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 50
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Sep 2011, 19:57



Après des études de littérature et un CAPES de philosophie, Patrick Deville s'embarque, à l'âge de 25 ans, dans une longue série de voyages au cours desquels il sera amené à écrire et enseigner en Algérie, au Nigéria, au Maroc ou encore à Cuba. Épisodiquement, sa vocation de romancier rappelle le globe-trotter sur les rives françaises, notamment en 1988 lorsqu'il publie son premier succès critique et commercial, 'Longue vue'. 'Le Feu d'artifice' (1992), 'La Femme parfaite' (1995) et 'Ces deux-là' (2000), profondément marqués par le style minimaliste de Deville, paraissent eux aussi aux Éditions de Minuit tandis que l'auteur sillonne les mers du Sud, papillonnant de résidences d'écrivains en festivals littéraires. En 2001, il pose ses valises à Saint-Nazaire pour prendre la tête de la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs (MEET), où il fonde un prix littéraire latino-américain. Sa passion du voyage transparaît plus que jamais dans une nouvelle vague de romans publiés au Seuil - 'Pura Vida : vie et mort de William Walker' (2004), 'La Tentation des armes à feu' (2006) et 'Equatoria' (2009) -, qu'il imprègne de la chaleur violente, abrutissante, rongeante de l'Afrique du fleuve Congo. 'Kampuchéa' sort en septembre 2011 et fait le récit d'un voyage le long du Mékong, avec en toile de fond le procès des Khmers rouges et de la révolte des chemises rouges en Thaïlande.


Kampuchéa


255 pages -Seuil (1er septembre 2011)

Citation :
C’est le récit d’un voyage le long du fleuve Mékong, effectué entre le procès des leaders khmers rouges à Phnom Penh (2009) et la révolte des chemises rouges en Thaïlande (début 2010). Tout part, d’une certaine façon, de la découverte, par hasard, des temples d’Angkor par Henri Mouhot en train de poursuivre un papillon. Car la France est très présente. Elle est la puissance coloniale dont de nombreuses traces demeurent. Et Paris est le lieu où quelques jeunes Cambodgiens, vers le milieu du XXe siècle, viennent poursuivre de brillantes études : ils seront les « frères », numérotés par ordre d’importance, qui se retrouveront plus tard à la tête de l’inconcevable mouvement révolutionnaire des khmers rouges arrivés au pouvoir le 17 avril 1975 et qui organiseront une méthodique extermination de tous ceux qui résistent à leur système. L’auteur explore la mémoire de cette tragédie récente, dans le paysage souvent enchanteur du Mékong. La littérature n’est jamais loin, pour le meilleur (Pierre Loti, Malraux, Kessel ou encore Conrad) mais aussi pour le pire (Douch, l’un des hauts dignitaires après Pol Pot, à l’ouverture de son procès, déclame du Vigny).

Ce fut pour moi une lecture assez déroutante car premièrement il ne s’agit pas d’un roman avec des personnages, un scénario et un cheminement sur un temps donné.
En effet, l’auteur nous propose un récit de voyage dont il a posé un cadre temporel compris entre l’ouverture du procès des Khmères, et la révolte des chemises rouges en Thaïlande. Ce récit est en fait une série d’impressions posées ici où là sur l’histoire et le présent non pas d’un pays, le Kampuchéa démocratique (ancien Cambodge) mais de sa région au sens large. Le fait de mélanger les choses, m’a un peu "dérangée" parce que j’aime savoir où je suis, avec qui je suis, et à quel moment je suis.
Deuxièmement, et c’est peut-être là le plus important, j’ai trouvé cette lecture déroutante, car au fond elle est vite devenue ennuyeuse car très sèche. Autrement dit, pour moi cela manquait d’images, de documentations. L’écriture, bien que de bonne qualité, ne m’a pas donné la possibilité de m’évader, et, encore moins de visualiser, mentalement ce que l’auteur a écrit.
J’ai donc vite assez vite "décroché".
Les références historiques, et littéraires sont assez fournies, cependant tout cela manquait cruellement de vie.
Ce récit peut également dérouter celui ou celle qui n’a pas un minimum de connaissance de la région et de son histoire. Le hasard a voulu que durant cette période je lise d’autres ouvrages sur le Cambodge ; je savais donc ce qu’il en était. Mais pour les autres lecteurs…..
Au fond, une fois la lecture terminée, je me demande pourquoi ce livre, dans quel but, quel message et legs pour le lecteur ? Si ce n’est de l’ennui, et l’envie puissante de passer à autre chose, et vite.


Dernière édition par mimi54 le Mar 06 Sep 2011, 05:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Sep 2011, 20:52

Ce qu'en dit l'auteur.

Citation :
« Un roman sans fiction » dit l’auteur, qui a choisi de mixer des vies, des évènements et des lieux pour nous emmener au cœur du Cambodge et de ses utopies au moment où se tient le procès des Khmers rouges.

je serai à l'écoute de ce qu'en diront des proches... Wink

Patrick Deville est le directeur littéraire de la MEET, maison des écrivains et traducteurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Ven 09 Sep 2011, 09:28



Citation :

je serai à l'écoute de ce qu'en diront des proches... Wink


L'écrivain-voyageur Patrick Deville clôt avec «Kampuchéa» (Seuil) sa trilogie qu'il avait commencée en Amérique centrale avec «Pura Vida», et en Afrique avec «Equatoria», de l'exploration des ex-territoires coloniaux.

quelques intervenants sur libération

Voilà l'article que vient de me communiquer un ami : il a beaucoup apprécié Kampuchéa, qu'il estime selon ses propos
Citation :
encore meilleur qu'«Equatoria»,

et il m'annonce une rencontre prochaine avec Patrick Deville.

A suivre, donc Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Sam 17 Déc 2011, 07:00

Pour écrire «Kampuchéa», il a remonté le Mekong depuis son delta jusqu'aux frontières de la Chine. Sans pour autant noter ses impressions :

Citation :
«Je ne suis pas très friand des journaux de voyage, sauf quand c'est Chateaubriand et qu'il vous fait croire qu'il va à Jérusalem alors qu'il se rend chez sa maîtresse à Madrid...»

un bon article sur Bibliobs.

je lirai ce livre, il est réservé et je suis en 3e position !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 30 Jan 2012, 15:47

Kampuchea, au Seuil.

1/3

Réflexions à mi parcours.

Il est très conseillé d’avoir vu « Duch, le maître des forges de l'enfer », du réalisateur cambodgien Rithy Panh , ou de connaître l’histoire des khmers rouges, même par une Bande dessinée comme les Khmers rouges de Tian.

A mon avis, Patrick Deville inaugure une genre nouveau qui tient du carnet de voyage, du reportage sur un procès, de l’exploration d’un pays par la géographie et l’histoire, et aussi par la mentalité des écrivains prédécesseurs (Malraux, Farrère) comme des aventuriers divers ( Mouhot, Gautier) qui y sont passés.

Deville interroge sur les comportements humains, non sans ironie parfois, il faut saisir au vol ses allusions qui traitent de la vanité des chimères (Moutot et ses papillons), comme de préoccupations plus prosaïques (les besoins de la bite (sic)).

Parfois une digression/explication sur un individu voisine avec un rappel historique, comme dans une conversation, à ceci près que l’interlocuteur de Patrick Deville doit capter le cheminement du voyageur, comme celui de sa réflexion, le tout livré « à la désinvolte », mais non sans des références et une hauteur de vues qui désarçonne.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 30 Jan 2012, 15:50


Kampuchea

2/3

« Comme tous les bourreaux ordinaires, ceux de l’Arménie et de la Pologne, de la Sibérie et du Rwanda, Douch est l’employé idéal tel que le décrivent toutes les offres d’emploi, consciencieux, ponctuel, rigoureux, honnête, un bon voisin ...] En somme chacun de nos voisins si par malheur ils avaient une cause. Il suffirait d’une situation un peu chaotique pour révéler leur vocation. Douch est au fond de nous, la partie noire et putride de notre âme. »

Destins singuliers que celui des hommes, celui de Graham Green qui se réfugie dans un monastère espagnol, comme celui de l’acteur David Carradine, "mort seul, auto-erotic game, mort de sa belle mort".

« Il a picolé toute la journée sur le tournage. Il a surtout envie qu’on lelaise en paix, plie ses vêtements, s’occupe de soi.. Une cordelette autour du cou et une autre au trou de la bite et les deux reliées et accrochées à la poignée de la penderie ça n’est pas très compliqué, un peu comme de se raser le matin, en même temps cela requiert un minimum d’attention, de précision, un peu de prudence, comme dans tous les métiers de précision le risque est la routine. On envoie la dépouille à l‘hôpital de Chulalonghorn. »

Citation :
« Voilà la vie des hommes, parfois. Voici notre monde, et nous n’en avons pas d’autre. »
en conclut la médecin légiste.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Mar 31 Jan 2012, 16:07



Kampuchea

3/3

Patrick Deville dans ce récit hybride jette un regard panoramique sur le Cambodge, l’histoire coloniale de l’Asie, mais aussi sur d’autres rives, d’Afrique du Nord ou d’Amérique latine par exemple.

Il opère aussi des plongées sur des carrières individuelles, celles des pionniers, bien souvent tragiques, voire dérisoires, et celles, plus révoltantes, d’hommes politiques qui continuent à bénéficier de la considération générale et/ou de trains de vie fabuleux.

Que faut-il attendre des procès politiques en cours ? Il semble bien qu’ils s’enlisent , que ce soit sur les rives du Mékong ou ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 16 Juil 2012, 18:33

peste et cholera, un avant-goût



clic ! ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Mer 29 Aoû 2012, 14:25

Prix Fnac 2012.



clic !

une œuvre à la fois exigeante et accessible. «Peste & Choléra»,

c’est l’histoire d’Alexandre Yersin, le disciple de Pasteur qui identifia le bacille de la peste à Hong-Kong en 1894. A mi-chemin entre le roman d’aventure et le roman historique, Deville y retrace la trajectoire «d’un homme bon» à travers ses voyages et ses rencontres, le tout dans une langue concise et poétique.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Sam 08 Sep 2012, 07:13




«La plupart de mes derniers livres se passent entre 1860 et aujourd'hui. 1860 est, j'en suis convaincu, une date très importante. C'est l'apogée du second Empire. Cette année-là, William Walker est fusillé sur une plage du Honduras (voir Pura vida, nda), Henri Mouhot découvre les temples d'Angkor (Kampuchéa, nda), et Louis Pasteur, escaladant la mer de Glace depuis Chamonix, éprouve qu'il n'y a pas de génération spontanée.

Tout ça la même année! Donc avec Yersin, né en 1863, je pouvais une fois de plus repartir de là, et aborder Sedan, 1914 et 1940. Mais le livre se termine en 2012, parce qu'il y a un personnage que je nomme “le Fantôme du futur” signant la narration. Cela me permet de décrire le Vietnam en 2012, parce que ce qui m'intéresse avant tout, c'est le présent: mes livres ne sont pas des romans historiques...»


rétrospective sur son parcours de voyageur et d'écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Nov 2012, 13:52


Bravo à Deville pour son prix femina !

Dans son entretien au Nouvel obs, il éclaire son projet, il fait l'éloge des pasteuriens, et parle de Tina Modotti pour le futur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mazel
pilier
avatar

Nombre de messages : 1421
Age : 67
Localisation : Carrières sous Poissy
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Nov 2012, 16:33

Smile bien travaillé Rotko ! et tu nous conseilles lequel ?
Revenir en haut Aller en bas
http://mazel-annie.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Nov 2012, 16:45

mazel a écrit:
Smile bien travaillé Rotko ! et tu nous conseilles lequel ?

la peste et le cholera, le dernier, que je n'ai pas lu.

Sinon Kampuchea est présenté sur le fil, avec un contexte et des renvois qui permettent de comprendre le récit.

Deville n'est pas toujours simple à lire, il suppose des connaissances préalables (données historiques précises) chez son lecteur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mazel
pilier
avatar

Nombre de messages : 1421
Age : 67
Localisation : Carrières sous Poissy
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Nov 2012, 17:00

Smile je viens de faire un tour sur "amazon"... je pense que tu as raison, certainement un peu compliqué. Tant pis,
Revenir en haut Aller en bas
http://mazel-annie.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 05 Nov 2012, 17:20

les posts sur Kampuchea signalent les films de rithy pan, rithy pan et ses telefilms et le livre de jean François bizot, le silence du bourreau
très accessible et interessant à lire.

les données sont alors réunies, et il y a d'autres livres parus récemment sur le sujet.

Kampuchea n'est donc pas hors de portée.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Ven 14 Déc 2012, 13:22

«Le Prix des Prix» se présente comme le dernier prix littéraire de l’année.

Patrick Deville remporte la deuxième édition avec son beau «Peste & Choléra» (Seuil). Après avoir décroché le prix du Roman Fnac dès la fin août, il avait raflé le Femina début novembre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 60
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Ven 28 Déc 2012, 09:57

Peste et choléra

Un livre très bien construit, d'une écriture incisive qui n'épargne rien ...très visuelle avec des raccourcis (phrases sans verbe) qui saisissent et emportent le lecteur.
De l'action avant tout.
Patrick Deville vit dans ses tripes son sujet, il connaît les lieux et l'Histoire et nous fait accéder avec brio à ceux ci.
Un tourbillon qui m'a laissée ébahie et avec l'envie de lire Kampuchéa ...

Édité au Seuil dans la collection " Fiction & Cie ". Fiction car Patrick Deville donne à Yersin et à son entourage des pensées qui sont nées de l'interprétation de ses recherches.

Et qui sont peut être fausses, mais on s'en fout Smile
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Jeu 03 Jan 2013, 13:51

L'incipit de la peste et du Choléra


La vieille main tavelée au pouce fendu écarte un voilage de pongé. Après la nuit d'insomnie, le vermeil de l'aube, la glorieuse cymbale. La chambre d'hôtel blanc neige et or pâle. Au loin lalumière à croisillons de la grande tour en fer derrière unpeu de brume. En bas les arbres très verts du square Boucicaut.

La ville est calme dans le printemps guerrier. Envahie par les réfugiés. Tous ceux-là qui pensaient que leur vie était de ne pas bouger. La vieille main lâche la crémone et saisit la poignée de la valise. Six étages plus bas, Yersin franchit le tambour de bois verni et de cuivre jaune. Un voiturier en habit referme sur lui la portière du taxi. Yersin ne fuit pas. Il n'a jamais fui. Ce vol, il l'a réservé des mois plus tôt dans une agence de Saigon.


C'est visuel (un souvenir du début de la condition humaine ?) dans un style précis et concis.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Sam 05 Jan 2013, 16:14

mona a écrit:
Peste et choléra

Édité au Seuil dans la collection " Fiction & Cie ". Fiction car Patrick Deville donne à Yersin et à son entourage des pensées qui sont nées de l'interprétation de ses recherches.

Et qui sont peut être fausses, mais on s'en fout Smile

oui, le texte est annoncé comme "roman", mais ce terme ne veut plus rien dire. Il faudra, vieux projet, que je lise une revue sur les genres. En fait "roman" englobe tout.

je ne suis pas sûr que Deville apprécie qu'on mette en doute ses données : il les cite à plusieurs reprises : les lettres de Yersin à Emilie sa soeur et à Fanny sa mère, les correspondances avec les pasteuriens dont il donne précisément les citations.

Dans les remerciements, il nomme aussi d'autres sources.

Il connaît parfaitement l'époque du second empire jusqu'à 1945, et il domine vraiment son sujet, en histoire et en géographie. D'ailleurs cette époque renvoie à d'autres sujets abordés dans des oeuvres précédentes ...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Dim 06 Jan 2013, 08:59

Peste et Choléra

1/3

Toutes les données sur Yersin ont été abondamment relatées par la presse : Yersin bactériologiste, ingénieur, explorateur, éleveur, horticulteur, producteur de caoutchouc et de quinquina etc..

Deville échappe au modèle courant de la biographie, fût-elle admirative, en tordant le cou à la chronologie : il procède à un montage qui sert chaque aspect de son personnage, et le met en relation avec son époque comme avec le lieu où il opère. On ainsi des instantanés de la carrière de Yersin comme des photographies à un moment donné.

Il crée aussi des « attelages » d’hommes par similitudes d’activités ou d’attitude : Yersin et Rimbaud, Yersin et Calmette, Yersin et Roux, par bandes, la bandes des pasteuriens/ la bande des parnassiens, ou par couples rivaux voire hostiles, le clan Pasteur vs le clan Koch, - à l’image de la guerre franco-allemande sur d’autres terrains, ou les rivalités franco-anglaises dans les colonies.

Certains rapprochements ne manquent pas d’humour, entre Ader prenant l’avion et Yersin quittant le train, tandis que d‘autres s‘imposent d‘eux-mêmes entre la yersinia pestis, et la peste brune fasciste…

Le montage crée un effet d’attente puisque sont annoncés des personnes ou des événements qu’on verra expliqués dans une rétrospective : « la vieille main tavelée au pouce fendu » de l’incipit trouve son origine à la page 99. On attend aussi pour savoir qui est le fameux fantôme du futur qui nous intrigue, autant dire qu’on lit le « roman » avec intérêt, sensibles aussi à l’humour du ton et à l’hommage rendu.


Dernière édition par rotko le Mar 08 Jan 2013, 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Patrick Deville   Lun 07 Jan 2013, 16:32

Peste et Choléra

2/3

Je ne sais pas si les pasteuriens ont le goût de la blague comme peuvent l’avoir des carabins ou des Khâgneux, mais ce livre très documenté, et au style très travaillé, l’humour (cf.le titre) donne une bouffée d’air pur. Ce serait dommage de ne pas le signaler.

Il s’agit d’anachronismes délibérés sur une marque de cigarette (Marlborough) ou l’appel de Yersin sur un téléphone portable, des rapprochements incongrus entre deux personnages historiques, des blagues potaches où "les poules s’interrogent" sur les projets que couve Yersin, patron de la basse cour.

Plus sérieusement, pourrait-on dire, Patrick Deville traduit en termes familiers, les questionnements, les réflexions de l’entourage du savant, comme cette réflexion de sa mère sur les photographies envoyées par son fils

« Voilà que le petit chanteur de psaumes photographie des négresses à poil ! »

Il est normal que le langage se fasse le reflet de situations parfois cocasses, excellent antidote à la dramatisation facile que ne manqueraient pas de faire des auteurs complaisants. On voit le fossé de mentalités différentes mis ainsi à notre portée.

D’autres fois, Deville s’amuse à détourner des citations, et le léger décalage dans l’expression permet de reconnaître des citations de Baudelaire (notamment dans l’invitation au voyage) ou un impératif moral de Kant.

C’est un sourire de l’auteur, un clin d’œil au lecteur, comme dans une conférence publique pour détendre l’atmosphère et refocaliser l’attention.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patrick Deville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patrick Deville
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le cinquième rêve de Patrick van eersel
» Tu m'appelles en arrivant de Patrick Sébastien
» Traductions effectuées par: MR PATRICK ROUILLY du site Photovni
» Le Canon de St Patrick (spiritualité celtique)
» Re: Patrick VOILLOT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Auteurs français et d'expression française-
Sauter vers: