Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lawrence Block

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 48
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Lawrence Block   Mer 09 Juin 2010, 04:42



Heureux au jeu

Editeur : Points
Nombre de pages : 231
4ème de couverture :

Tricheur professionnel, William Maynard est introduit dans une partie de poker chez le riche avocat Murray Rogers. Bien décidé à plumer l’assistance, il est stoppé dans son projet par Joyce, la femme de Rogers, qui le séduit et propose un autre plan : faire inculper son mari d’un meurtre pour toucher l’héritage. Mais la chance tourne, et, une fois plumé, le pigeon devient un dangereux chasseur…….

Mon appréciation


L’atmosphère générale de l’intrigue se déroule dans les années 60. Même si cela n’est pas explicite, hormis le fait que le roman eut été écrit en 1964 (seulement traduit en français en 2009), un certain nombre d’indices permettent de situer temporellement cette œuvre : les références musicales, télévisuelles, les marques de voitures, l’insouciance générale si typique de cette époque…….

Quatre personnages principaux occupent le devant la scène.
William Maynard, alias Bill, arnaqueur, escroc, s’enfuit de Chicago non sans avoir été tabassé par ses compagnons de jeu qu’il venait de duper copieusement. Il fait vite la connaissance d’un richissime avocat Murray Rogers avec lequel et quelques autres il poursuit son activité favorite, le poker. L’épouse de ce dernier, Joyce, s’ennuie dans sa vie de petite bourgeoise provinciale et ne tarde pas à le séduire afin de monter avec lui un plan destiné à dépouiller son mari de sa fortune rondelette. Cela constitue la seconde partie de ce roman. Notre avocat passe du statut de victime à celui de maître chanteur dans la troisième partie du livre constituant le retournement de situation auquel je ne m’attendais pas. Pour employer une expression populaire, je dirais l’arroseur arrosé. J’ai une sympathie toute particulière pour Barbara Lambert, professeur, et jeune divorcée qui tombe réellement amoureuse de son petit voyou, et prête à tout pour le garder.

J’ai eu un peu de mal avec les termes de poker, n’étant pas joueuse de carte, mais ces derniers n’étaient finalement pas si encombrant que cela. L’intrigue en elle-même est assez banale et le suspens relativement léger. Cependant l’écriture de ce roman est agréable et « d’allure rapide », ce qui en fait un livre agréable et facile à lire mais pour lequel je reste un peu sur ma faim dans la mesure où j’aurais aimé un peu plus de consistant.
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Bambi_Slaughter
pilier
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: Lawrence Block   Jeu 10 Juin 2010, 13:34

Je n'ai pas lu Heureux au jeu, mais Lawrence Block est un de mes auteurs favoris en matière de romans policiers. J'apprécie tout particulièrement les livres où apparait Matt Scudder.
Revenir en haut Aller en bas
http://books2heaven.over-blog.com
mimi54
pilier
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 48
Localisation : nancy
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Lawrence Block   Mar 14 Déc 2010, 21:06

Lendemains de terreur




Citation :
Dans cet ouvrage à la construction éblouissante, Lawrence Block révèle le secret de New York. En fait, la mégalopole n’est qu’une manière de grand village rempli d’individus de toutes sortes unis par des liens aussi solides qu’ils sont invisibles. Et qu’ils soient écrivain, ex-grand manitou de la police, galeriste, avocat spécialisé dans la défense des criminels ou drogué reconverti dans le nettoyage des hauts lieux de la vie nocturne, tous ces gens ont un point commun : un amour immodéré de cette ville qui les abrite. Voilà pourquoi lorsque, dans l’ombre terrifiante des attentats du 11 septembre, un tueur fou commence à livrer une guerre sans merci contre l’immense métropole, tous se sentent concernés.
Et désemparés devant cette machine à tuer qui frappe où et quand elle veut. Écrit dans un style à la fois lyrique et détaché, l’ouvrage est d’une grande violence, - en particulier dans la description de scènes érotiques qui pourront en choquer plus d’un.
Où l’illustre Grand Maître du roman policier américain définit ce qui, à ses yeux, constitue l’essence même de New York et dans un récit d’une grande violence raconte comment un tueur s’est mis en devoir de purger la mégalopole de tous les péchés qui s’y commettent.

Ce roman noir, car s’en est un contrairement à ce qu’indique l’éditeur, fut difficile à lire. Non pas à cause du style ; l’écriture est agréable, abordable, le livre segmentés en chapitres de longueur idéale.
Non, ça n’est pas. Un autre chose infiniment plus indéfinissable et pourtant verbalisable : la violence, le malaise ressenti parfois, et même souvent au cours de la lecture.
Et pourtant j’ai aimé cette lecture, malgré cette difficulté à avancer au rythme que j’aurais souhaité je n’ai pas songé à abandonner en cours de route comme j’ai pu le faire avec Richard Price avec lequel je faisais de temps à autre des parallèles.
Il ne s’agit pas d’un policier dans le sens noble du terme : certes il y a des crimes, mais on connaît très vite le méchant. L’intérêt de ce livre est ailleurs : New-York, mais surtout les New-Yorkais.
Ce livre est construit de manière assez particulière. Mais, ce qui se dégage de ce livre c’est la violence : la violence des circonstances, du cadre historique ; la violence des personnages, la violence érotique qui se dégage de ce livre. En effet l’auteur ne prend pas de gants pour décrire et mettre en scène certains de ses personnages, ses propos sont crus, jamais évoquées ou suggérés. Tout cela met souvent mal à l’aise. Pourquoi tout cela ? Pourquoi de cette manière là ? Dans quel but ? Si ce n’est pour l’auteur de relater à sa façon le 11 Septembre

Nous sommes donc en plein Manhattan, en 2002, quelques mois après les attentats du 11 septembre. La ville est en état de choc, les ruines fumantes, les habitants traumatisées (8 ans après ils le sont encore du reste). Un homme qui a tout perdu en ce 11 septembre sème la terreur dans la ville Et tout autour gravitent des personnages que rien ne rassemble hormis l’amour qu’ils ont tous pour leur ville, des êtres aussi complexes que New-York peut l’être.
Lawrence Block réussi à faire cohabiter un serial Killer plus maléfique que jamais, un avocat jouisseur, une galeriste nymphomane excentrique et débridée, un écrivain en mal d’inspiration, des éditeurs véreux, un ancien flic nostalgique de sa ville, l’alcolo des bas –fond de la ville.

J’ai aimé me retrouver dans l’atmosphère euphorique, contrastée, tourbillonnante de New-York, qui n’en finit pas d’inspirer les écrivains ; chacun ayant une vision qui leur est propre de cette ville.
J’avais découvert Lawrence Block avec un livre qui n’avait pas été un coup de cœur, mais cet auteur m’avait donné envie de revenir vers lui.

« Il y en avait foison, des tragédies, grandes ou petites, de la fondation de la ville au 11 septembre. L’histoire de la ville était celle de la mort violente »

« Il adorait New-York, suggéra un chroniqueur, et cette ville l’a trahi en lui prenant tous ceux qu’il aimait en l’espace d’une seule et horrible matinée. Et maintenant il assouvit une vengeance aussi horrible que tordue »


Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lawrence Block   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lawrence Block
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enquéte block
» Article : Le boson de Higgs pourrait (2σ) avoir été entrevu
» écriture-lecture : ressortir le cadavre du placard
» Fermer une barrière au bout de 15sec
» compresseur à air en panne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: