Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Michael Connelly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Michael Connelly   Mer 07 Juin 2006, 04:28

Michael Connelly, La lune était noire, Seuils policiers.

"Juré, après ce coup là, je me range !" :-)

Un thriller pour vous faire fréquenter les braqueurs et les flambeurs sans y laisser trop de plumes, et sans vous exposer à lire "crime et châtiment" dans une cellule. Or justement, Cassie Black est en taule ! cette jeune femme se tient sur ses gardes, car sa libération est proche. Ses projets ? se renflouer les poches. Aussi contacte-t-elle un ancien complice qui, "justement"(bis), a une affaire juteuse mais risquée, à lui proposer....

Les mauvais présages s'accumulent, mais "juré, après ce coup là, je me range" :-)

La mécanique est bien rôdée, et l'action, resserrée dans le temps, donne du rythme au récit. On flaire l'embrouille à plusieurs niveaux, et on attend d'en découvrir les différents étages. Le point faible du roman ? des personnages stéréotypes, mais qui lit un thriller comme un document d'anthropologie ? Connelly reste sobre dans l'utilisation des ficelles du genre et table à juste titre sur votre adrénaline.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 07 Juin 2006, 04:37

Connelly :
Citation :
J'écris sur les actes des déchus, les tueurs, le chaos, le désordre. Grâce à un homme bon - l'enquêteur(1) - je restaure ensuite l'ordre. Je prends les pièces d'un puzzle décomposé et les ajuste pour ré-assembler l'image dans son entier. C'est le sujet même du roman policier. Non pas la solution du puzzle, mais l'acte d'assembler les pièces. Il y a une différence, subtile mais réelle. Et dans cette différence se trouve la raison pour laquelle nous aimons les romans policiers. Ils nous rassurent. Ils nous disent qu'en effet, le puzzle peut être reconstruit, que l'ordre peut toujours être restauré, que le chaos n'a pas le dernier mot.

(1) souvent Harry Bosch
source : http://www.figuresdestyle.com/connelly/articles/f_articles.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
katie
Animation
avatar

Nombre de messages : 1264
Age : 58
Localisation : .... dans mes montagnes ....
Date d'inscription : 08/02/2008

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 13 Fév 2008, 20:46

J'adore Connelly. Je l'ai découvert en novembre dernier et j'ai dévoré :

Le Poete
Sean, frère jumeau du journaliste Jack McEvoy, est retrouvé mort au volant de sa voiture de police. Le suicide ne fait aucun doute : Sean n'aurait pas supporté d'avoir échoué dans une enquête sur un crime sadique. Mais Jack n'y croit pas, et plusieurs indices demeurent inexpliqués. Le jour de sa mort, notamment, Sean devait voir un certain Rusher, qu'on n'a pas retrouvé... Jack rouvre le dossier. Il découvre que d'autres policiers se sont suicidés après avoir, eux aussi, échoué dans des enquêtes similaires. Une première conclusion s'impose : il y a eu meurtre et l'on a peut-être affaire à un tueur de flics particulièrement redoutable

Los Angeles River (suite du Poete)
Sur la demande de la veuve de Terry McCaleb, l'ex-inspecteur du LAPD Harry Bosch accepte de remettre de l'ordre dans les papiers du défunt. Rendu méfiant par les révélations d'un associé de McCaleb, il enquête et comprend qu'il y a eu meurtre. Encore faut-il le prouver et retrouver un assassin qui a laissé des traces si évidentes qu'on a l'impression qu'il a envie de se faire prendre... Pendant ce temps-là, l'agent du FBI Rachel Walling reçoit, elle, l'appel qu'elle redoutait depuis des années : le tueur le plus cruel et retors qu'il lui ait jamais été donné de traquer, a savoir... le Poète, est de retour. Quand le plus grand héros de Michael Connelly, Harry Bosch, affronte son plus célèbre assassin, le Poète... Un choc de titans !

L'envol des anges
Appelé en pleine nuit par son patron, l'inspecteur Harry Bosch est prié de se rendre au funiculaire de l'Angels Flight, où l'on a retrouvé deux cadavres, dont celui - et c'est gros de dangers - d'Howard Elias, avocat des droits civiques qui s'est fait une spécialité de traîner les flics de Los Angeles devant la justice. Ces procès lui ont valu une belle popularité chez les Noirs et de solides haines dans la police. C'est dire si l'enquête qu'Harry se voit aussitôt confier est explosive : ses collègues constituent des suspects idéaux et s'il commet la moindre erreur, c'est tout le quartier de South Central qui peut s'embraser à nouveau, comme après l'affaire Rodney King. Et pour ne rien arranger sa femme, la belle Eleanor Wish, une ancienne du FBI qui a mal tourné, est en train de le quitter. Mais les ordres sont les ordres et Harry Bosch obéit - et se heurte aussitôt aux premiers sabotages de son travail.

La blonde en béton
L'inspecteur Harry Bosch travaillait, il y a quatre ans de cela, au sein d'une brigade spéciale enquêtant sur les meurtres du "Dollmaker", tueur en série dont les victimes, invariablement, portaient sur le visage un maquillage funèbre. L'enquête s'était achevée avec la mort du principal suspect. Norman Church. Quatre ans après les faits. Money Chandler, redoutable avocate de L.A., accuse Bosch d'avoir tué un innocent. Et malgré le soutien que lui apportent ses supérieurs, l'inspecteur ne tarde pas à douter de la légitimité de son geste... Tandis que les audiences, de plus en plus tendues, se succèdent, l'inspecteur reprend l'enquête à son point de départ.

Le dernier coyote
Suite à une genre avec son supérieur, l'inspecteur Harry Bosch est mis en congé d'office et sommé de consulter une psychologue afin de maîtriser son agressivité : sa réintégration au sein de la police de Los Angeles en dépend. Harry Bosch commence par refuser le traitement, puis révèle au Dr Hinojos le secret qui le hante : sa mère, Marjorie Lowe, une prostituée, a été tuée alors qu'elle allait enfin l'extraire du centre où, tout petit enfant, on l'avait placé après l'avoir séparé d'elle. Et, noeud du problème, l'enquête de police qui aurait pu l'aider à accepter la réalité de ce meurtre n'a jamais abouti. Libéré par cet aveu, Harry Bosch comprend alors que, malgré l'interdiction d'enquêter qui le frappe, il doit retrouver celui qui lui a ravi l'amour de sa mère, et il rouvre le dossier.

Deuil interdit
A Los Angeles, durant l'été 1988, une jeune fille de 16 ans, Becky Verloren est retrouvée morte, une balle tirée en pleine poitrine. Il faut attendre dix-sept ans et les résultats d'une analyse ADN pour que l'affaire revienne à l'avant-scène. Avec ces résultats arrivent les premières menaces, et l'enquête prend vite des allures de cauchemar. Un drôle d'accueil pour l'inspecteur Harry Bosch, qui vient de réintégrer le LAPD après trois ans de retraite...

Les égouts de Los Angeles (son premier livre)
Né d'un père inconnu et d'une mère qui se prostituait, l'inspecteur Harry (Hieronymus), Bosch -comme le peintre- voudrait bien oublier la guerre du Vietnam où il nettoyait des galeries souterraines creusées par le Vietcong. Malheureusement pour lui, l'un de ses anciens collègues, Billy Meadows, a été assassiné dans une canalisation d'écoulement d'eaux de pluie à Hollywood. Le meurtre étant lié à une affaire de braquage, il faudra bien que, secondé et manipulé par la belle Eleanor Wish, agent très spécial du FBI, il affronte à nouveau sa peur. Couronné par l'Edgar Award aux USA, ce livre a reçu le prix Calibre 38 en France.



Le dernier coyote
Suite à une genre avec son supérieur, l'inspecteur Harry Bosch est mis en congé d'office et sommé de consulter une psychologue afin de maîtriser son agressivité : sa réintégration au sein de la police de Los Angeles en dépend. Harry Bosch commence par refuser le traitement, puis révèle au Dr Hinojos le secret qui le hante : sa mère, Marjorie Lowe, une prostituée, a été tuée alors qu'elle allait enfin l'extraire du centre où, tout petit enfant, on l'avait placé après l'avoir séparé d'elle. Et, noeud du problème, l'enquête de police qui aurait pu l'aider à accepter la réalité de ce meurtre n'a jamais abouti. Libéré par cet aveu, Harry Bosch comprend alors que, malgré l'interdiction d'enquêter qui le frappe, il doit retrouver celui qui lui a ravi l'amour de sa mère, et il rouvre le dossier.

Citation :
l'enquêteur(1) : (1) toujours Harry Bosch

sauf dans celui-ci
Darling Lily
Scientifique de tout premier plan dans la recherche en matière d'ordinateurs moléculaires, Henry Pierce a fondé l'Amedeo Technologies, société en passe de breveter un système de fourniture d'énergie biologique révolutionnaire. Il est aussi, et c'est beaucoup moins drôle pour lui, en train de se séparer de sa petite amie, Nicole. Il a pris un nouvel appartement et demandé un nouveau numéro de téléphone, toutes tâches auxquelles son assistante de direction a veillé avec grand soin. Malheureusement, les premiers coups de fil qu'il reçoit s'avèrent des plus étranges. Tous émanent d'hommes qui demandent à parler à une certaine Lilly, dont on apprend vite qu'elle exerce avec un brio qui lui vaut une formidable clientèle le métier d'hôtesse d'accompagnement. Intrigué, Henry Pierce se demande qui est cette dame et commence à enquêter. Il découvre rapidement que son numéro de téléphone est donné sur un site web à caractère pornographique, le L.A. Darlings

Je crois bien que je les ai tous (faudra que je vérifie) ..... si l'un ou l'une d'entre vous veut le lire.
Heureusement il m'en reste encore quelques uns de lui à study Smile


Dernière édition par katie le Mer 20 Fév 2008, 07:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brume
pilier


Nombre de messages : 129
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 25 Avr 2008, 08:54

Je suis une grande fan de Michael Connelly également. Je pense avoir lu la plupart de ses romans.

A découvrir par curiosité (sorti récemment en poche) :

Chroniques du crime : Articles de presse (1984-1992) qui est un recueil de ses chroniques tenu dans le South Florida Sun-Sentinel et le Los Angeles Times.

Citation :
Présentation de l'éditeur
De 1984 à 1992, Michael Connelly a tenu la chronique judiciaire du South Florida Sun-Sentinel et du Los Angeles Times. Il relate des histoires criminelles, souvent non élucidées: une femme enterrée dans son jardin par son époux, une mère qui tue ses enfants... et la célèbre affaire Rodney King, ce Noir battu à mort par la police californienne. Derrière ces chroniques, c'est l'immense écrivain en devenir qui s'annonce...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aufeminin.com/blog/galhadrhiele
mona
pilier
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 59
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Lun 18 Aoû 2008, 09:42

A genoux

Le corps du Dr Stanley Kent vient d'être retrouvé sur un belvédère naturel, près de Mulholland Drive : deux balles dans la nuque, style exécution. Dès que l'inspecteur Harry Bosch commence son enquête, des contradictions se font jour. Sans être lié au crime organisé, le Dr Stanley avait accès à des matières radioactives utilisées dans le traitement de certains cancers féminins – et ces matières ont disparu. Déjà en bisbille avec sa hiérarchie sur ce qu'il convient de penser de l'affaire, Bosch se retrouve en conflit ouvert avec le FBI et les services de la lutte anti-terroriste pour lesquels ce meurtre correspond forcément au début d'un attentat à la bombe sale. Et parmi ces fédéraux se trouve Rachel Walling, la femme qu'il aime, mais qui l'a quitté suite au fiasco de l'affaire d'Echo Park.

Bien déçue par ce dernier livre.... Harry Bosch semble enquêter du bout des doigts.....
Quant à l'intrigue, elle est mince, pas assez tordue à mon goût....
Au 3/4 du livre j'avais l'impression que l'histoire venait de commencer....

De Connelly il me reste à lire L'affaire Lincoln qui, bien que (ou parce que ?) sans l'inspecteur Harry Bosch, devrait être meilleur Smile
Revenir en haut Aller en bas
Dindon
pilier
avatar

Nombre de messages : 2737
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mar 22 Sep 2009, 17:30

La blonde en béton

C'est un bon livre, un peu atypique puisque la moitié de son contenu est constituée par un procès. Celui de Harry ayant flingué un serial killer sans défense.

Je pensais donc m'ennuyer avec les plaidoiries et bien, pas du tout ! Une excellente réflexion sur la machine judiciaire Américaine, et sur la justice en général. Tous les coups (bas) sont permis aux avocats et les arguments sont judicieusement amenés. Des personnages réalistes pour un décor contemporain.

Du coup, l'intrigue passe un peu à l'arrière plan. On a retrouvé 11 cadavres de femmes mutilées et maquillées et la fameuse blonde en béton fait démentir la théorie jusque là admise : un seul tueur pour toutes ces filles.

Harry démontrera qu'il y a bien deux affaires entremêlées, nous baladant dans le même temps dans les bas fonds de la prostitution, de l'industrie porno et de la brigades des moeurs.

Un style fluide et accrocheur, comme d'hab.

De temps en temps, on aime retrouver Connelly.


chapeau
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 14 Mai 2010, 07:25


clic !

chez SEUIL/POLIC.

. Le criminel agit sur la toile. Il se nourrit d'Internet. Mais il y laisse aussi ses propres traces...

Ouest-France regrette dans l'epouvantail un manque de suspens, mais ajoute :

Il reste un témoignage sur les conditions de travail dans la presse américaine soumise à la pression de l'actionnaire et aux restructurations. Plus que l'intrigue elle-même, cela fait froid dans le dos;
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 49
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Sam 06 Nov 2010, 19:48

Créance de sang


Citation :
L'ex-agent du FBI Terry McCaleb est à peine remis d'une greffe du cœur quand une inconnue, Graciela Rivers, vient le voir sur le bateau où il se repose et le somme d'enquêter sur la mort d'une certaine Gloria Torres, abattue à bout portant et de sang froid par un tueur masqué, dans une épicerie de la banlieue de Los Angeles.
Agacé par l'aplomb de la jeune femme, McCaleb refuse. Mais Graciela insiste et se trouble. Elle lui révèle soudain que Gloria Torres n'est autre que sa propre sœur, et que c'est son cœur qui bat sous l'énorme cicatrice qu'il a encore en travers de la poitrine : cette enquête, Terry McCaleb la lui doit.


J’avais entendu dire, de source sure, que ce livre faisait partie des excellents titres de cet auteur. Etant le premier Connelly que je lis, et en tout cas pas le dernier, je n’ai pas le recul nécessaire pour confirmer les dires. Ceci étant, je l’ai adoré. Et si les obligations professionnelles et la fatigue ne s’étaient pas interposées, j’aurais lu ce livre d’une traite.
Le suspens y est croissant ; une fois la moitié du livre arrivée, je ne tenais plus, il fallait que je le finisse. L’affaire s’accélère, la lecture également.
Un polar qui est placé sous le signe du cœur, celui d’une autre qui bat dans la poitrine de cet agent du FBI, et e ce même cœur qui bat la chamade pour une femme.

J’ai aimé être plongée dans le milieu hospitalier et de celui de la transplantation. Je n’y ai décelé, pour autant que ma modeste culture médicale m’y autorise, aucune invraisemblance.
J’ai apprécié le profil psychologique de McCaleb, un dur au cœur tendre, rempli de doute, et à l’état d’esprit tellement ambiguë typique des greffés ; rongé par la culpabilité, et si heureux d’être en vie

Eh lisant un policier, je me moque comme d’une guigne qu’il soit nordique, américain, ou de la vieille Europe…… Je lui demande d’être bien ficelé, de me tenir en haleine, de m’extraire du quotidien, bref, de me faire passer un moment d’exception.
Assurément avec ce polar ce fut le cas : un coup de cœur.
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 27 Mai 2011, 04:43




clic !

Les Neuf Dragons : Une enquête de Harry Bosch

404 p. Seuil policier

Une affaire de meurtre dans le quartier chinois de Los Angeles, sans doute liée à des tentatives de racket des triades locales ? Harry Bosch - qui a sa fille à Hongkong, craint le pire...

extrait de libé :

Maddie, la fille de Bosch, attachée à une chaise, bâillonnée, l’air terrifié. Maddie vit à Hongkong avec sa mère, Eleanor. Personnage piquant, Eleanor : ancienne du FBI, elle est devenue joueuse de cartes professionnelle, attraction du Cleopatra Casino de Macao
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Mile
Animation
avatar

Nombre de messages : 934
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mar 21 Juin 2011, 15:26

rotko a écrit:

clic !

chez SEUIL/POLIC.

. Le criminel agit sur la toile. Il se nourrit d'Internet. Mais il y laisse aussi ses propres traces...

Ouest-France regrette dans l'epouvantail un manque de suspens, mais ajoute :

Il reste un témoignage sur les conditions de travail dans la presse américaine soumise à la pression de l'actionnaire et aux restructurations. Plus que l'intrigue elle-même, cela fait froid dans le dos;

Le temps étant à l'orage, et ma femme - qui lit très peu - ayant cependant eu l'idée de collectionner, entre autres, les romans de Michael Connelly en vue d'occuper ses loisirs de retraitée, je me suis lancé hier dans la lecture des 500 pages de "L'épouvantail". De suspens sur l'identité du tueur, il n'y a pas puisque le patronyme de "L'épouvantail" est le premier mot du roman. Reste la relation bien conduite de la traque du "Sujinc" ( sujet inconnu), par le journaliste du "L. A. Times", Jack McEvoy, en cours de licenciement, et Rachel Walling, agent du F. B. I. On se balade dans des tours de serveurs, des logiciels espions, des capturateurs d'IP, des codes cassés, etc..., et les moeurs sociales terrifiantes du capitalisme US ( Arrivé le matin de bonne humeur au travail, vous repartez licencié à midi avec un carton de vos affaires personnelles)

Michael Connelly a signé là un ouvrage de facture classique, sans grande originalité, mais sonnant assez juste. J'entends par là qu'un professionnel judiciaire - même sur la touche - y retrouve les tonalités du métier. Et finalement, c'est assez agréable.




_________________
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien.


http://monamilouisbertrand.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://monamilouisbertrand.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mar 21 Juin 2011, 15:30

519 pages chez points Seuil, ça prend quand même une partie de la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Mile
Animation
avatar

Nombre de messages : 934
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Dim 26 Juin 2011, 07:12

katie a écrit:
Los Angeles River (suite du Poete)
Sur la demande de la veuve de Terry McCaleb, l'ex-inspecteur du LAPD Harry Bosch accepte de remettre de l'ordre dans les papiers du défunt. Rendu méfiant par les révélations d'un associé de McCaleb, il enquête et comprend qu'il y a eu meurtre. Encore faut-il le prouver et retrouver un assassin qui a laissé des traces si évidentes qu'on a l'impression qu'il a envie de se faire prendre... Pendant ce temps-là, l'agent du FBI Rachel Walling reçoit, elle, l'appel qu'elle redoutait depuis des années : le tueur le plus cruel et retors qu'il lui ait jamais été donné de traquer, a savoir... le Poète, est de retour. Quand le plus grand héros de Michael Connelly, Harry Bosch, affronte son plus célèbre assassin, le Poète... Un choc de titans !

Pas mal, pas mal. A un moment, j'ai cru que Connelly n'allait pas réussir à résoudre le problème de l'identification d'un corps ( possiblement celui de Robert Backus dit "le Poète") au moyen de l'ADN. Autrement dit, un corps peut-il rester anonyme alors qu'on croit connaître son identité ? La réponse est évidemment oui si l'on ne dispose pas de souche de comparaison. Connelly, afin de ressusciter le "Poète" dont le pseudo-corps avait été retrouvé, s'emploie à fermer les portes dans les deux premiers tiers de l'ouvrage. Pas facile aujourd'hui d'éviter les écueils techniques ( le mis en cause ne doit avoir laissé aucune trace biologique de sa vie, ni avoir de parents vivants ou morts). Connelly évite tout : pas de traces antérieures (admettons), père incinéré, mère disparue, pas de famille.

Bref, un bon voyage entre l'île de Catalina au large de Los Angeles et Las Vegas. D'autant plus agréable que je l'ai suivi sur une carte routière "mixte" ( carte+vue satellite). Avec les gros plans, on entre quasi sur les scènes de crimes.


_________________
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien.


http://monamilouisbertrand.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://monamilouisbertrand.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Dim 26 Juin 2011, 07:29

Mile a écrit:
Los Angeles River
Bref, un bon voyage entre l'île de Catalina au large de Los Angeles et Las Vegas. D'autant plus agréable que je l'ai suivi sur une carte routière "mixte" ( carte+vue satellite). Avec les gros plans, on entre quasi sur les scènes de crimes.

une bonne façon de participer à l'enquête avec un auteur qui "te fait voir du pays". Un classique du polar, ça sent l"été :fleur:
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Mile
Animation
avatar

Nombre de messages : 934
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Dim 26 Juin 2011, 16:12

rotko a écrit:
une bonne façon de participer à l'enquête avec un auteur qui "te fait voir du pays". Un classique du polar, ça sent l"été :fleur:

Faut dire que ça change en effet des "Fondements de la métaphysique des moeurs". Comme j'ai une quinzaine de volumes en retard, j'ai attaqué " Deuil interdit", en attendant la suite qui est déjà annoncée :

http://www.michaelconnelly.com/



_________________
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien.


http://monamilouisbertrand.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://monamilouisbertrand.blogspot.com
aden
pilier
avatar

Nombre de messages : 70
Localisation : Londres - Paris
Date d'inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Lun 27 Juin 2011, 00:31

Michael Connelly est l'un de mes auteurs de thrillers noirs préférés. Dans ses romans, Connelly met en scène une Amérique en pleine mutation, en proie à ses paradoxes. Ses personnages sont plus vrais que nature, complexes, intéressants sur le plan psychologique, non manichéens. Psychologie, enquête et action se combinent dans ses romans d'une manière organique, le tout étant prenant, crédible et même émouvant, par moments.

Le personnage le plus marquant né sous la plume de l'écrivain est sans doute l'inspecteur de police de Los Angeles Harry Bosch. Nous le suivons tout d'abord dans une aventure qui le mènera dans les Égouts de Los Angeles (1993), où il enquêtera sur la mort de l'un de ses anciens compagnons de guerre de Viêt Nam. Nous découvrons un personnage complexe, solitaire, hanté par son passé. Fils d'une prostituée, il est marqué psychologiquement par une enfance et adolescence difficiles, par le traumatisme dû à son service militaire et par l'atrocité des crimes sur lesquels il a enquêté. Mais voici qu'il rencontre une âme sœur, Eleanor Wish. Comme lui, elle est enquêtrice. Comme lui, elle souffre de sa solitude. Comme lui, elle doit faire face à ses démons.

Le prénom véritable du héros connellien est Hieronymus (Harry n'étant qu'une abréviation) en hommage au peintre néerlandais du XVIe siècle Hieronymus van Aken (connu sous le pseudonyme de Jérôme Bosch). Un nom très significatif sur le plan symbolique, puisque l'art de Jérôme Bosch mêlait métaphysique et réflexion sur la morale. Un choix symbolique, puisque le Los Angeles de Connelly est pareil à un tableau de cet illustre précurseur du surréalisme : c'est une scène sur laquelle s'affront sans répit les forces du Paradis et ceux des Enfers pour le contrôle des âmes humaines, au sens figuré du terme, bien sûr. C'est un combat permanent contre les forces qui menacent de plonger la civilisation dans l'abîme : crime organisé (La Glace noire), déchéance morale qui fait naître des pulsions meurtrières (La Blonde en béton, Los Angeles River), haine raciale (L'Envol des anges) et bien d'autres.

À travers ses romans, Connelly aborde donc les maux de la société moderne : crime, corruption, brutalité policière, inégalités sociales, tensions ethniques, trafic de drogue, pornographie, pédophilie, prostitution... Cependant, au milieu de toute cette noirceur, il y a aussi ceux qui refusent de céder à la morosité ambiante, ceux qui se battent pour la justice, conservent leur dignité, leur humanité. Il y a Harry Bosch, bien sûr, mais aussi Terry McCaleb, ex-agent du FBI qui apparait dans Créance de sang, L'Oiseau des ténèbres et Los Angeles River.

J'ai également apprécié La Lune était noire, un très beau thriller qui nous plonge dans l'univers des casinos de Las Vegas, bienvenue dans l'antre de Mammon ! Rotko et Katie en ont déjà parlé, je n'insiste donc pas.

Je terminerais ce survol de mon expérience connelienne par Le Poète. Le journaliste Jack McEvoy enquête sur la mort de son frère jumeau, un policier qui se serait suicidé. Il réalise alors que son frère n'était pas le seul flic à s'être donné la mort dans des circonstances suspectes. Sur les lieux des différents "suicides" on a retrouvé des phrases énigmatiques, des vers tirés de différents poèmes d'Edgar Allan Poe. Il faut se rendre à l'évidence : c'est l'œuvre d'un redoutable tueur en série, surnommé Le Poète. C'est avant tout la référence à Poe qui m'a intéressée dans ce roman.

En conclusion, incontestablement, Michael Connelly est l'un des ténors du thriller noir, maîtrisant tous les aspects du genre : connaissance de la criminologie et du système judiciaire américain, connaissance des réalités et paradoxes de la société américaine, des intrigues à rebondissements, des personnages complexes et attachants, et même un zeste de poésie. Pour les amateurs du genre, je recommande de commencer par Les Égouts de Los Angeles, La Glace noire et L'Envol des anges. Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
http://adenalastair.com/FR/tyrannie-du-vide-resume.html
Mile
Animation
avatar

Nombre de messages : 934
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Jeu 30 Juin 2011, 14:53

Deuil interdit

Une enquête classique de l'Inspecteur Harry Bosch, de retour au LAPD - "Affaires non résolues", après trois ans de retraite. Il retrouve son équipière d'antan, Kiz Rider, avec laquelle il entame immédiatement une enquête sur le meurtre de Becky Verloren, commis près de dix sept ans auparavant. L'ADN tiré d'une trace sanguine découverte à l'époque du crime dans la glissière de culasse du pistolet y ayant servi, oriente les recherches sur un dénommé Roland Mackey, cambrioleur raciste, habitant à proximité du domicile de la victime. Afin de remuer la poussière retombée sur le dossier depuis dix sept ans, Harry Bosch fait passer un article dans la presse locale tout en mettant Mackey sous surveillance. Résultat : Mackey se fait tuer... Par qui ? Le meurtrier de Becky couvrant sa piste ? Il m'est interdit de répondre.

Rien de bien extraordinaire dans cette enquête débouchant à la suite d'une erreur grossière du coupable.
Allez, hop ! dix sept ans de sommeil ; Harry Bosch s'y attèle, cinq jours lui suffisent. Clic ! clac ! ça carbure au p'tit poil. Les menaces d'Irving Irving - l'ancien boss détesté - mêlé indirectement dans le crime pour raisons politiques et de carrière - n'y feront rien.

Pas le meilleur roman mais ça se lit bien et ça tient la route.

_________________
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien.


http://monamilouisbertrand.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Bigdrone
neophyte
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: connelly   Lun 26 Sep 2011, 06:35

Bonjour à tous,
A la demande générale, je vais vous parler du livre que je suis en train de lire, mais je vous avais prévenus, en général, c'est plutôt polars !!

Les neufs Dragons de Michael Connelly

Une enquête du récurrent Harry Bosch, vieil inspecteur patiné par la vie et les épreuves, oeuvrant à la division des homicides du LAPD. PAtiné, mais pas usé du tout, il fait preuve d'une énérgie et d'une motivation débordante, allant jusqu'à reprocher le manque d'implication de collègues bien plus jeunes que lui. Les enquêtes (cette fois-ci une histoire de racket de commerçants chinois exercé par une triade chinoise également) se déroulent en général à Los Angeles.
L'univers de l'inspecteur, solitaire au quotidien (sa fille ado habite avec sa mère à Hong-Kong), nous rappelle un cocktail de vieux films américains (clair obscur - fumée - Jazz) et de séries de notre enfance (Starsky et Hutch, par exemple, les crissements de pneus en moins !). Le personnage est, selon moi, construit tout en finesse : caractère fort et très exigeant, voire intolérant, selon certains aspects, il est également très ouvert et particulièrement humain. Ses questions par rapport au racisme sont souvent assez proche de ce qu'on peut ressentir sans jamais l'exprimer : il n'y a pas moins raciste que moi, mais pourquoi est-je eu cet à-priori sur cette personne ? Ici, Harry Bosch est confronté à des asiatiques et son passé de "rat de tunnel" durant la guerre du Vietnam affecte son jugement sans qu'il s'en rende compte et ses interrogations quand on lui en fait la remarque nous fait nous interroger sur nos comportements aussi.

Bien sûr, il y a parfois un air de déjà vu, les scéances d'autopsie ressemblent à de nombreuses descriptions déjà lues (chez Michael Connelly, mais aussi dans toutes les oeuvres de Patricia Cornwell) et certains rebondissements se prévoient plusieurs (dizaines) de pages à l'avance, mais certains autres arrivent encore à nous surprendre. Bref, cette lecture nous immerge dans un monde parrallèle, que j'imagine irréel (sans doute par crainte de cette réalité-là), d'où l'on sort comme d'un film de gangsters des années 60 : plein d'images dans la tête. Mais là, on peut se créer ses propres images, on se fait son film !

Pas beaucoup de temps pour lire en ce moment ! Je pensais en avoir plus, mais je découvre que chercher du boulot prends presque autant de temps que de bosser !! mais je vais essayer de faire mieux dans les semaines à venir !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne
pilier
avatar

Nombre de messages : 1074
Age : 63
Localisation : Marseille ou Perpignan
Date d'inscription : 10/06/2011

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Jeu 22 Mar 2012, 12:23

Je viens de finir "l'épouvantail".
Contrairement à ce que j'ai lu ici (je crois que c'est un article de "Ouest France")
Il y a beaucoup de suspense. J'ai apprécié de retrouver les héros de "Le Poète"
Pour moi c'est un des meilleurs Connelly que j'ai lu.
Revenir en haut Aller en bas
Joachim
neophyte
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 24/08/2012

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 24 Aoû 2012, 12:22

J'ai lu cinq ou six de ses romans, et on peut dire qu'ils remplissent tous parfaitement le rôle d'une enquête policière à proprement parler : accrocher le lecteur du début à la fin - lecteur qui est tout aussi pressé de connaître la vérité que le personnage principal.

Dans ces romans, donc, la réflexion n'est pas uniquement centrée autour de l'intrigue étant donné qu'on y voit une critique de la politique, de la justice, de la corruption qui circule aux Etats-Unis dans ce monde où seul l'argent a de l'importance. La ville (surtout Los Angeles) dégage une ambiance particulière dans les romans de Connelly. Sombre, violent et humain (les personnages ont tous un caractère propre qui est la plupart du temps intéressant, même si parfois un peu stéréotypé malheureusement), on peut dire que les oeuvres Connelly sont loin du schéma classique de l'enquête policière que l'on peut retrouver, par exemple, dans Le Mystère de la Chambre jaune (qui n'en reste pas moins une oeuvre excellente dans son genre).

Edit : Oh, je suis nouveau sur ce forum et je viens de voir qu'il y avait une section "polar". J'aurais dû le poster là-bas, je m'en excuse.


Dernière édition par Joachim le Ven 24 Aoû 2012, 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nestor
Admin
avatar

Nombre de messages : 1576
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 24 Aoû 2012, 12:29

pas de pb ! cheese
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net
Diagonale
pilier
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 23/08/2012

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 24 Aoû 2012, 12:33

Je n'ai lu que le Poète mais j'ai adoré ! un roman vraiment impressionnant, je ne me suis attendue à aucun moment à la fin, et je n'ai pas trouvé une once de manichéisme ou de lourdeur, comme il y en a souvent dans les romans policiers... Scénario génialement ficelé !

J'ai beaucoup aimé dans ce roman, la forme. La destruction progressive des clichés : le roman policier classique en deux temps. La troisième personne pour l'inspecteur/le criminel et la première personne pour l'autre. Cela commence de la même façon dans ce roman... mais tout change. Tout évolue.


Dernière édition par Diagonale le Ven 24 Aoû 2012, 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://journal-de-diagonale.tumblr.com/
Joachim
neophyte
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 24/08/2012

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 24 Aoû 2012, 12:35

Diagonale a écrit:
Je n'ai lu que le Poète mais j'ai adoré ! un roman vraiment impressionnant, je ne me suis attendue à aucun moment à la fin, et je n'ai pas trouvé une once de manichéisme ou de lourdeur, comme il y en a souvent dans les romans policiers... Scénario génialement ficelé !
En effet !

Je pense que mon préféré Connelly reste néanmoins Echo Park. J'ai ici retrouvé tout le "génie" de l'auteur, mais dans une dimension encore plus forte.
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Ven 24 Aoû 2012, 12:54

oui Joachim cet auteur m'a épatée avec Echo Park
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 20 Nov 2013, 15:32

le verdict du plomb au Seuil 530 p.

A la suite du meurtre d'un avocat, par balles, son associé reprend l'agence, lui-même a été arrêté plus d'un an, après avoir reçu une balle et subi plusieurs opérations. Qu'à cela ne tienne !

il engage des auxiliaires, prend contact avec les différents clients, essaie d'être diplomate avec la police (inspecteur Bosch), arrangeant avec la justice, et digne de la confiance de la clientèle.

L'intrigue est conduite fermement, avec des dialogues dynamiques. Le champ s'ouvre sur des pistes nouvelles, des ramifications possibles.

Le lecteur avance rapidement, entre les faits divers, et l'avenue principale du procès Elliot, plat de résistance sur lequel on se fera les dents cheese 
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 20 Nov 2013, 16:29

je vais le lire. Ne serait-ce que pour prendre des nouvelles de Bosch !Razz coeur! 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michael Connelly   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michael Connelly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» hommage à Michael Jackson-
» Militaire: Michael Smith Contrôleur Radar US Air Force
» Temoignage de Michael Lonsdale
» aimez-vous MICHAEL JACKSON ?
» Révélations du Dr Michael Wolf (1/5)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: