Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Henrick Ibsen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Henrick Ibsen.   Sam 20 Mai 2006, 15:27

Henrick Ibsen, Maison de poupée, livre de poche.
Norvège 1879

Le personnage de Nora domine la pièce : espiègle, enjouée, elle donne toutes les apparences d’une femme heureuse jusqu’à ce que les détails de son histoire et les dangers qui la menacent, nous fassent découvrir son jeu et la détresse qu’il masque.

La femme insouciante qui déclarait ingénument

Citation :
C’est tout de même agréable d’avoir des quantités d’argent et de ne pas être obligée de se faire du souci, n’est-ce pas ?
Et que Torvald, son mari, câlinait même dans les réprimandes :

Citation :
Les prodigues, c’est très gentil ; mais ils dépensent énormément d’argent. C’est incroyable ce que ça coûte çà un homme d’avoir un pareil petit oiseau,

cette femme prend dans l’adversité, - et surtout devant le rôle dominateur de son mari « fonctionnaire irréprochable », raide comme la justice et rigoriste comme un protestant du nord, une autre dimension.

Elle se découvre alors des devoirs envers elle-même.


Dernière édition par le Sam 20 Mai 2006, 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Sam 20 Mai 2006, 15:28

Tout alors s’inverse, et le modèle de femme qu’on acceptait sans trop barguigner, celui d’une femme-enfant, d’une poupée, va éclater pour prendre une forme intransigeante, qui refuse la sujétion ambiante !

Citation :
Ici, j'étais ton épouse-poupée, tout comme à la maison, j'étais l'enfant-poupée de papa. Et mes enfants à leur tour, ont été mes poupées. Je trouvais divertissant que tu te mettes à jouer avec moi, tout comme ils trouvent divertissant que je me mette à jouer avec eux. Voilà ce qu'à été notre mariage.

Nora veut maintenant trouver sa propre voie et sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Sam 20 Mai 2006, 15:30

On ne s’étonnera pas que cette pièce ait été au XIXe l’emblème universel des femmes qui luttent pour leur libération et pour l’égalité.

Actuellement jouée dans les pays où la femme reste sous tutelle, et censurée comme telle à Téhéran, elle secoue les usages traditionnels, devenant même un brûlot contre la domination masculine.

Ibsen devient donc un auteur dont on aimerait lire une autre pièce, par exemple les revenants : pièce récemment censurée au Bangladesh parce qu’elle presente le mariage et la religion comme des chaînes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Mer 30 Mai 2007, 05:36

Hedda Gabler de Henrik Ibsen, est joué actuellement au Théâtre national de la Colline jusqu'au 24 juin 2007.

Citation :
la pièce est avant tout une dénonciation du carcan et de l’ennui de la société bourgeoise norvégienne de la fin du XIXe siècle. Hedda, femme fatale mais aussi véritable garçon manqué est un cri dans ce monde, une lueur de liberté et de courage dans une société où l’on étouffe sous le velours oppressant des tentures
.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Ven 20 Fév 2009, 23:58

Je viens d'aller voir la mise en scène d'une pièce d'Henrick Ibsen, Le Canard sauvage. C'est mon premier contact avec cet auteur.

Et j'avoue que j'en ressors mitigée. Si je pense l'oeuvre indépendamment de sa mise en scène, donc en me limitant au texte, je n'ai pas trouvé cela extraordinaire. Certains propos m'ont même semblé creux, ou alors simplistes.

L'histoire est celle d'un homme qui revient de plusieurs années de solitude choisie. Sa mère est morte en proie à la folie, anéantie par un mari infidèle et dur. Il ne peut pardonner à son père d'avoir ainsi détruit sa mère.

Enfin il trouve un sens à sa vie. Exalté, fanatique de l'idéal, qui serait l'absence de tout mensonge, la justice absolue, le sacrifice suprême par amour, etc, il s'introduit dans une famille qu'il connaît bien. La femme était la maîtresse de son père au moment de la mort de sa mère. Le mari était un de ses amis, qui pense devoir à la générosité du père l'argent qui lui a permis de s'établir, et de devenir photographe. Ce couple a une fille, Edwige. Et vit avec le père du mari, initialement associé du père de notre héros, homme à moitié sénile ne s'étant jamais remis de son séjour en prison et de sa ruine (lorsqu'il a été accusé d'affaires véreuses).

Bref, une sorte de huit-clos, où le fanatisme du héros va s'introduire pour rétablir la vérité.

Ce qui m'a le plus intéressée, c'est la partie de réflexion sur le "mensonge idéal", qui consisterait à maintenir des mensonges pour sauver de la folie, de la mort, de la souffrance, en donnant un sens à chacun. Et qu'importe s'il est illusion, puisqu'il fait vivre mieux.

Mais à part cela, j'avoue n'avoir pas été exactement emballée, n'avoir pas été enthousiasmée par l'histoire, ni par les dialogues. Beaucoup trop de choses sont attendues, prévisibles, même certaines répliques...

Peut-être devrais-je tenter de lire une autre de ses pièces...
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
Firenze
pilier
avatar

Nombre de messages : 346
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Sam 21 Fév 2009, 09:00

Je l'ai vue aussi, et ç'a aussi été ma première approche d'Ibsen.

Personnellement, si comme toi, j'ai trouvé l'ensemble assez placide, je le mettrais volontiers sur le compte d'Yves Beaunesne, qui n'est pas un metteur en scène vraiment hors du commun. Que ce soit sa tentative d'échapper à son propre carcan réaliste à la fin de la représentation - qui faisait d'ailleurs très "je joue dans la cour des grands" - ou alors la hauteur de sa réflexion sur Ibsen dans le "programme" ("Si Ibsen était du chocolat, il serait noir, amer et doux"), il ne fait pas preuve d'une extraordinaire originalité et je crois que ses choix scéniques ont beaucoup joué dans notre réception de l'auteur.

Lîlâ a écrit:
Ce qui m'a le plus intéressée, c'est la partie de réflexion sur le "mensonge idéal", qui consisterait à maintenir des mensonges pour sauver de la folie, de la mort, de la souffrance, en donnant un sens à chacun. Et qu'importe s'il est illusion, puisqu'il fait vivre mieux.

De même, mais d'un avis plus mitigé. Certes l'idée est très intéressante, mais Ibsen a apparemment cette tendance - assez viking peut-être Razz - de mettre en avant un peu trop démesurément la symbolique de ses pièces, ce qui est un peu lourdingue, parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Lîlâ
pilier
avatar

Nombre de messages : 1598
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Sam 21 Fév 2009, 09:15

Oui, c'est vrai que la mise en scène accentuait énormément (trop?) la portée symbolique de la pièce, travaillait à en faire un peu trop pour tirer un maximum d'effets des mots. D'où un résultat parfois ridicule.

Notamment lorsque le héros (dont le nom m'échappe déjà) clame sur un ton magnifiquement mélodramatique: "si c'est ainsi, la vie ne vaut pas la peine d'être vécue".

Quel scoop. On en reste bouche-bée...

C'est pour cela que j'ai bien aimé le personnage du médecin, plus terre-à-terre, plus nuancé que les autres. Plus réaliste donc.

En fait, on sent la volonté de la part de l'auteur de mettre en scène une tragédie finalement bien classique, mais à laquelle, me semble-t-il, il manque un peu de panache pour que cela fonctionne vraiment en tant que tel...
Revenir en haut Aller en bas
http://arcadia.over-blog.net/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Sam 13 Mar 2010, 06:25

4 representations de Maison de poupée !

une pièce qui a fait scandale à sa création, en 1879. Jamais, dans le siècle, on n'avait entendu un discours aussi virulent contre l'ordre social, jamais on n'avait vu une épouse décider de quitter son mari et ses enfants pour vivre sa vie.

Marina Foïs est la quatrième actrice à jouer la Nora de Maison de poupée, dans cette saison où l'on retrouve la pièce d'Ibsen sur tous les fronts du théâtre, public ou privé.

Stéphane Braunschweig l'a mise en scène au Théâtre de la Colline , l'Argentin Daniel Veronese à la MC93 de Bobigny et elle se donne au Théâtre de la Madeleine, avec Audrey Tautou dirigée par Michel Fau.


C'est Marina Foïs qu'il faut voir au Théâtre de Nanterre-Amandiers.

iin le Monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 66
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Ven 25 Fév 2011, 18:51



Peer Gynt, Henrik Ibsen, GF Flammation, 1993, traduction et introduction de Régis Boyer, 340 p.

Peer Gynt est un drame poétique initialement destiné à être lu. Ce n'est qu'en 1876, neuf ans après sa publication, qu'il fut représenté sur scène dans une « mise en musique » d'Edvard Grieg composée à la demande de l'auteur.
Cette pièce profondément norvégienne à la portée universelle est une oeuvre insaisissable d'une grande variété de registres et d'une virtuosité étourdissante dont la vitalité fascine.
Des dialogues drôles et familiers au tempo endiablé alternent avec des histoires fantastiques aux puissantes images. On est tour à tour entraîné dans la danse ou emporté par l'ampleur des rêveries du héros et l'on passe d'un décor à l'autre, d'une scène à une autre, sans que l'auteur ne nous laisse le moindre répit.

Le héros, un « solide garçon de vingt ans » plein d'orgueil et d'ambition, refuse de se résigner à la pesanteur d'une vie paysanne toute tracée et, mu par un ardent désir d' « être soi », s'enfuit de la ferme maternelle pour conquérir le vaste monde . Un long parcours qui le mène au coeur de la Norvège et , par delà les mers, jusqu'aux déserts les plus lointains, pour s'achever par un retour en son pays natal. Un tour du monde qui ne lui offrira qu'un empire illusoire et se révélera aussi un tour de lui-même dévoilant les multiples facettes de son identité. Et, vieillard « encore vigoureux », il luttera jusqu'au bout sans pouvoir éviter d'affronter, comme les autres, le dernier voyage ...
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
fontelle
pilier
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 70
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Ven 25 Fév 2011, 19:28

Sa musique a bercé mon enfance- mes parents étaient très mélomanes-
J'ai découvert le texte plus tard

J'aime !
Revenir en haut Aller en bas
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 66
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Ven 25 Fév 2011, 19:36

J'aime aussi la musique de Peer Gynt, malheureusement galvaudée par de nombreuses publicités.
Un morceau moins connu :
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
mazel
pilier
avatar

Nombre de messages : 1421
Age : 65
Localisation : Carrières sous Poissy
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Mar 24 Mai 2011, 17:36

comme d'habitude, toujours intéressant ces liens que tu me suggères Rotko,
Revenir en haut Aller en bas
http://mazel-annie.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Mer 18 Déc 2013, 06:26

Un ennemi du peuple 1883
 
Médecin des thermes d’une petite ville de cure en pleine expansion, le docteur Stockmann découvre que les eaux de l’établissement sont gravement contaminées et qu’il faut entièrement revoir le système d’adduction et d’épuration, ce qui suppose la fermeture des lieux.

Dans son combat pour la salubrité publique, il ne doute pas du soutien de ses concitoyens. Mais la découverte du docteur Stockmann ne fait pas plaisir à tout le monde.

 
Pas facile de dire la vérité au public ! c'est déranger le pouvoir, le remettre en question, et s'exposer à des représailles. Ibsen met en scène un préfet sûr d'assurer le bien-être de la population, un imprimeur  qui n'aime pas les éclats, un organe de presse qui ne veut pas alarmer ses lecteurs, soucieux de ses abonnements etc.
 
l'argument est solide, et tient toujours la route. La démocratie n'est pas facile, et contre un pouvoir aux mains des notables, une presse qui se soucie des petits propriétaires, une "masse compacte", trop docile et soumise à une communication intensive, la voix de la sagesse et de 'l'integrité ne pèse pas lourd.
 
Les interprétations étaient inégales. Le côté "harangue" a été privilégié dès le début, le texte, trop long, débité à grande vitesse, et de grandes enjambées m'ont donné le tournis. Toutefois la pièce, par les problèmes qu'elle soulève, mérite d'être montée en spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   Mer 18 Déc 2013, 07:17

Rotko a écrit:
Toutefois la pièce, par les problèmes qu'elle soulève, mérite d'être montée en spectacle.

oui, mais... encore faudrait il que le dit spectacle soit bon....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henrick Ibsen.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Henrick Ibsen.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Programme de français-philo en CPGE scientifique 2016-2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Scènes et tréteaux-
Sauter vers: