Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Fontaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: jean de La Fontaine   Jeu 05 Nov 2009, 05:08

LE VILLAGEOIS QUI CHERCHE SON VEAU


Un villageois, ayant perdu son veau,

L 'alla chercher dans la forêt prochaine.

Il se plaça sur l'arbre le plus beau,

Pour mieux entendre, et pour voir dans la plaine.

Vient une dame avec un jouvenceau.

Le lieu leur plaît, l'eau leur vient à la bouche,

Et le galant, qui sur l'herbe la couche,

Crie, en voyant je ne sais quels appas:

"O dieux! que vois-je! et que ne vois-je pas!"

Sans dire quoi: car c'étaient lettres closes.

Lors le manant les arrêtant tout coi:

"Homme de bien, qui voyez tant de choses,

Voyez-vous point mon veau? dites-le moi."
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: La Fontaine   Jeu 05 Nov 2009, 16:59

La cigale et la fourmi[center]

La cigale, ayant chanté
Tout l'été
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle. - Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août, foi d'animal,
Intérêt et principal.

La fourmi n'est pas prêteuse,
C'est là son moindre défaut.
- Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
- Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
- Vous chantiez ? J'en suis fort aise.
Eh bien ! Dansez maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: La Fontaine   Sam 10 Juil 2010, 04:54

Les fables de La fontaine, illustrées par Chagall

le livre est offert à 178 000 élèves de CM1 de la France entière dans le cadre d'une opération intitulée : « Un livre pour l'été ».

Toutes les écoles sont volontaires et proposeront, à la rentrée, un projet pédagogique spécifique afin que ces Fables soient étudiées en CM2.


clic !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Albert
pilier
avatar

Nombre de messages : 2302
Localisation : île de france
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: La Fontaine   Sam 10 Juil 2010, 07:29

Voici une fable qui n'a pas été donnée aux écoliers...... Laughing


Soeur Jeanne est vantée pour sa piété...

Soeur Jeanne ayant fait un poupon,
Jeûnait, vivait en sainte fille;
Etait toujours en oraison;
Et toujours ses soeurs à la grille.
Un jour donc l'abesse leur dit :
Vivez comme soeur Jeanne vit,
Fuyez le monde et sa séquelle.
Toutes reprirent à l'instant :
Nous serons aussi sage qu'elle,
Quand nous en auront fait autant.



Contes et nouvelles en vers par Monsieur de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Mile
Animation
avatar

Nombre de messages : 934
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: La Fontaine   Lun 06 Juin 2011, 13:59

La cigale et la fourmi


"La cigale qu'avait goualé
Tout l'été
Dans toutes les cours du quartier
Etait raide comme un piquet
Quand revint le vent frisquet,
Vu qu'elle flambait aux courtines,
Ca s'devine.

Elle cavale trouver sa pote la fourmi
Et lui dit :
- C'est pas marrant et j'la saute.
Faudrait qu'tu m'prêtes vingt-cinq louis
Que j'te r'fil'rai, ça j'te l'jure,
Vu que j'suis sur une affure
Dans la troisième à Longchamp
Qu'c'est du gâteau cent pour cent,
Ca fait du soixante contre un,
J'ai un tuyau cousu main.

La fourmi chanstique du coup
Vu qu'elle est arquinche comme tout :
- T'es follingue, qu'elle lui répond.
T'f'rais mieux d'aller au charbon.
...Et c' t'été, qu'est qu't'as fichu ?
- Ben, j'goualais la chansonnette.
- Tu goualais, eh ben, p'tite tête,
Maintenant tu peux gambiller
L'soir à l'Armée du Salut.
A la r'voyure, eh, locdu !"


revue et corrigée par Boby Forest

_________________
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien.


http://monamilouisbertrand.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Clertie
pilier
avatar

Nombre de messages : 404
Age : 26
Date d'inscription : 11/08/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Mer 31 Aoû 2011, 16:55

Ah La Fontaine ! Il est loin de n'être qu'un auteur de fables pour éduquer les enfants ; une écriture subtile et concise qui dénonce d'un œil amusé les travers de son roi ou de ses contemporains, le tout sans en avoir l'air. C'est plus que le "plaire et instruire" des classiques.
En voici 2, peu connues, mais savoureuses :

La montagne qui accouche
(V, 10)

Une Montagne en mal d'enfant*
Jetait une clameur si haute,
Que chacun au bruit accourant
Crut qu'elle accoucherait, sans faute,
D'une cité plus grosse que Paris :
Elle accoucha d'une Souris.

Quand je songe à cette fable
Dont le récit est menteur
Et le sens est véritable,
Je me figure un auteur
Qui dot : "Je chanterai la guerre
Que firent les Titans au maître du tonnerre."
C'est promettre beaucoup : mais qu'en sort-il souvent ?
Du vent.

*comprendre : "dans les douleurs de l'enfantement"


Les obsèques de la Lionne
(VIII, 14)

La femme du Lion mourut :
Aussitôt chacun accourut
Pour s'acquitter envers le Prince
De certains compliments de consolation,
Qui sont surcroît d'affliction.
Il fit avertir sa province
Que les obsèques se feraient
Un tel jour, en tel lieu ; ses prévôts y seraient
Pour régler la cérémonie,
Et pour placer la compagnie.
Jugez si chacun s'y trouva.
Le Prince aux cris s'abandonna,
Et tout son antre en résonna.
Les Lions n'ont point d'autre temple.
On entendit à son exemple
Rugir en leur patois Messieurs les courtisans.
Je définis la cour en un pays où les gens
Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents,
Sont ce qu'il plaît au Prince, ou s'ils ne peuvent l'être,
Tâchent au moins de le parêtre,
Peuple caméléon, peuple singe du maître,
On dirait qu'un esprit anime mille corps ;
C'est bien là que les gens sont de simples ressorts.
Pour revenir à notre affaire
Le Cerf ne pleura point. Comment eût-il pu faire ?
Cette mort le vengeait : la Reine avait jadis
Étranglé sa femme et son fils.
Bref il ne pleura point. Un flatteur l'alla dire,
Et soutint qu'il l'avait vu rire.
La colère du Roi, comme dit Salomon,
Est terrible, et surtout celle du roi Lion ;
Mais ce Cerf n'avait pas accoutumé de lire.
Le Monarque lui dit : "Chétif hôte des bois
Tu ris ! tu ne suis pas ces gémissantes voix !
Nous n'appliquerons point sur tes membres profanes
Nos sacrés ongles. Venez Loups,
vengez la Reine, immolez tous
Ce traître à ses augustes mânes."
Le Cerf reprit alors : "Sire, le temps des pleurs
Est passé ; la douleur est ici superflue.
Votre digne moitié, couchée entre des fleurs,
Tout près d'ici m'est apparue ;
Et je l'ai d'abord reconnue.
"Ami, m'a-t-elle dit, garde que ce convoi,
Quand je vais chez les Dieux, ne t'oblige à des larmes.
Aux Champs Élysiens j'ai goûté mille charmes,
Conversant avec ceux qui sont saint comme moi.
Laisse agir quelque temps le désespoir du Roi.
J'y prends plaisir." " À peine on eut ouï la chose,
Qu'on se mit à crier : "Miracle, apothéose !"
Le Cerf eut un présent, bien loin d'être puni.
Amusez les rois par des songes,
Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges,
Quelque indignation dont leur cœur soit rempli,
Ils goberont l'appât, vous serez leur ami.

Dans le même genre, "La cour du Lion" (VII, 6) n'est pas mal non plus lol!

Revenir en haut Aller en bas
Clertie
pilier
avatar

Nombre de messages : 404
Age : 26
Date d'inscription : 11/08/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Jeu 01 Sep 2011, 06:53

Après "Le corbeau et le renard", la suite des aventures de Monsieur le Renard, où l'on voit qu'il n'est pas toujours le plus rusé...

Le coq et le renard
(II, 15)

Sur la branche d'un arbre était en sentinelle
Un vieux Coq adroit et matois.
"Frère, dit un Renard, adoucissant sa voix,
Nous ne sommes plus en querelle :
Paix générale cette fois.
Je viens te l'annoncer ;
descends que je t'embrasse.
Ne me retarde point, de grâce :
Je dois faire aujourd'hui vingt postes sans manquer.
Les tiens et toi pouvez vaquer
Sans nulle crainte à vos affaires ;
Nous vous y servirons en frères.
Faites-en les feux dès ce soir.
Et cependant viens recevoir
Le baiser d'amour fraternelle.
— Ami, reprit le Coq, je ne pouvais jamais
Apprendre une plus douce et meilleure nouvelle
Que celle
De cette paix ;
Et ce m'est une double joie
De la tenir de toi. Je vois deux Lévriers,
Qui, je m'assure, sont courriers
Que pour ce sujet on envoie.
Ils vont vite, et seront dans un moment à nous.
Je descends : nous pourrons nous entre-baiser tous.
— Adieu, dit le Renard, ma traite est longue à faire :
Nous nous réjouirons du succès de l'affaire
Une autre fois." Le galand aussitôt
Tire ses grègues, gagne au haut,
Mal content de son stratagème.
Et notre vieux Coq en soi-même
Se mit à rire de sa peur ;
Car c'est double plaisir de tromper le trompeur.
Revenir en haut Aller en bas
dp.
pilier
avatar

Nombre de messages : 327
Date d'inscription : 05/08/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Jeu 01 Sep 2011, 16:31

Clertie a écrit:

Dans le même genre, "La cour du Lion" (VII, 6) n'est pas mal non plus lol!

Indispensable pour se conduire en société lol!
Revenir en haut Aller en bas
lorèle
habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Auvergne / Vosges
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Sam 03 Sep 2011, 07:49

Ah, j'aime beaucoup la version de la Cigale et la Fourmi proposée par Mile !!

Pour revenir au texte original, voici Le Lion Amoureux :

Du temps que les bêtes parlaient,
Les lions entre eux voulaient
Etre admis dans notre alliance.
Pourquoi non ? puisque leur engeance
Valait la nôtre en ce temps-là,
Ayant courage, intelligence,
Et belle hure outre cela.
Voici comment il en alla:
Un Lion de haut parentage,
En passant par un certain pré,
Rencontra Bergère à son gré:
Il la demande en mariage.
Le père aurait fort souhaité
Quelque gendre un peu moins terrible.
La donner lui semblait bien dur;
La refuser n'était pas sûr;
Même un refus eût fait possible
Qu'on eût vu quelque beau matin
Un mariage clandestin.
Car, outre qu'en toute manière
La belle était pour les gens fiers,
Fille se coiffe volontiers
D'amoureux à longue crinière.
Le Père donc ouvertement
N'osant renvoyer notre amant,
Lui dit:"Ma fille est délicate;
Vos griffes la pourront blesser
Quand vous voudrez la caresser.
Permettez donc qu'à chaque patte
On vous les rogne; et pour les dents,
Qu'on vous les lime en même temps.
Vos baisers en seront moins rudes,
Et pour vous plus délicieux;
Car ma fille y répondra mieux,
Etant sans ces inquiétudes".
Le Lion consent à cela,
Tant son âme était aveuglée !
Sans dents ni griffes le voilà
Comme place démantelée.
On lâcha sur lui quelques chiens:
Il fit fort peu de résistance.
Amour, Amour, quand tu nous tiens,
On peut bien dire: Adieu prudence.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: La Fontaine   Ven 20 Avr 2012, 11:44


Le Villageois et le Serpent

Esope conte qu'un Manant,
Charitable autant que peu sage,
Un jour d'Hiver se promenant
A l'entour de son héritage,
Aperçut un Serpent sur la neige étendu,
Transi, gelé, perclus, immobile rendu,
N'ayant pas à vivre un quart d'heure.
Le Villageois le prend, l'emporte en sa demeure,
Et sans considérer quel sera le loyer
D'une action de ce mérite,
Il l'étend le long du foyer,
Le réchauffe, le ressuscite.
L'Animal engourdi sent à peine le chaud,
Que l'âme lui revient avec que la colère.
Il lève un peu la tête, et puis siffle aussitôt,
Puis fait un long repli, puis tâche à faire un saut
Contre son bienfaiteur, son sauveur et son père.
Ingrat, dit le Manant, voilà donc mon salaire ?
Tu mourras. A ces mots, plein de juste courroux,
Il vous prend sa cognée, il vous tranche la Bête,
Il fait trois Serpents de deux coups,
Un tronçon, la queue, et la tête.
L'insecte sautillant cherche à se réunir,
Mais il ne put y parvenir.

Il est bon d'être charitable ;
Mais envers qui ? C’est là le point.
Quant aux ingrats, il n'en est point
Qui ne meure enfin misérable

C'est, me semble-t-il, une belle fable démocratique : généreuse, mais pas irresponsable.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: La Fontaine   Ven 20 Avr 2012, 13:37

Le Loup et l'Agneau

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
- Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.
- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens :
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l'emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Jean de la Fontaine

je l'aime beaucoup celle-ci, et puis je l'ai tellement racontée à mes enfants, le soir, parmi tant d'autres histoires et poémes ! Ils en connaissent beaucoup par coeur.
Revenir en haut Aller en bas
mahiwan
pilier
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 70
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Dim 22 Juil 2012, 15:49

Dans ses souvenirs de première jeunesse d'un curieux septuagénaire le baron Feuillet raconte qu'il entre au ministère des Affaires Etrangères par l'entremise de Talleyrand , et demeura cinquante ans dans ce département de 1829 à 1875.

Il était un excellent et érudit écrivain, doublé d'un collectionneur des plus avertis.

Feuillet de Conches avait voué à La Fontaine un véritable culte.
Voulant rendre hommage au fabuliste , il eut l'idée de former , pour sa seule joie personnelle un exemplaire unique des Fables , orné de dessins dus aux artistes de tous les pays .

Hélas, l'édition magistrale conçue par lui ne vit jamais le jour !
Mais la collection heureusement existe encore.
Elle est entre les mains de son petit fils, qui voulut bien la confier à l' Illustration pour qu'elle en choisit quelques pièces particulièrement typiques.

Photos ci dessous Extraites de l' ILLUSTRATION de Noël 1934 :























Revenir en haut Aller en bas
mahiwan
pilier
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 70
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Dim 22 Juil 2012, 15:56

( La Fontaine baron Feuillet de Conches suite )


















FIN
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: La Fontaine   Lun 11 Mar 2013, 17:11

La fontaine ré-actualisé

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: La Fontaine   Lun 11 Mar 2013, 17:58

rire rire rire aussi bonne que la vraie fable et davantage d'actualité !
Revenir en haut Aller en bas
mahiwan
pilier
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 70
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Lun 11 Mar 2013, 19:59

Très drôle ! Razz Razz

Ça me rappelle le début de la même fable inventé par des potaches , dont j'ai toujours fait partie, il y a bien longtemps :

- Un corbac, sur un arbre bien planqué , s'enfilait par la fiole un fromage
- Un renard par l'odeur éméché , lui tint à peu près ce dialogue
_ Ohé , Mr Du Corbeau ....

j'ai oublié la suite , mais elle peut être réinventée ......
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: La Fontaine   Mar 12 Mar 2013, 08:14

... Mr du Corbeau !
que vous êtes fastoche,
que vous me semblez chouette;
sans chars,si votre blabla
ressemble à vos horipaux...
vous êtes le Président
d'c'te foutue pédaudière !
alors là ! l'président
il se sent plus pisser !
il ouvre sa grande gueule
et lâche son calendos !

le renard se l'étouffe,
et dit "pauv'cloche,
ça t'apprendra ! j'me tape le calendos !

La Fontaine, revu et corrigé par le lémurien
Revenir en haut Aller en bas
mahiwan
pilier
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 70
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: La Fontaine   Mar 12 Mar 2013, 08:52

Razz Razz Razz Razz c'est tout à fait ça Ysandre !!! Entre potaches on se comprend !!! Razz Razz Razz Razz
Revenir en haut Aller en bas
marion 33
pilier
avatar

Nombre de messages : 772
Localisation : Gironde
Date d'inscription : 20/11/2013

MessageSujet: Re: La Fontaine   Dim 24 Nov 2013, 13:40

Autre fable de La Fontaine : "l'âne et le chien" éditée en 1678
Ces fables ont inspiré la décoration des fauteuils (et canapés) Louis XV (voir photo ci-dessous)


L’Âne et le Chien en tapisserie sur le dossier du fauteuil Louis XV

**************************************************************************
L'Ane et le Chien
Il se faut entre aider, c'est la loi de nature :
L'Ane un jour pourtant s'en moqua :
Et ne sais comme il y manqua ;
Car il est bonne créature.
Il allait par pays accompagné du Chien,
Gravement, sans songer à rien,
Tous deux suivis d'un commun maître.
Ce maître s'endormit : l'Ane se mit à paître :
Il était alors dans un pré,
Dont l'herbe était fort à son gré.
Point de chardons pourtant ; il s'en passa pour l'heure :
Il ne faut pas toujours être si délicat ;
Et faute de servir ce plat
Rarement un festin demeure.
Notre Baudet s'en fut enfin
Passer pour cette fois. Le Chien mourant de faim
Lui dit : Cher compagnon, baisse-toi, je te prie ;
Je prendrai mon dîné dans le panier au pain.
Point de réponse, mot ; le Roussin d'Arcadie
Craignit qu'en perdant un moment,
Il ne perdît un coup de dent.
Il fit longtemps la sourde oreille :
Enfin il répondit : Ami, je te conseille
D'attendre que ton maître ait fini son sommeil ;
Car il te donnera sans faute à son réveil,
Ta portion accoutumée.
Il ne saurait tarder beaucoup.
Sur ces entrefaites un Loup
Sort du bois, et s'en vient ; autre bête affamée.
L'Ane appelle aussitôt le Chien à son secours.
Le Chien ne bouge, et dit : Ami, je te conseille
De fuir, en attendant que ton maître s'éveille ;
Il ne saurait tarder ; détale vite, et cours.
Que si ce Loup t'atteint, casse-lui la mâchoire.
On t'a ferré de neuf ; et si tu me veux croire,
Tu l'étendras tout plat. Pendant ce beau discours
Seigneur Loup étrangla le Baudet sans remède.
Je conclus qu'il faut qu'on s'entre aide.
Revenir en haut Aller en bas
galysse
pilier
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 46
Localisation : 04
Date d'inscription : 19/11/2013

MessageSujet: la fontaine un plagiaire.   Dim 24 Nov 2013, 15:53

La fontaine, dans mon inconscient sombre et enfumé, n'est autre qu'un vulgaire plagiaire. Une bonne partie de son œuvre est tirée des fables d’Ésope (un grec du temps des grecs). Lire les fables d’Ésope est pour mon gout bien plus enrichissant que les versions édulcoré pour la court du roi, qui apparaissent alors comme un peut trop fardé. Prenais cette piste des mots, la pensée grec se rie du temps.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: La Fontaine   Dim 24 Nov 2013, 17:17


Comme dirait Ysandre, tu ne manques pas d'air, et dans ton genre ton avis serait minoritaire

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
Pour égaler l'animal en grosseur,
Disant : "Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
- Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ?
- Vous n'en approchez point. "La chétive pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

La Grenouille ayant un jour aperçu un Boeuf qui paissait dans une prairie, se flatta de pouvoir devenir aussi grosse que cet animal. Elle fit donc de grands efforts pour enfler les rides de son corps, et demanda à ses compagnes si sa taille commençait à approcher de celle du Boeuf. Elles lui répondirent que non. Elle fit donc de nouveaux efforts pour s’enfler toujours de plus en plus, et demanda encore une autre fois aux Grenouilles si elle égalait à peu près la grosseur du Boeuf. Elles lui firent la même réponse que la première fois. La Grenouille ne changea pas pour cela de dessein ; mais la violence qu’elle se fit pour s’enfler fut si grande, qu’elle en creva sur-le-champ.

Esope – (VIIe-VIe siècle av. J.-C)

que penses-tu de ces deux versions ?
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: La Fontaine   Dim 24 Nov 2013, 18:30

j'ai toujours préféré La Fontaine à Esope, même si les maximes du second sont à l'origine des fables du premier. Celui ci alliait l'élégance du verbe à une grande finesse d'esprit, ce qui n'est point pour me déplaire.
D'autre part, Rotko a eu la bonne idée de mettre les deux textes côte à côte... La richesse du premier fait paraitre le second encore plus pauvre !
Revenir en haut Aller en bas
marion 33
pilier
avatar

Nombre de messages : 772
Localisation : Gironde
Date d'inscription : 20/11/2013

MessageSujet: Re: La Fontaine   Jeu 28 Nov 2013, 09:34

Les fables d'ESOPE, qui s'en rappelle ? scratch  en tous cas pas moi ! elles datent du 7e/6e siècle AVANT J.C., si elles étaient si importantes je m'en souviendrais. Je pense qu'à l'école on nous parlait plus de La Fontaine que d'Esope.
De plus on dit : "Ésope n'a probablement pas écrit ses fables ni inventé toutes celles qui lui sont attribuées."
Jean de la Fontaine s'en est inspirée, je trouve qu'il a bien fait !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Fontaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Fontaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pastiche de fables de Jean de La Fontaine.
» Put*** de fontaine!
» La Fontaine
» la folie de la fontaine
» ALLEZ BOIRE A LA FONTAINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Poésie ininterrompue-
Sauter vers: