Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pierre Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Pierre Simenon   Dim 31 Jan 2010, 17:15

Pierre Simenon sur les traces de son père
Ouvrage | A 50 ans, il publie son premier roman, un polar, «Au nom du sang versé»


clic !

Citation :
PASCALE ZIMMERMANN | 30.01.2010 | Tribune de Genève


Comparaison n’est pas raison. Enfin pas toujours. Pour ce qui est de Pierre Simenon, «jeune» auteur de 50 ans qui publie son premier roman, et troisième fils de Georges Simenon, la tentation est grande de le mesurer à l’aune de ce père gigantesque. «Mais ce serait absurde!» dit-il lui-même avec une pointe de malice. «Comme de comparer une bicyclette à une Ferrari.»
Mieux vaut donc lire Au nom du sang versé pour ce qu’il est - un polar plutôt réussi, très bien documenté sur la Seconde Guerre mondiale, dont l’action se situe en grande partie à Genève et à Lausanne - et laisser Pierre Simenon parler de son rapport à l’écriture, de son père, de ce nom et de ce sang qui ne saurait mentir…

Vous publiez votre premier livre à 50 ans. Pourquoi si tard?
Je n’ai jamais écrit pour être publié. J’écrivais parce que j’en ressentais le besoin. 1995 a marqué un tournant dans ma vie: un divorce, la mort de ma mère, le décès de deux proches. En rentrant en Californie, où je vis, après l’enterrement de ma mère, j’ai eu envie de faire une pause. J’ai tout quitté et suis parti en voiture pour le Vermont. J’avais emporté un dictaphone afin de raconter mon voyage, mais c’est le plan de ce livre-là que j’ai dicté.

Ecrire, avec le père que vous avez, il faut oser…
Vous savez, j’ai vécu toute la première partie de ma vie avec mon père. Il était disponible, on passait beaucoup de temps ensemble - car il écrivait tôt le matin. Il vivait un peu hors du monde et loin des médias à l’époque. C’était juste mon père, Dad, ou Daddy… Ce n’est qu’après que j’ai réalisé quel immense écrivain il était. C’est comme Charlie Chaplin. Oui, il venait à la maison. Mais pour moi, ce n’était qu’un vieux monsieur!

Alors pas d’ombre? pas de poids?
Je ne crois pas. J’ai simplement écrit le livre que j’aurais aimé lire. Ma seule ambition est de divertir mon lecteur.

Vous êtes de langue maternelle française. Pourquoi écrire en anglais?
Ça m’est venu comme ça, quand j’ai commencé à rédiger. Je pense en anglais, la plupart du temps, et je rêve en anglais.
Votre roman livre des descriptions très précises, qu’il s’agisse des uniformes allemands en 39-45, de la topographie de Cracovie ou du fonctionnement du système bancaire suisse…
Je suis resté un an dans le Vermont, et j’ai effectué toutes les investigations nécessaires. Décrire Berlin telle qu’elle était le 17 mars 1945 m’a demandé deux mois de recherches!

L’Histoire semble vous passionner.
C’est exact. Particulièrement l’histoire de l’Antiquité - j’ai un bac latin-grec - et le XXe siècle, où tout s’est tellement accéléré.

Au nom du sang versé convoque la Seconde Guerre mondiale, le nazisme, le vol des biens des Juifs. Un thème qui vous touche?
Une guerre, c’est toujours horrible. Mais j’ai tenté de voir l’authenticité du conflit. Le père d’un de mes amis américains m’a dit une fois: «Nous avons pacifié le monde pour les escrocs». C’est tellement vrai.

Vos personnages sont en demi-teinte. Il y a du bon chez «votre» méchant, et un mystère subsiste autour du père de votre héros…
Ce qui m’intéresse, c’est le gris. C’est vrai.

Mais votre héros, Antoine Demarsands, est blanc comme neige! Il a beaucoup de vous - il est né à Lausanne, a travaillé à Genève, vit à Los Angeles, est avocat de cinéma. En mieux?
(rire) Il est beaucoup plus courageux et tenace que je ne l’aurais été à sa place! Et puis physiquement… Vous savez, je visualisais Johnny Depp lorsque je le décrivais, alors…

Antoine Demarsands cherche à laver la mémoire de son père, soupçonné d’accointances avec Göring. Votre père a été suspecté d’antisémitisme. Y a-t-il un lien?
Ces accusations ressortent régulièrement à propos de mon père. Nous en parlions ouvertement à la maison. Je sais qui est mon père, et je ne serais pas devenu l’homme que je suis s’il avait été un sympathisant nazi. Ce que contient mon livre, c’est de l’empathie: découvrir des choses horribles sur quelqu’un que l’on aime profondément, ça doit être vraiment terrible.

L’intrigue du roman se passe dans les années 90 à Genève et à Lausanne. Quels sont vos liens avec la Suisse, vous qui vivez aux Etats-Unis depuis 1987?
Des liens très forts. Je suis né à la clinique de Montchoisy, j’ai vécu 27 ans entre Lausanne et Genève. Les cendres de mon père et de ma sœur sont ici. Une partie des cendres de ma mère sont dans le Léman. Mon frère John vit ici. J’y ai de nombreux amis, que je vois régulièrement. Je viens une fois par an, en dépit de ma peur de l’avion… Je suis très fier de ma nationalité suisse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Pierre Simenon   Dim 31 Jan 2010, 17:16

... et dans le Figaro:

Citation :
« AU NOM DU SANG VERSÉ »

Simenon, prénom Pierre

J.-CH. B. 29/01/2010

Des coffres-forts de banques suisses remplis du fruit des rapines de Göring ; des règlements de comptes sanglants et des chantages sordides entre anciens nazis ; des histoires de famille honteuses qui remontent à la surface ; des fusillades entre espions, mercenaires et tueurs à gages sans scrupule... Pierre Simenon, s'il a autant d'imagination que son père, n'en possède certes pas les mêmes techniques narratives. Aussi efficace qu'un polar américain, son roman politico-historique se déploie à la vitesse d'un Stuka piquant sur une colonne de réfugiés. Entre Los Angeles, la banlieue parisienne, Genève, la Pologne et le sud de l'Allemagne, il balade le lecteur de mystères en révélations, en 400 pages ultra-rythmées qui entretiennent une des plus grandes fantasmagories du XXe siècle : le trésor caché du IIIe Reich.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Pierre Simenon   Dim 31 Jan 2010, 18:56


Chez Flammarion, ce premier roman du troisième fils de Georges.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Pierre Simenon   Dim 31 Jan 2010, 19:00

Pierre Simenon l'a-t-il traduit lui-même??
Question
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Pierre Simenon   Lun 01 Fév 2010, 09:47

Traduction : Anne Guitton. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Pierre Simenon   Mar 02 Fév 2010, 13:28

rotko a écrit:
Traduction : Anne Guitton. Smile
... et relu par Pierre Simenon.

En fait, je subodore une astuce (pour ne pas dire arnaque) à la Vernon Sullivan.

J'ai voulu voir quel était le titre original du roman dans sa version en anglais USA, et - oh! mienne perplexité! - y en a pas... Suspect

Une recherche sur amazon.com ne donne que Georges Simenon, éventuellement sa biographie par Pierre Assouline, mais de Pierre Simenon en engliche, point.

Sans doute souffre-t-il du syndrome "Jean-Claude van Damme" et ne sait plus assez correctement le français pour écrire directement dans cette langue.

Il y a bien des gens comme Joseph Conrad ou Romain Gary qui ont écrit dans une langue étrangère apprise à l'âge adulte, donc ce n'est pas impossible, mais ici, la VO semble inexistante.

confused
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pierre Simenon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre Simenon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quelle pierre pour la chambre?
» Pierre philosophale
» Le Rubis (pierre élément feu)
» Bienheureux Frédéric Ozanam, Saint Pierre Claver et commentaire du jour "Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux"
» quel est le nom de cette pierre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: