Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 KIM-KI-DUK (Corée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: KIM-KI-DUK (Corée)   Jeu 25 Mar 2010, 12:01

Le cinéaste coréen évoque dans l'ARC les affres de l'amour et de la jalousie à travers les yeux d'un vieil homme.

Amoureux fou d'une jeune fille, qu'il compte épouser à ses 17 ans, un sexagénaire vit avec elle (l’a-t-il enlevée ? l’a-t-il recueillie ?) sur un vieux chalutier amarré en haute mer, avec son arc aussi.
Ce dernier lui permet, entre autres, d'effrayer les nombreux prétendants qui louent son bateau pour venir tendre leurs lignes en haute mer, tous avides de séduire la ravissante jeune fille. Elle s’en sert, elle-même, très bien, de l’arc. Mais lorsque elle s'éprend d'un étudiant, le vieil homme ne supporte pas de la perdre.

Acteurs : Le vieil homme : Jeon Sung-hwan, La jeune fille : Han Yeo-reum, L'étudiant : Seo Ji-seok
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Jeu 25 Mar 2010, 12:11

Avec Dream, le réalisateur présente un film "onirique et tourmenté".

synopsis

Citation :
Un homme rêve, une femme tue. L'homme rêve d'actes illicites que commet la femme, téléguidée par ces songes. Tel est le point de départ de ce film qui tisse de complexes intrigues mentales. Qu'est-ce qui lie ces deux êtres qui ne se connaissent pas ? Pourquoi les visions de Jin, sculpteur de tampons encreurs, déclenchent-elles les "voyages" nocturnes de Ran, cette modiste somnambule ? Pourquoi la poussent-elles à exécuter des gestes dont elle n'a aucun souvenir à son réveil ?



Un monde de rêves ténébreux où entre les amoureux circulent passions contraires, entraves et violences.

dit en substance l'article du Monde
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Kim Ki-Duk   Dim 23 Mai 2010, 08:55

J'ai vu avant-hier Printemps, été, automne, hiver... et printemps du réalisateur coréen Kim Ki-Duk, et ç'a été un gros coup de cœur.

Le synopsis est assez simple : Un maître zen et son disciple vivent au cœur d'un temple bouddhiste en bois : au fil des saisons, leurs sentiments évoluent...

Avec peu de paroles, Ki parvient à faire un magnifique film que l'on peut considérer comme du cinéma contemplatif.
Les saisons sont à rapprocher de la symbolique des différents âges de l'homme. Enfant, jeune homme, homme, homme "mûr"... c'est aussi une évolution vers la sagesse.
Les paysages sont absolument magnifiques, le temple étant situé au centre d'un lac niché en pleine chaîne de montagnes boisées. Le lac et l'eau sont encore hautement symboliques, comme dans nombre de films asiatiques.
C'est en tout cas un film qui insuffle de la sérénité, et c'est très agréable zen

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Lun 11 Oct 2010, 04:59


soussou a écrit:

J'aimerais savoir si le film Bin-Jip de Kim Ki-duk vaut la peine d'etre vu,
je souhaite l'enregistrer éventuellement vers 23h.
Je n'arrive pas à ouvrir le lien lui correspondant.


je crains d'arriver trop tard et d'ouvrir des portes ouvertes. Peu de renseignements sur ce film qui raconterait l'histoire d'un "visiteur" un peu particulier. Il explore les maisons vides, s'y installe, et pour payer son séjour, il rend de petits services tels que faire le ménage etc

un jour il tombe sur la demeure d'une très belle femme malheureuse en ménage.

Kim Ki-duk en aurait fait un film sur nos souhaits intimes qui seraient un jour exaucés... Si tu regardes le film, Soussou, on en parlera plus longuement.

Voici le résumé sur ciné-asie avec le titre locataires

GENRE : Drame

"Sur sa superbe moto, Tae-suk arpente les rues de la ville et laisse des tracs sur la poignée de la porte de riches villas. Il repasse dans une deuxième phase pour constater si le trac est toujours là et dès lors, il sait que la maison est désertée. Dans ce cas il s’y installe pour quelques jours. Un jour il fait de même pour ce qui est de la maison de Sun-hwa, une femme battue par son mari et qui ne réagit pas à la présence de Tae-suk lui-même persuadé d’être seul. Après plusieurs heures la femme ne se cache plus de chez elle, Tae-suk découvert fuit. Il revient cependant sur son chemin, décidé à ne pas laisser Sun-hwa sous l’emprise de son intraitable mari. Une histoire d’amour entre le jeune homme et cette femme commence.. .
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Lun 11 Oct 2010, 11:00

Merci rotko! merci
Je l'ai enregistré, et vais le visionner ce soir, de belles images en perspective et en V.O sous-titré.
Revenir en haut Aller en bas
soussou
pilier


Nombre de messages : 14224
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Mar 12 Oct 2010, 20:26

J'ai beaucoup aimé le film Bin -Jip, chaque visite en l'absence des particuliers est empreinte de silence, de discrétion, pas d'infraction ni vol, les plantes sont soignées , linge lavé, bains, tout est remis en ordre, pureté .

Le jeune homme rencontre la jeune femme , lui, furieux de la savoir battue par son mari,
ils se rencontrent dans des silences complices où l'amour naitra,
Arrestations suite à des soupçons de meurtre d'un veillard, puis emprisonnement.

Puis libération suite à des ruses avec son gardien, innocenté il retrouvera la jeune femme chez elle , récupérée par son mari.
Jeu de chat et de la souris, jeu d'ombres, les fantomes du passé apparaissent chez chacun, contrastes, clairs-obscurs, d'amour pur et de violences, lumières et ombres posés sur des visages et les mains qui se joignent et se retrouvent sur le mur.
Des images significatives, ciblées par la précision d'une balle de golf, un étudiant intellectuel qui s'oppose à la violence et l'indifférence du monde qui l'entoure.
Tendre, film presque muet, ou une seule phrase est prononcée par la jeune femme,"je t'aime"!

j'ai presqu'envie de dire que ce film m'a ramenée à la lecture des romans d'Ogawa, même style.

A voir!


http://www.youtube.com/watch?v=eZ-AuVYUQrU
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Dim 09 Sep 2012, 06:29


"Pieta", le film choc du cinéaste sud-coréen Kim Ki-duk sur la tentative de rédemption d'un petit malfrat qui redécouvre sa part d'humanité dans une société hostile corrompue par l'argent, a remporté samedi soir le Lion d'or du meilleur film à la 69e Mostra de Venise.

Kim Ki-duk dresse un portrait peu amène d'une société dont le seul moteur est l'argent. "L'argent est le début et la fin de toute chose", déclare sentencieusement l'un de ses personnages. Selon le cinéaste, "les gens de notre époque sont obsédés par l'illusion que l'argent peut tout résoudre".

"Pieta" prend la forme d'une ode crépusculaire interprétée par un couple d'acteurs à la beauté terrifiante qui déboussole toutes les certitudes : la beauté devient laide, la laideur devient sublime
.

ce qu'en dit l'Express

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Mar 13 Nov 2012, 06:01

j'ai vu Samaria



Jae-young se prostitue. L'adolescente espère partir en Europe avec son amie Yeo-jin. Yeo-jin vit seule avec son père. Un jour, pour échapper à des policiers, Jae-young saute d'un immeuble et se blesse grièvement. Agonisante, elle réclame la présence d'un de ses amants dont elle est tombée amoureuse.

ce couple de collégiennes (elles sont en effet très jeunes)entretient des liens mal définis, mais qu-on admet facilement.

le film ne vaut pas, à mon avis, par le montage des scènes, ou même la qualité de l'interprétation. C'est la structure musicale et la beauté des prises de vue qu'il séduit. Le thème de la mort y est décliné sur le mode nostalgique de l'absence et du regret, avec des rites funéraires pour la mère, des feuilles qui tapissent les rues calmes, des paysages montagneux bleutés.

La disparition de Jae-young amène deux conduites opposées : l'une qui serait de rachat, par son amie, l'autre, par le père de Yeo-jin, qui serait de vengeance et de salubrité publique. Une large part d'interprétation est laissée au spectateur.

La musique est admirable, et combinée avec des vues très soignées, fait de ce film un vrai poème. On est sous le charme, plus qu'avec des scènes qui tournent au symbolique, notées par film de culte
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Mar 13 Nov 2012, 10:00



Citation :
Le cinéaste mauvais garçon continue, pour sa part, à relire ses saintes écritures. Image christique au bord d’une fenêtre, offrant son corps et son autre joue, et Samaritaine marginale, objet de honte, compagnon de douleur, qui porte sur son dos une carcasse abandonnée, dans une dernière course affligée faite de sueur et de sang. Un récit biblique

dit "film de culte".

C'est exact qu'au début du film Jae-young parle d'une prostituée indienne qui convertissait ses clients au bouddhisme. Le père de Yeo-Jin parle aussi à plusieurs reprises d'une statue miraculeuse à Lourdes. Pour le reste il y a indéniablement des conduites sacrificielles et de rédemption, mêlées à des sanctions morales qui conduisent au meurtre.

Ce serait intéressant de voir comment chez les Japonais et chez Kim Ki-duk est vécue l'activité sexuelle, notamment par la prostitution à laquelle se livrent des gamines.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   Mer 10 Avr 2013, 04:52

Pieta


clic !

Un usurier sans pitié s'y découvre un cœur le jour où la mère qui l'a abandonné enfant vient toquer à sa porte pour tenter de se faire pardonner.
une brutalité et une tension constantes nimbent une intrigue riche en rebondissements.
Cette œuvre teigneuse décrit une Corée du Sud cupide et désespérée dont l'argent est devenu l'unique valeur


La Croix n'apprécie pas du tout :

Citation :
Pieta emprunte à la symbolique religieuse pour évoquer la dissolution du lien entre les vivants et la dérive de sociétés sans repères.

Outrancière et terriblement appuyée, sa démonstration, d’un symbolisme grossier, laisse de marbre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: KIM-KI-DUK (Corée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
KIM-KI-DUK (Corée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie corédemptrice
» Présentation de JP Petit au Colloque international de Corée
» chien en Corée
» Stopper la consommation de chiens en Corée du Sud
» Pyramide décorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: