Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fernando Vallejo - [Colombie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Fernando Vallejo - [Colombie]   Mar 13 Avr 2010, 15:16

bonjour, je me demande pourquoi ne figure pas dans cette rubrique l'écrivain Colombien Fernando Vallejo, un auteur très remarquable. auteur parmi d'autres de "La vierge des tueurs" et
" le Bord de l'Abìme" traduction française de "el desbancarredero"
tous ses livres sont traduits en Français. "la Vierge des Tueurs" est devenu un bon film, épouvantable, comme tout l'univers Colombien.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Mar 13 Avr 2010, 15:51


clic !

chez Belfond. Il ne figure pas au catalogue de ma mediathèque Sad

mais je pourrai me procurer quelques titres.

autres ouvrages : Carlitos qui êtes aux cieux, Le feu secret livre de poche, Et nous irons tous en enfer aux éditions du Rocher, La Rambla Paralela

Merci, Amadak, de nous indiquer cet auteur Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Fernando Vallejos   Mar 13 Avr 2010, 20:32

le 3 avril a été publié, dans le quotidien "La Nacion" le plus important de l'Argentine, un très long article et interwiew sur Vallejos qui sera présent à la "foire du Livre" à Buenos Aires. L'article .occupe 6 pages, et nous plonge dans les tènèbres de cet écrivain, provocateur et contradictoire, un homme aux multiples facettes dont les critiques sur le monde en géneral, ne se sont jamais tues.
J'aimerais traduire cet article, une dure tâche pour moi, mais je pense que je devrais l'ecouter d'abord à la foire du livre. alors j'aurai aussi mes propres concepts.
son dernier livre le "don de la vie"
moi je lirai "la Vierge des Tueurs" pour commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Fernando Vallejos littérature hispanique   Mer 14 Avr 2010, 21:22

j'ajoute une vidéo avec qq's scènes du film, Ceux qui l'ont vu , ceux qui ont lu le livre( vous l'avez en Français) ont ´été bouleversés par la réalité de la Colombie et Vallejos ne cache rien

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Jeu 29 Avr 2010, 11:08

La vierge des tueurs m’intéresse beaucoup.

Un adulte sans doute bien mûr, rencontre Alexis, un jeune sicaire (comprendre un tueur) dans la « chambre aux papillons », un lieu réservé pour les amours tarifées. C’est le début d’une liaison entre les deux protagonistes, et le narrateur est à la fois séduit et horrifié par les réactions rapides d’Alexis qui expédie ad patres ceux qui lui déplaisent.

Le récit est vivement mené, sans rien de scabreux, et tandis que le narrateur égrène ses souvenirs, il campe aussi la ville de Medellin, avec ses turpitudes et son incessante violence.

Je reviendrai sur ce récit très vivant où le narrateur prend le lecteur à témoin, et de ses sentiments et de ses émotions !

En dépit du sujet, c’est alerte, et même allègre par moments, rapide comme la vie des sicaires qui n’ont pas de retraite. La Mort les enveloppe vite dans son manteau.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Fernando Vallejo à Buenos Aires   Jeu 29 Avr 2010, 15:57

à la foire du livre à BS AS j'ai assisté à sa présentation où il parle de son nouveau livre le "don de la Vie " et de beaucoup de sujets aussi
Fernando Vallejo à la foire du livre à Buenos Aires
Dissertation du provocateur impitoyable.
J’ai été présente et je dirai l’essentiel.
Il se manifeste comme un écrivain à la première personne et ses livres sont autobiographiques. Il est polémique et controversé, il le sait et il le dit : ne me jugez pas parce que je dis jugez moi
comment je le dis. Il est contre les auteurs de biographies, même celles de Stefan Zweig , car elles sont romancées et la vérité on ne la connaît pas. Si Vargas Llosa dans « la fête du bouc » voulait décrire la dictature de Trujillo, il ne devait pas inventer des faits inconnus. De Garcìa Marquez, que lui Vallejo, connaît comment le public Argentin l’aime, il dit que G,Marquez est un ingrat qui n’a jamais dit « merci »( faudrait voir )
D’après son point de vue ,la religion a été remplacée par le football qu’il n’aime pas ni la religion non plus. Dans son nouveau livre « le don de la vie » il semble qu’il y ait plus d’injures que dans les précédents. Raconter la vie c’est terrible, nous sommes éduqués, pour ne pas voir la mort.
Parmi ses auteurs préférés Alejo Carpentier et il se définit influencé par Cervantes dont le Guichote est fondamental pour toute la littérature. Il dit que le Guichote ne connaíssait pas les horreurs de la vie, mais il parcourait tout avec l’humour.
On sait qu’il a renié sa nationalité Colombienne à cause des graves forfaits infligés au peuple par la dictature et le narcotrafic ; il est Mexicain maintenant.
En raison de cette cause peut-être, le présentateur a lu quelques lignes de Baudelaire, que je ne connais pas et que je traduis au Français « :Parmi les numérations des droits de l’homme que la sagesse du 19ème siècle recommande si souvent, deux assez importantes,ont été oubliées qui sont : le droit de se contredire et le droit de s’en aller »S’en aller pour le bien ou pour le mal.
Il s’acharne après sur toutes les religions, qui pour lui sont infâmes, ni la catholique, ni la musulmane, ni la juive, n’ont jamais dit un mot pour les droits de l’animal, notre frère, quel Dieu peut exister sans jamais s’apitoyer du sort des bêtes ;
On lui a reproché le don de cent mille Dollars qu’il a obtenu du prix Romulo Gallegos et il l’a donné aux sociétés de bienfaisance
pour les chiens abandonnés.
Il demande une prise de conscience et de solidarité à la société sur ce sujet. Les enfants pauvres et démunis doivent être aidés par le Saint Père, par tous les Papes, il défend et soutient ses convictions.
Revenant à son écriture, toujours en première personne et autobiographique. « la vierge des tueurs » « el desbancarredero »mot pas argentin, en français le titre « le Bord de l’Abîme » ce sont des livres poignants ,dès qu’on les ouvre on se plonge dans son univers de noirceur à la limite de l’audace et de l’insolence.
je lui ai posé une question : pourquoi dans « la Vierge des Tueurs il décrit deux scènes bouleversantes l’une sur l’agonie d’un chien et l’autre sur un cheval famélique et cruellement fouetté, cela le trouble et pourquoi il reste indifférent à la tuerie des femmes enceintes ? Il m’a répondu qu’il ne hait pas les femmes, mais il est contre la procréation. Qu’il y a déjà trop d’enfants malheureux dans le monde. Je lui ai dit qu’il y a des moyens pour éviter les naissances, Pas pour les femmes pauvres de notre Amérique latine, il m’a répondu elles accouchent 10 ou 15 enfants qui deviennent des mendiants ou sicaires.
Il insiste de nouveau sur la culpabilité des religions.

Son aspect est agréable, le sourire aux lèvres, grand, bien portant, il fait jeune encore .Il mène une vie simple ,entouré de ses chiens, il reçoit n’importe qui chez soi, Il ne veut pas sortir voir les restaurant, pleins de gens mangeant DES CADAVRES, il est végétarien, vous comprenez ?
Il a été très applaudi par un nombreux public, les commentaires seront dans les journaux en fin de semaine, mais moi j’avais envie de partager avec GDS mon expérience personnelle.

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Ven 30 Avr 2010, 11:31

Parfait, Amadak cheers

je te remercie vivement de m'avoir fait connaître Vallejo, et ce que tu dis me servira dans les pages qui me restent à lire de la Vierge des tueurs.

- les animaux maltraités et l'indifférence des religions à leur égard. Je comprends son point de vue, à ceci près que les religions adoptaient le point de vue de l'époque, ou pire, le conditionnaient !

les sacrifices d'animaux ont été recommandés par beaucoup de religions, les Grecs ne faisaient pas exception.

-Dans la vierge des tueurs, il est beaucoup question de la guerre contre les narco-trafiquants.

Le Président gâteux, atteint d'Alzheimer, pose sans cesse la question.

Citation :
« Croyant qu’il était encore ministre du président Valencia qui était au pouvoir il ya plus de vingt ans de cela, [le président Barco] confiait au docteur Montoya, son propres secrétaire :

« je vais conseiller au président lors du prochain Conseil des ministres, de déclarer la guerre au narco-trafic. » Et le docteur Montoya, sa mémoire et conscience le corrigeait
« Le président c’est vous, Docteur Barco, il n’y en a pas d’autre »
« Ah… -disait-il pensif. Alors on va la déclarer » « Nous l’avons déjà déclarée, président »
«Ah, alors nous allons la gagner »
« nous l’avons déjà perdue, président - lui expliquait l’autre. Ce pays est foutu, il est devenu incontrôlable.
« Ah… » et c’est tout ce qu’il disait.

Puis il retournait à son obnubilation, aux brumes de sa mémoire perdue.

Vous comprenez pourquoi ce récit est à la fois insolent et savoureux !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Vallejo   Ven 30 Avr 2010, 16:30

merci Rotko, de tes mots gentils à mon égard, sur le sujet Vallejo Il dit en toute franchise ce qu'il pense et peu lui importe être considéré un provocateur. C'est vrai que les croyants de toutes religions, ne l'aiment pas du tout, parce qu'il touche les dogmes établis comme indiscutables. mais lui il a sa vérité qu'il ne cache pas´
Il a ses lecteurs fidèles, c'est la deuxième fois qu'il revient à BS AS
il parlait à 19Hs,30 et depuis 15 Hs il y avait 200 personnes avant moi. ni bien retournée chez moi,j'ai écrit tout-de suite pour ne rien oublier de cette présense qui m'a éblouie
Si je peux surmonter l'effroi que suscite "le bord de l'abîme" je le lirai sans aucun doute.
un personnage notable Vallejo chapeau
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Ven 30 Avr 2010, 16:37

L'image de la Colombie est violente, dans le livre, comme dans l'esprit public.
A une conférence de presse, Santiago Gamboa racontait qu'à chaque descente d'avion, au vu de son passeport colombien, les douaniers se précipitaient sur son cas, et il se retrouvait aussitôt en chaussettes !

Et ce n'est que le début de l'inspection, car tout dans ses bagages est passé au peigne fin...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: vallejo et une surprise   Ven 30 Avr 2010, 17:18

je vais sur GOOGLE espagnol, pour chercher un commentaire sur "el desbarrancadero" et à grande surprise je vois Grain de Sel , et une mention sur moi Amadak qui a mis cela? je ne suis pas à la hauteur, mais néanmoins je suis contente et surprise
merci à lâme généreuse , je ne mérite pas cet honneur tout de même il va me griser
merci study
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Ven 30 Avr 2010, 17:27

Normal, tu as déja eu 105 lectures sur l'article Vallejo de GDS*.
D'autre part, certains auteurs sont peu abordés, et le faire comme tu l'as fait, c'est leur rendre justice !
j'aurai encore des choses à dire sur Vallejo...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Sam 01 Mai 2010, 19:05

Amadak a écrit:
je lui ai posé une question : pourquoi dans « la Vierge des Tueurs il décrit deux scènes bouleversantes l’une sur l’agonie d’un chien et l’autre sur un cheval famélique et cruellement fouetté, cela le trouble et pourquoi il reste indifférent à la tuerie des femmes enceintes ? Il m’a répondu qu’il ne hait pas les femmes, mais il est contre la procréation. Qu’il y a déjà trop d’enfants malheureux dans le monde. Je lui ai dit qu’il y a des moyens pour éviter les naissances, Pas pour les femmes pauvres de notre Amérique latine, il m’a répondu elles accouchent 10 ou 15 enfants qui deviennent des mendiants ou sicaires.

J’ai effectivement lu la première, j’attends la seconde parce que sortant tous les soirs, je n’avance pas vite !

Vallejo s’en prend à ceux qui entretiennent la misère par une philanthropie à base de charité chrétienne. Ses mots sont durs et on imagine assez bien le scandale qu’il ferait en parlant ainsi de l’Abbé Pierre si apprécié par beaucoup de Français, malgré des défauts évidents.

Voici le « curaillon quémandeur » qui faisait une émission de télévision caritative à la télévision :


« Tout lui était bon pour ses pauvres pourvu qu’ils puissent continuer à mettre bas. […] Le génie de ce curaillon quémandeur, c’est de s’être laissé aller à son instinct, son esprit de mendigot, qui coïncidait avec ce que ce pays égrotant et déglingué a de plus naturel et consubstantiel sa vocation de mendier qui vient de loin : quand je suis né, la Colombie avait perdu toute vergogne »

La Colombie, sous la plume de Vallejo, est l’empire des voleurs, des tueurs, et des narcotrafiquants.

« Comment peut-on tuer ou se faire tuer pour une paire de tennis ? Mon cher ami, ce n’est pas pour les tennis : c’est pour un principe de Justice en lequel nous croyons tous. Celui auquel on va les voler croit qu’il est injuste qu’on les lui prenne puisqu’il les a payés, et celui qui va les voler croit qu’il est encore plus injuste de ne pas les avoir. »

« Ici rien ne fonctionne. Ni la loi du talion ni la loi du Christ. La première, parce que l’État ne l’applique pas ni ne la laisse appliquer, la seconde, parce qu’elle est intrinsèquement perverse. Le Christ est le grand introducteur de l’impunité et du désordre dans le monde. En Colombie, lorsque tu tends l’autre joue, on achève de te décoller la rétine d’un deuxième coup de matraque. Et une fois que tu ne vois plus rien, on t’occit d’un coup de couteau en plein cœur. »
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Fernando Vallejo à Buenos Aires   Lun 03 Mai 2010, 03:07

Commentaire dans le journal “La Nación » le plus important de l’Argentine sur la présentation de Fernando Vallejo à la foire du livre à Buenos Aires.

D’un point de vue général le journaliste a repris presque tout ce que j’avais dit, dans mon compte rendu l’autre jour. Il a laissé sous silence les phrases de Baudelaire qu’il ne connaît peut-être pas., mais qui sont importantes pour comprendre le choix du comportement de Vallejo.

Les sujets transcendants pour lui sont toujours les mêmes, « nous sommes trop pour peu d’espace, nous devrions apprendre à mourir, puisque c’est là oú nous allons ».

Le journaliste se montre impressionné quand il fait appel à la société contre la procréation, qu’il considère un crime.
Il y eut des remous dans l’assistance, n’oublions pas que l’Argentine est un pays catholique , et toutes les diatribes infligées au Pape et à la religion, ont provoqué un choc dans l’opinion de certains.

Puis au fur et à mesure, de la sincérité de ses paroles sur le triste sort des animaux, des enfants démunis de tout espoir, des terribles dictatures et corruptions qui s’abattent sur notre pauvre Amérique du Sud , les rumeurs réprobatrices se sont apaisées.

Il n’y a eu, ni perdant, ni gagnant ; tous de certaine façon ont emporté avec eux quelque chose à quoi réfléchir.
Le Colombien a gagné Knock out.

La Nacion
Bs As
Revenir en haut Aller en bas
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: vallejo: une question   Lun 03 Mai 2010, 13:36

bonjour: j'ai ce livre "La Vierge des Tueurs" en espagnol, et je vois avec un grand plaisir que la traduction française est parfaite et incroyablement fidèle. J'aimerais savoir le nom du traducteur qui l'a si bien faite, et j'ajoute que ce livre n'est pas facile à traduire il y a des expressions idiomatiques compliquées, moi je ne serais jamais arrivée à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Lun 03 Mai 2010, 14:11

Le traducteur est Michel Bibard, et sa traduction est limpide.

Un des problèmes de la vierge des tueurs, à mon avis, est qu'il ne faut pas attribuer à l'auteur tout ce que dit le personnage du livre qui écrit en tant que narrateur ("je").

On ressent bien chez ce personnage la volonté de provoquer.

Si la Colombie est un pays catholique, je me doute bien que le passage où le narrateur parle du cardinal, de ses penchants sexuels, et propose en conséquence de rebaptiser sa "soutane" en "peignoir", ne doit pas être lu en chaire Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Lun 03 Mai 2010, 15:30

C'est un plaisir de lire une oeuvre avec toi, Amadak, et j'ai mis sur le fil Baudelaire deux poèmes que cite le traducteur dans sa postface à la Vierge des tueurs : l'irréparable et l'irrémédiable.

Il note les aspects et niveaux du langage, en particulier l'argot de ses gitons sicaires, « merveilleuses machines à tuer » et anges gardiens d'une fascinante dévotion à la Vierge, promis à la mort précoce de « jeunes assassins assassinés, exemptés de l'ignominie de vieillir par le scandale d'un poignard ou la miséricorde d'une balle ».

C'est vrai que j'ai du mal à définir le ton de ce livre inhabituel que le traducteur rapproche des Surréalistes et de Lautréamont. Une éventuelle comparaison avec Céline tourne court à mon sens.

je cite la formule finale du traducteur, elle sonne juste à mes yeux :

Citation :
"la beauté poignante et rédemptrice d'un chant funèbre".

Le thème de la Mort y est omniprésent, avec le jeune Alexis comme Ange Exterminateur, les vautours qui tournent au-dessus de Medellin, et ces motos hyper-puissantes qui surgissent, mortelles pour leurs cibles.

La balle en plein front devient le signe de l'universelle méchanceté de Dieu, incarné dans ces jeunes et beaux sicaires qui vivent, tuent et meurent, au jour le jour.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Jeu 01 Sep 2011, 05:20



L’écrivain mexicain d’origine colombienne Fernando Vallejo, 68 ans, a reçu lundi le prix de la Foire internationale du livre de Guadalajara (FIL), au Mexique, principal rendez-vous de la littérature hispanophone.

il a aussi écrit Le feu secret 316 P chez Belfond;

Et nous irons tous en enfer 269 pages chez le Serpent à plumes;

Carlitos qui êtes aux cieux 159p chez Belfond


Dans la famille Vallejo, il y a Fernando, l'écorché vif, auteur de romans incandescents et désespérés, toujours prêt à vilipender l'humanité en général, et la Colombie en particulier.
Et il y a son frère Carlos, idéaliste flamboyant, humaniste naïf à l'imagination débridée, élu maire de Tàmesis, qui a marqué l'histoire de sa petite ville par sa générosité, son optimisme et ses réalisations fantaisistes. [...] Une prose inventive, échevelée, hilarante


dit l'éditeur.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Fernando Vallejo   Jeu 01 Sep 2011, 13:53

pour Rotko: je te remercie de tes récents commentaires sur Fernando Vallejo. J'ai lu de nouveau le fil,et je suis toujours sous l'éblouissant souvenir de l'avoir connu et entendu à la foire du livre à Buenos Aires.
Je cherchais sans pouvoir la trouver la superbe citation du traducteur sur ce livre qui a laissé un impact dans mon esprit.

"
Citation :
La beauté poignante et rédemptrice d'un chant funèbre
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Mar 12 Nov 2013, 10:41

 
 
269p,  Serpent à plumes
 
" Les années ont plu sur cette photo et mon frère est maintenant sur le point de mourir. Mon frère non pas dans les gènes que la Folle a répandus, mais mon frère dans la douleur. Ce qui pourrait lui arriver de meilleur, ce serait qu'il meure. Ce qui pourrait m'arriver de meilleur, à moi, ce serait qu'il vive. " L'auteur raconte son dernier retour à Medellin où il s'est rendu avec l'espoir, sinon de guérir, du moins d'aider son frère Dario, atteint du sida. Au-delà de la
violence et des règlements de compte, ce roman dévoile les douceurs d'âme de ce grand pourfendeur de puissants qu'est Fernando Vallejo (il s'attaque cette fois au pape), pour ne rien dire de l'amour évangélique que lui inspirent les bêtes innocentes.
Un mélange explosif dominé par le rire voltairien, mais qui, à la dernière page, laisse la gorge nouée

 
Vallejo donne ses prix littéraires pour la défense des animaux.
 
il déteste beaucoup de personnes, les présidents mexicain et colombien, les femmes enceintes... et le pape ! Voyez le ton !
 
 
Citation :
Le pape est la plus grande bête nuisible qui existe aujourd'hui sur la planète. Quelle manie reproductrice commise par cette vache ! il se dit défenseur de la vie, mais il défend le zygote ou l'ovule fécondé par un spermatozoide, lequel à l'oeil nu ne se voit pas, puisqu'il a la taille d'une amibe. mais il n'est  pas du tout perturbé par le fait que dans les abattoirs les vaches sont poignardées, lesquelles par essence sont comme nous : deux yeux, deux oreilles etc...

Le Christ n'a jamais eu un mot gentil pour les animaux. même pas un. Cherche dans les évangiles, va voir. Même pas pour les agneaux, bien qu'ils soient sa représentation. En plus il insultait les pharisiens avec des noms d'animaux, il les appelait serpents et vipères.
Le Christ est un avorton vilain de la légende
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: littérature hispanique et lusitanienne Fernando Vallejo.Col   Mar 12 Nov 2013, 14:19

Fernando Vallejo
Auteur Colombien

Oh Rotko ce fil me rapelle sa présence à la foire du livre de Buenos aires qq’ues années auparavant. Plein de monde à l’écouter et il a eu la gentillesse de répondre à mes questions ; Il présentait à ce moment le « don de la vie »,mais je voulais qu’il réponde sur « la vierge des tueurs » je lui demandais pourquoi tant de pitié pour un cheval blessé et tant de haine pour les femmes enceintes. Je lui demandais pourquoi 100 mille dollars pour les sociétés d’aide aux animaux,et pas pour les enfants miséreux de Colombie,son pays d’ailleurs.
Il m’avait répondu que pour la misère des enfants et du peuple en général, c’était le devoir du gouvernement, tandis que pour les animaux, nos frères, personne ne s’intéresse.
Pour les femmes enceintes, que les sicaires tuaient sans miséricorde, il m’avait dit qu’elles accouchaient 15 ou plus d’enfants, dont le seul avenir serait devenir voleur ou tueur.
Je lui ai dit qu’il a des moyens pour éviter la gestation, il m’a répondu avec un sourire amer : dans mon pays les femmes n’ont aucun moyen d’accéder à aucune méthode
Sauf prier à la Vierge des tueurs le salut de leurs enfants.
Je vois Rotko que ce dernier « nous iront tous en enfer »
semblerait plus violent encore, j’hésiterais à le lire, en plus en espagnol. On a voulu me prêter « el desbarrancadero » je ne connais pas le titre en Français, mais on m’a prévenue, lire et devenir malade, alors j’ai refusé. Une personnalité étrange, d’un grand talent ; il fait ce qu’il prédique, ne mange pas des cadavres. Il est végétarien, toujours entouré de ses chiens Il se prend sur le Pape, maintenant, je pense que pas à François, mais au Christ aussi !! Vallejo éternel provocateur.

Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Mar 12 Nov 2013, 14:44

je viens d'acheter par correspondance et nous irons tous en enfer, je te tiendrai au courant (le temps qu'il arrive).
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: littérature hispanique et lusitanienne Fernando Vallejo.Col   Mar 12 Nov 2013, 22:26

En français et si le traducteur est le même de la "Vierge des tueurs" , la lecture sera aussi poignante ou plus encore. Tu veux que je le cherche en Espagnol? j'ai laissé tomber "ma première femme" Queffelec est très faible avec ce roman, bien différent "des noces barbares"
revenant sur Vallejos,connais-tu le titre en Français de " el desbarrancadero"'
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Lun 13 Jan 2014, 12:39

Citation :
,connais-tu le titre en Français de " el desbarrancadero"'



Vallejo à la hauteur de sa réputation.

Et nous irons tous en enfer éditions le serpent à plumes 270 p.

Voilà qui change du cantique « nous irons tous au paradis, même moi » . cheese 

Rien n’est sacré pour Vallejo, et surtout pas le Pape qu’il exècre et dont il moque les bénédictions « à tire-larigot » dans des passages assez amusants.

Les liens familiaux ? Il n’aime guère son frère, adepte de l’herbe et de la coca, ni ses amours de « lopette » et de « tapette », selon les termes employés. Sa mère, c’est « La Folle ». Seul son père est l’objet de son amour.

Quant à la Colombie, il l’exècre et le dit crûment.

On voit que la langue est drue, ce qui lui donne de la force sans tomber dans la vulgarité, car si son frère est atteint du sida, il va quand même le voir, le traite avec un médicament pour vaches adapté à son poids, qui pour l’instant semble faire son effet

Citation :
Si je me mets à écrire comme un sagouin, taillant les paragraphes à coups de machette et hachant menu, c’est la faute à Vargas Vila c’est sous l’influence maudite de de cet écrivain colombien de la planète Mars, qui écrivait en psalmodiant, qui psalmodiait tout court, mais chose curieuse, ne le faisait pas pour adresse des louanges à Dieu, non, il le faisait, le bougre pour exciter son prohain.

À travers ses idéaux libéraux radicaux, ses critiques contre le clergé et ses idées conservatrices, José María Vargas Vila a été l'un des auteurs les plus controversés du début de XX siècle sur le continent américain.

Apparemment non traduit en français.
(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Amadak
pilier
avatar

Nombre de messages : 3859
Localisation : Buenos-Aires
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: littérature hispanique et lusitanienne Fernando Vallejo.Col   Lun 13 Jan 2014, 20:21

Le livre je le lis à petites doses,troublant, plus que les précédents; moi je vois qu'il aime son frère qui se meurt de sida: à un moment donné où l'on fait des recherches sur son frère et lui( qui n'est pas atteint) aurait souhaité,ètre lui le malade.
les injures au Pape et à la mère sont d'une provocation habituelle dans son écriture. Dur et autobiographique,je donnerai mon avis plus tard.
" la vierge des tueurs" montrait déjà ses griffes.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   Jeu 16 Jan 2014, 15:49


J'aime ses emportements, ils donnent une grande vigueur à son style, et ils contrebalancent par leur agressivité cet amour que tu as remarqué pour son frère en train de mourir, ou pour son père (en train de mourir), ou pour sa grand mère (morte).

La Mort a une présence constante dans ce livre, fût-elle la mort d'un chien brièvement évoquée (la colonne vertébrale brisée par une voiture, il agonise sur un tas d'ordures, il le transporte au refuge pour une piqûre léthale).

Citation :
"Victor est passé au salon et s'est assis dans un fauteuil. Alors, j'ai vu la Mort nous regarder. elle était là, la sournoise, avec les mille yeux moqueurs de son omniprésence hargneuse, qui voient tout, enveloppée dans les quelques voiles malpropres, effilochés, de son manteau de cendre"
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fernando Vallejo - [Colombie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fernando Vallejo - [Colombie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prière pour un enfant de Colombie
» bonjour de la colombie britanique..
» LE fantome de colombie ....????
» La paix en Colombie : l'Eglise catholique veut y croire !
» Le charisme de guérison du Père Fernando Suarez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Littérature hispanique et lusitanienne-
Sauter vers: