Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Salim Bachi [Algérie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Naima
pilier
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 39
Localisation : mostaganem
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Mar 05 Oct 2010, 16:39


Une présentation éloquente du roman, j’ai beaucoup aimé, c’est encore une fois de l’actualité, c’est important de parler de ces jeunes qui cherchent de fuir leur pays, de s'installer ailleurs de façon illégale (un Sindbad est à l’intérieur de chacun d’eux, la tête pleine de rêves et d’espoir pour un monde meilleur, l'Amour est au bout de leur espérance) savoir ce qu’ils cherchent en quittant leur pays. Encore une fois, Salim Bachi met la main sur ce qui nous touche, ce qui touche l’Algérie…
il a cette capacité de s'infiltrer à l'intérieur de son personnage et d'exprimer le fond de ses pensées les plus intimes...
Merci Alain pour le lien
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Mar 05 Oct 2010, 17:10

J'ai eu le tuyau de première main Wink

je lirai ce livre dès que possible, et on en parlera.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Naima
pilier
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 39
Localisation : mostaganem
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Mar 05 Oct 2010, 17:13



je l'ai reçu aussi le samedi dernier et je projette de le lire la semaine prochaine si Dieu le veut
je serai très ravie de discuter avec toi
Smile
un grand merci
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Sam 23 Oct 2010, 15:23

Amours et aventures de Sindbad le Marin


Le Matricule des anges d'Octobre consacre un article d’une page (P 37) à Salim Bachi : il note chez cet auteur le goût pour les mythes et l’imaginaire des littératures gréco-latine et orientale qui l’amène à promener son héros du passé le plus reculé au présent le plus actuel, à passer de l’antique Cathago à l’Alger de Chafouin Ier, dans nos années 90.

Citation :
« vivre vite, partir loin, aimer le plus »
c’est la devise de Sinbad.

Salim Bachi n’est pas tendre pour l’Algérie actuelle qui, par le massacre et l’effusion de sang, sacrifie l’avenir de sa jeunesse. Il s’en prend aussi à la crédulité des Algériens, trop facilement bernés.

L’Occident ne trouve pas non plus grâce à ses yeux, notamment « la république de Kaposi ».

Humour, colère, voire détestation, l’auteur du chien d’Ulysse manie tous ces tons avec la vitalité qui le caractérise et le fait naviguer avec aisance entre les époques.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 67
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Salim Bachi    Mar 09 Nov 2010, 09:19

Je cherchais un fil sur Salim Bachi, mais , finalement, cet écrivain n'y est pas vraiment présenté et on y parle que de ses deux derniers livres, la quasi-totalité du fil étant consacrée au Silence de Mohamed.
Je viens de découvrir - un peu tard - cet auteur en lisant son premier roman publié en 2001, un livre magnifique , à lire et à relire et la certitude d'avoir affaire à un grand écrivain ! Et je savoure d'avance le plaisir que je vais avoir à découvrir son oeuvre ...



Comme Nedjma de Kateb Yacine auquel il emprunte de nombreux éléments,Le chien d'Ulysse, Odyssée d'un Ulysse algérien s'inspirant de l'épopée satirique de Joyce,s'inscrit dans un univers mythique où s'enchâssent et se répondent plusieurs histoires, où se mêlent le passé et le présent, le rêve et la réalité.

En érigeant Cyrtha, cette cité à la frontière du réel et de l'imaginaire , allégorie de L'Algérie, Salim Bachi bâtit, avec une maîtrise stupéfiante, un univers romanesque jubilatoire mêlant l'Orient et l'Occident .
Il arrive ainsi à dire avec lucidité la tragédie algérienne des années 1990 , la désillusion et le désarroi d'une jeunesse sans repères plongée dans l'enfer après l'assassinat du Président Boudiaf, sans sombrer dans le désespoir. Et le lecteur est emporté par la beauté et la vitalité d'un style contrasté mêlant des dialogues incisifs et vigoureux, drôles et familiers à une langue ample et poétique, baroque et flamboyante.

Biographie et bibliographie de l'auteur :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Salim_Bachi


Analyse et, surtout,longs extraits sur mon blog pour ceux que ça intéresse ...


Dernière édition par ECaminade le Mar 09 Nov 2010, 09:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Mar 09 Nov 2010, 09:39

oui, le silence de Mahomet était une lecture accompagnée.

Mais l'exploration de l'auteur n'est pas achevée...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Ven 19 Nov 2010, 10:15

1/3

Amours et aventures de Sindbad le Marin

premières impressions

Voyager à l’époque moderne n‘est pas de tout repos : on attend les aventuriers au port, on examine leurs papiers pour vite les renvoyer d’où ils viennent.

Ainsi lecteur trouve son personnage dans un mixte d’Ulysse (+ chien) et de Sindbad, pétri de culture, avide de nouveau, et oublieux des anciens désagréments.

A vrai dire, tout va de travers, sauf le récit allègre - qui va à rebours du temps :

« Jadis la cité s’était appelée Alger. A présent ses habitants lui donnaient le nom de Carthago »

Le monde actuel n‘enchante plus. Il sent le déclin et la mort quand les pauvres confient leurs existences à de frêles embarcations, esquifs de désespoir guettés par les naufrages.

Notre Candide n’en revient pas, mais pour garder bon cœur contre mauvaise fortune , il adopte une ironie (voltairienne, évidemment) :

Le camp de réfugiés se présentait bien. Il était pourvu de tous les équipements modernes. Des barbelés protégeaient les rescapés des autochtones qui voulaient les pendre Des miradors veillaient sur leur paisible sommeil. Des soldats armés par L’ONU, comme au Rwanda, surveillaient d’un œil bon cette multitude affamée qui menaçait d’envahir l’Europe. Mes compagnons et moi étions logés dans des baraquements en tôle qui pouvaient contenir jusqu’à plusieurs dizaines de lits.

Sindbad va donc voyager pour son propre compte, et avec toute la hardiesse requise, il se trouve heureusement des co-équipières obligeantes

Entre ses fesses, le nez fureteur, je retraversais la mer sous l’orage et la tempête, brûlais sous le soleil martelant, emplissais mes poumons d’embruns et d’iode et mes yeux de longs figements électriques. Lorsque je la pénétrais je devenais un navire à l’étrave conquérante, une proue fière qui partageait les écumes. La mer sous mon corps gémissait et se troublait, se refusait et m’attirait à elle, gémissait encore, sempiternelle comme la marée.

Du coup l’auteur voit que le rire dédramatise ; il donne des coups de griffes à ses contemporains G.O.C ( Grands Officiels de la Culture)
Spoiler:
 
, et chante le Dirigeant Moderne de la Péninsule :

Le Golem, une sorte de bouffon, un industriel milanais concocté par la loge P4, grandi en une époque trouble, […] Le Golem s’était accaparé tous les médias et, à présent, les lucarnes blêmes reflétaient son visage de gargouille entre deux spots publicitaires. Pour flatter les bas instincts de la populace, l’homme avait accommodé au goût moderne les jeux du cirque où étaient jetés en pâture non plis les chrétiens mais de pauvres bougres qui étalaient leur vie intime devant des millions de spectateurs.

Pour plus de plaisir, il ajoute pour le lecteur quelques clins d’œil littéraires, comme ici à L’Hadrien de Yourcenar.

Je me mis à rechercher les faveurs des femmes avec d’autant plus d’ardeur que je soupçonnais là un trésor caché, une promesse de connaissances et de jouissances infinies.

Beau programme ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 67
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Ven 19 Nov 2010, 10:41

Je pense que je continuerai d'explorer l'oeuvre de Salim Bachi en commençant par ce dernier roman que tu nous présentes de manière alléchante ...
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Naima
pilier
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 39
Localisation : mostaganem
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Ven 19 Nov 2010, 15:39

Amours et aventures de Sindbad le Marin

De très belles impressions Alain, bien ordonnées et admirablement illustrées.
En ce qui me concerne, c’est très confus et anarchique dans ma tête.

Guetter les aventuriers à l’époque moderne, pas au port mais tout au long des plages, pour vérifier leurs papiers qui sont bien entendu brûlés en route afin qu’ils ne puissent pas revenir très vite à leur pays natal, mais dans des camps ―prisons― jusqu’au jour de leur renvoi.

Des voyageurs fascinés par l’Europe par la ville des lumières, cherchant surtout la liberté. La liberté de sortir en boite, d’aimer, de découvrir le monde, un monde interdit à leurs semblables à Carthago.

… Paris est la ville des amoureux, Paris est une fête et Paris sera toujours Paris pour ceux qui s’aiment à tout vent, sur les quais, sous les porches, dans les rues…


Je fus ébloui par Paris, la Ville lumière, comme je me plaisais à le clamer lorsque je me promenais sur ses boulevards, longeais la Seine en me remémorant Apollinaire.

Je suis parmi les lecteurs qui ont trouvé un soupçon d’Ulysse, un Sindbad moderne, cultivé aimant la lecture mais aussi les femmes.

Je préparais à la Sorbonne un doctorat en lettres modernes sur Casanova. Sujet d’études que j’accompagnais volontiers de travaux pratiques choisis parmi mes condisciples aux cheveux longs, à la poitrine généreuse, aux jambes fuselées.

On retrouve un autre personnage, un des sept dormants, eux aussi avaient un chien.― Ils passèrent des années ou des sciècles dans une grotte, en se réveillant, ils constatèrent qu’ils ont raté d’innombrables évènements―

Contes atroces où il était question d’un Dormant et de son chien…


Je voyais le roman comme une sorte de biographie, sachant que c’est le chemin parcouru par l’auteur : Carthago, Italie (Villa Médicis), Paris (La Sorbonne) …

Lorsque j’arrivais à la Villa […] De ma fenêtre, j’apercevais les pins parasols. Le ciel sur le gris de Rome. Les villes innombrables qui superposaient autour du Tibre, entre les sept collines. Et Carthago, au loin, englouties par la mémoire et les terribles massacres, et la mort cavalait dans le monde.

Comme à son habitude, Salim Bachi nous plonge dans un monde de fiction avec un soupçon de réalité, nous sommes au milieu de la mythologie, de l'Histoire, de la politique de la littérature et de l'art. C'est dur de se retrouver au milieu de tout ceci... scratch
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Sam 20 Nov 2010, 07:21

Oui, Naima, le livre foisonne de références, mais je ne trouve pas que cela pèse sur le récit : on prend ce qu'on attrape, dans l'elan du lecteur qui suit la dynamique du romancier.

je crois que les dormants renvoient au Chien d' Ulysse, et Lalla fatima, à la grand mère de Sindbad.

La connaissance de l'odyssée (que j'ai lue) et celle des aventures de Sindbad (1) ( que je n'ai pas lues Happy ) aide sans doute à la lecture, mais est-elle indispensable ? je ne le crois pas. En tout cas je poursuis ma lecture dès que j'ai un moment de libre, et on pourra partager et nos hésitations et nos impressions.

(1) dans les Mille et une nuits

A bientôt Naïma Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Naima
pilier
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 39
Localisation : mostaganem
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Sam 20 Nov 2010, 10:58


je te félicite Alain pour toutes ces lectures cheers
je ne prétends pas que toutes ces références pèsent sur le récit au contraire, elles l'enrichissent de plus belle... elles ne pèsent que sur ma petite tête scratch cela ne m'empêche pas de prendre un plaisir fou à lire
je crois aussi que la lecture de L'Odyssée et les aventures de Sindbad n'est pas indispensable (j'ai commencé les deux mais je ne les ai pas achevés ) Happy
cela promet vraiment Mille et une nuits hesit
à très bientôt Alain Smile
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Lun 22 Nov 2010, 19:02



2/3

Amours et aventures de Sindbad le Marin

Naima a écrit:
Je voyais le roman comme une sorte de biographie, sachant que c’est le chemin parcouru par l’auteur : Carthago, Italie (Villa Médicis), Paris (La Sorbonne) …

Salim Bachi se livre à une sorte de bilan de sa vie intellectuelle, amoureuse, et voyageuse qui lui permet de jeter un regard global sur le monde : ce n’est guère réconfortant car il se sent « le témoin horrifié d’une sorte de cauchemar climatisé ».

L’Occident n’est ni accueillant ni à la hauteur de ses prétentions :

Citation :
Nous avions fui la tyrannie d’Ubu, le Grand inquisiteur et le Mollah Capital. C’était triste d’être balancé dans le même sac en Seine, avec les agitateurs du voile, les dévorateurs du Coran, les Septembristes d’Oussama. …Mais c’était cela, l’Occident, une capacité infinie de faire des généralisations.

Si L’Italie a son fléau, la France n’est pas épargnée :

Citation :
« L’ostrogoth coupeur de bourses, micheton de la Phynance, coquin d’armement, s’était fait élire à la présidence de la France en mettant le feu aux banlieues, en jetant l’anathème sur les étrangers et les pauvres. Il s’apprêtait à redéfinir l’identité de ce pays tombé en désuétude qui se découvrait un destin texan et bushiste pendant que l’Amérique portait un Noir à sa présidence »

Il serait bon aussi que les citoyens comprennent que l’identité française n’est pas dans les ministères mais dans les couloirs du métro.

Quant à l’Orient, outre certains régimes politiques qui font l’unanimité contre eux, il traîne des boulets qui le discréditent :

Citation :
« Des jeunes filles aux yeux d’oiseau de proie et que l’on écartait du métier lorsqu’elles étaient en âge de se marier, c’est-à-dire à douze ans, voire à treize pour les plus vieilles, il ne fallait pas attendre plus, sinon elles se fanaient comme les fleurs après la rosée et finissaient comme de vieilles Parques, les doigts griffus accrochés à la lisse et crachant leur chique par terre.. »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Lun 22 Nov 2010, 19:04


3/3

Amours et aventures de Sindbad le Marin.

Naima a écrit:
nous sommes au milieu de la mythologie, de l'Histoire, de la politique de la littérature et de l'art. C'est dur de se retrouver au milieu de tout ceci.

Certes. Et on peut fait à l’auteur grief d’une débauche de citations (Rimbaud, Apollinaire), de jeux de mots parfois faciles (Mahométan à Mao ), d ’une tirade convenue sur Internet, ou d’un embrouillamini de significations. En revanche Sciascia et les Mille et Une Nuits sont les bienvenus dans ce récit dynamique et roboratif.

Et puis il y a les jeunes filles ! miam

Salim Bachi a décidé qu’il ne fallait pas attendre le paradis pour rencontrer les houris ; elles sont sur la terre où, par leur présence, elles triomphent de la mort et de la morbidité.
Quand l’auteur les décrit, on sent l’ amour du voyageur et de l’amateur de beauté, de celui qui fréquente les œuvres d’art et ne se lasse pas des plaisirs.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Naima
pilier
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 39
Localisation : mostaganem
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Amours et aventures de Sindbad le Marin.   Mar 23 Nov 2010, 15:48

Amours et aventures de Sindbad le Marin.

Tu m’épates à chaque fois, tu es trop rapide en lecture, je suis une toute petite tortue à coté de toi !!!

Le bilan de la vie de Salim Bachi, est peint de façon sinistre, je te l’accorde Alain, cela ne veut pas dire que nous percevons le monde du même œil.
Il a orné son récit par quelques aventures amoureuses !! (Plutôt des tas d’histoires d’amour). Le genre d’histoires qui illumine la vie d’un homme et celle d’une femme… Mais trop d’amour nuit à l’amour, il perd son sens et sa valeur.

Aalin a écrit:
L’Occident n’est ni accueillant ni à la hauteur de ses prétentions

Salim Bachi a écrit:

Un champ de ruines où l'on avait massacré femmes et enfants en 1871, la seine, une fosse commune où l'on avait jeté des Algériens en 1961, le Lutetia, quartier général de la Gestapo et lieu d'arrivée des rescapés des camps. Une ville romantique.

Un soupçon d'ironie dans son discours, mais cela n'empêche pas que Paris reste la ville mythique des amoureux, de l'art dans toutes ses formes et de la littérature. Elle fait rêver toute âme amoureuse. Wink


les aventures du marin, ne font qu'accroitre les mérites de la ville des lumières

Au plaisir de te lire Alain bye
Revenir en haut Aller en bas
Naima
pilier
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 39
Localisation : mostaganem
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Jeu 25 Nov 2010, 17:12

Amours et aventures de Sindbad le Marin.

Salim Bachi compare la vie dans son roman avec des tableaux de Vermeer, de Monet, de Manet, de Picasso, de Van Gogh et de Kandinsky qui « ne mourraient jamais comme Bergotte devant le petit mur jaune de Delft », le personnage de Proust qui rencontre la mort après avoir contemplé Vue de Delft de Vermeer, il choisit de se libérer de sa crise d'urémie en regardant ce fameux tableau.

«… en lisant "L’Après midi d’un faune" et en écoutant "Gymnopédie" »
L'art dans toutes ses formes erre tout au long de son récit

« La mort me révoltait comme la dernière chiennerie d’une lente agonie, la vie »
Pourquoi cette peur ! Les marins n’ont jamais été effrayé par la mort, et Sindbad encore moins!

Des descriptions alléchantes des débats hommes/femmes. Sindbad fait son parcours tel un chercheur qui va à la découverte d'un monde de rêves, il explore chaque endroit de l'anatomie de la femme, chacune d'elles possède un atout qui la rend spéciale à ses yeux. Il exprime toujours un sentiment d'amour dans ces moments, mais ce n'est qu'une passion qui s'estompe avec le temps. L'amour absolu, éternel n'existe pas, du moins pour Sindbad, il ne ressent plus de l'amour mais une attirance physique ou mentale.

La seule femme qui n'a pas pu l'avoir, il étale ses sentiments en ces mots: "Je la déteste de penser que je peux vouloir lui dérober son sac."

lire ses mots m'ont fait sourire au premier abord, nous ressentons une âme d'enfant à la récréation qui hait son camarade de classe parce qu'elle ne joue pas avec lui et préfère jouer avec l'autre garçon, mais si on se met dans sa peau, la peau d'un adulte, il méprise cette femme car elle croit qu'il est un voleur, à dire que tous les arabes sont des voleurs!!!


j'espère connaitre ton opinion sur ce flux de pensées qui déborde de ma petite tête

au plaisir de te lire Alain

bye
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Ven 26 Nov 2010, 12:40

je pense comme toi qu'il a pour les femmes l'amour d'un voyageur et un culte de la beauté (et de l'exploration !), ce qui vient du caractère de Sindbad et se traduit par les termes culturels qu'il emploie dans le domaine amoureux.

Citation :
Lecteur assidu du journal du séducteur et des 120 journées de Sodome, je me trouvais armé des concepts nécessaires et contingents pour plaire à Mazarine qui, dans ses goûts amoureux ressemblait plus à Justine qu'à la princesse de Clèves.

4 références en cette phrase p. 187 + page 188 une allusion au bondage, il témoigne d'un même appetit érotique et culturel.

Il y a dans son expérience autobiographique le poids de la xénophobie ressentie en France.
Pour éclaicir certains points obscurs ce blog me paraît bien indiqué.

Je m'interroge sur Carthago = Alger dans le récit de Bachi alors qu'historiquement on penserait plutôt à Tunis.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Mar 14 Déc 2010, 06:33

A cette question, Salim Bachi répond qu'Ulysse et Carthago comme bagdad et Babylone appartiennent au patrimoine de l'humanité.

un poeme de l'auteur :

A ceux qui vivent " LE CHIEN D'ULYSSE"


A ceux qui vivent
Comme les poètes et les saints
Le monde se délivre en harmonies lyriques

Lumière et repos leur sont promis comme aux temps
Antiques
Où les dieux et les diables s’aimaient
Comme des voleurs aux pieds agiles

Nous sommes les descendants de ces êtres furtifs
Mais nous n’avons pas secoué la fange qui nous habille

Et la musique à nos oreilles délavées est un coup de cymbale
Ou un cri
Que poussent des orfraies grimées comme des dames

Elles se pavanent au chant des infantes maures

Qui nous délivrera de la toile secrète et noire
Que ces Parques nouvelles ont tissé autour de nous
Solides filets que les marins aux fiancées amarrées
Peinent à déflorer

Voile d’agonie
Où vient se pendre la mer
Virginale
Comme une araignée
Aux dents amères et vieilles

Une sirène parfois retentît au loin
Pour signaler ce chalut démaillé
A la remorque duquel
Comme des pendus en ballade
Flottent nos contemporains inanimés
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Salim Bachi   Jeu 16 Déc 2010, 14:37

très intéressant ce fil et mon manque d'érudition est honteux, Je connaissais Simbad le marin dans les bandes dessinées!!! et je vois que l'auteur a écrit un livre singulier et les échanges entre Rotko et Naima, remplissent mes vides.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Jeu 16 Déc 2010, 15:38

Tu es trop modeste, Amadak, et Naïma a répondu d'avance à ton argument

Naima a écrit:
je crois que la lecture de L'Odyssée et les aventures de Sindbad n'est pas indispensable

Il s'agit d'un fonds de culture, les voyageurs de l'Antiquité, qui servent à Salim Bachi pour une exploration du monde contemporain.

Il se situe dans le sillage de Swift et des Voyages de Gulliver, de 1721, pour écrire un roman satirique au point de vue social et politique. Voltaire l'avait fait aussi avec Candide, et je suis sûr que tu trouverais des équivalents - que je ne connais pas, dans la litterature hispanique.

Voilà un point qu'il serait interessant d'éclaircir Smile peut-être dans le roman picaresque...

Ce qui n'enlève rien à l'intérêt du récit de Salim Bachi, bien sûr, et surtout à son regard sur le monde actuel.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
amel.puka
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 11/09/2009

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Dim 02 Jan 2011, 14:06

votre avis sur la kahena s.v.p
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Dim 02 Jan 2011, 15:52

Personnellement je ne l'ai pas lu, et je compte lire à plus ou moins long terme le chien d'Ulysse.

N'hesite pas à donner ton avis sur les auteurs que tu connais, Amel Puka, pense aussi qu'il y a sur GDS* des étudiant(e)s qui font le même cursus que toi : ils échangent sur ce fil. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Dim 24 Juil 2011, 17:03

Amours et aventures de Sindbad le Marin

Naima a écrit:
Je voyais le roman comme une sorte de biographie, sachant que c’est le chemin parcouru par l’auteur : Carthago, Italie (Villa Médicis)
.

Le texte n'est pas flatteur pour les pensionnaires de la Villa Médicis (Rome) dont Salim Bachi fut pensionnaire. Plus favorables se sont montrés des "anciens" comme Bernard Comment (actuellement membre du jury pour le recrutement), Sylvain Coher, et actuellement Chloé Delaume.

Tous disent avoir été impressionnés par le lieu, les conditions matérielles très favorables, et le prestige de cette institution.

Elle peut avoir, au moins au début, des effets paralysants pour la création, mais elle crée entre des créateurs différents (musiciens, écrivains, artistes, historiens d'art) une solidarité et des échanges qu'ils auront du mal à retrouver ensuite.

Un lieu où passer une année, déchargé de tout souci financier, et propre à stimuler, même avec un effet retard, l'inspiration et des voies nouvelles.


clic !

Triptyque de l'ongle, chez Joca seria, 128 p.

Bernard Comment en a tiré une oeuvre iconoclaste, postfacée par Antonio Tabucchi, dont il est le traducteur en français.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
sarabennada
pilier


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Lun 25 Juil 2011, 06:26

Tuez-les tous de Bachi,  encore un autre sujet puisé de le l’actualité et des médias, en l’occurrence l’attentat du 11 septembre 2001.

un livre dont j'ai eu du mal à suivre le cheminement de l'histoire ou des idées à cause du non respect de la  ponctuation, la répétition excessive, le flash-back, l'introduction de citations sans repères, etc.
j'ai du le relire plusieurs fois pour  comprendre un peu...(j'ai travaillé dessus)

Salim Bachi voulait qu’on perçoive la construction d’une caricature du terroriste islamiste, qu’on devine les contours, les tenants et les aboutissants d’une telle machination mais en même temps il nous présente en filigrane son terroriste. Il déconstruit le modèle classique en nous soumettant un terroriste parmi le commun des hommes, sans référence particulière sauf celle de l’humanité.

Le héros de « tuez-les tous » de Bachi n’est autre qu’un individu déshumanisé désigné  pour accomplir la pire des missions, celle de semer la mort et la désolation autour de lui.
il ne répond pas d’une manière  exhaustive à l’image  du terroriste sanguinaire incarnée par les différents personnages connus dans le monde romanesque, a titre d’exemple: dans la condition humaine de Malraux , ou dans Pastorale américaine de  Philip Roth,  A quoi rêvent les loups  de Yasmina Khadra,  Terroriste   de John Updike, ou  Limmeuble Yakoubian  de Alaa El-Aswani,  et la liste est longue.

le héros de Bachi avait un Objectif, la destruction des deux tours du world Trade Center, le moyen utilisé, des avions qui fonceraient droit sur les structures des bâtiments. Le narrateur s’exprime à la place du personnage à qui il donne la parole de temps à autre sous forme d’un monologue intérieur...


(à suivre)


Dernière édition par sarabennada le Jeu 13 Juin 2013, 04:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
sarabennada
pilier


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Ven 29 Juil 2011, 18:09

Connotions et dénotations du titre « tuez-les tous » de S.Bachi

Phrase célèbre déjà utilisée par le passé, un ordre qui s’adresse à une masse d’individus, colportée aussi bien par les religions que par certains personnages historiques pour perpétrer des massacres, la mort et la destruction pour diverses raisons. Cet intitulé, exprimé de la sorte n’est pas étranger aux autres cultures. Il ne peut être utilisé comme une étiquette pour qualifier un type de personne.

L’appel au meurtre et à l’extermination est un réflexe humain, anthropologique, c’est la nature animale de l’homme primitif. Les qualificatifs, terroriste, extrémiste, moderne, cultivé, intellectuel, poli…, expriment un état de fait à une situation donnée, dans un espace donné mais ne prennent pas en considération les autres composantes que véhicule un homo sapiens.

Dans le fil du raisonnement rien d’étonnant de relever certains discours de hauts responsables de tous les pays sans exception, d’appels au meurtre de populations civiles au nom tantôt du tout sécuritaire, tantôt au nom de vagues croyances d’appartenance ou de diverses religions ou sectes. C’est un réflexe humain, celui qui est commun au monde du vivant et qui se déclenche sous diverses conditions : L’INSTINCT

«Tuez les tous», est un appel à la tuerie, au massacre, le tableau «le Très de Mayo» de GOYA, est très significatif, c’est un pan de l'histoire, la révolte espagnole contre la présence française et la répression aveugle de l’occupant, nous voyons des innocents défiler devant un peloton de soldats qui tuent sans distinction.
Blancs/noirs, blancs/rouges, musulmans/chrétiens, arabes/juifs, riches/pauvres, puissants/faibles, justice/injustice…, la plupart des conflits humains découlent de ces antonymes constitutifs de l’espèce humaine, aggravés ou complexifiés par un fond culturel, des mœurs, des coutumes, des histoires particulières. On ne peut se contenter de quelques traits distinctifs pour proférer des qualificatifs.

«Tuez les tous», le meurtre et l’assassinat est commun à toute l’humanité. Il est écœurant perçu dans les news d’un journal, il est horrible vu sur un écran de télévision mais son étude anthropologique est d’une grande banalité car il est en nous, il est commis tous les jours avec les justifications les plus diverses.
C’est le message du titre de Salim Bachi, une phrase recherchée et bien choisie, c’est un héritage de l’humanité, entendue et prononcée par toutes les classes sociales, toutes les civilisations sous de multiples couvertures pour protéger un bien, se prémunir contre un danger, étendre son territoire, apporter la bonne parole ou piller.

Cette signification ou connotation qui découle de l’intitulé du roman ou du titre est confortée par Le Coran, la Bible, l'histoire, les arts, la propagande... (je détaillerai )

(a suivre)





Dernière édition par sarabennada le Ven 29 Juil 2011, 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   Ven 29 Juil 2011, 18:43

je te lis avec attention, car je compte bien lire cet auteur sur plusieurs titres que je convoite; celui-ci et le chien d'ulysse, notamment.


152 p.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salim Bachi [Algérie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salim Bachi [Algérie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Force et honneur
» Toute la vérité dans les événements d'Algérie - Egypte
» Algésiras, juillet 1801
» Facebook compte 1,2 million d’utilisateurs en Algérie
» info: Étudiants étrangers chrétiens en Algérie sommés de qui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Afrique et Moyen Orient-
Sauter vers: