Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Amos Gitaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Sam 23 Juin 2012, 19:34

Oui Sarabennada, on parlera de Roses à credit, du moins tel que l'oeuvre apparaît dans la version d'Amos Gitaï. je viens de le voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Luca
pilier


Nombre de messages : 2880
Age : 105
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Dim 24 Juin 2012, 06:06

Aglaé a écrit:
Un film vraiment à voir, mais qu'une seule fois.
Merci Aglaé ! Ta très belle critique me donne très envie de le voir. merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Dim 24 Juin 2012, 17:43

C'est un film qui comporte, malgré le thème, une forte charge subversive incarnée bien entendu par la jeune Malka (qui refuse de sacrifier son bonheur et de se laisser enfermer dans un rôle qui ne lui convient pas) mais aussi à travers le choix d'un acteur palestinien pour interpréter le rôle du rabbin ainsi qu'à travers la scène finale.

Gitai met dans chacun de ses films une ville à l'honneur. Avec Kadosh, ce fut le tour de Jérusalem et la vue finale sur la coupole du dôme du rocher est intéressante. Je n'ai pas su interpréter ce choix, j'ai donc trouvé cela émouvant sans vraiment comprendre pourquoi.

Si tu es à l'aise en anglais, tu peux voir le film sous-titré ici:
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Dim 24 Juin 2012, 18:26



j'attends de lire ce que Sarabennada dira de Roses à credit : je n'ai pas été emballé par le thème, ni par le personnage féminin.

Les estheticiennes passent pour soigner les apparences et y être sensibles, du moins dans le film. Celle-ci ne fait pas exception, et on fait vite le tour de ses préjugés.

Reste à savoir si Gitaï a sauvé son personnage et son film de la banalité.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
sarabennada
pilier


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Dim 24 Juin 2012, 22:43

Roses à crédit (film)

Il s’agit d’un thème classique, une histoire de tous les jours. C’est un cliché rébarbatif d’une personne d’un milieu pauvre qui arrive dans une grande ville. Ébahie par le luxe et le style de vie des classes aisées, l’image de soi et celle d’autrui, l’imitation phénomène inné chez les êtres humains, adolescente, sans aucune expérience de la vie, elle s’endette a outrance pour mener une vie au dessus de ses moyens et c’est la descente vertigineuse.

Elle s’accroche à une vie conjugale qu’elle espère rendre heureuse, ne sachant comment l’entreprendre.

Un avis sincère sur le film ne peut être empreint d’égards, en effet et selon mon opinion, c’est un film ennuyeux au point où j’ai failli l’abandonner à plusieurs reprises. Rien ne m’a accroché, ni le scénario, ni les personnages, ni les acteurs par leurs interprétations et particulièrement Léa Seydoux (pas terrible dans son rôle), ni le dialogue ni la mise en scène...
d'ailleurs, je me pose la question comment un metteur en scène aussi connu peut-il accoucher d'une telle fadeur

Ce qui m’a retenu, c’est la curiosité suscitée en moi par les critiques sur le livre que j’ai eu l’occasion de rencontrer sur le net et parce que le film a été proposé sur le forum ; je souhaitais confronter mon avis a d’autre.

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Lun 25 Juin 2012, 04:33

Roses à crédit

je suis de ton avis, Sarabennada, et je m'étonne aussi que Gitaï ait commis ce roman photo filmé. A tel point que j'attendais un rebondissement, ou une remise en question de la méthode adoptée.

La fadeur vient aussi de l'époque traitée, et de la façon de filmer. Tout se déroule après la deuxième guerre mondiale, disons dans les années 50, et quelques, ce qui explique les allusions à un ancien collaborateur qui nuirait au spécialistes des roses.

C'est aussi les débuts de la société de consommation, de la "fièvre acheteuse", réponse à une publicité envahissante qui vante le bonheur dans les biens matériels. A cet égard, la musique entraînante jouerait sur deux tableaux :

- l'"effet fanfare", qui entraîne et met les gens au pas, sorte de lavage de cerveau de l'epoque, dont les informations officielles font l'éloge du "progrès" et du confort assuré.

- En même temps, on pourrait y voir un contrepoint ironique, la musiquette du bonheur en contraste avec des situations peu enviables.

Gitaï construit son film sur des saynètes, comme des épisodes vers le déclin du couple et de la jeune femme ; chaque saynète se conclut par un fondu au noir, bien répétitif.

On penserait même à une volonté pédagogique, illustrée par le conte de Monsieur George sur "le poisson aux trois souhaits", où celle qui rêvait d'un bonheur de conte de fée se retrouve à l'état initial de Cendrillon.

Comme dans un roman photo, les dialogues sont d'une grande platitude, les personnages sont sans relief car sans personnalité, victimes d'une société des apparences, filmée sans recul.

Oui, il y a contraste entre ce qu'on a lu du livre et vu dans le film.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Mar 26 Juin 2012, 09:33



Roses à crédit

En attendant que d'autres grain(e)s à qui ont vu le film, donnent leur avis, je poursuis :

Dans le livre d'Elsa Triolet, l'image de la femme est-elle aussi négative ? car enfin l'estheticienne complète ses fins de mois par d'officielles "parties de bridge à domicile" qui ressemblent fort à des prestations vénales.

Quant aux collègues, elles se font des vacheries en recourant à la séduction du compagnon de leur "ennemie". Décidément très "interessées", ces jeunes femmes, et rien ne semble pouvoir les ameliorer.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Jeu 28 Juin 2012, 19:50

je viens de regarder ce film. J'avais lu il n'y a pas longtemps le roman d'Elsa Triolet.

je ne suis pas déçue car je n'ai pas du tout aimé le film. D'une part j'ai trouvé l'hêroine capricieuse et pas du tout la jeune femme troublée par le besoin de toujours et encore acheter du roman d'Elsa.
de plus ses colères, ses états d'âme, les gros plans interminables sur des lèvres barbouillées de rouge à lèvres de Pierre Arditi et les yeux dégoulinants de la jeune femme m'ont lassée. j'avoue avoir "fait avancer" mon dvd ! Rolling Eyes
bref j'en reste au roman qui m'avait franchement plu. bye
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Amos Gitaï   Dim 02 Déc 2012, 06:32

Désengagement‘

En 2005, suite à la mort de leur père, Ana retrouve Uli, son demi-frère israélien qui vient la retrouver en France. Elle décide de retourner en Israël à la recherche de sa fille perdue 20 ans plus tôt.
Sur place, Ana et Uli sont pris dans le désengagement de Gaza.

le film montre le drame des familles séparées par le conflit israélo-palestinien : on voit les divorces du père, la séparation du frère et de la soeur sur le terrain, les conflits internes des Israéliens ; l'armée doit évacuer de force les colons qu'elle a elle même envoyés dans les colonies. ces derniers opposent aux forces de l'ordre les arguments qu'on trouve habituellement chez les Palestiniens : c'est
le "je suis né sur cette terre et on vient m'en chasser".

Tout le film montre la division des personnes et des territoires, les grilles d'accès verrouillées, les autorisations nécessaires, les instructions officielles drastiques.

Désengagement‘ est, malgré ses maladresses, l’un des plus beaux films d’Amos Gîtai. Il a la réputation d’être aussi l’un de ses films les moins engagés. Je ne crois pas que ce soit le cas : l’engagement est bien présent, exprimé par le personnage joué par le réalisateur lui-même. Oui, l’engagement est là. Celui -intelligent- du pacifisme.

une critique développée. avec des photos.

la deuxième partie du film m'a semblé plus convaincante que la première, où incertain du sujet du film et des intentions du réalisateur, j'ai trouvé des longueurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amos Gitaï   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amos Gitaï
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» question sur AMOS
» Amos 9 et la conversion des nations
» AMOS - Liège - Portes Ouvertes
» logiciel Amos 5 de SPSS
» Qui est Amos .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: